Archives par mot-clé : genre

Appel à contributions : Théorie(s) de la science-fiction (ReS Futurae, n° 20)

« Théories de la science-fiction »

Revue d’études sur la science-fiction ReS Futurae

Dossier dirigé par Irène Langlet (université Gustave Eiffel)

Contact : irene.langlet@u-pem.fr

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent parvenir à la responsable le 10 septembre 2021 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 1er mars 2022, pour une parution au deuxième semestre 2022.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

Appel à contributions

La revue ReS Futurae fêtera bientôt ses dix années d’existence. En 2012, son premier numéro fut lancé autour d’un dossier intitulé « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui ». Le vingtième numéro (2e semestre 2022) donnera l’occasion de faire le point sur différentes notions critiques et théoriques telles qu’elles ont été abordées, évoquées ou discutées, en tout cas toujours utilisées pendant ces dix ans. Le panorama des études sur la SF était nécessaire lors du lancement d’une revue qui voulait s’y consacrer ; en 2022, il ne s’agira plus tant de réitérer cette cartographie académique des études sur la SF que de prendre de front, en tant que tel, le corpus théorique et critique dont nous voulons promouvoir l’installation durable dans ce paysage académique. Pour cet anniversaire, nous invitons les chercheurs et chercheuses prenant la science-fiction pour objet d’étude à discuter quelques questions fondamentales, en suivant les grandes avenues suivantes :

A. Comment penser la science-fiction ?

Disposons-nous actuellement d’un cadre conceptuel stable et reconnu pour analyser la science-fiction ? Quelles en sont les notions principales et comment s’articulent-elles entre elles – aisément, avec plus de difficulté, ou au contraire dans une forme d’ignorance réciproque ? Dans quelle mesure fondent-elles encore des recherches actives, ou bien sont-elles activement discutées ? Y a-t-il encore un besoin, et un bénéfice, à s’interroger sur une définition de la science-fiction, sur la fonction qu’y prend la science, ou encore sur des questions de généricité ? Par qui, avec quelles méthodes et quels enjeux d’interprétation et de construction de l’objet ? L’écart semble grand entre le « paradigme absent » proposé par Angenot il y a plus de quarante ans, dans le cadre d’une analyse de sémantique structurale, et le « sublime technologique » scruté par Csicsery-Ronay dans le cadre d’une histoire culturelle ; entre le spectacle merveilleux de la science nourri par la mystique scientiste de Jules Verne et le « sense of wonder » alimentant la première industrie culturelle de Gernsback ; entre les « prototopies » d’un Rumpala, inspirées des « lignes de fuite » deleuziennes, et le « design fiction », inspiré des modèles rhétoriques appliqués au storytelling d’entreprise – pour ne prendre que quelques exemples. Toutes ces notions se côtoient, souvent dans la confusion, parfois dans le débat structuré : il s’agirait d’en prendre la mesure, de dégager celles qui font consensus, et de prendre ainsi date dans l’objectivation, souvent difficile mais toujours nécessaire, d’une pratique symbolique dominante de notre temps.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Théorie(s) de la science-fiction (ReS Futurae, n° 20)

Parution : Trans New Wave Cinema (A. Ford)

Akkadia Ford, Trans New Wave Cinema, Routledge, 2021

Presentation

This book presents a critical cultural study of the Trans New Wave as a cinematic genre and explores its emergence in the twenty-first century.

Drawing on a diverse range of texts, the cultural, social, aesthetic and ethical implications of the genre are placed within the context of rapidly changing understandings of gender diversity. From the cinematic borderlands of independent film festivals to wider public recognition via digital technologies, the genre encompasses a diverse range of texts from short films, documentaries, experimental films, to feature films and narratives that range across life histories, narratives and themes. The book presents transliteracy as an original theoretical approach to reading film representations of the Trans New Wave, and combines it with a new theoretical concept of cinematic ethnogenesis to investigate how the genre emerged from specific communities and the reciprocal interaction of audiences and texts.

This interdisciplinary volume engages with contemporary issues of gender diversity, transgender studies, screen and media studies and film festival studies, and as such will be of great interest to scholars working in these fields and in media and cultural studies more generally.

Continuer la lecture de Parution : Trans New Wave Cinema (A. Ford)

Appel à communications : Intermédialité. Dialogue des arts et des genres

Colloque international virtuel « Intermédialité : dialogue des arts et des genres », 1-2 avril 2021

Organisé par le Laboratoire Langues, Littératures, Arts et Cultures de l’Université Mohammed V de Rabat. 

Coordonné par le professeur Abdelmajid AZOUINE de l’Université Mohammed V de Rabat et par l’écrivain et chercheur Mountajab SAKR. 

Poète invité : Philippe Tancelin, professeur émérite à Paris 8, directeur de la collection « Poètes des cinq Continents » à l’Harmattan.

Échéance des propositions : 8 mars 2021.

Appel

Le dialogue arts et des genres se situe au cœur de la création littéraire, il déclenche un débat sur le processus de chevauchement des genres artistiques et littéraires dans une seule œuvre. Pour aborder un tel champ de croisement entre chant et danse, poésie et théâtre, récit, témoignage, calligraphie et dessin, etc. les chercheurs peuvent se pencher sur l’analyse des œuvres littéraires qui hébergent une diversité au niveau de la forme et du contenu.

Un retour à l’histoire littéraire en Europe nous rappelle qu’au XVIIIe siècle, les salons littéraires ont réuni des artistes d’horizons divers tels que la musique, la peinture et la littérature. Ces réunions ont bien évidemment précédé l’émergence de l’édition au XIXe siècle, et ces formes de rencontres artistiques sont réapparues fortement dans les courants artistiques en fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle Tels que le dadaïsme, le futurisme, l’expressionnisme, l’impressionnisme, le cubisme, le surréalisme et autres.

Continuer la lecture de Appel à communications : Intermédialité. Dialogue des arts et des genres

Appel à communications : Espaces • Sexualités • Pouvoirs

Appel à communications

Colloque international Espaces • Sexualités • Pouvoirs. Représentations littéraires, artistiques et médiatiques

Université de Sherbrooke, Campus de Longueuil

28-29-30 avril 2022

Organisé par Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke), Nicole Côté (Université de Sherbrooke), Lori Saint-Martin (Université du Québec à Montréal) et Charlotte Comtois (Université de Sherbrooke)

Échéance : 1er septembre 2021

APPEL

Depuis le début du 21e siècle, les représentations littéraires, artistiques et médiatiques de la sexualité, autrefois cantonnées dans les créneaux érotiques et pornographiques, se multiplient et s’inscrivent désormais dans un champ élargi. Se multiplient parallèlement les conceptions mêmes de la sexualité, désormais conjuguée au pluriel. D’un régime hétérosexuel hégémonique, nous sommes passés à un régime où des sexualités longtemps minorisées, stigmatisées et rejetées s’affichent sans plus de honte, troublant l’ordre canonique du sexe/genre/désir qu’a décrit Judith Butler (2005).

De nouveaux regards portés sur « la » sexualité viennent par ailleurs concurrencer les conceptions naturalistes qui justifiaient le vieux régime. Il est admis que la sexualité a affaire au pouvoir (Foucault), et qu’elle circule sous formes de « scripts » dans l’espace social et culturel (Gagnon). Ce pouvoir, à son tour, circule entre les sujets, lesquels sont façonnés par maints dispositifs, dont l’espace, qui leur assignent les positions qu’ils doivent occuper ; les sujets, en retour, ont le pouvoir de modifier les usages spatiaux. Ainsi, dans les représentations littéraires, artistiques et médiatiques, la sexualité apparaît comme un motif privilégié pour saisir les dynamiques de pouvoir, notamment parce que ces représentations rendent patent le dispositif des espaces/lieux qui les avaient jusque-là déterminées.

De fait, les femmes (cis et trans) ainsi que les personnes issues de la diversité sexuelle et de genre ont investi non seulement les espaces autrefois interdits mais également le champ des représentations sexuelles, autrefois réservé aux hommes. Dès lors, il n’est pas étonnant que les représentations littéraires, artistiques et médiatiques participent à cet éclatement des sexualités, au rejet féroce de l’hétéronormativité et à la multiplication des perspectives ancrées dans celle des espaces où les lignes de pouvoir se fractionnent, se dispersent et s’étoilent. C’est donc sur la question spécifique de la ou des sexualités dans leur rapport aux espaces que portera le colloque.

Quels changements entraînent les nouvelles logiques distributives du pouvoir et des espaces – référentiels ou imaginaires, utopiques ou dystopiques ? Quelles reconfigurations sont occasionnées par le changement de régime évoqué plus haut ? Quels effets ces logiques ont-elles sur les représentations ? À quelles textualités, quelles images, quels scénarios donnent-elles forme ? Quelles nouvelles territorialités émergent ? Comment des identités inédites reconfigurent-elles les pratiques sexuelles dans un espace donné ? Considérant que le partage des espaces est toujours négocié en fonction de différents marqueurs qui pondèrent l’identité (race, classe sociale, âge, appartenance ethnique et religieuse) et lui confèrent plus ou moins de pouvoir, que nous dit cette distribution du pouvoir entre les sexes/genres/orientations sexuelles à travers ces configurations spatiales, notamment la mise en espace de la sexualité ? Est-il possible de penser la sexualité hors des asymétries de genre, dans une économie de la réciprocité ? Quels lieux sont réservés aux pratiques sexuelles et à qui appartiennent-ils ? C’est à ces questions que ce colloque invite à réfléchir.

Continuer la lecture de Appel à communications : Espaces • Sexualités • Pouvoirs

Appel : cinémas de genre

SÉMINAIRE « CINÉMAS DE GENRE : FORMES, USAGES, ÉTIQUETAGES »

Paris III-Sorbonne Nouvelle, IRCAV, ICCA

Appel à communications, avant le 15 septembre 2017

Longtemps délaissés par la littérature académique, la notion de genre et les nombreux enjeux qu’elle recouvre suscitent depuis une quinzaine d’années un nombre croissant de réflexions qui ont contribué à un renouvellement des études cinématographiques ainsi qu’à l’émergence de nouveaux champs de recherche, liés notamment à l’étude de la réception, des publics, de la cinéphilie et des usages sociaux liés au cinéma. Ce séminaire entend participer à ce renouveau et contribuer à fédérer, dans une perspective pluridisciplinaire, un ensemble de travaux se proposant d’étudier de manière plus spécifique les films ou les cinémas dits « de genre », tout en réfléchissant aux différents sens de ce qualificatif polysémique et à la variété de ses usages créatifs, professionnels et cinéphiliques. Traditionnellement opposée au cinéma d’auteur, l’expression « cinéma de genre » désigne le plus souvent un ensemble de films fortement marqués par leur catégorie filmique, reposant sur un mode de production industriel et relevant d’une forme de divertissement sériel et commercial destiné à fidéliser un public large. Pour certain-e-s cinéphiles, chercheur-e-s, critiques et membres de la profession, cette notion a cependant un sens plus particulier, en ce qu’elle renvoie plus précisément à certains genres « illégitimes », aussi peu considérés que peu visibles et peu étudiés, et relevant d’une économie souvent précaire ou marginale. Entre ces deux acceptions dominantes du terme, qui correspondent à deux définitions aux contours flous, assez singuliers pour que les films concernés soient le plus souvent nommés de façon relativement différenciée, mais paradoxalement insuffisamment déterminés pour les opposer ou les distinguer tout à fait, coexistent une variété de formes, d’usages et d’étiquetage liés aux films et cinémas « de genre ». Convaincue que cette variété témoigne à la fois de la richesse des phénomènes envisagés et de la nécessité de les contextualiser de Continuer la lecture de Appel : cinémas de genre