Archives par mot-clé : gender studies / études de genre

Appel à contributions : L’altérité vidéoludique

“L’altérité vidéoludique”

Numéro de la revue revue Cultural Express

sous la direction de Benjamin Demassieux.

“Les gens vont dans l’Oasis pour pouvoir faire ce qu’ils veulent. Et ils y restent pour pouvoir être ce qu’ils veulent.” Ready Player One

Le numéro de la revue Cultural Express qui sera consacré pour la première fois au domaine du jeu-vidéo souhaite mener une réflexion sur l’altérité comme étant un concept différent de l’altérité telle qu’on la conçoit dans d’autres formes culturelles.  

L’Autre, avec sa majuscule distinctive, désigne à la fois un être différent de moi, mais aussi un sujet, qui interagit avec ma propre perception du monde. Cet Autre n’existe aussi que parce que Je existe. Un lien d'”intersubjectivité”, pour reprendre l’expression de Husserl, se tisse donc entre Moi et l’Autre pour aboutir à un Nous, source de potentiels conflits, de complicités et d’échanges. Je n’existe pas sans l’Autre, de même que je suis moi-même l’Autre d’un autre Je.

Le jeu-vidéo, quoique souvent considéré comme un média de culture, est en passe de devenir, si on lui en laisse l’opportunité, un objet de culture, porteur de possibilités interprétatives variées que les cultural studies pourront permettre de mettre à jour.

Continuer la lecture de Appel à contributions : L’altérité vidéoludique

Parution : Manifest Destiny 2.0. Genre Trouble in Game Worlds

Sara Humphreys, Manifest Destiny 2.0. Genre Trouble in Game Worlds, University of Nebraska Press, 2021. 

At a time when print and film have shown the classic Western and noir genres to be racist, heteronormative, and neocolonial, Sara Humphreys’s Manifest Destiny 2.0asks why these genres endure so prolifically in the video game market. While video games provide a radically new and exciting medium for storytelling, most game narratives do not offer fresh ways of understanding the world.

Video games with complex storylines are based on enduring American literary genres that disseminate problematic ideologies, quelling cultural anxieties over economic, racial, and gender inequality through the institutional acceptance and performance of Anglo cultural, racial, and economic superiority. Although game critics and scholars recognize how genres structure games and gameplay, the concept of genre continues to be viewed as a largely invisible power, subordinate to the computational processes of programming, graphics, and the making of a multimillion-dollar best seller.

Investigating the social and cultural implications of the Western and noir genres in video games through two case studies—the best-selling games Red Dead Redemption (2010) and L.A. Noire (2011)—Humphreys demonstrates how the frontier myth continues to circulate exceptionalist versions of the United States. Video games spread the neoliberal and neocolonial ideologies of the genres even as they create a new form of performative literacy that intensifies the genres well beyond their originating historical contexts. Manifest Destiny 2.0 joins the growing body of scholarship dedicated to the historical, theoretical, critical, and cultural analysis of video games.

Sara Humphreys is an assistant teaching professor of English at the University of Victoria.

Continuer la lecture de Parution : Manifest Destiny 2.0. Genre Trouble in Game Worlds

Alexie Geers (Université de Reims)

Alexie Geers, Université de Reims

Spécialiste des discours et des images médiatiques, je m’intéresse à la mise en récit des normes de genre dans les médias et à la constitution de cultures féminines à partir des médias dits féminins, tels que la presse féminine, les encyclopédies domestiques, les blogs féminins, les manuels scolaires et ce dans une perspective socio-historique.

Je suis enseignante contractuelle et chercheuse associée au Cerep de l’Université Reims Champagne Ardenne.

Pour plus d’infos : https://apparences.hypotheses.org/

Continuer la lecture de Alexie Geers (Université de Reims)

Appel à contributions : Fantasy et féminismes : aux intersections du/des genres

Colloque Fantasy et Féminismes : aux intersections du/des genres 

11-12-13-14 mai 2021 

Virtuel/Distanciel (Zoom) 

Pourtant, ça fait un bail que les mondes imaginaires 

Sont peuplés de sibylles en galère et de combattantes hors pair. 

Alors tu penses toujours que les femmes, toi qui lis cet article slamé,  

Qu’elles se nomment Talia ou Hermione, sont enfin libres d’exister, 

Qu’elles soient belles ou laides, vieilles, reines, écuyères ou rien, 

Politiciennes, mercenaires ou musiciennes, dans ces univers contemporains?  

Pour ma part, c’est vrai, j’ai le sentiment qu’il y a un véritable mouvement, 

Une évolution, un changement même dans certains questionnements 

Puisque l’on interroge le genre et son identité, pas seulement la féminité. 

Mais sais-tu, y a encore pas mal de chemin à effectuer, de combats à mener,  

De ton côté comme du mien, pour que ces atavismes soient dépassés. 

« Femmes », Slam de Charlotte Bousquet (Dictionnaire de la fantasy, 2018, 141) 

Née en Angleterre à l’époque des révolutions industrielles du XIXesiècle, puis s’étant diversifiée  au XXesiècle, la fantasy est aujourd’hui l’un des genres de l’imaginaire les plus connus (Besson,  2018, 7-8; Blanc, 2019, 9). Elle se déploie autant dans la littérature que dans les jeux vidéo, la  bande dessinée, l’illustration, les séries télévisuelles et les films, formant une constellation  transmédiatique de récits, de thèmes et de codes sans cesse renouvelés, réappropriés et  transformés.  

Parmi les critiques adressées au genre, celle d’être sexiste et conservateur est particulièrement  récurrente. Il est vrai qu’à plusieurs égards, la fantasy, de par ses codes hétéronormatifs et son  histoire (Deckers, 1996, 209; Baker, 2012, p. 438; Besson (dir.), 2018, 137-138), peut contribuer  à renforcer une hiérarchie entre les genres sexués – la place moindre réservée aux personnages féminins, le plus régulièrement personnages secondaires, alliés ou intérêts amoureux du héros, en  est un exemple. Si ces reproches sont justifiés, il existe une catégorie, d’abord marginale, puis  s’étant popularisée depuis les années 1960, de productions de fantasy « [qui] jouent avec le genre  et la sexualité, [qui] remettent en question et perturbent les idées reçues, et [qui] permettent et  encouragent leur public à imaginer des façons d’être en dehors des contraintes sociales  constitutives de l’identité sexuelle et de genre […]. [Elles peuvent] explorer ou tenter de rendre  possible des identités de genre et sexuelles non normatives »1 (Roberts et MacCallum-Stewart,  2016, 1).  Continuer la lecture de Appel à contributions : Fantasy et féminismes : aux intersections du/des genres

  1. Notre traduction, « [that] play with gender and sexuality, [that] challenge and disrupt  received notions and [that] allow and encourage their audience to imagine ways of being  outside of the constitutive constraints of socialized gender and sexual identity […] [They  can] explore or attempt to make possible non-normative gendered and sexual identities ». []

Appel à contributions : Fixxion n°24, “Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir”

Fixxion n°24, “Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir”

coordonné par Denis Saint-Amand et Mathilde Zbaeren

En 2017, l’éclatement de l’affaire Weinstein a favorisé le rayonnement du mouvement #MeToo, chaîne de solidarité rassemblant les victimes d’agressions sexuelles initiée en 2007 par Tarana Burke, une militante et travailleuse sociale noire américaine. La médiatisation de cette campagne dix ans après l’appel initial de Burke a non seulement permis de révéler au grand public le système de prédation en vigueur au sein du milieu hollywoodien, mais aussi de faire apparaître plus largement l’omniprésence des formes et mécanismes de la violence sexuelle et sexiste au sein des différents espaces sociaux. Autour d’une devise qui fonde les possibilités de reconquérir un pouvoir dans l’empathie, le mouvement #MeToo s’est largement déployé pour impliquer et rallier progressivement des voix de femmes victimes de harcèlement et de violences sexuelles au sein de communautés diverses. Émergeant il y a trois ans comme une dynamique réflexive puissante et polymorphe, ce phénomène médiatique et politique trouve un appui solide sur une tradition de luttes féministes articulées, dans une perspective intersectionnelle (Crenshaw, 1989 ; McCall, 2005), à d’autres mouvements d’émancipation, luttes décoloniales et LGBTQIA+, notamment. Ces perspectives conjointes fournissent des outils épistémologiques puissants permettant à des actrices et acteurs sociaux de défier l’hégémonie d’un patriarcat autant prescriptif que restrictif. Une opération médiatique telle que celle menée en 2017 atteste d’une volonté de démocratiser l’accès aux luttes et de donner au plus grand nombre les moyens de secouer les normes imposées en matière de rapport de genre et de sexualités. Continuer la lecture de Appel à contributions : Fixxion n°24, “Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir”

PARUTION: “Fictions et pouvoirs”, Revue critique de fixxion française contemporaine, n° 21 (2020)

Fictions et pouvoirs

numéro coordonné par Aurélie Adler et Julien Lefort-Favreau

Site de la revue

Sommaire

Aurélie Adler, Julien Lefort-Favreau
1-5

Études

Hélène Barthelmebs-Raguin
6-17
Karol’Ann Boivin
18-32
Cécile Chatelet
33-41
Dominique Carlini Versini
42-51
Marc-Antoine Blais
52-63
Frank Wagner
64-73
Frédéric Martin-Achard
74-84
Morgane Kieffer
85-94
Arthur Pétin
95-108
Simon Levesque
109-120
Annabel Kim
121-130
Elara Bertho
131-141

Entretien

Julien Lefort-Favreau, Hélène Frédérick
142-148
Emmanuel Bouju
149-152

(Re)Lire

Émile Bordeleau-Pitre
153-160

Carte blanche

Fanny Taillandier
161-165

Parution : Lesbians on Television. New Queer Visibility & The Lesbian Normal

Kate McNicholas Smith, Lesbians on Television. New Queer Visibility & The Lesbian Normal, Intellect, 2020. 

The twenty-first century has seen LGBTQ+ rights emerge at the forefront of public discourse and national politics in ways that would once have been hard to imagine. This book offers a unique and layered account of the complex dynamics in the modern moment of social change, drawing together critical, social and cultural theory as well as empirical research, which includes interviews and multi-platform media analyses.

This original new study puts forward a much-needed analysis of twenty-first century television and lesbian visibility. Books addressing the representation of lesbians have tended to focus on film; analysis of queer characters on television has usually focused on representations of gay males.  Other recent books have attempted to address lesbian, gay and trans representation together, with the result that none are examined in sufficient detail – here, the exclusive focus on lesbian representation allows a fuller discussion. Until now, much of the research on lesbian and gay representation has tended to employ only textual analysis. The combination of audience research with analysis in this book brings a new angle to the debates, as does the critical review of the tropes of lesbian representation. The earlier stereotypes of pathological monsters and predators are discussed alongside the more recent trends of ‘lesbian chic’ and ‘lesbianism as a phase’. 

Kate McNicholas Smith is lecturer in television theory at the University of Westminster. Continuer la lecture de Parution : Lesbians on Television. New Queer Visibility & The Lesbian Normal

Appel à propositions : Trans Identities in the French media

Edited volume: “Trans Identities in the French media”

As a preamble to this call for abstracts, we want to specify that we are using the terms “transgender” and “trans identities” as umbrella terms for people whose gender identity and/or gender expression differs from what is typically associated with the sex they were assigned at birth. Our use of “transgender” or “trans identities” thus encompasses a variety of experiences within and outside the gender binary, and a range of expressions, as trans individuals pursue many different options (medical changes, clothing, make-up, etc.) to bring their appearances into alignment with their gender identity, or may choose not to.

“Transsexualité, transidentité: un tabou français?” (“Transsexuality, transidentity: a French taboo?1): such was the title chosen by the online French news magazine France Info for an article published in 2015 that discussed the lack of visibility and biases transgender people still experience in French society. Indeed, the production of images and narratives about transgender people in a French context is a complex process that demands to be further analyzed. On the one hand, there has been an increasing visibility of trans individuals in film and TV in recent years. TV documentaries such as Devenir il ou elle (Lorène Debaisieux, 2017) and Être fille ou garçon: Le Dilemme des transgenres (Clarisse Verrier, 2017) follow the lives of adolescents as they transition into their authentic gender; director Sébastien Lifshitz dedicated a documentary to one of France’s first individuals to have undergone gender confirmation surgery with Bambi (2013), and he hired a transgender actress to play the main character in his film Wild Side (2004). However, transgender actors and actresses still remain painfully underrepresented in the French media, with most transgender characters being played by cisgender actors or actresses (Vincent Perez in Ceux qui m’aiment prendront le train (1998), Fanny Ardant in Lola Pater(2017), Claire Nebout in the short-lived TV series Louis(e) (2017), to name a few). From a societal perspective, the fact remains that the number of transphobic acts in France has continued to increase over the past years2. Moreover, the predominance of the French nation state weighs heavily on the recognition of trans identities in order to produce a narrative that avoids any kind of communautarisme, such that trans identities are integrated within the republican values of the country to appear less “frightening” to the general public. As noted by Todd W. Reeser, this has a direct impact on the way trans identities are portrayed in the media: “in journalistic prose, trans narratives, documentaries, and TV programs, transgender subjects are frequently defined through nation-based discourses, institutions, and state-sanctioned forms of power […]” (Reeser, 4)3Continuer la lecture de Appel à propositions : Trans Identities in the French media

  1.  Source: https://www.francetvinfo.fr/societe/transsexualite-transidentite-un-tabou-francais_891103.html []
  2. The number of homophobic and trans-phobic acts officially counted in France in 2016 rose by almost 20% (source: https://www.lexpress.fr/actualite/societe/les-actes-homophobes-et-transphobes-ont-augmente-de-presque-20-en-2016_1906740.html) []
  3.  Reeser, Todd W. “TransFrance”, L’Esprit créateur 53 (1), Spring 2013, pp.4-14. []

Parution : Politiques du musical hollywoodien

Aurélie Ledoux, Pierre-Olivier Toussa (dir.), Politiques du musical hollywoodien, Presses Universitaires de Nanterre, 2020. 

La comédie musicale offre à ses publics des divertissements « familiaux » et en apparence inoffensifs, dont la fantaisie semble éloignée de tout réalisme et de tout souci critique. Pourtant le musical, émanation parfaite de l’ âge d’or hollywoodien, expose de façon ouverte les tensions idéologiques et culturelles qui le traversent.
Rassemblant les contributions de spécialistes de cinéma, de danse et de musique, cet ouvrage propose une exploration des « politiques » de ce genre protéiforme – depuis les cycles de musicals des années 1930 et jusqu’aux films à grand spectacle des années 1960 – à partir de trois questions principales : la place spécifique de la comédie musicale dans le système d’autocensure orchestré par le Code de production hollywoodien ; les normes de représentation, en particulier raciales, liées à la reprise de traditions musicales ou chorégraphiques ; les enjeux idéologiques, enfin, d’un genre situé au cœur de la culture de masse et, à ce titre, inséparable d’impératifs technologiques et médiatiques.

Contributions de Marion Carrot, Marguerite Chabrol, Steven Cohan, Todd Decker, Gaspard Delon, Laurent Guido, Aurélie Ledoux, Adrienne L. McLean, Karen McNally, Allison Robbins, Pierre-Olivier Toulza. Continuer la lecture de Parution : Politiques du musical hollywoodien

Appel à contributions : Making a Murderer: True Crime in Contemporary American Popular Culture

deadline for submissions: 
January 31, 2021
 
full name / name of organization: 
Crime Fiction Studies
 
contact email: 
 

“Everybody’s fascinated with the notion that there is a cause and effect,” claims notorious serial killer Ted Bundy, quoted in the Netflix original, Conversations with a Killer: The Ted Bundy Tapes (2019) – that we can “put our finger on it,” and reassuringly rationalise the genesis of the uniquely modern phenomenon of the American serial killer. But when there is “absolutely nothing” in the background of a serial murderer that would lead one to believe they were “capable of committing murder,” how do we begin to acclimatise ourselves to this violent defect of contemporary history? More challengingly, how do we bring depth to our collective portrait of what constitutes a murderer, so that we may then self-exempt our compulsion to look more closely at these perversely familiar figures?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Making a Murderer: True Crime in Contemporary American Popular Culture