Archives par mot-clé : gender studies / études de genre

Appel: Harlequin enchaîné, 50 nuances de Grey

HARLEQUIN ENCHAÎNÉ, 50 NUANCES DE GREY

(DOSSIER POP-EN-STOCK)

Vendue à 65 million d’exemplaires dans le monde, la trilogie de E. L. James autour des amours tortueuses de la naïve universitaire Anastasia Steele et le jeune magnat Christian Grey constitue l´oeuvre la plus rapidement et viralement consommée de l´Histoire de l´édition. Émergeant de la fan fiction qui prolifère autour de la série Twilight, il s´agissait de transformer la pornographie de l´abstinence qui unit le couple principal en un récit d´initiation sadomasochiste, ce qui fut perçu par la communauté twihard comme une profonde entorse au mythe initial, provoquant l´exil de l´œuvre des sites officiels d´expansion de la franchise et par là son affranchissement du canon vampirique. Triomphant dans les nouveaux réseaux de la cyberlecture (du web au e-book), la trilogie imprimée devint vite l´oeuvre la plus vendue sur Amazon.

Saluée par J. Goudreau comme l´émergence d´un nouveau sous-genre, le “mommy porn” destiné aux mamans trentenaires nostalgiques d´une sexualité à laquelle elles auraient en grande partie renoncée, honnie pour ses phrases “asiniennes” et sa trame “déprimante” (J. Reeves), l´œuvre intrigue avant tout par les conditions de son succès. Ce nouveau jalon dans la blockbusterisation marchande de la littérature de masses a été ironiquement considéré comme le symptôme d´une nouvelle (et ultime) décadence par le New York Daily (“Fin de la civilisation: E. L. James choisie Personnalité de l´Année par le Publishers Weekly“), réveillant des vieilles craintes autour de l´abêtissement (dumbing down) des masses américaines et, désormais, planétaires.

Le débat attise bien entendu les réflexions autour du post-féminisme. Alors que l´on peut se demander avec K. Roiphe si le libre arbitre est devenu pour les femmes un fardeau dont elles voudraient se délivrer par des fantasmes de soumission, d´autres penseuses y voient au contraire un signe inévitable et positif de l´égalité d´opportunités, les femmes étant libres enfin d´accéder sans complexes à leur propre pornographie. Or qu´il soit le signe de l´échec ou du triomphe du féminisme, ce qui frappe dans ce prétendu érotisme c´est à quel point il est dominé par le modèle de la littérature sentimentale la plus traditionnelle, au moment même où les productions Harlequin sont entrées dans une ère de sexualisation explicite de leurs produits (la catégorie Blaze/Désir), déjà annoncée par le succès de leurs rivales (Silhouettes, Candlelight Ecstasy) dans les années Reagan. La sentimentalisation du BDSM aux bras du Prince youppie serait-elle alors le signe d´un autre retour du refoulé, au-delà de la régression vers des consolations archaïques d´une féminité en déreliction?

Les dossiers thématiques POP-EN-STOCK sont à soumission ouverte. Une fois un numéro thématique « lancé », il demeure ouvert, indéfiniment, à quiconque voudrait y soumettre une collaboration. Le(s) directeur(s) d’un dossier s’engage(nt) à évaluer et éditer les nouvelles propositions à leur dossier pour une durée de deux ans, sous la supervision des directeurs de la revue.

La longueur des articles est variable. POP-EN-STOCK accepte une limite inférieure équivalent à sept ou huit pages (3000 mots), afin de favoriser la publication rapide, mais peut aussi accepter des articles beaucoup plus longs selon l’offre (n’étant pas limitée par un impératif de préservation de la forêt boréale).

CFP: Tomb Raider Collection of Essays

Tomb Raider Collection of Essays 1st of June 2013

contact email:
Nadine.Farghaly@gmx.net

First appearing in the 1996 video game Tomb Raider, Lara Croft has since then been featured in over ten video games, two motion pictures, several graphic novel series, an animated series and books. Moreover, the character’s fame secured her a place in the Guinness book of records as the most recognizable female video game character, as well as a Star on the Walk of Fame in Hollywood. Lady Lara Croft is an intelligent, adventurous, attractive and athletic English Aristocrat and archaeologist. Although she has widely received positive receptions as a strong female role model, there are some voices who reduce this character to her outward appearance. Nevertheless, it is Lara Croft who has been responsible for improving the quality as well as quantity of other female game characters and is widely used as a standard to measure their meaning. The first Tomb Raider (2001) movie is still the second highest-grossing video game movie headlined by a woman. The cultural importance of this vital female character should not be underestimated and deserves a thorough academic investigation.

This publication aims to examine Tomb Raider/ Lara Croft in literature, art, and other media to questions concerning sexuality, gender, identity, social change and feminism. It will provide an interdisciplinary stage for the development of innovative and creative research and examine this vital and complex female protagonist in all her various manifestations and cultural meanings.
What to Send:

300 – 500 word abstracts (or complete articles, if available) and CVs should be submitted by June 1, 2013. If an abstract is accepted for the collection, a full draft of the essay (5000 – 8000 words) will be required by December 1, 2013.

Abstracts and final articles should be submitted to: Nadine.Farghaly@gmx.netreceipt of the abstracts will be send within one week. In case you do not receive an email, please resend your proposal.

CFP: Gender and Sexuality in the Crime Genre (15 février 2013)

CALL FOR PAPERS

Gender and Sexuality in the Crime Genre

for the Fifth Interdisciplinary Conference of the Crime Genre Research Network, Ireland,

supported by the NUIG-UL Gender ARC

Gender and Sexuality in the Crime Genre

to be held at

The National University of Ireland, Galway

Friday 21 – Sunday 23 June, 2013

We invite papers that examine how gender and sexuality are treated in literature and/or in film and television within the crime genre. Papers are welcome from any language area, (although papers must be delivered in English and should be no more than twenty minutes in length).

Papers will be welcomed from a range of disciplines (modern languages, English studies, comparative literature, history, film studies, cultural studies, political science and sociology etc.)

Conference organisers: Dr Kate Quinn, Spanish and Latin American Studies, National University of Ireland, Galway

Dr Marieke Krajenbrink, German Studies, University of Limerick

Abstracts (of 300 words maximum) should be sent to Dr Quinn and/or Dr Krajenbrink

Deadline for receipt of abstracts: Friday, 15 February 2013

Contact details: Dr Kate Quinn

email: kate.quinn@nuigalway.ie

tel: 00353 91 492792

Contact details: Dr Marieke Krajenbrink

email: marieke.krajenbrink@ul.ie

tel: 00353 61 202453

Publication : Femmes médiatrices et ambivalentes. Mythes et imaginaires, Anna Caiozzo, Nathalie Ernoult (dir.)

Anna Caiozzo, Nathalie Ernoult (dir.), Femmes médiatrices et ambivalentes. Mythes et imaginaires, Armand Colin, 336 p., 29 euros. EAN13 : 9782200272814

Lilith, Ishtar, Athéna, Déméter, Mélusine, Marie, Vis, Aglauros, Shirin, et bien d’autres, toutes sont femmes, tout comme sont aussi femmes ces créatures effrayantes, Lilith, Umm Sibyan , et autres démones, ogresses, sirènes ou amazones contre lesquelles les hommes et les femmes se protègent en consultant d’autres femmes, devineresses, prophétesses et autres vetules. Car toutes ces femmes, d’ici et d’ailleurs, issues du passé ou du présent, réelles ou imaginaires, offrent par-delà leurs différences apparentes un même visage, celui de l’ambiguïté et des questionnements relatifs à l’ontologie même de la féminité dans les imaginaires masculins. Les portraits de femmes présentés dans cet ouvrage tentent de cerner, en abordant différents types d’êtres féminins, le mystère de la féminité dans ce qu’il possède de plus complexe : le rapport au sacré stigmatisé par l’ambivalence et illustré par la médiation.

Réelles ou mythiques, ces femmes présentent toutes, à l’instar de la déesse, de la fée ou de la sirène, des facettes de la femme fatale dont la seule évocation résume tout un imaginaire masculin relatif à la femme, mère et amante, pourvoyeuse de plaisir et de richesses, mais aussi potentiellement dangereuse. Et, en particulier, sont redoutées celles d’entre elles qui ont échoué dans leur fonction d’épouse et de mère, entités nuisibles aux autres femmes et à leur progéniture, voire aux hommes eux-mêmes. Si le mystère de la vie lie indéfectiblement les femmes avec l’au-delà, elles en tirent aussi des capacités occultes qui en font aussi des médiatrices pourvoyeuses de biens matériels. Mais leur médiation se limite parfois à une tâche autrement plus noble : aider l’homme à accomplir son destin.

Anna Caiozzo est maître de conférences HDR en histoire du Moyen Âge à l’université de Paris 7 Denis Diderot.

Nathalie Ernoult est chercheuse UMR-ANHIMA et attachée de conservation au Centre Pompidou.

http://www.armand-colin.com/livre.php?idp=39885

Parution: Le héros était une femme… Le Genre de l'aventure Loïse Bilat, Gianni Haver (dir.)

Le héros était une femme…

Le Genre de l’aventure

Loïse Bilat, Gianni Haver (dir.)

2011, 268 pages, 38 chf, 25 €, ISBN 978-2-88901-050-9

Que devient le héros lorsque celui-ci est une femme ou que devient une femme lorsqu’elle devient héros?

Lara Croft et ses Uzi, Beatrix Kiddo et son katana ou encore Lisbeth Salander et son Q.I. hors norme: les personnages féminins semblent de mieux en mieux armés pour faire face à l’adversité. Projetées dans ce rôle traditionnellement masculin de moteur de l’intrigue, les femmes entrent de plus en plus dans une logique d’héroïsation.

Elles se battent dans les pages d’un roman, entre les photogrammes d’un film, les cases d’un manga ou parmi des pixels et sont ici discutées par des auteur·e·s de différentes disciplines, que ce soit l’histoire, la sociologie ou les études genre. Ces diverses contributions nous aident à découvrir quelles sont les normes et les signes de leur féminité et de leur héroïcité. Qu’est-ce qu’une femme et qu’est-ce qu’un comportement héroïque dans nos fictions ? Comment ces deux modèles se combinent-ils dans les industries culturelles contemporaines ?

Cet ouvrage est le fruit d’une collaboration internationale. Il débute par un petit essai sur la figure du “héros féminin” dans la fiction, qui est suivi par quatorze articles portant chacun sur un personnage particulier. Ainsi, plus qu’un panorama des “nouvelles héroïnes”, notre livre propose une réflexion sur l’agencement du masculin et du féminin dans nos mythes contemporains.

Table des matières

  • Une justicière maîtresse de son destin? Le Genre de l’héroïsme (Loïse Bilat, Gianni Haver)
  • Charly Baltimore: le dilemme du héros féminin domestique (Pia Pandelakis)
  • Fifi Brindacier: un héros féminin intemporel et transgénérationnel (Eva Söderberg)
  • Buffy: héros postféministe (Malin Isaksson)
  • Catwoman: l’échec du héros féminin (Fabrice Bourlez)
  • Cendrillon détective: intertopoïsme performatif dans Piège pour Cendrillon (Michèle Schaal)
  • Lara Croft: simulation d’un héros féminin (Selim Krichane)
  • Gally de Gunnm: quand une cyborg sauve le monde d’un destin moderne (Olivier Jubin)
  • Beatrix Kiddo: la mariée en noir, alias la maman et le sabre du scorpion (Fabienne Malbois, Jelena Ristic)
  • Lélia: conflit et résistance héroïque chez George Sand (Salah J. Khan)
  • Line, l’héroïque (Michel Porret)
  • Ellen Ripley: genèse et radicalité du héros féminin (Louis-Paul Willis)
  • Yoko Tsuno: l’ambivalence du héros féminin face à diverses formes d’altérité (Alain Boillat)
  • V. I. Warshawski: une femme d’action en quête d’un nouvel ordre (Mélanie E. Collado)
  • Wonder Woman: plus forte qu’Hercule, plus douce qu’une bonne épouse (Loïse Bilat)

Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine de Mona Chollet

Beauté Fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine

Mona Chollet

Soutiens-gorge rembourrés pour fillettes, obsession de la minceur, banalisation de la chirurgie esthétique, prescription insistante du port de la jupe comme symbole de libération : la « tyrannie du look » affirme aujourd’hui son emprise pour imposer la féminité la plus stéréotypée. Décortiquant presse féminine, discours publicitaires, blogs, séries télévisées, témoignages de mannequins et enquêtes sociologiques, Mona Chollet montre dans ce livre comment les industries du « complexe mode-beauté» travaillent à maintenir, sur un mode insidieux et séduisant, la logique sexiste au coeur de la sphère culturelle.
Sous le prétendu culte de la beauté prospère une haine de soi et de son corps, entretenue par le matraquage de normes inatteignables. Un processus d’autodévalorisation qui alimente une anxiété constante au sujet du physique en même temps qu’il condamne les femmes à ne pas savoir exister autrement que par la séduction, les enfermant dans un état de subordination permanente. En ce sens, la question du corps pourrait bien constituer la clé d’une avancée des droits des femmes sur tous les autres plans, de la lutte contre les violences à celle contre les inégalités au travail.

Introduction
1. Et les vaches seront bien gardées. L’injonction à la féminité
Pour des femmes en jupe et des hommes qui en ont
Le charme retrouvé des territoires féminins
« N’exister que par la beauté»
Backlash et marketing
Fermer des portes pour l’avenir
2. Un héritage embarrassant. Interlude sur l’ambivalence
« Avec quoi elle vient ! »
Sagesse de la parure
L’univers en modèle réduit
Derrière la fascination du it bag
Congédier le monde
3. Le triomphe des otaries. Les prétentions culturelles du complexe mode-beauté
« Il faut faire un effort, Jenn’ ! »
Actrices ou communicantes ?
Le paradigme Gossip Girl
L’aristocratie du showbiz
Les marques en terrain conquis
Patauger dans son aliénation
Les femmes et la culture de masse
Une « fin de l’Histoire » au féminin ?
4. Une femmes disparaît. L’obsession de la minceur, un « désordre culturel »
Exister sans corps
Femmes et nourriture, un rendez-vous toujours manqué
L’anorexique : anormale ou trop normale ?
Un modèle impossible
Hypocrisie et perversité
Couper les ponts
Une question de santé ?
5. La fiancée de Frankenstein. Culte du corps ou haine du corps ?
Nier la douleur
Un couteau sans lame…
Un éclairage impitoyable
L’aura confisquée
« Ce qui me fait chanter »
Le piège de l’homologation
Une merveilleuse « liberté de choix »
6. Commnet peut-on ne pas être blanche ? Derrière l’ode à la « diversité»
S’afficher dans le camp des gagnants
Soigner les corps « dégénérés »
« Illuminer les recoins sombres de la Terre »
« Suprématie blanche » dans la mode
Une créativitéétouffée
La lumière, encore
7. Le soliloque du dominant. La féminité comme subordination
Yohji Yamamoto contre le « style recherche d’emploi »
Les femmes sont-elles des objets ?
Grands hommes et petites pépées
Banalité du Pygmalion lubrique
Un érotisme de ventriloques
L’horreur : une femme qui pense

Mona Chollet, Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine, La Découverte, 2012.

Colloque international « Culture et contre-culture: genèses, pratiques, conceptualisation »

Colloque international “Culture et contre-culture: genèses, pratiques, conceptualisation”

Du 21 mars 2012 au 23 mars 2012, Université Paris Ouest Nanterre
___

PROGRAMME

MERCREDI 21 MARS

8h00- 8h30 : Accueil des participants

8h30-9h00 : Ouverture

CONFÉRENCES D’INTRODUCTION. D’hier à aujourd’hui : Expériences et analyses de la contre-culture

Présidence: Ingrid GILCHER-HOLTEY, Université de Bielefeld.

9h00 – 09h30 : Laurent DANCHIN, Critique d’art, « La contre-culture à Nanterre : entre Grappin et Benny Lévy »

09h45 – 10h15 : Alice ECHOLS, University of Southern California, « From Hanging Out to Coming Out: The Countercultures of the Long Sixties »

10h30 – 11h00 : David FARBER, Temple University, « Building the Counterculture »

11h15 – 11h30 : Pause café

11h30 – 12h00 : Didier ERIBON, Université de Picardie Jules Verne, « Sociologie et domination »

12h15 – 12h45 : Beth BAILEY, Temple University, « Sex as a Weapon »

13h00 – 14h30 : Déjeuner

PANEL I. La construction du ‘texte’ contre-culturel

Présidence : Ingrid GILCHER-HOLTEY, Université de Bielefeld

1. La formation d’une référence américaine

14h30 – 14h50 : Stephan ISERNHAGEN, Université de Bielefeld, « Susan Sontag et la contre-culture à Greenwich Village »

14h50 – 15h10 : Sophie DANNENMÜLLER, Université Paris 7, « La publication Semina de Wallace Berman : un trait d’union pour les Beats, beatniks et autres ‘barbares sacrés’ de la Côte Ouest »

2. Les usages de la théorie

15h40 – 16h00 : Matthieu REMY, Université de Nancy 2, « Le jeune Marx, une figure tutélaire de la contre-culture ? »

16h00 – 16h20 : Anna TRESPEUCH-BERTHELOT, Université Paris 1, « La réception de l’Internationale Situationniste : une balise dans l’histoire de la contre-culture »

16h50 – 17h10 : Pause café

3. La presse parallèle et la critique sociale

17h10 – 17h30 : Daniel GORDON, Edge Hill University, « Sans Frontière et la fin des ‘années 68’ en France »

17h30 – 17h50 : Manus McGROGAN, Université de Portsmouth, « TOUT!: A l’interface de l’underground et de la révolution »

JEUDI 22 MARS

PANEL II. Institutions politiques et dynamiques contre-culturelles

Présidence: Anne-Marie PAILHES, Université Paris Ouest Nanterre

1. Les institutions religieuses

9h00 – 9h20 : Catherine DEJEUMONT, Université Paris Ouest Nanterre, « Münster (1534-1535) : exemple précoce de contre-culture ou histoire d’une méprise ? »

9h20 – 9h40 : Vincent SOULAGE, EPHE, « L’Eglise parallèle des chrétiens contestataires des années 68 »

2. Les régimes politiques

10h10 – 10h30 : Nathanel AMAR, Sciences Po – CERI, « La communauté punk en chine : entre réinterprétation d’une contre-culture et dissidence »

10h30 – 10h50 : Federico TARRAGONI, Agrégé de sciences sociales et doctorant contractuel en sociologie (IDHE-Paris 10/CSPRP-Paris 7), « La contre-culture populaire à l’épreuve de l’hégémonie populiste : le peuple des barrios vénézuéliens de la contestation callejera aux Comunas socialistes ».

11h20 – 11h40 : Pause café

3. Les « gauchismes »

11h40 – 12h00 : Silke MENDE, Université de Tübingen, « La naissance des Verts à partir de la contre-culture ? La formation des Verts ouest-allemands dans les années 1970 et ses relations avec le monde alternatif »

12h00 – 12h20 : Michaël ROLLAND, Université de Nancy 2, « Les relations complexes entre la contre-culture et les gauches radicales dans la France des années 1968 »

13h00 – 14h30 : Déjeuner

PANEL III.  Pratiques alternatives

Présidence : Caroline ROLLAND-DIAMOND, Université Paris Ouest Nanterre

1.  L’autonomie des groupements intellectuels et ses enjeux

14h30 – 14h50 : Björn LÜCK, Université de Bielefeld, « A la recherche d’une contre-structure :  le quotidien allemand “taz” et l’autogestion »

14h50 – 15h10 : Claus KRÖGER, Université de Bielefeld, “The “Verlag der Autoren” (Publishing House of Authors) as a  counter-institution? »

2. Les formes du « retour à la nature »

15h40 – 16h00 : Eric DOIDY, INRA Dijon, « Reconversions et déplacements de la critique dans la mobilisation pacifiste contemporaine aux Etats-Unis. Ethnographie d’un héritage de la contre-culture des années 1960-1970 »

16h00 – 16h20 : Anahita GRISONI, EHESS, « Sous les pavés, la terre : des mouvements néo-ruraux au marché du bien-être, de la contre-culture à la culture alternative ? »

16h50 – 17h10 : Pause café

3. Les nouveaux enjeux de consommation dans la dynamique capitaliste

17h10 – 17h30 : Benoît LEROUX, Université Paris Est Créteil, « Une contre-culture en agriculture ?  La dynamique agrobiologique face au paradigme productiviste »

17h30 – 17h50 : Jean-Baptiste VELUT, Université Paris Est Marne La Vallée, « ‘Fair trade’, ‘sweatfree’ and ‘carbon neutral’: American consumer action in the age of globalism

VENDREDI 23 MARS

PANEL IV. La transformation des répertoires contestataires

Présidence : Xavier LANDRIN, Université Paris Ouest Nanterre

1.  De nouveaux répertoires contestataires ?

9h00 – 9h20 : William SCHNABEL, Université de Nancy 2,  « Weather Underground : du radicalisme à la révolution »

9h20 – 9h40 : Baptiste COLIN, Université Paris 7, « ‘wat tut du zu tuwat?’  ou l’espace transnational des squatt*eur*euses. Une approche croisée de l’été 1981 à Berlin-Ouest et Paris »

9h40 – 10h00 : Charlotte BOMY, Université Paul Valéry Montpellier 3, « Contre-cultures sur les scènes berlinoises après 1968 : transferts des discours et des pratiques de part et d’autre du Mur »

10h40 – 11h00 : Pause café

2. Usages du genre et identités sexuelles

11h00 – 11h20 : Antoine IDIER, Université Picardie Jules Verne, « ‘Jouons aux élections avec les pédés !’ : Détournement et réappropriation de l’élection par les militants homosexuels français »

11h20 – 11h40 : Sarah KIANI, Université de Berne, « Egalité et restructuration du mouvement des femmes : contre-culture et institutionnalisation (1974-1996) »

12h30 – 14h00 : Déjeuner

PANEL V.  Genèse, labellisation et import-export des contre-cultures musicales

Présidence : Anaïs FLECHET, Université Versailles Saint-Quentin

1. Les labels de la contre-culture musicale

14h00 – 14h20 : Christophe VOILLIOT, Université Paris Ouest Nanterre, « BYG is beautiful ou comment a été labellisée la contre-culture musicale »

14h20 – 14h40 : Romuald JAMET, Université Paris Descartes, « Do It Yourself ! : Du slogan à l’art de vivre. DIY et musique dans les contre-cultures contestataires à Paris et Berlin »

15h10 – 15h30 : Pause café

2. Les trajectoires de la contestation musicale

15h30 – 15h50 : Jean-François HERSENT, Direction générale des Médias et des Industries culturelles – Ministère de la Culture, « Musique rock et contre-culture : dynamique contestataire ou évasion sans conséquence des enragés du larsen »

15h50 – 16h10 : Pierre RABOUD, Université de Lausanne, « Le punk dans les deux Allemagnes, le style comme dynamique contestataire »

16h10 – 16h30 : Harri VEIVO, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, « De la ‘nouvelle poésie’ des férus du jazz à l’underground des rockers subversifs : définitions et auto-définitions des pratiques artistiques expérimentales et contestataires en Finlande dans les années 60 »

17h00 – 17h20 : Pause café

17h20 – 18h00 : CONCLUSIONS DU COLLOQUE : Bernard LACROIX, Université Paris Ouest Nanterre – Institut Universitaire de France

__

COMITÉ SCIENTIFIQUE D’ORGANISATION :

– Ingrid Gilcher-Holtey, Chaire d’Histoire du temps présent, Université de Bielefeld

– Bernard Lacroix, Groupe d’analyse politique, Université Paris Ouest – Institut Universitaire de France

– Xavier Landrin, Groupe d’analyse politique, Université Paris Ouest Nanterre

– Anne-Marie Pailhès, Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone, Université Paris Ouest Nanterre

– Caroline Rolland-Diamond, Centre de recherches anglophones, Université Paris Ouest Nanterre

INSTITUTIONS ORGANISATRICES ET PARTENARIAT :

– Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG), Université Paris Ouest Nanterre

– Centre de recherches anglophones (CREA), Université Paris Ouest Nanterre

– Groupe d’analyse politique (GAP), Université Paris Ouest Nanterre

– Chaire d’histoire du temps présent, Université de Bielefeld

– Institut Universitaire de France

– Institut des Amériques (IdA)

– DAAD – Deutscher Akademischer Austausch Dienst

– Centre d’études littéraires Jean Mourot (CELJM), Université Nancy 2

– Interdisciplinarité dans les études anglophones (IDEA), Université Nancy 2

LIEU : Salle des conférences – Bâtiment B

CONTACT : colloquecontreculture@gmail.com

Call for communication : Girls and digital culture: transnational reflections

Kasey McMahon, Connected

Girls and digital culture: transnational reflections

An international interdisciplinary conference hosted by the Centre for Culture, Media and Creative Industries and the Department of Digital Humanities, King’s College, London.

September 13 & 14 , 2012, King’s College London, Strand Campus

This conference seeks to bring together current research exploring the relationship between contemporary girlhood and digital culture, in a transnational frame. Drawing on approaches from the arts, humanities and social sciences  the conference will look at how contemporary transformations and transnational interconnections may be challenging existing social and cultural categories, power structures and global hegemonies.

The conference will consider the following questions:

  • What are the key debates in current research on girls, young women and digital culture?
  • How might a transnational lens raise new questions, and what new ideas does it make thinkable?
  • Is digital culture global culture?
  • How does the development of new digital technologies affects notions and experiences of girlhood?
  • *How are girls using new digital technologies?
  • How do ideas and practices move across national borders?
  • What effects do transnational interconnections have on girlhood and digital culture?

Speakers include:

  • Lisa Nakamura
  • ShaniOrgad
  • Kalpana Wilson
  • Jessica Ringrose
  • RupaHuq
  • Simidele Dosekun

Papers will be welcomed from across the social sciences, arts and humanities, including sociology, geography, media and communication studies, digital humanities, web science, gender studies, queer studies, cultural studies and postcolonial theory, as well as from artists, activists, grassroots and community initiatives and policy makers/think tanks.

Themes of the conference include:

  • Girls experiences of digital culture
  • Gender and social media
  • Sexuality
  • Activism and politics
  • Identity and subjectivity
  • Development
  • Gender and blogging
  • Gender, play and digital culture
  • Power and digital divisions
  • Convergence
  • Intersectional and transnational approaches

Abstracts of up to 200 words should be sent to girlsanddigitalculture@gmail.com, by 31st March 2012

For further details and updates see : http://girlsanddigitalculture.cch.kcl.ac.uk/

Présidente : le grand défi. Femmes, politique et médias, Marlène Coulomb-Gully

Marlène Coulomb-Gully, Présidente : le grand défi, Payot, Paris, 2012, 400p. ISBN : 2-228-90712-X

www.payot-rivages.net

Si les femmes de pouvoir ont toujours existé, les femmes chefs d’Etat, démocratiquement élues, restent l’exception. En France, le fait est inédit, même si plusieurs d’entre elles se sont portées candidates depuis la première élection du président de la République au suffrage universel en 1965. Elles sont neuf en attendant celles qui, dans leur sillage, relèveront à nouveau le grand défi de l’investiture suprême. Toutefois le geste, voire la geste, de ces pionnières reste avant tout symbolique : aucune en effet, jusqu’en 2007, ne pouvait espérer figurer au second tour. Il n’en est que plus fort dans la rupture qu’il instaure et la brèche ainsi ouverte.

C’ets le regard des médias sur ces femmes politiques qui constitue l’objet de la présente étude dont la Ve République est le cadre. Révélateurs de l’imaginaire dominant autant qu’ils contribuent à le construire, les médias sont un creuset des représentations collectives. Quels portraits brossent-ils de ces femmes hors du commun et en quels termes les évoquent-ils ? Que nous disent-ils de l’articulation du masculin et du féminin au regard de la légitimité politique et de son évolution au cours des dernières décennies ? Autant de questions auxquelles s’efforce de répondre cet essai vif et enlevé, non dénué d’ironie, qui voudrait voir enfin démentie la formule selon laquelle, en France, les femmes sont candidates et les présidents sont des hommes.

Marlène Coulomb-Gully

Marlène Coulomb-Gully est professeure à l’université de Toulouse-Le Mirail où elle enseigne la communication. Ses recherches portent sur les rapports entre politique, médias et genre (La Démocratie mise en scènes. Télévision et élections, 2001 ; Les Informations télévisées, 1995).