Archives par mot-clé : gender studies / études de genre

Marine Thomas (Université de Lille)

Doctorante, GERiiCO, Université de Lille

Domaines de recherche

Masculinités, bande dessinée d’aventure, bande dessinée franco-belge, analyse de discours, sémiotique, analyse de discours, genre, intersectionnalité

Spécialité

Bandes dessinées d’aventure franco-belges et figure(s) de l’aventurier·e: un médium représentant des masculinités hétérogènes et mouvantes de 1930 à la fin des années 2010

Formation

Septembre 2021- : Doctorat en Sciences de l’information et de la communication / Sciences de l’homme et de la société : sous la direction de Stéphane Chaudiron et le co-encadrement de Marion Dalibert. Laboratoire GERiiCO. Université de Lille

Mon projet de thèse a pour objectif d’étudier la façon dont plusieurs séries de bandes dessinées franco-belges d’aventure parues entre les années 1930 et la fin des années 2010 représentent les masculinités à partir des contextes sociohistoriques préalablement étudiés. La bande dessinée y serait donc comprise en tant que médium dans sa dimension sociale, notamment comme médiation spécifique entre un public et le monde. Ces analyses permettraient de repérer les sociotypies, continuités, évolutions et ruptures chez les personnages et les masculinités dans la bande dessinée d’aventure franco-belge au fil du temps. Elles intégreraient une dimension intersectionnelle prenant pleinement part à l’analyse et rentrant donc dans une démarche constructiviste.

Continuer la lecture de Marine Thomas (Université de Lille)

Appel à contributions : Communication vol 41/1, “Influence et rapports de minoration. Faire et défaire les normes dominantes à l’aune des logiques algorithmiques”

Appel à contributions : Communication, vol 41/1, “Influence et rapports de minoration. Faire et défaire les normes dominantes à l’aune des logiques algorithmiques

Échéance des propositions : 14 juin 2023

Numéro thématique coordonné par Hélène Bourdeloie (Université de Sorbonne Paris Nord) et Alix Bénistant (Université de Sorbonne Paris Nord)

À travers le monde, depuis les années 2000, la notion d’« influence » (et d’ influenceur·euse »), a émergé avec l’explosion des médias sociaux. Très utilisée en marketing et gagnant peu à peu de multiples sphères, l’influence, qui consiste à « rallier un auditoire à ses vues », et tend « à modifier les dispositions de la personne influencée à l’égard d’une situation présente, ou d’événements futurs auxquels elle est susceptible de participer » (Bremond, 1970, p. 60), n’est pas une activité nouvelle. Avec l’émergence des blogues, l’activité d’influence s’est popularisée puis professionnalisée sous l’effet d’une expansion des auditoires et grâce à l’appui d’agences publicitaires (« Influenceur numérique », Wikipédia, 2022). C’est ensuite avec l’essor des réseaux sociaux numériques et du smartphone que le vocable « influenceur » s’est répandu dans les années 2010 (id.)

Les domaines d’influence sont nombreux, allant des thématiques les plus prosaïques (beauté, sport, mode, voyage, etc.) aux plus engagées (mouvements féministes, intersectionnels, « bodypositivistes », antispécistes, végans…). Selon les domaines, des personnes influenceuses sont davantage représentées selon leur genre, classe, âge ou « race » et plus ou moins légitimées à l’aune de ces catégories. D’un point de vue socioéconomique, la question de la valorisation devient prégnante d’autant plus que des personnes influenceuses cherchent à rémunérer leur activité (ou en ont le besoin) — et ce même si cette dernière se constitue au départ comme projet à valeur essentiellement symbolique — et d’autres la professionnalisent strictement. Toutefois, si la notion d’influence et ses dérivés ont émergé sous l’emprise du marketing, un certain nombre de professionnel·les ou d’acteurs sociaux déploient une activité d’« influence » dans l’intention de sensibiliser ou de rallier à une cause selon une perspective plus ou moins affirmée de changement social. Labile, la notion elle-même d’« influence » mérite d’être interrogée et discutée.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Communication vol 41/1, “Influence et rapports de minoration. Faire et défaire les normes dominantes à l’aune des logiques algorithmiques”

Réédition : Théorie queer et cultures populaires (Teresa de Lauretis)

Teresa de Lauretis, Théorie queer et cultures populaires, La Dispute, 2023 [2007]. 

À l’origine du concept de « théorie queer », Teresa de Lauretis est une figure importante du féminisme aux États-Unis qui reste pourtant peu connue du lectorat français. Ce recueil de textes vient ainsi combler un manque en présentant plusieurs des aspects fondamentaux de sa pensée.
Teresa de Lauretis porte et influence une théorie critique dans de nombreux champs tels que la littérature, le cinéma, la sémiotique, la psychanalyse, les études sur le genre et le féminisme queer. Sa fréquentation de Freud, Gramsci, Foucault et Althusser, lui permet de montrer le genre comme une représentation construite par des technologies sociales en même temps que subjectives. Ses conceptions sur le genre ont fortement marqué les débats, en particulier au sein des cultural studies.
Ce recueil préfacé par Pascale Molinier et traduit par Sam Boursier a été publié pour la première fois en 2007. Épuisé depuis des années, il est de nouveau disponible dans une édition accompagnée d’une postface de Maxime Cervulle.

Table des matières

Séminaire LPCM – Séance 2 : « Gender et médias » (Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud/en ligne)

Séminaire LPCM – Séance 2 : « Gender et médias » (Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud/en ligne)

Date : Vendredi 24 février, 16h-18h

Lieu : Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud (salle de réunion, 2ème étage)

La séance sera également diffusée en ligne. Pour obtenir le lien de la réunion Teams et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Organisateurs·rices : Fanny Barnabé (Université de Namur), Marion Coste (CY Cergy Paris Université), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Sarah Ghelam (Université Paris Nanterre), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre), Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre), Marc Vervel (Université Paris Cité)

Programme

  • Flavie Falais (Université de Limoges) : « Questionner la norme en contexte vidéoludique »

Flavie Falais proposera une présentation de ses recherches de thèse en cours, qui portent sur la question de la norme – plus spécifiquement de genre – dans le jeu vidéo et les cultures vidéoludiques. Elle réfléchira aux notions de disciplines et de méthodes, prenant en considération deux aspects : d’abord, celui de l’étude du jeu vidéo en tant qu’objet populaire et médiatique ; ensuite, l’étude des rapports de pouvoir, qui ne peut se faire de manière isolée, nécessitant de fait d’opter pour une approche à la fois interdisciplinaire et intersectionnelle. Ainsi, trois volets de réflexion seront abordés : d’abord, il s’agira de traiter la question de l’étude du jeu vidéo en lui-même, en tant que médium audiovisuel mobilisant de multiples champs disciplinaires. Ensuite seront interrogées les méthodes spécifiques à la mise en œuvre de cette étude tridimensionnelle et la manière d’articuler ses différentes réalités, notamment en termes de sources et d’archives à mobiliser, afin de présenter un ensemble cohérent. Enfin, la question du point de vue et de la posture de chercheuse à adopter face à un sujet relevant de l’intime et des usages politiques du jeu vidéo sera abordée.

  • Marine Thomas (Université de Lille) : « Exhumer les masculinités ‘mises en cases’ via la mobilisation d’outils issus de l’ethnographie, de l’analyse de discours et de la sémiotique »

Durant cette communication, Marine Thomas présentera comment la construction de l’ordre social peut être analysée au sein d’un univers fictionnel en abordant ce dernier comme un terrain ethnographique, c’est-à-dire comme un univers social, avec ses groupes et ses individus (Beaud & Weber, 1998). Cette approche permet en effet d’envisager les personnages fictionnels comme de vrais acteurs du jeu social et d’analyser les relations qu’ils nouent entre eux au sein de leur société (Chalvon-Demersay, 2015). Pour ce faire, combiner l’observation directe (Arborio & Fournier, 2008), la sémiotique de la bande dessinée (Groensteen, 2011) et l’analyse de discours (Maingueneau, 2021), dans une démarche à la fois quantitative et qualitative, rend possible l’extraction d’informations signifiantes de cet univers « multicadre ». In fine, la mobilisation du schéma actantiel de Greimas (2002) peut permettre de faire émerger la mécanique du système des masculinités opérant chez les actants d’un volume de ce medium tout en laissant un espace aux fluctuations et aux contradictions traversant cette fabrique du genre grâce au travail mené dans le journal de terrain.

 

Répondante : Laetitia Biscarrat (Université Côte d’Azur)

Présentation générale du séminaire

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Le séminaire aura lieu le vendredi de 16h à 18h, à l’exception des séances partagées avec le séminaire Phistem (séances 1 et 5). Il se tiendra sous une forme co-modale et nomade : chaque séance sera diffusée en visioconférence, tout en laissant la possibilité aux intervenant·e·s et aux auditeur·rice·s qui le souhaitent de se rendre sur place dans l’université dans laquelle elle se déroulera. 

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation

 

Séance couplée : séminaire LPCM / séminaire PHisTeM, cycle “Cultural Studies” (CSLF, Paris Nanterre) – Jeudi 8 décembre 2022, 16h30-19h

Séance couplée : séminaire LPCM / séminaire PHisTeM, cycle “Cultural Studies”

Date : Jeudi 8 décembre 2022, 16h30-19h

Lieu : Université Paris Nanterre – Bâtiment Max Weber, salle de séminaire 1

La séance sera également diffusée en ligne. Pour obtenir le lien de la réunion Teams et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Présentation

Le séminaire général du PHisTeM vise à offrir un panorama des recherches nouvelles en théorie littéraire, en histoire littéraire et en cultural studies ; cette année, il est également centré sur les programmes et les projets initiés en son sein, individuellement ou collectivement.

Cycle « Cultural Studies » organisé par Matthieu Letourneux et Aurélie Huz

 Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Les séances ont lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Programme

  • Delphine Chedaleux (université technologique de Compiègne), « Du savon et des larmes. Le soap opera, une subculture féminine »

La séance s’appuiera sur son ouvrage du même nom (voir : http://www.editionsamsterdam.fr/du-savon-et-des-larmes/)

 

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation

Appel à contributions : revue Genre en séries: cinéma, télévision, médias (Varia)

Genre en séries : cinéma, télévision, médias 

PPEL PERMANENT à dossiers thématiques et articles pour la rubrique « Varia » 

Contact : genreenseries@gmail.com 

La revue Genre en séries: cinéma, télévision, médias consacrée aux approches genrées, et plus largement culturelles, des productions médiatiques, diffuse un Appel permanent à lui soumettre des propositions d’articles destinés à sa rubrique Varia et des propositions de dossiers thématiques.

Genre en séries est une revue à comité de lecture pluridisciplinaire consacrée aux approches genrées, et plus largement culturelles, des productions médiatiques. Qualifiante en section CNU 71, sous contrat de diffusion avec les Presses universitaires de Bordeaux, elle est membre du bouquet OpenEdition Journals. 

Appel à dossiers thématiques 

Afin de poursuivre son développement à l’occasion de la migration de son site internet sur le portail revues.org, Genre en séries lance un appel permanent à proposition de dossiers thématiques relevant du champ couvert par la revue, dont le projet principal est d’explorer la manière dont le genre (gender) traverse les cultures médiatiques. Il s’agit de participer à l’appropriation, tardive pour les études médiatiques et audiovisuelles, de ces approches et outils d’analyse par le champ universitaire français. La place des médias dans la vie sociale, comme lieu spécifique de construction des identités et rapports de genre, nous impose d’analyser collectivement les questions de pouvoir, de structure sociale et de normes à l’œuvre dans les cultures médiatiques. Dans cette perspective, Genre en séries se donne pour ambition de diffuser et discuter des travaux originaux situés au croisement des études cinématographiques et audiovisuelles, des sciences de l’information et de la communication, de la sociologie (de la culture, des médias) et des cultural studies. La cohérence scientifique du projet éditorial réside à la fois dans l’héritage revendiqué de la critique féministe des médias et dans l’articulation des débats épistémologiques portés par les cultural et gender studies avec l’étude des cultures médiatiques. 

Les coordinateur·rices sont invité·es à soumettre au comité éditorial un appel à contributions, indiquant les angles envisagés et les références bibliographiques correspondantes. Chaque proposition fera l’objet d’une évaluation interne et, en cas de réponse favorable donnée au projet, d’un accompagnement par la revue aux différents stades du processus éditorial, de la finalisation et de la diffusion de l’appel à contribution à l’expertise des travaux. 

Appel à articles pour la rubrique « Varia » 

En complément du dossier central explorant dans chaque numéro une problématique spécifique au prisme du genre, la revue propose deux autres rubriques, l’une consacrée aux notes de lecture, l’autre aux varia. Cette dernière est destinée, depuis la création de la revue, à publier des articles hors thématiques qui mobilisent l’étude des rapports de genre dans les cultures et pratiques médiatiques, mais aussi la mise en lumière des rapports sociaux (de classe, race, âge, etc…) qui leur sont consubstantiels et coextensifs. Aussi la rubrique Varia est ouverte à des questionnements s’inscrivant plus largement dans l’articulation des débats épistémologiques portés par les cultural studies avec l’étude des cultures médiatiques.

Continuer la lecture de Appel à contributions : revue Genre en séries: cinéma, télévision, médias (Varia)

Parution : Du savon et des larmes. Le soap opera, une culture féminine (D. Chedaleux)

Delphine Chedaleux, Du savon et des larmes. Le soap opera, une culture féminine, Amsterdam, 2022. 

Dallas, Dynastie, Les Feux de l’amour… ces titres évoquent un univers désuet, stéréotypé et associé au féminin : celui du soap opera. Né à la radio au début des années 1930, puis transposé à la télévision, il est d’abord financé par des fabricants de produits d’hygiène et d’entretien – d’où son nom saugrenu. Les feuilletons qui en relèvent, diffusés l’après-midi à l’intention des femmes, sont alors construits autour d’un personnage de mère courage qui prodigue des conseils moraux et pratiques à son entourage, à grand renfort de produits dont les mérites sont ainsi vantés aux consommatrices.
Cet ouvrage se veut une invitation à découvrir ce format et son histoire, à l’intersection du capitalisme, des médias et du genre. Si le soap s’est largement transformé au gré des mutations médiatiques, sociales et politiques, il reste une « technologie de genre » qui circonscrit le féminin à la vie domestique et sentimentale. Mais il crée aussi, paradoxalement, des espaces individuels et collectifs de contestation des hiérarchies sexuées, tant par sa narration ouverte, qui permet l’expression de multiples points de vue et ne délivre aucune morale, qu’à travers les sociabilités qu’il suscite.

Colloque international : “Carmilla et ses sœurs : vampires féminins dans la littérature, au cinéma et dans la culture populaire” (MSHA de Bordeaux Montaigne)

Colloque international : “Carmilla et ses sœurs : vampires féminins dans la littérature, au cinéma et dans la culture populaire”

6 et 7 octobre

MSHA de Bordeaux Montaigne

Diffusion en ligne en direct

Ce colloque hybride aura un versant physique, bien entendu, mais sera également diffusé en ligne sur la chaîne Youtube de l’unversité Bordeaux Montaigne (grâce à son excellent service audiovisuel) : https://www.youtube.com/user/Bordeaux3TV/featured

Les interventions seront par ailleurs enregistrées et rendues disponibles à une date ultérieure, une fois le montage réalisé. Continuer la lecture de Colloque international : “Carmilla et ses sœurs : vampires féminins dans la littérature, au cinéma et dans la culture populaire” (MSHA de Bordeaux Montaigne)

Appel à communications : Journée d’études “Fantasy en séries: Qui suis-je ? Construction et évolution de l’identité dans les séries télévisées de Fantasy” (En ligne)

Journée d’études “Fantasy en séries: Qui suis-je ? Construction et évolution de l’identité dans les séries télévisées de Fantasy”

3 et 4 février 2023 (14h-18h)

En ligne

Échéance des propositions : 14 novembre 2022

Organisé par l’association les Têtes Imaginaires et le podcast Histoire en séries

Appel à communications

La Fantasy accorde une place importante aux récits de formation et aux histoires de passage à l’âge adulte (« coming-of-age stories »), dans lesquels un jeune héros grandit, se forme et évolue à mesure qu’il découvre le monde qui l’entoure et qu’il est, régulièrement, amené à sauver. De Monsieur Merlin (1981-1982) à Locke and Key (depuis 2020), en passant par Goblin: The Lonely and Great God (2016) et La Légende de Vox Machina (depuis 2022), la quête confiée aux héros va de pair avec une découverte d’eux-mêmes. Les personnages ne ressortent ainsi jamais indemnes de leurs aventures, gagnant certes en maturité mais subissant aussi au fil des épreuves une série de remises en question de leurs valeurs, de leur statut et, plus généralement, de leur identité. Cette dimension évolutive des héros, et plus globalement des différents personnages de Fantasy, trouve toute sa place au sein des séries télévisées, dont le temps long offre à la narration une ampleur qui n’a rien à envier aux sagas littéraires. Continuer la lecture de Appel à communications : Journée d’études “Fantasy en séries: Qui suis-je ? Construction et évolution de l’identité dans les séries télévisées de Fantasy” (En ligne)

Appel à contributions : Réalisatrices de films et séries françaises et francophones / French and Francophone Film and Series Women Directors (Crossway Journal)

Crossway Journal, “Réalisatrices de films et séries françaises et francophones / French and Francophone Film and Series Women Directors”

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

Call for papers (version française plus bas) :

In a 2019 issue of Libération, Laure Murat published a tribune entitled “Alice Guy’s Invisible Film” where she explained the erasure of this woman pioneer from cinema – and not just French cinema. The “7th Art Unknown Lady,” as a January 2022 Arte.tv documentary called her, was only recently re-discovered although Alice Guy was a modern woman for her time – her film The Consequences of Feminism dates back to 1906. Despite the publication of her autobiography in 1976 she was forgotten and the spotlight shone on the Lumière brothers and on Georges Méliès. French cinema featured only two women, Germaine Dulac (who made films from 1915 to 1934) and Jacqueline Audry (from 1943 to 1973) until the breakthrough of Agnès Varda, poorly named “New Wave’s grandmother,” and the advent of “May 1968” and of the cultural and feminist revolution in the 1970s. If French cinema counts about 25% women directors – that is, directors who define themselves as women, not just cis women – they are now legions making films in all genres. Books are written on them (in 1990, Sandy Flitterman-Lewis’ To Desire Differently: Feminism and the French Cinema examined films by Germaine Dulac, Marie Epstein, and Agnès Varda) ; women directors are the focus of special issues (such as September 2012 Les Cahiers du cinéma, « Où sont les femmes ? ») and documentaries (such as Cineast(e)s (2013), where Mathieu Busson and Julie Gayet interviewed 21 of them on the relevance of gender in filmmaking and on the problems they had to face and still face as women in the industry). Francophone women directors, who came to filmmaking more recently in non-Western countries, were also solicited; in 2005, Janis L. Pallister and Ruth A. Hottell updated their 1997 guide, Francophone Women Film Directors, then in 2011 they published Noteworthy Francophone Women Directors: A Sequel on the production of almost 300 women directors in France, Belgium, Switzerland, Latin America, and Quebec. With the ever-growing number of series, partly due to the increasing number of platforms, another venue – with idiosyncratic conventions – opened to filmmakers, like Julie Delpy with On the Verge.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Réalisatrices de films et séries françaises et francophones / French and Francophone Film and Series Women Directors (Crossway Journal)