Archives par mot-clé : gender studies / études de genre

CFP: la Société Canadienne pour l’Etude de la BD

Call for Papers (version française ci-dessous)

Canadian Society for the Study of Comics (CSSC) 2015

The annual conference of the Canadian Society for the Study of Comics invites proposals for papers on any and all aspects of comics, graphic narrative, picture books, and textual- visual arts. Special panels are also planned on the gains of comics scholarship and criticism over the past 20 years.

Continuer la lecture de CFP: la Société Canadienne pour l’Etude de la BD

Revue “Genres en séries”

Appel permanent à proposition pour la revue Genre en séries : cinéma, télévision, médias

Revue scientifique en ligne hébergée par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine Genre en séries : cinéma, télévision, médias ambitionne d’être une revue universitaire en ligne  pratiquant les critères scientifiques (comité scientifique international, évaluation en double aveugle), pour explorer la manière dont le genre (gender) traverse les cultures médiatiques. Continuer la lecture de Revue “Genres en séries”

Colloque : genre en séries : productions, représentations et appropriations genrées d'un dispositif télévisuel

seriesbordeaux

Colloque : genre en séries : productions, représentations et appropriations genrées d’un dispositif télévisuel

 

Le colloque Genre en séries: productions, représentations et appropriations genrées d’un dispositif télévisuel se déroulera les mercredi 26 et jeudi 27 mars 2014 à Bordeaux (Maison des Suds et Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine).

Le colloque international “Genre en séries” bénéficie du soutien de l’Université Bordeaux Montaigne, de l’équipe d’accueil MICA – Médiations, Information, Communication, Arts et de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine. Il est labellisé par l’Atelier Genre des Universités de Bordeaux.

L’accès aux deux journées est libre et gratuit. Pour celles et ceux qui ne pourraient être présent.e.s, une publication des actes aura lieu dans la revue Genre en séries: cinéma, télévision, médias (publication scientifique adossée à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine).

 

Mercredi 26 mars 2014, Amphithéâtre de la Maison des Suds

 

13h Accueil des participant.e.s

 

13h30 Ouverture du colloque

Pierre Beylot, Directeur de la MSHA

Laetitia Biscarrat et Gwénaëlle Le Gras

 

13h45-14h45 Conférence inaugurale

Geneviève Sellier, Professeure d’études cinématographiques et audiovisuelles, Université Bordeaux Montaigne:

“Les séries télévisées, lieu privilégié de discussions des normes de genre: un essai de comparaison France/États-Unis”

 

Session 1. 14h45-16h15 : Les genres de la réception

Modérateur: Pierre Beylot, Université Bordeaux Montaigne

– Charo Lacalle, Professeure de sémiotique et théories de la communication à l’Université Autonome de Barcelone:

“L’expérience spectatorielle des femmes: analyse de la réception”

– Marianne Alex, Doctorante en communication. Spécialités cinéma et études des genres, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse:

“Le panthéon individuel de personnage : les séries télévisées américaines au service de l’identité de genre”

– Hülya Uğur Tanrıöver, Maître de conférences HDR, Faculté de Communication, Université Galatasaray:

“Femmes turques et séries télévisées : diversité des lectures, richesse des usages”

 

[16h15-16h45 pause]

 

Session 2. 16h45-18h15 : Il était une fois… ou l’apprentissage du genre

Modératrice: Sarah Sepulchre, Université Catholique de Louvain

– Mélanie Lallet, Doctorante contractuelle en SIC, Université Sorbonne Nouvelle, Laboratoire CIM, équipe MCPN:

“Genre et séries animées françaises: normativités, phénomènes de reprise et nouvelles représentations”

– Viviane Golasowski, Doctorante en littérature et arts de la scène et de l’écran, Université de Laval, Québec:

“Étude transmédiatique du genre : entre stéréotypes et modernités dans les fictions sérielles se réclamant des contes merveilleux (l’univers de Once Upon a Time)”

– Muriel Mille, Docteure en sociologie de l’EHESS, Postdoctorante en sociologie au Centre Maurice Halbwachs (ENS-EHESS-CNRS):

“Inverser les rôles ou les conserver ? Les ambiguïtés de la représentation du genre dans le processus de fabrication de Plus Belle La Vie

 

Jeudi 27 mars 2014, salle Jean Borde, MSHA

 

Session 3. 9h-10h30 : Fictions sérielles entre innovation et consensus
Modératrice: Marlène Coulomb-Gully, Université Toulouse-Mirail

– Marie-France Chambat-Houillon, Maître de conférences en sémiologie des images, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, CIM (CEISME)-Labex ICCA et Laurence Corroy, Maître de conférences en éducation aux médias, Vice-présidente en charge des moyens, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, CIM (ERCOMES):

“Pour un archétype du féminin et du masculin ? Le discours essentialiste dans la série Les mystères de l’amour

– Aurélie Blot, Docteure en études anglophones, contractuelle à l’IUT de Bordeaux 1:

Girls : une révolution du genre ?”

– Charles-Antoine Courcoux, Maître d’enseignement et de recherche, section d’histoire et esthétique du cinéma, Université de Lausanne:

“A l’Ouest, quelque chose de nouveau ? Féminité et sexualité dans les séries contemporaines américaines”

 

[10h30-10h45 pause café]

 

Session 4. 10h45-12h15 : Genre et parentalité

Modératrice: Véronique Béghain, Université Bordeaux Montaigne

– Peter Marquis, Maître de conférences études américaines, Université de Rouen:

“Le père nouveau genre? La paternité dans Modern Family, Parenthood et Tara dans tous ses Etats

– Florent Favard, Doctorant en études cinématographiques et audiovisuelles, Université Bordeaux Montaigne:

“Liminarité, hubris et paternité dans la série Fringe

– Sarah Lécossais, Doctorante en SIC, ATER InfoCom, Université Paris 3:

“Quand le genre fait le parent. Genre et parentalité dans les séries télévisées françaises”

 

12h15-12h30

Présentation de l’association Littératures populaires et culture médiatique par Sarah Sepulchre

 

[12h30-14h buffet]

 

Session 5. 14h-15h30 : Féminité et séries contemporaines : entre archaïsme et modernité

Modérateur: Éric Macé, Université de Bordeaux

– Barbara Laborde, Maître de conférences en études cinématographiques et audiovisuelles à l’Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3:

“Des scénarios qui rendent les femmes malades : le cancer du sein dans les séries TV”

– Barbara Dupont, Assistante à l’Institut des hautes études de communications sociales (IHECS, Bruxelles) et doctorante en communication à l’Université de Louvain-la-Neuve (UCL):

“Questionner la binarité des genres dans les séries TV: l’exemple de la masculinité au féminin dans Glee

– Özlem Danacı Yüce, Maître de conférences en sciences de la communication, Université Galatasaray et Gülsün Güvenli, Maître de conférences associée en Sciences de la Communication, Université Galatasaray :

“Représentations des femmes dans les séries télévisées turques”

 

[15h30-16h pause]

 

Session 6. 16h-17h30 : Les séries policières ont-elles mauvais genre ?

Modératrice: Geneviève Sellier, Université Bordeaux Montaigne

– Taline Karamanoukian, Docteure en études cinématographiques et audiovisuelles, chargée de cours à l’Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense:

“Représentations de genre dans la série Les Bleus, premiers pas dans la police

– Aline Hartemann, Doctorante en sociologie, Zentrum/Centre Marc Bloch, Berlin et EHESS, Institut Marcel Mauss, Paris:

“Le commissaire est une femme : les séries policières sur Arte comme espace de réflexion et de projection du changement social”

– Mathieu Arbogast, Doctorant en sociologie à l’EHESS et Paris-Ouest-Nanterre-La Défense (co-direction):

“De si jeunes femmes ? L’âge des comédien.ne.s, révélateur et générateur d’inégalités dans les séries policières.”

 

17h30-17h45 Conclusion

 

Organisatrices : Gwénaëlle Le Gras, Laetitia Biscarrat

Url de référence : http://genreenseries.weebly.com/  

Séminaire "Actualité des études de genre" (Dijon)

Séminaire “Actualité des études de genre”

Université de Bourgogne, Dijon, avec le soutien de la MSH et du Centre Georges Chevrier.

Le séminaire a lieu le vendredi de 10 h à 12 h à la MSH de Dijon (6 Esplanade Erasme, 21000 Dijon), salle des séminaires R03 (sauf le 21 février, salle 102, 1erétage).

L’entrée est libre. Le séminaire est ouvert à toute personne intéressée.

Programme 2013-2014

Depuis quelques années, les études de genre connaissent un essor remarquable. Elles se déploient dans des perspectives variées (le genre comme variable, comme objet d’étude, comme concept permettant d’appréhender les rapports entre hommes et femmes) dont les nuances peuvent parfois être difficiles à saisir. En quoi consistent les études de genre ? Quels intérêts scientifiques présentent-elles ? Quelles sont les orientations actuelles de cette perspective de recherche ? Ce séminaire apporte des éléments de réponse à ces questions à partir d’études récentes réalisées sur le sujet. Public, il s’adresse à toute personne intéressée par cette perspective de recherche.

Contacts : Maud Navarre (mnavarre@laposte.net) ; Georges Ubbiali (g.ubbiali@free.fr).

Séance Date Intervenant-e-s Sujet
1 22 novembre Cécile Guillaume (Clersé – UMR 8019, Lille 1) Ce que le genre apporte à l’analyse du syndicalisme
2 20 décembre Marie Duru-Bellat (Sciences Po, Paris) Mixité, non-mixité et labilité des identités de genre
3 17 janvier Natacha Chetcuti (CESP-INSERM U1018, Paris 7) Les territoires de l’émancipation de genre
4 21 février Ludovic Gaussot (GRESCO, Université de Poitiers) Les sciences sociales au prisme du genre
5 21 mars Julie Canovas (CREDESPO, UB) L’épistémologie écoféministe inspirée des cosmovisions autochtones : au-delà des dualismes et des rapports de domination
6 11 avril Emmanuelle Zolesio (ACTÉ, Université Blaise Pascal) Genre et approche dispositionnaliste. Aspects théoriques et méthodologiques à travers l’étude des femmes chirurgiens
7 23 mai Sophie Pochic (Centre Maurice Halbwachs, CNRS-EHESS-ENS) L’égalité professionnelle en restructurations.

Appel: Genre en séries: productions, représentations et appropriations genrées

« GENRE EN SÉRIES : PRODUCTIONS, REPRÉSENTATIONS ET APPROPRIATIONS GENRÉES DUN DISPOSITIF TÉLÉVISUEL »
Journée d’études
Université de Bordeaux 3, jeudi 27 mars 2014
Appel à communication

Comité d’organisation :

Laetitia Biscarrat, Docteure en SIC, Université Bordeaux 3, EA MICA

Mélanie Bourdaa, MCF Information-Communication, Université Bordeaux 3, EA MICA

Gwénaëlle Le Gras, MCF Études Cinématographiques, Université Bordeaux 3, EA MICA

Soutiens institutionnels :

Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine

Équipe d’accueil MICA – Médiations, Information, Communication, Arts – Université Bordeaux 3

Atelier Genre, Université Bordeaux 3

La conférence inaugurale sera prononcée par Geneviève Sellier, Professeure en Études Cinématographiques, Université Bordeaux 3, EA MICA.

Argumentaire

Autrefois dénigrées pour leur fonction de divertissement populaire (entertainment), les séries télévisées – entendues au sens large de fictions télévisuelles épisodiques – sont devenues un objet culturel légitime aux USA, là où elles aspirent à le devenir en France. Très largement dominées par une production américaine pour le public américain, mais fonctionnant au-delà des frontières, par leur posture hégémonique, comme un modèle universel, les séries attirent aujourd’hui l’attention d’un public diversifié et élargi, dont les préoccupations s’organisent en trois grands ensembles : divertissement, analyse et critique. Les technologies actuelles (DVD, VOD, streaming, téléchargement) offrent aux « publics » (Esquenazi, 2002) un accès quasiment immédiat à la diffusion américaine. Des collectifs de téléspectateurs engagés participent de ce phénomène en relayant les épisodes sur des plateformes internet et en proposant bénévolement des sous-titrages. L’engouement pour ce mode de narration a catalysé un renouveau des productions nationales européennes. Ainsi, les chaînes espagnoles produisent de nombreux feuilletons historiques à succès (Aguila RojaTierra de Lobo) ou des soap communautaires qui atteignent d’importants taux d’audience (AidaLas chicas de oro). En France, le label Création Originale de Canal Plus diffuse des séries à succès (BraquoEngrenages). On l’aura compris, la « sériephilie » (Glévarec, 2012) est aujourd’hui un phénomène culturel incontournable.

Les travaux de Dominique Pasquier ont montré le rôle joué par la sitcom Hélène et les garçons dans la socialisation des adolescents (Pasquier, 1999). Sabine Chalvon-Demersay a souligné le rôle des héros dans la perception des professions par les publics (Chalvon-Demersay, 2004). Enfin, Henry Jenkins a développé les notions d’engagement et de convergence culturelle pour analyser les pratiques des communautés de fans (Jenkins, 2006). Ces recherches témoignent de l’articulation entre les produits d’une industrie culturelle et les pratiques et identifications personnelles des publics. La fiction sérielle est en effet intimement liée aux sentiments, interrogations et préoccupations individuelles et sociales de ces derniers. Entre productions transnationales et expériences spectatorielles individuelles, cet appel à contributions propose d’interroger les séries télévisées au prisme du genre, le genre étant entendu comme principe organisateur des rapports sociaux de sexe. Il permet d’étudier la construction historique, sociale et culturelle de la différence des sexes pour repenser collectivement les questions de pouvoir, de structure sociale et de rôles construits sur ces différences.

A la suite de Teresa de Lauretis, nous partons de l’hypothèse de travail que les fictions sérielles, en tant qu’elles sont parties intégrantes du dispositif télévisuel, sont une « technologie de genre » (De Lauretis, 2007). La fiction sérielle est à la fois constituée et constitutive des représentations de genre, tiraillée et nourrie par des contradictions sociales genrées tout autant qu’une recherche de consensus (Beylot & Sellier, 2004). Interroger les séries télévisées au prisme du genre permet d’identifier le « non-conscient socioculturel » (Carcaud-Macaire & Clerc, 1995) qui structure les pratiques et représentations médiatiques. Afin d’éviter une re-substantivation des assignations de genre qu’il s’agit de déconstruire, la journée s’inscrira dans une approche relationnelle et intersectionnelle du genre. Le genre est transversal aux trois niveaux du processus médiatique – production, représentations et réception. Les propositions de contributions pourront porter spécifiquement ou synchroniquement sur ces différentes étapes. Elles répondront, de manière non-exclusive aux questions suivantes :

1. Comment le genre organise-t-il la production des séries télévisées ?

Parce que l’industrie médiatique est une industrie culturelle dont la visée est économique, la production de séries repose sur un « contrat de communication » (Charaudeau, 1997) ou du moins une « promesse » (Jost, 1997), qui vise à l’intelligibilité des contenus. En ce sens, la production capitalise sur les attentes, réelles ou supposées, des publics. Le genre participe dès lors des imaginaires de la production, mais aussi de leur effectivité. Les rapports de genre façonnent en effet l’organisation de l’industrie médiatique tout en devenant de « nouveaux territoires de la série télévisée » (Macé, 2007).

2. Quelles normes et assignations de genre les séries véhiculent-elles ?

Les représentations sont à la fois produites par le genre et contribuent à sa reproduction sur un mode itératif. Aussi, en analysant les contenus des séries, nous pouvons accéder au travail de naturalisation des normes de genre. Celles-ci seront étudiées au croisement des différents rapports de pouvoir qui organisent la monstration du féminin et du masculin. Il s’agira de mettre en exergue les imaginaires genrés qui organisent l’intelligibilité du texte médiatique. Dans cet axe, les contributions pourront également analyser les représentations contre-hégémoniques, les failles et disruptions éventuelles aux normes de genre, ainsi que les processus de réappropriations des figures déjouant la norme. La confrontation entre la réception et les représentations construites pourra aussi servir à mettre au jour les ambivalences d’une série, ses enjeux et les contradictions et même les non-dits d’une époque en rendant compte des préoccupations d’alors (ce que la réception a retenu), tout en révélant les éléments occultés dans le texte sériel par la réception.

3. En quoi l’expérience spectatorielle des publics est-elle façonnée par le genre ?

L’approche pragmatique souligne que le contenu est une coproduction. La rencontre entre le contenu et les publics donne lieu à des pratiques de « décodage » (Hall, 1994) diversifiées. Au niveau individuel, le rapport entre téléspectateur et série se caractérise par une forte dimension affective. Ces liens inscrivent l’objet sériel dans un « paradigme du sentiment » (Ang, 1985) qui génère des stratégies variées d’appropriations et de « braconnage » (De Certeau, 1980). Les communautés de fans sont symptomatiques de cette relation aux séries. Elles obéissent à une organisation stricte et codifiée (Bourdaa, 2012) qui témoigne de la normativité de ces pratiques. Partant de ce constat, nous souhaitons interroger l’expérience spectatorielle sérielle au prisme du genre. Comment le genre participe-t-il de l’appropriation par les publics d’une série ? Comment organise-t-il les pratiques de réception, tant du point de vue de la quotidienneté que des usages numériques ?

Au travers de ces trois axes, c’est donc la fabrique médiatique du genre dans les séries télévisées qui est interrogée. La journée se veut un cadre de réflexions et d’échanges autour d’un champ scientifique interdisciplinaire, à la croisée des Sciences de l’Information et de la Communication, des Études Cinématographiques et de la Sociologie des Médias. Les contributions qui mettront l’accès sur leurs pratiques de recherche et leurs choix méthodologiques seront particulièrement appréciées.

Modalités pratiques :

Les propositions de communication devront être envoyées au plus tard le 20 novembre 2013 aux trois adresses suivantes : gwenlegras@wanadoo.frmelaniebourdaa@yahoo.frlaetitiabiscarrat@hotmail.com. Le mail devra être intitulé « JE Genre en séries ».

Les propositions, d’une longueur de 500 mots, seront accompagnées de mots-clés et de quelques références bibliographiques.

La journée aura lieu le jeudi 27 mars 2014, à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, salle Jean Borde (10, esplanade des Antilles, 33607 Pessac).

Une publication des actes est envisagée.

Gonzalez, Fanny (Université Lille 3)

Fanny Gonzalez, université Charles de Gaule, Lille 3

Doctorante en littérature française (ALITHILA)

Directrice de thèse : Martine Reid

fanny.f.gonzalez@gmail.com

Thèmes des recherches :

  • Les représentations du masculin et du féminin dans le roman populaire de la Belle Époque.
  • Le roman sentimental et les femmes auteurs.
  • Gender studies, cultural studies, sociologie de la littérature.
  • Teen movies, comédies romantiques et romans Harlequin.

Continuer la lecture de Gonzalez, Fanny (Université Lille 3)

Parution: Comicalités

Comicalités. Etudes de culture graphique

Comicalités. Etudes de culture graphique vous propose deux nouveaux articles.

Le premier d’entre eux s’intéresse aux représentations sexuées des cómics femeninos publiés sous la période franquiste, tandis que le second explore les dimensions spatiales et temporelles de l’écriture autobiographique de Michel Rabagliati au sein de la série Paul (résumés plus bas).
– « L’image de la femme dans les cómics femeninos des années 1960-1970 en Espagne : conflit identitaire ou schizophrénie de genre » de Tatiana Blanco Cordón ;
– « La série Paul de Michel Rabagliati : récits d’espaces et de temps » de Sylvie Dardaillon et Christophe Meunier.
Première publication de notre nouvelle thématique (« Représenter l’auteur de bandes dessinées »), ce dernier article sera très prochainement rejoint par d’autres travaux ainsi que par les premières livraisons de nos appels à communications (« L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » et « Raconter à l’heure numérique ») qui restent, nous vous le rappelons, toujours ouverts.

Colloque: Educations sentimentales : Construction des identités féminines et masculines dans le texte et l'image, 3-5 avril 2013

Educations sentimentales :

Construction des identités féminines et masculines dans le texte et l’image

Colloque international organisé par le GEO

EA 1340  Groupe d’études orientales, slaves et néo-helléniques

3, 4 et 5 avril 2013

à l’Université de Strasbourg

Mercredi 3 avril 2013

9h-9h15 : Accueil des participants

9h15-9h30 : Ouverture du colloque par Irini Tsamadou-Jacoberger, directrice de l’EA 1340 et Marie Bizais, directrice du département d’études chinoises

9h30-10h30 : Dire l’amour (conférence inaugurale)

Georgine Ayoub (Inalco, France) : « Le masculin et le féminin et le vocabulaire de l’amour fou dans la culture arabe classique »

10h30-12h : La séduction

Christine Peltre (Université de Strasbourg, France) : « Les références orientales dans le jeu de la séduction au XIXe siècle »

Marina Gaillard (CNRS, France) : « Voir, être vu, entendre dire : la rencontre amoureuse dans la prose narrative de l’Iran médiéval »

Ballé Niane (Université de Strasbourg, France) : « La qayna entre réalité et fantasme »

12h-13h30 : Pause déjeuner

13h30-15h30 : Modèles de la relation amoureuse

Anthony Qualin (Texas Tech University, USA) : « Creating the Ideal Russian Love Story: Marina Vladi’s role in Vladimir Vyssotski’s construction of Russian masculine identity »

Hanan Hashem (Université de Strasbourg, France) : « Théâtre égyptien de l’époque 1900 : Le Savoir-vivre galant dans le texte dramatique. Le cas de Teymour (1892-1921) »

Viriginie Fermaud (Université de Strasbourg – CEEJA, France) : « Constructions répétitives d’identités féminines et masculines dans les œuvres de Mizoguchi Kenji et d’Ozu Yasujirô : les rapports entre hommes et femmes, leurs codes et transgressions pour une critique de la société japonaise »

15h30-16h : Pause café (en gras)

16h-18h : Histoire des idées et construction des genres

Kim Kyong-Kon (Université de Bonn, Allemagne) : « Influence confucéenne sur la construction de l’identité féminine et masculine en Corée »

Guillaume Ducoeur (Université de Strasbourg, France) : « La codification des genres dans le Kâmasûtra »

Eric Geoffroy (Université de Strasbourg, France) : « “Pas de [fausse] pudeur en religion !” : l’érotisme chez les savants musulmans anciens »

Evelyne Enderlein (Université de Strasbourg, France) : « Voix féminines dans les Lettres russes contemporaines : nouvelles stratégies narratives – nouvelle vision du Masculin/Féminin? »

Jeudi 4 avril 2013

9h30-12h : Représentation du genre

Léonie Lauvaux (Université Rennes 2, France) : « L’apprentissage de la broderie, l’impératif du devenir femme »

Haviva Pedaya (Université Ben Gourion, Israël) : « Faith: a Journey Following Maternity »

Frédéric Ebrard (Université de Strasbourg, CEEJA, France) : « Un certain regard sur la femme japonaise à l’aube des années 1920 –  Eiga shō setsu – Onna hyaku mensō (“Cent aspects de la physionomie féminine- Roman cinématographique”) de Okamoto Ippei »

Stefano Salzani (Université de Vérone, Italie) : « D’angel sembianza : la construction de la femme imaginale, d’après le Dolce Stil Novo »

Carmen Boustani (Université libanaise, Liban) : « Du roman Harlequin au roman actuel »

12h-13h30 : Pause déjeuner

13h30-15h30 : Gender Studies

Sandra Boehringer (Université de Strasbourg, France) : « Chanter Tithon et Atalante : amour, éducation et persuasion dans la poésie grecque archaïque »

Marie Bizais (Université de Strasbourg, France) : « Sois belle et tais-toi ? : La parole aux épouses sous les Han et les Six Dynasties »

Françoise Robin (Inalco, France) : « L’Ogresse, l’amour et le sexe : Palmo, poétesse, féministe et militante tibétaine »

Carine Kool (Université Rennes 2, France) : « Transcription de l’intime chez Tracey Emin : une écriture brodée »

15h30-16h : Pause café

16h-17h : Initiation à la relation amoureuse (1/2)

Nader Nasiri-Moghaddam (Université de Strasbourg, France) : « Analyse comparative de guides d’éducation sentimentale pour les femmes iraniennes au XIXe siècle »

Khalid Rizk (Université Ibn Tofail, Maroc) : « L’éducation sentimentale des enfants et des jeunes dans la presse magazine arabophone  (magazines maghrébins et moyen-orientaux) »

17h30 : Projection du film d’Alida Dimitriou intitulé Les filles de la pluie (2011)

Vendredi 5 avril 2013

10h-12h : Initiation à la relation amoureuse (2/2)

Yann Richard (Université Sorbonne nouvelle, France) : « Les femmes et l’éducation des sentiments dans les romans de Nezâmi Ganjavi (1141-1209) »

Helena Badell Giralt (Université de Barcelone, Espagne, Université Paris 8, France) : « Le Grand Oriental d’Andreas Embiricos et le désir féminin dans le roman d’initiation »

Jelena Antic (Université Lyon 2, France) : « Quelques réflexions sur l’éducation sentimentale dans le roman d’Assia Djebar Vaste est la prison »

Erin Collopy (Texas Tech University, USA) : « Gender Relations in Contemporary Russian Vampire Novels »

12h-13h30 : Pause déjeuner

13h30-15h30 : Famille et société

Rania Huntington (University of Wisconsin, USA) : « Family Legacies of Mourning and Affection: the Case of the Yu family, 1879-1897 and Beyond »

Florine Leplâtre (Inalco, France) : « Les antagonismes sociaux sont-ils solubles dans l’amour conjugal ? : la défense du mariage libre dans un roman réformiste chinois des années 1900 »

Sandra Schaal (Université de Strasbourg, France) : « L’éducation sentimentale des femmes japonaises en question – La ‘vocation de la femme’ et l’idéologie de la ‘bonne épouse et la mère avisée’ (ryôsai kenbo) dans le Japon d’avant-guerre – »

Nozomi Takahashi (Université de Strasbourg, France) : « Représentation des femmes célibataires à travers leurs vues sur le mariage : Une analyse du discours des médias après la catastrophe du 11 mars 2011 au Japon »

15h30-16h : Pause café

16h-17h30 : Brouillage des genres

Odette Varon-Vassard (Université ouverte, Grèce) : « L’ éducation sentimentale face à l’extrême : Kambanellis, Semprun, Delbo »

Muriel Berthou Crestey (ITEM/CNRS, France) « Dennis Oppenheim : une démultiplication des genres »

Shahla Nosrat (Université de Strasbourg, France) : «Les femmes ‘Ayyâr et Amazone : guerrières bisexuelles »

À l’Amphithéâtre du Collège doctoral européen

46 Boulevard de la Victoire Strasbourg

Entrée libre

Contacts: jacoberg@unistra.fr

bizais@unistra.fr

CFP: Feminist Theory and Pop Culture

Call For Papers

Feminist Theory and Pop Culture

Forthcoming in 2015 from Sense Publishers
Contact: Adrienne Trier-Bieniek, Ph.D., Editor. adrienne.mtb@gmail.com

Deadline for Submissions: June 15, 2013
Deadline for Chapters: April 30, 2014

Book Information
Feminist Theory and Pop Culture examines the ways that entertainment and media are often examples of feminist theory, particularly when used to understand and challenge gender stereotypes. This book is a culmination of multiple authors who each connect an aspect of popular culture with feminist theory, demonstrating how feminism is part of day-to-day media/social life while also giving students examples of how feminist theory is present in their favorite genres of pop culture. Each chapter will provide in-depth examples of how feminist theory is represented in popular culture as well as contain key words and theories throughout the chapter so that the reader will see which theoretical perspective the author is working from and what key terms will be associated with this perspective. This text would provide the opportunity for feminist theory to be accessible and culturally relevant to students, particularly considering how present in the media is in student’s day-to-day lives. Contributors should be able to balance applying terms and feminist theory with areas of, or instances of, popular culture within their chapter.
The idea for this book was born from incidents at the 2012 Comic Con. During the festival there were widespread reports of women being fondled and sexually objectified by men in attendance. One aspect of this objectification can presumably stem from the over-sexualized images of women in comic books. Feminist theory could easily be applied to this incident via the male gaze to connect privilege, power and pop culture at Comic Con in general, or the ways women are represented in comic books in particular. A chapter which focused on these topics would give the students a tangible example (Comic Con) of a feminist theory (e.g. the male gaze) and a theorist (e.g. Laura Mulvey) to connect feminist theory “the real world.” Another example would be to consider the aspects of intersectionality, masculinity and/or “The Other” as they relate to the recent controversies surrounding Seth MacFarlane’s hosting of The Oscars. The sexual references, dismissal of rape scenes in film as opportunities for women to “show their boobs”, and sexualization of Quvenzhané Wallis via comments by MacFarlane and The Onion. Other examples could include the examination of television shows, women’s representation in music, addressing reality television, addressing film or a specific performance in a film, representations of women in comics/animation/costume play, the emergence of strong female characters, etc. All ideas are welcome but theoretical perspectives should fit with the CFP categories below.

CFP Categories
Feminist Standpoint Theory; The “Outsider Looking In”: Black Feminist Thought; Intersectionality and Feminist Theory;
Masculinities and Feminist Theory; The Second Sex/The Other and Simone de Beauvior; Feminist Theory and Work;
Feminist Theory and Violence Against Women; Feminist Activism and Feminist Theory

Submission Requirements
Proposals should include the main ideas to be addressed as well as the feminist theoretical framework and terms you will be working from. All disciplines are welcome. Please send 400-500 word abstracts as well as a short CV to Adrienne.mtb@gmail.com by June 15, 2013. Questions can also be addressed to this email. Please only submit abstracts which fit with the CFP category above. Selected authors will be notified by July 15, 2013 and chapters will be due April 30, 2014. Final chapters should be between 18-20 pages, including references.

About the Editor
Adrienne Trier-Bieniek is a qualitative researcher whose primary interest lies in the impact pop culture has on shaping ideas about gender. Her forthcoming book Sing Us a Song, Piano Woman: Female Fans and the Music of Tori Amos will be released in June from Scarecrow Press and focuses on how women have used music as a means of healing/emotional support. Her research can be found in the journals Qualitative Research and Humanity & Society as well as in the book The Art of Social Critique edited by Shawn Bingham, as well as The Orlando Sentinel, where she has been a guest columnist. She is the co-editor, along with Patricia Leavy, of the forthcoming book Gender and Pop Culture: A Text-Reader to be released from Sense Publishers in 2014. Adrienne is currently a faculty member at Valencia College and can be found at www.adriennetrier-bieniek.com.

CFP: The Pleasures and Politics of Popular Erotic Fiction (Edited Collection)

The Pleasures and Politics of Popular Erotic Fiction

(Edited Collection)

contact email:
k.phillips@curtin.edu.au; Claire.Trevenen@curtin.edu.au

The publication of EL James’ Fifty Shades of Grey in 2011 marks a particularly visible moment in what appears to be a proliferation of erotic fiction, written by and for women, since the end of the twentieth century. More than just an instance of a particular genre of fiction, Fifty Shades has spawned considerable discussion of the significance of ‘women’s popular erotic fiction’ generally.
The Pleasures and Politics of Popular Erotic Fiction seeks to explore this phenomenon, its social and textual origins and its attendant conceptual and political effects. In doing so, the book aims to examine the discursive regularities and popular debates framing the production and reception of women’s popular erotic fiction; the cultural anxieties and transformations such texts express; the ways in which they reinscribe and negotiate relations of gender, sexuality, race, and kinship. We are interested in exploring the ideological forces underpinning their development and visibility as both a ‘new’ and ‘popular’ form; the ever-growing proliferation of subgenres and their role in shaping popular ideas about romance, relationships, desire, and the erotic.
We invite proposals for contributions to an edited collection of critical research on the cultural significance of ‘women’s popular erotic fiction’. Possible areas of research include (though are not limited to):
• The cultural work of the different subgenres (BDSM, paranormal romance, erotic crime fiction, ménage a trois, ‘neighbour from hell’, sex confessionals) and the ways of speaking about, categorising and marketing these texts.
• The rise of independently published online erotic fiction (production and consumption) and the discourses surrounding it.
• Debates around originality and derivativeness.
• The continuities and departures of erotic fiction from its predecessors in romance fiction and chick lit, as well as those from more ‘respectable’ literary traditions.
• The role of popular erotic fiction in reinforcing and/or transgressing the hegemony of whiteness, heterosexuality, patriarchy, the family, etc.
• The role of this fiction in circumscribing an idea of ‘the West’, as well as the possibilities offered by non-western forms of popular erotic fiction.
• The pleasures of reader consumption and the discourses surrounding it.
• The function of romance in women’s erotic fiction.
Expressions of interest, including an abstract (250-300 words), a short author bio and list of recent publications, may be forwarded via email to the editors by 24 May, 2013. The anticipated due date for accepted contributions (6,500 –7,500) is 29 November, 2013.
Dr Kristen Phillips, Claire Trevenen, Curtin University (Bentley, Western Australia)
Contact email: k.phillips@curtin.edu.auClaire.Trevenen@curtin.edu.au