Archives par mot-clé : gender studies / études de genre

Parution : Politiques du musical hollywoodien

Aurélie Ledoux, Pierre-Olivier Toussa (dir.), Politiques du musical hollywoodien, Presses Universitaires de Nanterre, 2020. 

La comédie musicale offre à ses publics des divertissements « familiaux » et en apparence inoffensifs, dont la fantaisie semble éloignée de tout réalisme et de tout souci critique. Pourtant le musical, émanation parfaite de l’ âge d’or hollywoodien, expose de façon ouverte les tensions idéologiques et culturelles qui le traversent.
Rassemblant les contributions de spécialistes de cinéma, de danse et de musique, cet ouvrage propose une exploration des « politiques » de ce genre protéiforme – depuis les cycles de musicals des années 1930 et jusqu’aux films à grand spectacle des années 1960 – à partir de trois questions principales : la place spécifique de la comédie musicale dans le système d’autocensure orchestré par le Code de production hollywoodien ; les normes de représentation, en particulier raciales, liées à la reprise de traditions musicales ou chorégraphiques ; les enjeux idéologiques, enfin, d’un genre situé au cœur de la culture de masse et, à ce titre, inséparable d’impératifs technologiques et médiatiques.

Contributions de Marion Carrot, Marguerite Chabrol, Steven Cohan, Todd Decker, Gaspard Delon, Laurent Guido, Aurélie Ledoux, Adrienne L. McLean, Karen McNally, Allison Robbins, Pierre-Olivier Toulza. Continuer la lecture de Parution : Politiques du musical hollywoodien

Appel à contributions : Making a Murderer: True Crime in Contemporary American Popular Culture

deadline for submissions: 
January 31, 2021
 
full name / name of organization: 
Crime Fiction Studies
 
contact email: 
 

“Everybody’s fascinated with the notion that there is a cause and effect,” claims notorious serial killer Ted Bundy, quoted in the Netflix original, Conversations with a Killer: The Ted Bundy Tapes (2019) – that we can “put our finger on it,” and reassuringly rationalise the genesis of the uniquely modern phenomenon of the American serial killer. But when there is “absolutely nothing” in the background of a serial murderer that would lead one to believe they were “capable of committing murder,” how do we begin to acclimatise ourselves to this violent defect of contemporary history? More challengingly, how do we bring depth to our collective portrait of what constitutes a murderer, so that we may then self-exempt our compulsion to look more closely at these perversely familiar figures?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Making a Murderer: True Crime in Contemporary American Popular Culture

Appel à communications : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Journée d’étude organisée le vendredi 9 avril 2021 à l’Université d’Artois (Arras) par Gabrielle Adjerad (Nanterre Université), Anaïs Goudmand (KU Leuven), Marianne Hillion (Sorbonne Université / University of Warwick) & Marion Leclair (Université d’Artois).

Les communications pourront être présentées en français ou en anglais et les échanges se faire dans les deux langues. Les propositions, ne devant pas excéder 2500 signes et assorties d’une courte notice bio-bibliographique, sont à envoyer jusqu’au 31 janvier 2021 à je.cultural.studies@gmail.com

Appel à communications (scroll down for English version)

On fait d’ordinaire remonter les Études culturelles, cultural studies en anglais, au milieu des années 1950 en Angleterre : sont publiés, coup sur coup, The Uses of Literacy (1957) de Richard Hoggart, traduit en français en 1970 sous le titre La Culture du Pauvre, et Culture and Society (1958) de Raymond Williams, dont il n’existe, à ce jour, pas de traduction française.

Deux impulsions distinctes sont ainsi données aux cultural studies. Williams, qui est membre du Parti Communiste depuis les années 1930 et participe activement à la fin des années 1950 au renouvellement de la gauche anglaise autour de la New Left Review, s’inspire ensuite davantage de la critique littéraire marxiste continentale. Il développe dans le reste de son oeuvre une théorie – le matérialisme culturel – des productions et des institutions culturelles entendues comme produits sociaux, qu’il applique à des objets aussi divers que la poésie pastorale du dixhuitième siècle, le roman industriel victorien ou les émissions de la BBC.

Parallèlement, se développe à l’université de Birmingham autour de Richard Hoggart, de Stuart Hall, lui-même très influencé par le marxisme, et d’Angela McRobbie, le Centre for Contemporary Cultural Studies, fondé en 1964. Le centre s’intéresse à la question des rapports de pouvoir qui se jouent dans la culture, et s’interroge plus particulièrement sur les stratégies de résistance des classes dominées, à l’articulation complexe des dominations de classe, de genre et de race, remettant ainsi les usages et la réception au coeur de l’analyse. Continuer la lecture de Appel à communications : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Parution : Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés

Mélanie Lallet, Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animésINA, 2020.

Dans son ouvrage Libérées, délivrées ? Mélanie Lallet, allie d’une façon originale l’analyse des représentations de genre proposées dans plus de 50 ans de dessins animés français à l’étude de l’émergence récente et controversée des discours féministes dans ce secteur.

Quels rôles masculins et féminins les dessins animés proposent-ils à nos enfants ? Mélanie Lallet présente une analyse sociohistorique des identités de genre dans les séries animées françaises. En majorité ces programmes ont relayé une construction différentialiste du genre, où le féminin est subalterne et assigné à des fonctions d’assistance et de soin.
Néanmoins, en accompagnant les transformations de notre société, certaines séries – et pas seulement les plus récentes- ont pu remettre en cause les normes de genre et les oppositions classiques.
Sont ainsi décodés 56 dessins animés diffusés à la télévision depuis les années 195O, des premières aventures de Tintin en semi-animation, en passant par Bonne nuit les petits, Les Mystérieuses Cités d’or, les célèbres séries « Il était une fois… » (l’Homme, les Découvreurs, les Explorateurs, etc.), jusqu’aux productions plus contemporaines comme les séries« T’Choupi ». À mesure que l’on avance dans le temps, on rencontre des personnages partiellement affranchis des catégories de genre binaires (Candy, dans Les Zinzins de l’espace), qui assument un positionnement féministe (dans Il était une fois… notre Terre), et de plus en plus d’héroïnes fortes (par exemple dans Totally Spies !, ou la tranche « Girl Power » de la chaîne Gulli).
Libérées délivrées ? Rapports de pouvoir animés montre enfin à partir d’une enquête dans les milieux de l’animation, que la question du genre est devenu un sujet de discussion incontournable dans les milieux professionnels, aussi bien en France qu’à l’international.
 
Mélanie Lallet est sociologue des médias, maîtresse de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’UCO Nantes, chercheuse au centre Humanités etSociétés de l’UCO et chercheuse associée à l’IRMECCEN (Institut de Recherche Médias,Cultures, Communication et Numérique) de la Sorbonne Nouvelle. Auteure de l’ouvrage Il était une fois… le genre (INA, 2014), ses travaux portent sur les représentations de genre dans les séries animées françaises pour enfants et sur l’émergence de discours féministes dans l’animation audiovisuelle française

Parution : Fanvids.Television, Women, and Home Media Re-Use

E. Charlotte Stevens, Fanvids. Television, Women, and Home Media Re-Use, Amsterdam University Press, 2020. 

Fanvids, or vids, are short videos created in media fandom. Made from television and film sources, they are neither television episodes nor films; they resemble music videos but are non-commercial fanworks that construct creative and critical analyses of existing media. The creators of fanvids-called vidders-are predominantly women, whose vids prompt questions about media historiography and pleasures taken from screen media. Vids remake narratives for an attentive fan audience, who watch with a deep knowledge of the source text(s), or an interest in the vid form itself. Fanvids: Television, Women, and Home Media Re-Use draws on four decades of vids, produced on videotape and digitally, to argue that the vid form’s creation and reception reveals a mode of engaged spectatorship that counters academic histories of media audiences and technologies. Vids offer an answer to the prevalent questions: What happens to television after it’s been aired? How and by whom is it used and shared? Is it still television?

E. Charlotte Stevens is a Lecturer in Media and Communication at Birmingham City University.

Parution : En cas de malheur, de Simenon à Autant-Lara

Sorti dans les salles à une période charnière, le film En cas de malheur de Claude Autant-Lara (1958) fait ici l’objet d’une analyse approfondie qui porte à la fois sur l’écriture scénaristique, le contexte sociohistorique et les modalités de la transposition à l’écran du roman homonyme de Georges Simenon. Alain Boillat envisage les différentes variantes conçues par les scénaristes dans une perspective narratologique et d’étude des normes de genre. Ce faisant, il propose une méthodologie favorisant l’application au cinéma de la génétique des textes littéraires, et renouvelle plus largement l’étude du phénomène de l’adaptation. En discutant certains aspects du récit filmique (point de vue, flash-back, etc.), l’ouvrage montre combien le personnage ne peut être appréhendé au cinéma sans la prise en considération de la vedette qui l’incarne. Or En cas de malheur réunit les deux plus grandes stars qu’ait connues le cinéma français : d’un côté Brigitte Bardot, nouvelle icône de la féminité qui présage les bouleversements sociaux des années 1960, de l’autre Jean Gabin, associé à une image de la virilité issue des années 1930.

Alain Boillat, En cas de malheur, de Simenon à Autant-Lara (1956-1958). Essai de génétique scénaristique, Genève, Droz, 2020.

Pour en savoir plus ou commander l’ouvrage : https://www.droz.org/fr/7275-9782600060462.html

Parution : Women Who Kill. Gender and Sexuality in Film and Series of the Post-Feminist Era

Women Who Kill explores several lines of inquiry: the female murderer as a figure that destabilizes order; the tension between criminal and victim; the relationship between crime and expression (or the lack thereof); and the paradox whereby a crime can be both an act of destruction and a creative assertion of agency. In doing so, the contributors assess the influence of feminist, queer and gender studies on mainstream television and cinema, notably in the genres (film noir, horror, melodrama) that have received the most critical attention from this perspective. They also analyse the politics of representation by considering these works of fiction in their contexts and addressing some of the ambiguities raised by postfeminism.


The book is structured in three parts: Neo-femmes Fatales; Action Babes and Monstrous Women. Films and series examined include White Men Are Cracking Up (1994); Hit & Miss (2012); Gone Girl (2014); Terminator (1984); The Walking Dead (2010­); Mad Max: Fury Road (2015); Contagion (2011) and Ex Machina(2015) among others.

Continuer la lecture de Parution : Women Who Kill. Gender and Sexuality in Film and Series of the Post-Feminist Era

Isabelle Marc (Université Complutense de Madrid, Espagne)

Isabelle Marc est maîtresse de conférences en Études françaises, habilitée à diriger des recherches, à l’Université Complutense de Madrid, où elle enseigne la culture française contemporaine et la traduction littéraire.

Elle travaille sur les musiques populaires et la littérature middlebrow en France et en Europe, notamment sur les questions liées à la construction des identités (nationales, de genre…) et aux rapports entre l’esthétique populaire et élevée. Elle s’intéresse aussi aux phénomènes transcuturels et à la diplomatie culturelle et musicale.

Elle dirige la revue Thélème. Revista Complutense de Estudios Franceses. Elle est membre de l’IASPM et co-dirige l’European Popular Musics Research Group à l’Université de Leeds.  

CV complet :

https://www.ucm.es/admin/?pg=133541#

https://ucm.academia.edu/IsabelleMarc

ORCID number: https://orcid.org/0000-0002-2393-5891 Continuer la lecture de Isabelle Marc (Université Complutense de Madrid, Espagne)

Delphine Chedaleux (Université de Lausanne, Suisse)

Je m’appelle Delphine Chedaleux, je suis post-doctorante à l’Université de Lausanne (Section d’histoire et esthétique du cinéma) et mon travail consiste à analyser le rôle des cultures populaires et médiatiques (fictions sentimentales, cinéma mainstream, presse féminine, réseaux socionumériques) dans les processus de construction et de négociation des rapports et des identités de genre (mais aussi de classe, d’âge et de sexualité). Mon travail est résolument interdisciplinaire et mobilise un large corpus de sources et de données principalement interrogées sous l’angle des épistémologies féministes et des Cultural Studies.

J’ai soutenu en 2011 une thèse consacrée à la représentation du genre et de la jeunesse dans la culture cinématographique de la France occupée. J’ai publié en 2016 une version remaniée de ce travail aux Presses Universitaires de Bordeaux.

Mes recherches actuelles portent principalement sur :

Carnet : L’objectif de ce carnet est de présenter ces différentes recherches mais aussi de partager mes questionnements théoriques et méthodologiques, mes impressions de lecture, etc. Réagissez et commentez à votre guise!

Page institutionnelle

Page Academia

COLLOQUE : L’INTERSECTIONNALITÉ DANS LES SÉRIES TÉLÉVISÉES ET LE CINÉMA ANGLOPHONES

5 et 6 mars, Université Le Havre Normandie 

Dans le cadre du projet RIN Genre & écrans, nous avons le plaisir de vous convier à notre colloque intitulé « L’intersectionnalité dans les séries télévisées et le cinéma anglophones » qui se déroulera les 05 et 06 mars prochain dans la salle Olympe de Gouges au sein du bâtiment AI/LSH sur le site Lebon.

Ce colloque adoptera une approche intersectionnelle pour examiner les questions de genre, race/ethnicité et classe sociale au sein des séries télévisées et des films produits par des pays anglophones. Le concept d’intersectionnalité permet d’indiquer clairement que si l’oppression peut revêtir bien des formes, elle est encore plus épouvantable quand plusieurs d’entre elles se rejoignent. Regroupant des disciplines telles que les études cinématographiques, télévisuelles, culturelles, les gender studies, la Queer theory, les études afro-américaines, les études postcoloniales, etc., ce colloque s’efforcera de mettre en lumière non seulement les éléments intersectionnels au cœur des fictions à l’écran, mais aussi la critique intersectionnelle, ou au contraire les écueils de la critique non-intersectionnelle.

Source : https://genreecrans.hypotheses.org/365 Continuer la lecture de COLLOQUE : L’INTERSECTIONNALITÉ DANS LES SÉRIES TÉLÉVISÉES ET LE CINÉMA ANGLOPHONES