Archives par mot-clé : gender studies / études de genre

Parution : Women Who Kill. Gender and Sexuality in Film and Series of the Post-Feminist Era

Women Who Kill explores several lines of inquiry: the female murderer as a figure that destabilizes order; the tension between criminal and victim; the relationship between crime and expression (or the lack thereof); and the paradox whereby a crime can be both an act of destruction and a creative assertion of agency. In doing so, the contributors assess the influence of feminist, queer and gender studies on mainstream television and cinema, notably in the genres (film noir, horror, melodrama) that have received the most critical attention from this perspective. They also analyse the politics of representation by considering these works of fiction in their contexts and addressing some of the ambiguities raised by postfeminism.


The book is structured in three parts: Neo-femmes Fatales; Action Babes and Monstrous Women. Films and series examined include White Men Are Cracking Up (1994); Hit & Miss (2012); Gone Girl (2014); Terminator (1984); The Walking Dead (2010­); Mad Max: Fury Road (2015); Contagion (2011) and Ex Machina(2015) among others.

Continuer la lecture de Parution : Women Who Kill. Gender and Sexuality in Film and Series of the Post-Feminist Era

Isabelle Marc (Université Complutense de Madrid, Espagne)

Isabelle Marc est maîtresse de conférences en Études françaises, habilitée à diriger des recherches, à l’Université Complutense de Madrid, où elle enseigne la culture française contemporaine et la traduction littéraire.

Elle travaille sur les musiques populaires et la littérature middlebrow en France et en Europe, notamment sur les questions liées à la construction des identités (nationales, de genre…) et aux rapports entre l’esthétique populaire et élevée. Elle s’intéresse aussi aux phénomènes transcuturels et à la diplomatie culturelle et musicale.

Elle dirige la revue Thélème. Revista Complutense de Estudios Franceses. Elle est membre de l’IASPM et co-dirige l’European Popular Musics Research Group à l’Université de Leeds.  

CV complet :

https://www.ucm.es/admin/?pg=133541#

https://ucm.academia.edu/IsabelleMarc

ORCID number: https://orcid.org/0000-0002-2393-5891 Continuer la lecture de Isabelle Marc (Université Complutense de Madrid, Espagne)

Delphine Chedaleux (Université de Lausanne, Suisse)

Je m’appelle Delphine Chedaleux, je suis post-doctorante à l’Université de Lausanne (Section d’histoire et esthétique du cinéma) et mon travail consiste à analyser le rôle des cultures populaires et médiatiques (fictions sentimentales, cinéma mainstream, presse féminine, réseaux socionumériques) dans les processus de construction et de négociation des rapports et des identités de genre (mais aussi de classe, d’âge et de sexualité). Mon travail est résolument interdisciplinaire et mobilise un large corpus de sources et de données principalement interrogées sous l’angle des épistémologies féministes et des Cultural Studies.

J’ai soutenu en 2011 une thèse consacrée à la représentation du genre et de la jeunesse dans la culture cinématographique de la France occupée. J’ai publié en 2016 une version remaniée de ce travail aux Presses Universitaires de Bordeaux.

Mes recherches actuelles portent principalement sur :

Carnet : L’objectif de ce carnet est de présenter ces différentes recherches mais aussi de partager mes questionnements théoriques et méthodologiques, mes impressions de lecture, etc. Réagissez et commentez à votre guise!

Page institutionnelle

Page Academia

COLLOQUE : L’INTERSECTIONNALITÉ DANS LES SÉRIES TÉLÉVISÉES ET LE CINÉMA ANGLOPHONES

5 et 6 mars, Université Le Havre Normandie 

Dans le cadre du projet RIN Genre & écrans, nous avons le plaisir de vous convier à notre colloque intitulé « L’intersectionnalité dans les séries télévisées et le cinéma anglophones » qui se déroulera les 05 et 06 mars prochain dans la salle Olympe de Gouges au sein du bâtiment AI/LSH sur le site Lebon.

Ce colloque adoptera une approche intersectionnelle pour examiner les questions de genre, race/ethnicité et classe sociale au sein des séries télévisées et des films produits par des pays anglophones. Le concept d’intersectionnalité permet d’indiquer clairement que si l’oppression peut revêtir bien des formes, elle est encore plus épouvantable quand plusieurs d’entre elles se rejoignent. Regroupant des disciplines telles que les études cinématographiques, télévisuelles, culturelles, les gender studies, la Queer theory, les études afro-américaines, les études postcoloniales, etc., ce colloque s’efforcera de mettre en lumière non seulement les éléments intersectionnels au cœur des fictions à l’écran, mais aussi la critique intersectionnelle, ou au contraire les écueils de la critique non-intersectionnelle.

Source : https://genreecrans.hypotheses.org/365 Continuer la lecture de COLLOQUE : L’INTERSECTIONNALITÉ DANS LES SÉRIES TÉLÉVISÉES ET LE CINÉMA ANGLOPHONES

Appel à contributions pour la revue ¿Interrogations? : Penser les représentations de l’ »idéal féminin » dans les médias contemporains

Revue ¿Interrogations? n° 31

Numéro coordonné par Sebastien Haissat

Clôture: 30 novembre 2019

Lien de l’appel

 

PRÉSENTATION :

Selon leurs cultures, les sociétés humaines construisent des normes qui prescrivent ce que doit être un homme ou ce que doit être une femme (Mead, 1963). D’une part, la famille, principalement les parents proches, mais aussi l’entourage social de la personne, participent à la transmission d’attitudes, de comportements et d’attentes sociales qui définissent des modèles de la féminité et de la masculinité auxquels il faudrait se conformer. Une étude de Curt Hoffman et Nancy Hurst montre que les parents ont des attentes différentes selon le sexe de l’enfant : ils souhaitent davantage que leur fils soit volontaire, travailleur, intelligent et ambitieux et que leur fille soit plutôt aimable, gentille, attirante et devienne une bonne mère (Hoffman & Hurst, 1990). D’autre part, les médias contemporains, particulièrement présents dans nos sociétés de consommation, véhiculent également des stéréotypes (Biscarrat, 2013) qui exercent une influence normative culturelle. Ainsi, la télévision, le cinéma et la presse par exemple, constituent des instances de socialisation non négligeables qui agissent dans la construction des identités de genre (Julliard, Quéméner, 2014), notamment à travers les discours qu’ils véhiculent (Courbières, 2013). Continuer la lecture de Appel à contributions pour la revue ¿Interrogations? : Penser les représentations de l’ »idéal féminin » dans les médias contemporains

Colloque : genre et médias

Colloque « Genre et médias francophones dans l’Europe des années 1940 et 1950 », sous la direction de Delphine Chedaleux, Alain Boillat, Charles-Antoine Courcoux et Jeanne Rohner

Université de Lausanne, 21-22 mars 2919

Ce colloque se propose d’interroger les phénomènes de reconfiguration et d’expansion médiatique des années 1940 et 1950 à l’échelle de l’espace européen francophone et au prisme du genre. Théâtre de reconfigurations sociales et politiques, la Seconde Guerre mondiale constitue un moment de transition médiatique et culturelle. Les années 1940 et 1950 sont par ailleurs marquées par un ensemble de mutations des identités et des rapports de genre. Après les déstabilisations engendrées par la guerre, la reconstruction européenne passe par la promotion d’un modèle familial basé sur une stricte répartition des rôles masculin et féminin. Des travaux d’historiens et historiennes informés par les études sur le genre ont montré le rôle ambivalent des médias dans la production et la diffusion de ces normes, mais aussi dans leur négociation, voire – certes plus rarement – dans leur subversion. Ce colloque propose d’approfondir et d’élargir ces recherches, tant du point de vue des objets étudiés, de l’aire géographique ou culturelle considérée que des méthodes mobilisées.

Programme et résumés des communications : 

Continuer la lecture de Colloque : genre et médias

Journée : jeunesse et égalité genrée

Égalité fictionnelle, égalité réelle ?Représentations des filles et des garçons dans les productions pour la jeunesse

30 novembre 2018, Musée national de l’éducation, Centre de ressources, 6 rue de Bihorel, Rouen

Journée d’étude en partenariat scientifique et professionnel sous la responsabilité de Magali Jeannin et Anne Schneider.

9h45 – Ouverture de la journée Delphine Campagnolle, Directrice du MUNAÉ & Jeanne Chiron (Université de Rouen Normandie – ÉSPÉ de l’académie de Rouen) : remerciements et introduction

Sophie Devineau (Université de Rouen Normandie) : Présentation du projet MixPrim

Laurent Trémel (MUNAÉ) : Présentation de l’exposition « Filles/garçons : égalité des chances ? »

SESSION 1 : REPRÉSENTATIONS DES MÉTIERS ET DE LA RÉUSSITE SOCIALE  

10h30
Sylvie Cromer (U. de Lille / CRDO) : Quel genre les magazines pour petites filles promeuvent-ils ?

Sophie Devineau (U. de Rouen / DySoLab) et Anne Schneider (U. de Caen-ÉSPÉ / LASLAR) : Représentations des métiers dans la littérature jeunesse : quels enjeux de genre et quelles évolutions ?

12h : Table ronde : Comment est présentée l’égalité professionnelle dans les manuels scolaires ? Discutante : Anne Schneider. Avec  Amandine Berton-Schmitt (Centre Hubertine Auclert) : Inégalités professionnelles et représentations des métiers dans les manuels scolaires : éléments de synthèse. Et Catherine Dufour (autrice du Guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses) : Quelle fabrique de modèles pour les filles ?

13h – 14h : Déjeuner

SESSION 2 : QUELLES RESSOURCES POUR PROMOUVOIR L’ÉGALITÉ FILLES / GARÇONS ? 14h45 

Christiane Connan-Pintado (U. de Bordeaux-ÉSPÉ / TELEM) : Parité/disparités. Études de genre et littérature pour la jeunesse

Laurence Faron (Fondatrice des éditions Talents Hauts) : Éditer des livres pour la jeunesse sans stéréotypes : éthique et pratique

Mathilde Lévêque (U. Paris 13 / Pléiade) : Le projet européen GBook (Gender Identity: Child Readers and Library Collections) : objectifs et premiers résultats

15h40 – 16h : Pause

SESSION 3 : REPRÉSENTATIONS FILLES / GARÇONS DANS LES MÉDIAS ISSUS DE LA CULTURE POPULAIRE ET MÉDIATIQUE ET LEUR RAPPORT À L’ÉCOLE Discutant : Laurent Trémel

Hélène Breda (U. Paris 13 / LabSIC) : Représentations genrées dans les séries animées pour enfants, à partir d’un corpus issu de Netflix Kids

Fanny Lignon (U. Lyon 1 – ÉSPÉ / THALIM) : Utiliser les images pour former à l’égalité entre les femmes et hommes : les atouts des jeux vidéo

17h30 : Fin des échanges

COMITÉ D’ORGANISATION Jeanne CHIRON (U. de Rouen Normandie – ÉSPÉ / CÉRÉdl-LIS), Laurent TREMEL (Musée national de l’Éducation / CIRNEF), Anne SCHNEIDER (U. de Caen-ÉSPÉ / LASLAR). COMITÉ SCIENTIFIQUE Olivier BERNARD (U. Laval, Québec), Christiane CONNAN-PINTADO (U. de Bordeaux-ÉSPÉ), Jeanne CHIRON (U. de Rouen-ÉSPÉ), Sylvie CROMER (U. de Lille 2), Sophie DEVINEAU (U. de Rouen Normandie), Magali JEANNIN (U. de Caen-ÉSPÉ), Anne SCHNEIDER (U. de Caen-ÉSPÉ), Laurent TRÉMEL (Musée national de l’Éducation).   

Parution : Fabrique du genre

 LE ROSE ET LE BLEU, LA FABRIQUE DU FÉMININ ET DU MASCULIN, CINQ SIÈCLES D’HISTOIRE

Scarlett Beauvalet-boutouyrie et Emmanuelle Berthiaud

Belin, Collection Histoire, 2017

 

Rose pour les filles, bleu pour les garçons ? Il n’en a pas toujours été ainsi. Ce qui semble aujourd’hui une évidence est une habitude récente, comme bien d’autres signes associés au féminin et au masculin. La question du « genre », qui suscite des débats passionnés au sein de la société française, nous incite à regarder au plus près la construction des identités sexuées dans la longue durée. Cette interrogation est d’autant plus essentielle que les définitions de la masculinité et de la féminité ont longtemps servi à justifier la domination masculine.
L’histoire du corps et de ses représentations, des lois juridiques et sociales, de l’éducation, des règles de l’apparence et des enjeux de pouvoir entre sexes, laisse entrevoir, au fil du temps, les contours changeants, parfois surprenants, de ce qui fait de nous des hommes ou des femmes dans la société française.

Scarlett Beauvalet-Boutouyrie est professeure d’histoire moderne à l’université de Picardie Jules-Verne et auteure de nombreux ouvrages dont une Histoire de la solitude féminine dans la France moderne et une Histoire de la sexualité à l’Époque moderne.
Emmanuelle Berthiaud, agrégée et docteure en histoire moderne et contemporaine, est l’auteure de Enceinte, une histoire de la grossesse entre art et société.

Parution : Fan/Gender Studies

Fan studies gender studies : la rencontre, Editions du Téraèdre, 2017,  dir. Mélanie Bourdaa et Arnaud Alessandrin

 

La rencontre entre fan studies et gender studies, largement engagée dans le monde académique anglo-saxon, a très tôt permis d’analysé les activités de fans au prisme du genre, en mobilisant les apports de travaux explicitement féministes. Sur un plan théorique, ces rapprochements pourront donc être (re)discutés, car ils n’ont rien d’évident et ont souvent été sélectifs, à l’image de l’intégration complexe des perspectives féministes au sein des cultural studies. En conséquence, les contributions à cet ouvrage s’attacheront chaque fois à préciser quels aspects des gender studies contribuent à l’approfondissement des fan studies et de quelle manière. Sur un plan empirique, elles mettront en exergue les frontières de genre comme leurs éventuelles remises en cause au sein de différents groupes de fans et envisageront leurs significations et leurs effets à une échelle plus large. La rencontre offerte par ces pages en enfin une rencontre pluridisciplinaire, venant éclairer, de diverses façons, le couple « fan & genre ».

Édito : ce que les fan studies font au genre, et inversement.

QUEMENER Nelly

Fan & gender studies : introduction Continuer la lecture de Parution : Fan/Gender Studies

Séminaire : « Le placard sous l’escalier »

« Le placard sous l’escalier »

Genres, sexualités et identités queer dans les productions culturelles pour la jeunesse (1945-2015)

Séminaire d’élèves ENS, organisé par Marie Alhinho et Anne-Fleur Multon

Premier semestre de l’année 2016-2017 (du 28 septembre au 25 janvier), un mercredi sur deux, de 18 à 20h, à l’École Normale Supérieure de Paris (45, rue d’Ulm, salle Celan, rdc).

Calendrier des séances

28 Septembre – Séance inaugurale

Anne-Fleur Multon et Marie Alhinho

12 Octobre – Table ronde Prescriptions et réception. Les questions de genres et de sexualités au cœur de la transmission

Audrey (Le Souffle des mots), Nathan (Le Cahier de lecture de Nathan) et Lucie Kosmala (madmoiZelle.com)

2 Novembre – Table ronde Corps et canons esthétiques. Expressions de la féminité et de la masculinité dans la littérature de jeunesse

Tom Lévêque, Anne-Fleur Multon et Maureen Wingrove (Diglee)

16 Novembre – Girl Power. Femmes de pouvoir et pouvoirs des femmes dans les productions culturelles pour la jeunesse

Julie Roy (Johns Hopkins University/Université du Littoral) – Quand l’écran vient révolutionner la page : bisexualité et power couple dans The 100

Matthieu Freyheit (Université de Haute-Alsace) – Pirater le genre : la piraterie, une affaire de filles ?

29 Novembre – Table ronde d’autrices. Écrire les genres et les sexualités dans la littérature de jeunesse

Charlotte Bousquet, Carina Rozenfeld, Christine Féret-Fleury et Hélène Bréda Continuer la lecture de Séminaire : « Le placard sous l’escalier »