Archives par mot-clé : gender studies / études de genre

Appel à contributions : « Le genre à travers la technologie / Gender through technology » (Variations, n° 28, 2022)

Variations, n° 28 (2022) : « Le genre à travers la technologie / Gender through technology« 

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

Depuis quelques années, la question des rapports entre la technologie, le genre et la culture suscite un intérêt croissant auprès de la recherche universitaire. Ces relations font ainsi l’objet d’une pluralité d’approches intermédiales, allant des considérations liées au genre dans le discours littéraire portant sur les technologies jusqu’aux analyses cinématographiques et télévisuelles (Westworld, Ex Machina ou encore Her)*, en passant par les réflexions qui prolifèrent à ce sujet dans la sphère des études culturelles.

Cependant, comme l’a noté la sociologue Judy Wajcman, la progression continuelle des phénomènes de technologisation et de numérisation dans la société n’exerce pas seulement une influence sur les rapports de force et de genre. Ce que l’on observe bien plutôt, c’est une relation de réciprocité entre le genre et la technologie, cette dernière devant être comprise à la fois comme cause et conséquence des relations entre les genres**.

On assiste ainsi d’un côté, au début du XXe siècle, à l’émergence de nouveaux profils professionnels, tels que la sténotypiste, la secrétaire ou encore la standardiste, qui structurent le travail autour de certaines technologies nouvelles en fonction du genre, et de l’autre côté on observe une « genrification », une sexuation des artefacts technologiques, comme on a pu le voir récemment avec l’apparition de systèmes d’exploitation numériques tels que « Siri » ou « Alexa », qui sont dotés de voix féminines.

Continuer la lecture de Appel à contributions : « Le genre à travers la technologie / Gender through technology » (Variations, n° 28, 2022)

Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Diplômée en en français moderne et en sciences du langage à l’Université de Lausanne, Gaëlle Kovaliv étudie les conditions de production et de réception des œuvres de bande dessinées nativement numériques francophones. Sa thèse, entre sociologie et lettres, se concentre ainsi sur six axes de recherche : l’identité de ce nouveau médium, les conséquences de la disparition du filtre éditorial – notamment dans une perspective de genrée –, la place du lectorat, l’économie et le financement, le rôle des éditeurs papier et une comparaison internationale des formes de création et de diffusion. Cette recherche est principalement basée sur des entretiens menés auprès de créateurs et créatrices et par des témoignages provenant du monde professionnel de l’édition.

Dans le cadre du projet, Gaëlle Kovaliv a déjà co-rédigé plusieurs articles. Un glossaire bilingue des unités significatives de la bande dessinée avec Olivier Stucky, une étude de la forme des tables des matières des bandes dessinées numériques avec Anaïs Goumand et un article sur le genre, les media studies et la bande dessinée avec Léonore Porchet. Elle a également participé, avec Raphaël Baroni et Olivier Stucky, à la rédaction d’un article de synthèse sur les obstacles qui s’opposent à l’émergence de supports de publication numériques dans le contexte de la bande dessinée européenne et francophone. Elle a aussi réalisé plusieurs bases de données visant à recenser les bandes dessinées nativement numériques francophones ainsi que les créateurs et créatrices actifs et actives dans de domaine.

Par ailleurs, Gaëlle Kovaliv est actuellement membre du comité éditorial de la revue Comicalités, du Réseau des Narratologues Francophones (RéNaF) et du Pôle de Narratologie Transmédiale (NaTrans). Elle est également coresponsable bénévole des conférences et animations du festival de bandes dessinées BDFIL et membre du comité d’édition de la revue Archipel.

Publications

Appel à contributions: « ‘Femmes fatales’, ‘hommes en crise’? Réexaminer les modèles genrés du film noir » (Genre en séries : cinéma, télévision, médias, n° 16)

Appel à contributions: « ‘Femmes fatales’, ‘hommes en crise’? Réexaminer les modèles genrés du film noir »

Genre en séries : cinéma, télévision, médias, n°16

Échéance des propositions : le 15 septembre 2021

Date prévue de parution : automne 2022

Dirigé par Thomas Pillard et Jules Sandeau

Texte de l’appel

Depuis leur émergence dans le champ académique, les gender studies ont porté une attention soutenue au film noir puis au néo-noir, en particulier hollywoodiens, en discutant la pertinence et les limites des notions de « femmes fatales » et d’« hommes en crise » au regard de la variété des modèles de féminité et de masculinité proposés par le film noir, de la période classique à l’ère contemporaine.

Malgré cette longue tradition critique, de nombreux aspects du film noir restent à explorer dans une perspective genrée, et plus largement culturelle, notamment dans le contexte des études filmiques francophones où les ouvrages sur le film noir incluant cette approche sont encore peu nombreux. Ce numéro de Genre en séries : cinéma, télévision, médias se propose donc de revenir sur ce genre historiquement central dans les études féministes du cinéma, afin de contribuer au renouvellement et aux dynamiques actuelles de ce champ de recherche foisonnant, dans une perspective transnationale et transmédiatique. Il s’agira, d’une part, d’étendre notre connaissance de corpus longtemps négligés, à l’image du « réalisme noir » français ou du « Strassenfilm »allemand, et, d’autre part, de revenir sur des films (apparemment) déjà bien connus afin d’en approfondir la compréhension à l’aide de nouveaux cadres méthodologiques.

Modalités de soumission

Les articles soumis ne doivent pas avoir fait l’objet de publication dans une autre revue ou actes de colloque.

Les propositions veilleront à expliciter et justifier précisément la façon dont elles se situent dans la littérature existante sur le genre et par rapport à la notion de film noir.

Rédigées en français ou en anglais, elles seront composées d’un argumentaire de 500-800 mots, d’une bibliographie et d’une notice biographique. Elles sont à envoyer aux coordinateurs du numéro (thomas.pillard@sorbonne-nouvelle.fr et sandeau.jules@gmail.com) avant le 15 septembre 2021. Une réponse sera donnée fin septembre. Les articles devront être rendu pour le 15 mars 2022. Ils seront ensuite soumis à une expertise en double aveugle pour une publication en automne 2022.

Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

« Les livres ont-ils un genre ? (XVIe-XXe siècles) »

Revue Histoire et civilisation du livre

Échéance des propositions : 15 juillet 2021

Date prévue de parution : 2023 

Coordonné par Emmanuelle Chapron (Aix Marseille Université / EPHE), Sabine Juratic (CNRS/ IHMC)

Comité scientifique

Marie-Cécile Bouju (Univ. Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), Jean-Charles Geslot (Univ. Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Rémi Jimenes (Univ. Tours), Annette Keilhauer (Friedrich-Alexander Univ. Erlangen-Nürenberg), Edwige Keller-Rahbé (Univ. Lumière – Lyon 2), Sylvain Lesage (Univ. Lille).

Argumentaire 

Depuis la fin des années 1990, une bibliographie croissante s’est intéressée aux relations entretenues par les femmes avec les livres et, plus largement, avec le monde de l’imprimé en Occident. Les travaux ont mis en évidence la participation des femmes à la production et au commerce des livres, des ateliers d’Ancien Régime (Jimenes 2017) au développement des éditions féministes dans les années 1970 (Pavard 2005, Mazzone 2007), jusqu’à la place occupée par les « petites » maisons d’édition fondées par des femmes dans un champ éditorial, celui de la fin des années 1990, globalement guetté par une « révolution conservatrice » (Bourdieu 1999). Au cœur de nombreuses recherches, les lectrices ont été saisies à la fois comme construction normative (la lectrice idéale) et comme réalité sociale (von Tippelskirch 2011, Matamoros 2017). Les travaux ont éclairé les contraintes matérielles, sociales et culturelles qui s’exerçaient sur la lecture féminine, autant que la capacité des lectrices à s’en accommoder, à les contourner ou à les renverser à leur profit (Brouard-Arends 2003). Enfin, la place des femmes dans le champ littéraire, leur accès longtemps mesuré et contraint à la publication, le façonnement de figures d’autrices ont été questionnés dans la longue durée (Reid 2020).

Récemment, plusieurs travaux ont proposé une perspective plus englobante, embrassant l’ensemble du circuit du livre, dans la France (Broomhall 2002), l’Angleterre (Smith 2012) ou l’Italie (Richardson 2020) des xvie et xviie siècles : les femmes y sont saisies à leur table de travail, à écrire, traduire, préfacer, copier, préparer les textes pour la presse, dans l’atelier, la rue et les corporations de métier, dans leurs interactions avec les auteurs, les imprimeurs et les patrons, dans leur confrontation, plume à la main, avec le texte lu, offert, prêté ou échangé.

Il n’est plus contestable qu’observer les femmes à l’œuvre ou même, comme le suggère Brian Richardson, de regarder « how activities related to books looked through the eyes of the women », permet d’ouvrir des perspectives latérales, de produire un autre regard sur des réalités consolidées par l’historiographie, d’interroger différemment les manières de lire, les formes de l’auctorialité, le genre des inky fingers, les paratextes (Keller-Rahbé et Clément 2017), en bref d’examiner autrement l’ordre des livres.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

Parution : Ecofeminist Science Fiction (D. A. Vakoch ed.)

Douglas A. Vakoch (ed.), Ecofeminist Science Fiction. International Perspectives on Gender, Ecology, and Literature, Routledge, 2021

Presentation

Ecofeminist Science Fiction: International Perspectives on Gender, Ecology, and Literature provides guidance in navigating some of the most pressing dangers we face today. Science fiction helps us face problems that threaten the very existence of humankind by giving us the emotional distance to see our current situation from afar, separated in our imaginations through time, space, or circumstance. Extrapolating from contemporary science, science fiction allows a critique of modern society, imagining more life-affirming alternatives.

In this collection, ecocritics from five continents scrutinize science fiction for insights into the fundamental changes we need to make to survive and thrive as a species. Contributors examine ecofeminist themes in films, such as AvatarStar Wars, and The Stepford Wives, as well as television series including Doctor Who and Westworld. Other scholars explore an internationally diverse group of both canonical and lesser-known science fiction writers including Oreet Ashery, Iraj Fazel Bakhsheshi, Liu Cixin, Louise Erdrich, Hanns Heinz Ewers, Larissa Lai, Ursula K. Le Guin, Chen Qiufan, Mary Doria Russell, Larissa Sansour, Karen Traviss, and Jeanette Winterson.

Ecofeminist Science Fiction explores the origins of human-caused environmental change in the twin oppressions of women and of nature, driven by patriarchal power and ideologies. Female embodiment is examined through diverse natural and artificial forms, and queer ecologies challenge heteronormativity. The links between war and environmental destruction are analyzed, and the capitalist motivations and means for exploiting nature are critiqued through postcolonial perspectives.

Continuer la lecture de Parution : Ecofeminist Science Fiction (D. A. Vakoch ed.)

Parution : Trans New Wave Cinema (A. Ford)

Akkadia Ford, Trans New Wave Cinema, Routledge, 2021

Presentation

This book presents a critical cultural study of the Trans New Wave as a cinematic genre and explores its emergence in the twenty-first century.

Drawing on a diverse range of texts, the cultural, social, aesthetic and ethical implications of the genre are placed within the context of rapidly changing understandings of gender diversity. From the cinematic borderlands of independent film festivals to wider public recognition via digital technologies, the genre encompasses a diverse range of texts from short films, documentaries, experimental films, to feature films and narratives that range across life histories, narratives and themes. The book presents transliteracy as an original theoretical approach to reading film representations of the Trans New Wave, and combines it with a new theoretical concept of cinematic ethnogenesis to investigate how the genre emerged from specific communities and the reciprocal interaction of audiences and texts.

This interdisciplinary volume engages with contemporary issues of gender diversity, transgender studies, screen and media studies and film festival studies, and as such will be of great interest to scholars working in these fields and in media and cultural studies more generally.

Continuer la lecture de Parution : Trans New Wave Cinema (A. Ford)

Parution : Media Work, Mothers and Motherhood (S. Liddy, A. O’Brien, ed.)

Susan Liddy, Anne O’Brien (ed.), Media Work, Mothers and Motherhood. Negotiating the International Audio-Visual Industry, Routledge, 2021

Presentation

This interdisciplinary and international volume offers an innovative and critical exploration of the impact of motherhood on the engagement of women in media and creative industries across the globe. Diverse contributions critically engage with the intersections and overlap between the social categories of worker and mother, and the work of media production and maternal caregiving.

Conflicting ideas about, and expectations of, mothers are untangled in the context of the working world of radio, film, television and creative media industries. The book teases out commonalities between experiences that are evident across a number of countries, from Hollywood to Bollywood, as well as examining the differences between class, religion, maternal status and cultural frameworks that surround working mothers in various nation states. It also offers some possibilities for ways forward that can improve the lives of women workers who are also mothers.

A timely and valuable contribution to international debates on equality, mothers and motherhood in audiovisual industries, this book will be of interest to scholars and students of media, communication, cultural studies and gender, programmes engaged with work inequalities and motherhood studies, and activists, funders, policymakers and practitioners.

Continuer la lecture de Parution : Media Work, Mothers and Motherhood (S. Liddy, A. O’Brien, ed.)

Parution : Women Make Horror. Filmmaking, Feminism, Genre (dir. Alison Peirse)

Alison Peirse (dir.), Women Make Horror. Filmmaking, Feminism, Genre, Rutgers University Press, 2021. 

“But women were never out there making horror films, that’s why they are not written about – you can’t include what doesn’t exist.”
“Women are just not that interested in making horror films.”

 
This is what you get when you are a woman working in horror, whether as a writer, academic, festival programmer, or filmmaker. These assumptions are based on decades of flawed scholarly, critical, and industrial thinking about the genre. Women Make Horror sets right these misconceptions. Women have always made horror. They have always been an audience for the genre, and today, as this book reveals, women academics, critics, and filmmakers alike remain committed to a film genre that offers almost unlimited opportunities for exploring and deconstructing social and cultural constructions of gender, femininity, sexuality, and the body.

Women Make Horror explores narrative and experimental cinema; short, anthology, and feature filmmaking; and offers case studies of North American, Latin American, European, East Asian, and Australian filmmakers, films, and festivals. With this book we can transform how we think about women filmmakers and genre.

Contributions by Alison Peirse, Alicia Kozma, Alexandra Heller-Nicholas, Martha Shearer, Katia Houde, Tosha R. Taylor, Dahlia Schweitzer, Laura Mee, Katarzyna Paszkiewicz, Maddison McGillvray, Molly Kim, Donna McRae, Erin Harrington, Lindsey Decker, Valeria Villegas Lindvall, Janice Loreck, Amy C. Chambers, Sonia Lupher

Alison Peirse is an associate professor in film and media at the University of Leeds, UK. She is author of After Dracula: The 1930s Horror Film and co-editor of Korean Horror Cinema.

Parution : Gender and Digital Culture. Between Irreconcilability and the Datalogical (Helen Thornham)

Helen Thornham, Gender and Digital Culture. Between Irreconcilability and the Datalogical, Routledge, 2021. 

Gender and Digital Culture offers a unique contribution to the theoretical and methodological understandings of digital technology as inherently gendered and classed. The silences within, through and from the systems we experience every day, create inequalities that are deeply affective and constitute very real forms of algorithmic vulnerability. The book explores these lived and mundane algorithmic vulnerabilities across three interrelated research projects. These focus on recent digital phenomena including sexting, selfies and wearables, and particular decision-making systems used in health, education and social services.

Central to this book are the themes of irreconcilability and the datalogical. It makes the case that feminism and gender politics have become increasingly irreconcilable with not only long-running debates around representation and embodiment, but also with conceptions of the technological, conceptions of the user and of the systems themselves. In keeping with longstanding feminist scholarship, these irreconcilabilities can be productive and generative; they can be used to interrogate the power politics of digital culture.

By studying the lived and routine elements of digital technologies, Gender and Digital Culture asks about the many convolutions that are held together through the everyday use of these technologies, and the implications for how gender and technology are approached, discussed and theorised.

Table of Contents:

Chapter 1: Gender, Irreconcilability and the Datalogical Anthropocene Chapter 2: Being data(logical) Chapter 3: Being accountable: practices, images, infrastructure Chapter 4: Being known: autom-data-ed bodies, maternal subjectivity Chapter 5: Gender and the digital mundane Chapter 6: Gender and the digital mundane

Helen Thornham is Associate Professor in Digital Cultures at the University of Leeds, UK. Her publications include Ethnographies of the Videogame (2011, Renewing Feminisms (2013) and Content Cultures (2014). Her research focuses on gender and technological mediations, data and digital inequalities.

Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques (Université d’Artois, en ligne)

Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Vendredi 9 avril 2021, 9h30-17h, en visioconférence

Université d’Artois, Centre de recherches Textes et Cultures 

Organisé par les membres du Séminaire littéraire des Armes de la Critique (ENS Ulm) : Gabrielle Adjerad (Nanterre Université), Anaïs Goudmand (KU Leuven, FNS), Marianne Hillion (Sorbonne Université / University of Warwick) & Marion Leclair (Université d’Artois).

Voir l’appel à communications

Télécharger le programme

informations et inscriptions : je.cultural.studies@gmail.com

Programme [mis à jour le 25/03/2021]

9h30-10h  Accueil des participant·e·s et introduction

10h-10h45

  • Edward LEE-SIX (ENS Paris) : Le concept de culture dans les écrits de Raymond Williams

Présidence de séance : Thierry Labica (Nanterre Université)  

Continuer la lecture de Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques (Université d’Artois, en ligne)