Archives par mot-clé : francophonie

Appel à contributions : “Vingt ans de bande dessinée québécoise au XXIe siècle, affirmation et résurgences” (revue @nalyses)

@nalyses, “Vingt ans de bande dessinée québécoise au XXIe siècle, affirmation et résurgences”

Échéance des propositions : 10 décembre 2022

@nalyses, revue des littératures franco-canadiennes et québécoise, est publiée par le Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF) de l’Université d’Ottawa. Disponible en libre accès sur érudit et évaluée par les pairs, elle consacre un numéro à la bande dessinée québécoise contemporaine.

Présentation et axes de recherches

La bande dessinée québécoise a connu plusieurs phases de (re)naissances : une première affirmation au début des années 1970 avec ce qui sera appelé le « printemps de la bande dessinée québécoise » (CARPENTIER, 1975. LEMAY, 2016), le succès du magazine Croc (1979-1995), qui voit émerger des auteurs majeurs comme Réal Godbout ou Jean-Paul Eid (LEDUC et VIAU, 2013), puis l’apparition dans les années 1980 d’une scène alternative réellement influente avec Julie Doucet, Obom ou Henriette Valium (RANNOU, 2022-1). Vivre de la bande dessinée au Québec reste cependant exceptionnel. Durant les années 1990 arrive une nouvelle génération d’auteurs, comme Guy Delisle ou Siris, et d’éditeurs, notamment La Pastèque en 1998 (COLLECTIF, 2014), mais la scène québécoise reste difficile et principalement tournée vers l’Europe ou l’édition alternative.
Après le Printemps des années 1970 le XXIe siècle apparaît donc comme un véritable été de la BD québécoise, qui mérite d’être étudié après plus de vingt ans d’exercice. De nombreux angles d’attaques sont possibles pour étudier cette explosion de la BDQ à cette période et, fait notable, sa tenue dans le temps :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Vingt ans de bande dessinée québécoise au XXIe siècle, affirmation et résurgences” (revue @nalyses)

Appel à contributions : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales (Sorbonne Université)

Journée d’études : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales

7 juin 2022, Maison de la Recherche, Sorbonne Université

Échéance des propositions : 1er décembre 2022

Quoi de commun entre un meurtrier en cavale, Karaba la sorcière, un dictateur sans scrupule, une mère infanticide, un terroriste et des ogres ? Incarnations de pulsions négatives, d’une violence hyperbolique, d’une marginalité sociale et morale, le méchant et la méchante parcourent les fictions littéraires, habitent les imaginaires et interrogent le rapport de l’être humain au mal. 

Empruntée à la réflexion sur la littérature de jeunesse et le conte, la catégorie des «méchant·es » permet de penser la relation entre la construction du personnage et l’éthique ainsi que d’interroger les valeurs du héros lorsqu’il est confronté à une figure-repoussoir. « Si les enfants ont besoin, pour trouver leur place dans un conte, de savoir qui sont les ‘‘bons’’ et les ‘‘méchants’’, indique Vincent Jouve, les lecteurs adultes cherchent à ‘‘situer’’ le plus vite possible les personnages d’un récit.1 » Le critique souligne ainsi le rôle structurant du positionnement éthique des personnages fictifs.

 Dans les littératures francophones et postcoloniales, le rôle éthique du personnage possède une force et un sens particuliers. En tant qu’elles interrogent les catastrophes passées, ces littératures se confrontent, en effet, aux formes de la violence, de la domination et du mal produites par l’Histoire : esclavage, colonisation, guerre, génocides, terrorisme… En mettant en scène des figures de méchant·es dans les œuvres, les écrivains et les écrivaines francophones cherchent à penser la question de la responsabilité à partir d’un réel où s’inscrit une histoire de dépossession et de destruction.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales (Sorbonne Université)

  1. Vincent Jouve, Poétique des valeurs, Paris, PUF, 2001, p. 10. []

Journées d’études :

Journées Textyles :  De la page au micro. Radio et littérature en Belgique francophone (1924-2022)

KBR, audiorium De Greef, Bruxelles, 20 et 21 octobre 2022.

Alors que les rapports entre littérature et radio font l’objet d’un intérêt académique croissant dans le domaine des lettres anglo-américaines, germaniques et françaises, l’histoire de la production radiolittéraire belge demeure une parfaite terra incognita. La numérisation progressive des fonds sonores de la Sonuma et des Archives & Musée de la Littérature, combinée au récent inventaire des archives papier de la Radio-télévision belge (RTB), autorisent désormais l’ouverture des études littéraires à ces ressources riches et méconnues. 

À la veille du centenaire de la radiodiffusion belge, à l’heure où les podcasts et la création sonore rencontrent un succès toujours plus vif, nous voulons poursuivre un chantier engagé en 2021 à l’occasion de la journée Textyles « Écrans à la page : littérature et télévision en Belgique », en proposant un second volet d’exploration des archives audiovisuelles de la littérature belge. 

Les journées des 20 et 21 octobre 2022 permettront de poser les premiers jalons d’une recherche au long cours, que nous souhaitons collective et interdisciplinaire. Les points de rencontre entre radio et lettres seront considérés dans leurs déclinaisons multiples ; les corpus soumis à l’analyse iront des productions proprement littéraires (captations théâtrales, adaptations et œuvres spécialement conçues pour la radio) aux émissions vouées à la médiatisation de l’œuvre et/ou des auteurs et autrices. 

Trois axes transversaux structurent les communications et discussions au programme :

Continuer la lecture de Journées d’études :

Appel à contributions : La presse dans l’Empire colonial français – XIXe-XXe s. (Le Mans Université)

Colloque international : La presse dans l’Empire colonial français – XIXe-XXe siècles

Le Mans Université, 21-22 juin 2023

Échéance des propositions : 1er août 2022

Les études de presse (presse périodique et revues) portant sur les espaces coloniaux sont encore relativement rares et commencent à peine à bénéficier des avancées conceptuelles et méthodologiques qui ont marqué le renouvellement en France depuis une quinzaine d’années de l’histoire et de la critique des périodiques en métropole (Blandin, Charle, Delporte, Kalifa, Mollier, Robinet, Thérenty, Vaillant…), elles-mêmes en partie tributaires du renouveau des études sur l’histoire du livre, de la lecture, et des pratiques culturelles liées à l’écrit (Chartier, Cavallo, Lyons, Lahire…). La presse des colonies (à distinguer de la presse « coloniale » publiée en métropole) n’est encore souvent convoquée que comme source documentaire, ou seulement évaluée en fonction du positionnement de tel ou tel titre dans l’échiquier politique local. La prise en compte des organes de presse animés par les autochtones est plus faible encore, à l’exception parfois de ceux qui ont hébergé un temps de grandes figures littéraires et politiques, et/ou qui ont joué un rôle explicite dans l’accession à l’indépendance. Or la presse périodique constitue un excellent point d’entrée pour étudier les transformations politiques, sociales et culturelles, et identifier au plus près le système complexe des interactions entre les différentes forces socio-ethniques en présence et au travail dans le cadre colonial – interactions qui ne peuvent être décrites seulement en termes d’imitation, de confrontation, d’aliénation, ou de simple transfert.

Centrées sur l’Empire colonial français (colonies, mandats, protectorats, concessions) et sur la période 1830-1960, les propositions peuvent porter (liste non limitative) sur les rapports entre la presse métropolitaine et la presse publiée dans les colonies, sur les liens entre les différents espaces coloniaux (emprunts, circulation des textes), sur les relations entre presse francophone et presse publiée dans les langues locales, sur le rôle de la presse dans l’émergence d’élites locales et dans les mutations culturelles et politiques des sociétés colonisées, sur l’articulation entre presse « autochtone » des espaces coloniaux et les modalités précoloniales locales de publication et d’information et enfin sur les problèmes d’accessibilité des collections, de localisation des fonds et l’usage des outils numériques en vue de leur exploitation.

Les propositions (300 mots environ) accompagnées d’une brève bio-bibliographie (150 mots environ) sont à adresser avant le 1er août 2022 à l’adresse suivante : colloquepressecolonies@gmail.com.

Les participants seront notifiés le 15 septembre 2022.

Appel à communications : La fabrique journalistique des célébrités (Université de Toronto)

Colloque : La fabrique journalistique des célébritésVedettariat, presse et culture médiatique dans la francophonie nord-atlantique  (XVIIIe-XXIe siècles)

27 et 28 avril 2023, Université de Toronto, Canada

Échéance des propositions : 1er juin 2022

Comité organisateur
Adrien Rannaud, Université de Toronto
Mélodie Simard-Houde, Université du Québec à Trois-Rivières

Comité scientifique
Olivier Bara, Université Lumière Lyon 2
Stéfany Boisvert, Université du Québec à Montréal
André Gunthert, École des hautes études en sciences sociales
Marie-Pier Luneau, Université de Sherbrooke
Will Straw, Université McGill

Selon Antoine Lilti, la culture de la célébrité moderne apparaîtrait en Europe dès la seconde moitié du XVIIIe siècle sous le coup d’une « première révolution médiatique[1] ». Dans cette perspective, l’histoire de la célébrité serait indissociable de celle de la presse, plus encore à partir du XIXe siècle, qui constitue le cadre de réalisation de ce qu’on nomme la « civilisation du journal[2] ». On sait que les quotidiens, revues et autres périodiques alimentent dès la décennie 1830 un régime de l’actualité fondé sur la chose vue et sur la récurrence de signatures, de noms et de figures publiques[3]. Au cours de la deuxième moitié du siècle, plusieurs mutations médiatiques déterminantes influent sur les représentations de la célébrité en accentuant « la place accordée à l’individu dans les discours d’information[4] », telle l’invention du reportage et de l’interview, qui fait suite au développement du portrait comme genre journalistique. C’est aussi la naissance de la presse mondaine française (Figaro, Gil Blas) et, du côté nord-américain, au croisement de la presse mondaine et du news magazine, d’une presse people qui nourrit l’intérêt des lecteurs·trices pour les vedettes artistiques, culturelles, littéraires, sportives et politiques. Au XXe siècle et plus particulièrement à partir de l’entre-deux-guerres, l’image photographique y est reine : elle s’accompagne de rubriques et de textes qui empruntent au potin ou au récit biographique, lorsqu’il ne s’agit pas de confidences et d’entretiens avec les stars. Fourmillant de scripts, de postures et de figures topiques (métaphores de la lumière et de l’ombre, analyse de la mystique du lien entre fans et vedettes, scénographie du true success), le journalisme du vedettariat mise désormais sur la porosité entre l’intime, le notoire et le spectaculaire, dans un rapport à la fois conflictuel et complémentaire avec les médias audiovisuels et radiophoniques. Aujourd’hui, on peut supposer que la presse écrite et, dans une mesure similaire mais dont les contours resteraient à étudier, les médias numériques (comme les tabloïds en ligne), offrent un relais et un espace de concrétisation du capital symbolique des vedettes d’Internet et des réseaux sociaux (influenceur·seuses, Youtubeur·euses), en permettant aux individus connus d’accéder à une autre communauté d’interprétation que garantirait la sphère, spécialisée ou généraliste, des médias journalistiques. En ce sens, et en tablant sur le large terrain d’enquête que constitue l’aire francophone nord-atlantique, le colloque entend inviter les chercheur·euses à raffiner notre compréhension des rapports qu’entretiennent la presse, la culture médiatique et la célébrité, depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours.

Continuer la lecture de Appel à communications : La fabrique journalistique des célébrités (Université de Toronto)

Appel à contributions : Les humanités numériques dans le monde francophone : repenser l’étude de la culture populaire et médiatique (Université du Québec)

Journée d’études : Les humanités numériques dans le monde francophone : repenser l’étude de la culture populaire et médiatique

26 mai 2022 

Université du Québec à Montréal (UQAM)

Échéance des propositions : 12 février 2022

 
Organismes co-organisateurs :

Appel à communications

Les humanités numériques gagnent en importance depuis plusieurs années maintenant. Les travaux de chercheurs·euses pionniers·ères (Brown, Clements, Grundy et al, 1997; Moretti, 2005; Manovich, 2009), comme les travaux les plus récents en la matière (Underwood, 2019; Drucker, 2020), permettent assurément de penser la grande pluralité de leurs domaines et objets d’application : communication, histoire, sociologie, marketing, sciences politiques, études littéraires, etc. Il n’en demeure pas moins – particulièrement dans le monde francophone – qu’il s’agit d’un domaine de recherche souvent méconnu (au mieux), voire redouté (au pire).

Depuis son inauguration en 2017, le LaboPop investit à sa mesure les humanités numériques et dote les chercheurs·euses qu’il fédère d’une infrastructure rassemblant de manière dynamique des travaux portant sur la culture populaire et médiatique québécoise. En s’intéressant notamment aux romans en séries, au domaine de la chanson, à la littérature radiophonique, à la littérature en fascicules, à la télévision populaire, au cinéma et aux  best-sellers, les travaux du LaboPop appréhendent ces différents objets dans une perspective multidisciplinaire, en tant que productions à la fois matérielles, culturelles, médiatiques et formelles afin d’en dégager les aspects systémiques et mieux comprendre l’imaginaire en présence : appropriation d’un objet par différents publics, enjeux socioculturels, aspects transversaux, etc.

Dans la continuité des objets et des travaux du LaboPop, mais en dépassant le cadre du contexte québécois, la présente journée d’études se veut une invitation à penser la manière dont la culture de grande consommation et la culture médiatique peuvent être abordées au prisme des humanités numériques dans le monde francophone (Europe, Afrique et Amérique). Continuer la lecture de Appel à contributions : Les humanités numériques dans le monde francophone : repenser l’étude de la culture populaire et médiatique (Université du Québec)

Appel à contributions : Les formes hybrides du polar francophone (Revue Interculturel Francophonies)

Les formes hybrides du polar francophone

Revue Interculturel Francophonies

Échéance des propositions : 30 octobre 2021

Ce numéro de la revue Interculturel Francophonies vise à étudier les différentes formes d’hybridité qui caractérisent le polar francophone d’Afrique, de la Caraïbe et du Maghreb. Relevant des littératures dites « populaires », le polar francophone interroge à la fois les limites du genre auquel il appartient et rend poreuses les frontières entre la littérature dite « lettrée » et la littérature populaire. Du fait même de sa dimension postcoloniale, il traduit l’évolution de la notion de genre et le statut actuel du polar dans le champ littéraire contemporain. Son hybridité s’inscrit dans une « sensibilité désormais mondialisée » (De Meyer et Mbondobari, 2013 : 9) et prend différentes formes qui peuvent être analysées et définies en termes poétiques. Elle perturbe non seulement la dominante policière par l’introduction d’éléments provenant d’autres genres comme le fantastique, le roman historique, la science-fiction ou le roman d’espionnage, mais elle brouille aussi les codes et les conventions qui ont traditionnellement régi le genre policier. Des romans comme Le Sourire macabre (2011) et Cœur insomniaque (2012) de Sophie Adonon ou Les Cloches de la Brésilienne (2006) et Saison de porcs (2008) de Gary Victor illustrent bien cette tendance du polar francophone à travers les enquêtes du commissaire Aza et de l’inspecteur Azémar. Si la structure, l’action et les personnages permettent d’identifier ces romans comme des polars, l’introduction d’intrigues, de récits et de compositions liés au vaudou, à la divination et aux pratiques surnaturelles brouillent les frontières génériques du polar et rapprochent ces œuvres du genre fantastique. 

Dans d’autres romans, l’écriture, dont la dimension subversive est manifeste, se veut réflexive, en ce sens qu’elle vise à traduire les préoccupations artistiques de l’enquêteur. Le procédé de doublure instancielle mettant en scène un écrivain fictif qui écrit les histoires et aventures de l’enquêteur est abondamment utilisé dans Inspecteur Ali (1991) de Driss Chraîbi pour requalifier « les pouvoirs de la littérature à représenter le monde et à poser des questions essentielles à l’écriture romanesque elle-même en tant que discours spécifique » (Attikpoé et Semujanga, 2018 : 5). Julie, amoureuse d’art et peintre impressionniste qui enquête sur un meurtre au « premier degré » dans 90 jours avec Vandel (2017) d’Awa Tamboura déplace quant à elle l’enquête policière vers la réflexion sur la peinture. Ses nombreuses discussions avec son patron Vandel consistent à faire du sujet pictural la dynamique même de la production romanesque.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les formes hybrides du polar francophone (Revue Interculturel Francophonies)

Parution : Les jeux vidéo francophones : Y a-t-il une “French Touche” ?

Couverture : Another Corner, Heartbreak Haze, Life Is Strange, Episode 1: Chrysalis

Numéro spécial d’Alternative francophone, vol. 2, n° 8, 2021

Dossier Les jeux vidéo francophones  : y a-t-il une “French Touche” ? dirigé par Pierre-William Fregonese (Université Paris 2 – Sciences Po Lille)

Introduction du numéro spécial « Les jeux vidéo francophones : y a-t-il une “french touche”? Des développeurs et créateurs indépendants à Ubisoft »  par Pierre-William Fregonese

“French Horror : penser l’image vidéoludique par l’horreur. Images monstrueuses et monstration de l’image, de Zombi à 2Dark” par Guillaume Baychelier

“Y a-t-il une ville pour définir Ubisoft ? Enjeux poétiques et philosophiques d’un monde de l’action” par Paul-Antoine Colombani

“Aux armes, citoyens ! Une lecture politique d’un évènement historique français ? Le cas Assassin’s Creed Unity” par Julien Lalu

“Les nouvelles représentations des minorités dans les Jeux vidéos : enjeux et significations” par Emmanuelle Hess

Compte rendu de “Écrire au-delà de la fin des temps ? Les littératures au Canada et au Québec. / Writing Beyond  the End Times ? The Literatures of  Canada and Quebec” par C(h)ris Reyns-Chikuma

Parution : Le Livre de jeunesse et Mayotte. Introduction et guide de lecture

Christophe Cosker, Le Livre de jeunesse et Mayotte. Introduction et guide de lecture, L’Harmattan, 2021.

Cet ouvrage propose un aperçu anthologique de la littérature de jeunesse produite par les écrivains métropolitains – wazungu – résidant ou ayant résidé à Mayotte. En choisissant un extrait significatif de chaque œuvre littéraire, selon un ordre du simple vers le complexe, il raconte, en filigrane, une histoire – mahoraise – à celui qui, quel que soit son âge, en tourne les pages.

Indépendamment de son intérêt propre, cet ouvrage permet au lecteur curieux de Mayotte de compléter une cartographie littéraire de l’île dont la littérature coloniale a été explorée dans L’Invention de Mayotte (La Route des Indes, 2019) et la littérature postcoloniale dans Anthologie des lettres francophones à Mayotte (L’Harmattan, 2018).

Continuer la lecture de Parution : Le Livre de jeunesse et Mayotte. Introduction et guide de lecture

Quelles perspectives pour la bande dessinée numérique ?

Annonce de publication du dernier numéro d’Alternative francophone intitulé « Quelles perspectives pour la bande dessinée numérique ? » (vol. 2, no 7 (2020)), dirigé par Côme Martin (chercheur indépendant) et Jean Sébastien (Collège de Maisonneuve).

Sommaire:

Jean Sébastien et Côme Martin : « Introduction : Lectures de la bande dessinée numérique. Succession de cases et fantôme de la case mémorable »

Philippe Paolucci : « La bande dessinée numérique : le triomphe du linéaire sur le tabulaire »

Nicolas Labarre et Julien Baudry : « De l’imprimé au numérique et retour. Lecture et perception d’une bande dessinée d’un support à l’autre »

Haniyeh Barahouie : « Entre bande dessinée et jeu vidéo : Le Secret de la Licorne d’Hergé »

Margarita Molina Fernandez : « 2 : expérimenter l’hypermédia dans la bande dessinée numérique »

Le numéro est disponible ici

L’illustration employée plus haut et pour le numéro est tirée de 2, bande dessinée numérique de Margarita Molina Fernández .