Archives par mot-clé : francophonie

Parution : Drawing (in) the Feminine. Bande dessinée and Women

Margaret Flinn  (dir.), Drawing (in) the Feminine. Bande dessinée and Women, Ohio State University Press, « Studies in Comics and Cartoons », 2024

Disponible en Open Access

Drawing (in) the Feminine celebrates and examines the richness of contemporary women’s production in French and Francophone comics art and considers the history of representations made by both dominant and marginalized creators. Bridging historical and contemporary comics output, these essays illuminate the interfaces among genre, gender, and cultural history. Contributors from both sides of the Atlantic, and across a variety of methodologies and disciplinary orientations, challenge prevailing claims about the absence of women creators, characters, and readers in bande dessinée, arguing that women have always been part of its history. While still far from achieving parity with their male counterparts, female creators are occupying an increasingly significant portion of the French-language comics publishing industry, and creators of all genders are putting forth stories that reflect on the diversity and richness of women’s and gender-nonconforming people’s experiences. In the essays collected here, contributors push back against the ways in which the marginalization of women within bande dessinée history has overshadowed their significant contributions, extending avenues for further exploring the true diversity of a flourishing contemporary production.

Contributors: Armelle Blin-Rolland, Véronique Bragard, Michelle Bumatay, Benoît Crucifix, Isabelle Delorme, Jacques Dürrenmatt, Margaret C. Flinn, Alexandra Gueydan-Turek, Jennifer Howell, Jessica Kohn, Sylvain Lesage, Catriona MacLeod, Mark McKinney

Florian Alix (Sorbonne Université)

Florian Alix est maître de conférences à la Faculté des Lettres de Sorbonne-Université, rattaché au CIEF / CELLF – UMR 8599. Spécialiste en études francophones, il travaille sur les relations entre littérature et savoir au Maghreb, en Afrique subsaharienne et aux Antilles. Il oriente aujourd’hui ses travaux en études de genre. Il s’intéresse également au rap francophone.

Sélection de publications 

  • L’Essai postcolonial. Poétique de l’entreglose, Paris, Karthala, coll. « Lettres du Sud », 2022.
  • Avec Evelyne Lloze et Romuald Fonkoua (dir.), Poésies des francophonies : état des lieux (1960-2020), Paris, Hermann, coll. « Vertige de la langue », 2022.
  • « “Stendhal me connaît pas”. Reconnaissances littéraires et pratiques transmédiales dans le rap français », XXI/XX Reconnaissances littéraires, n°1, 2020, p. 187-207. Ressource en ligne : https://classiques-garnier.com/xxi-xx-2020-1-reconnaissances-litteraires-reconnaissances-stendhal-me-connait-pas.html
  • Avec Lise Gauvin et Romuald Fonkoua (dir.), Penser le roman francophone contemporain, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2020. Open access : https://pum.umontreal.ca/catalogue/penser_le_roman_francophone_contemporain.
  • « Le terroriste et la culture : roman d’espionnage et intertextualité savante chez Wajdi Mouawad, Abdourahman A. Waberi et Dominique Eddé », in Elara Bertho, Catherine Brun et Xavier Garnier (dir.), Figurer le terroriste. La littérature au défi, Paris, Karthala, 2021, p. 231-242.
  • « Césaire au micro d’Edouard Maunick. Topographie d’une œuvre, diffraction d’une parole », dans « L’entretien d’écrivain à la radio », textes réunis par Pierre-Marie Héron et David Martens, Komodo 21, 8/2018, Open access http://komodo21.fr/cesaire-micro-dedouard-maunick-topographie-dune-oeuvre-diffraction-dune-parole/.
  • « Le polar satirique postcolonial », in Bernard de Meyer, Pierre Halen et Sylvère Mbondobari (dir.), Le Polar africain, Metz, Centre de recherche « Écritures » – coll. « Littératures des mondes contemporains – série Afriques », n°8, 2013, pp. 81-104.
  • Avec le collectif Write Back (dir.), Postcolonial Studies : modes d’emploi, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2013.

CV en ligne (HAL)

 

Appel à communications : Le divertissement en rafale : les études médiatiques francophones à l’ère du streaming et de la vidéo sur demande (Congrès ACFAS 2024, Ottawa)

Le divertissement en rafale : les études médiatiques francophones à l’ère du streaming et de la vidéo sur demande

Université d’Ottawa

Date d’échéance : 16 février 2024

91e congrès de l’ACFAS. Colloque 306.

Texte de l’appel :

L’industrie audiovisuelle doit conjuguer, depuis 2007, avec le développement d’un nombre croissant de services de TPC, à savoir des plateformes de vidéo à la demande (VOD) permettant de visionner des productions audiovisuelles en flux continu (streaming) sur Internet. Dans ce contexte caractérisé par la migration des pratiques de visionnement en ligne, ce colloque vise à mettre en lumière les études francophones qui se déploient autour de ce phénomène médiatique, mais aussi plus spécifiquement les pratiques culturelles et œuvres audiovisuelles produites en contexte francophone.

La recherche sur la production audiovisuelle francophone à l’ère du streaming – qu’il s’agisse des plateformes elles-mêmes, des œuvres produites, ou encore des enjeux de production ou de réception propres à ces contextes – accuse un retard important. Si l’hégémonie des services de VOD transnationaux (Netflix, Prime Video, AppleTV+, Disney+, etc.), de propriété états-unienne, contribue à marginaliser l’offre audiovisuelle dans d’autres langues que l’anglais, elle affecte également la production scientifique. Continuer la lecture de Appel à communications : Le divertissement en rafale : les études médiatiques francophones à l’ère du streaming et de la vidéo sur demande (Congrès ACFAS 2024, Ottawa)

Colloque : “La littérature fantastique et son terroir : relations et évolutions en France et en francophonie (XIXe-XXIe siècle)” (Sorbonne Université)

Colloque international “La littérature fantastique et son terroir : relations et évolutions en France et en francophonie (XIXe-XXIe siècle)”
 
14-16 mars 2024
 
Sorbonne Université 
 
Organisé par Manuela Mohr et Typhaine Sacchi 
 
Entrée libre ou participation en visioconférence sur inscription (fantastique.terroir@gmail.com).
 
 
Description
 
Depuis le XIXe siècle, les théories de la littérature fantastique élaborées en Occident s’appuient majoritairement sur un corpus d’œuvres européennes et américaines. De ce fait, les outils conceptuels existants doivent être repensés pour appréhender le fantastique francophone. 
 
Ce colloque s’intéressera à la littérature fantastique française et francophone et son rapport au terroir entre le XIXe et le XXIe siècle. Le terroir sera entendu comme une donnée matérielle et psychique et comme un concept permettant de penser le lien entre la production fantastique, l’esthétique et les particularités corrélées à un lieu réinventé dans les fictions.  
 
Le colloque réunira des spécialistes et des artistes internationaux qui consacreront leurs analyses aussi bien à des écrivains célèbres qu’à des auteurs peu connus ou oubliés. Le recours à l’anthropologie, l’histoire, l’histoire culturelle ou l’ethnographie permettra de soulever les spécificités de ces textes et des espaces qu’ils dépeignent. 

Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives

Revue Interculturel Francophonies

Date d’échéance : 15 septembre 2024

Texte de l’appel : 

Ce numéro de la revue Interculturel Francophonies ambitionne d’explorer le domaine postcolonial et francophone d’une réalité littéraire qui, si l’on en croit Yves Reuter, est l’objet d’une « dévalorisation théorique et pédagogique généralisée » ( 1986 : 3) : les paralittératures. Concept mettant l’accent sur le caractère marginal et plus ou moins culturellement illégitime d’un ensemble varié de genres dont la typologie est particulièrement stable, le terme ‘‘paralittératures’’ sert à tracer une frontière institutionnelle entre ce qui relèverait du littéraire et ce qui, en dépit d’une ressemblance apparente, s’en écarte. Quant à l’usage du pluriel, quels que soient le champ littéraire et l’aire géographique où l’on se situe, il revêt un double enjeu. D’une part, cet usage met en lumière « une masse hétéroclite d’objets ‘‘culturels’’ qui semblent n’avoir d’autre chose en commun que leur absence prétendue de valeur esthétique » (Angenot, 1974 : 9), quand, d’autre part, l’emploi du pluriel semble traduire non seulement la « nature intergénérique » (Huybrechts, 2014) du domaine paralittéraire mais également la diversité des codes sémiotiques distinguant les genres paralittéraires. Continuer la lecture de Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Appel à communications : Expansions : traductions et internationalisation de la bande dessinée produite au Canada (Montréal)

Expansions : traductions et internationalisation de la bande dessinée produite au Canada (Montréal)

22 et 23 mai 2024.

Colloque à Montréal à l’occasion du Festival BD de Montréal.

Date d’échéance : 20 décembre 2023.

Texte de l’appel

La création en bande dessinée au Canada, tout comme la lecture d’œuvres produites dans ce média, a augmenté depuis une trentaine d’années, entre autres avec la naissance de petites maisons d’édition publiant en de nouveaux formats, plus près de celui traditionnellement associé au roman (Denson et al. 2013). La bande dessinée au Canada s’est aussi fortement développée durant cette période (Postema et Lesk 2020, Falardeau 2020). Des maisons d’édition maintenant bien établies (notamment Drawn & Quarterly, La Pastèque, Conundrum Press, Pow Pow) proposent plusieurs titres chaque année, parmi lesquels figurent des jeunes bédéistes (Boum, Marie-Noëlle Hébert, Dakota McFadzean), mais aussi des artistes établis comme Michel Rabagliati, Zviane, Seth, Chester Brown ou Jillian et Mariko Tamaki. Pendant cette même période, on a vu la publication d’un grand nombre de bandes dessinées par des artistes autochtones au Canada (notamment Walter Scott, Natasha Donovan, Jason Eaglespeaker, eelonqa K. harris). Continuer la lecture de Appel à communications : Expansions : traductions et internationalisation de la bande dessinée produite au Canada (Montréal)

Appel à contributions : Rap queer francophone : formes et enjeux (CY Université)

Appel à contributions pour une journée d’étude : Rap queer francophone : formes et enjeux

14 avril 2023, CY Cergy Paris Université

Échéance des propositions : 7 janvier 2023

Le rap est un genre réputé misogyne, qui met souvent à l’honneur des hommes performant une forme de masculinité hégémonique. Pourtant, de nombreux travaux universitaires se sont attelés à l’analyse de ces performances de genre, pour montrer principalement la façon dont les rappeuses se font une place dans ce milieu (Djavadzadeh, 2021 ;  Ghio, 2020 ;  Bertot, 2019, Bettina Ghio). D’autres ont aussi pu montrer que les masculinités du rap sont variées et largement construites par un discours extérieur et racialisant (Dalibert, 2018).

Cependant, depuis quelques années un certain nombre de rappeurs et rappeuses semblent sortir, dans un même mouvement, de la binarité de genre et d’un discours opposant féminisme  et misogynie, pour se revendiquer du queer. Au Etats-Unis d’abord, avec par exemple Princess Nokia, Mikky Blanco, Big Freedia, Zebra Katz, Youg M.A., Tylor the creator, Lil Nas X ou Franck Ocean ; puis en France, avec entre autres Lalla Rami, Turtle white, Shany Da Flava, Illustre, Lala &ce ou Nyoko Bokbae.

Il s’agira d’étudier la façon dont ce rap, qui se revendique comme queer, invente de nouvelles formes, sur le plan visuel (clip), musical, textuel ; on pourra par exemple étudier la façon dont les clips de ces artistes font de la performance de genre un espace ludique et coloré d’expression de soi ; étudier la place qu’occupe, ou pas, la dénonciation des discriminations de genre : on pourra à ce sujet montrer que certain.es conservent un discours de dénonciation explicite (Illustre, « Type Chelou »), quand d’autres font du clip un espace non conflictuel dans lequel l’expression de soi se fait librement ; on pourra s’attacher à analyser une possible correspondance entre la performance de la non-binarité des artistes, dans les clip, et leur musique : Lala &ce et Nyoko Bokbae font ainsi le choix du « cloud rap », sous-catégorie du rap caractérisé par un tempo assez lent et une instrumentation aérienne, ainsi que des paroles volontiers absurdes ou décousues. Se jouerait alors une esthétique ambiguë et ludique, loin du militantisme féministe et explicite d’autres rappeuses (Chilla, Sale chienne ; Meryl et Rachelle Allison Ma Petite).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Rap queer francophone : formes et enjeux (CY Université)

Colloque : La fabrique journalistique des célébrités. Vedettariat, presse et culture médiatique dans la francophonie nord-atlantique, XVIIIe-XXIe s. (Toronto)

Colloque “La fabrique journalistique des célébrités. Vedettariat, presse et culture médiatique dans la francophonie nord-atlantique, XVIIIe-XXIe s.”

Du au

À : Charbonnel Lounge, Université de Toronto, 81 St Mary st., Toronto, Canada

Lien : https://utoronto.zoom.us/j/89471433479

Voir sur Facebook

Voir sur Twitter

Organisé par Adrien Rannaud et Mélodie Simard-Houde, avec la collaboration de Maude Marcotte

Programme

MERCREDI 26 AVRIL

10h-10h30 Mot de bienvenue

10h30-12h L’ÉCRIVAIN·E NATIONAL·E ET SES JOURNAUX

Présidence : Patrick Thériault (U. de Toronto)

Sébastien Drouin (U. de Toronto), « Papa Grand Homme. Le retour de Voltaire à Paris dans les correspondances littéraires (1778-1779) »

Sophie Ménard (U. de Montréal), « La célébrité locale et virale de la “Bonne Dame de Nohant” »

Hans-Jürgen Lüsebrink (U. de Saarbrücken), « Louis Fréchette, la construction journalistique d’un écrivain national canadien-français. Paradoxes, controverses et célébrations, de la presse quotidienne aux almanachs populaires (1880-1908) »

DÎNER

13h30-14h30 LA VEDETTE ET SES PLUMES

Continuer la lecture de Colloque : La fabrique journalistique des célébrités. Vedettariat, presse et culture médiatique dans la francophonie nord-atlantique, XVIIIe-XXIe s. (Toronto)

Appel à communications : Colloque international “L’art et la littérature à tout prix – Effets et enjeux des récompenses culturelles dans l’espace francophone” (Montpellier)

Colloque international “L’art et la littérature à tout prix : Effets et enjeux des récompenses culturelles dans l’espace francophone”

19-20 octobre 2023

Université Paul-Valéry Montpellier 3) / Institut Universitaire de France Montpellier)

Échéance des propositions : 16 avril 2023

Organisé par Marie-Astrid Charlier (Université Paul-Valéry Montpellier 3), Chloé Delaporte (Université Paul-Valéry Montpellier 3) et Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Texte de l’appel

Dans un contexte contemporain d’industrialisation des biens symboliques, de libéralisation des marchés culturels et de mise en compétition croissante des individus, des œuvres et des institutions qui les produisent, les récompenses et dispositifs de consécration et de reconnaissance se multiplient dans tous les domaines et répertoires artistiques (littérature, cinéma, musique, théâtre, danse, art contemporain, arts plastiques, etc.), amenant plusieurs auteurs et autrices à identifier un phénomène de « prolifération » (English, 2005), d’ « inflation » (Ducas, 2013) ou de « sédimentation » récompensatoire (Delaporte, 2022) depuis le dernier quart du XXe siècle. Ce colloque ambitionne d’étudier cette tendance à la « récompensiarisation » des champs culturels en réunissant des chercheuses et des chercheurs étudiant les prix artistiques et littéraires à de multiples échelles et niveaux d’analyse (du cas d’étude particulier à la généralisation théorique, de manière diachronique ou synchronique) et à partir d’objets et de disciplines variées (lettres, arts, histoire, sociologie, économie, sciences de l’information et de la communication, etc.). La réflexion sera toutefois restreinte aux prix culturels dans l’espace francophone, français en particulier. Continuer la lecture de Appel à communications : Colloque international “L’art et la littérature à tout prix – Effets et enjeux des récompenses culturelles dans l’espace francophone” (Montpellier)

Appel à contributions : “Vingt ans de bande dessinée québécoise au XXIe siècle, affirmation et résurgences” (revue @nalyses)

@nalyses, “Vingt ans de bande dessinée québécoise au XXIe siècle, affirmation et résurgences”

Échéance des propositions : 10 décembre 2022

@nalyses, revue des littératures franco-canadiennes et québécoise, est publiée par le Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF) de l’Université d’Ottawa. Disponible en libre accès sur érudit et évaluée par les pairs, elle consacre un numéro à la bande dessinée québécoise contemporaine.

Présentation et axes de recherches

La bande dessinée québécoise a connu plusieurs phases de (re)naissances : une première affirmation au début des années 1970 avec ce qui sera appelé le « printemps de la bande dessinée québécoise » (CARPENTIER, 1975. LEMAY, 2016), le succès du magazine Croc (1979-1995), qui voit émerger des auteurs majeurs comme Réal Godbout ou Jean-Paul Eid (LEDUC et VIAU, 2013), puis l’apparition dans les années 1980 d’une scène alternative réellement influente avec Julie Doucet, Obom ou Henriette Valium (RANNOU, 2022-1). Vivre de la bande dessinée au Québec reste cependant exceptionnel. Durant les années 1990 arrive une nouvelle génération d’auteurs, comme Guy Delisle ou Siris, et d’éditeurs, notamment La Pastèque en 1998 (COLLECTIF, 2014), mais la scène québécoise reste difficile et principalement tournée vers l’Europe ou l’édition alternative.
Après le Printemps des années 1970 le XXIe siècle apparaît donc comme un véritable été de la BD québécoise, qui mérite d’être étudié après plus de vingt ans d’exercice. De nombreux angles d’attaques sont possibles pour étudier cette explosion de la BDQ à cette période et, fait notable, sa tenue dans le temps :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Vingt ans de bande dessinée québécoise au XXIe siècle, affirmation et résurgences” (revue @nalyses)