Archives par mot-clé : franchises

Appel à communications : The globalization of series: the example of Israeli series in the world (Hebrew University of Jerusalem)

International Conference: The globalization of series: the example of Israeli series in the world. Towards a cross-cultural and comparative approach to series adaptations and franchises 

Hebrew University of Jerusalem

31 October -2 November 2022

Proposals for papers  should be sent by 10 January 2022

Conference organizers : Alexandre Gefen (CNRS-Université Sorbonne Nouvelle-ENS), Yona Hanhart-Marmor (The Hebrew University of Jerusalem), Sandra Laugier (Université Panthéon Sorbonne).

TV Series have conquered the world. From Game of Thrones or Lupin to Homeland or to The Handmaid’s Tale or Squid game, many of them now constitute a common cultural heritage that allows us to reflect together and across continents on ethical and political issues. This cultural globalization takes place through some “global” series but also through countless adaptations or franchises. The example of Israeli series is particularly striking: Homeland (Hatufim), In Analysis(BeTipul), Euphoria (Euphoria), Hostages (Bnei Aruba), Your Honor (Kvodo), The Good Cop (Hashoter Hatov), Allegiance (The Gordin Cell), The Ex List (The Mythological Ex), Traffic Light (Ramzor).

This conference hypothesizes that these adaptations or variations constitute an extraordinary tool for a comparative approach to cultural, if not anthropological, particularities. Behind similar scenarios and parallel general questions, the regional or national incarnations of the series allow us to understand historical contexts, but also different sensibilities whose nuances are ethically or politically fundamental. More generally, the comparison of local offerings from platforms like Netflix or local productions is a remarkable revelation of differences or convergences that go beyond the mere situational tastes of viewers.

During this conference, we will focus specifically on a comparison between Israeli series and their adaptations, mainly French, considering this comparatist approach as a tool to grasp the specificity of the politic, national and individual identity which expresses itself through the series adaptations. 

It is thus to a comparative approach of TV series that this conference, the very first of its kind, invites researchers. 

Proposals for papers (300 words) should be sent to jerusalemseries2022@gmail.com by 10 January 2022. They should be accompanied by a short bio-bibliographical note. A response will be given mid-February.

Papers should not exceed 25 minutes.

Parution : “Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction” (Res Futurae, n° 17)

ReS Futurae, n°17,  “Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction”, Sous la direction de Simon Bréan et Daniel Tron, 2021

Prendre en compte la dynamique propre de la science-fiction, ses procédés de concrétisation de novums visuels et de mise en récit d’étrangetés pourtant si familières, c’est se donner la possibilité d’explorer certaines spécificités de l’art cinématographique, mais c’est aussi identifier ce que ce cinéma apporte, en propre, à une science-fiction moins transcendante qu’elle n’y paraît, et qui vit de ses incarnations singulières. Ce numéro de ReS Futurae entend apporter de nouveaux éclairages sur cette relation toujours plus féconde.

Comité de rédaction de Res Futurae

Éditorial

Simon Bréan

Cinéma/Science-fiction : vers un changement de paradigme critique ?  – Cinema/Science Fiction: towards a critical paradigm shift?

Gaspard Delon

Blockbuster de science-fiction : étendue, extension, morcellement du territoire – Science fiction blockbuster: extent, expansion, fragmentation of the field 

Continuer la lecture de Parution : “Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction” (Res Futurae, n° 17)

Colloque : Mondes imaginaires et univers transmédiatiques

Colloque International en ligne : Mondes imaginaires et univers transmédiatiques

20 et 21 Avril 2021 

Université de Toulon – Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC), Observatoire des Mondes Imaginaires (OMI), Laboratoire BABEL

organisé par Ugo ROUX, Laurent COLLET, Anne GAGNEBIEN et Alessandro LEIDUAN 

Voir l’appel à contributions 

Télécharger le programme

Parution : Du droit dans Disney

Quentin Le Pluard, Marion Talbot (dir.), Du droit dans Disney, Mare et Martin, 2020. 

Qu’ont en commun Star Wars, Pirates des Caraïbes, Cars, Le Roi Lion ou Bambi ? La première réponse à cette question, la plus évidente, serait de dire qu’il s’agit de films et franchises Disney. Une autre, plus spécifique, serait d’affirmer que chacune de ces oeuvres présente un aspect particulier du droit ou peut servir de biais pour le présenter et approfondir ses connaissances en la matière. Il en est ainsi de la qualification et du régime juridique de la chasse (Bambi), du coffre de pirate (Pirates des Caraïbes) ou encore de la légalité de l’Ordre 66, ordonnant le génocide des Jedi (Star Wars). Ces quelques points, parmi bien d’autres, viennent asseoir l’intérêt d’une recherche du droit dans la magie de Disney, à moins que ce ne soit l’inverse. Se voulant accessibles à tous – néophytes du droit ou de Disney, comme juristes confirmés ou fans inconditionnels des différents films et sagas –, les différentes contributions de cet ouvrage sont autant de preuves supplémentaires que, comme le veut l’adage, le droit est véritablement partout. Il l’est donc aussi dans les oeuvres estampillées Disney.

Parution : The Empire Strikes Back

Rebecca Harrison, The Empire Strikes BackBritish Film Institute, BFI Film Classics, 2020. 

The Empire Strikes Back (1980), the second film in the original Star Wars trilogy, is often cited as the ‘best’ and most popular Star Wars movie. In her compelling study, Rebecca Harrison draws on previously unpublished archival research to reveal a variety of original and often surprising perspectives on the film, from the cast and crew who worked on its production through to the audiences who watched it in cinemas.
Harrison guides readers on a journey that begins with the film’s production in 1979 and ends with a discussion about its contemporary status as an object of reverence and nostalgia. She demonstrates how Empire‘s meaning and significance has continually shifted over the past 40 years not only within the franchise, but also in broader conversations about film authorship, genre, and identity.

Offering new insights and original analysis of Empire via its cultural context, production history, textual analysis, exhibition, reception, and post-1980 re-evaluations of the film, the book provides a timely and relevant reassessment of this enduringly popular film. Continuer la lecture de Parution : The Empire Strikes Back

APPEL À COMMUNICATION : MONDES IMAGINAIRES ET UNIVERS TRANSMÉDIATIQUES

La date limite d’envoi des propositions pour le colloque “Mondes imaginaires et univers tansmédiatiques” a été repoussée au 1er mars 2020

Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC) 

Observatoire des Mondes Imaginaires (OMI) 

7, 8 et 9 avril 2020 à Toulon, France

Texte de l’appel

Les propositions devront être envoyées sous format *.doc ou *.docx à l’adresse de messagerie suivante : ugo.roux@univ-amu.fr, laurent.collet@univ-tln.fr, anne.gagnebien@univ-tln.fr et alessandro.leiduan@univ-tln.fr. 

Appel à communication: Les Geeks Héros (pop) des temps modernes

Colloque organisé par Fabien Delmas, Hélène Valmary, Justine Nicollin et Alexandros Tsopotos pour le groupe de recherches POPPART – LePOPestPARTout

Université Paris-Est Marne-la-Vallée (Université Gustave Eiffel) 29-30 mai 2020

En tant qu’archétype, le geek et ses diverses déclinaisons (le fanboy, le nerd, le cyberpunk, le nolife) est emblématique du cinéma américain contemporain du point de vue thématique, historique et systémique. Plus généralement, à l’heure de la mondialisation, de la multiplication des supports, des réseaux de diffusion et des accès à l’information la place de plus en plus prégnante du geek dans le paysage cinématographique et télévisuel américain rend compte d’une sorte d’âge d’or de la pop culture triomphante et d’un moment où est reconsidérée la hiérarchie entre la culture savante (« high culture ») et populaire (« low culture »).

S’ils sont apparus dans les années 1960-1970 et qu’ils ont prospéré dans les années 1980-1990, c’est bien dans les années 2000 et grâce à la comédie que les geeks et les fanboys ont conquis leurs lettres de noblesse. Ils ont alors cessé d’être des faire-valoir ou de brillants mais maladroits adjuvants (des sidekicks) pour porter sur leurs frêles épaules la responsabilité du continuum narratif. Ce glissement et cette évolution de leur nature primaire ont eu lieu grâce, notamment, au producteur et réalisateur Judd Apatow avec la série Freaks and Geeks (Paul Feig, 1999-2000, NBC), et les films 40 ans, toujours puceau (The 40 Year-Old Virgin, Judd Apatow, 2005), Supergrave (Superbad, Greg Mottola, 2007) ou En cloque mode d’emploi (Knocked Up, Judd Apatow, 2007). 

Continuer la lecture de Appel à communication: Les Geeks Héros (pop) des temps modernes

Appel à communication : Mondes imaginaires et univers transmédiatiques

Colloque international organisé par Ugo ROUX, Laurent COLLET, Anne GAGNEBIEN et Alessandro LEIDUAN 

Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC) 

Observatoire des Mondes Imaginaires (OMI) 

7, 8 et 9 avril 2020 à Toulon, France

Date limite d’envoi des propositions : 15 février 2020

D’un côté la fiction et le récit occupent une place majeure au sein de la culture dans nos sociétés modernes, et de l’autre les technologies de l’information et de la communication étendent les possibilités de leur production et de consommation. Parmi les diverses formes d’expression des récits qui ont vu leurs logiques changées par cette imprégnation numérique, la transmédialité apparaît comme étant une facette fondamentale (Cornillon, 2018), notamment au sein des industries culturelles.

La notion de transmédia a ainsi été créée pour qualifier les phénomènes d’extension de structures narratives sur de multiples médias « pour créer des oeuvres aux développements transmédiatiques autant qu’intertextuelles et autoréférentielles » (Peyron, 2008, pp. 355-356). Plus généralement, la production de contenus transmédiatiques semble s’articuler autour de trois éléments principaux : 

1. L’extension de l’oeuvre originale sur plusieurs médias ; chaque extension est autonome (elle n’a pas besoin de l’oeuvre originale pour être appréciée et inversement) et contribue par son apport à l’oeuvre globale. 

2. Le monde narratif qui doit idéalement proposer à la fiction la possibilité d’évoluer avec de nouveaux contenus pertinents, ce que Henry Jenkins (2008) qualifie de « worldmaking » ; afin d’assurer sa cohérence lors de son expansion, un univers fictionnel doit se conformer au canon que fixe l’oeuvre dont il est tiré (Saint-Gelais, 2011) ; cette règle tend à s’effacer lorsque cette extension se tourne vers une terra incognita de l’oeuvre de départ (Périer, 2017). 

3. Le public ; la participation de ce dernier est essentielle à mesure que la narration gagne de nouveaux médias ; « il s’agit de miser sur l’engagement des fans et leur goût pour l’approfondissement, ce que Henry Jenkins nomme le forage (drillability) » (Peyron, 2014, p. 53). 

Or, si ce phénomène a fait l’objet d’une cristallisation autour d’une notion partagée chez les chercheurs, les professionnels et (éventuellement) les amateurs de la culture populaire, et même si des propositions de catégorisations ont vu le jour (Cailler et Masoni Lacroix, 2017 ; Groupierre, 2017 ; Ryan, 2017), la définition du transmédia et sa circonscription ne font pas encore consensus. Cette déficience a certainement pour cause le continuum des possibilités induit par « la ductilité du concept de storytelling transmedia proposé par Henry Jenkins. » (Cailler et Masoni Lacroix, 2017).  Continuer la lecture de Appel à communication : Mondes imaginaires et univers transmédiatiques

CFP: Media Across Borders The 1st International Conference on the Localisation of Film, Television and Video Games (2 avril 2012)

Media Across Borders

The 1st International Conference on the Localisation of Film, Television and Video Games

Saturday 9th June, 2012 at the University of Roehampton, London

Launch event of the Media Across Borders network, funded by the Arts & Humanities Research Council (AHRC) as part of the Translating Cultures programme.

What happened when the UK TV series The Office was reworked for French audiences as Le Bureau? Or when Vishal Bhardwaj adapted Othello in the Bollywood musical Omkara? Or when the Tomb Raider video game had to be altered for the Japanese market? The practice of adapting media content across borders is spreading. Opportunities offered by digital technologies have accelerated creative borrowing and have firmly established content franchising.

This international conference seeks to interrogate the myriad ways in which media content is translated and adapted across cultural borders. Bringing together academic scholars and industry professionals, the conference will discuss processes of media localisation and contemplate the broader significance of cultural translation within the creative industries.

We will consider all proposals relevant to this theme, although we particularly welcome those that engage with the following topics:

– Cross-cultural remakes and adaptations
– TV Formats
– Video game localisation
– Media content franchising
– Transmedia storytelling
– Localisation through para-texts
– Fan appropriation across borders
– Cultural translation
– The universal and the particular

Please submit an abstract of 300 words along with a short biographical note to:

mab@roehampton.ac.uk

Deadline for abstracts is 2nd April 2012