Archives par mot-clé : france

Parution : Presse et bande dessinée. Une aventure sans fin

Art médiatique conciliant l’image et le texte, la bande dessinée est née au creuset du journal : elle a dès l’origine exploité les enjeux de l’actualité, et a très vite imaginé des personnages qui sont eux-mêmes journalistes. Le lecteur croisera ainsi les parcours de nombreux héros reporters connus et moins connus, il se plongera dans l’histoire mouvementée des magazines et il pourra saisir les multiples interactions entre la bande dessinée et la presse. Si la perspective retenue concerne essentiellement la BD franco-belge, deux chapitres évoquent la tradition des comics anglo-saxons qui, depuis la naissance de Superman, a elle aussi vu naître un imaginaire du journalisme particulièrement riche.

En dépit de la mort de revues comme Pilote ou Tintin, la généralisation de l’album n’a fait disparaître ni les héros reporters ni la presse de bande dessinée. L’ouvrage se penche aussi sur le succès du reportage graphique et de magazines tels que La Revue dessinée, qui témoignent de la vivacité intacte des échanges entre le journalisme et le neuvième art.

Parution : La Presse française historique. Histoire d’un genre et histoire de la langue

Mairi McLaughlin, La Presse française historique. Histoire d’un genre et histoire de la langue, Classiques Garnier, « Histoire et évolution du français », 2021. 

Cet ouvrage présente les résultats de la première grande étude de la langue de la presse française historique. Il a un double objectif : éclairer l’histoire du genre journalistique, et explorer ce qu’une étude de périodiques historiques peut apporter à la compréhension de l’histoire de la langue.

Appel à communications : La toile – Littérature et réseaux

Journée d’étude interdisciplinaire du 3 juin 2021 à l’IUT de Paris – Rives de Seine

Organisé par Céline Guillot, MCF littérature et Frédérique Giraud, MCF sociologie – département Information et Communication

Envoyez votre proposition à celine.guillot@parisdescartes.fr et à frederique.giraud@parisdescartes.fr / 3000 signes maximum avant le 20 mars 2021

Comment « la toile », les « réseaux » en tant que métaphores de nos vies numériques font-ils leur entrée dans la littérature ? Comment les réseaux comme lieux d’échange et d’existence médiatique structurent-ils la vie littéraire et les pratiques d’écriture des écrivains aux blogueurs et critiques ? Internet devenu « objet littéraire » a-t-il sa place dans nos romans ? Peut-il devenir un lieu d’écriture et de création littéraire ? Comment la littérature intègre-t-elle à ses contraintes, à ses questionnements ce nouveau dogme de l’information ? (Aurélien Bellanger, Théorie de l’information, Gallimard, 2012). Continuer la lecture de Appel à communications : La toile – Littérature et réseaux

Parution : Des cris et des crêtes. Chanter punk en français (1977-1989)

Olivier Migliore, Des cris et des crêtes. Chanter punk en français (1977-1989), Riveneuve, « En marge ! », 2020. 

Troisième ouvrage de la collection sur le punk « En marge ! » pilotée par des chercheurs reconnus sur le phénomène de la voix dans le punk, entre violence et insolence, à travers les outils de la musicologie, la linguistique et l’analyse du signal acoustique.

Le troisième ouvrage d’une collection « En marge ! » sur le punk et les cultures marginales qui s’impose
Une analyse hors pair sur la voix dans le punk, entre violence et insolence, à travers les outils de la musicologie, la linguistique et l’analyse du signal acoustique.
Un ouvrage très graphique de format élégant, avec un couverture de couleur et des rabats souples.

Parution : Le grisbi

Albert Simonin, Le Grisbi, La Manufacture de livres, 2020.

(la trilogie de Max le menteur : Touchez pas au grisbi, Le cave se rebiffeet Les Tontons flingueurs)

Regroupé dans un volume unique, l’ensemble de la trilogie Max le menteur est proposé dans une édition préfacée par François Guérif et agrémentée d’une interview de l’auteur par ce dernier. 

Max, dit le Menteur, vétéran des truands parisiens, s’apprête à se ranger. Le milieu, il en a fait le tour,  en a tiré le meilleur parti et ne le regrettera pas. D’autant que ce monde est en train de changer : les vendeurs de came gagnent du terrain, les truands s’internationalisent, le code d’honneur n’a pas l’air de préoccuper la jeunesse. Seulement quitter les «affaires», ça ne se fait pas en un clin d’œil. Il y a les vieux amis qui vous demandent un dernier service, la relève à organiser, l’avenir à assurer…

Réunis en un seul volume, les romans de la trilogie de Max le menteur sont un monument de la culture française populaire, immortalisés par des films de légende (Touchez pas au grisbi, Le cave se rebiffe et Les Tontons flingueurs). Plongeon dans un Paris qui n’est plus et où résonne la gouaille des truands, l’œuvre de Simonin sublime le monde des voyous et lui a ouvert les portes de la littérature française.

Lire un extrait sur Fabula

 

Appel à communications : « Vive le feu ! » Bérurier Noir branché sur courant alternatif

« VIVE LE FEU ! »

Bérurier Noir, branchés sur courant alternatif

 Ça a existé, ici, en France…

Ça n’est pas encore assez su mais il s’est passé quelque chose de puissant et de profond au sein de la société française des années 80. Une agitation, plus qu’une révolte à proprement parler, qui a secoué ces années Mitterrand pendant lesquelles fut enterré l’espoir d’une révolution socialiste et même d’un simple changement qui transformerait la vie de tous. L’expression fut musicale, rageuse et festive, mais plus fondamentalement elle fut l’expression d’une immense envie de vivre et de vivre libre, c’est-à-dire libéré des carcans imposés par une société vieille, vieille de ses sempiternelles considérations « bourgeoises ». Sans doute y avait-il encore un écho lointain de 68, mais sans le soulèvement et avec une génération toute fraîche qui n’avait pas connu l’effervescence de mai, parce qu’elle était précisément sortie du ventre maternel à peu près à ce moment là, ou juste après. Une réplique, éloignée donc, du même cri de la jeunesse, contre la pesanteur étouffante de la société.

Apparu dans les squats puis sur les petites scènes de MJC avec des groupes chantant presque exclusivement en français, ce souffle naît aussi des derniers soubresauts importés du punk anglais de la décennie précédente. Même si l’énergie est sensiblement la même, le phénomène est bien différent dans le sens où l’esprit et les formes du mouvement sont nourris de conditions socioculturelles bien d’ici, en faisant un bouillonnement de culture tout à fait hexagonal. Il s’agissait d’insuffler un peu de jus et de décibels dans cette société française un peu terne et timorée, de vivre à nouveau au contact cru de la liberté, de crier, de créer, de vivre comme on voulait, entre « nous » les jeunes, à notre sauce (tomato Ketchup bien sûr), avec nos haines, nos joies et nos peines.

 Le phénomène n’a pas duré, à peine une décennie, et fut d’ailleurs baptisé «  alternatif », comme si le retour inexorable du continu devait dès le départ l’emporter sur cette fièvre trop forte pour être autre chose que passagère. Mais dans cette parenthèse, que d’aventures et de rages existentielles se sont jouées ! C’est pour cela que trente cinq ans plus tard, dans la jeunesse à son tour renouvelée, beaucoup les connaissent et les écoutent encore, y retrouvent quelque chose de sismique et d’authentiquement jouissif.

 Ce cri de la jeunesse, même s’il a été porté par beaucoup de groupes dans cette décennie (Oberkampf, La souris déglinguée, Ludwig von 88, Les Endimanchés, Les Wampas, etc.), s’est surtout incarné dans Bérurier Noir. « Les Bérus » sont, et de loin, le groupe phare de la scène underground française de l’époque, du « rock alternatif » comme on l’a appelé. À l’occasion d’une poignée d’albums et d’un peu plus de concerts, ils ont marqué profondément de leur rage contagieuse le paysage affectif de leur génération, des squats parisiens aux cours de lycée de province. Peu médiatisés évidemment, ils ont cependant massivement investi les radiocassettes et les conversations d’une frange de la jeunesse qui a étrenné avec eux sa sensibilité révoltée et une forme encore tâtonnante de radicalité. Continuer la lecture de Appel à communications : « Vive le feu ! » Bérurier Noir branché sur courant alternatif

Parution : Les Publics des scènes musicales en France (xviiie-xxie siècles)

Caroline Giron-Panel, Solveig Serre, Jean-Claude Yon (dir.), Les Publics des scènes musicales en France (XVIIIe-XXIe siècles), Classiques Garnier, coll. Musicologie, 2020. 

L’ambition de cet ouvrage interdisciplinaire est de faire émerger les caractères propres des publics des scènes musicales en France sur le temps long, d’identifier les modalités particulières de l’expérience du spectacle et d’en déterminer les caractéristiques nationales.

Caroline Giron-Panel est professeure agrégée, en poste au Gymnase Jean Sturm (Strasbourg), chargée de cours à l’Université de Strasbourg (L3 et L1) et chercheuse associée au CMBV (CESR – UMR 7323), membre de l’EA 3624 –Centre Jean Mabillon (École nationale des Chartes).

Solveig Serre est chargée de recherche au CNRS (CESR, UMR 7323), et chargée de cours à l’École Polytechnique, département SHS. Elle est Responsable de l’ANR jeune chercheur PIND (Punk is not dead : Pour une histoire de la scène punk en France, 1976-2016).

Jean-Claude Yon est directeur d’études cumulant à l’EPHE, section des sciences historiques et philologiques, titulaire de la chaire d’histoire des spectacles à l’époque contemporaine, Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) et directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) de l’UVSQ. 

Table des matières

Bon de commande

Appel à propositions : Trans Identities in the French media

Edited volume: “Trans Identities in the French media”

As a preamble to this call for abstracts, we want to specify that we are using the terms “transgender” and “trans identities” as umbrella terms for people whose gender identity and/or gender expression differs from what is typically associated with the sex they were assigned at birth. Our use of “transgender” or “trans identities” thus encompasses a variety of experiences within and outside the gender binary, and a range of expressions, as trans individuals pursue many different options (medical changes, clothing, make-up, etc.) to bring their appearances into alignment with their gender identity, or may choose not to.

“Transsexualité, transidentité: un tabou français?” (“Transsexuality, transidentity: a French taboo?1): such was the title chosen by the online French news magazine France Info for an article published in 2015 that discussed the lack of visibility and biases transgender people still experience in French society. Indeed, the production of images and narratives about transgender people in a French context is a complex process that demands to be further analyzed. On the one hand, there has been an increasing visibility of trans individuals in film and TV in recent years. TV documentaries such as Devenir il ou elle (Lorène Debaisieux, 2017) and Être fille ou garçon: Le Dilemme des transgenres (Clarisse Verrier, 2017) follow the lives of adolescents as they transition into their authentic gender; director Sébastien Lifshitz dedicated a documentary to one of France’s first individuals to have undergone gender confirmation surgery with Bambi (2013), and he hired a transgender actress to play the main character in his film Wild Side (2004). However, transgender actors and actresses still remain painfully underrepresented in the French media, with most transgender characters being played by cisgender actors or actresses (Vincent Perez in Ceux qui m’aiment prendront le train (1998), Fanny Ardant in Lola Pater(2017), Claire Nebout in the short-lived TV series Louis(e) (2017), to name a few). From a societal perspective, the fact remains that the number of transphobic acts in France has continued to increase over the past years2. Moreover, the predominance of the French nation state weighs heavily on the recognition of trans identities in order to produce a narrative that avoids any kind of communautarisme, such that trans identities are integrated within the republican values of the country to appear less “frightening” to the general public. As noted by Todd W. Reeser, this has a direct impact on the way trans identities are portrayed in the media: “in journalistic prose, trans narratives, documentaries, and TV programs, transgender subjects are frequently defined through nation-based discourses, institutions, and state-sanctioned forms of power […]” (Reeser, 4)3Continuer la lecture de Appel à propositions : Trans Identities in the French media

  1.  Source: https://www.francetvinfo.fr/societe/transsexualite-transidentite-un-tabou-francais_891103.html []
  2. The number of homophobic and trans-phobic acts officially counted in France in 2016 rose by almost 20% (source: https://www.lexpress.fr/actualite/societe/les-actes-homophobes-et-transphobes-ont-augmente-de-presque-20-en-2016_1906740.html) []
  3.  Reeser, Todd W. “TransFrance”, L’Esprit créateur 53 (1), Spring 2013, pp.4-14. []

Appel à propositions : Héritages et Contre-Cultures.

19ème colloque de la Société des Dix-neuviémistes : Héritages et Contre-Cultures

Université de St Andrews

22-24 Mars 2021

Nous vous invitons à nous faire parvenir vos propositions pour des communications traitant le thème du colloque par rapport à la culture française ou francophone, l’histoire et l’histoire de l’art, la littérature et la musique de 1789 à 1914. Le thème de notre conférence 2021 invite également les délégués à examiner les priorités et les nouvelles pratiques de recherche sur la façon dont nous promouvons l’importance des études françaises et francophones du XIXe siècle. Comme étudier, par exemple, les échos, traces et héritages du XIXe siècle et des artistes, écrivains, collectionneurs, voyageurs et autres praticiens français et francophones dans un cadre francophone et/ou transnational. Vous trouverez ci-dessous une liste non-exhaustive de sujets possibles : Continuer la lecture de Appel à propositions : Héritages et Contre-Cultures.

Journée d’étude : La scène punk en France (1976-2016) : Punk sur les ondes

La scène punk en France (1976-2016) : Punk sur les ondes

26 novembre 2020  

Maison de La Conversation, 10-12 rue Maurice Grimaud 75018 Paris

Responsables de la journée : Monique Blanquer, Luc Robène et Solveig Serre

Cette trente-troisième journée d’étude, en partenariat avec Radio Nova, Les Inrockuptibles, La Maison de la Conversation et l’INA, s’inscrit dans le cadre du projet de recherche PIND (Punk is not dead. Une histoire de la scène punk en France, 1976-2016), soutenu par le CNRS et l’ANR.

Le punk est-il soluble dans la radio ? La radio en tant que média s’est-elle nourrie du punk au point d’en adopter l’éthique, les pratiques ? Quels liens peut-on identifier pour accréditer l’hypothèse d’une symbiose entre punk et cultures radiophoniques ? 

Par les lois du 9 novembre 1981, puis du 29 juillet 1982, le pouvoir politique ouvre les ondes et permet aux Français de créer des radios dites « libres », à condition de se constituer en association et de ne tirer aucun bénéfice de la publicité. La radio qui n’apparaissait jusqu’alors que comme le reflet d’une culture commerciale ou « mainstream », articulée à un monopole d’État ou, a contrario, comme une forme de transgression jouissive inscrite dans l’interdit et l’impertinence des « radios pirates » (Radio Caroline au large des eaux territoriales, Radio Campus en France), devient immédiatement une pratique largement partagée dans le pays : dès les premiers mois, ce sont des centaines de radios libres qui émergent dans l’hexagone, déployant des trésors de débrouillardise pour offrir de nouvelles voies d’expression face à « l’ordre médiarchique ». Cette énergie créatrice et ce bricolage radiophoniques entrent en résonance avec les développements de la scène punk, l’invention de réseaux de diffusion (groupes et concerts de rock), la création de labels indépendants et de fanzines. Si la plupart des radios libres n’ont qu’une existence éphémère, rapidement noyées dans la dynamique commerciale de la bande passante FM, ou carrément interdites par la puissance publique (Radio Carbonne 14 est interdite d’antenne en août 1983), un certain nombre de structures historiques perpétuent depuis leur origine une forme de résistance contre-culturelle (Radio FMR à Toulouse, La clef des Ondes à Bordeaux, PunK à Poitiers, Radio Béton à Tours, etc.). D’autres stations comme radio Nova créée en 1981 par Jean-François Bizot, alors patron d’Actuel, ont tracé leur route en capitalisant l’énergie contre-culturelle des années « pirates » (Radio verte, Radio Ivre, station Nova-Ivre) pour penser des lendemains radiophoniques innovants en imaginant et déclinant des contenus susceptibles d’intégrer l’imagination, l’inédit, les regards décalés. D’autres enfin, comme la radio pirate de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, liées à des contextes et des conjonctures singulières, appellent une réflexion plus spécifique encore, invitant à mesurer finement l’apport, le rôle et la place, des 102 émissions radiophoniques à tendance punk répertoriées aujourd’hui en France.

C’est à cette créativité, à cette résistance radiophonique et aux archives et témoignages de la contre-culture des ondes que s’intéresse cette journée d’étude, ainsi que, de manière plus large, à la mise en onde du punk.

Les propositions de communications (un titre, dix lignes d’intention) seront envoyées avant le 5 novembre 2020 aux adresses suivantes : solveig.serre@gmail.com ; luc.robene@u-bordeaux.fr.