Archives par mot-clé : france

Colloque : “La littérature fantastique et son terroir : relations et évolutions en France et en francophonie (XIXe-XXIe siècle)” (Sorbonne Université)

Colloque international “La littérature fantastique et son terroir : relations et évolutions en France et en francophonie (XIXe-XXIe siècle)”
 
14-16 mars 2024
 
Sorbonne Université 
 
Organisé par Manuela Mohr et Typhaine Sacchi 
 
Entrée libre ou participation en visioconférence sur inscription (fantastique.terroir@gmail.com).
 
 
Description
 
Depuis le XIXe siècle, les théories de la littérature fantastique élaborées en Occident s’appuient majoritairement sur un corpus d’œuvres européennes et américaines. De ce fait, les outils conceptuels existants doivent être repensés pour appréhender le fantastique francophone. 
 
Ce colloque s’intéressera à la littérature fantastique française et francophone et son rapport au terroir entre le XIXe et le XXIe siècle. Le terroir sera entendu comme une donnée matérielle et psychique et comme un concept permettant de penser le lien entre la production fantastique, l’esthétique et les particularités corrélées à un lieu réinventé dans les fictions.  
 
Le colloque réunira des spécialistes et des artistes internationaux qui consacreront leurs analyses aussi bien à des écrivains célèbres qu’à des auteurs peu connus ou oubliés. Le recours à l’anthropologie, l’histoire, l’histoire culturelle ou l’ethnographie permettra de soulever les spécificités de ces textes et des espaces qu’ils dépeignent. 

Appel à contributions : Une bande dessinée – 12 perspectives : analyse franco-allemande pluridisciplinaire de la série Miss Pas Touche de Hubert et Kerascoët (2006–2009)

Une bande dessinée – 12 perspectivesanalyse franco-allemande pluridisciplinaire de la série Miss Pas Touche de Hubert et Kerascoët (2006–2009)

Sorbonne Université ou Université d’Innsbruck

Date d’échéance : 31 mars 2024

Texte de l’appel :

Les premiers travaux et études scientifiques consacrés exclusivement au récit en images ont vu le jour dans le courant du XIXe siècle, de manière concomitante à la publication sous forme de livres des premières bandes dessinées européennes – parues sous la plume de Rodolph Töpffer (1837) ou de Wilhelm Busch (1865) par exemple (voir Stefanelli 2012, 18).

En Allemagne, les sciences de la bande dessinée en voie de constitution ont tout d’abord été subsumées sous la recherche consacrée à la littérature pour enfants et à la littérature de jeunesse (voir par exemple Baumgärtner 1972/1965 ; Grünewald 1982 ; Dolle-Weinkauff 1990) ; dans les pays comme la France ou les USA en revanche, ces mêmes sciences ont fait et font encore partiellement aujourd’hui l’objet d’une vision différentialiste – ce qui n’est guère étonnant, la bande dessinée y jouissant de longue date d’une tradition bien ancrée. Le souhait de voir dans la bande dessinée une forme de « neuvième art » (Beylie 1964), voire de « langage » à part entière (Fresnault-Deruelle 1972), ainsi que la défense de la stripologie en tant que « science autonome » (Morgan 2003, 375) sont à n’en pas douter l’expression d’une « lutte » menée depuis des décennies pour la « reconnaissance [sociale] » des récits en images (Maigret 2012, 144). Nombreux sont en effet ceux qui souhaitent voir établie une nette distinction d’une part entre la bande dessinée et les autres formes d’expression artistique, et d’autre part entre la stripologie et les disciplines voisines ; à la lumière de ce qui a été dit précédemment, cela semble compréhensible, sans doute justifié et sans aucun doute nécessaire à la constitution d’un discours scientifique propre (voir par exemple Eisner 2009/1985 ; Peeters 1991 ; McCloud 1993 ; Groensteen 1999).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Une bande dessinée – 12 perspectives : analyse franco-allemande pluridisciplinaire de la série Miss Pas Touche de Hubert et Kerascoët (2006–2009)

Parution : Sensibles. Une histoire du R&B français (R. Tchokokam)

Rhoda Tchokokam, Sensibles. Une histoire du R&B français, Audimat Éditions, 2023. 

Au début des années 1990, des groupes inspirés du new jack swing états-unien comme N’Groove, Tribal Jam, et les artistes du label Sensitive marquent les premiers pas du R&B français. Avec le succès des Poetic Lover et des refrains du rap français, dont certains des plus connus ont été chantés par des artistes R&B, il s’impose peu à peu dans le paysage. Une série d’excellents premiers albums voit alors le jour (K-Reen, Vibe, Matt Houston ou Wallen) avant qu’une seconde génération ne s’impose au tournant du millénaire, avec les tubes et albums de chanteuses de R&B variété. De leur côté, les médias et la critique ont souvent multiplié les malentendus et les marques de mépris face à ces différents artistes, réduisant leur musique à une version édulcorée du rap, une «revanche des filles de cité», ou en la rejetant comme une importation étrangère. Dans ce premier livre à lui être consacré, Rhoda Tchokokam montre la richesse non seulement d’un R&B en français, mais du R&B français comme genre à part entière.

En s’appuyant sur la parole des principales actrices et acteurs de ce mouvement, Rhoda Tchokokam en propose une histoire culturelle ambitieuse. Sa passion pour les chansons de R&B français croise en permanence l’analyse de leur dimension politique : elle examine aussi bien leur manière d’assumer la sexualité que leurs injonctions à la pudeur, les stratégies de formatage commercial que l’affirmation d’une sororité noire dans les clips.

 

Journée d’études : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Mardi, 20. septembre 2022 – 8:4519:00
Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21 
Salle St Charles 2 Auditorium
 

Dimanche 18, lundi 19, mardi 20 et dimanche 25 septembre : Projections (cinéma Diagonal  / cinéma Nestor Burma)

Mardi 20 septembre : journée d’étude, Université Paul-Valéry Montpellier 3, site Saint-Charles 2, Auditorium

Cette journée d’études se propose d’étudier un genre – la comédie – dans une perspective culturelle et socio-économique en insistant sur les spécificités de sa diffusion, de sa médiatisation et de sa marchandisation dans ses espaces d’exploitation contemporains. Dans un souci d’efficacité, nos investigations se limiteront à la production de comédies en France et s’attacheront aux films les plus populaires, avec une acception volontairement large et diachronique de cet adjectif et de ses différentes expressions (nombre d’entrées important en salles et/ou ventes conséquentes du film sur supports physiques ou dématérialisés, rediffusions régulières à la télévision avec audience significative, présence soutenue du personnel artistique dans les médias, publication abondante d’ouvrages grand public attachés à ces œuvres, reprises sur internet, exposition et programmation en cinémathèque, valorisation institutionnelle, etc.). En abordant autant des comédies contemporaines que plus anciennes, nous essaierons de saisir la diversité de leurs espaces de diffusion et de rediffusion aujourd’hui. Nous nous efforcerons tout particulièrement de décrire et de comprendre les stratégies économiques et les enjeux socio-culturels sous-jacents à ces médiatisations. En d’autres termes, nous nous demanderons ce que ces espaces « font » aux films, de quelle manière ils leur administrent plus ou moins consciemment une valeur et orientent leur approche.

Télécharger le programme

Continuer la lecture de Journée d’études : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Parution : The Clear Line in Comics and Cinema. A Transmedial Approach

David Pinho Barros, The Clear Line in Comics and Cinema. A Transmedial Approach, Leuven University Press, 2022. 

Historical and theoretical analysis of the “clear line” style in comics and cinema

The “clear line”, a term coined in 1977 by Dutch essayist and artist Joost Swarte, has become shorthand in the field of comics studies for the style originally developed by Hergé and the École de Bruxelles. It refers to certain storytelling strategies that generate a deceptively simple, lucid and hygienic narration: in Philippe Marion’s words, it is a style “made out of light, fluidity and limpid clarity”.

By cataloguing and critically analysing clear line comics from historical and theoretical perspectives, this book offers a new outlook on the development of the style in the 20th and 21st centuries, especially focused on the context of the European bande dessinée. In addition, it pioneeringly expands the concept of “clear line” to other artistic domains by introducing and defending its transmedial use, which is particularly relevant for the understanding of the oeuvres of certain filmmakers of the 20th century working in the postwar period, such as Yasujirô Ozu in Japan, Jacques Tati in France and Frank Tashlin in the United States. The Clear Line in Comics and Cinema is therefore a key theoretical work for both bande dessinée enthusiasts and comics scholars, as well as a fundamental contribution to present-day film studies and transmedial narratology.

David Pinho Barros is a researcher, curator and assistant professor of literary, cultural and interart studies at the Faculty of Arts and Humanities of the University of Porto.

Continuer la lecture de Parution : The Clear Line in Comics and Cinema. A Transmedial Approach

Parution : Du classement au reclassement. Sociologie historique de l’édition jeunesse en France et en Espagne (Guijarro Arribas Delia)

Guijarro Arribas Delia, Du classement au reclassement. Sociologie historique de l’édition jeunesse en France et en Espagne, Presses Universitaires de Rennes, 2022. 

La production des livres destinés à la jeunesse se caractérise par une importante fragmentation. Les catégories sont éclectiques : albums, documentaires, livres d’activités, etc., tout comme les publics ciblés : nouveau-nés, petits, adolescents, filles ou garçons, etc. À l’intérieur de ces groupes, la production est loin d’être homogène : livres avec ou sans textes aux formats divers, plus ou moins courts, onéreux ou bon marché. L’objectif peut être divertissant ou au contraire très éducatif – certaines publications tentant d’associer distraction et pédagogie. Cette disparité est le résultat d’un processus qui eut lieu tout au long du XXe siècle, mais qui s’est considérablement amplifié depuis les années 1970.

À partir des exemples de deux pays, la France et l’Espagne, cet ouvrage analyse l’interdépendance entre l’évolution de ces pratiques classificatoires et la constitution des secteurs jeunesse en espaces éditoriaux autonomes, intégrés et dotés d’une forte puissance de légitimation. Il examine les choix et les stratégies des agents de l’édition jeunesse, en prenant toujours en compte les variables qui structurent le marché de l’édition aux niveaux national et linguistique, tous deux insérés dans un marché mondial. Ce livre propose ainsi la première sociologie historique comparée, croisée et transnationale de l’édition jeunesse.

avec le soutien de l’UFR SITEC de l’université Paris Nanterre et du Centre Européen de Sociologie et de Science Politique de la Sorbonne (CNRS/EHESS/Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Continuer la lecture de Parution : Du classement au reclassement. Sociologie historique de l’édition jeunesse en France et en Espagne (Guijarro Arribas Delia)

Parution : Écrivains et artistes en revue. Circulations des idées et des images dans la presse périodique entre France et Italie (1880-1940) (dir. Alessandra Marangoni, Julien Schuh)

Alessandra Marangoni, Julien Schuh (dir.), Écrivains et artistes en revue. Circulations des idées et des images dans la presse périodique entre France et Italie (1880-1940), Turin, Rosenberg & Sellier, coll. “Biblioteca di studi francesi”, 2022.

Au tournant des XIXe et XXe siècles, les «petites revues» de littérature et d’art ont été de véritables laboratoires d’expérimentation esthétique, mais aussi des lieux de discussion, de débats, d’échanges à une echelle internationale. C’est aussi au sein de ces périodiques, qui circulaient à travers toutes les grandes villes européennes, que se sont tissées et consolidées les relations culturelles entre la France et l’Italie. Leurs collaborateurs, tels Remy de Gourmont, Ricciotto Canudo, Guillaume Apollinaire ou Giovanni Papini, ont oeuvré de concert à l’émergence de réseaux artistiques et littéraires.

Les revues, objets collectifs, hétéroclites, mêlant les genres (poésie, roman, chroniques, critique, beaux-arts) et les médias (texte, illustration, photographie, experimentations typographiques voire musique) sont par nature des lieux de comparaison, de dialogue, de réappropriation, de jonction entre des champs et des espaces culturels différents.

L’étude de ces périodiques permet de dévoiler les mécanismes des échanges culturels internationaux dans l’Europe de la Belle Époque.

Ce volume collectif, issu de deux Journées d’étude à Padoue et à Paris, offre des pistes pour repenser l’histoire des circulations culturelles entre l’Italie et la France au prisme des revues. Continuer la lecture de Parution : Écrivains et artistes en revue. Circulations des idées et des images dans la presse périodique entre France et Italie (1880-1940) (dir. Alessandra Marangoni, Julien Schuh)

Journée d’étude : Les magazines de faits divers en France et au Québec après la Seconde Guerre Mondiale

Les magazines de faits divers en  France et au Québec
après la Seconde Guerre Mondiale

Vendredi 10 juin 2022

Université Paul-Valéry Montpellier 3
Site Saint-Charles 2, salle 009

 

Organisée par Marie-Pier Luneau et Marie-Ève Thérenty

 

Vous trouverez l’affiche et le programme détaillé en format pdf ici : Flyer JE Sherbrooke 100622

Parution : Mousquetaires et misérables. Écrire aussi grand que le peuple à venir : Dumas, Hugo, Baudelaire et quelques autres (Évelyne Pieiller)

Évelyne Pieiller, Mousquetaires et misérables. Écrire aussi grand que le peuple à venir : Dumas, Hugo, Baudelaire et quelques autres, Marseille, Agone, 2022.

« Dans mon enfance, on n’allait pas au cinéma. Ma mère ouvrait le café à 5 heures du matin, pour les éboueurs. Elle m’a pourtant emmenée deux fois à l’Eldorado. Moments luxueux, où on marchait dans la nuit tombée, à la lumière des réverbères. La première fois, c’était pour Les Misérables.

Un an plus tard, à l’occasion inespérée d’une convalescence périlleuse, j’ai lu Le Vicomte de Bragelonne. J’ai lu avec un intérêt un peu distant. Il faut dire qu’il me manquait tout ce qui précède. Mais c’était quand même un Noël.

Ma mère n’est pas à elle seule la représentante du peuple. Mais enfin, elle avait été bonne à tout faire, ouvrière, caissière, elle était fière d’avoir son certificat d’études et se rappelait mystérieusement quelques grandes dates de l’histoire ouvrière. Elle n’avait aucune sympathie pour ceux qui jugent de haut les filles perdues, les malheureux, les pas-chanceux. Elle n’a jamais lu Les Misérables, ni Les Trois Mousquetaires. Mais elle en connaissait l’histoire. Et elle ne s’étonnait pas d’en être à sa façon familière. Elle ne s’en intimidait pas. Ça faisait partie de son patrimoine. Comme pour des millions de gens. Dans le monde entier.

Cette littérature-là ne cherche pas à se mettre « à la portée » mais veut écrire aussi grand que le peuple à venir. Il y a des chansons, l’argot des malfrats, du feuilleton sentimental, du burlesque et du tragique, de la philosophie, un lyrisme flamboyant, des références, du panache et de la politique partout… Et le peuple à venir se l’est, à sa façon, appropriée. »

Étrange duo que les Mousquetaires et les Misérables. L’un dit que le pouvoir est vil et l’existence étriquée, mais qu’il reste de quoi être beau contre l’ordre en place, l’ennui, l’injustice, la vie à l’économie, si on est ensemble. L’autre dit que l’ordre en place massacre, mais qu’on peut ouvrir l’avenir, debout sur les barricades, réelles ou mentales. Le peuple lit là ses peines, ses puissances et se fortifie dans ses peines et ses puissances.

Le petit peuple trop remuant qui se fera massacrer tout au long de ce XIXe siècle trop remuant et qui persévérera dans son absence de goût fera des Misérables sa légende, et, masse qui massivement se fout de l’Art, surtout avec une majuscule, fera de surcroît des Mousquetaires son idéal d’étincelante camaraderie. Le populo s’y est aimé, le populo s’y est embelli et armé : il a choisi ses Internationales romanesques. Rencontre fabuleuse entre les imaginaires des exilés de la Révolution, des orphelins de sa promesse de compléter l’humanité. On ne comprend rien au XIXe siècle si on ne comprend pas qu’il naît de la Révolution, qu’il la rêve sans trêve, y compris dans sa version cauchemar. Ce surgissement a reconfiguré le paysage mental, le sol et le ciel tremblent, l’individu est fêlé. Car la Révolution a inventé le peuple.

Comment se fait-il que la littérature française du XIXe siècle ait fourni au monde quelques-uns de ses héros universels ? que ça commence ici et là, cette production d’imaginaire populaire ? et que ça s’arrête pour ne plus jamais reprendre ?… Où l’on voit comment ce qu’écrit un romancier est plus grand que lui lorsqu’il est à l’écoute de son temps de révolte populaire.

Lire un extrait sur le site du Monde diplomatique

Appel à contributions : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Journée d’études : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21 – 20 septembre 2022

Organisée par Clémence Allamand, Guillaume Boulangé et Adrien Valgalier

Cette journée d’études se propose d’étudier un genre – la comédie – dans une perspective culturelle et socio-économique en insistant sur les spécificités de sa diffusion, de sa médiatisation et de sa marchandisation dans ses espaces d’exploitation contemporains. Dans un souci d’efficacité, nos investigations se limiteront à la production de comédies en France et s’attacheront aux films les plus populaires, avec une acception volontairement large et diachronique de cet adjectif et de ses différentes expressions (nombre d’entrées important en salles et/ou ventes conséquentes du film sur supports physiques ou dématérialisés, rediffusions régulières à la télévision avec audience significative, présence soutenue du personnel artistique dans les médias, publication abondante d’ouvrages grand public attachés à ces œuvres, reprises sur internet, exposition et programmation en cinémathèque, valorisation institutionnelle, etc.). En abordant autant des comédies contemporaines que plus anciennes, nous essaierons de saisir la diversité de leurs espaces de diffusion et de rediffusion aujourd’hui. Nous nous efforcerons tout particulièrement de décrire et de comprendre les stratégies économiques et les enjeux socio-culturels sous-jacents à ces médiatisations. En d’autres termes, nous nous demanderons ce que ces espaces « font » aux films, de quelle manière ils leur administrent plus ou moins consciemment une valeur et orientent leur approche. Cette question pourra être déclinée de plusieurs manières :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises (Université Paul-Valéry Montpellier 3)