Archives par mot-clé : france

Colloque : But alors you are French ? Enjeux et état des lieux contemporains de la comédie en France

Event: Contemporary issues and state of the art of comedy in France

LASLAR – Territoires de la fiction / Université Caen Normandie

11, 12, et 13 mars 2020

Ce colloque vise à établir un état des lieux contemporain du genre comique dans le cinéma français.

Présentation

Si plusieurs sous-genres (comédies d’aventure, comédies romantiques, comédies policières, etc.) marquent certains auteurs (De Broca ou, pour rester dans l’actualité, les productions Europa), la tendance générique naturelle qui les irrigue met en avant une proposition uniforme : la comédie doit provoquer le rire. Comment, dans ce cas, trouver une spécificité nationale ? Dans le « comique de mots », où, à travers l’art du dialogue, maîtrisé notamment par Michel Audiard, se retrouvent les artistes issus du Standup, comme Djamel Debbouze, et/ou de la télévision, tels que Kad et Olivier, qu’Eric et Ramzy ou encore Jean Dujardin ?  Dans un burlesque plus physique que verbal (Alain Chabat,), un réalisme social davantage amer qu’hilarant (Onteniente, ou Salvadori) ? Dans une représentation socio-culturelle critique ou décalée (Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu Epouse-moi mon pote) ? Ou encore dans une représentation plus féminine devant et derrière la caméra (Tout ce qui brille) ? Par ailleurs, si la comédie reçoit les « louanges » de la profession (par exemple : César du Meilleur film pour 3 Hommes et un couffin, ou du meilleur acteur en 2012 pour Omar Sy dans Intouchables (2012), certains cinéastes comme Dany Boon, n’hésitent pas insister sur la fracture entre le choix de cette dernière et celui du public[1]. L’introduction en 2018, du premier César du public (attribué à l’acteur-auteur pour Raid Dingue qui attirera plus de 4 500 000 mille spectateursen salles, en 2017témoigne que cette reconnaissance est peut-être une « réconciliation » masquée. Pour autant, on ne peut pas réduire le genre à son seul ancrage populaire et à ses difficultés de reconnaissance artistique : il suffit, par exemple, de prendre en compte ce que F. Ganzo, J. Goldberg et Q. Mevel appellent la « nouvelle comédie du cinéma français »[2], représentée par Quentin Dupieux, Antonin Peretjako, ou encore Eric Judor, pour s’apercevoir qu’il existe aussi des films comiques considérés comme non affiliés à la culture de masse…

La recherche d’une pluralité homonymique, nous semble donc centrale et, à travers ce colloque, il s’agira de proposer, autour d’elle, une plateforme d’échange offerte à la fois aux universitaires et aux professionnels du cinéma. En termes d’actualité cinéphiliques, il se situe dans la perspective de la rétrospective et de l’exposition organisées par La Cinémathèque Française, à partir d’avril 2020, sur Louis De Funès. Continuer la lecture de Colloque : But alors you are French ? Enjeux et état des lieux contemporains de la comédie en France

parution du n° 19 de la Revue critique de fixxion française contemporaine: « Fictions ‘françaises' »

Revue critique de fixxion française contemporaine, n°19 (2019) : FICTIONS “FRANÇAISES”

numéro coordonné par Alexandre Gefen, Cornelia Ruhe et Oana Panaïte

Continuer la lecture de parution du n° 19 de la Revue critique de fixxion française contemporaine: « Fictions ‘françaises’ »

Journée : Jacques Spitz

Lectures plurielles de Jacques Spitz

Le jeudi 21 mars 2019 à partir de 9h15 à la Station Ausone , Librairie Mollat, Bordeaux.

Une journée d’études organisée par Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux Montaigne), François Ouellet et Patrick Guay (UCAQ).

Pour la première fois, une journée d’études va explorer l’œuvre globale de Jacques Spitz (1896-1963), « père égaré » de la science-fiction française, l’auteur d’une précieuse œuvre romanesque, d’un imposant journal personnel et d’une production toujours inédite.

Voici la vision globale d’une figure trop longtemps tenue dans une injuste méconnaissance aussi bien par le grand public que par l’université. Nous souhaitons fournir un portrait de l’homme et replacer l’écrivain dans le contexte littéraire où s’est construit son rapport trouble au genre qui allait devenir la science-fiction.

Plusieurs écrivains et spécialistes sont invités pour l’occasion, à savoir Serge Lehman, Claude Ecken, Joseph Altairac et Jean-Luc Rivera.

télécharger le programme complet.

Parution : Séries de l’ORTF

Blephégor de Claude Barma, 1965

B. Papin, M. Tsikounas, S. Chalvon-Demersay (dir.), Fictions sérielles au temps de la RTF et de l’ORTF (1949-1974), L’Harmattan-Ina, collection « Les médias en actes », 2018.

Actes du colloque international « Feuilletons et séries diffusés sur les écrans de la RTF et de l’ORTF (1949-1974) », Paris 6 et 7 juin 2017, organisé par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Centre d’histoire du XIXe siècle-équipe ISOR), l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle (CIM-CEISME), l’EHESS/CNRS et l’INA.

La télévision française a connu une époque où le générique de Janique Aimée ou du Chevalier de Maison Rouge fédérait autour de la petite lucarne un public fervent et passionné… Les Français, tous âges confondus, frémissaient devant Belphégor, tremblaient pour Thierry la Fronde ou Josh Randall, … Mais si les feuilletons et séries mettant en scène tous ces héros demeurés dans la mémoire collective sont devenus des « classiques », on a un peu oublié qu’à côté des incontournables Cinq dernières minutes, il y eut aussi Les Petites enquêtes du père Fichau et que « l’affaire Faber » enflamma les esprits, à une époque où le 8e art s’inventait et où l’audace formelle, visuelle et sonore, était fréquemment de mise.

Les auteurs des textes rassemblés dans le présent ouvrage s’intéressent de près à cette préhistoire des séries, diffusées par une télévision de service public, d’abord à canal unique et longtemps en noir et blanc, qui proposa les premières productions américaines mais fit également la part belle aux réalisations anglaises, canadiennes… et françaises. Il était temps d’essayer de mesurer la place que cette fiction plurielle occupait dans la programmation d’un « office » dont l’ambition première était de faire de la télévision un outil de promotion culturelle et de s’intéresser à l’accueil que lui réserva le « grand public » .

Sommaire

Continuer la lecture de Parution : Séries de l’ORTF

Appel : SF et bande dessinée

Appel à contributions pour le dossier n° 14 de ReS Futurae

« Présence de la science-fiction dans la bande dessinée d’expression française »

Pour le 31 mai 2018

Dossier dirigé par Alain Boillat (Université de Lausanne)

 

Les contributions du dossier se pencheront sur la place accordée à la science-fiction au sein de ce phénomène de presse puis d’édition qu’est la bande dessinée d’expression française en examinant en tant que modes d’appropriation du genre différents régimes visuels apparus au cours de l’histoire du médium, de Saint-Ogan à Pellos jusqu’aux productions contemporaines. La délimitation linguistique du corpus – très différent des comics ou des mangas au niveau du style, du contexte d’édition/réception et du réseau intertextuel – tient au constat qu’à l’intérieur de l’espace géographique, linguistique et culturel de la bande dessinée dite « franco-belge » qui en constitue le noyau, le genre de la SF a été plutôt sous-représenté dans la période d’essor de l’après-guerre en raison de nombreuses caractéristiques – souvent héritées des comic strips – peu compatibles avec la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Exception faite de la reprise de matériel d’exportation venant des Etats-Unis (notamment les récits de super-héros), la bande dessinée de SF s’est en effet développée dans un premier temps plutôt via les petits formats (à l’exemple de la série Meteor chez Artima) qui ne visaient pas en priorité le public enfantin ou, s’est inscrite, chez des dessinateurs de premier plan comme Hergé, Jacobs ou Franquin, dans une filiation de l’anticipation scientifique à la française qui reste à explorer dans ses rapports à la science-fiction.

Faire l’histoire du genre à travers différents contextes permet d’aborder des questions de légitimation culturelle : la science-fiction étant quasiment confondue, dans les discours de défense d’une Continuer la lecture de Appel : SF et bande dessinée

Marie-Lucie Bougon (Université d’Artois)

Marie Lucie Bougon est doctorante contractuelle à l’université d’Artois et prépare une thèse de Littérature comparée intitulée La réception de la fantasy en France de 1972 à nos jours : de l’importation à l’appropriation sous la direction d’Anne Besson. Elle est également membre de l’équipe du projet LégiPop, auquel elle a participé en tant que vacataire. Elle a co-organisé, avec Laura Muller-Thoma et Charlotte Duranton, le colloque « Représentations animales dans les mondes imaginaires : vers un effacement des frontières spécistes ? » à l’université d’Artois en novembre 2019, et a contribué à l’élaboration du Dictionnaire de la fantasy dirigé par Anne Besson chez les éditions Vendémiaire. Autrice de fiction, elle a récemment publié son premier roman, une réécriture steampunk de L’Eve future de Villiers de l’Isle-Adam (Le Club des érudits hallucinés, éditions du Chat Noir, 2019.)

Publications scientifiques :

« Cosmogonie de la fantasy française. Genèse et émancipation », Revue de la BNF, vol. 59, no. 2, 2019, pp. 38-47.
“Les apprenants du MOOC fantasy de l’université d’Artois : réception et retransmission des savoirs”, in Mutations des légitimités dans les productions culturelles contemporaines, revue Belphégor, n°17, 2019
« Le pouvoir des mots : les personnages de conteurs et de bardes, ou comment la parole façonne la réalité”, avec Laura Muller-Thoma, in Fantasy et Histoire(s), Actes du colloque des Imaginales 2018, dirigé par Anne Besson, éditions ActuSF, 2019.
« L’imaginaire apocalyptique et son réinvestissement dans Battlestar Galactica de Ronald D. Moore : du piège des prophéties à la quête de liberté », Philosopher avec Battlestar Galactica, dirigé par Monica Michlin, TV/Series n°11, juin 2017.

 

Appel : Jacques Spitz

LECTURES PLURIELLES DE JACQUES SPITZ

Appel pour un  colloque international à l’Université Bordeaux Montaigne, 21-22 mars 2019

Réponses attendues avant le 1er mars 2018

Méconnue, l’œuvre de Jacques Spitz appelle à la redécouverte dans la foulée de l’ouvrage d’introduction que vient de lui consacrer Patrick Guay aux Presses Universitaires de Bordeaux : Jacques Spitz, le mythe de l’humain (décembre 2016). Écrivain atypique des années 1920-1950, s’inscrivant à la fois dans le champ littéraire le plus restreint et dans celui d’une littérature de grande consommation, d’abord praticien de récits profondément originaux, menés hors des sentiers battus, Jacques Spitz devient par la suite une figure imposante de la science-fiction française, à une époque où les principales références étaient anglo-saxonnes. Porté par la crise du roman de l’entre- deux-guerres et la tradition des romans azymes, Spitz se tient en équilibre sur les genres, héritier tardif de Swift et de Continuer la lecture de Appel : Jacques Spitz

Parution : Fleming en France

Pierre Olivier Lombarteix

La France de Fleming : James Bond, une passion française 

Pornic, Le Temps éditeur, 2017.

 

Présentation de l’éditeur

Avec deux histoires intégralement situées sur le territoire français et plus de 1000 références à l’hexagone dans l’ensemble de son œuvre, la France joue un rôle essentiel dans la saga James Bond. Pourtant à ce jour, aucune étude ne s’est intéressée à la place qu’occupe notre pays (et notre nation)  dans l’œuvre mais aussi dans la vie de Fleming. C’est donc ce que se propose de faire cet ouvrage préfacé par le président du club James Bond France et illustré par Floc’h. En se basant sur un analyse détaillée de l’œuvre mais aussi du triple contexte historique, littéraire et familial, cet essai sur La France de Fleming permet d’aborder l’œuvre sous un angle aussi nouveau que surprenant. Du décès de son père en France en passant par l’évacuation de Bordeaux, ses plongées aux côtés de Jacques Cousteau au large de Marseille, son attirance pour Continuer la lecture de Parution : Fleming en France

Parution : Séries françaises

Pierre Ziemniak  

Exception française. De Vidocq au Bureau des légendes  : 60 ans de séries

 Vendémiaire,  coll. « L’univers des séries », 2017.

Texte de présentation de l’ouvrage :

Dix pour centLes RevenantsUn village françaisEngrenagesProfilageLe Bureau des Légendes… Si quelques séries françaises semblent annoncer un renouveau créatif, la production nationale souffre encore de la comparaison avec les séries américaines, britanniques, scandinaves ou encore israéliennes. Y aurait-il en ce domaine une malédiction française ? Aux origines de ce handicap, un ensemble de facteurs : poids symbolique du cinéma, dissociation des fonctions de producteur et de diffuseur, manque de reconnaissance du statut de scénariste. La situation est inquiétante. Mais pas irrémédiable. Les créateurs français ont toutes les capacités pour émerger à leur tour. Encore faut-il qu’ils soient soutenus par une politique publique.

Colloque « Feuilletons »

Feuilletons et séries diffusés sur les écrans de la RTF et de l’ORTF (1949-1974)

Colloque international, Paris, 6-7 juin 2017

 

Concernant la fiction télévisuelle sérielle (ou plurielle, évolutive, …), la recherche universitaire est passée en quelques années du mépris condescendant (qui était, peu ou prou, celui qui s’exprimait pour tout objet télévisuel) à une célébration quasiunanime d’une production devenue parfois, à elle-seule, synonyme de qualité. On réhabilite l’auteur (fût-il lui-même pluriel), on invente le concept de sériephilie, on fait de la production télévisuelle sérielle le lieu de toutes les inventions dans l’art de la conduite du récit et/ou de la mobilisation spectatorielle. Journée d’études, colloques, monographies et ouvrages collectifs se multiplient pour scruter sous toutes les facettes – historique, sociologique, narratologique, philosophique, genré, … – ce nouvel objet désormais éminemment légitime pour les chercheurs. Il y a néanmoins, dans ce nouvel intérêt épistémologique, des territoires encore largement inexplorés. Tout d’abord, force est de constater que, à de rares exceptions près, la réflexion prend essentiellement pour objet les séries anglo-saxonnes, le plus souvent américaines, qui seules incarneraient la « Quality TV ». Ensuite, à scruter le programme de tous ces colloques et les sommaires de tous ces ouvrages consacrés aujourd’hui aux séries, c’est un peu comme si la télévision (et avec elle la fiction sérielle) était née au tournant des années 2000 et n’était un objet digne d’étude que dans son second âge d’or (voire son troisième). C’est un peu comme si la fiction sérielle n’avait pas d’histoire, ni littéraire, ni radiophonique, ni télévisuelle. Et comme si le téléspectateur d’aujourd’hui n’avait pas de mémoire. Or, dès ses origines, la télévision fut (aussi) sérielle et bien des « séries » (qui étaient, pour une grande majorité, plutôt des feuilletons en ce qui concerne la production française) ont laissé des traces encore vivaces dans la mémoire collective. L’idée première de ce colloque, c’est de réorienter le regard des chercheurs vers cette préhistoire des séries, des séries diffusées par une télévision publique – aux temps de la RTF et de l’ORTF – et longtemps en noir et blanc, qui proposa les premières séries américaines mais fit également la part belle aux productions anglaises, canadiennes… et françaises. Il est donc temps maintenant de se lancer dans une investigation plus globalisante et systématique de la période pour mesurer la place que cette fiction plurielle occupait dans la programmation d’une télévision de service public et déterminer quels objectifs lui étaient assignés dans l’ambition qui fut celle de la RTF et de l’ORTF de faire de la télévision un outil de promotion culturelle et d’apprentissage de la citoyenneté. Par ailleurs, les séries contemporaines sont – pas toujours mais souvent – étudiées, dans la globalité fermée de leurs saisons, comme des objets autonomes, comme des unitaires et des collections en quelque sorte, sans que l’on se préoccupe suffisamment de leur généalogie et de leurs modes de Continuer la lecture de Colloque « Feuilletons »