Archives par mot-clé : france

Appel à propositions : Héritages et Contre-Cultures.

19ème colloque de la Société des Dix-neuviémistes : Héritages et Contre-Cultures

Université de St Andrews

22-24 Mars 2021

Nous vous invitons à nous faire parvenir vos propositions pour des communications traitant le thème du colloque par rapport à la culture française ou francophone, l’histoire et l’histoire de l’art, la littérature et la musique de 1789 à 1914. Le thème de notre conférence 2021 invite également les délégués à examiner les priorités et les nouvelles pratiques de recherche sur la façon dont nous promouvons l’importance des études françaises et francophones du XIXe siècle. Comme étudier, par exemple, les échos, traces et héritages du XIXe siècle et des artistes, écrivains, collectionneurs, voyageurs et autres praticiens français et francophones dans un cadre francophone et/ou transnational. Vous trouverez ci-dessous une liste non-exhaustive de sujets possibles : Continuer la lecture de Appel à propositions : Héritages et Contre-Cultures.

Journée d’étude : La scène punk en France (1976-2016) : Punk sur les ondes

La scène punk en France (1976-2016) : Punk sur les ondes

26 novembre 2020  

Maison de La Conversation, 10-12 rue Maurice Grimaud 75018 Paris

Responsables de la journée : Monique Blanquer, Luc Robène et Solveig Serre

Cette trente-troisième journée d’étude, en partenariat avec Radio Nova, Les Inrockuptibles, La Maison de la Conversation et l’INA, s’inscrit dans le cadre du projet de recherche PIND (Punk is not dead. Une histoire de la scène punk en France, 1976-2016), soutenu par le CNRS et l’ANR.

Le punk est-il soluble dans la radio ? La radio en tant que média s’est-elle nourrie du punk au point d’en adopter l’éthique, les pratiques ? Quels liens peut-on identifier pour accréditer l’hypothèse d’une symbiose entre punk et cultures radiophoniques ? 

Par les lois du 9 novembre 1981, puis du 29 juillet 1982, le pouvoir politique ouvre les ondes et permet aux Français de créer des radios dites « libres », à condition de se constituer en association et de ne tirer aucun bénéfice de la publicité. La radio qui n’apparaissait jusqu’alors que comme le reflet d’une culture commerciale ou « mainstream », articulée à un monopole d’État ou, a contrario, comme une forme de transgression jouissive inscrite dans l’interdit et l’impertinence des « radios pirates » (Radio Caroline au large des eaux territoriales, Radio Campus en France), devient immédiatement une pratique largement partagée dans le pays : dès les premiers mois, ce sont des centaines de radios libres qui émergent dans l’hexagone, déployant des trésors de débrouillardise pour offrir de nouvelles voies d’expression face à « l’ordre médiarchique ». Cette énergie créatrice et ce bricolage radiophoniques entrent en résonance avec les développements de la scène punk, l’invention de réseaux de diffusion (groupes et concerts de rock), la création de labels indépendants et de fanzines. Si la plupart des radios libres n’ont qu’une existence éphémère, rapidement noyées dans la dynamique commerciale de la bande passante FM, ou carrément interdites par la puissance publique (Radio Carbonne 14 est interdite d’antenne en août 1983), un certain nombre de structures historiques perpétuent depuis leur origine une forme de résistance contre-culturelle (Radio FMR à Toulouse, La clef des Ondes à Bordeaux, PunK à Poitiers, Radio Béton à Tours, etc.). D’autres stations comme radio Nova créée en 1981 par Jean-François Bizot, alors patron d’Actuel, ont tracé leur route en capitalisant l’énergie contre-culturelle des années « pirates » (Radio verte, Radio Ivre, station Nova-Ivre) pour penser des lendemains radiophoniques innovants en imaginant et déclinant des contenus susceptibles d’intégrer l’imagination, l’inédit, les regards décalés. D’autres enfin, comme la radio pirate de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, liées à des contextes et des conjonctures singulières, appellent une réflexion plus spécifique encore, invitant à mesurer finement l’apport, le rôle et la place, des 102 émissions radiophoniques à tendance punk répertoriées aujourd’hui en France.

C’est à cette créativité, à cette résistance radiophonique et aux archives et témoignages de la contre-culture des ondes que s’intéresse cette journée d’étude, ainsi que, de manière plus large, à la mise en onde du punk.

Les propositions de communications (un titre, dix lignes d’intention) seront envoyées avant le 5 novembre 2020 aux adresses suivantes : solveig.serre@gmail.com ; luc.robene@u-bordeaux.fr.

Conférence : Faire une histoire du jeu vidéo en France

Faire une histoire du jeu vidéo en France

3 novembre 2020, 18 h – 20 h

BnF, François-MitterrandPetit Auditorium

Quai François-Mauriac – Paris 13e
Entrée Est face à la rue Émile Durkheim

Conférences : Les rendez-vous du jeu vidéo, du 3 novembre au 8 décembre 2020

Le département de l’Audiovisuel de la BnF propose un cycle de conférences qui explore l’évolution de la production vidéoludique en France. Cette séance est consacrée à la présentation de l’ouvrage « Une histoire du jeu vidéo en Francee » publié aux Éditions Pix’n Love.

À l’occasion de la sortie de l’ouvrage de référence Une histoire du jeu vidéo en France aux Éditions Pix’n Love sur les débuts de l’industrie du jeu vidéo en France, ses auteurs Alexis Blanchet et Guillaume Montagnon reviennent sur leur travail de recherche, notamment à partir des ressources de la BnF.

Avec Marine Macq, enseignante conférencière en concept art, Alexis Blanchet, université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, et Guillaume Montagnon, chercheur indépendant.

De la console Odyssey à la PlayStation ou à la Super Nintendo, des cartouches aux logiciels en passant par les disques optiques, la BnF conserve les jeux vidéos diffusés en France et leurs supports : détentrice de la première collection publique de jeux vidéo en France, elle est devenue un acteur majeur de la conservation du patrimoine vidéoludique. Continuer la lecture de Conférence : Faire une histoire du jeu vidéo en France

Parution : La Littérature des mystères : poétique historique d’un succès médiatique en France, en Grèce et en Grande-Bretagne

Filippos Katsanos, La Littérature des mystères : poétique historique d’un succès médiatique en France, en Grèce et en Grande-Bretagne, coll. « Médiatextes », Presses Universitaires de Limoges, 2020.

Suite au succès commercial des Mystères de Paris (1842-1843) d’Eugène Sue, les marchés littéraires de nombreux pays ont été saturés par un nombre incalculable d’ouvrages qui proposaient d’infinies variations sur le titre du romancier français : Les Mystères de Londres, Les Mystères d’Athènes, Les Mystères de Marseille, Les Mystères de Constantinople etc.

En s’intéressant à la réception du célèbre roman de Sue et à l’essor de cette « littérature des mystères » dont il a été à l’origine en France, en Grèce et en Grande-Bretagne, cette étude s’interroge sur la place qu’il convient d’accorder, dans l’histoire littéraire, à ce phénomène éditorial qui promettait aux lecteurs de leur révéler, de façon aussi compulsive qu’exhaustive, tous les secrets du monde. Continuer la lecture de Parution : La Littérature des mystères : poétique historique d’un succès médiatique en France, en Grèce et en Grande-Bretagne

Appel à participation créative : Au-delà des deux solitudes dans le monde canadien des BD : La communication entre la BD canadienne et les comics canadiens

En 1945, Hugh MacLennan, Canadien-Montréalais anglophone, publie son deuxième roman intitulé Two Solitudes. Ce livre remporte un énorme succès et l’expression « 2 solitudes » en français et en anglais a rapidement pris racine dans la culture canadienne pour traduire le manque de communication entre les 2 communautés linguistiques, francophone et anglophone. Ce manque était réel tant dans la vie quotidienne et ordinaire que dans la vie culturelle. Ainsi la littérature en français n’était que rarement lue ou traduite par des anglophones ou influencée par la littérature canadienne anglophone, et réciproquement.
 
L’histoire des comics canadiens et des bandes dessinées québécoises (BDQ) ne fait pas exception. Les deux volets de la production nationale se sont développés de façon parallèle sans vraiment tisser de liens ou de ponts. De plus, même si la production de BD et comics des Premières Nations en langues européennes ou en langues autochtones est plus récente, elle est souvent ignorée par les deux autres traditions.
 
Par cet Appel à participation, nous proposons à des artistes professionnels, artistes amateurs et artistes en herbe (étudiants en arts graphiques, …) de nous envoyer une bande dessinée-strip, d’au minimum 3 cases au maximum d’une page (papier ou numérique), qui met en scène de manière humoristique, dramatique ou tragique, les relations entre les bandes dessinées franco-canadiennes, anglo-canadiennes et/ou autochtones.
 
Les 10 gagnant.e.s du concours recevront un prix (le premier de 1000$, le deuxième, 500$, et les suivants de 250$) et verront leur création exposée dans un lieu public officiel (musée, université, …) dans diverses villes canadiennes pendant un mois en 2021.
 
Soumission des BD créées : 20/12/2020
 
Annonce des gagnants : 20/01/2021
 
Les oeuvres lauréates seront exposées : Alberta 06/2021 (pendant le Congrès des Sciences humaines); Saskatchewan 09/2021; Manitoba 10/2021; Québec 11/2021; Ontario 12/ 2021; Maritimes 01/2022.
 
Pour plus d’informations : 
 
 

Colloque : But alors you are French ? Enjeux et état des lieux contemporains de la comédie en France

Event: Contemporary issues and state of the art of comedy in France

LASLAR – Territoires de la fiction / Université Caen Normandie

11, 12, et 13 mars 2020

Ce colloque vise à établir un état des lieux contemporain du genre comique dans le cinéma français.

Présentation

Si plusieurs sous-genres (comédies d’aventure, comédies romantiques, comédies policières, etc.) marquent certains auteurs (De Broca ou, pour rester dans l’actualité, les productions Europa), la tendance générique naturelle qui les irrigue met en avant une proposition uniforme : la comédie doit provoquer le rire. Comment, dans ce cas, trouver une spécificité nationale ? Dans le « comique de mots », où, à travers l’art du dialogue, maîtrisé notamment par Michel Audiard, se retrouvent les artistes issus du Standup, comme Djamel Debbouze, et/ou de la télévision, tels que Kad et Olivier, qu’Eric et Ramzy ou encore Jean Dujardin ?  Dans un burlesque plus physique que verbal (Alain Chabat,), un réalisme social davantage amer qu’hilarant (Onteniente, ou Salvadori) ? Dans une représentation socio-culturelle critique ou décalée (Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu Epouse-moi mon pote) ? Ou encore dans une représentation plus féminine devant et derrière la caméra (Tout ce qui brille) ? Par ailleurs, si la comédie reçoit les « louanges » de la profession (par exemple : César du Meilleur film pour 3 Hommes et un couffin, ou du meilleur acteur en 2012 pour Omar Sy dans Intouchables (2012), certains cinéastes comme Dany Boon, n’hésitent pas insister sur la fracture entre le choix de cette dernière et celui du public[1]. L’introduction en 2018, du premier César du public (attribué à l’acteur-auteur pour Raid Dingue qui attirera plus de 4 500 000 mille spectateursen salles, en 2017témoigne que cette reconnaissance est peut-être une « réconciliation » masquée. Pour autant, on ne peut pas réduire le genre à son seul ancrage populaire et à ses difficultés de reconnaissance artistique : il suffit, par exemple, de prendre en compte ce que F. Ganzo, J. Goldberg et Q. Mevel appellent la « nouvelle comédie du cinéma français »[2], représentée par Quentin Dupieux, Antonin Peretjako, ou encore Eric Judor, pour s’apercevoir qu’il existe aussi des films comiques considérés comme non affiliés à la culture de masse…

La recherche d’une pluralité homonymique, nous semble donc centrale et, à travers ce colloque, il s’agira de proposer, autour d’elle, une plateforme d’échange offerte à la fois aux universitaires et aux professionnels du cinéma. En termes d’actualité cinéphiliques, il se situe dans la perspective de la rétrospective et de l’exposition organisées par La Cinémathèque Française, à partir d’avril 2020, sur Louis De Funès. Continuer la lecture de Colloque : But alors you are French ? Enjeux et état des lieux contemporains de la comédie en France

parution du n° 19 de la Revue critique de fixxion française contemporaine: « Fictions ‘françaises' »

Revue critique de fixxion française contemporaine, n°19 (2019) : FICTIONS “FRANÇAISES”

numéro coordonné par Alexandre Gefen, Cornelia Ruhe et Oana Panaïte

Continuer la lecture de parution du n° 19 de la Revue critique de fixxion française contemporaine: « Fictions ‘françaises’ »

Journée : Jacques Spitz

Lectures plurielles de Jacques Spitz

Le jeudi 21 mars 2019 à partir de 9h15 à la Station Ausone , Librairie Mollat, Bordeaux.

Une journée d’études organisée par Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux Montaigne), François Ouellet et Patrick Guay (UCAQ).

Pour la première fois, une journée d’études va explorer l’œuvre globale de Jacques Spitz (1896-1963), « père égaré » de la science-fiction française, l’auteur d’une précieuse œuvre romanesque, d’un imposant journal personnel et d’une production toujours inédite.

Voici la vision globale d’une figure trop longtemps tenue dans une injuste méconnaissance aussi bien par le grand public que par l’université. Nous souhaitons fournir un portrait de l’homme et replacer l’écrivain dans le contexte littéraire où s’est construit son rapport trouble au genre qui allait devenir la science-fiction.

Plusieurs écrivains et spécialistes sont invités pour l’occasion, à savoir Serge Lehman, Claude Ecken, Joseph Altairac et Jean-Luc Rivera.

télécharger le programme complet.

Parution : Séries de l’ORTF

Blephégor de Claude Barma, 1965

B. Papin, M. Tsikounas, S. Chalvon-Demersay (dir.), Fictions sérielles au temps de la RTF et de l’ORTF (1949-1974), L’Harmattan-Ina, collection « Les médias en actes », 2018.

Actes du colloque international « Feuilletons et séries diffusés sur les écrans de la RTF et de l’ORTF (1949-1974) », Paris 6 et 7 juin 2017, organisé par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Centre d’histoire du XIXe siècle-équipe ISOR), l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle (CIM-CEISME), l’EHESS/CNRS et l’INA.

La télévision française a connu une époque où le générique de Janique Aimée ou du Chevalier de Maison Rouge fédérait autour de la petite lucarne un public fervent et passionné… Les Français, tous âges confondus, frémissaient devant Belphégor, tremblaient pour Thierry la Fronde ou Josh Randall, … Mais si les feuilletons et séries mettant en scène tous ces héros demeurés dans la mémoire collective sont devenus des « classiques », on a un peu oublié qu’à côté des incontournables Cinq dernières minutes, il y eut aussi Les Petites enquêtes du père Fichau et que « l’affaire Faber » enflamma les esprits, à une époque où le 8e art s’inventait et où l’audace formelle, visuelle et sonore, était fréquemment de mise.

Les auteurs des textes rassemblés dans le présent ouvrage s’intéressent de près à cette préhistoire des séries, diffusées par une télévision de service public, d’abord à canal unique et longtemps en noir et blanc, qui proposa les premières productions américaines mais fit également la part belle aux réalisations anglaises, canadiennes… et françaises. Il était temps d’essayer de mesurer la place que cette fiction plurielle occupait dans la programmation d’un « office » dont l’ambition première était de faire de la télévision un outil de promotion culturelle et de s’intéresser à l’accueil que lui réserva le « grand public » .

Sommaire

Continuer la lecture de Parution : Séries de l’ORTF

Appel : SF et bande dessinée

Appel à contributions pour le dossier n° 14 de ReS Futurae

« Présence de la science-fiction dans la bande dessinée d’expression française »

Pour le 31 mai 2018

Dossier dirigé par Alain Boillat (Université de Lausanne)

 

Les contributions du dossier se pencheront sur la place accordée à la science-fiction au sein de ce phénomène de presse puis d’édition qu’est la bande dessinée d’expression française en examinant en tant que modes d’appropriation du genre différents régimes visuels apparus au cours de l’histoire du médium, de Saint-Ogan à Pellos jusqu’aux productions contemporaines. La délimitation linguistique du corpus – très différent des comics ou des mangas au niveau du style, du contexte d’édition/réception et du réseau intertextuel – tient au constat qu’à l’intérieur de l’espace géographique, linguistique et culturel de la bande dessinée dite « franco-belge » qui en constitue le noyau, le genre de la SF a été plutôt sous-représenté dans la période d’essor de l’après-guerre en raison de nombreuses caractéristiques – souvent héritées des comic strips – peu compatibles avec la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Exception faite de la reprise de matériel d’exportation venant des Etats-Unis (notamment les récits de super-héros), la bande dessinée de SF s’est en effet développée dans un premier temps plutôt via les petits formats (à l’exemple de la série Meteor chez Artima) qui ne visaient pas en priorité le public enfantin ou, s’est inscrite, chez des dessinateurs de premier plan comme Hergé, Jacobs ou Franquin, dans une filiation de l’anticipation scientifique à la française qui reste à explorer dans ses rapports à la science-fiction.

Faire l’histoire du genre à travers différents contextes permet d’aborder des questions de légitimation culturelle : la science-fiction étant quasiment confondue, dans les discours de défense d’une Continuer la lecture de Appel : SF et bande dessinée