Archives par mot-clé : film studies

Parution : Études de communication n°59, “Réceptions des représentations médiatiques”

Couverture du n°59 | Décembre 2022Études de communication, n°59, “Réceptions des représentations médiatiques”, sous la direction de Hélène Breda et Mélanie Bourdaa, 2022. 

Le numéro 59 d’Études de communication explore la question des représentations médiatiques et leurs réceptions. Il propose de développer des pistes de réflexion et d’analyse autour de l’articulation dialectique entre des représentations médiatiques et leurs réceptions actives par les publics qui les « consomment », les interprètent et se les approprient.

La dimension dialogique des relations entre des industries culturelles hégémoniques et leurs récepteur·ice·s est bien éloignée du paradigme des médias de masse aliénants. Les études culturelles menées ces dernières décennies ont insisté, à l’inverse, sur la richesse des lectures résistantes ou oppositionnelles de contenus médiatiques, des pratiques braconnières, par des amateur·ice·s, sur l’émergence de « fans prescripteur.rice.s » et de « critiques […] profanes ».

Le numéro s’attachera à analyser les problématiques sous l’angle des extensions narratives et du Transmedia Storytelling, des approches culturelles et identitaires et de la culture de la participation et de l’engagement politique. 

Hélène Breda et Mélanie Bourdaa : Introduction [Texte intégral]

World-Making et extensions narratives

Camille Nicol et Mélanie Millette : Fanfictions audiovisuelles d’Harry Potter : co-création et espaces blancs [Résumé | Accès restreint]

Harry Potter audiovisual fan fiction: co-creation and blank spaces

Julie Escurignan : Recreating, remodeling and expanding the Game of Thrones universe through cosplay [Résumé | Accès restreint] 

Recréer, remodeler et étendre l’univers de Game of Thrones : le cas des cosplayers de la série

Alexis Trepier : Les publics face aux pratiques de queerbaiting : le cas de la série Gotham (Warner, 2014-2019) [Résumé | Accès restreint] / Audiences’ reactions to queerbating: a case study of the television series Gotham (Warner, 2014-2019)

Continuer la lecture de Parution : Études de communication n°59, “Réceptions des représentations médiatiques”

Appel à contributions : Quoi de neuf dans la Scandinavie médiévale ? Figures historiques et mythiques nordiques dans les cultures contemporaines (Caen)

Journée d’étude : Quoi de neuf dans la Scandinavie médiévale ? Figures historiques et mythiques nordiques dans les cultures contemporaines

24 novembre 2023, Bibliothèque Alexis de Tocqueville, Amphithéâtre, Caen

Équipe ERLIS, Université de Caen Normandie, Programme de recherche : « Figures emblématiques, mythiques et légendaires dans les cultures contemporaines : récits du passé et réinterprétations »
 
Organisée en partenariat avec le festival Les Boréales 
et la Bibliothèque Alexis de Tocqueville
 
Responsables : Annelie Jarl Ireman, Simon Lebouteiller 

Retour des propositions : 21 avril 2023
Envoi des propositions : simon.lebouteiller@unicaen.fr 

La Scandinavie médiévale nous a légué un patrimoine historique et culturel remarquable. Cette période a notamment été marquée par le phénomène viking qui, entre la fin du VIIIe siècle et le milieu du XIe siècle, a vu un accroissement des contacts et des échanges entre les Scandinaves et les autres Européens. Les vikings ont alors eu une influence déterminante dans le développement historique de nombre de régions du continent et au-delà, la fondation du duché de Normandie en étant un exemple emblématique. À l’époque médiévale, l’Europe du Nord a aussi été le berceau d’une culture matérielle riche, ainsi que d’une littérature florissante. C’est plus particulièrement autour du XIIIᵉ siècle que sont rédigées les œuvres les plus célèbres, telles que les fameuses sagas islandaises, les Gesta Danorum de Saxo Grammaticus ou encore le corpus mythographique des Eddas.

À l’époque contemporaine, ce patrimoine est devenu une source d’inspiration inépuisable et l’objet de réinterprétations constantes. Dans l’Europe du Nord du XIXe siècle, le romantisme a notamment fait du Moyen Âge un véritable Âge d’or autour duquel devaient se consolider les identités nationales, tandis que la figure idéalisée du viking devenait l’incarnation de la force, du courage et de l’aventure. Au XXe siècle, la connaissance historique sur le Nord médiéval s’est affinée grâce à une lecture plus critique des sources et à l’apport de l’archéologie, la recherche récente, par exemple à travers la notion de diasporas, permettant d’ailleurs d’envisager les installations vikings non pas comme un phénomène exclusivement perturbateur, mais comme l’occasion de rencontres et d’échanges entre les cultures. Toutefois, cette matière continue de fasciner les contemporains comme le montrent la richesse et la diversité de la production culturelle s’en inspirant. Du film The Northman (2022) au jeu vidéo Assassin’s Creed Valhalla (2020), en passant par l’imagerie du rock metal et la littérature, c’est une multitude de supports qui mobilisent et réinventent cet imaginaire. En particulier, certaines figures historiques, légendaires et mythologiques, telles que Ragnar Lodbrok ou les divinités Odin, Thor et Loki, traversent les époques et le succès rencontré par les productions les mettant en scène — la série Vikings entre 2013 et 2020, les films Marvel… — illustre l’intérêt continu que le public leur porte. Dans le même temps, en écho avec les questions de société, la matière du Nord médiéval est également le support de réflexions et de débats toujours renouvelés, en témoignent les récentes discussions sur l’existence supposée de femmes-guerrières à cette époque à la suite de la réévaluation des données archéologiques. 

Cette journée d’étude se propose d’explorer les divers usages et réinterprétations des vikings et de la littérature scandinave médiévale à notre époque, aussi bien en envisageant leur place dans la production culturelle que leur évocation dans les débats sociétaux et historiographiques actuels. Pourquoi cette matière continue-t-elle de fasciner ? Comment les figures historiques et mythiques issues du Moyen Âge scandinave évoluent-elles et sont-elles réactualisées ?  Quel sens et quelle fonction leur attribue-t-on aujourd’hui ?

Les propositions de communication d’environ 400 mots, accompagnées une courte bio-bibliographie, sont attendues au plus tard pour le 21 avril 2023 et à retourner à l’adresse suivante : simon.lebouteiller@unicaen.fr.

Appel à contributions : Le journalisme de cinéma en France : mises en perspective historique (Saint-Germain-la-Blanche-Herbe)

Journée d’études : Le journalisme de cinéma en France : mises en perspective historique

Vendredi 7 avril 2023, Abbaye d’Ardenne, Institut Mémoires de l’édition contemporaine, Saint-Germain-la-Blanche-Herbe

Échéance des propositions : 8 janvier 2023

 Si de nombreux travaux se sont intéressés à la critique consacrée en France au « Septième art », celle-ci est loin d’épuiser la richesse des écrits parus dans la presse sur le cinéma. Quand Robert Florey nous introduit chez Ruth Roland, « la Reine des sérials »[1], ou quand Suzanne Chantal relate le tournage de L’Espoir de Malraux, auquel elle assiste durant la Guerre d’Espagne[2], ni l’un ni l’autre ne font œuvre de critique. Leur travail relève en revanche du journalisme de cinéma. On définira ce dernier ici comme l’ensemble des activités ayant pour objet la rédaction de contenus dédiés au cinéma et dont la presse constitue le lieu de diffusion, incluant de facto la critique sans s’y limiter. Ce sont ces activités et ces contenus, dans toute leur diversité, que propose d’aborder cette journée d’études, en se focalisant sur celles et ceux qui ne relèvent pas de la critique, sans se priver d’interroger pour autant les rapports qu’ils entretiennent avec elle. L’attention portée à cette dernière a conduit en effet à une sélection drastique des textes, privilégiant ceux qui traitent des films et des auteurs au détriment des nombreux autres aspects que recouvre le « phénomène “cinéma” » (Rick Altman) ; elle a orienté ainsi les recherches tantôt vers l’étude de la théorie et de la pensée du cinéma, tantôt vers celle de la réception. La presse a également été fréquemment mobilisée pour travailler sur des thématiques variées, au sujet desquelles elle apporte une mine d’informations. Cet appel à communications invite à s’intéresser au journalisme de cinéma comme objet d’étude à part entière. On cherchera de la sorte à comprendre ce que ce journalisme nous apprend sur la manière dont le cinéma a été perçu, vécu, transmis, sur les représentations qui y ont été associées et sur le rôle social et culturel qu’il a pu jouer, de ses débuts à la veille des bouleversements induits par le développement d’Internet à partir de la fin des années 1990. 

Il s’agira pour ce faire de se déprendre des catégories de « populaire » et de « savant », au travers desquelles sont généralement appréhendées les publications sur le cinéma, pour revenir sans a priori aux textes – et aux images – qui ont été les lieux d’élaboration et de transmission des cultures cinématographiques. Délaissant les critères d’approches inhérents aux processus de distinction, on travaillera ainsi sur des sources habituellement considérées comme illégitimes autant que légitimes. Les archives relatives à des titres de presse ou des individus particuliers, quand elles existent, gagneront à être explorées. Tous les types de presse pourront être envisagés : généraliste et spécialisée, quotidienne et à périodicité plus espacée, corporatiste et cinéphile, prenant la forme de journaux, de revues ou de magazines. La journée sera ouverte, en outre, à des propositions abordant d’autres médias – radio et télévision – sur lesquels le journalisme de cinéma a pu se déployer. Interdisciplinaire, elle a vocation à accueillir des travaux mobilisant, en les croisant ou non, des approches venues des études cinématographiques, de l’histoire ou encore des lettres. La période envisagée étant longue enfin, on veillera à interroger, dans le cadre des interventions individuelles ou bien collectivement, lors des échanges, les évolutions qu’a connues alors en France le journalisme de cinéma et les tournants qui en ont marqué l’histoire.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le journalisme de cinéma en France : mises en perspective historique (Saint-Germain-la-Blanche-Herbe)

Parution : Les sons de l’exotisme au cinéma. Bruits, voix, musiques

Amandine D’Azevedo, Térésa Faucon, Anne Kerlan, Marion Polirsztok (dir.), Les sons de l’exotisme au cinéma. Bruits, voix, musiques, Éditions Mimésis, 2021.

Quel bruit fait l’exotisme dans les films ? Comment double-t-on un accent ou traduiton une spécificité langagière et culturelle ? Comment le cinéma fait-il parler l’Autre ? Comment recycle-t-il et invente-t-il des « clichés sonores » de l’exotisme avec ses bruits, ses sons, ses rythmes ? Et à l’inverse, comment impose-t-il le silence à des corps, des objets, des lieux ? Ce livre collectif est l’occasion d’étudier ces interactions de l’exotisme entre écoutant et écouté. L’exotisme n’est pas qu’un spectacle pour les yeux, il est également un spectacle pour les oreilles.

Parution : Musidora, qui êtes-vous ? (dir. C. Aurouet, M.-C. Cherqui et L. Véray)

Carole Aurouet, Marie-Claude Cherqui et Laurent Véray (dir.), Musidora, qui êtes-vous ?Paris, Éditions de Grenelle, coll. “Hors collection”, 2022.

Un éclairage complet et novateur sur une actrice, réalisatrice, productrice et artiste totale.

Musidora est considérée comme l’une des premières vedettes féminines du cinéma français. Sa photographie dédicacée sur la quatrième de couverture de ce livre, dans le costume moulant de l’héroïne du film à épisodes Les Vampires (1915) de Louis Feuillade, tout droit sortie du cabinet de curiosités d’André Breton, a traversé le temps pour devenir le symbole de la femme fatale. Mais cette image lascive de Catwoman des années 1910 doit être dépassée. Il importe en effet de découvrir ce que cache cette représentation de sa propre essence d’icône, soit qui fut réellement Musidora, au-delà de la fétichisation du personnage qu’elle incarna.
Telle est l’ambition de ce livre : proposer un éclairage complet et novateur sur cette actrice, réalisatrice, productrice et artiste totale, objet de fantasmes et femme d’avant-garde emblématique de l’émancipation féminine, qui continue à alimenter l’imaginaire collectif. L’ensemble est illustré par une iconographie inédite, permise par l’ouverture exceptionnelle des archives de Musidora.

Avec les textes de : Karine Abadie, Carole Aurouet, Caroline Barbier de Reulle, Anne Bléger, Didier Blonde, Lucas Bruneau, Patrick Cazals, Marie-Claude Cherqui, Béatrice de Pastre, Marc Durand, Hélène Fleckinger, Annette Förster, Christophe Gauthier, Anne-Élisabeth Halpern, Myriam Juan, Laurent Mannoni, Paola Palma, Sébastien Rongier, Pascal Roques, Laurent Véray, Christophe Viart.

Parution : Revue d’études culturelles, n°9, “Jouer Marilyn”

Revue d’études culturelles, n°9, “Jouer Marilyn”, septembre 2022.

Personnage de nombreuses fictions autant que de documentaires, image et icône, Marilyn Monroe pose un défi d’incarnation de taille quand elle est interprétée au théâtre. Comment « jouer » sur les planches cette image de cinéma dont le corps, la voix et le visage sont immédiatement reconnaissables ? Quelles actrices, pour jouer les nombreuses Marilyn – comédienne, chanteuse, femme – qu’elle a été ? À quoi joue-t-on, d’ailleurs ? Marilyn mise en jeu, c’est aussi rejouer la partie d’une Marilyn jouée par les hommes – producteurs, agents, journalistes… À travers des articles, des témoignages, des entretiens, des extraits de pièces, ce volume se propose de partir à la rencontre de ces « Marilyn de théâtre ».

Continuer la lecture de Parution : Revue d’études culturelles, n°9, “Jouer Marilyn”

Appel à contributions : Amitiés d’enfance. Littérature & cinéma (XIX-XXIe siècles) (Le Mans Université)

Colloque : Amitiés d’enfance. Littérature et cinéma (XIX-XXIe siècles) 

Le Mans-Université, 22-23 juin 2022

Organisé par Sylvie Servoise et Delphine Letort

Échéance des propositions : 15 décembre 2022

« Qu’est-ce que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais. Si je veux l’expliquer à qui me le demande, je ne le sais plus » s’interrogeait Saint-Augustin dans ses Confessions. À bien des égards, il en est de l’amitié comme du temps : tout le monde semble savoir plus ou moins ce qu’elle signifie, pour en faire et en avoir fait l’expérience directe, mais peine à la définir, tant paraissent poreuses les frontières avec d’autres types de relations humaines (à commencer par l’amour et la camaraderie) et épineuses les questions qu’elle soulève : que cherche-t-on chez l’ami/e, un miroir de soi ou un autre que soi ? L’amitié, que l’on présente souvent comme la rencontre élective entre deux êtres (« parce que c’était lui, parce que c’était moi… » pour reprendre la célèbre citation de Montaigne[1]) est-elle forcément exclusive et, inversement, la multiplication des amis est-elle nécessairement à comprendre comme un affadissement du lien amical ? Pourquoi d’ailleurs chercher et cultiver l’amitié : s’épancher, s’étendre hors de soi, ou au contraire trouver celui/celle qui vous comprendra, dans une logique de repli et de séparation d’avec le monde ? Vise-t-elle à assouvir certains de nos désirs ou besoins ou, au contraire, peut-on l’appréhender, à l’instar d’Aristote[2], comme une vertu fondamentalement altruiste, tournée vers le bien de l’ami/e ? On pourrait multiplier à l’envi ces questions, qui non seulement sont connues depuis longtemps – il suffit de songer à la longue tradition philosophique relative à la philia grecque et l’amitia latine[3] – mais qui font encore l’objet d’un regain d’intérêt depuis une vingtaine d’années, et tout particulièrement dans le champ des sciences humaines et sociales : philosophes, sociologues, psychanalystes, historiens, anthropologues, s’attachent à cerner les contours d’une notion qui est tout à la fois un concept philosophique, un sentiment, une valeur, mais aussi une pratique sociale, dont l’importance pour la construction psychique et l’intégration sociale de l’individu est de plus en plus étudiée[4].

Continuer la lecture de Appel à contributions : Amitiés d’enfance. Littérature & cinéma (XIX-XXIe siècles) (Le Mans Université)

Appel à contributions : L’Univers à l’écran au XXIe siècle : visible et invisible. 1: Nouvelles images astronomiques dans la fiction au XXIe s. Remploi, modélisation, création (Université Paris Cité / Aix-Marseille Université)

Journée d’étude : L’Univers à l’écran au XXIe siècle : visible et invisible – Première partie Nouvelles images astronomiques dans la fiction au XXIe siècle. Remploi, modélisation, création

CERILAC / APC / PCCP/ LESA

Université Paris Cité / Aix-Marseille Université

Échéance des propositions : 31 octobre 2022
 
20 janvier 2023 / Université Paris Cité

Le cycle de deux journées d’étude vise à proposer des approches pluridisciplinaires pour envisager les rapports entre les nouvelles représentations de l’Univers et le cinéma contemporain – cinéma entendu ici au sens large des images mouvantes –, en prenant en compte les transformations récentes de l’image en général, notamment le tournant numérique. Le cycle, centré sur l’image contemporaine, déclinera trois articulations différentes du cinéma avec les sciences et leur mise en images, sur deux journées.

L’appel à communication de la première journée se trouve en page 2. L’appel à communications de ladeuxième journée sera diffusé ultérieurement. Informations sur cette deuxième journée en page 3.

Comité d’organisation :

Panagioula (Julie) Kolovou (LESA, Aix-Marseille Université), Anastasia Rostan (CERILAC, Université Paris Cité), Chiara Santini Parducci (CERILAC, Université Paris Cité), Leïla Haegel (APC, Université Paris Cité)

Comité scientifique :

Emmanuelle André (CERILAC, Université Paris Cité) ; Elsa De Smet (Centre Georges Pompidou Metz) ; Antoine Gaudin (IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle) ; Thierry Roche (LESA, Aix- Marseille Université) ;Roland Lehoucq (IRFU, CEA)
 
Modalités de participation :

 Les propositions sont à envoyer au format .pdf à l’adresse suivante : universalecranxxi@gmail.com

Elles ne devront pas dépasser 500 mots et comporter une courte bio-bibliographie (100 motsmaximum). Les communications seront d’une vingtaine de minutes.

La date limite d’envoi des propositions pour la première journée est fixée au lundi 31 octobre 2022 (réponseen novembre 2022).
 
La journée se voulant pluridisciplinaire dans ses approches et pas seulement dans son objet, des contributions issues des disciplines des arts visuels/audiovisuels comme des sciences astrophysiques et astronomiques seront les bienvenues.
 
Les deux journées d’étude seront également accessibles par zoom.

Continuer la lecture de Appel à contributions : L’Univers à l’écran au XXIe siècle : visible et invisible. 1: Nouvelles images astronomiques dans la fiction au XXIe s. Remploi, modélisation, création (Université Paris Cité / Aix-Marseille Université)

Parution : Transcr(é)ation, n° 1: “L’Adaptation cinématographique. Approches théoriques”

Transcr(é)ation, n° 1, “L’Adaptation cinématographique. Approches théoriques”, 2022. 

Il appert que, de nos jours, un grand nombre des films produits sont des « adaptations » cinématographiques. Pourtant, la recherche concernant le dialogue texte-film est si peu avancée que l’adaptation n’est toujours pas, à ce jour, considérée comme une discipline à part entière et est reléguée aux marges des départements de cinéma. Quant aux chercheurs et chercheuses qui tentent d’en étudier les spécificités et les apports, et de théoriser sur ce qui pourrait s’avérer une discipline riche, ils ou elles auront toutes les peines du monde à se revendiquer de l’un etde l’autre des deux pôles (hypo vs hyper)— des études littéraires etcinématographiques.

Ce dossier se compose de plusieurs articles proposant des analyses originales du corpus et des dialogues texte/film. S’ajoute à ce panel, deux entretiens avec des personnes qui auront réfléchi, dans leur pratique ou de manière théorique, à la question de l’adaptation cinématographique.

Sommaire

Jeri English & Pascal Riendeau, “De la scène à l’écran. Les transformations des relations de pouvoir dans deux adaptations de François Ozon

Esther Hallé, “Adaptation et modernité dans le cinéma italien d’après-guerre. La Terre tremble (Visconti, 1948),La Fille de Parme (Pietrangeli, 1963)

Jessy Neau, “L’adaptation face à la sérialité. Réseaux, constellations, intertextualité

Marie Pascal, “La transcréation du fragment décolonial. Expérimenter dans Kuessipan de Naomi Fontaine (2011) et Myriam Verreault (2019)

Polina Rybina, “Condensation Recondensed. Memory Regimes in Film Adaptations

Maroua Médini, “Entretien avec le cinéaste égyptien Khairy Beshara sur Le Collier et le bracelet

Marie Pascal, “A Conversation with Linda Hutcheon on Film Adaptation

Journée d’études : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Mardi, 20. septembre 2022 – 8:4519:00
Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21 
Salle St Charles 2 Auditorium
 

Dimanche 18, lundi 19, mardi 20 et dimanche 25 septembre : Projections (cinéma Diagonal  / cinéma Nestor Burma)

Mardi 20 septembre : journée d’étude, Université Paul-Valéry Montpellier 3, site Saint-Charles 2, Auditorium

Cette journée d’études se propose d’étudier un genre – la comédie – dans une perspective culturelle et socio-économique en insistant sur les spécificités de sa diffusion, de sa médiatisation et de sa marchandisation dans ses espaces d’exploitation contemporains. Dans un souci d’efficacité, nos investigations se limiteront à la production de comédies en France et s’attacheront aux films les plus populaires, avec une acception volontairement large et diachronique de cet adjectif et de ses différentes expressions (nombre d’entrées important en salles et/ou ventes conséquentes du film sur supports physiques ou dématérialisés, rediffusions régulières à la télévision avec audience significative, présence soutenue du personnel artistique dans les médias, publication abondante d’ouvrages grand public attachés à ces œuvres, reprises sur internet, exposition et programmation en cinémathèque, valorisation institutionnelle, etc.). En abordant autant des comédies contemporaines que plus anciennes, nous essaierons de saisir la diversité de leurs espaces de diffusion et de rediffusion aujourd’hui. Nous nous efforcerons tout particulièrement de décrire et de comprendre les stratégies économiques et les enjeux socio-culturels sous-jacents à ces médiatisations. En d’autres termes, nous nous demanderons ce que ces espaces « font » aux films, de quelle manière ils leur administrent plus ou moins consciemment une valeur et orientent leur approche.

Télécharger le programme

Continuer la lecture de Journée d’études : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises (Université Paul-Valéry Montpellier 3)