Archives par mot-clé : film studies

Call for book chapters: Class Conflict in 21st Century Science Fiction Film

Under Strong Interest by McFarland’s “Critical Explorations in Science Fiction and Fantasy” series

Clôture des soumissions (abstracts) :  30 juin 2024

Sous la direction de Cenk Tan & Mikail Boz

Science fiction cinema is about a new idea or novum (Suvin) and the impact of technology on our lives, and although it often looks into the future, it is also about the present, reflecting the problems of our time (Schlobin). These visions and phantasmas and their realism bring science fiction into intense interaction with other genres, from comedy to horror, from fantasy to thriller. As in every major genre, science fiction has a great power in visualizing social structure (Cornea). The forms of interaction between people, or between people and other things, are also of a social nature, and class relations are in one way or another at the center of every situation in which science fiction depicts possibilities (Roberts).

Continuer la lecture de Call for book chapters: Class Conflict in 21st Century Science Fiction Film

Appel à communications : Autour du Grabuge : évocation des films mystérieux, sulfureux, désavoués, oubliés, perdus (Orléans & en ligne)

Autour du Grabuge : évocation des films mystérieux, sulfureux, désavoués, oubliés, perdus

11 juin 2024

Orléans

Date d’échéance : 31 mars 2024

Journée d’étude organisée par Laurène L’HERMITE (CRHIA), Cécile CHANTRAINE-BRAILLON, (CRHIA) et Michel FERRY (Documentariste et Directeur du cinéma Les Carmes à Orléans).

Texte de l’appel :

En 1968, le cinéaste français Edouard Luntz (1931-2009) réalise Le Grabuge, film franco-brésilien, produit par la 20th Century Fox et scénarisé par le sociologue rochelais Jean Duvignaud (1921-2007). Le film, l’auteur et le scénariste ont un point commun : ils sont oubliés, voire reniés, en dépit du fait qu’ils ont laissé des traces dans la culture et le patrimoine français et même international. Il nous semble que remettre sur le devant de la scène ces œuvres et figures marginales et oubliées est légitime et éclairant dans un environnement culturel souvent enclin à la reproduction et au discours aseptisé. L’objectif de cette journée d’étude est non seulement de révéler un fragment du patrimoine cinématographique, mais aussi d’évoquer et d’encourager l’étude des origines mythologiques, des répercussions sociologiques, culturelles, géographiques,… des films mystérieux, sulfureux, désavoués, oubliés, perdus. Continuer la lecture de Appel à communications : Autour du Grabuge : évocation des films mystérieux, sulfureux, désavoués, oubliés, perdus (Orléans & en ligne)

Appel à contributions : Le roman d’espionnage (revue Fixxion)

Le roman d’espionnage

Date d’échéance : 1er juin 2024

 

Revue critique de fixxion française contemporaine, n°30 : « Le roman d’espionnage » 

Numéro coordonné par Chloé Chaudet et Alexandre Gefen

Texte de l’appel :

Scroll down for English version

« J’aimais Malko, le prince espion et pornographe de Gérard de Villiers, celui qui défendait l’Occident contre les Rouges » déclare Philippe Lançon dans Le Lambeau, lorsque sa blessure lui impose de se réfugier dans ses souvenirs. Mais rares sont les critiques de langue française osant, comme lui, faire une place à Gérard de Villiers (le créateur de SAS) ou à Jean et Josette Bruce (et leur héros OSS 117). Ne se réduisant pas à ces exemples bien connus, le roman d’espionnage constitue pourtant un genre à la fois extrêmement populaire, culturellement important et littérairement inventif. S’il s’avère moins canonisé que le roman policier ou le polar, les origines que l’on a pu lui attribuer ne sont pas moins nobles (L’Ancien Testament, L’Odyssée ou encore L’Art de la guerre). Et il n’est pas si difficile de montrer, à l’instar de Luc Boltanski dans Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes (Gallimard, 2012), qu’il engage une herméneutique du monde et du livre fondamentale pour la modernité occidentale, ou, tel Peter Szendy dans Sur écoute. Esthétique de l’espionnage (Minuit, 2007), qu’il expose des modes de perception originaux du devenir socio-historique. Continuer la lecture de Appel à contributions : Le roman d’espionnage (revue Fixxion)

Laurence RIU-COMUT (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

PRAG, Docteur en Littérature générale et comparée – Qualifiée aux fonctions de maître de conférences en 10e section

Laurence Riu-Comut est agrégée de Lettres modernes et docteure en Littérature générale et comparée. Qualifiée aux fonctions de maître de conférences en 10e section, elle est membre de l’équipe « Arts et savoirs » de l’unité de recherche ALTER (« Arts/Langages : Transitions et Relations ») à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, où elle enseigne en tant que PRAG. Elle a soutenu en 2022 une thèse de doctorat intitulée « Ce que les genres du cinéma font au roman contemporain. Formes et représentations du western et du film noir chez les romanciers des domaines français et anglo-saxon depuis 1980 », réalisée sous la direction d’Yves Landerouin à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Domaines de recherche 

  • Littérature et cinéma, littérature et séries, intermédialité, transmédialité
  • Roman contemporain des domaines français et anglo-saxon
  • Genres cinématographiques (film noir, western)
  • Roman policier en langues romanes, roman policier régional

Continuer la lecture de Laurence RIU-COMUT (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Parution : Cahiers de narratologie, n° 43, “Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel”

Cahiers de narratologie, n° 43, “Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel”, dir. Alain Boillat, 2023. 

Sommaire

Alain Boillat

Avant-propos – Le sériel à l’écran : diversité des pratiques, des formes et des supports [Texte intégral]

Sébastien Fevry et Adeline Werry

Entre collection et série narrative : l’ambiguïté sérielle des plaques de la lanterne magique. [Texte intégral]

Achilleas Papakonstantis

The Cisco Kid au pays du capitalisme médiatique [Texte intégral] La sérialité et sa fonction idéologique dans l’économie politique hollywoodienne

Valentine Robert

La démultiplication des points de vue ou le récit audiovisuel diffracté. Pour une théorie de la répétition narrative, entre POV-Sequel et effet Rashomon [Texte intégral]

Continuer la lecture de Parution : Cahiers de narratologie, n° 43, “Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel”

Parution : Le cinéma des midinettes. Cinémonde, ses « potineuses » et ses « potineurs » (1946-1967) (G. Sellier)

Geneviève Sellier, Le cinéma des midinettes. Cinémonde, ses « potineuses » et ses « potineurs » (1946-1967), Toulouse, Presses universitaires du Midi, coll. « En tous genres », 2023.

Entre 1946 et 1967, la rubrique hebdomadaire de courriers des lecteurs du magazine Cinémonde est le lieu d’expression d’un lectorat jeune, populaire et majoritairement féminin qui utilise le cinéma pour discuter de ses goûts et de ses aspirations. Le cinéma en France après la Libération devient le loisir favori de la jeunesse populaire, et les magazines spécialisés, comme Cinémonde, le plus diffusé d’entre eux, proposent un courrier des lecteurs et lectrices qui, au-delà de sa fonction de fidélisation, construit au cours des années 1950 une communauté de fans cimentée par le goût des acteurs et actrices et l’amour des films comme leçons de vie. Cet ouvrage propose une exploration sur 20 ans de la rubrique hebdomadaire de Cinémonde, intitulée « Potinons », son évolution au cours de ces deux décennies, sa composition sociologique et genrée, le parcours de quelques « potineuses » et « potineurs », une analyse des préférences cinéphiliques des courriéristes, très majoritairement féminines, et la réception de quelques films français et hollywoodiens des années 1950 qui ont fait date pour ce public jeune et populaire, et enfin la rencontre avec la Nouvelle Vague au tournant des années 1960. Cette rubrique se révèle en particulier une source sans équivalent pour documenter des formes de cinéphilie féminine et leurs spécificités par rapport à la cinéphilie dominante, quasi exclusivement masculine à l’époque.

 

Appel à contributions : Sēmēion Med, n°9, “Mythologie et idéologie dans le cinéma contemporain”

Sēmēion Med, n°9, “Mythologie et idéologie dans le cinéma contemporain”.

Échéance des articles : 20 novembre 2023

Historiquement, l’introduction de héros bibliques, mythiques ou légendaires dans le cinéma, inspirés de la mythologie, du conte merveilleux ou de la littérature est très ancienne, datant du film muet avec les personnages de Hercule, de son avatar Maciste dans le cinéma italien, et d’Ulysse. D’autres personnages mythiques ou bibliques vont s’y ajouter dans les péplums italiens et américains, tels les Ben-Hur de William Wyler (1959), Les Dix Commandements de Cecil B. DeMille (1958), Moise et Aaron de Danièle Huillet et Jean-Marie Straub (1974), Jésus de Nazareth de Franco Zeffirelli (1977), Le Roi David de Bruce Beresford (1985) ou encore Exodus : Gods and Kings de l’américain Ridley Scott (2014), Noah de Darren Aronofsky (2014). 

Dans le cinéma arabe, on peut citer les productions cinématographiques les plus marquantes, telles que le long métrage Arrissala [Le Message], film de référence dans le genre du syrien Moustapha Akkad (1976), décrivant la vie du Prophète de l’Islam Mūhammad [sws], Bilal, le Compagnon du Prophète Mūhammad. La naissance d’une légende, film d’animation émirati-saoudien de Khurram H. Alavi et Ayman Jamal (2016),Omar Ibn al-Khāttab [Compagnon du Prophète et Second Calife de l’Islam], série télévisée de 31 épisodes, co-produite par MBC Group et Qatar-Tv et réalisée par Hatem Ali. 

De manière générale, la transposition des mythes et des légendes, sacrés ou profanes, au cinéma proviennent de différentes sources, écrites pour la plupart :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Sēmēion Med, n°9, “Mythologie et idéologie dans le cinéma contemporain”

Appel à contributions : Théories et critiques du cinéma en situation(s) médiatique(s) en France, depuis la Seconde Guerre mondiale (Université de Caen)

Colloque international : Théories et critiques du cinéma en situation(s) médiatique(s) en France, depuis la Seconde Guerre mondiale

2 et 3 octobre 2023, Maison de la recherche en sciences humaines, Université de Caen

Échéance des propositions : 15 mai 2023

sous la direction de Nataliya Puchenkina (2L2S, Université de Lorraine, Metz) et Valérie Vignaux (LASLAR, Université Caen Normandie)


Les théories du cinéma, avant l’introduction à la fin des années 1970 des études cinématographiques à l’université, ont principalement été élaborées par des critiques, personnalités qui, à l’aune de l’actualité des films, s’interrogeaient sur les caractéristiques esthétiques du cinéma, ses particularités médiatiques ou sa vocation historique. Les périodiques ont gardé trace de ces débats d’idées énoncés à la suite de la présentation de films ou lorsque ceux-ci faisaient « événement » en raison de leurs qualités formelles ou parce qu’ils étaient en contradiction avec des conventions morales ou sociétales (interdits par la censure, par exemple). 

Dans l’historiographie du cinéma, l’étude de la critique s’est donc logiquement imposée comme un champ d’investigation de premier plan comme le soulignent les importantes recherches qui lui ont été consacrées depuis une dizaine d’années. Des groupes de recherches ont été créés[1]; des colloques internationaux[2] ont été organisés ; des thèses soutenues[3] ; des anthologies sont parues et, à la suite du financement par l’ANR de programmes de recherche[4] quelques rares bases de données[5] ont été réalisées. Analyses qui ont entre autres, permis d’observer l’élaboration progressive de définitions du cinéma, fonction d’une prévalence donnée au sein du dispositif cinématographique à l’œuvre filmée ou au spectateur, c’est-à-dire à l’esthétique ou à l’éthique. Ce colloque entend également poursuivre des investigations récentes entreprises à l’université de Caen Normandie, en l’occurrence le programme pluridisciplinaire « Des critiques : frontières et dialogues des discours critiques et des champs disciplinaire » (2019 à 2022)[6] et les travaux sur le « Journalisme de cinéma »[7].

Dans la continuité de ces recherches nous souhaitons à présent associer à l’étude des discours sur le cinéma dans la presse périodique  d’autres espaces médiatiques, en l’occurrence : la radio, la télévision ou le web. À l’aune de ces techniques et supports nous observerons comment les médias peuvent – ou non – être envisagés comme (co)producteurs des discours sur le cinéma. Bien plus que de simples diffuseurs de paroles ou d’images, les médias agissent comme des espaces de transformation, que cela soit à travers la transmission des connaissances ou encore en tant qu’outil de théorisation et de reconnaissance. Ainsi, peut-on considérer que la radio, la télévision ou le web ont influé ou influent sur la « légitimation » culturelle du cinéma ? Comment la mise en situation médiatique valorise-t-elle des manières de « parler » des films, des cinéastes et du cinéma ? Comment, à l’inverse, les codes cinématographiques façonnent des modes d’énonciation des discours lorsqu’ils sont formulés au sein d’autres espaces médiatiques comme par exemple les émissions radiophoniques sur le cinéma ? Comment interroger les frontières poreuses entre des discours savants, promotionnels ou de vulgarisation ? Enfin, peut-on envisager la présence du cinéma dans ses différentes situations médiatiques à travers le prisme des pratiques d’influence (choix des contenus diffusés, effacement de frontière entre le populaire et l’élitiste) ?

Interroger les discours théoriques ou critiques sur le cinéma en situations médiatiques nous incite à solliciter nombre de sources qui sont encore peu explorées voire inédites. On s’intéressera à la dimension patrimoniale d’émissions de radio, de télévision, numériques, en tant qu’elles sont des supports de conservation et d’enregistrement. Comment ces programmes peuvent-ils concourir à l’écriture de l’histoire du cinéma et à la transmission de l’expertise artistique et technique ? On songe en particulier aux émissions diffusées à la radio ou à la télévision période ORTF et au-delà et dont une grande partie est aujourd’hui rendue disponible à l’Inathèque ; aux archives de la Cinémathèque d’enseignement préservées à l’université Sorbonne nouvelle ou celles de la radio-télévision scolaire désormais sur Gallica.

Plus largement, il s’agira d’analyser les diverses approches possibles de ce type de source, dont la nature composite (document testimonial / objet artistique / support de formation ou d’articulation des modes de pensées) pourrait ouvrir de nouvelles perspectives réflexives. On interrogera ainsi les conditions d’émergence des styles des critiques et des théories cinématographiques lorsqu’elles sont les produits de supports hybrides ou intermédiaux, tels que les documentaires télévisuels sur le cinéma, à la radio ou sur le web.

Ce colloque a donc pour ambition de contribuer, à partir des différentes analyses présentées, aux réflexions sur la configuration ou reconfiguration des discours critiques et des pensées sur le cinéma à l’épreuve des transformations technologiques et médiatiques et des nouveaux supports de diffusion (radio, TV, réseaux sociaux, plateformes …) en France des lendemains de la Seconde guerre à la période contemporaine.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Théories et critiques du cinéma en situation(s) médiatique(s) en France, depuis la Seconde Guerre mondiale (Université de Caen)

Appel à contributions : Chinese Science Fiction Cinema

Chinese Science Fiction Cinema

Deadline : May 1, 2023

Submissions are invited for a special issue on Chinese Science Fiction (SF) cinema. Articles addressing cinematic works from all periods and Sinophone regions are welcome. Topics may include, but are not limited to, themes of travel and transportation, gender and sexuality, communication and transmission, infection and contagion, and death and extinction, as well as time travel and uchronic narratives, ecological and environmental concerns, posthuman and non-human perspectives, and utopian, dystopian, and heterotopian visions. Attention to transmedial phenomena positioned at the interstices of cinema, television, literature, graphic novels, video games, etc., are also encouraged.

  • Deadline for abstracts (300-500 words, excluding references): May 1, 2023
  • Abstract decisions: June 1, 2023
  • Submission of full manuscripts (6000-8000 words): September 1, 2023
  • Resubmission of manuscripts with corrections: December 1, 2023
  • Publication: 2024

Abstracts of this special issue should be sent to the guest editor Carlos Rojas (c.rojas@duke.edu) no later than 1st May 2022. Any inquiries should be addressed to the guest editor as well.

Appel à contributions : 50th Anniversary of William Goldman’s The Princess Bride

50th Anniversary of William Goldman’s The Princess Bride

Deadline : April 1st, 2023

Signum University Press is pleased to announce a call for papers in honor of the 50th anniversary of William Goldman’s The Princess Bride, to be released in 2024 and edited by Faith Acker and Maggie Parke. We welcome papers by experienced and renowned or young and emerging scholars, of all nationalities, genders, identities, and colors. Interested contributors may submit a 500-word abstract in English by 1 April 2023 to press@signumu.org. Full drafts of maximum 10,000 words will be due by 1 October 2023.

While existing academic scholarship on The Princess Bride is sparse, contributions should draw upon secondary criticism in relevant areas to situate their essays within existing critical conversations. The editors are happy to discuss options with prospective and accepted authors.

While we are open to all approaches to the text and film, some starting points might include:

  • Connections to traditions of folklore and fairy tales

  • Connections to Goldman’s larger literary or cinematic canon

  • Goldman’s frame narrative

  • Critical (feminist, racial, socioeconomic, etc.) readings of the text

  • Language and wordplay

  • Misogyny and/in satire

  • Cinematic adaptation

  • Fandom and the role of fandom

  • Afterlives of The Princess Bride

  • The Princess Bride as a cultural icon

We expect completed chapters to be released in serial form beginning in 2024. When serial release has concluded, the chapters will be published in eBook, audiobook, and printed codex formats.

The Signum University Press pays generous royalties: usually around 50% on net, which will be shared among all book authors and editors. Our authors are never asked to pay anything up front to offset publication costs. SUP also welcomes full book manuscripts on this and related topics. Learn more at https://press.signumuniversity.org/submissions/. For any further inquiries, contact us at press@signumu.org.