Archives par mot-clé : film studies

Parution : De la scène à la pellicule (dir. Rémy Campos, Alain Carou, Aurélien Poidevin)

Rémy Campos, Alain Carou, Aurélien Poidevin (dir.), De la scène à la pellicule. Théâtre, musique et cinéma autour de 1900, L’œil d’or, 2021. 

Au début XXe siècle, le cinéma naissant entretient des rapports étroits avec le spectacle vivant. Les procédés du théâtre, de l’opéra, de la féerie, du ballet ou du café-concert sont alors employés dans les théâtres de prise de vue, ancêtres des plateaux de tournage. Les artistes et techniciens qui construisent les décors, fabriquent les costumes ou réalisent les trucages cinématographiques œuvrent aussi dans les salles de spectacle à Paris et en province. Les metteurs en scène de cinéma ont souvent été régisseurs de théâtres. Devant la caméra, les acteurs reprennent les mêmes gestes expressifs que sous les feux de la rampe. Des histoires identiques sont racontées sur les scènes ou à l’écran. À chaque instant, le cinéma des premiers temps puise dans des traditions scéniques anciennes des ressources nouvelles. 

De la scène à la pellicule documente et interroge la théâtralité du cinéma en France, notamment à partir de productions du Film d’Art, réalisées entre 1908 et 1912. L’ouvrage contient une centaine d’illustrations, de nombreuses sources inédites et deux DVD. Pour trois des 20 films restaurés, l’accompagnement musical originel a été réinterprété, enregistré et synchronisé, permettant pour la première fois de retrouver les conditions de projection d’origine. La musique de L’Assassinat du duc de Guise (Camille Saint-Saëns) est jouée par l’orchestre de la Haute école de musique de Genève dirigé par Laurent Gay, celles de L’Empreinte ou La Main rouge (Fernand Le Borne) et du Retour d’Ulysse (Georges Hüe) sont interprétées au piano par Anne Le Bozec. 

Avec les contributions d’Iris Berbain, Rémy Campos, Alain Carou, Quentin Gailhac, Agnès Hospitalier, Priska Morrissey, Aurélien Poidevin, Valentine Robert, Frédérick Sully, Stéphane Tralongo et des entretiens avec Béatrice de Pastre, Anne Le Bozec, Laurent Gay et Didier Henry. 

2 DVD (pour une durée totale de 4 h 22 m) : L’Assassinat du duc de Guise – L’Empreinte ou La Main rouge – Le Retour d’Ulysse – La Main – Un duel sous Richelieu – L’Enfant prodigue – Mireille – La Tour de Nesle – La Grande Bretèche – Une conquête – Moines et guerriers. Épisode du siège de Saragosse (1808) – Le Luthier de Crémone – Macbeth – Carmen – Lucien Fugère dans Don Juan – Jeanne Hatto dans Iphigénie en Tauride – Émile Cossira dans Roméo et Juliette – La Rançon du bonheur – Manon Lescaut – Œdipe roi. 

Parution : Les Spectateurs du cinéma Histoire des théories de la réception filmique (Emmanuel Plasseraud)

Emmanuel Plasseraud, Les Spectateurs du cinéma Histoire des théories de la réception filmique, Paris, Classiques Garnier, coll. “Recherches cinématographiques”, 2021

À travers l’histoire des théories de la réception filmique, de la période muette à nos jours, l’opposition idéologique entre collectivisme et individualisme transparaît dans la valorisation de la vision collective des films en salle ou de la dimension individuelle de l’expérience spectatorielle.

Table des matières

Parution : Les Superhéros. Que sont nos héros devenus ?

Frédérique Toudoire-Surlapierre, Sébastier Hubier (dir.), Les Superhéros. Que sont nos héros devenus ?, Le Murmure, 2021. 

Héritier syncrétique du vengeur masqué, du vigilante et du détective de hard boiled, un nouveau type de personnages a émergé avec la postmodernité avant d’étendre son influence dans notre hypermodernité : le super-héros. Dans le sillage des célèbres analyses d’Umberto Eco, de Claude Lalumière ou de Mark Shainblum, les auteurs de ce volume s’attachent à l’étude des nouveaux modes d’expression héroïques au cinéma, dans les romans, les comics, les roman-graphiques, les séries télévisées, la culture gaming et autres nouvelles médiatisations culturelles. Alors que le parcours initiatique des personnages d’antan correspondait surtout à une « consolation héroïque » (Ivanhoe de Walter Scott, Les Trois Mousquetaires, Le Comte de Monte-Christo d’Alexandre Dumas et même, d’une certaine façon, Ulysses de Joyce), nos héros contemporains sont avant tout des héros masqués, jouant et rejouant sans cesse leur existence pour prouver leur grandeur d’âme aussi bien que leur hyper-puissance technique et technologique. Leurs pouvoirs sont certes souvent surnaturels – ils sont, surtout, littéralement anormaux ; et ils ont disséminé dans les fictions d’aujourd’hui sous des formes si variées et si changeantes qu’ils n’est possible de les analyser que dans une perspective transdisciplinaire confrontant et articulant des disciplines académiques ET non-académiques – seule manière de cerner la complexité du monde actuel postpop, postcolonialiste, poststructuraliste, postféministe, postmarxiste, postapocalyptique, posthumaniste et, indéniablement, postlittéraire. Que sont donc nos héros devenus ? C’est cette question qu’abordent les auteurs de ce volume croisant, outre la littérature comparée, les sciences politiques et les champs de la théorie générique et fictionnelle, les fameuses studies : ethnic studies, women’s/ feminist studies, cultural studies, science & technology studies, gender & queer studies, media studies et, bien sûr, cartoon studies.

Continuer la lecture de Parution : Les Superhéros. Que sont nos héros devenus ?

Appel à contributions : “Analyser la représentation des objets techniques : les formes filmiques au prisme des appareils de vision et d’audition” (Université Rennes 2)

Analyser la représentation des objets techniques :
les formes filmiques au prismes des appareils de vision et d’audition

Université Rennes 2, 2 et 3 juin 2022

Colloque final du projet ANR Beauviatech (Des techniques audiovisuelles et de leurs usages : modalités historiques, esthétiques et pratiques – Jean-Pierre Beauviala et la société Aaton)

Échéance des propositions : 8 février 2022

Sous la responsabilité scientifique de
Élisa Carfantan, Simon Daniellou, André Gaudreault, 
Laurent Le Forestier, Marie Marquelet, Jean-Baptiste Massuet,
Gilles Mouëllic et Éric Thouvenel

Contexte général institutionnel

Ce colloque émane du programme de recherche BEAUVIATECH, partie française du programme international TECHNÈS (Des techniques audiovisuelles et de leurs usages : histoire, épistémologie, esthétique). Né à l’université Rennes 2 en 2013 et associant au Canada, en Suisse et en France trois universités (Montréal, Lausanne, Rennes 2), quatre écoles de cinéma (Institut National de l’Image et du son/INIS à Montréal, École Cantonale d’Art de Lausanne/ECAL, La Fémis et l’ENS Louis-Lumière à Paris) et trois cinémathèques nationales (Cinémathèques québécoise, suisse et française), le programme TECHNÈS travaille à repenser l’histoire du cinéma et ses méthodes en étudiant les techniques et technologies qui ont accompagné les mutations du médium. Après un colloque consacré à l’immersion au cinéma (mai 2021), puis un autre s’intéressant à la transition argentique/numérique (décembre 2021), il s’agit pour ce colloque final du programme d’appréhender la technique sous l’angle de sa représentation au sein des films eux-mêmes, c’est-à-dire d’un point de vue principalement esthétique et culturel.

Appel à communications 

Prenant part à la vaste série de recherches engagées depuis une dizaine d’années dans le champ des techniques et technologies audiovisuelles, les programmes Beauviatech et Technès se sont souvent attachés jusqu’ici à décrire le rôle des techniques et des machines de cinéma dans le cadre de la fabrication des films ou de leur diffusion, mais ils se sont moins fréquemment interrogés sur le statut de la technologie en tant qu’objet de représentation au sein des films, et son impact sur les formes cinématographiques. Nombreuses sont pourtant les œuvres qui font entrer leur mise en scène en résonance avec des imaginaires technologiques suscités par la présence d’appareils singuliers dans la diégèse, notamment quand ils ont trait à la vision et/ou à l’audition. Caméras, postes de télévision, appareils photo, photocopieuses, ordinateurs, magnétoscopes, (vidéo)projecteurs, téléphones fixes ou mobiles, radios, cibis, talkie-walkies, magnétophones, appareils de diffusion de la musique (gramophones, tourne-disques, chaînes hi-fi, radios, baladeurs) mais aussi télescopes, microscopes et autres appareils scientifiques producteurs d’images, sont autant de machines à voir et/ou à entendre, autant d’objets techniques qui interrogent nécessairement les modes de représentation liés aux formes filmiques, tout autant que la place du film dans un contexte technologique plus vaste dont le cinéma constitue, à différentes époques et selon différentes modalités, une caisse de résonance privilégiée.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Analyser la représentation des objets techniques : les formes filmiques au prisme des appareils de vision et d’audition” (Université Rennes 2)

Parution : Théories de l’adaptation (ACTA FABULA)

“Théories de l’adaptation”, Acta Fabula, Dossier critique n°62.

Coordonné par Laure Cordonier (Université de Lausanne), ce soixante-deuxième dossier critique d’Acta fabula vient se faire l’écho de l’actuelle effervescence des études sur l’adaptation cinématographique. Les ouvrages récents sur la question, et ceux qui en rendent compte ici, désertent la voie classique, qui visait à comparer le film à sa source livresque pour évaluer la fidélité de l’adaptation, au profit d’angles d’approche plus divers et plus larges. Le moment est sans doute venu d’adapter les théories de l’adaptation.

Parution : Le regard féminin. Une révolution à l’écran (Iris Brey)

Iris Brey, Le Regard féminin. Une révolution à l’écran, Points, 2021

On se souvient de la légendaire robe soulevée par le vent de Marilyn Monroe dans Sept ans de réflexionou encore du bikini de Halle Berry, la célèbre James Bond girl, dans Meurs un autre jour. Devenues cultes, ces scènes ont marqué l’histoire du cinéma. De quoi ces images sont-elles le nom ? Depuis toujours, les femmes sont filmées comme des objets de plaisir, les privant de pouvoir au profit du regard masculin et de ses désirs. Pour faire face à ce male gaze majoritaire, Iris Brey montre comment s’est élaboré un regard féminin au cinéma et interroge le sens caché des images. Un essai crucial déjà considéré comme un classique.

Autrice et journaliste, Iris Brey collabore à de nombreux médias (Les Inrockuptibles, Mediapart, France Culture, Canal+…) et s’est imposée comme l’une des spécialistes françaises de la question du genre au cinéma et dans les séries.

Lire un extrait

Appel à contributions : Rubrique Hors dossier de la revue Captures

La revue à comité de pairs (RAC) Captures (www.revuecaptures.org) invite les chercheur.e.s en études littéraires et cinématographiques, en sciences humaines, en histoire de l’art ou en arts visuels et médiatiques à soumettre un article pour publication dans la rubrique Hors dossier de l’un de ses prochains numéros. 

Les articles paraissant dans cette rubrique traitent de problématiques liées aux figures, théories et pratiques de l’imaginaire, sans limitations territoriales ou nationales. D’une longueur de 5000 mots environ, ils sont soumis à un processus d’évaluation par les pairs à double insu.

Affiliée au Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire Figura (Université du Québec à Montréal), Capturese st une revue francophone accueillant aussi des publications écrites en anglais. Elle paraît deux fois l’an. Les articles parus dans Captures mettent en valeur la dimension théorique et culturelle des rapports que le sujet entretient avec le monde contemporain. Cette relation s’établit à travers des figures et des mythes, des fictions et des croyances, des représentations sociales, culturelles et des mutations technologiques, des textes et des images, des lieux et des interfaces numériques, autant de formes et de phénomènes constitutifs d’un imaginaire contemporain.

Toute proposition s’effectue par courriel à revuecaptures@gmail.com

Le protocole de soumission se trouve au bas de cette page [document « Publier un article HD »] : 

http://www.revuecaptures.org/page/protocoles

Parution : Sociologie du cinéma (Philippe Mary, Aurélie Pinto)

Philippe Mary, Aurélie Pinto, Sociologie du cinéma, La Découverte, 2021. 

Comment le cinéma français est-il structuré ? Comment analyser le regard des différentes catégories de spectateurs ? Comment se fabriquent collectivement les films ? Comment le cinéma parle-t-il du monde social ?

Ce livre s’interroge sur la polarisation du cinéma français entre cinéma commercial et cinéma d’auteur. Il analyse ensuite la consommation des films à travers l’étude de la fréquentation des salles, des pratiques de visionnage et des préférences des publics, sans oublier le rôle des intermédiaires, distributeurs et salles de cinéma. Il montre également les modalités concrètes de fabrication des films, de constitution des équipes et les rapports de force (en termes de statut, de genre, etc.) propres aux différents métiers (techniciens, réalisateurs, producteurs et acteurs, diffuseurs, administrateurs, etc.). Enfin, il s’intéresse aux relations entre cinéma et sociologie : dans quelle mesure peut-on considérer le cinéma comme un mode de connaissance du monde social ?

Lire un extrait 

Continuer la lecture de Parution : Sociologie du cinéma (Philippe Mary, Aurélie Pinto)

Parution : 21st Century Retro: Mad Men and 1960s America in Film and Television (Debarchana Baruah)

Debarchana Baruah, 21st Century Retro: Mad Men and 1960s America in Film and Television, transcript-Verlag, 2021. 

Numerous contemporary televisual productions revisit the past but direct their energies towards history’s non-events and anti-heroic subjectivities. Debarchana Baruah offers a vocabulary to discuss these, using Mad Men as a primary case study and supplementing the analysis with other examples from the US and around the world. She takes a fundamentally interdisciplinary approach to studying film and television, drawing from history, memory, and nostalgia discourses, and layering them with theories of intertextuality, paratexts, and actor-networks. The book’s compositions style invites discussions from scholars of various fields, as well as those who are simply fans of history or of Mad Men.

Debarchana Baruah is a cultural theorist at the American Studies department, University of Tübingen. She completed her doctoral studies at the Heidelberg Center for American Studies, Heidelberg University and received her B.A., M.A., and M.Phil. degrees in English Literature from the University of Delhi. She is interested in US popular cultures, film and television, memory cultures, food cultures, and immigration histories.

Parution : Trauma & Memory. The Holocaust in Contemporary Culture (dir. Christine Berberich)

Christine Berberich (ed.), Trauma & Memory. The Holocaust in Contemporary CultureRoutledge, 2021. 

Over the past decades, the memory of the Holocaust has not only become a common cultural consciousness but also a cultural property shared by people all over the world. This collection brings together academics, critics and creative practitioners from the fields of Holocaust Studies, Literature, History, Media Studies, Creative Writing and German Studies to discuss contemporary trends in Holocaust commemoration and representation in literature, film, TV, the entertainment industry and social media.

The essays in this trans-disciplinary collection debate how contemporary culture engages with the legacy of the Holocaust now that, 75 years on from the end of the Second World War, the number of actual survivors is dwindling. It engages with ongoing cultural debates in Holocaust Studies that have seen a development from, largely, testimonial presentations of the Holocaust to more fictional narratives both in literature and film. In addition to a number of chapters focusing in particular on literary trends in Holocaust representation, the collection also assesses other forms of cultural production surrounding the Holocaust, ranging from recent official memorialisation in Germany to Holocaust presentation in film, computer games and social media. The collection also highlights the contributions by creative practitioners such as writers and performers who use drama and the traditional art of storytelling in order to keep memories alive and pass them on to new generations.

The chapters in this book were originally published as a special issue of Holocaust Studies: A Journal of Culture and History.