Archives par mot-clé : film catastrophe

Appel à communications : Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Colloque international, Université Jean Monnet, Saint-Étienne

ECLLA (Études du Contemporain en Littératures, Langues et Arts)

18 et 19 mai 2021

La catastrophe du 11 septembre 2001 marque, de façon spectaculaire, l’entrée dans le XXIe siècle, inaugurant « l’irruption du possible dans l’impossible » (Jean-Pierre Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé). Depuis, l’essor des thèses déclinistes, de la collapsologie ou de l’effondrisme, a engendré une prolifération de discours et d’images qui prédisent la fin de notre civilisation, anticipent les modalités de sa disparition, et imposent de penser la catastrophe avec une urgence renouvelée. En effet, l’heure ne semble plus à la conjecture ou à la prévision car le discours catastrophiste, que son relais soit scientifique, médiatique ou politique, ne cesse d’alerter sur la multiplication des catastrophes, nous invitant par là même à redessiner les contours d’une notion qui, jusque récemment, se caractérisait par sa dimension unique, inédite, et imprévisible. Signe que sa définition a déjà commencé à muter, la catastrophe est moins envisagée comme un dénouement ou une fin que comme une série de phénomènes sériels qui, par leur irruption répétée dans le quotidien, la placent dans une actualité permanente. Paul Virilio notait que notre société, à privilégier « inconsidérément le présent, le temps réel (…) met en œuvre l’immédiateté, l’ubiquité et l’instantanéité, met en scène l’accident, la catastrophe » (Paul Virilio, L’accident originel).

Employée au singulier, la catastrophe recoupe une pluralité de phénomènes imputables ou non à l’humain, qu’il s’agisse de désastres naturels, d’accidents nucléaires, d’attentats, ou encore de pandémies. Elle désigne non pas « un événement unique, mais un système de discontinuités, de franchissements de seuils critiques, de ruptures, de changements structurels radicaux » (Dupuy). En effet, elle relève moins d’un discours de l’après que d’un état d’alerte et de vigilance permanent à l’égard de phénomènes qui sont déjà en cours. Si, par son itération, l’aléa devient certitude, c’est également parce que la frontière entre le naturel et le culturel, instaurée par la Modernité occidentale, se dissipe, plus particulièrement depuis que les sciences de la terre ont pensé sous le terme d’anthropocène, créé par Paul J. Crutzen, ce moment charnière où l’être humain, par son action, est devenu le principal générateur de catastrophes, au risque d’évacuer le rôle de la contingence. À leur tour, les lettres et les arts explorent les problèmes conceptuels, éthiques et pratiques que pose cette « grande accélération » (John R. McNeill, The Great Acceleration), et, ce faisant, incitent à une réarticulation de notre rapport au temps, à l’espace, à l’image et au récit. Continuer la lecture de Appel à communications : Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Parution: A
rnaud Join-Lambert, Serge Goriely et Sébastien Fevry (dir.) L’imaginaire de l’apocalypse au cinéma

A
rnaud Join-Lambert, Serge Goriely et Sébastien Fevry (dir.)

L’imaginaire de l’apocalypse au cinéma

Paris : L’Harmattan, coll. « Structures et pouvoirs des imaginaires », 2012.

EAN 978229696971.

198p.

21EUR

Présentation de l’éditeur :

Apocalypse(s) ! Depuis ses débuts, le cinéma n’a cessé de projeter des images de fin du monde, de cristalliser sur grand écran les craintes suscitées aussi bien par le devenir collectif de l’humanité que par le sens de l’existence individuelle. Qu’il s’agisse d’une destruction planétaire filmée à grand renfort d’effets spéciaux ou d’un effondrement plus silencieux, les films apocalyptiques ne manquent pas de soulever les questions des fins dernières : Quel monde espérer après le chaos ? Qu’en est-il de la révélation ultime ? Au cinéma, ces interrogations prennent les formes les plus diverses, alimentant une création foisonnante où les allusions au texte biblique côtoient les références à des périls réels ou fantasmés. Pour se pencher sur cet imaginaire apocalyptique, sont ici conviés des chercheurs de différentes provenances (spécialistes de l’expression artistique et théologiens), offrant une approche plurielle et critique, à la mesure de la richesse et des enjeux de ce type de cinéma. Tandis que la première partie aborde, en une série de plans d’ensemble, les traits dominants du genre, notamment à travers le prisme du film-catastrophe, la seconde partie se resserre sur une suite d’études consacrées à la dimension apocalyptique présente dans l’oeuvre de réalisateurs marquants (Tarkovski, Herzog, Kieślowski, etc.) et de créateurs en art vidéo (Viola, Theys).

Cet ouvrage a été coordonné par des membres du Groupe de recherche Cinespi de l’université catholique de Louvain : Arnaud Join-Lambert, professeur à la faculté de théologie, Serge Goriely, docteur en lettres et chargé de cours au Centre d’études théâtrales, et Sébastien Fevry, docteur en sciences de la communication, chargé de cours invité à l’École de communication et professeur à l’Institut des arts de diffusion (IAD).

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=37108