Archives par mot-clé : fictions criminelles

Appel à communications : True Crime : hybridités d’un genre sériel populaire (Université Paris Cité et Université Sorbonne Nouvelle)

Colloque international “True Crime : hybridités d’un genre sériel populaire”

16 – 17 janvier 2025

Université Paris Cité et Université Sorbonne Nouvelle

Échéance des propositions : 12 juillet 2024

Organisé par Emmanuelle Delanoë-Brun (LARCA, Université Paris Cité) et Pierre-Olivier Toulza (CERILAC, Université Paris Cité)

Depuis le début des années 2000, les séries de true crime ont, sur les plateformes comme sur les chaînes de télévision américaines et européennes, permis de renouveler les genres criminels et policiers en ajoutant à l’attrait du fait divers une sophistication discursive autant qu’idéologique  caractéristique de la « complexité » propre aux séries télévisées contemporaines. Cette double spécificité leur permet de se démarquer de la concurrence dans un paysage médiatique où prospèrent les programmes et genres criminels et policiers. Autre élément de démarcation, les séries contemporaines de true crime entendent mettre en avant le sérieux et l’exhaustivité de projets documentaires au long cours que favorise le temps long de la forme sérielle. Il s’agit par ailleurs de faire œuvre de pédagogie sociale, en interrogeant les institutions judiciaires et policières autant que leurs environnements culturels au prisme du fait divers pour en éclairer souvent les manquements et dysfonctionnements, laissant émerger les inégalités, en particulier sociales ou raciales, mais aussi de genre et largement institutionnalisées, qui produisent les erreurs et injustices judiciaires. Mais ce mode de lecture « documentarisant » et cette utilité sociale directe permettent aussi aux séries de true crime de se distinguer des dramaspoliciers « de qualité », avec lesquels elles ont cependant en commun des procédés d’écriture scénaristique et de mise en scène. Continuer la lecture de Appel à communications : True Crime : hybridités d’un genre sériel populaire (Université Paris Cité et Université Sorbonne Nouvelle)

Appel à communicatioons : Pratiques et politiques de traduction dans les fictions criminelles 1945-1989 / Translation practices and policies in crime fiction 1945-1989 (Paris Nanterre)

Pratiques et politiques de traduction dans les fictions criminelles (1945-1989)

24-25 octobre 2024, colloque international

Université Paris Nanterre

Date d’échéance : 30 juin 2024

Texte de l’appel :

SCROLL DOWN FOR ENGLISH VERSION

Organisé dans le cadre du projet ANR POLARisation (https://polarisation.hypotheses.org/), en collaboration avec le Centre des Sciences des Littératures en Langue Françaises (CSLF), le Centre de Recherches Anglophones (CREA) et le Centre de Recherches Pluridisciplinaires Multilingues de l’Université Paris Nanterre (CRPM), le colloque entend éclairer le rôle de la traduction dans la formation et l’affirmation des collections de littérature policière et la perception des principales orientations du genre policier entre 1945 et 1989 principalement en France mais aussi, à titre de comparaison, dans d’autres pays.

Bon nombre de collections, telles « Le Masque », la « Série Noire » et « Un Mystère » ont dû leur essor à la traduction de romans étrangers, majoritairement britanniques et américains. La traduction a façonné l’identité de ces collections et, à travers elle, conditionné une certaine perception de la fiction criminelle et de ses principales catégories génériques. Les romans publiés y sont généralement le résultat d’une série d’opérations de sélection, de coupe, de réécriture, de domestication et de nivellement culturel et linguistique qu’une double analyse du système des traductions fait apparaître, en reconstruisant les conditions matérielles du processus de traduction ou en étudiant les choix traductifs au niveau linguistico-textuel. Continuer la lecture de Appel à communicatioons : Pratiques et politiques de traduction dans les fictions criminelles 1945-1989 / Translation practices and policies in crime fiction 1945-1989 (Paris Nanterre)

PARUTION : LES BELLES ÉPOQUES DE DOMINIQUE KALIFA

Arnaud Dominique Houtte (dir), Les Belles époques de Dominique Kalifa, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 2024.

Le brutal décès de Dominique Kalifa, le 12 septembre 2020, a été un choc inattendu pour ses proches, ainsi que pour ses collègues, lecteurs et étudiants. Professeur d’histoire du XIXe siècle à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, auteur d’une œuvre importante et largement discutée en France et à l’étranger, Dominique Kalifa a laissé une empreinte marquante, tant par ses livres et ses enseignements que par son inventivité méthodologique et son charisme personnel.
Conçu comme un hommage scientifique et amical, cet ouvrage rassemble 31 contributions, la plupart présentées lors du colloque organisé en Sorbonne (9-11 décembre 2021) dont ce volume rassemble et enrichit les actes. Sous la plume d’historiennes et d’historiens de plusieurs générations et de plusieurs pays, ce livre propose un portrait de Dominique Kalifa à travers la présentation et l’exploration de son œuvre et de ses sujets de prédilection.


On y discute donc de la notion d’imaginaire social ; on s’interroge sur les limites chronologiques du XIXe siècle ; on réfléchit à ce que les historiens peuvent tirer des images et des sons. On y parle surtout d’enquête et de crime, d’amour et de chrononymes, de mauvais garçons et de jeunes libérées. De Marseille au Mexique en passant par l’Italie et le Japon, on croise La Joconde, La grande illusion et les Peaky Blinders. Et plane sur l’ensemble l’ombre de Fantômas.

Table des matières

Continuer la lecture de PARUTION : LES BELLES ÉPOQUES DE DOMINIQUE KALIFA

Parution : Le Roman noir. Une histoire française (PUF)

Natacha Levet, Le Roman noir. Une histoire française, Paris, Puf, 2024.
 
Présentation
 
Le roman noir français est généralement considéré comme un héritier du récit hardboiled américain, né dans les années 1920. Pourtant, il est aussi le résultat d’une histoire française, d’influences littéraires diverses et de pratiques éditoriales qui ont « inventé » le roman noir. Après Mai 68, le roman noir français cultive en effet sa singularité et reconvertit le genre en acte critique, idéologiquement investi : parce qu’il se veut une radiographie critique et politique de la société, de ses institutions, voire un instrument d’intervention sociale, il remet résolument en cause le « roman national », donnant voix aux invisibles du temps présent et offrant un tombeau aux victimes muettes du passé.
 
Natacha Levet est enseignante-chercheuse à l’Université de Limoges, au sein du laboratoire EHIC (UR 13334).