Archives par mot-clé : fiction

Parution : La réalité de la fiction 2 (Sonny Perseil et Benoît Petitprêtre)

Sonny Perseil et Benoît Petitprêtre (dir.), La réalité de la fiction 2, L’Harmattan, Éditions Peppers, 2021

Ce nouvel ouvrage pousse encore plus loin la réflexion sur les relations entre fiction, narration, discours et récit. Trois pistes principales sont proposées : la performativité du témoignage ; la façon dont la fiction agit sur la gestion ; la compréhension de l’écart entre réalité et fictions. Pour saisir en profondeur ces éléments subtils qui fondent la réalité de la fiction, des thèmes aussi éclectiques que la comptabilité en bandes dessinées, les récits du mécénat, les usagers des transports publics, le docu-fiction, les séries TV, Harry Potter, René Char, le théâtre du réel, la peinture réaliste, la pornographie ou encore les palaces sont abordés. Évoluant en sciences de gestion, en science politique, en sociologie ou encore en philosophie, les chercheurs réunis ici s’inscrivent résolument dans l’interdisciplinarité, particulièrement féconde pour des objets de ce type.

Avec les contributions de Laurent Dehouck, Claire Edey-Gamassou, Nicolas- Xavier Ferrand, Lise Henric, Aldo Lévy, Aurélien Maignant, Marine Malet, Sonny Perseil, Benoît Petitprêtre, Mailys Poirel, Mohamed Rdali, Sébastien Rocher, Frédéric Roussille, Olivier Vidal et Nathanaël Wadbled.

Parution : La monstruosité en face. Les sciences et leurs monstres dans la fiction (Jean-François Chassay)

Jean-François Chassay, La monstruosité en face. Les sciences et leurs monstres dans la fiction, Presses Universitaires de Montréal, coll. « Cavales », 2021. 

 

Les monstres ont toujours existé, et on les représente au moins depuis l’Antiquité. Pourtant, ce terme qui était populaire il y a quelques décennies à peine est rarement énoncé de nos jours, sauf – essentiellement – dans une perspective morale (ou moralisatrice). On peut néanmoins trouver un sens à la monstruosité ; mais comment la définir de la manière la plus neutre possible ? On pourrait avancer, prudemment, qu’il s’agit d’un écart marqué par rapport à une norme qui elle-même varie en fonction du contexte culturel, social ou politique.

Le Frankenstein de Mary Shelley, la figure la plus ancienne examinée dans cet ouvrage, sert un peu de fil conducteur à ce parcours qui s’attarde sur des oeuvres de fiction dans lesquelles le monstre est pensé par la science et la technologie, ou plutôt par leur imaginaire souvent débridé. Dans ce cadre précis, le fantasme du monstre permet de diverses façons de se pencher sur des concepts comme ceux d’hybridité, d’altérité, de cyborg, d’animalité humaine et sur des rapports plus complexes que prévu entre nature et culture. Penser le monstre comme une figure épistémique pour réfléchir aux savoirs de tous les temps : un but ambitieux, que l’auteur de cet essai atteint sans encombre.

Jean-François Chassay est professeur au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal. Il a publié une trentaine de livres portant essentiellement sur les liens entre littérature et science, ainsi que sur l’américanité.

colloque : IA Fictions

IA Fictions

Du 3 au 5 juin 2021

Plateforme Zoom.  Lien Zoom unique pour assister aux débats et aux conférences ouverts à tous / Unique Zoom link to attend debates and conferences open to all

Organisé par Alexandre Gefen, Thalim, CNRS

Du 3 au 5 juin, IA Fictions est le premier colloque jamais organisé sur le thème de l’intelligence artificielle (IA) dans la fiction (littérature, séries, films, bande dessinée, jeux vidéo, arts plastiques) : on s’intéressera aux représentations de l’IA et à leurs significations ainsi qu’aux usages créatifs de l’IA pour produire et comprendre la fiction en textes, en sons, en images fixes et animées, comme en jeux vidéo.

C’est aussi un site Internet où vous pourrez écouter les conférences en vidéo, une exposition et une bibliothèque interactive.

Le colloque sera bilingue anglais/français. Continuer la lecture de colloque : IA Fictions

Webinaire Parodies audiovisuelles : « Silence, on détourne ! » (Jost)

François Jost, « Silence, on détourne ! »

14 mai 2021, 14h-15h30

Séance du webinaire Parodies audiovisuelles, organisé par le programme de recherche « Films et séries : Politiques des formes audiovisuelles » de l’unité de recherche RIRRA 21 (EA 4209), au sein de l’Université Paul Valéry Montpellier 3. Organisateurs : Sarah Hatchuel et David Roche.

Lien de connexion sur la page dédiée.

Présentation

Cette intervention part de la définition que Genette donne de la parodie : celle-ci est caractérisée par un critère fonctionnel (le ludique, par opposition au sérieux), un critère relationnel (la transformation vs l’imitation) et par son efficace dans des formes courtes.
Tous ces traits formels doivent être remis en cause pour penser les parodies audiovisuelles, notamment en raison de la métaphore du texte, qui, pour utile qu’elle fût, se révèle aujourd’hui insuffisante. À partir d’exemples filmiques ou télévisuels, on montre qu’il n’est guère de parodie sans imitation et qu’un aspect fondamental doit être pris en compte : le fait que l’activité parodique s’exerce in praesentia ou in absentia. Tout paramètre de l’image ou du son pouvant être parodié, le territoire de la parodie est immense. J’en recense ici différentes formes, plus ou moins identifiables ou compréhensibles selon les savoirs mis en jeu. Ce dernier critère permet de tracer une frontière entre parodies et mèmes.
Sémiologue et Professeur émérite en Sciences de l’information et de la communication de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, François Jost est l’auteur de nombreux livres sur la télévision et la sémiologie des médias. En savoir plus.

Parution : Architectures fictives (Eidôlon)

Eidôlon, n° 129 : « Architectures fictives« , sous la direction de Renaud Robert et Gaëlle Herbert de la Portbarré-Viard, Presses Universitaires de Bordeaux, 2021

Un intérêt renouvelé pour l’histoire des représentations de l’architecture a été éveillé par la floraison, depuis quelques années, de nouveaux supports d’image, dotés de moyens techniques nouveaux, grâce auxquels l’imaginaire architectural a pris une ampleur inédite : les jeux vidéo, les productions cinématographiques, la bande dessinée ou le roman graphique ont donné au décor une place prépondérante et l’architecture, mémorielle ou futuriste, y occupe une place de premier plan. Dès l’Antiquité, les architectures fictives jouent un rôle majeur dans le décor public ou privé ; aux époques médiévale et moderne elles investissent la littérature, mais aussi les arts visuels, notamment dans leur application aux décors feints du théâtre, des fêtes royales, des palais, voire même dans la peinture où les édifices imaginaires envahissent les arrière-plans.

Le présent volume a pour objet les rapports entre l’architecture et les autres arts à travers la question des architectures « rêvées », qu’il s’agisse de transposer l’architecture par le langage ou l’art pictural, ou d’imaginer des formes nouvelles entretenant avec les constructions existantes des rapports complexes, fondés sur l’emprunt, l’hybridation ou la réinvention.

Les contributions réunies couvrent un large éventail de manifestations artistiques (scénographie, installations, design, dessin, gravure) et de formes littéraires (poésie, roman, textes théoriques). Après une première publication consacrée à l’Antiquité, le volume est centré sur les époques moderne et contemporaine.

Continuer la lecture de Parution : Architectures fictives (Eidôlon)

Parution : Transhumanism and Posthumanism in Twenty-First Century Narrative (Baelo-Allué, Calvo-Pascual, ed.)

Sonia Baelo-Allué, Mónica Calvo-Pascual (ed.), Transhumanism and Posthumanism in Twenty-First Century Narrative, Routledge, 2021

Presentation

Transhumanism and Posthumanism in Twenty-First Century Narrative brings together fifteen scholars from five different countries to explore the different ways in which the posthuman has been addressed in contemporary culture and more specifically in key narratives, written in the second decade of the 21st century, by Dave Eggers, William Gibson, John Shirley, Tom McCarthy, Jeff Vandermeer, Don DeLillo, Margaret Atwood, Cixin Liu and Helen Marshall. Some of these works engage in the premises and perils of transhumanism, while others explore the qualities of the (post)human in a variety of dystopian futures marked by the planetary influence of human action. From a critical posthumanist perspective that questions anthropocentrism, human exceptionalism and the centrality of the ‘human’ subject in the era of the Anthropocene, the scholars in this collection analyse the aesthetic choices these authors make to depict the posthuman and its aftereffects.

Continuer la lecture de Parution : Transhumanism and Posthumanism in Twenty-First Century Narrative (Baelo-Allué, Calvo-Pascual, ed.)

Aurore Courte (Université Catholique de Louvain, Belgique)

Aurore Courte 

Doctorante – analyse des médias 

Parcours académique 

  • Licence en philosophie (distinction) – UCL – (2002). Mémoire : Aristote et le destin. Entre conscience tragique et tension vers l’action : un plaidoyer humaniste. 
  • Agrégation d’enseignement secondaire supérieur – UCL – (2002) 
  • Masters en information et communications Option : Analyse des Médias (grande distinction) – UCL – (2006). Mémoire : South Park et la morale 

Thèse en cours auprès de M. Lits et S. Sépulchre à l’UCLouvain. 

  • Analyse de séries télévisées sur le rapport entre individu et société. 
  • Lien entre investigation philosophique et analyse de fictions. 
  • Représentation contemporaine de l’individualité. 

Publications 

  • « South Park et la morale », in Recherches en communication, n°25, 2006 
  • « La crise en dérision », in Médiatiques, n°48, 2012 

Contact :  aurore.courte@uclouvain.be 

Table-Ronde publique: Archifictions #1 – Anticipations Archifictionnelles (Université de Strasbourg)

Archifictions #1 Anticipations Archifictionnelles

Mercredi 28 avril à 14h

En ligne : https://bbb.unistra.fr/b/sum-cca-m6s-ckt

Organisé par le Groupe de recherche Cultures visuelles de l’Unité de recherche ACCRA (3402) – Université de Strasbourg. Soutenu par les Unités de recherche ACCRA (3402) et Amup (7309) de l’Université de Strasbourg, et par l’ENSAS et l’INSA Strasbourg.

Présentation

Afin d’introduire cette série de réflexions au sujet des rapports entre architecture et fiction – série que nous avons choisi d’intituler Archifictions pour traduire notre intérêt à la fois pour les représentations architecturales au sein des œuvres de fictions et pour les fictions en tant que constructions intellectuelles susceptibles de produire des lieux communs – nous avons choisi pour thème l’anticipation. La première saison de cette série vise donc à interroger les manières dont nos sociétés se projettent dans le futur à travers certaines réalisations fictionnelles (qui seront ici principalement audiovisuelles) en mettant en avant le rôle joué par l’architecture ou l’espace urbain dans ces fictions. Bien sûr, si l’anticipation nous permet d’imaginer des mondes futurs, elle est avant tout un moyen de réfléchir notre présent : Quel monde sommes-nous en train de construire ? Que vont devenir nos constructions actuelles ? Comment seront-elles utilisées, poursuivies ou abandonnées par d’autres ? Tendent-elles à l’émancipation ou seront-elles vécues comme des contraintes ? Pour donner forme à ces questionnements qui, par la fiction, soumettent les réalisations humaines à l’épreuve du temps, les espaces urbains et autres constructions architecturales constituent des éléments de décor et d’intrigue assez spectaculaires. Ils opèrent à la fois comme le symbole de la construction humaine (ils en sont la manifestation, la structure visible à de multiples échelles) et comme un aspect de la vie que chacun s’approprie singulièrement (depuis l’intimité de la maison jusqu’aux lieux de socialisation que constituent les villes). En cela, ils « parlent » à chacun en tant qu’individu faisant partie d’une humanité et sont largement mis en scène dans les œuvres de fiction.

Continuer la lecture de Table-Ronde publique: Archifictions #1 – Anticipations Archifictionnelles (Université de Strasbourg)

Parution : Language in Popular Fiction (Walter Nash)

Walter Nash, Language in Popular Fiction, Routledge, 2021 [1990]

First published in 1990, Language in Popular Fiction was written to provide a comprehensive and illuminating look at the way language is used in thrillers and romantic fiction.

The book examines the use of language across three interrelated levels: a level of verbal organisation, a level of narrative structure, and a level at which stylistic options and devices are related to notions of gender. It introduces ‘the protocol of pulchritude’ and makes use of detailed stylistic and linguistic analysis to investigate a wide range of ‘popfiction’ and ‘magfiction’. In doing so, it provokes serious reflection on popular fiction and its claims on the reader.

Table of Contents:

1: Prelude: in the airport lounge; 2: Woman’s place: a dip into the magazines; 3: Man’s business: a look round the action story; 4: Beginnings, middles, and ends: some sample pieces; 5: Standard ingredients: faces, places, fights, embraces; Postscript: and so to bed; References and bibliographical note; Index