Archives par mot-clé : fiction

Appel à communications: Représentations animales dans les mondes imaginaires: vers un effacement des frontières spécistes?

Colloque interdisciplinaire jeunes chercheurs

Université d’Artois, Arras, « Textes et Cultures » (E.A. 4028)

Organisé par Marie Lucie Bougon (Artois), Charlotte Duranton (Ethodog – Research in Canine Ethology), Laura Muller-Thoma (Artois) et coordonné par Anne Besson (Artois)

14-15 Novembre 2019
Date du rendu des communications : le 1er octobre 2018

Continuer la lecture de Appel à communications: Représentations animales dans les mondes imaginaires: vers un effacement des frontières spécistes?

Journée d’études: Paul-Jacques Bonzon, à l’ombre des séries, des œuvres singulières

Vendredi 15 juin 2018, Université d’Artois
Salle des colloques de la Maison de la Recherche

Organisé par : Christine Prévost et Aurélie Gille Comte-Sponville
Équipe d’accueil n°4028 : « Textes & Cultures »

Paul-Jacques Bonzon : à l’ombre des séries, des œuvres singulières

La partie la plus connue de l’œuvre de l’instituteur-écrivain Paul-Jacques Bonzon a été remise en lumière grâce au colloque « Les Compagnons de la Croix-Rousse : qu’est-ce qu’une série culte ? », organisé en juin 2016 par Anne-Marie Mercier et François Quet à l’université de Lyon et à l’ESPE. L’objectif était alors de contribuer à mieux cerner les caractéristiques d’écriture d’une série pour jeune public amateur d’énigmes policières, à mieux comprendre la réception d’un long succès, dans le contexte des Trente Glorieuses, et jusqu’aux rééditions aujourd’hui. La conclusion de ce colloque, dont les actes sont en cours de publication, avait mis l’accent sur un revers du succès des six compagnons : l’oubli avec le temps des œuvres de Bonzon écrites sans intention de les inscrire dans une série. La journée d’études sera consacrée à ces œuvres, dont Yves Marion a dressé une liste à l’occasion de son travail publié en 2008 sur la vie, l’œuvre, et la carrière de l’auteur : De la Manche à la Drôme : Itinéraire de l’écrivain Paul-Jacques Bonzon, instituteur et romancier pour la jeunesse (Eurocibles).

Continuer la lecture de Journée d’études: Paul-Jacques Bonzon, à l’ombre des séries, des œuvres singulières

Publication: Fiction et culture médiatique à la Belle Époque, D. Couégnas

Daniel Couégnas, Fiction et culture médiatique à la Belle Époque dans le magazine Je sais tout (1905-1914)

Enquête et essai, ce livre se focalise sur l’étude des fictions (nouvelles et romans) publiées dans le magazine Je sais tout avant la Première Guerre mondiale, parmi lesquelles les premières aventures d’Arsène Lupin, La Guerre du feu de Rosny, Le Fauteuil hanté de Leroux, Moi et l’Autre, de Jules Claretie…

Créé en 1905 par Pierre Lafitte, Je sais tout affiche un projet « encyclopédique » qui s’estompera à partir de 1914. Il participe de la culture médiatique, s’efforçant d’atteindre, par les procédés du « syncrétisme homogénéisé » (Edgar Morin) le plus large éventail socio-culturel de lecteurs. Miroir brillant de la « Belle » Epoque, il en naturalise les choix idéologiques dominants, les partis pris, les préjugés, les conformismes. Son enthousiasme moderniste pour le dynamisme techno-scientifique des débuts du XXe siècle ne parvient pas à masquer totalement les interrogations, les doutes, les hantises de la bonne conscience occidentale.

Continuer la lecture de Publication: Fiction et culture médiatique à la Belle Époque, D. Couégnas

Journée : Fiction, imagination, croyance

 

Journée d’étude : « Fiction, imagination, croyance »

14 mai 2018

Université Paris Nanterre, CSLF, Phistem

Salle des conseils, bâtiment Paul Ricœur (L), 4ème étage

 

9h30 – Accueil

9h45 – Alain Vaillant Présentation.

 

Première séance : La fiction littéraire en question(s), entre roman et poésie.

Modérateur : Alain Vaillant

10h – Judith Lyon-Caen (EHESS)

Perturbation (de l’) imaginaire : La fiction et ses lectures au milieu du XIXe siècle. Continuer la lecture de Journée : Fiction, imagination, croyance

Parution : Reporters en fiction

Mélodie Simard-Houde, Le Reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire, PULIM « Médiatextes », 2018

D’un bout à l’autre de la Troisième République, la presse française connaît une profonde mutation qui correspond à l’avènement d’un nouvel acteur journalistique, le reporter, et d’un nouveau genre, le reportage. Peu à peu, le reporter, petit ou grand, l’interviewer, puis l’« envoyé spécial » se fraient un chemin au sein des rédactions, bouleversent la hiérarchie traditionnelle auparavant dominée par le chroniqueur, s’imposent à la « une » des quotidiens. Un nouveau protocole d’écriture et de nouvelles pratiques journalistiques s’inventent, plaçant en leur coeur l’enquête et la mise en scène du journaliste, ému et exposé dans son corps.
À ces mutations répondent des scénarios, des récits, des fictions de grande diffusion qui font du reporter un héros de premier plan au sein de la culture médiatique. Des personnages de Jules Verne aux enquêtes de Joseph Kessel, en passant par les photographies, les interviews et les souvenirs de reporters, cet ouvrage retrace l’histoire et les poétiques d’un imaginaire de l’enquête journalistique, interroge les lieux de son émergence et les conditions de son triomphe dans l’entre-deux-guerres.
Entre sensationnalisme et engagement, quête d’exotisme et dénonciation des maux sociaux, rigueur et invention, comment le reporter en vient-il à incarner, pendant près de soixante-dix années, une forme d’idéal démocratique ? Explorer ce questionnement met en lumière la manière dont la société, la culture médiatique et les acteurs journalistiques ont pensé, à ses origines, le rôle du journalisme d’information.

Séminaire : Cultures de l’imagination

« Les cultures de l’imagination »

Séminaire 2017-2018 PHisTeM (CSLF, EA 1586)–LPCM

Coordination : Anne Besson, Matthieu Letourneux et Alain Vaillant.

Les séances ont lieu à l’université Paris Nanterre (RER Nanterre-Université) le vendredi, de 14 à 17h, en salle des Conseils de l’UFR PHILLIA ).

Présentation : 

Ce séminaire prend la suite de celui que nous avons animé au PHisTeM les deux années précédentes, sur la thématique « fiction, croyance, médias » et qui nous a permis de confronter les théories de la fiction et d’élaborer nos propres outils heuristiques, à la croisée de la poétique historique, de l’anthropologie culturelle et des cultural studies. Les cultures de l’imaginaire désignent aujourd’hui un ensemble de pratiques qui, avec ou sans artefacts techniques, mettent en jeu les compétences ludiques et fictionnelles : jeux de rôles ou de société, jeux vidéo, jeux de simulation. Mais l’imagination englobe, bien plus largement, toutes les pratiques culturelles ou intellectuelles où la faculté imaginative de l’esprit est mise en œuvre : les jeux bien sûr, mais aussi les religions, les arts et la littérature, la pensée spéculative, et toute activité pratique ou technique où l’esprit, même canalisé par des consignes ou des contraintes précises, doit encore s’ingénier à les adapter en fonction de conditions d’application toujours singulières et inattendues.

La visée du séminaire est donc de rendre à l’imagination l’immense territoire qu’on lui a progressivement contesté, parce que l’imagination, longtemps annexée au vocabulaire et à la problématique de la psychologie ancienne des facultés de l’entendement, paraissait une notion obsolète. Elle a donc été concurrencée et en grande partie remplacée par le concept de fiction, qui semblait permettre une description plus concrète et plus précise des mécanismes formels, des productions culturelles et des effets de réception. Mais, au moment même où les sciences cognitives ont profondément renouvelé l’approche des réalités psychiques, la fiction nous paraît à la fois plus restrictive et ambiguë dans ses usages. De fait, elle tend à confondre l’imaginaire avec la narrativité ou le jeu, qui impliquent tous deux une structure ou des règles précises : elle interdit donc de prendre en compte tout ce que l’imagination garde de fondamentalement informe, dans sa participation à l’intuition, aux mécanismes de l’invention intellectuelle ou esthétique, à l’activité onirique ou libidinale de l’esprit.

Concrètement, notre objet d’analyse ne sera pas l’imagination au général (car il va de soi que toute activité humaine implique une participation de l’imagination, qui permet à l’individu de s’adapter et de réagir à un environnement par nature imprévisible), mais seulement les pratiques, individuelles ou collectives, où les plaisirs de l’imagination sont recherchés pour eux-mêmes (notamment dans les sphères ludique, littéraire, artistique ou médiatique). Ce sont elles que désigne ici, de façon restrictive, l’intitulé « les cultures de l’imagination ».

Programme

13 octobre 2017 – Anne Besson (université d’Artois), Matthieu Letourneux (université Paris Nanterre) et Alain Vaillant (université Paris Nanterre), « Imagination/Fiction : introduction générale ».

8 décembre 2017 – Pierre Lagrange (École d’art d’Avignon), « Extraterrestres, science et fiction ».

19 janvier 2018 – Jérôme David (université de Lausanne), « Les Secondes Lumières françaises : une culture démocratique de l’imagination ».

23 mars 2018 – Patrick Suter (université de Berne), « Les combats de l’imagination. Avant-gardes er autres –ismes ».

6 avril 2018 – Sébastien François (université Paris 8), « Les fabricants de l’imaginaire enfantin : regards croisés sur la production des objets et des médias de l’enfance ».

Séminaire LPCM : Tintin et les Martiens

Séance du 9 juin 2017

André Gunthert

Tintin et les Martiens. Du réalisme dans la fiction

En comparant deux processus où des œuvres de fiction présentent un gain de vraisemblance, dans les premiers albums de Tintin et dans les films de conquête extra-terrestre, on propose de mettre en évidence la dimension du réalisme comme un opérateur de distinction, dont les effets sont perceptibles y compris au sein de l’univers fictionnel.

Voir le programme du séminaire

André Gunthert est maître de conférences en histoire visuelle à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Auteur de nombreuses études en histoire de la photographie, du daguerréotype à l’image numérique, il est l’un des principaux spécialistes français de la culture visuelle. Ses recherches actuelles sont consacrées aux systèmes narratifs des industries culturelles.

Fondateur de la revue Etudes photographiques en 1996, il a notamment dirigé avec Michel Poivert L’Art de la photographie (Citadelles-Mazenod, 2007). Son dernier ouvrage, L’Image partagée. La photographie numérique (Textuel, 2015) propose une première histoire du basculement vers l’image numérique. Il publie régulièrement ses travaux récents sur le blog L’image sociale. Continuer la lecture de Séminaire LPCM : Tintin et les Martiens

Colloque : Pouvoirs de la fiction

« La fiction littéraire contemporaine face à ses pouvoirs »

Université de Liège, 4-5 mai 2017

 


Ces vingt dernières années, la fiction et le récit se sont étendus à des contextes sociaux et à des domaines de l’existence toujours plus larges, modifiant en profondeur notre imaginaire et notre rapport aux histoires. Dans le même temps, les débats autour de la notion de « force » ou de « fonction cognitive » de la littérature ont conduit à une nouvelle appréciation des savoirs inhérents aux objets fictionnels.

Si cette intelligence de la fiction a pour vertu de rapprocher les « trois cultures » (Lepenies, 1990; Jablonka 2014) en favorisant l’échange et la circulation des savoirs entre les entreprises littéraire et scientifique (épistémocritique, sociologie « par » la fiction, théorie littéraire des mondes possibles, cognitive literary studies), elle n’est pas non plus sans effet sur les créateurs qui, à leur tour, pensent ce pouvoir de parler du monde. D’objet sur lequel exercer des savoirs ou des techniques plus forts que lui, le document littéraire est devenu un instrument de connaissance, un interlocuteur à part entière interrogé pour son mode de saisie et de compréhension de phénomènes longtemps considérés comme extérieurs à lui ou comme agissant à travers lui et à son insu. En quoi ce nouveau contexte de bienveillance et de réflexivité à l’égard de la connaissance par la fiction change-t-il les pratiques littéraires ? Que font les écrivains des pouvoirs qui leur sont désormais reconnus ? Comment rendre compte de l’effectivité propre du savoir de fiction dans les dispositifs narratifs contemporains ?

Organisées à l’Université de Liège dans le cadre du projet de recherche STORYFIC (PDR-FNRS), avec le soutien de l’UR Traverses et de la revue de sociologie de littérature COnTEXTES, ces journées d’étude visent à penser la manière dont les « pouvoirs de la fiction » font retour sur les pratiques des écrivains.

 

Programme

Jeudi 4 mai

Continuer la lecture de Colloque : Pouvoirs de la fiction

Parution : « Des jeux et des mondes »

Revue Interrogations, n°23 : « Des jeux et des mondes »

Numéro coordonné par Laurent Di Filippo et Audrey Tuaillon Demésy

en ligne

Table des matières

  • Préface : Articuler jeux et mondes en SHS : enjeux culturels, sociaux et fictionnels.
  • Peyron David, L’appropriation ludique des mondes fictionnels chez les fans d’imaginaire fantastique.
  • Schmitt Florent, L’art comme jeu(x).
  • Caïra Olivier, Jouer avec ou sans monde : le cas du jeu de rôle sur table.
  • Cayatte Rémi, L’appropriation de contenus vidéoludiques : les mondes possibles du jeu vidéo.
  • Rebuschi Manuel, Jeux, fictions et mondes possibles.
  • Giard Agnès, La love doll au Japon : jeux imaginaires, incarnation et paradoxes.

 

 

Séminaire LPCM : Françoise Lavocat

25 novembre 2016 : Séminaire PHisTeM/LPCM

14h-17h, Paris Ouest, bâtiment L, salle des actes, 4e étage.

Françoise Lavocat (Paris III-Sorbonne nouvelle)

« Fiction et hantise des simulacres, du livre au rituel »

Parler de « hantise du simulacre » suppose de revenir au livre fondateur de Jean-Marie Schaeffer (Pourquoi la fiction, 1999). C’est ce que nous ferons dans un premier temps, en proposant de décomposer cette « hantise » en plusieurs usages, jugés traditionnellement périlleux et nocifs, de la fiction. Nous proposerons ensuite une hiérarchie des différents médias au regard de l’immersion fictionnelle, en posant la question fondamentale du lien éventuel entre degrés d’immersion et croyance, ou plus précisément, plasticité doxastique (mobilité des croyances). Finalement, en guise de test de ces propositions, nous analyserons l’impact des dispositifs impliquant une première personne (opérateur privilégié de leurre) dans différents médias.