Archives par mot-clé : feuilleton

Parution: Les mystères urbains au prisme de l'identité nationale

Medias19

Les mystères urbains au prisme de l’identité nationale
Sous la direction de Marie-Ève Thérenty

Marie-Eve Thérenty Présentation. Les mystères urbains au prisme de l’identité nationale

Grande-Bretagne

Matthieu Letourneux Imaginaires sériels et circulation internationale. Le cas des mystères urbains (France, Grande-Bretagne)

Micheline Cambron Mystères et variance des textes populaires : la contingence des supports
Marie-Astrid Charlier Mystères de papier mâché. Montréal selon Hector Berthelot
Matthieu Letourneux Un genre médiatique international, des séries culturelles locales: Le mystère urbain québécois
Yoan Vérilhac Les mystères des Mystères de Montréal d’Henri-Émile Chevalier
Alex Gagnon Crimes littéraires et transactions discursives. Les Mystères de Montréal et le récit national

Nicolas Gauthier Le « cas » des Mystères du Palais-Royal de Louis-François Raban
Amélie Chabrier Les Mystères de New-York : stratégies d’adaptation d’un serial américain au pays de l’oncle Sue

Effie Amilitou Apocryphes urbains, ou la construction d’un mystérieux genre romanesque en Grèce

Anna Lushenkova Foscolo Entre l’« école naturelle » et les mystères de la capitale : La croisée des genres et des traditions littéraires dans Les Bas-fonds de Saint-Pétersbourg de Vsevolod Krestovski et sa traduction française

Helle Waahlberg « Ridicules imitations d’Eugène Sue ou de Paul Féval » : les mystères urbains scandinaves

Mexique

Laura Suárez de la Torre Lectures des Mystères de Paris à Mexico au  XIXe siècle
Maria Esther Pérez Salas Les illustrations mexicaines des Mystères de Paris

Les mystères urbains au XIXe siècle : circulations, transferts, appropriations

Littérature, Histoire, Médias

Congrès  international organisé par le RIRRA21 (université Montpellier III) et le centre d’histoire du XIXe siècle (Paris 1/Paris 4)

__________________________________________________________________________________

Entre le 19 juin 1842 et le 15 octobre 1843, la France vit avec la parution des Mystères de Paris d’Eugène Sue dans le Journal des débats une véritable déflagration médiatique. Le romancier saisi par l’abondant courrier des lecteurs qu’il reçoit, pris par le succès de son œuvre, fait considérablement évoluer son récit et enrichit le roman des bas-fonds urbains et de la pègre destiné à la bourgeoisie d’une véritable réflexion sociale et politique. Le roman est publié en de multiples éditions, adapté sur scène et décliné en produits dérivés. Mais ce premier succès de masse de la littérature n’est pas seulement le phénomène médiatique le plus important que la France ait jamais connu à cette époque, c’est aussi un premier phénomène de globalisation culturelle. Dans les mois qui suivent sa parution en France, le roman est traduit dans de multiples langues et connaît un succès international de l’Europe du Sud à l’Amérique du Nord, de l’Europe du Nord à l’Amérique latine, en Russie, dans le Commonwealth et même finalement au tournant du siècle au Japon et en Chine. Mais surtout ce roman déclenche l’écriture sur tous les continents de centaines de romans dérivés, dont l’intrigue varie considérablement suivant les contextes locaux. On trouve bien sûr les Mysteries of London par Reynolds (1844-1848), The mysteries and miseries of New York de Ned Buntline (1848), Antonino y Anita ó los nuevos mysterios de Mexico d’Edouard Rivière (1851), Os Mistéros de Lisboa de Camilo Castelo Branco (1854)… Au-delà de la reprise du titre, dans chacun de ces pays, apparaît une nébuleuse de romans articulant la question urbaine, la représentation du crime et l’exploration sociale. Ces romans participent aussi de la démocratisation de la littérature en étant généralement diffusés sur des supports à bon marché (journaux, penny blood, dime novels…) qui créent la possibilité de cultures véritablement nationales. Car beaucoup de ces romans en adaptant la matrice initiale de Sue à la situation du pays de réception et en l’hybridant aux traditions génériques de la littérature locale participent d’une réflexion sur la question de la nation.

Le congrès que nous proposons de tenir à Montpellier et à Paris entre le 8 et le 16 novembre 2013 souhaite étudier ce premier large phénomène de mondialisation médiatique.

PROGRAMME

Vendredi 8 novembre 2013

(Café des lettres, Médiathèque Emile Zola, Montpellier)

19h00

Les mystères urbains au XIXe siècle. Aux sources de notre culture médiatique globale.

Conférence par Marie-Ève Thérenty, professeur de littérature française.

Mardi 12 novembre 2013 (cinéma Diagonal, rue de Verdun)

19h45    Soirée d’ouverture au cinéma Diagonal de Montpellier : les mystères urbains au cinéma. Projection de Gangs of New York de Martin Scorcese. États-Unis, Italie, 2002, 2h47, avec Leonardo Di Caprio, Daniel Day-Lewis, Cameron Diaz, Liam Neeson, John C. Reilly. Golden Globe du meilleur réalisateur et de la meilleure musique originale en 2003.

Jeudi 14 novembre 2013

(salle des colloques 1, site Saint-Charles, Montpellier)

9h00 Ouverture par Marie-Ève Thérenty et Dominique Kalifa

La source : Les Mystères de Paris

Présidente de séance : Adeline Wrona (Université de Paris IV)

9h30 Paul Bleton (Teluq, Canada), « Les mystères de Paris : échangeur générique»

10h00 Guillaume Pinson (université Laval, Quebec) :  « Les Mystères et le feuilleton : aux sources d’une culture médiatique francophone transatlantique »

Pause

11h30 Filippos Katsanos (Montpellier III, RIRRA 21/Université de Patras, Grèce), « Réceptions croisées : les enjeux de la traduction des Mystères de Paris en Angleterre et en Grèce »

12h00 Corinne Saminadayar-Perrin (Montpellier III, RIRRA21), « L’effet-titre »

Mysterymania (1)

Présidente de séance : Catherine Nesci (Université de California, Santa Barbara)

14h30 Nelson Schapochnik (Université de Sao Paulo, Brésil), « Mysterymana, de Paris au Plata ».

15h00 Kirill Chekalov (LPCM, Moscou), « Les mystères urbains en Russie au XIXe siècle : la réception contradictoire de l’héritage de Sue ».

15h30 Kalai Sandor (Université de Debrecen, Hongrie), « Les Secrets hongrois d’Ignac Nagy, le premier mystère urbain hongrois ».

Pause

16h30 Santiago Diaz Lage (Universidade de Santiago de Compostela, Espagne) : « Histoire et géographie : les mystères urbains espagnols »

17h 00 François Amy de la Bretèque (Université Montpellier III, RIRRA21), « L’art d’accommoder les restes : Les Mystères de Paris, de Baroncelli »

18 h : Projection de mystères cinématographiques et cocktail (salle 102)

20h 30 Dîner du colloque

Vendredi 15 novembre 2013

(salle des colloques 1,  site Saint-Charles, Montpellier)

Poétique des Mystères

Président de séance : Jean-Christophe Valtat (Université de Montpellier III)

9h30 Nicolas Gauthier (Université de Waterloo, Canada), « Un masque derrière un masque : la note de bas de page dans les mystères urbains »

10h00 Anaïs Goudmand (EHESS, UNIL, Suisse), « Economie et socialité du suspense dans les mystères urbains »

Pause

11h00 Laëtitia Gonon (Université de Grenoble), « Stylistique du vengeur dans les Mystères de Paris et quelques-uns de ses avatars » (1842-1847)

11h30 Présentation du site medias19 et de la base de données mystères

Politique des mystères urbains

Président de séance : Dominique Kalifa (Université de Paris I)

14 h 00 John Savage (Lehigh university, Etats-Unis), « Les Mystères des Antilles: les racines coloniales du sentiment d’horreur chez Sue »

14h30 Amy Wigelsworth (Durham University, Grande-Bretagne), « Sex and the city, rewriting the feminine in the mystères urbains »

Pause

15h30 Yoan Vérilhac (université de Nîmes, RIRRA21), « Les mystères urbains, un réflexe républicain »

16h00 Rebecca Powers (John Hopkins university, Etats-Unis), « Charles Testut and Les Mystères de la Nouvelle-Orléans : Journalism in Exile ?  »

18h 24 Départ par le TGV pour Paris

Samedi 16 novembre 2013

(Amphithéâtre Turgot, Université Sorbonne, Paris)

9h 00 Ouverture par Dominique Kalifa et Marie-Eve Thérenty

Mysterymania (2)

Présidente de séance :  Anne-Marie Thiesse (CNRS)

9h30 Paul Aron (ULB, Belgique), « Les Mystères des mystères de Bruxelles »

10h00 Laura Suárez de la Torre (Instituto Mora, Mexique), « Sur les traces des mystères à Mexico (1843-1900)»

Pause

11h00 Françoise Genevray (Université de Lyon III), « Trois décennies de mystères urbains en Russie : de la peinture du peuple à l’inventaire des bas-fonds »

11h30 Ana Porto (Université de Campinas, Brésil), « Mysteries and crimes in Brazilian newspapers in the end of the nineteenth century »

12h00 Yvan Daniel (Université La Rochelle), « Mystères urbains » en France, en Chine, des perspectives incomparables ?

Le devenir des Mystères urbains

Président de séance : Guillaume Pinson (Université Laval, Québec)

14 h30 Silvia Disegni (Université de Naples, Italie), « Les mystères napolitains entre les mystères d’Isis et ceux de la modernité »

15h00 Matthieu Letourneux (Université Paris-Ouest, Nanterre), « La disparition du genre des mystères  au début du XXe siècle »

15h30 Andrea Goulet (University of Pennsylvania, Etats-Unis), « Race, space and criminal choreographies from Les Mystères de Paris to The Wire »

16h00 Guillaume Boulangé (Montpellier III, RIRRA21)  et Prisca Grignon (Montpellier III, RIRRA21), « « To be continued » ou l’aventure infinie des Mystères de New York au cinéma »

_____________________________________________________________________________________________________

Adresses des différents lieux des manifestations :

Médiathèque Emile Zola, 240, rue de l’acropole, 34 000 Montpellier (tram : Place de l’Europe)

Cinéma Diagonal, rue de Verdun, 34000 Montpellier (tram : Comédie)

Site Saint-Charles, rue du professeur Henri Serre, 34000 Montpellier ( tram : Albert 1er)

Université Paris-Sorbonne, 1, rue Victor Cousin, 75005 Paris (métro : Luxembourg, Cluny, Saint-Michel)

Nous souhaitons adresser des remerciements spécifiques à Helle Waahlberg, à Annick Douellou, à Sophie Lhermitte, à Laura Suarez de la Torre, à Catherine Nesci, à Micheline Cambron, à Guillaume Pinson, à Guillaume Boulangé, à Prisca Grignon, à Élisabeth Gavalda et aux étudiants du département d’arts du spectacle, aux étudiants du master pro « métiers du livre et de l’édition », à Marie-Pierre Gudin de Vallerin (DRAC) et à Gilles Gudin de Vallerin (Médiathèque Emile Zola) pour l’aide qu’ils nous ont apportée dans l’organisation de cette manifestation.

Appel: Les héroïsmes passés relus par la fiction; La figure du Mousquetaire (XIXe-XXe)

Les héroïsmes passés relus par la fiction

La figure du Mousquetaire (XIXe-XXe)

Musée des Invalides – 7 juin 2014

Le développement du roman historique moderne au XIXe siècle a engagé la représentation de l’histoire dans un dialogue avec les imaginaires contemporains de la  culture médiatique et urbaine. En convoquant dans leurs romans certains lieux, événements, personnages empruntés au passé, les écrivains les redéfinissent suivant l’économie de la fiction au point d’en faire rapidement des stéréotypes romanesques repris d’une œuvre à l’autre. Ils leur associent un ensemble de traits attendus qui construisent les représentations de l’Histoire. Ainsi, un certain nombre de figures historiques se retrouvent-elles prises dans un va-et-vient entre reconstitution historique, stéréotypes littéraires et discours d’actualité.

L’un des exemples les plus frappants au XIXe siècle de ce processus de reconfiguration par la littérature est sans doute la figure du mousquetaire. Rendu fameux par Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas, ce personnage se décline durant tout le XIXe siècle et continue au XXe siècle d’alimenter un imaginaire romanesque renouvelé. On compte de nombreuses suites apportées au roman de Dumas au théâtre et dans le feuilleton, une multitude de déclinaisons dans les récits de cape et d’épée, et tout un ensemble de relectures plus tardives (du D’Artagnan amoureux du Français Roger Nimier au Club Dumas de l’Espagnol Arturo Perez Reverte). A force de variations stéréotypées, le personnage devient un marqueur générique, associé au récit de cape et d’épée et, plus largement, à une certaine conception du romanesque. Il détermine un pacte de lecture particulier avec lequel les auteurs jouent plus ou moins librement. Le mousquetaire et ses variantes, gasconnes ou autres, apparaissent ainsi comme des figures littéraires se structurant sur la matière même de l’Histoire ; et à travers eux se dit quelque chose de la construction d’une identité collective, autour de « l’esprit français », du panache, etc. Mais au fil du temps, ces imaginaires se transforment à leur tour en fonction des mutations sociales, politiques et culturelles : évolution de l’idée de Nation, débats sur l’armée, la conscription ou le rôle international de la France, tensions politiques redéfinissent ainsi le personnage et les significations qui lui sont associées.

L’objet de ce colloque sera d’explorer les différentes thématiques qui s’articulent autour de la figure du mousquetaire et de ses variantes : thématiques génériques, autour de la définition du roman historique et du roman de cape et d’épée, et de leurs convergences ; thématiques politiques et idéologiques, avec la question de la transformation des armées et l’émergence des nationalismes ; thématiques historiographiques, autour des discours charriés par les fictions sur ce corps d’armée et de son représentant paradigmatique, Charles de Batz-Castelmore, comte d’Artagnan ; thématiques esthétiques, dans la mesure où l’éthos du mousquetaire vaut pour une certaine définition du romanesque, mais où son imaginaire s’est transformé au cours du XIXe siècle et plus encore au cours du XXe siècle.

Le colloque est ouvert aux propositions issues de disciplines différentes (histoire de l’art, littérature, Histoire, études théâtrales et cinématographiques) ou aux approches interdisciplinaires.

On s’intéressera tout particulièrement aux questions suivantes :

  • Quelle est la signification du personnage dans la société du XIXe siècle ? Quelle position occupe-t-il dans la définition des représentations nationales et d’une mythologie collective ? Quels sont les enjeux politiques et idéologiques qui traversent ses différentes définitions ? On pourra par exemple se demander comment il dialogue avec l’imaginaire de l’armée française, quel lien il entretient avec les débats sur la conscription ou les tensions politiques du temps. On questionnera également certains des lieux communs associés à la figure du mousquetaire : le duel, le panache, l’esprit français, en tentant de montrer leur valeur culturelle et littéraire, et leur relation avec les imaginaires du XIXe siècle.
  • On cherchera à montrer le rôle de Dumas dans l’invention du personnage (et les études consacrées à la trilogie des Mousquetaires seront bienvenues). On étudiera les glissements successifs qui ont transformé ce personnage dumasien pour en faire un type collectif avec ses caractéristiques, un marqueur générique. On tentera de mettre en évidence la constitution d’un type romanesque, associé à des intrigues, un ton, une encyclopédie narrative et thématique. Dans cette perspective, on étudiera la fonction du mousquetaire dans les imaginaires sériels de l’époque, ceux en particulier de genres comme le roman de cape et d’épée ou le roman historique (et les études sur ces deux genres seront les bienvenues), en tentant également de mettre en évidence les transformations de ces imaginaires au fil du temps – y compris dans leurs versions étrangères (anglaises, espagnoles, américaines).
  • On s’intéressera aux différents avatars du mousquetaire : il s’agira d’abord de se pencher sur quelques uns des prolongements du cycle de Dumas (comme les reprises du cycle des mousquetaires par Paul Mahalin ou Paul Féval), mais aussi sur les variantes plus libres – le cadet de Gascogne, le « petit parisien », etc. On pourra ainsi aborder quelques-uns des personnages clés de cet imaginaire du panache associé au récit de cape et d’épée, comme Cyrano de Bergerac, Lagardère, ou Pardaillan.
  • On abordera plus largement la circulation du personnage dans l’ensemble des espaces culturels : du côté du théâtre et des spectacles bien sûr, mais aussi du côté de l’illustration, de la caricature ou des récits en images, dans la culture populaire et la culture matérielle. Plus généralement, la question de la réception de cet imaginaire – par exemple dans des adaptations pour la jeunesse – pourra être abordée. Enfin, des ouvertures pourront être faites du côté des réécritures plus contemporaines ou des versions médiatiques (cinéma, télévision, bande dessinée) qui ont fleuri aux XXe et XXIe siècles.

La journée d’étude est organisée par la Société des Amis d’Alexandre Dumas (SAAD) – http://www.dumaspere.com/

Les propositions de communication sont à envoyer à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) et à Isabelle Safa (safa.isabelle@gmail.com) avant le 8 janvier 2014.

Journée d’étude: Les Mystères urbains : le roman de l’histoire sociale

Les Mystères urbains : le roman de l’histoire sociale

Journée d’études du jeudi 3 octobre 2013

Université Montpellier 3 / RIRRA 21

Site Saint-Charles, salle 102

Contact : Corinne Saminadayar-Perrin, www.csaminadayar.fr

11 h. Corinne Saminadayar-Perrin (Université Montpellier 3 / RIRRA 21), « Espaces-temps des Mystères urbains : l’enquêteur, le romancier et l’historien »

11 h 45.  Marie-Ève Therenty (Université Montpellier 3 / RIRRA 21), [titre à préciser]

12 h 30. Yoan Vérilhac (Université de Nîmes / RIRRA 21), « Le Mystère urbain en France au XIXe siècle : l’épreuve de la durée et l’écriture de l’histoire »

Déjeuner

14 h.  Matthieu Letourneux (Université de Paris-Ouest Nanterre), « L’histoire sociale phagocytée par le roman-feuilleton : Les Mystères du peuple d’Eugène Sue »

14 h 45.  Lise Dumasy (Université de Grenoble 3 / ECRIRE), « Du roman gothique au roman noir : la ville comme espace du mystère et de son exploration »

15 h 30.  Helle Waahlberg (RIRRA 21), [titre à préciser]

16 h 30.  Héléna Demirdjian (RIRRA 21), « L’insertion du discours politique dans Le Fou de Raffi »

Parution: Guillaume Apollinaire, Henry Desnar et Eugène Gaillet Que faire ? Feuilleton du Matin paru en 1900.

Parution
Médias19
Guillaume Apollinaire, Henry Desnar et Eugène Gaillet

Appel: Les mystères urbains au XIXe siècle : circulations, transferts, appropriations (date limite: 15 février 2013)

Les mystères urbains au XIXe siècle : circulations, transferts, appropriations

Littérature, Histoire, Médias

Organisé par le centre de recherches RIRRA 21, université de Montpellier III

Avec la collaboration du

Centre d’histoire du XIXe siècle, Universités Paris 1/Paris 4

et de Medias19

14 et 15 novembre (Montpellier), 16 novembre (Paris) 2013

Entre le 19 juin 1842 et le 15 octobre 1843, la France vit avec la parution des Mystères de Paris d’Eugène Sue dans le Journal des débats une véritable déflagration médiatique. Pour donner une idée du succès, on rappellera la célèbre boutade de Théophile Gautier : « Des malades ont attendu pour mourir la fin des Mystères de Paris ; le magique « la suite à demain » les entraînait de jour en jour, et la mort comprenait qu’ils ne seraient pas tranquilles dans l’autre monde, s’ils ne connaissaient pas le dénouement de cette bizarre épopée ». Le romancier saisi par l’abondant courrier des lecteurs qu’il reçoit, pris par le succès de son œuvre, fait considérablement évoluer son récit et enrichit le roman des bas-fonds urbains et de la pègre destiné à la bourgeoisie d’une véritable réflexion sociale et politique. Le roman est publié en de multiples éditions, adapté sur scène et décliné en produits dérivés. Mais ce premier succès de masse de la littérature n’est pas seulement le phénomène médiatique le plus important que la France ait jamais connu à cette époque, c’est aussi un premier phénomène de globalisation culturelle. Dans les mois qui suivent sa parution en France, le roman est traduit dans de multiples langues et connaît un succès international de l’Europe du Sud à l’Amérique du Nord, de l’Europe du Nord à l’Amérique latine, en Russie, dans le Commonwealth et même finalement au tournant du siècle au Japon et en Chine. Ces traductions sont d’ailleurs très souvent déjà des adaptations. Mais surtout ce roman déclenche l’écriture sur tous les continents de centaines de romans dérivés, dont l’intrigue varie considérablement suivant les contextes locaux. On trouve bien sûr les Mysteries of London par Reynolds (1844-1848),  Los misteríos de Madrid de Juan Martínez Villergas (1844), The mysteries and miseries of New York de Ned Buntline (1848), Antonino y Anita ó los nuevos mysterios de Mexico d’Edouard Rivière (1851), Os Mistéros de Lisboa de Camilo Castelo Branco (1854), I Misteri di Roma contemporanea de B. Del Vecchio (1851-1853), plusieurs Mystères de Montréal dont ceux d’Hector Berthelot en 1892 ….  Au-delà de la reprise du titre, dans chacun de ces pays, apparaît une nébuleuse de romans articulant la question urbaine, la représentation du crime et l’exploration sociale. Ces romans participent aussi de la démocratisation de la littérature en étant généralement diffusés sur des supports à bon marché (journaux, penny blood, dime novels…) qui créent la possibilité de cultures véritablement nationales. Car beaucoup de ces romans en adaptant la matrice initiale de Sue à la situation du pays de réception et en l’hybridant aux traditions génériques de la littérature locale participent d’une réflexion sur la question de la nation.

Le congrès que nous proposons de tenir à Montpellier les 14 et 15 novembre et à Paris le 16 novembre 2013 souhaite étudier ce premier large phénomène de mondialisation médiatique. Cette manifestation est organisée dans la continuité d’une série de séminaires et de colloques conduits à Montpellier, à Mexico (2011) et à Québec (2012)… Il n’a donc pas vocation à reprendre l’exploration du corpus sous la forme d’une série de monographies mais bien à proposer une réflexion transversale et transdisciplinaire sur les processus de circulation, des transferts et de transformations des objets. Seront donc privilégiées, sans ce que cette liste soit limitative :

–          les communications qui proposeront un défrichage global des corpus encore inexplorés et notamment ceux d’Asie, d’Afrique, d’Europe de l’Est, d’Amérique latine… Les corpus français, grecs, scandinaves et canadiens ont fait l’objet de travaux spécifiques de l’équipe organisatrice du colloque qui sont en cours de publication sur le site medias19.org. Les corpus britanniques, étasuniens, espagnols ont été bien explorés par la critique. Dans cette catégorie, on évitera de proposer des communications monographiques portant sur une seule œuvre ou se contentant d’exposer de manière non problématisée l’état bibliographique de la question sur un pays.

–  les communications explorant ces textes avec des méthodologies autres que littéraires. Les interventions d’historiens, de sociologues, de traductologues, de linguistes… seront particulièrement utiles et appréciées.

–  les communications proposant une contextualisation du phénomène et mettant en relation par exemple la production de ce genre avec la littérature d’enquête, l’émergence de la statistique sociale, la littérature panoramique, la pensée de la de la ville, de la pauvreté, des bas-fonds sociaux, ainsi que l’écriture du reportage.

–          les communications prenant en compte la dimension des transferts culturels et la circulation des objets matériels. Comment concrètement circulent ces textes ? Quel est le profil des passeurs culturels qui prennent en charge la traduction et l’édition des mystères urbains ?

–          les communications mettant en jeu des questions de méthode devant ce qui s’apparente déjà à une forme de littérature-monde ou traitant à une échelle globale ou locale la question de la définition du genre.

–          les communications transversales visant à comparer, à évaluer des corpus, à mettre en évidence la circulation, la transformation, l’appropriation de motifs urbains, criminels, sexuels, politiques, sociaux, raciaux ou l’hybridation des modèles génériques.

–          les communications portant sur les adaptations des mystères urbains du XIXe siècle au cinéma, à la télévision, en bandes dessinées  et réfléchissant à la transmodalité de ces récits urbains qui sont à l’origine de notre culture médiatique moderne.

Une page sur le site medias19.org (rubrique actualités) tiendra à la disposition des chercheurs intéressés une série de ressources.

Les langues du colloque seront le français et l’anglais (avec traduction écrite de la communication). La communication dans d’autres langues pourra être envisagée.

Le congrès sera accompagné d’un cycle Mystères urbains dans les cinémas de la ville. Seront diffusés Les Mystères de Lisbonne de Raoul Ruiz (2010) en hommage à son auteur décédé récemment, Les Mystères de Paris d’André Hunebelle (1962) avec Jean Marais et à une rareté de ciné-club, Les Mystères de New York de Louis Gasnier de 1914 (programme sous réserve). Un spectacle, avec les étudiants de la section arts du spectacle de l’université de Montpellier III, « Les Mystères urbains,  de Paris à Saint-Petersbourg », sera représenté deux fois au cours du congrès.

Le congrès prendra en charge l’hébergement et la restauration des chercheurs dont les communications seront retenues. En revanche, le budget du congrès étant limité, il faudrait d’ores et déjà penser à un financement des déplacements des communicants par leurs institutions de rattachement. En cas de problème, le comité organisateur du colloque est à votre disposition pour chercher d’éventuelles solutions.

Les propositions de communication (projet détaillé de 200 mots + bref curriculum vitae) sont attendues pour le 15 février 2013 aux adresses suivantes : marieeve.therenty@sfr.fr et dominique.kalifa@univ-paris1.fr

Comité scientifique : Paul Aron (FNRS, Université libre de Bruxelles), Georgia Gotsi (Université de Patras, Grèce), Micheline Cambron (Université de Montréal), Dominique Kalifa (université de Paris I-Sorbonne), Matthieu Letourneux (Université de Paris Ouest-Nanterre), Catherine Nesci (Université de Californie, Santa Barbara), Guillaume Pinson (université Laval, Québec), Corinne Saminadayar-Perrin (Université de Montpellier III), Laura Suarez de la Torre (Instituto Mora, Mexico), Marie-Ève Thérenty (Université de Montpellier III), Anne-Marie Thiesse (CNRS), Alain Vaillant (Université de Paris Ouest-Nanterre), Yoan Vérilhac (Université de Nîmes), Helle Waahlberg (Université de Montpellier III).

Réédition: Louis Forest, On vole des enfants à Paris

Réédition

Louis Forest, On vole des enfants à Paris

Paris, Le Masque, 2012

Préface et postface de Matthieu Letourneux

Le 25 juin 1906, paraissait dans Le Matin le premier article d’un « reportage sensationnel » débutant sur cette annonce effrayante : « on vole des enfants à Paris ! » Pendant trois mois, ce mystère allait donner lieu à un compte-rendu quotidien, et à une enquête extraordinaire menée tambour battant par trois courageux journalistes, Aron Barbarus, Alain Bernard et Clovis Binard, et à une série d’entretiens et d’interventions des célébrités politiques et culturelles de l’époque (Louis Lépine, Georges Clémenceau, Anatole France…). Dans ce qui se révélait rapidement un roman-feuilleton, la plupart des personnages étaient ainsi des figures authentiques et fameuses de l’époque, converties par l’auteur facétieux en acteurs d’un drame de papier dans lequel ils endossaient leur propre rôle. En jouant en virtuose des frontières du roman-feuilleton et de la presse, en peignant la dynamique de l’enquête journalistique, l’auteur nous offrait une étonnante peinture des mécanismes médiatiques de la Belle Époque qui était aussi un roman criminel et un récit d’aventures fantastique.

Jamais réédité depuis 1909, ce roman dans la tradition d’un Gaston Leroux dresse ainsi un étonnant portrait de la culture médiatique de la Belle Époque.

Journée d'études "Mystères urbains France/Québec" (6 juin 2012, Univ. Laval)

Journée d’études « Mystères urbains France/Québec »

journee-d-etudes-mysteres-urbains-france-quebec

Organisée par le RIRRA 21

Mercredi 6 juin 2012 – Université Laval, Québec

Salle du conseil de la Faculté des lettres – Pavillon Charles-De Koninck 3244

Programme

8h30 – Accueil des participants

9h00 – Marie-Ève Thérenty (Université de Montpellier 3) : Mot d’ouverture de la journée d’études

9h30-12h30 SÉANCE 1 – PRÉSIDENT : PAUL ARON

Micheline Cambron (Université de Montréal) « Mystères et variance des textes populaires : la contingence des supports »

Nicolas Gauthier (Université de Waterloo), « Le cas des Mystères du Palais-Royal de Louis-François Raban »

Yoan Vérilhac (Université de Nîmes), « Les mystères des Mystères de Montréal d’Henri-Emile Chevalier »

12H30-14H00 – DÎNER

14h30-16h00 SÉANCE 2 – PRÉSIDENT : DOMINIQUE KALIFA

Marie-Astrid Charlier (Université de Montpellier 3), « Mystères de papier mâché. Montréal selon Hector Berthelot »

Alexandre Gagnon (Université de Montréal), « Crimes littéraires, transactions discursives et généricités : Les Mystères de Montréal et le récit national »

Matthieu Letourneux, « Un genre médiatique international, des séries culturelles locales : le mystère urbain québécois »

Helle Waahlberg (Université de Montpellier),  « « Founded on Facts », les mystères urbains et leurs rapports aux « faits » »

Ressources: Médias19

Médias19

http://www.medias19.org/

Présentation

Lancé en 2011, Médias 19 est consacré à l’étude de la culture médiatique au 19e siècle et en tout premier lieu au journalisme. Le site propose la réédition annotée de textes d’époque, de corpus d’articles, de fictions ou d’essais, qui portent sur le journalisme (section « Éditions »). Il publiera progressivement la première édition d’un dictionnaire des journalistes francophones du 19e siècle (section « Notices biographiques »). Il offre enfin l’accès à des dossiers scientifiques portant sur tous les aspects de la culture médiatique, rédigés par des spécialistes universitaires (section « Dossiers »).

Les derniers textes

Dossiers

Dossier 2. Presse et scène au XIXe siècle Ce dossier est en préparation, par Olivier Bara et Marie-Ève Thérenty
27 septembre 2011
Dossier 1. La lettre et la presse : poétique de l’intime et culture médiatique Dossier préparé par Guillaume Pinson
22 juin 2011

Éditions

Le Voleur d’enfants. Reportage sensationnel Roman-feuilleton de Louis Forest paru dans Le Matin en 1906
25 novembre 2011
Firmin Maillard
Les derniers bohêmes. Henri Murger et son temps (1874) Cette édition est en préparation
Commenté par Anthony Glinoer et Éloïse Pontbriand
15 juin 2011
Philibert Audebrand
­Un café de journalistes sous Napoléon III (1888)
Commenté par Guillaume Pinson et Guillaume McNeil-Arteau
23 décembre 2011
Firmin Maillard
La Cité des intellectuels (1905) Cette édition est en préparation
Commenté par Marie-Ève Thérenty et Amélie Chabrier
4 septembre 2011