Archives par mot-clé : feuilleton

Parution : Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850) (Vittorio Frigerio)

Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850), Vittorio Frigerio, UGA Éditions, 2021.

Considéré d’habitude comme le «père» de l’anarchisme français, Pierre-Joseph Proudhon entretient un rapport ambivalent avec la création littéraire. Cet essai retrace la relation de Proudhon à la littérature, telle qu’elle apparaît à travers ses ouvrages, pour ensuite analyser les discours tenus dans ses quatre journaux sur les triomphes du roman-feuilleton et qui ébauchent la théorie d’un feuilleton progressiste et révolutionnaire, capable de diffuser auprès du lectorat populaire, par le biais de la fiction, les idées et les théories qui aideront à son affranchissement. Une présentation des romans-feuilletons parus dans le journal Le Peuple est suivie par une étude plus approfondie de l’un d’entre eux, le roman Le Mont Saint-Michel, qui narre les aventures d’un groupe de républicains lors du célèbre épisode de la barricade du cloître Saint-Merry, clou tragique de l’insurrection avortée de 1832. Convoquant de nombreux auteurs connus (Michelet, Stendhal, Victor Hugo et Alexandre Dumas père) et oubliés, cette analyse veut offrir une réflexion sur la nature du roman historique et de l’écriture historiographique pendant une période clef pour leur développement.

Continuer la lecture de Parution : Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850) (Vittorio Frigerio)

Journée d’Étude: Les feuilletons dans la presse, BnF

Les feuilletons dans la presse

10 avr. 2021, 9h30 – 18h

En raison des conditions sanitaires, cet événement ne peut avoir lieu en présence du public et sera diffusé sur notre chaîne Youtube et sur cette page le 10 avril à 9h30

Organisé par la BnF

Présentation :

Longtemps mésestimé, le roman s’est imposé au XIXe siècle comme une forme littéraire majeure, popularisé notamment par les romans-feuilletons qui paraissaient dans la presse quotidienne. Une journée d’étude à la BnF s’intéresse à ce mode de publication que l’on peut explorer dans Gallica.

Après une conférence d’ouverture présentant le roman-feuilleton, un deuxième temps propose un point sur l’actualité de la recherche autour de ces textes, tant du côté de la numérisation et de son exploitation que du côté de l’histoire générale des médias et de la genèse des textes littéraires. Viendront ensuite des parcours spécifiques proposés par des chercheurs et des enseignants : on découvrira par exemple Alexandre Dumas feuilletoniste et des cas pratiques d’utilisation de la sélection pour l’enseignement des Lettres. La journée est rythmée par la lecture d’extraits de romans-feuilletons par Gabriel Dufay, acteur, et accompagnée d’une bibliographie. Continuer la lecture de Journée d’Étude: Les feuilletons dans la presse, BnF

Parution : Dossier « Intervalles sériels » (Sens public)

Sens public, dossier « Intervalles sériels », sous la direction de Thomas Carrier-Lafleur, Frédérique Khazoom, Marta Boni, mars 2021.

Le contexte médiatique contemporain est riche en expériences sérielles : pensons au roman-feuilleton, aux franchises cinématographiques, au cinéma conçu dans son histoire intermédiale et sérielle, à la BD, aux séries télévisées qui se déclinent sur tous les médias, aux jeux vidéo et, surtout, à l’engagement multiforme et interminable des publics qui suivent ces récits pluriels1. Ce dossier est né de la volonté de traiter de manière approfondie un aspect précis, mais incontournable, de l’essence des séries : les intervalles2.

L’intervalle, qu’il soit distance spatiale ou période de temps, est un écart existant entre deux valeurs : appréhendé en tant que phénomène dépassant les frontières médiatiques et disciplinaires, il est un concept qui intéresse à la fois notre relation aux contenus et la façon de construire notre connaissance du réel. Ces interruptions, interstices, pauses, blancs et temps d’arrêt nous demandent de faire attention aux frontières, au rythme et donc à l’identité propre d’une expérience sérielle3. Nous les subissons (la pause publicitaire imposée, la fin d’une saison, la livraison discontinue des tomes d’une saga de romans ou de jeu vidéo) ou nous décidons de les impartir au contenu (arrêter la lecture à un moment plutôt qu’un autre). Ces « vides » qui nous alertent de la fin, ces vides que la fin (toujours provisoire ?) d’un récit produit en nous et avec nous, sont à penser comme des moments nécessaires aux séries et même des espaces productifs.

Dans la course à pied, l’athlète qui s’entraîne par intervalles ajoute de pauses utiles entre les efforts, ce qui lui permet de récupérer de l’effort précédent, mais de façon incomplète. L’intervalle est donc à concevoir comme une méthode pour améliorer sa performance. Pour l’étude des médias, l’intervalle possède un rôle heuristique : il est une interruption qui se révèle utile à l’analyse car il brise une continuité, nous permettant de faire ressortir des œuvres là où autrement il y aurait un flot ininterrompu ; il permet de trouver de la discrétion dans la continuité des flux4. [Lire la suite du texte de présentation…]

Continuer la lecture de Parution : Dossier « Intervalles sériels » (Sens public)

Parution : Émile Erckmann, Alexandre Chatrian, Oeuvres

Émile Erckmann, Alexandre Chatrian, ŒuvresLes Belles Lettres, 2020.

Texte établi par : Noëlle Benhamou

Peu de lecteurs connaissent encore Erckmann-Chatrian. Appréciés de George Sand et d’Alphonse de Lamartine, défendus par Victor Hugo, ils ont subi le sort des auteurs édités par Hetzel : désignés comme des écrivains régionalistes s’adressant uniquement à la jeunesse, ils sont passés de mode.
Après avoir paru dans la Bibliothèque verte et sous forme d’extraits dans les manuels scolaires, leurs romans ont été oubliés.
Pourtant, Émile Erckmann (1822-1899) et Alexandre Chatrian (1826-1890), auteurs lorrains, figurent parmi les écrivains les plus lus du XIXe siècle.
Avec pour cadre la vie quotidienne d’une campagne reculée, celle des environs de Phalsbourg puis des petits villages de Lorraine et des Vosges, leurs écrits abondent de menus faits recueillis auprès des villageois. Mais ce réalisme alors en vogue s’y trouve nettement infléchi par un idéalisme volontaire voire optimiste : « Il faut que tout soit un peu idéaliste, car la réalité plate, telle qu’on la comprend et qu’on la pratique aujourd’hui est trop assommante » confie Erckmann. Leur prose s’en trouve enrichie à la fois de considérations métaphysiques, du recours à l’étrange et au fantastique mais aussi d’un didactisme républicain. Leur devise pourrait être « édifier et instruire ».
La présente édition annotée de leurs œuvres comprend trois recueils de contes – Contes fantastiques (1860), Contes de la montagne (1860) et Contes des bords du Rhin (1862) – et trois romans – L’Ami Fritz (1864), Histoire d’un conscrit de 1813 (1864), Waterloo (1865).
Elle reprend la première édition de chaque oeuvre en volume et est accompagnée d’une introduction générale, de notices pour chaque partition, de notes explicatives, d’un dictionnaire des personnages, d’une bibliographie, d’une chronologie et d’index.                   Continuer la lecture de Parution : Émile Erckmann, Alexandre Chatrian, Oeuvres

Parution : Erckmann-Chatrian, conteurs et moralistes

Noëlle Benhamou, Erckmann-Chatrian, conteurs et moralistes, Les Belles Lettres, 2020.

S’il est une œuvre du XIXe siècle injustement oubliée aujourd’hui, c’est bien celle d’Erckmann-Chatrian. Écrivains et conteurs prolixes, Émile Erckmann (1822-1899) et Alexandre Chatrian (1826-1890), qui signèrent d’abord Émile Erckmann-Chatrian puis sous le pseudonyme double Erckmann-Chatrian, ont laissé un grand nombre de nouvelles plus étonnantes les unes que les autres. Leur récit fantastique Hugues-le-Loup et le roman réaliste L’Ami Fritz ont enchanté les générations de l’immédiat après-guerre.
Auteurs engagés politiquement, soutenus par Victor Hugo, intéressés par la science et la philosophie, ils ont eu pour ambition d’instruire le peuple, en le divertissant tout en lui apprenant l’Histoire et la morale. Longtemps étiquetés écrivains régionalistes et romanciers pour la jeunesse comme d’autres auteurs publiés chez Hetzel, ils méritent d’être lus et relus au même titre que George Sand, Alphonse Daudet et Jules Verne. À côté des fresques historiques des Romans Nationaux, véritable mine pour les historiens de l’Empire, leurs romans et leurs contes, entre réalisme et fantastique, demeurent d’une richesse insoupçonnée.
Complété par une annexe comprenant deux récits du duo jamais publiés en volume, cet essai donne un éclairage nouveau à l’œuvre d’Erckmann-Chatrian imprégnée de morale et de didactisme. Il montre comment les deux hommes ont réussi à faire passer leurs idées sur la vie et le monde à travers leurs écrits fictionnels, mais aussi leurs romans, leurs essais et leurs pièces de théâtre. C’est que toute l’œuvre du duo est finalement celle d’un conteur.

Continuer la lecture de Parution : Erckmann-Chatrian, conteurs et moralistes

Appel à contributions : Formes narratives & culture médiatique (I) : Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel

Colloque international, Université de Lausanne, 20-21 octobre 2021 

Ce colloque se prolonge les 21 et 22 octobre 2021 par « Formes narratives & supports médiatiques (II) : transferts, reconfigurations et évolution dans la bande dessinée ». 

Comité d’organisation 

Alain Boillat et Valentine Robert, Section d’histoire et esthétique du cinéma, Faculté des lettres, UNIL 

Comité scientifique Raphaël Baroni, Mireille Berton, Alain Boillat, Valentine Robert. 

Partenaires 

Raphaël Baroni, Gaëlle Kovaliv et Olivier Stucky du FNS Sinergia « Reconfiguring Comics in our Digital Era », UNIL & EPFL. 

Ce colloque entend s’interroger sur la manière dont les pratiques sérielles contribuent à déterminer et façonner le récit cinématographique et télévisuel, notamment en matière de tension narrative, de temporalité, de point de vue et de construction des personnages. Les principes de segmentation (en volets, épisodes, chapitres, saisons), de répétition/variation et d’amplification (potentiellement infinie) seront au coeur des analyses proposées, ainsi que le rapport au spectateur/ à la spectatrice induit par les différents modes de consommation de ces productions, tant au niveau du support ou canal (DVD, streaming, VOD, …) qu’à celui du dispositif (salle de cinéma, salon domestique, écran personnel, etc.) ou de la temporalité (visionnement régulier à horaires fixes, visionnement continu, durée de l’attente jusqu’au volet ou à la saison suivante, etc.). La série telle que nous l’envisagerons ici sera définie par la reprise d’une même diégèse (ou de certaines composantes diégétiques) dans des productions filmiques distinctes1, sans que l’objet d’étude ne soit restreint au seul contexte télévisuel. Ce colloque entend en effet décloisonner les approches de la sérialité en envisageant les phénomènes de manière croisée (voire comparée) par la prise en compte conjointe des domaines cinématographique et télévisuel, et ce dans une perspective d’histoire des discours et des pratiques. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Formes narratives & culture médiatique (I) : Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel

Appel à contributions: Genesis, n°54, « Écrire à la chaîne. Génétique des productions sérielles »

Publiée par Sorbonne Université Presses et par voie numérique (https://journals.openedition.org/genesis/), la revue Genesis  (Manuscrits-Recherche-Invention) est spécialisée en critique génétique. Elle prépare un numéro consacré à la génétique des productions sérielles sous la direction de Matthieu Letourneux et de Luce Roudier. Continuer la lecture de Appel à contributions: Genesis, n°54, « Écrire à la chaîne. Génétique des productions sérielles »

Parution : écrire une série TV

Florent Favard, Écrire une série TV. La promesse d’un dénouement, Tours, PUFR « Serial », 2019.

Présentation de l’éditeur : Les séries télévisées sont aujourd’hui plus fascinantes que jamais, capables de déployer des intrigues au long cours et des mondes fictionnels denses et sans limites. Ce livre explore les évolutions narratives qui ont façonné les oeuvres contemporaines, et cherche à percer les secrets de l’écriture des séries les plus feuilletonnantes. Comment une série peut-elle tenir sur la durée ? De quelles façons s’organisent les multiples fils de l’intrigue ? Comment les scénaristes parviennent à jongler entre improvisation et planification du récit ? Au-delà des débuts souvent hésitants et des fins difficiles à prévoir, c’est toute l’immensité de ces oeuvres hors-normes qui est analysée ici en détails.

Parution : « Feuilletons en BD »

Françoise Revaz, Alain Boillat et alii

Case, strip, action. Les feuilletons en bandes dessinées dans les magazines pour la jeunesse (1946-1959), Infolio, 2016

 

feuilletonsbd

Précurseurs des séries télévisées, les histoires à suivre qui paraissaient en bandes dessinées dans des hebdomadaires pour la jeunesse tels que Le Journal de Tintin, Spirou ou Tarzan ont tenu en haleine les jeunes lecteurs de l’après-guerre et façonné leur imaginaire, mais n’ont à ce jour guère fait l’objet d’études détaillées. Richement illustré, cet ouvrage se propose de faire connaître une production foisonnante et emblématique de la culture populaire de la période 1946-1959 en l’envisageant sous l’angle de l’histoire de la bande dessinée, de l’étude du récit et de l’intermédialité. Les auteurs y soulignent notamment les liens entre BD et cinéma, tant sur un plan théorique (logique du feuilleton, rythme narratif, découpage de l’action) qu’analytique (adaptations de films en BD).

Alain Boillat est professeur à la Section d’histoire et esthétique du cinéma de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne. Ses dernières recherches portent sur l’histoire des liens entre bande dessinée et cinéma. Marine Borel réalise actuellement une thèse de doctorat en linguistique française à l’Université de Fribourg et à l’Université de Lorraine. Raphaël Oesterlé est licencié en Histoire et esthétique du cinéma à l’Université de Lausanne. Il mène une thèse sur les périodiques de bandes dessinées francophones de l’après-guerre. Françoise Revaz est professeure de linguistique française à la Faculté des Lettres de l’Université de Fribourg. Elle a fondé, avec R. Baroni, le Réseau Romand de Narratologie.

Colloque: American Mysteries: Urban Crime Fiction

 quaker

American Mysteries: Urban Crime Fiction from Eugène Sue’s Mysteries of Paris to the American Noir & Steampunk

February 26-28 & March 1, 2014
Interdisciplinary Humanities Center
UC Santa Barbara
In collaboration with
Université Montpellier III-RIRRA 21 (France)

 

 

 

Wednesday, February 26, 4:00-5:15pm
Location: Old Little Theatre, College of Creative Studies
Caroline Allen (UC Santa Barbara) and writer & director Jean-Christophe Valtat (Université Montpellier 3-Rirra 21, France) will read from and speak on the two volumes of Valtat’s trilogy Mysteries of the New Venice: Aurorarama and Luminous Chaos in the College of Creative Studies Literature Symposium.

***

Location: McCune Conference Room, Interdisciplinary Humanities Center,
Humanities and Social Sciences Building 6th floor

 

Thursday, February 27, Opening of the Colloquium

5:00pm: Welcome by David Marshall, Dean of Humanities and Fine Arts
& Introduction by Dominique Jullien and Catherine Nesci, co-organizers (UC Santa Barbara)

 

5:30pm: Plenary Session #1
Moderator:  Patricia C. Cohen (UC Santa Barbara)

Paul J. Erickson (American Antiquarian Society)

“The Mysteries and Miseries of Small Cities: The Geographic Reach of City-Mysteries Fiction in Antebellum America”

 

 

Reception:  6:45-7:30pm

 

***

Friday, February 28

 

Session I, 9:00am-12:15pm: Urban Gothic? Poverty and Prostitution from Sue’s Mysteries of Paris to Lippard’s The Quaker City and Beyond
Moderator: Dominique Jullien (UC Santa Barbara)

 

–          Carolyn Betensky (University of Rhode Island): “The Spectral Working-Class Reader in Les  Mystères  de Paris

 

–          Elizabeth Erbeznik (Northern Illinois University): “Saving Working-Class Women from Eugène Sue’s Paris”

Coffee Break: 10:15-10:30am

 

Moderator: Erika Rappaport (UC Santa Barbara)

–          Sari Altschuler (John B. Hench Post-Dissertation Fellow, American Antiquarian Society & University of South Florida): “Race and Media: The New History of George Lippard’s The Quaker City

 

–          Laure Katsaros (Amherst College): “New York By Gas Light, Paris By Night: George Foster and Julie de Marguerittes”

 

–          Christopher Newfield (UCSB): “Fates of the Subversive Imagination: Blanchard Jerrold and Gustave Doré’s London: A Pilgrimage (1868)”

 

***

 

2:00pm-3:00pm, Plenary Session #2
Moderator: Catherine Nesci (UC Santa Barbara)

 

 

 

Marie-Eve Thérenty (Université Montpellier 3-Director, Rirra 21)

“The Mysteries of New York from Ned Buntline on: Intercultural Transfers and Adaptations in the Nineteenth Century (France-United States)”

***

Session II, 3:15-5:00pm: American Underworlds

Moderator: David L. Pike (American University)

 

–          Dominique Kalifa (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne): “The Informal History of Herbert Asbury’s Underworld”

 

–          Michael Grafals (UC Santa Barbara): “The Mysteries of New Orleans: Asbury’s New Orleans Vs. Reizenstein’s Secrets of New Orleans

 

–          Jean-Christophe Valtat (Université Montpellier 3-Rirra 21): “Tall Tale: The Mysteries of Ideology in Mark Helprin’s Winter Tale and Thomas Pynchon’s Against the Day

 

Coffee Break: 5:00-5:15pm

 

Session III, 5:15-7:00pm: The Detective Novel Vs. The Urban Mystery Novel

Moderator: Sari Altschuler (AAS & University of South Florida)

–          Devin Fromm (UC Santa Barbara):  “As Poet and Mathematician: Dupin’s Investigations of the Mysterious City”

 

–          Christian Reed (UC Los Angeles): “What It Means To Say the Gothic Scatters: On George Thompson’s City Crimes (1849)”

 

–         Daniel Couch (UC Los Angeles): “An Extravagant Economy: The Literary Prizes of Alcott’s and Buntline’s Sensational Fiction”

***

Saturday, March I

Session IV, 9:15am-11:00am: Translating French Mysteries in America  

Moderator: Carolyn Betensky (University of Rhode Island)

–          Eliza Smith (UC Santa Barbara): “Flash/Slang/Slumming: The Language of the Underworld”

–          Filippos Katsanos (Université Montpellier 3-Rirra 21; University of Patras, Greece):  “The American Editions of The Mysteries of Paris in 1843: Translation as a Battleground between Old-Timers and Newcomers of the American Publishing Industry”

–          Jonathan Loesberg (American University):  “(Re)Translating Sue’s Mysteries of Paris Now:  Sue’s Narrative Voice and Criminal Argot”

 

Coffee Break: 11:00-10:15pm

 

 

Session V, 10:15-noon: Americanizing Parisian Crime Fiction

Moderator: Laure Katsaros (Amherst College)

–          Amy Wigelsworth (University of Durham, UK): “The American in Paris: The Americanization of City and Text in French Urban Mystery Novels”

 

–          Matthieu Letourneux (Université Paris 10-Nanterre): “‘America Invades France’: The Arrival of the Dime Novels and the Transformations of the Criminal and Urban Imaginaries in Belle Époque Popular Literature”

 

Lunch and Film Screening

12:00-2:30pm
Charlie Chan in Paris (1935)

 

 

Session VI, 2:45-4:15pm: From American Noir to Steampunk

Moderator: Eric Prieto (UC Santa Barbara)

–          David L. Pike (American University):  “City Settings: American Urban Mysteries from Film Noir to Steampunk”

 

–          Yunte Huang (UC Santa Barbara): “Racing Noir: Charlie Chan’s Mysteries”

 

Coffee Break: 4:15-4:30pm

 

***

4:30-6:30pm [MCC or Pollock Theatre?]

 

Chan is Missing (1982, Director’s Cut), featuring

Film Director Wayne Wang

 

This conference is the fourth in a series of conferences on the innovative novel of urban mysteries, which has remained largely unexplored as a global cultural phenomenon.  Starting with one of the first literary mass-successes, Eugène Sue’s serialized novel Les Mystères de Paris (1842-43 [The Mysteries of Paris]), the launch and reception of the urban mystery marked not only the most important media phenomenon that France had ever seen; it was also one of the first occurrences of cultural globalization. In the months following the French publication, the novel was translated into several languages and gained international success from southern Europe to North America, from northern Europe to Latin America, Russia, throughout the Commonwealth, and, finally, at the turn of the century, in Japan and China. These translations were mostly adaptations.  Sue’s Mystères de Paris also initiated the production of hundreds of novels worldwide with considerable local variation. Examples are Reynolds’s Mysteries of London (1844-1848), Juan Martínez Villergas’s Los Misteríos de Madrid (1844), Ned Buntline’s The Mysteries and Miseries of New York (1847-48), Edouard Rivière’s Antonino y Anita ó los nuevos mysterios de Mexico (1851), Camilo Castelo Branco’s Os Mistéros de Lisboa (1854), and B. Del Vecchio’s I Misteri di Roma contemporanea (1851-1853).  With interwoven stories and urban chronicles that feature deep conflicts of class and gender, Sue’s Mysteries of Paris was the first popular novel to confront head-on the modern megalopolis. Starting with Sue’s serialized best-seller, the urban mystery novel provided a matrix of hybridization with other literary or cultural forms: the gothic novel, the historical novel, the melodrama, the novel of social mores, the fiction of detection, the journalistic reportage, and travel narratives, to name a few. Our UCSB mystery conference focuses on the translations, adaptations and transformations of the Parisian mystery novels in the United States, from George Lippard’s The Quaker City (1844) and Edward Zane Carroll Judson [Ned Buntline]’s The Mysteries and Miseries of New York (1847-48), to the influence this neglected popular genre had on the modern detective novel and the making of the Hollywood film noir.

 

This colloquium is organized and sponsored by the Department of French and Italian, the Comparative Literature Program, and the Graduate Center for Literary Research, at the University of California, Santa Barbara, in collaboration with Université Montpellier III, France, and its Research Center RIRRA21.
The organizers would like to thank the following institutions for their co-sponsoring:  the College of Letters and Sciences and its Division of Humanities and Fine Arts, the Interdisciplinary Humanities Center, the College of Creative Studies, The Multicultural Center, and the Departments of English, Film and Media Studies, and History, and the Center for Modern Literature, Materialism and Aesthetics (COMMA) at the University of California, Santa Barbara.

We also thank Paul Goldberg and Janice Taylor of the Office of Development and the staff of the Interdisciplinary Humanities Center at UC Santa Barbara as well as the following colleagues for their support of this project:  Caroline Allen, Carolyn Betensky, Paul Erickson, Yunte Huang, Dominique Kalifa, Erika Rappaport, and Marie-Eve Thérenty.

Our gratitude also goes to the Albert and Elaine Borchard Foundation, Inc., for its generous financial support.

 

Catherine Nesci and Dominique Jullien, Department of French and Italian, and co-organizers

http://www.ihc.ucsb.edu

http://www.complit.ucsb.edu/gclr

http://www.complit.ucsb.edu

http://rirra21.upv.univ-montp3.fr