Archives par mot-clé : femmes / women

Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

« Les livres ont-ils un genre ? (XVIe-XXe siècles) »

Revue Histoire et civilisation du livre

Échéance des propositions : 15 juillet 2021

Date prévue de parution : 2023 

Coordonné par Emmanuelle Chapron (Aix Marseille Université / EPHE), Sabine Juratic (CNRS/ IHMC)

Comité scientifique

Marie-Cécile Bouju (Univ. Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), Jean-Charles Geslot (Univ. Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Rémi Jimenes (Univ. Tours), Annette Keilhauer (Friedrich-Alexander Univ. Erlangen-Nürenberg), Edwige Keller-Rahbé (Univ. Lumière – Lyon 2), Sylvain Lesage (Univ. Lille).

Argumentaire 

Depuis la fin des années 1990, une bibliographie croissante s’est intéressée aux relations entretenues par les femmes avec les livres et, plus largement, avec le monde de l’imprimé en Occident. Les travaux ont mis en évidence la participation des femmes à la production et au commerce des livres, des ateliers d’Ancien Régime (Jimenes 2017) au développement des éditions féministes dans les années 1970 (Pavard 2005, Mazzone 2007), jusqu’à la place occupée par les « petites » maisons d’édition fondées par des femmes dans un champ éditorial, celui de la fin des années 1990, globalement guetté par une « révolution conservatrice » (Bourdieu 1999). Au cœur de nombreuses recherches, les lectrices ont été saisies à la fois comme construction normative (la lectrice idéale) et comme réalité sociale (von Tippelskirch 2011, Matamoros 2017). Les travaux ont éclairé les contraintes matérielles, sociales et culturelles qui s’exerçaient sur la lecture féminine, autant que la capacité des lectrices à s’en accommoder, à les contourner ou à les renverser à leur profit (Brouard-Arends 2003). Enfin, la place des femmes dans le champ littéraire, leur accès longtemps mesuré et contraint à la publication, le façonnement de figures d’autrices ont été questionnés dans la longue durée (Reid 2020).

Récemment, plusieurs travaux ont proposé une perspective plus englobante, embrassant l’ensemble du circuit du livre, dans la France (Broomhall 2002), l’Angleterre (Smith 2012) ou l’Italie (Richardson 2020) des xvie et xviie siècles : les femmes y sont saisies à leur table de travail, à écrire, traduire, préfacer, copier, préparer les textes pour la presse, dans l’atelier, la rue et les corporations de métier, dans leurs interactions avec les auteurs, les imprimeurs et les patrons, dans leur confrontation, plume à la main, avec le texte lu, offert, prêté ou échangé.

Il n’est plus contestable qu’observer les femmes à l’œuvre ou même, comme le suggère Brian Richardson, de regarder « how activities related to books looked through the eyes of the women », permet d’ouvrir des perspectives latérales, de produire un autre regard sur des réalités consolidées par l’historiographie, d’interroger différemment les manières de lire, les formes de l’auctorialité, le genre des inky fingers, les paratextes (Keller-Rahbé et Clément 2017), en bref d’examiner autrement l’ordre des livres.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

Parution : Media Work, Mothers and Motherhood (S. Liddy, A. O’Brien, ed.)

Susan Liddy, Anne O’Brien (ed.), Media Work, Mothers and Motherhood. Negotiating the International Audio-Visual Industry, Routledge, 2021

Presentation

This interdisciplinary and international volume offers an innovative and critical exploration of the impact of motherhood on the engagement of women in media and creative industries across the globe. Diverse contributions critically engage with the intersections and overlap between the social categories of worker and mother, and the work of media production and maternal caregiving.

Conflicting ideas about, and expectations of, mothers are untangled in the context of the working world of radio, film, television and creative media industries. The book teases out commonalities between experiences that are evident across a number of countries, from Hollywood to Bollywood, as well as examining the differences between class, religion, maternal status and cultural frameworks that surround working mothers in various nation states. It also offers some possibilities for ways forward that can improve the lives of women workers who are also mothers.

A timely and valuable contribution to international debates on equality, mothers and motherhood in audiovisual industries, this book will be of interest to scholars and students of media, communication, cultural studies and gender, programmes engaged with work inequalities and motherhood studies, and activists, funders, policymakers and practitioners.

Continuer la lecture de Parution : Media Work, Mothers and Motherhood (S. Liddy, A. O’Brien, ed.)

Parution : Women Make Horror. Filmmaking, Feminism, Genre (dir. Alison Peirse)

Alison Peirse (dir.), Women Make Horror. Filmmaking, Feminism, Genre, Rutgers University Press, 2021. 

“But women were never out there making horror films, that’s why they are not written about – you can’t include what doesn’t exist.”
“Women are just not that interested in making horror films.”

 
This is what you get when you are a woman working in horror, whether as a writer, academic, festival programmer, or filmmaker. These assumptions are based on decades of flawed scholarly, critical, and industrial thinking about the genre. Women Make Horror sets right these misconceptions. Women have always made horror. They have always been an audience for the genre, and today, as this book reveals, women academics, critics, and filmmakers alike remain committed to a film genre that offers almost unlimited opportunities for exploring and deconstructing social and cultural constructions of gender, femininity, sexuality, and the body.

Women Make Horror explores narrative and experimental cinema; short, anthology, and feature filmmaking; and offers case studies of North American, Latin American, European, East Asian, and Australian filmmakers, films, and festivals. With this book we can transform how we think about women filmmakers and genre.

Contributions by Alison Peirse, Alicia Kozma, Alexandra Heller-Nicholas, Martha Shearer, Katia Houde, Tosha R. Taylor, Dahlia Schweitzer, Laura Mee, Katarzyna Paszkiewicz, Maddison McGillvray, Molly Kim, Donna McRae, Erin Harrington, Lindsey Decker, Valeria Villegas Lindvall, Janice Loreck, Amy C. Chambers, Sonia Lupher

Alison Peirse is an associate professor in film and media at the University of Leeds, UK. She is author of After Dracula: The 1930s Horror Film and co-editor of Korean Horror Cinema.

Parution : Children’s Literature in the Long 19th Century (dir. Catherine Butler, Ann Alston)

Catherine Butler, Ann Alston (dir.), Children’s Literature in the Long 19th Century, Routledge, 2021.

In this collection the multidimensional story of children’s literature in the formative period of the long nineteenth century is illuminated, questioned, and, in some respects, rewritten.
Children’s literature might be characterised as the love-child of the Enlightenment and the Romantic movements, and much of its history over the long nineteenth century shows it being defined, shaped, and co-opted by a variety of agents, each of whom has their own ambitions for it and for its child readership. Is children’s literature primarily a way of educating children in the principles of reason and morality? A celebration of the Rousseauesque child? A source of pleasure and entertainment? Women, both as writers and as nurturers involved at an intimate and daily level with the raising of children, recognised early and often very explicitly the multiple capacities of literature to provide entertainment, useful information, moral education and social training, and the occasionally conflicting nature of these functions.
This book was originally published as a special issue of Women’s Writing.

Table of Contents:

Introduction 1. The British Reception of Genlis’s Adèle et Théodore, Preceptive Fiction and the Professionalization of Handmade Literacies 2. The Metropolis and Female Citizenship in Mary Wollstonecraft’s Original Stories from Real Life 3. Satirical Conservatism in Catherine Ann Dorset’s Papillonades 4. « How One Subject Springs Out of Another! »: The Strickland Family and Early Nineteenth-Century Children’s Literature 5. « Marietza »: An Example of Catherine Maria Sedgwick’S Depiction of the « Other » in Her Books for Children 6. American Woman: Feminine Speech and the Reformation of National Identity through Female Community in Louisa May Alcott’s An Old-Fashioned Girl 7. The Empire Girl Goes to War: Bessie Marchant’s World War I Fiction

Parution : Vous avez dit shôjo ? (Neuvième ART 2.0)

Neuvième Art 2.0 : Vous avez dit shôjo ?

Dossier publié sur le site neuviemeart.citebd.org, janvier 2021.

Le shôjo manga, ou manga pour jeunes filles, presque toujours produit par des femmes, a souvent été considéré comme la catégorie de bandes dessinées japonaises cultivant l’esthétique la plus éloignée des standards occidentaux. Neuvième Art a voulu remonter aux origines de cette spécificité, et interroger quelques œuvres relevant du genre ou dialoguant avec lui.

Naoko Morita, Qu’est-ce que le shôjo manga ?

Mizuki Takahashi, D’où viennent les conventions graphiques du shôjo manga ?

Harry Morgan, Affects et expression des passions dans le shôjo manga des années 1970

Elsa Caboche, Mamie lit du yaoi : {bl métamorphose}, un manga réflexif à la croisée des genres

Thierry Groensteen, Les Idoles du shôjo

Marius Jouanny, Kiriko nananan – un shôjo d’auteur ?

Journée d’études : À la recherche des femmes dans la presse ancienne numérisée (1850-1950)

À la recherche des femmes dans la presse ancienne numérisée (1850-1950)

10 h – 17 h 30

Diffusion en ligne

Comment appréhender et faire de la recherche dans les corpus de presse ancienne numérisés ? Au cours de cette journée de présentation du projet européen NewsEye, A Digital Investigator for Historical Newspapers, plusieurs propositions de réponses seront apportées grâce à des exemples concrets de recherche ayant trait à la thématique des femmes, et par la démonstration de plusieurs outils : Gallica, RetroNews, mais aussi un nouvel outil de recherche en ligne développé par le projet NewsEye.

L’objectif du projet NewsEye est d’améliorer l’accès à la presse ancienne (1850-1950) pour les chercheurs, usagers des bibliothèques mais aussi pour le grand public. Pour cela, il développe des outils de reconnaissance  de caractères, d’analyse automatique de la structure des journaux (extraction des thématiques, identification des articles) et de traitement multilingue des contenus (reconnaissance des noms de personnes,  de lieux, d’organisations ; analyse d’opinion et de sentiment ; fouille de texte et de données) fondée sur l’intelligence artificielle. Son ambition est de proposer une boîte à outils d’analyse à très grande échelle des journaux numérisés dans n’importe quelle langue et en provenance de différentes sources. Pour se faire, le projet rassemble huit partenaires de quatre pays (Allemagne, Autriche, Finlande et France).

En raison des conditions sanitaires, cet événement ne peut avoir lieu en présence du public et sera diffusé sur notre chaîne Youtube et sur cette page le lundi 15 mars à 10 h.

Continuer la lecture de Journée d’études : À la recherche des femmes dans la presse ancienne numérisée (1850-1950)

Parution : Rape Culture, Purity Culture, and Coercive Control in Teen Girl Bibles

Caroline Blyth, Rape Culture, Purity Culture, and Coercive Control in Teen Girl BiblesRoutledge, 2021

In this fascinating book, Caroline Blyth takes a close look at Bibles marketed to teen girls and asks how these might perpetuate harmful gender stereotypes that lie at the heart of rape culture.

The author considers the devotionals, commentaries, and advice sections placed throughout these Bibles, which offer teen girl readers life advice on topics such as friendships, body image, and how to navigate romantic relationships. Within these discussions, there is a strong emphasis on modesty, purity, and sexual passivity as markers of young women’s ‘godliness’. Yet, as the author argues, these gendered ideals are prescribed to readers using rape-supportive discourses and the tactics of coercive control. Moreover, the placement of these various editorial inserts within the pages of sacred scripture gives them considerable power to reinforce deeply harmful ideologies about gender, sexuality, and sexual violence. Given the seeming popularity of these Bibles among Christian teen girls, the need to dismantle their damaging rhetoric is especially urgent.

This book will be of particular interest to those studying the Bible, religion, gender, and theology, as well as the general reader.

Table of contents & Authors Biography

Parution : Difficult Women on Television Drama. The Gender Politics Of Complex Women In Serial Narratives

Isabel C. Pinedo, Difficult Women on Television Drama. The Gender Politics Of Complex Women In Serial Narratives, Routledge, 2021. 

Difficult Women on Television Drama analyses select case studies from international TV dramas to examine the unresolved feminist issues they raise or address: equal labor force participation, the demand for sexual pleasure and freedom, opposition to sexual and domestic violence, and the need for intersectional approaches.

Drawing on examples from The Killing, Orange is the New Black, Big Little Lies, Wentworth, Outlander, Westworld, Being Mary Jane, Queen Sugar, Vida, and other television dramas with a focus on complex female characters, this book illustrates how female creative control in key production roles (direct authorship) together with industrial imperatives and a conducive cultural context (indirect authorship) are necessary to produce feminist texts. Placed within the larger context of a rise in feminist activism and political participation by women; the growing embrace of a feminist identity; and the ascendance of post-feminism, this book reconsiders the unfinished nature of feminist struggle(s) and suggests the need for a broader sweep of economic change.

This book is a must-read for scholars of media and communication studies; television and film studies; cultural studies; American studies; sociology of gender and sexualities; women and gender studies; and international film, media and cinema studies.

Isabel Pinedo is an Associate Professor in the Department of Film & Media at Hunter College, CUNY.

Appel à propositions : Appropriations francophones des Feminist Cultural Studies

« Appropriations francophones des Feminist Cultural Studies », Revue Poli – Politiques des Cultural Studies, n° 16 – printemps 2022

Coordinatrices

Viviane Albenga (Université Bordeaux Montaigne)

Delphine Chedaleux (Université de Technologie de Compiègne)

L’objectif de ce numéro thématique est de dresser un panorama inédit des appropriations contemporaines des Feminist Cultural Studies dans l’espace francophone ; nous souhaitons ici mettre à l’honneur les travaux en français qui reprennent à leur compte la démarche initiée par les Cultural Studies féministes, quelle que soit la discipline au sein de laquelle ils opèrent.

Depuis la publication en 1978 de l’ouvrage collectif Women Take Issue : Aspects of Women’s Subordination co-écrit par les chercheuses du Women’s Studies Group du Centre for Contemporary Cultural Studies (CCCS), de nombreux travaux ont vu le jour au confluent de la théorie féministe et des Cultural Studies. Les Feminist Cultural Studies ne constituent pas un champ strictement défini mais désignent un ensemble de travaux qui se revendiquent frontalement ou non de cette catégorie ou d’une catégorie proche telle que la Feminist Cultural Theory (Skeggs, 1995) ; leur hétérogénéité conduit Anne Balsamo à les qualifier de post-disciplinaires (Balsamo, 1991). Qu’elles s’articulent autour de la critique littéraire, de l’ethnographie des subcultures, des études postcoloniales, des théories du corps, de la critique féministe des sciences et des techniques ou encore de la relecture féministe des concepts bourdieusiens, les Feminist Cultural Studies anglo-américaines ont en commun d’investiguer la production culturelle des rapports de genre dans ses imbrications avec la classe et la race. Le culturel s’entend ici dans une acception large : s’il est évidemment question des productions médiatiques (cinématographiques, télévisuelles, journalistiques, littéraires, théâtrales, etc.), le terme désigne plus largement les systèmes de représentations symboliques (qui structurent par exemple les champs politiques ou scientifiques) et, dans un sens anthropologique, les modes de vie.

Continuer la lecture de Appel à propositions : Appropriations francophones des Feminist Cultural Studies

Parution : Hot, Cool & Vicious

Keivan Djavadzadeh, Hot, Cool & Vicious. Genre, race et sexualité dans le rap états-­unien

Éditions Amsterdam, coll. « Les prairies ordinaires », février 2021, 240p.

Communément associé à l’expression d’un discours misogyne, le rap reste un champ musical dominé par des hommes. Pourtant, les femmes l’ont très tôt investi : de la fin des années 1970 à aujourd’hui, de The Sequence à Megan Thee Stallion, en passant par Queen Latifah, Salt-N-Pepa, Lil’ Kim, Nicki Minaj et Cardi B, l’histoire du rap, c’est aussi celle des femmes talentueuses qui se sont emparées de ce genre. Qui ont écoulé des centaines de millions de disques et participé de manière significative au développement artistique et commercial de cette musique, sans pour autant être reconnues à la hauteur de leur contribution.

Cet ouvrage leur donne enfin la place qu’elles méritent. En rendant compte des rapports de domination et des formes de subjectivation possibles pour celles qui évoluent dans cette industrie, il restitue toute la diversité et la complexité de leur musique. Elles ont ouvert un espace de discussion sur des problématiques relatives à la condition des femmes noires des classes populaires et, à rebours des représentations hégémoniques, fait évoluer les mentalités dans la culture hip-hop sur des sujets aussi brûlants que la race, la sexualité ou les violences de genre. Que cela plaise ou non, la motherfucking bitch era n’est pas près de se refermer.