Archives par mot-clé : femmes / women

Colloque « Musidora, qui êtes-vous ? » du 18 au 20 novembre 2020

Du 18 au 20 novembre 2020 se tiendra à la Cinémathèque Robert-Lynen (75017) et au CNC (75014) le colloque « Musidora, qui êtes-vous? » coorganisé par Carole Aurouet, Marie-Claude Cherqui et Laurent Véray.

En forme de point d’interrogation, une tête de femme cagoulée de noir s’affiche sur les murs des villes de France et d’ailleurs. Qui ? Quoi ? Quand ? Où ? C’est Irma Vep, alias Musidora, alias Jeanne Roques, muse-artiste, femme et vamp, née à Paris en 1889 et amenée à figurer pour toujours au firmament des étoiles du cinéma mondial. En 1915, elle apparaît au public moulée d’un collant noir et courant sur les toits de Paris dans Les Vampires, serial culte de Louis Feuillade. Le mythe est en marche. Les yeux sont fascinés et les cœurs s’enflamment. Les poètes, parmi eux les futurs surréalistes, fixeront son image par les mots et contribueront à son immortalité. Mais derrière le mythe, il y a la femme. Jeanne Roques naît dans une période décisive pour la modernité, pour la création dans tous les domaines artistiques comme techniques. Ses parents sont des progressistes. Son père, philosophe et musicien, et sa mère, engagée dans les luttes féministes, encouragent leur fille dans ses choix. Jeanne envisage d’abord une carrière de peintre et de dessinatrice et étudie au cours Frémiet. Puis elle apprend l’art dramatique chez Mévisto et démarre à seize ans une carrière au music-hall. Guidée par Pierre Louÿs, c’est dans Fortunio de Théophile Gautier, qu’elle choisit son nom de scène, Musidora, s’identifiant au personnage fatal et singulier du roman. Sur la scène du Ba-Ta-Clan, elle rencontre Colette, figure décisive pour sa carrière et pour sa vie. Devenue une des principales vedettes des grandes revues parisiennes, elle chante et danse dans les music-halls de Paris et de France. Feuillade la remarque aux Folies-Bergère et l’engage pour le rôle d’Irma Vep dans Les Vampires, succès populaire de la Grande Guerre. Première « star » française du cinéma, elle enchaîne les rôles pour les plus grands cinéastes, sans jamais cesser de se produire sur scène. Passionnée par leur travail, elle crée Les Films Musidora et passe derrière la caméra. Lors de ses déplacements artistiques, elle découvre l’Espagne, et choisit, pour y tourner, d’adapter le roman historique de Pierre Benoît, Pour Don Carlos. Durant sa liaison avec le rejeoneador Antonio Cañero, elle réalise pour lui Sol y Sombra et La Tierra de los Toros. À la fin des années 1920, elle se marie, devient mère et s’installe en province. Là commence sa carrière de romancière, poète, dramaturge, professeur, metteur en scène ; elle renoue également avec la peinture. En 1942, divorcée et de retour à Paris, elle devient un membre fondateur de la Cinémathèque française, en charge de la commission sur les recherches historiques, fonction qu’elle occupera jusqu’à son décès en 1957. Après son livre publié en 1978, Musidora, la dixième muse, Patrick Cazals lui consacre en 2013 un documentaire éponyme projeté dans de nombreux festivals et institutions patrimoniales. Depuis, l’intérêt pour Musidora ne cesse de grandir. Le colloque « Musidora, qui êtes-vous ? » se propose d’étudier la figure de Musidora sous tous ses aspects, les plus connus comme les plus secrets. Son parcours est emblématique de l’émancipation féminine au début du XXe siècle, tant au niveau social qu’artistique. Actrice et artiste complète, objet de fantasmes et femme d’avant-garde, elle s’impose aujourd’hui comme une figure majeure du cinéma muet, continuant à alimenter l’imaginaire collectif. Les communications proposées permettront d’approfondir la réflexion sur le mythe et de mettre en lumière les activités plus méconnues, inédites parfois, de Musidora. Continuer la lecture de Colloque « Musidora, qui êtes-vous ? » du 18 au 20 novembre 2020

Parution : Fanvids.Television, Women, and Home Media Re-Use

E. Charlotte Stevens, Fanvids. Television, Women, and Home Media Re-Use, Amsterdam University Press, 2020. 

Fanvids, or vids, are short videos created in media fandom. Made from television and film sources, they are neither television episodes nor films; they resemble music videos but are non-commercial fanworks that construct creative and critical analyses of existing media. The creators of fanvids-called vidders-are predominantly women, whose vids prompt questions about media historiography and pleasures taken from screen media. Vids remake narratives for an attentive fan audience, who watch with a deep knowledge of the source text(s), or an interest in the vid form itself. Fanvids: Television, Women, and Home Media Re-Use draws on four decades of vids, produced on videotape and digitally, to argue that the vid form’s creation and reception reveals a mode of engaged spectatorship that counters academic histories of media audiences and technologies. Vids offer an answer to the prevalent questions: What happens to television after it’s been aired? How and by whom is it used and shared? Is it still television?

E. Charlotte Stevens is a Lecturer in Media and Communication at Birmingham City University.

Parution : LA PARISIENNE DU SECOND EMPIRE AUX ANNÉES FOLLES

La Parisienne du Second Empire aux Années folles
Sous la direction d’Anne-Simone et Pierre-Jean Dufief
 
 

Incarnée par quelques figures emblématiques, la Parisienne devient un véritable mythe dans la seconde moitié du XIXesiècle. Icône d’un commerce de la mode et du luxe en pleine expansion, figure paradoxale de la modernité, elle occupe la première place sur les scènes des théâtres, dans la grande presse et dans les journaux de mode qui émergent à cette époque. Peintres, romanciers et artistes s’emparent de ce personnage labile qui se joue des définitions. Créature en perpétuel mouvement, elle donne un tempo nouveau aux représentations de la femme posant la question de l’éternel féminin à l’heure de la naissance du féminisme.

Ce volume croise les approches de spécialistes de la littérature, de l’histoire de l’art et de l’histoire de la mode, et éclaire le passage du type au mythe, soulignant toutes les ambiguïtés d’une figure fantasmatique, émancipatrice et aliénatrice, qui conserve toute son actualité.

Anne-Simone Dufief est professeur émérite à l’université d’Angers et présidente de la société des Amis d’Alphonse Daudet. Elle travaille sur le roman et le théâtre du second XIXe siècle. Elle a publié Daudet romancier (Champion, 1997) et elle est co-auteur du Dictionnaire Alphonse Daudet (Champion, 2019).

Pierre-Jean Dufief est professeur émérite à l’université de Paris- Nanterre et président de la société des Amis des Frères Goncourt. Il travaille sur les romans du XIXe siècle ainsi que sur les correspondances d’écrivains. Il a édité le tome I de la Correspondance générale des Goncourt (Champion, 2004) et a co-dirigé avec Colette Becker le Dictionnaire des Naturalismes (Champion, 2017).

Table des matières

Parution : Women Who Kill. Gender and Sexuality in Film and Series of the Post-Feminist Era

Women Who Kill explores several lines of inquiry: the female murderer as a figure that destabilizes order; the tension between criminal and victim; the relationship between crime and expression (or the lack thereof); and the paradox whereby a crime can be both an act of destruction and a creative assertion of agency. In doing so, the contributors assess the influence of feminist, queer and gender studies on mainstream television and cinema, notably in the genres (film noir, horror, melodrama) that have received the most critical attention from this perspective. They also analyse the politics of representation by considering these works of fiction in their contexts and addressing some of the ambiguities raised by postfeminism.


The book is structured in three parts: Neo-femmes Fatales; Action Babes and Monstrous Women. Films and series examined include White Men Are Cracking Up (1994); Hit & Miss (2012); Gone Girl (2014); Terminator (1984); The Walking Dead (2010­); Mad Max: Fury Road (2015); Contagion (2011) and Ex Machina(2015) among others.

Continuer la lecture de Parution : Women Who Kill. Gender and Sexuality in Film and Series of the Post-Feminist Era

CALL FOR PAPERS: The Female Detective on TV

CFP: The Female Detective on TV

Deadline for submissions: May 30, 2020
Full name / name of organization: MAI: Feminism and Visual Culture
Contact email: contact@maifeminism.com

URL de référence

MAI: Feminism & Visual Culture invites academic authors with expertise in television studies and other related disciplines to contribute to our upcoming special issue on female detectives on TV.

For decades now, the female detective has occupied space within a genre that has been all-too-often reserved for the celebratory storylines of self-sacrificial men. She has served to break down sexist barriers placed before women within professional and personal frameworks, acting as an on-screen surrogate and inspiration for (female) spectators. The popularity of female-led TV crime drama across the world points to her success in captivating widespread audience attention. Continuer la lecture de CALL FOR PAPERS: The Female Detective on TV

APPEL : Colloque international « Daniel Lesueur » (1854-1921)

Sous la direction de Diana Holmes (University of Leeds), Martine Reid (université de Lille) et Anne Tomiche (Sorbonne Université)

21-22 janvier 2021
Maison de la recherche de la Sorbonne,
28 rue Serpente, 75006 Paris

La fin du XIXe siècle et la Belle Epoque se caractérisent notamment par un nombre croissant d’auteures, poètes, romancières, dramaturges et journalistes. Certaines d’entre elles connaissent une visibilité incontestable et une notoriété exceptionnelle : appartenant au Tout-Paris littéraire du temps, elles comptent de plus au nombre des auteurs les mieux rémunérés. Tel est le cas de Jeanne Loiseau, qui, sur la recommandation de son éditeur, a pris en littérature le pseudonyme de Daniel Lesueur (elle épousera plus tard Henry Lapauze, conservateur au musée du Petit-Palais). 

Continuer la lecture de APPEL : Colloque international « Daniel Lesueur » (1854-1921)

APPEL à contribution : Musidora, qui êtes-vous ?

Appel à contributions pour un colloque ayant lieu du 18 au 20 novembre 2020 à Paris.

En forme de point d’interrogation, une tête de femme cagoulée de noir s’affiche sur les murs des villes de France et d’ailleurs. Qui ? Quoi ? Quand ? Où ? C’est Irma Vep, alias Musidora, alias Jeanne Roques, muse-artiste, femme et vamp, née à Paris en 1889 et amenée à figurer pour toujours au firmament des étoiles du cinéma mondial.

En 1915, elle apparaît au public moulée d’un collant noir et courant sur les toits de Paris dans Les Vampires, serial culte de Louis Feuillade. Le mythe est en marche. Les yeux sont fascinés et les cœurs s’enflamment. Les poètes, parmi eux les futurs surréalistes, fixeront son image par les mots et contribueront à son immortalité.

Continuer la lecture de APPEL à contribution : Musidora, qui êtes-vous ?

Parution : femmes de presse, femmes de lettres

Le nouvel ouvrage de Marie-Ève Thérenty, Femmes de presse, femmes de lettres. De Delphine de Girardin à Florence Aubenas,  vient de paraître aux éditions CNRS.

Alors que l’histoire de la presse célèbre volontiers ses grands hommes, elle n’a jusqu’ici accordé quasiment aucune place aux femmes journalistes, qu’elles aient été célèbres en leur temps comme Delphine de Girardin, Séverine ou Titaÿna, ou des écrivaines reconnues comme George Sand ou Colette. Pourtant, dès le XVIIIe siècle, des femmes créent et dirigent des feuilles périodiques. Les femmes journalistes du XIXe siècle, qui écrivent un journalisme de chronique directement issu du bel esprit des salons, sont leurs héritières.

Continuer la lecture de Parution : femmes de presse, femmes de lettres

Parution : Diana Holmes, Middlebrow Matters

Diana Holmes, Middlebrow Matters

Women’s reading and the literary canon in France since the Belle Époque, Liverpool University Press, 2018

This is the first book to study the middlebrow novel in France. Middlebrow is a derogatory word that connotes blandness, mediocrity and a failed aspiration to ‘high’ culture. However, when appropriated as a positive term to denote that wide swathe of literature between the challenging experimentalism of the high and the formulaic tendency of the popular, it enables a rethinking of the literary canon from the point of view of what most readers actually read, a criterion curiously absent from dominant definitions of literary value. Since women have long formed a majority of the reading public, this perspective immediately feminises what has always been a very male canon. Opening with a theorisation of the concept of middlebrow that mounts a defence of some literary qualities disdained by modernism, the book then focuses on a series of case studies of periods (the Belle Époque, inter-war, early twenty-first century), authors (including Colette, Irène Nemirovsky, Françoise Sagan, Anna Gavalda) and the middlebrow nature of literary prizes. It concludes with a double reading of a single text, from the perspective of an academic critic, and from that of a middlebrow reader.

Diana Holmes is Professor of French at the University of Leeds.

Parution : Femmes du roman policier

Caroline Granier, A armes égales. Les femmes armées dans les romans policiers contemporains, éditions Ressouvenances, 2018.

Les enquêtrices dans les polars… Les figures de fliquesses, de privées, de journalistes d’investigation, d’inspectrices sont de plus en plus nombreuses (françaises, européennes ou américaines). Cérébrales, fonceuses, intuitives ou rationnelles, épanouies ou névrosées. Célibataires ou en couple, avec ou sans enfants. Qu’ont-elles en commun ? Un désir d’aventures et une soif de liberté sans limites. Attention : elles sont souvent armées… combatives en tout cas. Car leur place dans un monde encore dominé par les hommes n’est pas acquise. Alors elles agissent et prennent leurs affaires en main : et si elles nous montraient la voie ?

Continuer la lecture de Parution : Femmes du roman policier