Archives par mot-clé : femmes

Parution : Drawing (in) the Feminine. Bande dessinée and Women

Margaret Flinn  (dir.), Drawing (in) the Feminine. Bande dessinée and Women, Ohio State University Press, « Studies in Comics and Cartoons », 2024

Disponible en Open Access

Drawing (in) the Feminine celebrates and examines the richness of contemporary women’s production in French and Francophone comics art and considers the history of representations made by both dominant and marginalized creators. Bridging historical and contemporary comics output, these essays illuminate the interfaces among genre, gender, and cultural history. Contributors from both sides of the Atlantic, and across a variety of methodologies and disciplinary orientations, challenge prevailing claims about the absence of women creators, characters, and readers in bande dessinée, arguing that women have always been part of its history. While still far from achieving parity with their male counterparts, female creators are occupying an increasingly significant portion of the French-language comics publishing industry, and creators of all genders are putting forth stories that reflect on the diversity and richness of women’s and gender-nonconforming people’s experiences. In the essays collected here, contributors push back against the ways in which the marginalization of women within bande dessinée history has overshadowed their significant contributions, extending avenues for further exploring the true diversity of a flourishing contemporary production.

Contributors: Armelle Blin-Rolland, Véronique Bragard, Michelle Bumatay, Benoît Crucifix, Isabelle Delorme, Jacques Dürrenmatt, Margaret C. Flinn, Alexandra Gueydan-Turek, Jennifer Howell, Jessica Kohn, Sylvain Lesage, Catriona MacLeod, Mark McKinney

Appel à communications : Féminités et musiques à l’écran. Création, représentations et identités

Nomadland, Chloé Zhao, 2020 – AFP, Searchlight Pictures, Cor Cordium Productions

Colloque international : Féminités et musiques à l’écran. Création, représentations et identités.

Lundi 25 et mardi 26 novembre 2024

Université de Tours

Échéance des propositions : 15 avril 2024

Organisé par Jérémy Michot (Unité de recherche interdisciplinaire Interactions Culturelles et Discursives (ICD) – EA 6297) et Chloé Huvet (EHESS – Centre Maurice Halbwachs)

En juin 2022, Cécile Lacoue présente à Rochefort les résultats d’une enquête intitulée La place des femmes dans l’audiovisuel et le cinéma : vers plus d’égalité ? commandée par le CNC[1]. Largement diffusées et commentées par les sites internet spécialisés dans l’industrie cinématographique[2] ou parmi des collectifs et associations[3], les conclusions générales de ce rapport montrent que la part de femmes dans les différents secteurs des champs audiovisuels et cinématographiques demeure « plus faible dans les entreprise de production et postproduction[4] » (entre 31,7 % et 38,8 %), même si une parité générale semble atteinte. Le volet « Éclairage sur la musique à l’image » du rapport est toutefois bien moins positif : on compte seulement 6,7 % de femmes compositrices dans l’ensemble des projets soutenus par le CNC entre 2012 et 2021[5] – le coût moyen de fabrication des musiques composées par des femmes, précise-t-on, est inférieur de 3,3 % à celles composées par des hommes. Cette étude, menée sur le territoire français, « se vérifie à l’échelle européenne : 9 % de femmes parmi les compositeurs de musiques de films entre 2016 et 2020[6] », conclut Cécile Lacoue. Par ailleurs, la SACEM recense 11 % de compositrices dans le domaine des musiques à l’image en 2022[7], soit une progression très faible qui soulève un certain nombre d’interrogations sur la formation des musicien·nes et leur intégration dans le système de production audiovisuelle dont ce colloque international souhaiterait s’emparer. Continuer la lecture de Appel à communications : Féminités et musiques à l’écran. Création, représentations et identités

Parution : Négocier la norme. Genre et médias dans l’après-guerre (Delphine Chedaleux)

Delphine Chedaleux (dir.), Négocier la norme. Genre et médias dans l’après-guerre, MSHA, coll. “Genre, cultures, sociétés”, 2022.

Ce livre propose de considérer l’après-guerre à partir d’un point de vue original, au croisement de l’histoire du genre et de l’histoire des médias. L’après-guerre est un moment de reconstruction de l’Europe mais aussi de recomposition des mondes médiatiques et d’expansion de la culture de masse. La période est parallèlement marquée par une reconfiguration des rapports de genre : la déstabilisation des catégories du masculin et du féminin engendrée par la Seconde Guerre mondiale laisse place à la réaffirmation d’une stricte répartition des rôles de sexe qui relègue les femmes à la sphère domestique, un contexte qui n’empêche toutefois pas l’expression d’aspirations émancipatrices. Réunissant des contributions de chercheurs et chercheuses de différentes disciplines, l’ouvrage explore l’imbrication de ces dynamiques médiatiques, politiques et sociales en prenant en compte différents médias (radio, photographie, télévision, cinéma, presse magazine, bande dessinée, littérature pratique), en France et plus marginalement en Suisse et en Belgique francophones. Qu’ils mettent l’accent sur l’espace de la production ou sur les contenus, les différents chapitres qui composent l’ouvrage soulignent les mécanismes d’assignation genrée à l’œuvre dans les médias d’après-guerre, tout en révélant les marges de négociation des normes ouvertes par certain·es acteurs et actrices du champ médiatique, tant à travers leurs trajectoires et leurs pratiques professionnelles qu’à travers les discours produits à destination des récepteurs et des réceptrices.

Delphine Chedaleux est maîtresse de conférences à l’Université de Technologie de Compiègne et chercheuse au COSTECH. Son travail porte sur les cultures médiatiques et populaires au croisement du genre et de la classe. Après avoir travaillé sur les cultures cinématographiques en France entre 1940 et 1960, elle travaille actuellement sur les pratiques de lecture du roman sentimental à l’ère numérique. Elle a notamment publié Jeunes premiers et jeunes premières sur les écrans de l’Occupation (Presses universitaires de Bordeaux, 2016), l’ouvrage tiré de sa thèse.

Imaginaires de la filiation. Héritage et mélancolie dans la littérature contemporaine des femmes, Evelyne Ledoux-Beaugrand

Evelyne Ledoux-Beaugrand, Imaginaires de la filiation. Héritage et mélancolie dans la littérature contemporaine des femmes, Montréal, Éditions XYZ, coll. « Théorie et Littérature », 2013, 320 p.

Cet essai présente une réflexion sur les legs du féminisme dans la littérature contemporaine des femmes. L’auteure y cerne le changement qui s’est opéré, à partir de 1990, dans la façon dont les auteures se sont mises à penser et à imaginer la filiation. Dans la production littéraire des deux décennies précédentes, les auteures avaient cherché à rompre avec la société patriarcale et s’étaient surtout intéressées à la sororité et aux relations selon un axe horizontal. Leurs héritières ont plutôt investi l’axe vertical de la généalogie et se sont penchées sur leurs relations avec leurs pères, leurs mères, leurs enfants et même avec leurs ancêtres éloignés. L’essai, qui analyse les points de rupture tout comme les lignes de continuité entre ces deux générations, s’appuie sur une réflexion sur la mélancolie en tant que posture créatrice. Son corpus est riche. Il se compose de récits et de romans français et québécois ainsi que d’écrits féministes issus de divers horizons, mais surtout du Québec, de la France et des États-Unis.

http://www.editionsxyz.com/catalogue/645.html

ISBN : 9782892618044

ISBN numérique : 9782892618051 / ePub: 9782892618068

TABLE DES MATIÈRES

Introduction : Génération héritière

  • Une politique mélancolique. Aux confluents des discours de la fin et des discours de l’héritage
  • La parole des filles : un mot sur le corpus et le parcours

Partie 1. De la sororité aux liens f(am)iliaux. Imaginaires de la filiation

Chapitre 1 : Le corps lesbien de la sororité

  • Retour vers la mère archaïque
  • Anatomie politique : en territoire du féminin
  • « Sa chair dit vrai »
  • « Quand nos lèvres se parlent » : Communi(qu)er

Chapitre 2 : La communauté disloquée. Une filiation mélancolique

  • Hériter, s’étranger. Vers une politique de la dislocation
  • Figures de l’altérité
  • « L’écriture comme un couteau »: ouvrir, creuser, exhiber
  • Esthétique de la blessure
  • Inappropriées et inappropriables. Les arts de faire avec
  • La tacticienne de Truismes
  • Affiliations mélancoliques
  • Spectres et justice

Partie 2. Des fantômes et des anges. La filiation en régime spectral

Chapitre 3 : La revenance du père.

  • Le livre sépulture
  • Porter le spectre paternel
  • L’énigme spectrale
  • Le père en reste, les restes du père
  • Asomie et spectralité
  • Symptomatologie de la hantise
  • Donner corps au fantôme du père. Métaphores de la grossesse et de l’avortement
  • D’un « remember me » à un « remembre-moi ». Une sépulture pour le père

Chapitre 4 : Histoires blessées. La voix des anonymes du passé

  • Nouvelles généalogies féministes
  • S’affilier aux (autres) minoritaires
  • Anges de l’histoire familiale : collecter les traces du passé
  • Textes patchwork
  • Dans l’ombre de l’Histoire
  • Libérer la voix des blessures : une contre-mémoire
  • (Re)connaître l’oubli : une justice in-finie

Partie 3. Filles et mères, filles (a)mères. La filiation en régime de deuil

Chapitre 5 : En huis clos maternel

  • Esquisser ou esquiver la mère? Portrait théorique du maternel
  • Le « huis clos maternel »
  • T(ro)uer la mère. Se faire une/la peau
  • Atteindre la mère
  • L’incestuel. Le deuil expulsé de la mère
  • La plainte à la mère : ouvrir la scène du juridique

Chapitre 6 : Écrire l’enfant sous le signe de la perte. Infanticide et loi maternelle

  • (Im)possible maternité
  • De l’appel à des voix de mères à l’énonciation de voix (a)mères
  • L’insaisissable descendance : écriture de la perte et logique mélancolique
  • Vers une loi maternelle : penser le pouvoir féminin/maternel
  • L’Autre maternel : l’infanticide sous le matricide
  • Ambivalence mélancolique: l’infanticide générateur de lien

Conclusion : Une mélancolie créatrice

  • Performativité et structure familiale : reprendre, retraverser, rejouer

Evelyne Ledoux-Beaugrand détient un doctorat en littératures de langue française de l’Université de Montréal. Elle s’intéresse aux théories et aux discours du féminisme, à la psychanalyse et à l’inscription de l’Histoire et de la mémoire d’événements traumatiques dans la littérature. Elle vit présentement en Belgique où elle mène des recherches postdoctorales sur la mémoire de la Shoah dans les littératures française et francophone depuis 1980.