Archives par mot-clé : fantasy

Appel à contributions : La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse (Revue Cultural Express)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultural Express qui paraîtra en 2023 : “La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse”

Échéance des propositions : 1er octobre 2022

La violence, « huitième péché capital1 » tend à devenir une constante de l’écriture romanesque contemporaine. Après les contes populaires où l’on dévore, trucide et mutile sans vergogne, où il est question d’inceste (Peau d’âne), de mauvais traitements (Grisélidis), de mise à l’écart et de soumission (Cendrillon, Les Fées), d’exclusion (Le Chat botté), d’abandon d’enfants (Petit Poucet), d’infanticide (Le Genevrier), de sacrifice humain (Jean-le-Fidèle), de cannibalisme (Chaperon rouge, dans sa version archaïque), des récits contemporains – véritables « graphies de l’horreur2 » – exposent des atrocités et leurs manifestations. Sous prétexte de dénoncer une société dystopique et à la dérive, Hunger Games renoue avec les combats mythiques et délecte les lecteurs/spectateurs du spectacle d’un combat à mort d’enfants et d’adolescents dans une arène hostile.  Cette trilogie de Suzanne Collins a relancé le débat sur la violence dans la littérature jeunesse en se classant en 5ème position du classement des livres les plus violents, classement établi par l’American Library Association. Twilight, la saga de Stephenie Meyer, présente une justification de la violence masculine physique et morale et « glamourise » les relations toxiques. Divergente et Le Labyrintheplongent les lecteurs/spectateurs dans des mondes futuristes totalitaires et sombres. Dans le monde post-apocalyptique du roman de Veronica Roth, les Divergents sont traqués et tués par le gouvernement ; James Dashner met en scène une cinquantaine d’adolescents amnésiques qui servent de cobayes dans un labyrinthe gigantesque sans issue et peuplé de monstres mécaniques rôdant chaque nuit. Chez J. K. Rowling, la violence intrinsèque au monde magique est présente dès le premier tome de la série littéraire de « low fantasy » Harry Potter : le personnage éponyme brûle le visage du professeur Quirrell d’un simple contact ; ailleurs, il transperce Drago de dizaines de coups d’épée d’un « simple » Sectumsempra. Le lecteur/spectateur découvre un univers où des enfants sont jetés en pâture à des dragons et où de nombreux dangers rôdent au détour d’un couloir. Les violences physiques et morales sont monnaie courante dans ce monde magique et y sont même banalisées au point de servir de point de départ à des divertissements populaires, dont le Quidditch, où les batteurs expédient des sphères métalliques sur des joueurs adverses afin de provoquer une chute de plusieurs mètres de haut. Le héros, Harry Potter, brimé par ses gardiens légaux, fait face à une violence physique et mentale presque permanente sans que les services sociaux moldus interviennent. Dans le monde des sorciers et à Poudlard tout particulièrement, la violence physique est justifiée par la magie qui excuse la gravité de certains actes. Dans les mangas, la violence a une valeur symbolique et renvoie aux archétypes du « bien » contre le « mal ». La cruauté mise en scène dans le manga pour adultes est déplacée sur le versant psychologique dans celui pour adolescents, avec des humiliations (enfermer une fille dans un placard, lui mettre la tête dans l’eau des toilettes, …) ou du harcèlement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse (Revue Cultural Express)

  1. Jim Harrison, Entretien (avec François Busnel) sur la sortie de son roman Péchés capitaux, diffusé dans le cadre de l’émission La Grande Librairie, sur France 5, le 3 septembre 2015. []
  2. Rachid Mokhtari, La graphie de l’horreur : essai sur la littérature algérienne, 1990-2000, Alger, Éditions Chihab, 2002. []

Parution: Fantasy Art and Studies, n° 12 (les Têtes Imaginaires, Ed.)

Fantasy Art and Studies, n° 12, “Fantasy Fiction and Fairy Tales / Fantasy et contes de fées”, édité par Les Têtes Imaginaires

Présentation

English below

La Fantasy emprunte régulièrement au personnel du conte et à sa structure, et la théorisation du genre est largement fondée sur l’essai sur le conte de fées de J. R. R. Tolkien. Aussi les auteurs et les chercheurs du 12e numéro de Fantasy Art and Studies explorent les liens profonds qui unissent Fantasy et contes de fées, des prémices du genre dans les contes de Madame d’Aulnoy au XVIIIe siècle jusqu’aux réécritures modernes de Naomi Novik, Gail Carson Levine et les transpositions télévisées des contes de Grimm, en passant par les écrits de George MacDonald au XIXe siècle, et les variations sur l’art du conteur et la transmission des récits. Ce numéro comprend également un nouveau chapitre de la BD de Guillaume Labrude, et est illustré par GaëlleC., Guillaume Labrude, Antoine Pelloux, Princesse Mandragore Art et Véronique Thill. Continuer la lecture de Parution: Fantasy Art and Studies, n° 12 (les Têtes Imaginaires, Ed.)

Elise Ternoy (Université de Rouen)

Préparationnaire de l’agrégation externe à l’université de La Sorbonne en 2021- 2022, Elise Ternoy est titulaire d’une licence de lettres modernes (mention Bien, université de Lille) et d’un master en littérature de jeunesse (mention Très Bien, université d’Artois). Son mémoire de M2 portait sur les questions éthiques au sein de la saga anglophone Les Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire. Elle voudrait poursuivre et approfondir ce travail de recherche sur les genres populaires et les cultures médiatiques par la réalisation d’une thèse portant sur les adaptations de romans à destination de la jeunesse en séries télévisées. Pour mener à bien ce projet, elle souhaite solliciter un contrat doctoral.

Aires de recherche : Littérature de jeunesse / Séries télévisées / Ensembles romanesques : cycles et séries / Adaptations, intermédialités

Continuer la lecture de Elise Ternoy (Université de Rouen)

Aliénor Vauthey (Université de Lausanne)

Aliénor Vauthey est assistante diplômée et doctorante en littérature française moderne à l’Université de Lausanne, en Suisse romande. Elle rédige une thèse intitulée « La fabrique des mondes : pratiques démiurgiques en littérature de fantasy française (XIXe) », sous la co-direction de Dominique Kunz Westerhoff (Université de Lausanne) et d’Anne Besson (Université d’Artois). Ses domaines de recherche sont la littérature de fantasy, les mondes imaginaires et les pratiques de world-building. 

Page personnelle

Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)

Séminaire doctoral Science-fiction, séance 2 : “Politiques de l’imaginaire“.

Vendredi 13 mai 2022, 10h-13h, Université Gustave Eiffel (Noisy-Champs).

Inscription : frederic.guignard@unil.ch  

La séance s’interrogera sur la possibilité ou l’impossibilité pour les littératures de l’imaginaire d’échapper au politique. Le choix de coordonnées spatio-temporelles implique un choix de référentiel idéologique qui force souvent à problématiser l’assentiment immédiat au « réel » (naturalisé libéral, dans les fictions qui nous intéressent). S’ils ont longtemps été réaffirmation de valeurs, « massage idéologique » (R. Bozzetto) pour la classe moyenne américaine, la science-fiction et les genres apparentés contiennent un potentiel révolutionnaire indéniable (sur les enjeux de genre, climatiques ou d’organisation économique). Il s’agira également de comprendre comment chaque sous-genre de l’imaginaire (SF, fantasy, utopies) configure spécifiquement son champ politique.

Organisateur : Frédéric Guignard
Médiatrice : Margot Châtelet

Intervenant·es :
– Aliénor Vauthey (Université de Lausanne)
– Manon Berthier (UPEC)
– Frédéric Guignard (Université de Lausanne)

Répondante : Anne Besson, professeure en littérature générale et comparée à l’Université d’Artois

Continuer la lecture de Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)

Appel à contributions : Perspectives sur l’imaginaire scandinave (Studia Universitatis Babeș-Bolyai Philologia)

Perspectives sur l’imaginaire scandinave“, Studia Universitatis Babeș-Bolyai Philologia, Numéro spécial 2/2023

studia.philologia@lett.ubbcluj.ro  

Échéance des propositions : 15 septembre 2022

Coordinateurs :
Roxana-Ema Dreve, Université Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca 
roxana.dreve@ubbcluj.ro

Raluca-Daniela Duinea, Université Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca
 raluca.radut@ubbcluj.ro 

Raluca Pop, Université Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca
 raluca.petrus@ubbcluj.ro 

Le terme « imaginaire » a une longue tradition en Europe et surtout en France, grâce aux travaux de Gilbert Durand (Les structures anthropologiques de l’imaginaire) et de Jean-Jacques Wunenburger (L’imaginaire). Au fil des années, l’imaginaire a reflété la connexion de différents ensembles d’images culturelles, artistiques, littéraires, linguistiques, religieuses, sociales et historiques à la notion d’identité, liant le terme à l’esthétique et à la réception. Différentes directions articulent donc le concept d’« imaginaire » aujourd’hui. Au-delà de l’exploration du Moi par rapport aux autres, la réalité, la fiction, l’histoire et la mémoire ont également été réévaluées à l’aune de l’imaginaire. 

Tenant compte de ces perspectives, le présent numéro se propose d’analyser l’imaginaire à l’égard de la Scandinavie. La culture, la linguistique et le canon littéraire norvégiens, suédois et danois sont souvent perçus comme des structures faisant partie, au-delà de la complexité multilingue et multiculturelle inhérente, d’un imaginaire scandinave homogène. Renvoyant à un ensemble complexe d’éléments – comprenant à la fois poèmes eddiques, sagas, histoires ou personnages fantastiques (comme les trolls) et véhiculant diverses croyances et coutumes anthropologiques, historiques ou religieuses –, l’imaginaire culturel scandinave gagne du terrain dans les préoccupations philologiques récentes. Dans Story and Emotion : A Study in Affective Narratology, Per Thomas Andersen prend en considération la manière dont différents états d’esprit sont abordés dans la littérature, la philosophie ou la psychologie à partir d’un contexte culturel scandinave. Les 25 essais sur le canon littéraire norvégien édités par Stig Sæterbakken et Janike Kampevold Larsen (Norsk litterær kanon, 2008) présentent l’imaginaire littéraire à travers différentes grilles de lecture. Dans le sixième tome de la Norsk idéhistorie. Et lite land i verden, Trond Berg Eriksen, Andreas Hompland et Eivind Tjønneland examinent la culture norvégienne depuis 1950 à travers plusieurs sujets tels la littérature, la politique, les médias, l’éducation ou la religion.

Outre la littérature et la culture, un autre élément lié à l’imaginaire scandinave est l’utilisation de la langue, base du patrimoine culturel, de l’identité et de l’interaction sociale. L’imaginaire scandinave peut ainsi s’exprimer également à travers l’analyse des dialectes, des études contrastives sur la langue écrite et parlée ou des traductions de textes fictifs et non-fictionnels. Au cours des dernières décennies, on a remarqué une orientation de l’imaginaire littéraire et linguistique scandinave vers l’écocritique (Henning Howlid Wærp, Hele livet en vandrer i naturen, 2018), l’espace, le non-espace, la temporalité, la réécriture des mythes ou bien la littérature de voyage.

Le présent numéro se propose de faire un état des lieux de telles approches de l’imaginaire scandinave, surpris dans toute sa complexité. Nous accepterons ainsi des contributions portant sur la question de l’imaginaire scandinave ou faisant référence à l’espace littéraire et linguistique du Nord.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Perspectives sur l’imaginaire scandinave (Studia Universitatis Babeș-Bolyai Philologia)

Appel à contributions : Mythical Pasts, Fantasy Futures (Getty Museum et Haggerty Museum, en ligne)

Mythical Pasts, Fantasy Futures: The Middle Ages in Modern Visual Culture

A Digital Symposium co-organized by the J. Paul Getty Museum and the Haggerty Museum of Art September 8th and 9th, 2022

Échéance des propositions : 15 avril 2022

This virtual symposium will bring together an interdisciplinary group of academics and museum professionals working on the broad topic of how the Middle Ages appears in the contemporary imagination, and the legacies of medieval-inspired aesthetics in a wide variety of artistic traditions and media. The rise of modern fantasy visual culture is closely tied to the renewed interest in the medieval past that emerged in the late eighteenth century and which is ongoing today. Medievalisms pervade modern fantasy, illuminating not only the complex receptions of the Middle Ages when subjected to new modes of inquiry, but also the challenges and anxieties that coincided with what is broadly conceived as “modernity.”
The visual and conceptual relationships between modern fantasy and medievalisms has become an urgent subject in a variety of cultural studies disciplines and constitute key points of departure in the two exhibitions that frame this symposium: The Fantasy of the Middle Ages (The Getty Center, June 21–September 11, 2022) and J. R. R. Tolkien: The Art of the Manuscript (Haggerty Museum of Art, August 19–December 12, 2022). While much of the scholarly work on this topic has been focused on literary uses of medieval tropes, this symposium presents an opportunity to reframe the conversation in terms of the visual and especially engage issues of popular culture.

The symposium organizers seek submissions in two different categories: Conference Papers and Lightning Talks. We welcome proposals from scholars, museum professionals, graduate students, and independent researchers. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Mythical Pasts, Fantasy Futures (Getty Museum et Haggerty Museum, en ligne)

Appel à contributions : “School Fantasy / École et Fantasy” (revue Fantasy Art and Studies)

Appel à contributions : Fantasy Art and Studies, “School Fantasy / École et Fantasy”

Échéance des propositions : 30 mars 2022

(English version below)

Du célèbre château de Poudlard au lycée de Sunnydale, en passant par l’académie de magie d’Aretuza, la Fantasyprend régulièrement pour cadre des écoles, en particulier lorsqu’il s’agit de s’adresser à de jeunes lecteurs et spectateurs. Cet espace familier, potentiellement rassurant, peut alors dissimuler nombre de mystères, depuis des passages secrets dissimulés par magie jusqu’à des enseignants-vampires, suscitant tantôt inquiétude, tantôt émerveillement.

Si la dimension éducative est parfois représentée par des relations individualisées entre maître et élève, comme dans The Sword in the Stone ou Mistress Masham’s Repose de T. H. White, les œuvres de Fantasy semblent le plus souvent privilégier des relations collectives d’enseignement, proposant ainsi des cadres narratifs plus proches de la réalité quotidienne des lecteurs. C’est bien entendu le cas des différents tomes de la saga Harry Potter de J. K. Rowling et, de même, des aventures d’Amandine Malabul, sorcière maladroite de Jill Murphy, immense source d’inspiration de J. K. Rowling. La présence d’un groupe-classe augmente alors les possibilités de rebondissements surnaturels, apportant encore plus de dynamisme à l’intrigue. Outre ces séries à succès où les protagonistes quittent peu voire pas l’espace scolaire, il serait possible de multiplier à l’envi les titres d’œuvres de Fantasy se déroulant dans une école, ou prenant pour sujet principal des questions éducatives : Le Sorcier de Terremer, The Magicians, L’École du Bien et du Mal, Umbrella Academy, Mortilège, The Shadow of What Was Lost, Novice Dragoneer, A Deadly Education

Pourquoi les écoles fascinent-elles tant la Fantasy ? S’agit-il simplement de profiter d’une proximité avec le cadre quotidien des jeunes lecteurs et lectrices ? Ou la Fantasy voit-elle dans ces espaces éducatifs un potentiel merveilleux permettant de réenchanter le monde ? Le numéro 13 de la revue bilingue Fantasy Art and Studies propose d’étudier ce lien étroit qui unit la Fantasy et l’école. Cette réflexion sur la représentation de l’école en Fantasy pourra d’ailleurs être étendue aux autres espaces éducatifs (collège, lycée, université, etc.), qui sont régulièrement mis en scène dans les littératures de l’imaginaire.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “School Fantasy / École et Fantasy” (revue Fantasy Art and Studies)

Florie Maurin (Université Clermont-Auvergne)

Doctorante en Langue et Littérature françaises à l’Université Clermont Auvergne

Sujet de thèse : « Itinéraires des figures féminines de la fantasy jeunesse chez Pierre Bottero : fées, sorcières et chasseresses », sous la direction de Françoise Laurent et Nelly Chabrol Gagne

Domaines de recherche : littératures de jeunesse, contes, fantasy, représentations des personnages féminins, magiciennes, guerrières, Pierre Bottero

Principales publications

« Les mondes de Pierre Bottero : réinventer les espaces de fantasy », dans Espaces imaginés, Rennes, Laboratoire des Imaginaires, 2021, p. 89-108. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03060604

« Les bestiaires fantastiques aujourd’hui : le renouvellement d’un genre dans les univers d’Harry Potter, L’Épouvanteuret Les Chroniques de Spiderwick », coécrit avec Elise d’Inca, Pensées vives, n° 1, 2021, p. 243-267. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03446736

« Habiter le ciel : les cités flottantes de la fantasy jeunesse », dans Christophe Duret (dir.), Habiter les espaces autres de la fiction contemporaine : Utopies, dystopies, hétérotopies, à paraître.

« Miroir, miroir, qui est la plus vaillante ? Héroïsme au féminin et princesses affranchies dans Once Upon a Time », Iris, n° 42, à paraître en novembre 2022.

Laura Martin-Gomez (Université d’Artois)

Agrégée d’anglais – Docteure en Littérature Comparée

Formation

2015-2020 : Thèse de Doctorat de Littérature Comparée : « La réception de l’œuvre de Tolkien par ses fans aux États-Unis, au Royaume-Uni et en France (1955-1992) », sous la direction d’Anne Besson, à l’Université d’Artois, ED SHS (n°586), Laboratoire «Textes et Cultures ». Thèse soutenue le 6 novembre 2020. Jury composé de :

  • Mme Anne Besson, Professeur de Littérature Générale et Comparée, Université d’Artois, directrice
  • Leo Carruthers, Professeur émérite de Langue, littérature et civilisation anglaise, Université Paris Sorbonne Lettres, rapporteur
  • Vincent Ferré, Professeur de Littérature Générale et Comparée, Université Paris-Est Créteil
  • Christian Le Bart, Professeur en science politique, Institut d’études politiques de Rennes, rapporteur
  • Marc Rolland, Professeur de Langue, littérature et civilisation anglaise, Université du littoral-Côte d’Opale (ULCO),président du jury
  • Mme Anne-Gaëlle Weber, Professeur de Littérature Générale et Comparée, Université d’Artois

2012 : Lauréate de l’agrégation d’anglais, option civilisation.

2011-2012 : Diplôme de l’École Normale Supérieure de Cachan.

Master 2 Formation des Enseignants du Supérieur, spécialité « Didactique de l’anglais de spécialité ».

2010-2011 : Étudiante à l’ENS Cachan et l’Université Paris Diderot. Master 2 d’Études Anglophones. Mémoire en civilisation britannique : « J. R. R. Tolkien : La construction affective et intellectuelle d’un enfant au tournant du siècle (1895-1911) ». Mention AssezBien.

2009-2010 : Étudiante à l’ENS Cachan et l’Université Paris Diderot. Master 1 d’Études Anglophones. Mémoire en civilisation britannique : « J. R. R. Tolkien and C. S. Lewis: Origins and Impact of their Medieval Scholarship ». Mention Assez Bien.

2006-2009 : Hypokhâgne-Khâgne Lyon spécialité Anglais, admissible aux ENS Lyon et Cachan.

2006 : Baccalauréat au Lycée Français Jean Monnet de Bruxelles, série Littéraire, spécialité Mathématiques, mention Bien. Continuer la lecture de Laura Martin-Gomez (Université d’Artois)