Archives par mot-clé : fantasy

Appel à contributions : Tolkien et l’Antiquité – les Antiquités de la Terre du Milieu (Paris)

Journée d’étude : Tolkien et l’Antiquité – les antiquités de la Terre du Milieu

4 juin 2022

Échéance des propositions : 7 mars 2022

Organisation : Dimitri Maillard, ATER en histoire romaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Comité scientifique :  Charles Delattre, Professeur de langue et littérature grecque antique, Université de Lille ; Vincent Ferré, Professeur de littérature générale et comparée, Université Paris Est Créteil ; Isabelle Pantin, Professeure émérite de littérature française du XVIe s., ENS Paris ; Sandra Provini, Maîtresse de conférence en littérature française du XVIe s., Université de Rouen

Antiquitas, « le temps d’autrefois », « ce qui précède » : l’univers du Seigneur des Anneaux de J. R. R. Tolkien (1892-1973) fascine par son apparente historicité et dispose bien d’une antiquité, au sens de passé lointain. Dans l’histoire de ce monde, composée d’une multitude de récits communément désignée sous le nom de Légendaire, la place de la littérature antique a été soulignée de longue date.

Les premières amours de l’auteur, formé à la littérature classique, se ressentent particulièrement dans le Silmarillion : la cité de Gondolin présente de fortes ressemblances avec Troie (Bruce 2012, Pantin 2014), Númenor avec l’Atlantide (Delattre 2007, Kleu 2020) ; mais même la Galadriel de son œuvre phare a été rapprochée de Circé (Delattre 2014). On décèle donc chez lui une connaissance approfondie des auteurs anciens, Virgile bien sûr (Reckford 1974 ; Morse 1986 ; Bruce 2012), mais aussi Plutarque (Libran-Moreno 2005) ou Tacite (Obertino 2006). La liste n’est pas exhaustive et l’inspiration homérique, en particulier, affleure dans les récits des Contes Perdus et du Silmarillion. Quant aux sociétés de son univers, elles sont parfois proches des cultures de l’Antiquité, du côté grec (Williams 2017, 2020) ou romain (Allan 1974, Obertino 2006, Ford 2005, Gallant 2020). Cependant la dispersion de ces comparaisons rend la synthèse de ces apports difficile.

La journée d’étude du 4 juin 2022 ambitionne de porter un nouveau regard sur ce passé fictionnel : peut-on y distinguer des périodes antiques évoquant l’antiquité gréco-romaine ? La question est indissociable d’une dialectique associant Antiquité et Moyen Âge car, dans ses Lettres, Tolkien révèle que le Gondor vécut un Moyen Âge (Lettres, n° 131), ce qui implique une Antiquité… ainsi qu’une Renaissance (de ce point de vue, voir Ford 2005, Hunter 2005). Une époque ancienne est d’ailleurs désignée par l’auteur sous le nom de « Jours Anciens » (Elder Days), qui prennent fin avec le Premier Âge, bien avant les événements du Seigneur des Anneaux. Il y aurait alors plusieurs antiquités tolkieniennes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Tolkien et l’Antiquité – les Antiquités de la Terre du Milieu (Paris)

Colloque : Créer et incarner des créatures fantastiques (Université d’Artois)

 Colloque : Créer et incarner des créatures fantastiques 

Université d’Artois, à distance, 18 février 2022

Org. : Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy

Colloque organisé conjointement par l’ANR Aiôn et le laboratoire Textes et Cultures (UR 4028) de l’Université d’Artois, en partenariat avec le festival Atrebatia – Escales imaginaires.

En raison de la situation sanitaire, le colloque se déroulera en deux parties. Une première partie en visioconférence le vendredi 18 février 2022 et une deuxième partie en présentiel à Arras le samedi 18 février 2023.

Vendredi 18 février 2022 

À distance sur Zoom (lien disponible sur le programme)

14h30 : Introduction du colloque Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy Universités d’Artois et de Franche-Comté

SESSION I
INCARNATIONS ARTISTIQUES ET CRÉATION D’UNIVERS. Présidence : Justine BRETON

14h45 : Les créatures de Fantasy au théâtre Charles Louarn, Université d’Avignon

15h15 : Ghosts Seeking Hosts : incarner l’androïde dans le jeu vidéo Detroit: Become Human Kevser Güngör, Université d’Artois

15h45 : Discussions

16h15 : Pause

16h30 : Une étude de quelques « campaign workshops » à ambiance Gaslamp fantasy : les débats en ligne sur la définition d’un sous-genre néo-victorien contesté
Jessy Néau, Université de Mayotte

17h : Entre politique et imaginaire : des métamorphoses fantastiques dans l’art contemporain Quentin Petit Dit Duhal, Université d’Aix-Marseille

17h30 : Discussions

18h : fin de journée 

Alliances et communautés en fantasy et science-fiction (UQAM/Université d’Artois, en ligne)

Colloque : Alliances et communautés en fantasy et science-fiction

2-4 mai 2022, Université du Québec à Montréal, Université d’Artois (en ligne)

Échéance des propositions : 5 janvier 2022

Suite au colloque Fantasy et féminismes : à l’intersection du/des genres, qui a eu lieu en mai 2021 et qui a rassemblé un nombre surprenant de chercheureuses[1], auditeurices, – et qui a, de ce fait, montré la pertinence du sujet et des nombreux enjeux soulevés – le comité d’organisation a décidé de lancer un nouvel appel. Pour cette deuxième édition, nous explorerons plus spécifiquement l’axe des alliances et des communautés de femmes[2], et/ou d’individus issus de la diversité sexuelle et de genre[3] (personnes réelles ou personnages) en fantasy et en science-fiction.

Impacts politiques de la fantasy et de la science-fiction

La science-fiction et la fantasy sont des genres proposant souvent une remise en perspective d’enjeux sociaux actuels, voire la mise en place de discours critiques sur le monde et le genre humain (Besson, 2021, 28; 33; 45-48). Si la science-fiction nous pousse à nous interroger sur nos normes référentielles en nous projetant dans un potentiel futur où, par exemple, certaines menaces (nucléaire, désastre écologique, contrôle des corps des femmes2) sont actualisées (45), la fantasy, quant à elle, propose des mondes secondaires qui permettent « d’explorer tous les thèmes sous la forme de la métaphore ou du symbole » (Davoust, 2018, 164). 

Quant à eux, les impacts de la fantasy et de la science-fiction sur le public ne peuvent évidemment être ignorés : sources d’actions dans le réel (Blanc, 2019; Demeule, 2020; Besson, 2021), les genres de l’imaginaire rassemblent autour de communautés d’appartenance, au cœur desquelles entrent en jeu diverses dynamiques de pouvoir. 

En bref, science-fiction et fantasy permettent de penser l’ailleurs, l’altérité, l’autrement; de penser d’autres systèmes politiques et sociaux, d’autres modes d’interaction, d’autres manières d’être, individuellement et collectivement. Dans le cadre de ce colloque, c’est la dimension collective que nous souhaitons explorer.

Continuer la lecture de Alliances et communautés en fantasy et science-fiction (UQAM/Université d’Artois, en ligne)

Appel à contributions : Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ?

Colloque : Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ?

Jeudi 13 et vendredi 14 octobre 2022, Université de Lorraine, LIS

Échéance des propositions : 4 mars 2022

Au XVIe siècle paraît en France un ouvrage intitulé Mundus Novus qui se présente comme la traduction d’une lettre de l’explorateur Amerigo Vespucci. Cet ouvrage popularise l’expression « Nouveau Monde » qui désigne l’Amérique, un territoire qui s’oppose à l’Europe, l’Ancien Monde. Le concept repose ainsi sur la rupture entre deux espaces, sur un changement, un passage du vieux au neuf. L’expression cristallise alors les promesses du continent américain. Peu à peu le Nouveau Monde est devenu un mythe s’articulant autour d’un désir d’extension des limites géographiques – la frontier américaine –, sur un appel à la découverte, sur un désir de changement, de rupture avec des modèles d’un autre temps. Mais le mythe s’effrite et le déboulonnage récent de statues de Christophe Colomb montre que le concept de Nouveau Monde s’appuie aussi sur une histoire et un imaginaire colonialistes. Cela invite à se demander si la promotion du neuf ne cacherait pas le recyclage des défauts de l’ancien. 

On peut se poser la même question à propos des (très) nombreuses promesses de nouveaux mondes qui alimentent le monde contemporain. Qu’il s’agisse d’un nouveau monde du travail, industriel, numérique, médiatique, religieux, technologique, politique, social, etc., on s’interroge quant à leur véritable nouveauté, aux nouvelles perspectives qu’ils offrent. S’agit-il d’autres mondes ? S’agit-il de mondes futurs ? S’agit-il de mondes inédits ? S’agit-il de mondes actualisés ? La notion même de monde pose question dans cet usage courant du concept de « Nouveau Monde ». Ces mondes sont-ils de nouveaux territoires ? De nouveaux champs ? De nouveaux paradigmes ?

Ce colloque se présente comme un espace de réflexion sur le concept de « Nouveau Monde » en interrogeant les représentations des nouveaux mondes. Les communications pourront porter sur différentes périodes historiques et sur différents médiums. De même, le choix des disciplines n’est pas limité pourvu que les communications portent sur des enjeux de représentations, fictionnelles ou non, afin de réfléchir collectivement aux perspectives et aux promesses qui sous-tendent le concept de nouveau(x) monde(s).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ?

Parution : Oceans of Wonders / Océans merveilleux (Fantasy Art and Studies 11)

Fantasy Arts and Studies, n° 11, « Oceans of Wonders / Océans merveilleux », 2021.

Le 11e numéro de Fantasy Art and Studies, consacré aux univers océaniques dans la Fantasy, est maintenant disponible en impression à la demande. Le numéro peut être dès à présent commander sur la librairie de BoD et est en cours de référencement sur les autres librairies en ligne.

Une édition ebook sera prochainement disponible.

 

Appel à contributions : Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ? (Université de Lorraine)

Colloque : « Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ? » 

jeudi 13 et vendredi 14 octobre 2022, Université de Lorraine, Nancy

Échéance des propositions : 4 mars 2022

Au XVIe siècle paraît en France un ouvrage intitulé Mundus Novus qui se présente comme la traduction d’une lettre de l’explorateur Amerigo Vespucci. Cet ouvrage popularise l’expression « Nouveau Monde » qui désigne l’Amérique, un territoire qui s’oppose à l’Europe, l’Ancien Monde. Le concept repose ainsi sur la rupture entre deux espaces, sur un changement, un passage du vieux au neuf. L’expression cristallise alors les promesses du continent américain. Peu à peu le Nouveau Monde est devenu un mythe s’articulant autour d’un désir d’extension des limites géographiques – la frontier américaine –, sur un appel à la découverte, sur un désir de changement, de rupture avec des modèles d’un autre temps. Mais le mythe s’effrite et le déboulonnage récent de statues de Christophe Colomb montre que le concept de Nouveau Monde s’appuie aussi sur une histoire et un imaginaire colonialistes. Cela invite à se demander si la promotion du neuf ne cacherait pas le recyclage des défauts de l’ancien. 

On peut se poser la même question à propos des (très) nombreuses promesses de nouveaux mondes qui alimentent le monde contemporain. Qu’il s’agisse d’un nouveau monde du travail, industriel, numérique, médiatique, religieux, technologique, politique, social, etc., on s’interroge quant à leur véritable nouveauté, aux nouvelles perspectives qu’ils offrent. S’agit-il d’autres mondes ? S’agit-il de mondes futurs ? S’agit-il de mondes inédits ? S’agit-il de mondes actualisés ? La notion même de monde pose question dans cet usage courant du concept de « Nouveau Monde ». Ces mondes sont-ils de nouveaux territoires ? De nouveaux champs ? De nouveaux paradigmes ?

Ce colloque se présente comme un espace de réflexion sur le concept de « Nouveau Monde » en interrogeant les représentations des nouveaux mondes. Les communications pourront porter sur différentes périodes historiques et sur différents médiums. De même, le choix des disciplines n’est pas limité pourvu que les communications portent sur des enjeux de représentations, fictionnelles ou non, afin de réfléchir collectivement aux perspectives et aux promesses qui sous-tendent le concept de nouveau(x) monde(s).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ? (Université de Lorraine)

Appel à contributions : La forêt est une métaphore (Université de Franche-Comté)

Colloque sur les imaginaires de la forêt : “La forêt est une métaphore”

16 et 17 janvier 2023, Université de Franche-Comté, ELLIAD

Date limite d’envoi des propositions : le 30 juin 2022.

Parti à la recherche d’une petite fille, le narrateur du Meurtre du Commandeur, roman d’Haruki Murakami, entre dans un monde métaphorique qui se transforme progressivement en forêt : la densité et l’enchevêtrement de ses pensées produit une forêt qu’il doit traverser, aussi inextricable qu’elle lui paraisse. Au terme d’un long cheminement dans les ténèbres, sous « un entrelacement de multiples strates de branches », il entrevoit une lumière, vers laquelle il marche pour sortir de la forêt et continuer son parcours « entre le rien et l’être » : ainsi en est-il, dans nos imaginaires littéraires, des itinéraires forestiers.

Dans la littérature médiévale, la forêt, quoique très présente, est rarement décrite : que représente-t-elle pour ceux qui la traversent, ou pour ceux qui l’habitent ? L’expérience de la forêt est-elle la même selon que l’on est homme ou femme, jeune ou vieux, endeuillé ou amoureux… ? Que symbolise la forêt pour les auteurs médiévaux, poètes, trouvères ou romanciers ? S’il est vrai que toute quête passe par la forêt, comme chez Murakami ou dans d’innombrables récits arthuriens, l’espace sylvestre n’aurait-il pas une fonction narrative ? Au croisement des traditions païennes et chrétiennes, la forêt abrite spiritualité et magie. Elle fait entrer les chevaliers en aventure, ainsi Yvain au début du Chevalier au lion. Elle ouvre vers un Autre Monde, comme dans les lais. Elle offre, notamment au roman, un infini potentiel de chemins narratifs, à tel point que, peut-être, il faudrait envisager la forêt comme une métaphore de la création littéraire.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La forêt est une métaphore (Université de Franche-Comté)

Appel à contributions : La fantasy au prisme des médias (Épinal)

Colloque des Imaginiales : La fantasy au prisme des médias. BD, jeux, cinéma, télévision, musique… : métamorphoses d’un genre et de ses usages

Jeudi 19 et vendredi 20 mai 2022

à Epinal dans le cadre du Festival des Imaginales

Échéance des propositions : 30 janvier 2022

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne) et Florent Favard (Université de Lorraine)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est 

 La fantasy se présente dès ses origines comme un genre multimédiatique, favorisant des formes de création et de réception qui empruntent aussi bien les voies de l’écrit que de l’image, du son ou de l’objet – William Morris, un des créateurs de la fantasy romanesque à la fin de sa fructueuse carrière, n’était-il pas, aussi et indissociablement, designer, créateur d’arts graphiques et décoratifs, peintre, éditeur, traducteur, poète… ? Tout au long de l’histoire du genre, les romanciers ont été aussi illustrateurs, comme J.R.R. Tolkien, Mervyn Peake ou plus récemment Melchior Ascaride par exemple, musiciens, comme Michael Moorcock ou Morgan of Glencoe, puis scénaristes pour le cinéma ou la télévision, de George Martin à Estelle Faye, ou encore et très souvent rôlistes, de Raymond Feist à Jean-Philippe Jaworski. Quand ce n’était pas l’auteur qui exerçait sur plusieurs médiums, ce sont certaines œuvres dont l’appréhension s’est faite en fonction de leurs avatars visuels, audiovisuels ou vidéo-ludiques – le Conan de Robert E. Howard prend ainsi forme dans les images de Frank Frazetta, avant que sa perception ne soit largement transformée, voire déformée, par le film de John Milius en 1982. Les textes d’Andrzej Sapkowski consacrés au Sorceleur, parus en Pologne au début des années 90, n’ont accédé à une très large reconnaissance qu’à l’occasion de leur adaptation en jeu vidéo à partir de 2007, avant que l’ensemble ne donne lieu à une série télévisée diffusée sur Netflix en 2019.

La dynamique de « world builiding », fondamentale à la fantasy, fournit une piste « interne » pour comprendre un tel déploiement multi ou trans-médiatique – tout un monde à explorer, cela nécessite d’y donner accès par tous les sens, de le faire voir et entendre, d’en développer la culture matérielle et d’en documenter l’existence dans des manuels de règles, afin d’y permettre l’immersion la plus complète. Les « univers partagés », créations collectives comme Thieves’ World de Robert L. Asprin, ou étendues, comme autour du Darkover de Marion Zimmer Bradley, font partie des expériences les plus caractéristiques de ce qui fait la spécificité de la fantasy, dans le mélange des supports médiatiques comme dans les passages entre création et réception qu’elle permet. En cela le genre entretient le plaisir de pratiques courantes de l’imaginaire enfantin, et ce n’est pas un hasard si une part des univers parmi les plus développés sont (au départ !) destinés au jeune public, de Yu-gi-oh à Harry Potter.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La fantasy au prisme des médias (Épinal)

Appel à contributions : Raconter l’Histoire. Récits et Histoire dans les cultures de l’imaginaire (Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne)

Colloque : Raconter l’Histoire. Récits et Histoire dans les cultures de l’imaginaire

9-10-11 février 2022 

Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne, Rennes

Échéance des propositions : 3 décembre 2021

L’histoire a commencé à s’interroger sur son propre langage dès qu’elle s’est pensée comme science : se détachant de tout ce qui en elle faisait fiction, écartant le style et la plume de ses préoccupations principales, elle s’est ainsi structurée en tant que discours factuel sur le réel, tout en posant un regard critique sur sa propre écriture dans un retour sur elle-même somme toute très littéraire. En parallèle, loin de se cantonner à l’abstraction et à la rêverie, la fiction a pu développer de nouveaux champs d’exploration, libérés de toute contrainte de vérité mais en même temps capables, également, de raconter le réel.

Ainsi est battu en brèche l’un des vieux préjugés qui pèsent encore sur les cultures de l’imaginaire, quand bien même celui-ci s’use avec l’âge : elles constitueraient autant d’anti-histoires, voire de contre-histoires, selon l’idée qu’on se faisait de leurs mondes fictionnels clos, lointains, étrangers à tout. Elles opèrent au contraire ce pas de côté qui permet d’étudier les modalités au travers desquelles se raconte le réel. Ainsi se dessinent également les qualités qui font des cultures de l’imaginaire autant d’expériences inédites, même dans le champ médiatique. Autres planètes, autres mœurs : la supposée fracture entre le réel et l’imaginaire a permis à ces littératures d’explorer tout autant la « vérité scientifique » que son parfait opposé. Dans l’imaginaire, on se figure des branches inconnues du vivant, on inverse les lois de la physique et on travaille la science au corps ; mais on questionne aussi les revers de l’histoire, on invente des romans transnationaux, on ressuscite les morts et on manipule les motifs les plus traditionnels jusqu’à ce qu’ils s’extirpent de leur milieu de naissance pour produire des discours nouveaux. Ce sont ces ressources propres aux cultures de l’imaginaire que ce colloque se propose d’explorer, afin de considérer tout ce que la fiction elle-même dit de l’histoire, et tout ce qu’elle fait de l’histoire.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Raconter l’Histoire. Récits et Histoire dans les cultures de l’imaginaire (Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne)

Parution : Le Silmarillion (J.R.R. Tolkien, éd. Ch. Tolkien, (nouvelle éd., nouvelle trad.)

J.R.R. Tolkien, éd. Ch. Tolkien, Le Silmarillion (nouvelle éd., nouvelle trad.), Paris, Christian Bourgois éditeur, 2021

De l’œuvre de J.R.R. Tolkien, l’on connait surtout Le Hobbit (1937) et Le Seigneur des anneaux (1954-1955), des succès de librairie sans précédent qui ont contribué à redéfinir le genre même de la fantasy. Mais c’est ignorer que ces deux romans s’intègrent dans un univers bien plus large dont Tolkien a composé l’histoire, les langues, les légendes et les coutumes.

La nouvelle édition française du Silmarillion est le texte total auquel J.R.R. Tolkien a travaillé toute sa vie, et qui réunit la genèse et l’histoire des Premiers Âges de la Terre du Milieu, le décor de ses chefs-d’oeuvre. Il contient, outre le récit de la création du monde, l’épopée des Elfes et de leur lutte contre Morgoth, le premier Seigneur des Ténèbres, pour la possession des Silmarils, des joyaux aux très grands pouvoirs ; mais aussi l’histoire de l’île de Numenor et sa chute, une évocation des anneaux de pouvoir qui éclaire l’histoire du Seigneur des Anneaux – et bien d’autres récits et légendes…
Paru quatre ans après la mort de son auteur et édité par son fils, Christopher Tolkien, Le Silmarillion constitue le cœur de l’œuvre de J.R.R. Tolkien. Cette nouvelle traduction par Daniel Lauzon rend justice au potentiel épique et romanesque de ce grand livre et permettra à de nouveaux lecteurs de découvrir Le Silmarillion dans toute sa force, et dans une magnifique édition française illustrée d’une cinquantaine d’illustrations de Ted Nasmith.

Avant même que J.R.R. Tolkien ait l’idée d’écrire Le Hobbit et d’en faire une suite, il avait en tête une « mythologie » qui l’occupa toute sa vie durant. Dès 1917, il écrivit de nombreux contes et poèmes formant Le Silmarillion, sans parvenir à leur donner une forme définitive avant que le succès du Hobbit oblige Tolkien à mettre de côté ces textes pendant une quinzaine d’années pour écrire son œuvre la plus connue : Le Seigneur des Anneaux (1954-1955).  Malgré des années d’effort, les légendes des Jours Anciens sont demeurés inachevées à sa mort, en 1973. C’est à son fils et confident Christopher Tolkien qu’il confia la garde de ces milliers de pages manuscrites ; son fils proposa d’abord ce Silmarillion avant de publier des éditions « savantes » des textes qui servirent de base à ce volume (Contes et légendes inachevés, douze volumes de l’Histoire de la Terre du Milieu), ou des versions développées de certains chapitres : Les Enfants de Húrin, Beren et Lúthien, La Chute de Gondolin.

Cette nouvelle traduction, quarante-trois ans après la première (1978), entend corriger les erreurs de la précédente et rendre fidèlement le texte de J.R.R. Tolkien, grâce à l’amélioration de nos connaissances et à l’expérience de Daniel Lauzon, à qui l’on doit les nouvelles traductions du Hobbit (2012) et du Seigneur des Anneaux (2014-2016).

Couverture rigide cousue, une jaquette illustrée, avec dorure sur la couverture et signet en tissu. Pages intérieures en couleurs, avec 49 illustrations de Ted Nasmith dont 4 inédites, et de superbes cartes géographiques.