Archives par mot-clé : fantastique

Parution : “Poétiques du merveilleux”

“Poétiques du merveilleux. Fantastique, science-fiction, fantasy, en littérature et dans les arts visuels”

brauner

Recueil dirigé par Anne Besson et Evelyne Jacquelin, Artois Presses Université, janvier 2015.

Réunir sous le signe du merveilleux les domaines du fantastique, de la science-fiction et de lafantasy ne va pas de soi si l’on se réfère aux théories établies qui ont d’abord cherché à saisir la spécificité de chacun d’entre eux en tentant de les circonscrire comme des territoires limités par des frontières. Cet ouvrage se propose de revenir sur les poétiques des genres de l’imaginaire pour mettre en lumière la porosité des catégories héritées, et notamment de la célèbre tripartition todorovienne entre merveilleux, fantastique et étrange. Les articles réunis repèrent avec une grande cohérence cette plasticité théorique contemporaine, qui s’impose à eux dans des corpus diversifiés, du roman post-moderne à la littérature pour la jeunesse en passant par le cinéma et les séries télévisées.

Image (couverture du recueil)  : Victor Brauner, “A la découverte de la conscience”, Musée d’Art Moderne de Stockholm.

Table des matières Continuer la lecture de Parution : “Poétiques du merveilleux”

Colloque “Mobilités dans le fantastique et la SF”

Colloque

« Mobilités dans les récits de fantastique et de science-fiction (XIXe-XXIe s.) : quêtes et enquêtes ».

Organisé par Patricia Crouan-Véron et Arnaud Huftier avec le soutien du CERLI, il se tiendra du 20 au 22 novembre 2014 à l’IUT de Fontainebleau. 

Les récits dits de fantastiques ou de science-­fiction partent, on le sait, à la rencontre de l’Autre ou/et  d’un  Ailleurs.  Toutefois,  une  telle  visée  s’impose  a  posteriori,  quand  la  confrontation « effective » propose une véritable trouée qui avale et avalise le parcours préalable. Dès lors, au gré des différentes re­lectures des textes, les détours, détournements et contournements sont perçus comme  autant  de stases « ornementales »,  comme  autant  de  zones  de  concrétion,  à l’aune  d’un point  d’arrivée  qui  fige,  dans  des  formes  variées  de  sidération Continuer la lecture de Colloque “Mobilités dans le fantastique et la SF”

Parution : L'Antiquité dans l'imaginaire contemporain – Fantasy, science-fiction, fantastique

Couverture Antiquité / imaginaire

L’Antiquité dans l’imaginaire contemporain – Fantasy, science-fiction, fantastique

Éditeur scientifique Bost-Fievet (Mélanie), Provini (Sandra)

Collection Rencontres (n° 88)
ISBN 978-2-8124-2993-4
EAN 9782812429934

Prix unitaire: 39.00 € TTC

Cet ouvrage issu d’un colloque international associe des chercheurs de différentes disciplines pour explorer les modalités variées de la réception de l’Antiquité gréco-latine dans les genres de l’imaginaire contemporains, de la réécriture à la reprise de motifs mythiques, de l’emprunt de realia au détournement.

This volume, the proceedings of an international conference, gathers scholars from various fields in order to explore the many modes of classical reception in the contemporary genres of fantasy, science-fiction and the fantastic, be it by refashioning narrative or of mythological patterns, by borrowing from realia or by revamping them.

Appel: Mobilités dans les récits de fantastique et de science- fiction (XIX-XXIe siècles) : quête et enquête(s)

espace

APPEL A COMMUNICATIONS

Colloque CERLI, Fontainebleau, 20-22 Nov. 2014

Mobilités dans les récits de fantastique et de science- fiction (XIX-XXIe siècles) : quête et enquête(s)

 

Les récits dits de fantastiques ou de science-fiction partent, on le sait, à la rencontre de l’Autre ou /et d’un Ailleurs. Toutefois, une telle visée s’impose a posteriori, quand la confrontation « effective » propose une véritable trouée qui avale et avalise le parcours préalable. Dès lors, au gré des différentes re-lectures des textes, les détours, détournements et contournements sont perçus comme autant de stases « ornementales », comme autant de zones de concrétion, à l’aune d’un point d’arrivée qui fige, dans des formes variées de sidération, une quête enfin aboutie, une enquête enfin terminée. Pivots diégétiques ou ressorts psychologiques, ces détours, détournements et contournements participeraient de la sorte d’une mobilisation du sens entièrement sous-tendue par la confirmation progressive d’une quête, initialement assumée ou simplement « ressentie », l’enquête consistant à esquiver ou instrumentaliser ce qui détourne.

Une simple question s’impose alors : comment juger et appréhender le parcours (quête et enquête) si l’on oublie la fin pour se concentrer sur les aléas de l’itinéraire, la trajectoire, ce qui est vu et ce qui permet de voir ? Autrement dit, ne pourrait-on dégager, si l’on refuse l’emprise téléologique, un imaginaire de la mobilité, laissant ouverts jusqu’au dénouement les récits de fantastique et de science-fiction ?

Plus précisément, pour cerner cet imaginaire de la mobilité, il importe dès lors de re-lier les découpages génériques – eux aussi généralement conçus a posteriori. Autour des termes « quête » et « enquête », les schèmes des récits de voyage, des parcours oniriques, des romans d’aventures et de l’aventure, des différentes formes de mystère, n’irrigueraient-ils pas les récits relevant prétendument du fantastique et de la science-fiction ? A partir de là, plus qu’un changement de focalisation qui se contenterait des « moyens » comme supports de l’intrigue, nous entendrions faire de ces « moyens » le foyer réflexif : qu’il s’agisse de supports technologique, physique ou psychique. Ce qui importe dans cette perspective, ce n’est pas tant « voyager » que « ce qui fait voyager » ; ce n’est pas « y aller », mais « comment y aller », le « comment » ne pouvant que sous-tendre à son tour différents « pourquoi ». Détours, détournements et contournements redéfinissent de la sorte une quête en actes et en action, le sensitif du déplacement s’appariant non à la mobilisation d’un sens, mais à la mobilité de sens, les récits étant perçus comme des enquêtes où ce qui apparaît au final comme des leurres fait sens.

Expansif, un tel imaginaire de la mobilité nécessite de regarder plus précisément les avancées scientifiques (dans les différents domaines préalablement mentionnés), de chercher les métaphores sociales, culturelles et nationales, de jauger la perspective genrée, d’appréhender la cartographie des territoires. Il permet aussi, dans l’urgence d’un présent du récit, de cerner différents croisements mettant bout-à-bout les catégories de l’intime et de l’extime, les frontières du connu et de l’inconceptualisable, le passé et le devenir.

Insistons cependant sur un point : si la tentation téléologique permet de condenser le faisceau, de subsumer le parcours, elle efface en un même mouvement la pluralité consubstantielle à toute quête. De là découle l’aspect généralement déceptif des récits de fantastique et de science-fiction qui, d’un dernier geste, s’enferrent sur une mobilisation terminale en écartant la problématique mobilité. En cette perspective, le déplacement (de sens) peut être assimilé, alors que la mobilité en soi s’estompe inexorablement.

Le voyage peut donc être ici repris sous l’angle d’une dispersion, voire d’une dissémination qui fait sens. Ce qui importe ici, ce n’est pas l’après, ce sont les apprêts.

Le voyage peut de la sorte emprunter différentes pistes, susceptibles de se rejoindre :

  • ·il conviendra par exemple de conceptualiser la « mobilité de sens » en regard du « déplacement de sens » ;
  • ·faire dialoguer des espaces de la mobilité apparemment incompatibles, tels les lieux sacrés vs. les lieux sécularisés, les espaces fermés vs. les espaces ouverts, les espaces naturels vs. les espaces « civilisationnels » ;
  • ·un dialogue du même ordre peut être entamé entre les moyens de la mobilité, « intérieurs » ou « extérieurs » ;
  • ·en parallèle, la question du « comment parcourir » peut s’étendre tout autant à l’espace d’un monde perdu, d’un rêve perdu et, en contrepoint, un monde prétendument a-référentiel ;
  • ·si l’on prend alors pour base l’apparition récente des récits dits fantastiques et de science-fiction, ne conviendrait-il pas de les interroger en regard d’une ré-invention de soi par la mobilité ? Un tel jeu de miroir pourrait refléter les « affres » de la modernité et/ou de la postmodernité ;
  • ·ceci implique aussi une prise en considération d’une « technologie » associée à la mobilité : que cette technologie apparaisse dans les récits, cela n’implique-t-il pas un autre dispositif spéculaire, les nouveaux moyens de se déplacer (« empruntés » à la société contemporaine, ou « inventés » dans les récits) reflétant de manière problématique les « origines » de la mobilité et les moyens qui y étaient associés ;
  • ·ceci entraîne aussi une cartographie « en train de se faire », où le présent du parcours reflète un passé éventuellement oublié ou nié : que ce passé ressurgisse au cours du parcours, c’est tout un pan identitaire que le récit met à jour, une re-définition de soi par le territoire (une place pourrait être par exemple accordée aux récits post-apocalyptiques, où les nouvelles formes de mobilité sont en symbiose avec de nouvelles quêtes et des formes inédites d’une enquête sans sens) ;
  • ·enfin, un tel « imaginaire de la mobilité » peut permettre d’interroger les formes empruntées par les récits qui allient de la sorte quête et enquête : peut-on parler, et comment en parler, d’un art du contre-sens, d’un art de l’impasse et, à l’occasion, interroger la méta-fiction par ces détours et détournements qui deviendraient les réels ressorts de l’enquête.

 

Responsables : Patricia CROUAN-VERON (IUT Sénart-Fontainebleau, Université Paris Est-Créteil), Arnaud HUFTIER (Université de Valenciennes)

Lieu du colloque : IUT Sénart-Fontainebleau, Université Paris Est Créteil, route du Hurtault, 77300 Fontainebleau

Un résumé de la communication (3000 signes) et une brève notice bio-bibliographique devront être envoyés au plus tard le 12 avril 2014 aux adresses suivantes : patricia.crouan@u-pec.fr ; arnaud.huftier@univ-valenciennes.fr

L’annonce des sélections aura lieu à la fin du mois de mai 2014.

Le colloque se tiendra en français. Les communications en anglais sont toutefois bienvenues.

Journée d'étude: Journée d’étude "L'amour est froid comme la mort…" : L'énigme du mal en littérature de jeunesse (24 janvier)

Université d’Artois
Journée d’étude
“L’amour est froid comme la mort…” :
L’énigme du mal en littérature de jeunesse

Maison de la Recherche – Salle des colloques -Arras
Vendredi 24 janvier 2014
Journée d’études organisée par Isabelle Rachel Casta
Textes et cultures (EA 4028) Equipe « Centre Robinson »
Renseignements : mjeanne.dessery@univ-artois.fr

8h45-9h15 : Accueil des participants
9h15-9h30 : Ouverture de la journée Isabelle-Rachel Casta et Claudine Nédelec
Présidence de Suzanne Bray
9h30- 9h55 : Chantal Lapeyre-Desmaison : « Enfances volées – À propos de Ian McEwan»
10h-10h25 : Bochra Charnay : « Le conte traditionnel : par-delà le Bien et le Mal »
Discussion et pause
Présidence Isabelle-Rachel Casta
11h00- 11h25 : Anne-Frédérique Caballero : « Le diable s’habille en blanc : la sorcière dans L’armoire
magique… (C.S. Lewis) »
11h30- 11h55: Hervé Castanet : « Un peu de ton sang (Theodor Sturgeon) : petite digression psychanalytique »
Discussion

Pause déjeuner

APRES-MIDI :
Présidence Chantal Lapeyre-Desmaison
14h15-14h40 : Suzanne Bray : « Disperser l’antique terreur : le Mal et comment le vaincre dans la Trilogie du Vent de Madeleine L’Engle »
14h45-15h10 : Sophie Dillinger : « De l’Importance de trouver la Clef… les contes de jeunesse de George McDonald»
Discussion et pause
Présidence Bochra Charnay
15h40-16h05 : Isabelle-Rachel Casta : « In tenebris collocavit me1… Stephen King! »
16h10-16h35: Clémentine Beauvais : « Ce monstre que les adultes fabriquent avec leurs regrets… ; la malveillance de l’enfant précoce, en littérature de jeunesse »
Discussion finale et clôture de la Journée.

Appel: Robida et l’anticipation

Robida et l’anticipation

Appel à communications pour une journée d’études

à Lyon le 19 juin 2014

Souvent réduite, suivant un principe téléologique, à une sorte de science-fiction archaïque, l’œuvre d’Albert Robida gagne au contraire à être appréhendée dans le contexte littéraire et culturel de son époque. Certes, lorsqu’il évoque Le Vingtième siècle, La Guerre au xxe siècle, La Vie électrique ou Un voyage de fiançailles au xxe siècle, c’est bien un imaginaire tourné vers la société du futur que Robida offre aux lecteurs des années 1880-1890. Mais son discours d’anticipation s’enracine dans les logiques de la presse satirique contemporaine, exagérant les travers de son époque en les caricaturant par l’extrapolation temporelle. Le style littéraire comme l’art graphique de Robida s’inscrivent ainsi dans une tradition qui engage des modes de lecture (ceux de la petite presse et de la satire) familiers au lectorat de la fin du xixe siècle, ce qui produit une appréhension des textes tout à fait différente de celle des lecteurs actuels.

Cette journée d’étude se propose de reconsidérer l’ensemble de la production d’anticipation de Robida, aussi bien les volumes de la Librairie Illustrée que les fictions pour la jeunesse, les ouvrages créés seuls ou en collaboration (comme La Guerre infernale avec Pierre Giffard), les publication en volumes ou les articles publiés dans la presse (en particulier dans La Caricature fondée par Robida en 1880), les récits illustrés et une incursion dans le genre théâtral avec une pièce d’ombres pour Le Chat noir.

Au sein de ce vaste archipel d’œuvres d’anticipation, un sous-ensemble doté d’une cohérence fictionnelle spécifique se dessine, avec des romans mettant en scène des personnages reparaissants dans les années 1950, autour de la famille Ponto (qu’on rencontre dans Le Vingtième siècle, La Vie électrique, Un voyage de fiançailles au xxe siècle et dont les ancêtres ont également été représentés dans Le Dix-neuvième siècle). Le Vingtième siècle occupe indéniablement une place centrale dans l’œuvre d’anticipation de Robida. Le roman est connu pour sa fantaisie imaginative, régulièrement cité pour ses inventions étonnantes comme le téléphonoscope, son tableau de la circulation aérienne dans Paris, ou pour sa représentation de l’émancipation féminine dans la société future. Cependant, au-delà de ces quelques traits spectaculaires, il a finalement été relativement peu été étudié pour lui-même, et mériterait une analyse détaillée, qui le ressaisirait dans son contexte culturel et médiatique de production. De façon plus générale, on souhaiterait mettre en valeur, dans l’ensemble de ces œuvres, à la fois la dimension graphique de l’anticipation selon Robida et son travail d’écrivain, qui a été jusqu’ici rarement abordé en tant que tel, dans sa dimension stylistique et poétique, et dans son dialogue avec la culture médiatique contemporaine. On sera notamment sensible à la place du registre comique chez Robida, et au lien original qu’il construit entre humour et écriture d’anticipation.  On pourra également mettre en évidence l’hybridité générique à l’œuvre dans les romans d’anticipation, et l’imbrication des multiples modèles mobilisés – littérature panoramique, roman de formation, dystopie, satire, roman d’aventures, etc. Un des enjeux de l’analyse de ces différents textes d’anticipation sera d’aborder l’œuvre de Robida non comme un cas isolé, mais de réévaluer sa place dans l’histoire littéraire en soulignant les échos avec les romans d’aventures scientifiques et la vaste littérature d’anticipation qui se développe au tournant du xixe siècle, sur une multitude de supports.

Les propositions de communication pourront s’intégrer dans les axes suivants :

1. Une écriture de l’anticipation : les genres romanesques et l’humour de Robida

– On pourra s’intéresser aux multiples « genres de l’anticipation » abordés par Robida (et à la pertinence de ces catégories génériques). Les « guerres de demain » constituent-elles un sous-genre spécifique ? Quelle relation l’œuvre entretient-elle avec les traditions de la dystopie et de la contre-utopie ? On verra comment Robida investit le récit illustré pour la jeunesse, en y introduisant sa culture satirique et en permettant ainsi une lecture des textes à plusieurs niveaux.

– On s’attachera également aux relations d’Albert Robida avec le genre du roman d’aventures scientifiques, et plus particulièrement à son dialogue parodique avec l’œuvre de Jules Verne.

– Dans le cadre d’une réflexion sur la poétique du roman d’anticipation selon Robida, on pourra notamment analyser les structures narratives, le travail sur le personnage et le recours aux types, ainsi que la transformation de l’écriture descriptive en raison de la dynamique spécifique texte/image.

– Pour mettre en évidence les multiples ressources de l’humour mobilisé par Robida dans ses récits d’anticipation, on pourra étudier l’usage de la satire, des allusions contemporaines et des procédés d’exagération propres à la caricature, le recours à un comique de situation, ainsi que le travail de l’ironie et plus particulièrement les effets de décalage entre texte et image.

– On s’intéressera également à des récits limites, qui questionnent la nature de l’anticipation : les Voyages très extraordinaires de Saturnin Farandoul dans les cinq ou six parties du monde et dans tous les pays connus et même inconnus de M. Jules Verne ou la série de « La Boîte aux lettres » (correspondance fictive publiée dans Le Petit Français illustré entre 1896 et 1901 par Robida, Christophe et Henriot) pourraient ainsi redéfinir les frontières de l’anticipation et de l’imagination scientifique.

2. Robida et la « civilisation du journal »

L’œuvre de Robida a été modelée par le double statut de son auteur : il a investi le champ du livre illustré, mais c’est aussi avant tout un homme de presse, dévoilant semaine après semaine une critique en images de la vie culturelle parisienne. Au moment où il publie ses premières œuvres d’anticipation, dans les années 1880, il collabore à de nombreux hebdomadaires, comme Le Journal amusant, La Vie parisienne ou Paris-caprice, et pendant plus de dix ans, il dirige son propre hebdomadaire, La Caricature.

– On pourra donc analyser l’inscription des productions d’anticipation dans la civilisation du journal, et leur relation à la culture de la petite presse et de la presse satirique. On verra l’influence du support sur l’écriture des romans, l’allusion aux événements de l’actualité médiatique témoignant d’une culture du clin d’œil et de la connivence avec le lecteur. Au-delà de ces références, on pourra dégager la proximité entre ces textes et le modèle esthétique que constitue la caricature d’actualité.

– Parallèlement à la presse satirique, un autre champ médiatique interagit avec la production d’anticipation de Robida : celui de la presse de vulgarisation. On examinera alors le dialogue et les éventuelles contradictions entre la fiction d’anticipation et support scientifique. La Vie électrique est ainsi parue dans La Science illustrée, revue de vulgarisation dirigée par Louis Figuier, qui y célébrait par ailleurs les merveilles de l’électricité.

– De façon plus générale, on pourra considérer les effets de la variété des supports de publication sur la nature des discours d’anticipation proposés et sur leur évolution. On retracera ainsi l’histoire de la genèse des œuvres (conditions éditoriales de production, transformations en fonction des supports et des publics). En examinant la diversité des supports, des destinataires, et des formats (romans, pièce de théâtre, articles de presse ou récits en volumes, œuvres pour adultes ou pour la jeunesse, œuvres écrites seul ou en collaboration), on pourra s’interroger sur les effets d’hétérogénéité autant que sur l’unité de l’œuvre.

– Symétriquement à cette imprégnation de la culture médiatique déterminant la production des œuvres d’anticipation, on explorera la réception de ces romans dans la presse d’époque, pour déterminer comment la civilisation du journal se ressaisit, en retour, de cette œuvre produite en son sein.

3. L’anticipation en images : une empreinte visuelle durable

– Le dynamisme propre de l’œuvre de Robida repose sur l’interaction originale construite entre texte et image, et l’élaboration d’un univers visuel d’une richesse remarquable, cohérent d’un roman à l’autre. On pourra examiner les mécanismes narratifs mobilisés pour l’illustration, les effets de convergence, d’expansion, de commentaire ou de contradiction entre la matière textuelle et sa transposition en image.

– Quelles influences esthétiques s’exercent sur la création graphique de Robida ? En dehors de la presse satirique, quel dialogue s’institue avec les autres artistes de presse de l’époque, ainsi qu’avec les illustrateurs de littérature de jeunesse ? On pourra également s’interroger sur l’influence de différents univers visuels, comme celui de la réclame et de l’image publicitaire, ou celui de l’illustration scientifique.

– Quelle place Robida occupe-t-il dans l’histoire de l’illustration ? Se situant après la génération des illustrateurs romantiques tels Gustave Doré, Daumier, Bertall ou Cham, il ouvre la voie à nouvelle génération d’illustrateurs comme Forain, Willette ou Caran d’Ache. Peut-on définir une spécificité de son œuvre d’anticipation, sur un plan graphique, par rapport au reste de sa production ?

– On pourra enfin analyser la postérité visuelle de Robida, dans le domaine de l’anticipation scientifique. Ses images de villes futuristes notamment, sillonnées de dirigeables, ont durablement marqué les représentations, servant de matrice imaginaire à nombre de fictions futuristes du vingtième siècle, et elles se sont vues réactivées récemment par le courant de science-fiction dénommé steampunk.

4. La société du futur

– C’est sous cet angle que l’œuvre de Robida a été le plus souvent abordée. Mais au-delà d’un répertoire des domaines de la société future affectés par l’anticipation – relations sociales (notamment le travail des femmes), transports, loisirs, moyens de communication, urbanisme – il importera de restituer la complexité du positionnement idéologique de son auteur. Le discours de Robida sur la modernité, s’il se déploie souvent dans un registre satirique, échappe néanmoins à l’univocité. A la lumière de ses fictions d’anticipation, on pourra dessiner l’itinéraire politique de Robida. On pourra également analyser les enjeux idéologiques de sa représentation des sciences et des techniques.

– On constate souvent dans les fictions d’anticipation de Robida une répartition du personnel romanesque en deux groupes, qui permet de rejouer sur un plan symbolique la guerre des sciences et des lettres. On pourra interpréter la répétition de cette structure duelle, qui se voit souvent redoublée d’une autre bipartition, sur un plan spatial. Il importera en effet d’analyser la fréquente scission entre différents espaces correspondant à des temporalités parallèles : d’une part le monde du futur, et d’autre part des espaces protégés, conçus comme des conservatoires des mœurs du passé, comme la réserve d’Armorique.

– Les romans d’anticipation sont par ailleurs le lieu d’une réflexion sur le devenir de l’art, où l’on peut deviner la transposition de cibles contemporaines et notamment l’écho des polémiques des années 1880 autour du naturalisme. Au-delà de sa dimension métatextuelle, on pourra développer cette réflexion esthétique, portant sur la littérature, mais aussi les arts du spectacle, la peinture et la musique.

Bibliographie sélective d’œuvres d’anticipation d’Albert Robida

1869La Guerre au xxe siècle – campagne de Jujubie. Album inédit

1883 Le Vingtième Siècle, Paris, Georges Decaux

1883 Le Vingtième Siècle, Paris, Dentu

1883 – « La Guerre au vingtième siècle », La Caricature, n° 200, 27 octobre 1883

1887La Guerre au Vingtième Siècle, Paris, Georges Decaux

1889La Nuit des Temps ou l’élixir de rajeunissement, Pièce d’ombres pour le cabaret du Chat Noir. Livret, Imprimerie Charles Blot

1891-1892 La Vie électrique, Paris, Librairie illustrée, publication dans La Science illustrée n° 209 du 28 novembre 1891 au n° 244 du 30 juillet 1892

1892Jadis chez Aujourd’hui, Paris, Armand Colin, publié en pré-originale par Le Petit Français iIlustré du n°63 du 10 mai 1890 au n° 68 14 juin 1890

1892 Un Voyage de fiançailles au vingtième siècle, Paris, Louis Conquet

1895 – « La Fin des Livres » in Contes pour les bibliophiles, textes d’Octave Uzanne, Paris, Albert Quantin

1902L’Horloge des Siècles, Paris, Juven publié en pré-originale dans La Vie illustrée du n° 160 du 8 novembre 1901 au n° 182 du 11 avril 1902

1908 La Guerre Infernale, texte de Pierre Giffard, Paris, Méricant

1917 – « Un Potache en 1950 » publié dans Mon Journal du n° 36 du 8 septembre 1917 au n° 51 du 22 décembre 1917

1919-1920 – « En 1965, roman prophétique » publié dans Les Annales du n° 1896 du 26 octobre 1919 au n° 1908 du 18 janvier 1920

1919L’Ingénieur Von Satanas, Paris, Renaissance du Livre

1925Un Chalet dans les Airs, Paris, Armand Colin

Les propositions de communication (environ 1000 mots) sont à envoyer, accompagnées d’une présentation bio-bibliographique, à Claire Barel-Moisan (claire.barel-moisan@ens-lyon.fr) et à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) avant le 31 octobre 2013.

Appel/annonce: prix jamie bishop essai sur le fantastique

Prix jamie bishop essai sur le fantastique

Chers collègues:
Vous avez peut-être lu des essais de qualité (ou en avez écrit) pour mettre en nomination pour ce prix de la IAFA ?
Vittorio : Belphégor, a-t-il une section annonces/appels pour l’y afficher ?
Bien à vous,
Amy Ransom

The International Association for the Fantastic in the Arts Announces its 8th annual Jamie Bishop Memorial Award for a critical essay on the fantastic written in a language other than English. The IAFA defines the fantastic to include science fiction, folklore, and related genres in literature, drama, film, art and graphic design, and related disciplines. For more information on the award and on past winners, please see http://iafa.highpoint.edu/awards/jamie-bishop-memorial-award/ (please note the updated submission criteria, below).

Submission criteria:
*       Essays should be of high scholarly quality, as if for publication in an academic journal.
*       We consider essays from 3,000-10,000 words in length (including notes and bibliography).
*       Essays may be unpublished scholarship submitted by the author, or already published work nominated either by the author or another scholar (in which case the author’s permission should be obtained before submission).
*       Essays must have been written and (when applicable) published in the original language within the last three years prior to submission.
*       An abstract in English must accompany all submissions; an English translation of the title of the essay should also be included.
*       Only one essay per person may be submitted each year.
*       Submissions must be made electronically in Word format.

Deadline for submissions: September 1st

Prize: $250 U.S. and one year’s free membership in the IAFA to be awarded at the annual International Conference on the Fantastic in the Arts held each March. Winning essays may be posted on the IAFA website in the original language and/or considered for publication in the Journal of the Fantastic in the Arts (http://www.fantastic-arts.org/jfa/) should they be translated into English.

Please direct all inquiries and submissions to:
Rachel Haywood Ferreira
Department of World Languages and Cultures
3102 Pearson Hall
Iowa State University
Ames, IA 50011 USA
Email: rachelhf@iastate.edu

Parution/appel: Popenstock, invasion zombie.

Dans le cadre de l’esthétique contemporaine du cadavre, peu de phénomènes ont semblé plus marquants, depuis Night of the Living Dead (G. A. Romero, 1968) que la surenchère transmédiatique et véritablement planétaire des morts-vivants. Si les années 90 ont été caractérisées par une sorte de «mort», ou à tout le moins de «stase», du zombie au cinéma, la créature, fidèle à elle-même, est réapparue de plus belle au tournant du nouveau millénaire et a maintenant envahi divers recoins de notre iconosphère globale.

Symptomatiquement, c’est un nouveau média, le jeu vidéo, qui a opéré la renaissance de cette figure jamais entièrement intégrée à la tradition littéraire gothique. L’apparition en 1996 de The House of the Dead et de Resident Evil a signé le retour en force de la créature qui a fini par recontaminer le grand écran. Aux lendemains du traumatisme du 11 septembre 2001 et à l’ombre de la pandémie du SRAS, une véritable « zombie-manie » a débuté. Si la Zombie Movie Database (ZMDB) dénombre plus d’une centaine de films entre 2002 et 2009, plus d’une vingtaine de productions sont prévues pour la seule année 2012.

Dans le sillage du Zombie Survival Guide de M. Brooks (2003), une curieuse «littérature zombie» émerge alors qui triomphe dans l’étonnant best-seller de S. Grahame-Smith qui zombifie littéralement l’œuvre canonique de Jane Austen (Pride and Prejudice and Zombies, 2009). À son tour envahie par la nouvelle vague, la bande dessinée, médium qui avait jadis été essentiel dans la mutation mythopoétique vers le zombie moderne, se lance à partir de la saga de R. Kirkman The Walking Dead (2003-) dans une frénésie zombiephile inouïe qui à son tour alimente l’autre grand média postmoderne, la télévision. On assiste aussi à une pléthore d’études critiques sur cette figure jusque-là relativement dédaignée par l’institution universitaire.

Face à une telle invasion, et en syntonie avec la prolifération de « zombie studies», le temps est venu de s’attaquer de front aux morts-vivants, et d’en brosser un portrait historique et critique l’inscrivant aux sources mêmes d’un imaginaire horrifique postcolonial.


Articles Déjà publiés.

Invasion Zombie

Moitié zombie, moitié paléontologue

Soumis par Laurent Lachaise le 23/11/12

Categories:

La paléontologie est la science qui étudie les fossiles. Autrement dit, elle s’intéresse dans le présent, à ce qui un jour a été vivant, mais ne l’est plus. Parmi ceux dont le nom est souvent associé à cette discipline, la contribution d’un des fondateurs de la science préhistorique, le Français Jacques Boucher de Perthes est digne d’être rappelée[1]. Grâce à son travail et à ses découvertes, l’existence de l’homme à une époque largement antérieure à celle admise jusque là a pu être attestée.

Invasion Zombie

Invasion (Néo)Zombie: entre macabre, pathétisme et burlesque

Soumis par Antonio Dominguez Leiva le 27/10/12

Categories:

La ville en ruines, icône obsédante de l´Invasion (néo)zombie, est le thème corollaire de l´effondrement du mythe Arcadien. Correspondance macroscopique du corps déstructuré des masses zombies, la ville apocalyptique n´est plus abandonnée mais grouillante de corps rampants (telle Atlanta dans The Walking Dead, etc). Littéralement envahies, les métropoles deviennent des charniers, remontant en quelque sorte aux sources mêmes de l’iconographie macabre occidentale, si marquée par l’expérience de la Peste Noire.

Invasion Zombie

Invasion (Néo)Zombie, l´au-delà de l´abject

Soumis par Antonio Dominguez Leiva le 26/10/12

Categories:

Il est peu d’images aussi marquantes, dans le cadre de l’esthétique contemporaine de l´extrême, que la surenchère transmédiatique et véritablement planétaire des morts vivants. Après une décennie (1985-1995) qui avait connue la « fin du zombie » dans le média qui lui avait jusque-là été le plus propice — le cinéma[i] —, la créature, fidèle à elle-même, renaît de plus belle au tournant du nouveau millénaire, envahissant les plus divers recoins de l’iconosphère globale.

Appel: Présence de Lovecraft : l’illustration en question (deadline 15 janvier 2012)

Appel à contributions

Maison des Sciences de l’Homme, Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand 2)

13 et 14 juin 2013

CELIS (EA 1002)

Présence de Lovecraft : l’illustration en question

Please scroll down for the English version

L’œuvre de Lovecraft est étroitement liée à la notion même d’illustration à différents niveaux. Outre l’influence (à démontrer) que les arts graphiques et le cinéma ont pu exercer sur ses écrits, l’auteur a toujours su ménager dans ses nouvelles des blancs ou des interstices qui agissent comme autant d’invites à des illustrateurs (ou continuateurs) potentiels. C’est ainsi que le livre du Necronomicon, censément écrit selon Lovecraft lui-même par l’Arabe dément Abdul Al-Hazred, et souvent cité dans l’œuvre comme catalogue fantasmé des Grands Anciens, a été réellement publié aux Etats-Unis en 1978… sous forme d’un canular littéraire il est vrai de piètre qualité. Mais plus directement les adaptations de toutes sortes ne manquent pas concernant cet auteur, qu’il s’agisse du cinéma (Brian Yuzna, Roger Corman, John Carpenter, jusqu’au projet toujours en cours d’adaptation de At the Mountains of Madness par Guillermo del Toro), de la bande dessinée (Philippe Druillet notamment) ou de formes plus éloignées comme les jeux vidéos ou les jeux de rôles que l’on peut considérer comme un type particulier d’illustrations (Alone in the DarkPrisoner of IceNécronomicon, et le jeu de rôle célèbre The Call of Cthulhu qui a contribué dans les années 1990 au regain de popularité de l’œuvre). Dans une approche inspirée par Linda Hutcheon (Adaptation) il est donc loisible d’élargir le champ de l’adaptation et / ou de l’illustration au-delà de la stricte transposition graphique, cinématographique ou télévisuelle et de s’intéresser à un champ plus vaste selon une problématique générale du rapport à l’image dans et autour de l’œuvre. Dans la suite des travaux déjà publiés sur l’auteur (notamment les Cahiers de l’Herne, et plus récemment les actes du colloque de Cerisy publiés en 2002) qui se sont pour partie intéressé à cette question, nous nous proposons d’aborder l’illustration selon les axes suivants (ces pistes ne sont pas exhaustives) :

* Quelle présence du cinéma et / ou de l’image chez Lovecraft ? Peut-on déceler dans cette écriture souvent baroque et toujours en tension, tension à laquelle la forme de la nouvelle participe pour une large part, une influence de l’esthétique visuelle naissante au début du XXème siècle ?

* Comment les adaptations au sens large négocient-elles les thématiques et les traits stylistiques récurrents de l’œuvre littéraire ? Comment lire par exemple la forte réflexivité du film de Carpenter (In the Mouth of Madness, 1994) au regard des textes de Lovecraft ? S’agit-il ici d’une illustration issue d’une lecture sous influence, notamment dans la perspective de la prédominance de cette thématique de la réflexivité à l’ère postmoderne ?

* Quels passages sont négociés entre le texte et l’image par les différents médiums considérés, qu’ils s’agisse de médiums traditionnellement étudiés dans le champ de l’adaptation (bande dessinée, cinéma) ou plus éloignés de ce champ (jeux vidéos) ?

* Quelle perspective diachronique est-il possible de tracer dans cette histoire des diverses adaptations et illustrations de Lovecraft ? Peut-on lire dans cette histoire un reflet de notre propre histoire culturelle ?

* Peut-on lire dans ce rapport au texte qui sous-tend l’illustration un nouveau type de relations à la culture populaire selon des modalités qui touchent à la fois au jeu littéraire (voir l’exemple du Nécromonicon) et à une référence plus ou moins implicite à un art de l’excès qui au XXIème siècle prendrait sa source littéraire à l’orée du XXème siècle ?

Howard Philips Lovecraft and the question of illustration

Lovecraft’s works entertain an essential relationship to the very notion of illustration, for various reasons. One may first think of the influence graphic arts and cinema may have had on his writings, but beyond this dimension, Lovecraft consistently managed to include in his short stories blank spaces that seem to call for continuation or illustration of his texts.  Thus the Necronomicon, which is referred to in Lovecraft’s works as an imaginary description of the Great Old Ones supposedly written by the “Mad Arab” Abdul Alhazred, was really published in the USA in 1978 as a literary hoax, albeit of a poor literary quality. More directly, all kinds of adaptations abound around Lovecraft’s work, whether it is film adaptations (Brian Yuzna, Roger Corman, John Carpenter, including Guillermo del Toro’s current project of adapting At the Mountains of Madness), comic books (with French cartoonist Philippe Druillet e.g.) or more remote kinds of adaptations such as video games and role playing games which can be considered as a specific type of illustrations (Alone in the DarkPrisoner of IceNécronomicon and the famous role-playing game The Call of Cthulhu which contributed to the renewed popularity of the texts in the 1990s). As Linda Hutcheon suggested, the field of adaptation and / or illustration may be widened beyond the limited scope of graphic, film or television transposition to include a more general concern about the relationship towards image in and around the texts. In the wake of the existing scholarship on the texts (noticeably the Cahiers de l’Herne and the Cerisy conference in 2002), which partly deals with that question, we suggest tackling the issue according to the following, non-exclusive approaches:

* How can we identify an influence of cinema and / or image in Lovecraft? Is there any kind of correspondence between this tense, often baroque writing (the tension being due in part to the short story form) and the visual or film aesthetics in early 20th C?

* How do adaptations (considered in their wider sense) transpose the thematic and stylistic traits of the literary work? How can we explain the insistent reflexivity in a film like John Carpenter’s In the Mouth of Madness (1994) when compared to Lovecraft’s texts? Could we read this reflexive feature as the sign of an adaptation influenced by post-modern concerns?

*What specific relationship between text and image is negotiated through distinct mediums, whether it is “traditional” mediums in adaptation studies (film, comic books) or marginal ones (video games)

* What diachronic perspective could we outline in the history of Lovecraft adaptations? How does this history reflect (or not) our own cultural history?

* What kind of relationship to popular culture does the text-image interplay reflect? Can we analyse this relationship in terms of literary game (if we take the example of theNecronomicon) or in reference to a literature of excess which in the early 21st C would mirror the early 20th C?

Bibliographie indicative

FORESTI Guillaume, Corman, Lovecraft : la rencontre fantastique, Paris, Dreamland, 2002

HOUELLEBECQ Michel, H.P. Lovecraft : contre le monde, contre la vie, Monaco, Editions du Rocher, 1991

HUTCHEON Linda, A Theory of Adaptation, New York, Routledge, 2006

JOSHI S.T.,  H. P. Lovecraft: A Life, West Warwick, RI, Necronomicon Press, 1996

JOSHI S.T., The Rise and Fall of the Cthulhu Mythos, Poplar Bluff, MO, Mythos Books, 2008

JOSHI S.T.,  A Subtler Magick: The Writings and Philosophy of H. P. Lovecraft, Berkeley Heights (NJ), Wildside Press, 1996

LEVY Maurice, Lovecraft ou du fantastique, Paris, Union Générale d’Editions, 1972

MARTIN Sean Elliot, H.P. Lovecraft and the Modernist Grotesque, Pittsburgg (PA), Duquesne University, 2008

MENEGALDO Gilles (dir.), H.P. Lovecraft — Fantastique, mythe et modernité, Paris, Editions Dervy, 2002

MITCHELL Charles P., The Complete H. P. Lovecraft Filmography, Greenwood Publishing Group, 2001

SCHULTZ David E. et JOSHI S.T. (dirs.), An Epicure in the Terrible: A Centennial Anthology of Essays in Honor of H. P. Lovecraft, Fairleigh Dickinson University Press, 1991

SMITH Don G., H. P. Lovecraft in Popular Culture: The Works and Their Adaptations in Film, Television, Comics, Music and Games, McFarland, 2005

TRUCHAUD François (dir.), Lovecraft, Cahiers de L’Herne, n° 12, Paris, Editions de L’Herne, 1969

Les propositions de communication (en anglais ou en français) sont à envoyer conjointement à Christophe Gelly (cgelly@yahoo.fr) et Gilles Ménégaldo (gilles.menegaldo@univ-poitiers.fr) avant le 15 janvier 2013.

Colloque: Poétiques du merveilleux : fantastique, science-fiction, fantasy (littérature et arts visuels); 29-30 novembre 2012

Poétiques du merveilleux :

fantastique, science-fiction, fantasy

(littérature et arts visuels)

29-30 novembre 2012


Maison de la recherche, Université d’Artois, 9 rue du temple, 62030 Arras cedex

Du 29 novembre 2012 au 30 novembre 2012, Université d’Artois, Arras, Maison de la recherche

CERLI (Centre d’études et de recherches en littérature de l’imaginaire)
Université d’Artois (Arras), Équipe d’accueil 4028 « Textes et Cultures », Axe de recherches « TransLittéraires »

Colloque organisé par Anne Besson et Evelyne Jacquelin

Jeudi 29 Novembre

9h : Accueil des participants

Ouverture du colloque (Claudine Nedelec, Directrice de Textes et Cultures / Lauric Guillaud, président du CERLI)

9h30 : Introduction scientifique : Anne Besson et Evelyne Jacquelin, « Poétiques du merveilleux, du fantastique à l’imaginaire contemporain »

Séance 1 : Frontières poreuses du réalisme contemporain

Présidence : Françoise Dupeyron-Lafay

10h : Laurent Bazin (U. Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines), « Pluralité des mondes, porosité des genres : poétiques de la transgression dans le roman européen contemporain »

10h30 : Vanessa Besand (U. Bourgogne), « Héritage du merveilleux dans le roman postmoderne : vers un renouvellement des catégories todoroviennes »

11h : Hélène Machinal (U. Bretagne occidentale), « Écriture du futur et redistribution des cartes génériques dans deux romans britanniques contemporains : Cloud Atlas de D. Mitchell et The Book of Dave de W. Self »

11h30 : discussion

12h00-13h30 : pause déjeuner

Séance 2 : Vous avez dit irrationnel ?

Présidence : Eric Lysøe

13h30 : Sylvie Allouche (U. Bristol), « Science et esprit scientifique dans Buffy the Vampire Slayer et Harry Potter »

14h : Jérôme Goffette (Université Lyon 1 / ENS), « L’hybride : merveilleux et scientifique dans Le Dr Lerne de Maurice Renard »

14h30 : Isabelle Limousin (Musée Picasso), « La Licorne de Borre Saethre »

15h : discussion et pause

Séance 3 : Merveilleux et science-fiction

Présidence : Hélène Machinal

15h30 : Thierry Jandrok (psychanalyste), « Retour sur le sens du Merveilleux »

16h00 : Philippe Clermont (Université Strasbourg IUFM), « Contribution à une théorie syncrétique du merveilleux : quelques apports de la science-fiction »

16h30 : discussion et pause

Séance 4 : Merveilleux et littérature de jeunesse

Présidence : Anne Besson

17h : Virginie Douglas (U. Rouen / Institut Charles Perrault), « Réalisme, fantasy et réalisme magique dans le roman britannique contemporain pour la jeunesse »

17h30 : Christian Chelebourg (U. Nancy 2), « Les dispositifs de l’aventure merveilleuse dans les fictions de jeunesse : topique et poétique »

18h : discussion et pause

18h30-20h : Assemblée générale des « Amis du CERLI »

20h30 : Dîner du colloque dans le centre-ville d’Arras

Vendredi 30 novembre

9h : Arrivée des participants

Séance 5 : Langage, imagination, fiction

Présidence : Lauric Guillaud

09h15 : Hélène Barrière (U. Aix – Marseille), « Imaginaire et décodage dans l’écriture de Barbara Frischmuth »

9h45 : Jérôme Dutel (U. Jean Monnet, Saint-Etienne), « Fiction linguistique ou linguistique-fiction ? »

10h15 : discussion et pause

10h45 : Françoise Dupeyron-Lafay (U. Paris-Est – Créteil), « En finir avec le réel, le possible et le vrai ? »

11h15 : Eric Lysøe (U. Clermont-Ferrand), « Fantastique, science-fiction, fantasy : pour une poétique des genres de l’imaginaire »

11h45 : discussion

12h-13h30 : pause déjeuner

Séance 6 : Le fantastique, mises en scène et en regard

Présidence : Gilles Menegaldo

13h30 : Valérie Tritter (Rectorat de Paris), « Etude d’impact de la 3D fantastique depuis L’Etrange créature du lac noir jusqu’à nos jours »

14h : Marc Arino (U. La Réunion), « Le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro : une histoire de regards et de désobéissances »

14h30 : François-Ronan Dubois (U. Stendhal – Grenoble 3), « Doctor Who (2005) : la science-fiction à la conquête du fantastique »

15h : discussion et pause

Séance 7 : Sacré et transgression

Présidence : Evelyne Jacquelin

15h30 : Isabelle Olivier (U. Artois), « Motifs fantastiques et fantasy : écriture et réception du surnaturel selon le contexte narratif »

16h : Deborah Bridle-Surprenant (U. Nice – Sophia-Antipolis), « “A terrible good” : La poétique du surnaturel et du mysticisme dans Descent Into Hell (1937) de Charles Williams »

16h30 : Isabelle Casta (U. Artois), « La problématique sacrificielle dans la fantasy vampirique : un merveilleux transcendantal ? »

17h00 : discussion

Des trains repartent pour Paris à 18h17, 20h17, 21h17, 22h17.

Responsable : Anne Besson et Evelyne Jacquelin, E.A. Textes et Cultures, avec le CERLI