Archives par mot-clé : fantastique

Appel à contributions : “Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”

“Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”, quatrième volume des « séries policières », RLM Minard-Garnier.

Laboratoire Textes et Culture, EA 4028, Université d’Artois

Échéance des propositions : 01 Juillet 2023

“Je vois des gens qui sont morts… ils vont et ils viennent comme n’importe qui… ils ne se voient pas entre eux… ils ne voient que ce qu’ils ont envie de voir… ils ne savent pas qu’ils sont morts” (Cole dans The sixth sense)

Si tant est, dans l’esthétique postmoderne, qu’un genre puisse conserver ses spécificités, il paraît difficile de concilier les codes du polar avec ceux du surnaturel ; la résolution rationnelle des énigmes – même les plus apparemment insurmontables – demeure la règle la plus intangible du roman policier, et à part quelques cas d’école de type « Scooby Doo » ou « SOS Fantômes », la structure du récit (ou du film) de détection ne fait que rarement place au doute fantastique – si ce n’est sous forme de boutades, d’images, ou de superstitions populaires vite ridiculisées : dans le cultissime Mystère de la chambre jaune (Leroux), seuls les vieux domestiques crédules et les paysans du coin croient à une présence diabolique, mais ces remarques sont plus typifiantes que sérieuses ; d’ailleurs, pas un seul instant le policier Larsan ou le journaliste Rouletabille n’accordent le moindre crédit à ces allégations naïves : « Alors ? Alors… je commençais à croire au diable » (17) ; « C’est un mystère du diable ! » (57) ; « Je m’suis signée, quand j’ai entendu ça, comme si j’entendais l’diable ! » (93).

On retrouve le même procédé dans la plupart des romans de Leroux, par exemple dans Le Fantôme de l’Opéra : « La légende du fantôme avait bientôt pris des proportions colossales dans le corps de ballet. […]Tout était de la faute du fantôme, du fantôme de l’Opéra ! » (14), ou dans La Poupée sanglante : « C’est épouvantable !… C’est moi qui l’ai livrée au démon ! … Que Jésus ait pitié de nous ! » (t. 1 : 205), qui appartient effectivement à la science-fiction post-vernienne, mais pas par le biais que l’on croit.

Plusieurs auteurs ont relevé le défi, en préférant le « mystère » (lié à l’atmosphère, donc inscrutable) à l’énigme (résolue la plupart du temps, donc rationnelle). Prenons un exemple : toute l’œuvre de Jean Ray – nous parlons du corpus fondé sur la récurrence de Harry Dickson, l’autoproclamé Sherlock Holmes américain – est un vaste flirt entre enquête policière classique et aventures surnaturelles (par exemple, dans Le Temple de Fer) ! Bien avant lui, Sheridan Le Fanu avait inventé, avec le personnage de Martin Hesselius, le prototype du « détective de l’occulte » dans les Créatures du Miroir. Des auteurs ont ouvertement exploré ce filon, entre autres les chronologiquement contemporains William Hope Hodgson et Algernon Blackwood ; le premier a créé un personnage d’enquêteur amateur d’insolite et de bizarre : son Thomas Carnacki affronte les revenants mal intentionnés dans Carnacki et les fantômes (1910) ; mais c’est essentiellement par son recueil La Chose dans les algues que Hodgson est passé à la postérité, en tant qu’écrivain de la suggestion fantastique à part entière ; tué à Ypres en 1918, il laisse une œuvre en pleine maturation. Deux ans avant Carnacki, Blackwood avait proposé, lui, un héros « psychologue » féru de fantastique, le docteur John Silence, qui libère ses patients de leurs sujétions diaboliques (John Silence, 1908). Le plus connu est cependant leur cadet, Seabury Quinn, créateur du « Sherlock Holmes du surnaturel » en la personne de Jules de Grandin (Les aventures de Jules de Grandin, 1923-1952).

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”

FANTAELX – Congrès International du Genre Fantastique, Audiovisuels et Nouvelles Technologies (Université Miguel Hernández)

FANTAELX – Congrès International du Genre Fantastique, Audiovisuels et Nouvelles Technologies

10-11 novembre 2022

Université Miguel Hernández

Organisé par l’Université Miguel Hernández et le Festival International de Cinéma Fantastique de Elche – FANTAELX

Présentation

The International Congress of Fantastic Genre, Audiovisuals and New Technologies is an activity of scientific and academic divulgation that is part of Elche International Fantastic Film Festival – FANTAELX, and which has the collaboration of the Miguel Hernández University.

The objective of the Congress is the diffusion of research studies in the different thematic lines of the Fantastic Genre, covering all its possible variants and platforms: cinema, television, theater, literature, comics, videogames, virtual reality, plastic arts, etc.

The fifth edition of the Congress will take place on November 10 and 11, 2022 at the “Ciutat d’Elx” Congress Center (in person format) (see map), and on the festival’s website (online format). Continuer la lecture de FANTAELX – Congrès International du Genre Fantastique, Audiovisuels et Nouvelles Technologies (Université Miguel Hernández)

Parution : Ainsi se meuvent les vampires (Arnaud Esquerre)

Arnaud Esquerre, Ainsi se meuvent les vampires, Paris, Fayard, coll. “Sciences humaines”, 2022

Qu’est-ce qu’un vampire  ? Le mot «  vampire  », a été, dans un coin du monde, inventé et utilisé pour, sinon résoudre, du moins affronter une contradiction commune à tous les êtres humains  :  comment vit-on avec le fait de mourir  ? Qu’est-ce qu’un vampire ? Alors qu’on imagine volontiers un Dracula se nourrissant du sang des vivants, le sociologue Arnaud Esquerre donne à voir un tout autre visage, beaucoup plus complexe, de ces êtres entre la mort et la vie. On apprend ainsi qu’ils ont un lieu et une date de naissance : en Europe, au XVIII e siècle. Ils commencent alors à peupler les discours, qu’on soutienne ou nie leur existence. Au fil du temps, les vampires vont désigner aussi bien une variété de chauve-souris qu’un personnage à succès de la littérature (de Lord Byron à Bram Stoker) ; une catégorie médicale cherchant à rendre compte des cas de nécrophilie ; ou, pour Karl Marx, les capitalistes ; ou encore les protagonistes d’un film comique comme dans Le Bal des vampires.

Nous sommes ainsi mis sur la trace des vampires, les suivant dans des sources aussi diverses qu’inattendues, des archives médicales à la série True Blood, en passant par les écrits de naturalistes. Cette enquête décrit la destinée d’un mot inventé et utilisé sinon pour résoudre, du moins pour affronter, une contradiction commune à tous les êtres humains : comment vit-on avec le fait de mourir ?

Arnaud Esquerre est sociologue, et directeur de recherche au CNRS. Il a récemment publié Interdire de voir (Fayard, 2019) et, avec Luc Boltanski, Qu’est-ce que l’actualité politique ? (Gallimard, 2022).

Lire un extrait de l’ouvrage

Appel à contributions : Magic. Enchantment and Disenchantment (University of Oxford)

Call for Papers : Twenty-first Annual Conference – Society of Dix-Neuviémistes

Magic: Enchantment and Disenchantment / La Magie : enchantement et désenchantement

University of Oxford (Christ Church), 27 – 29 March 2023

(La version française suit)

Proposals should be sent to sdn.proposals@yahoo.co.uk by 30 November 2022.

In addition to papers with links to the 2023 conference theme, ‘Magic’, for which the regular Call for Papers can be consulted below, we invite submissions for individual papers or panels on:

Research Methodology and/or Theory:  five ten-minute papers and questions*

Pedagogy Roundtable: five ten-minute papers and discussion*

*work-in-progress papers warmly welcomed

We invite individual papers or panels on subjects related to the conference theme, on topics including, but not limited to:

  • The power of the imagination
  • Voyages: the magic of travel; the disenchantment of the world
  • Magical worlds: utopias and dystopias
  • Exoticism as Magic
  • Magic money: get rich quick schemes, stock market bubbles and crashes
  • Magic money: the ‘oncle d’Amérique’, the sudden inheritance and other forms
  • of deus ex machina
  • Romanticism and ‘l’école du désenchantement’ (Bénichou)
  • Le merveilleux and le fantastique (Todorov)
  • Folklore
  • Miracles, transformations and epiphanies
  • Enchantment, fantasy, faërie
  • Belief and scepticism
  • Rationalism and the irrational
  • Mystery and the unexplained; Ghosts
  • The occult and prophecy
  • Spells, Mediums, turning tables, speaking with the dead
  • Witches (Michelet) and Mages (Sâr Péladan…)
  • Demons, devils, and dangerous fairies
  • Science as disenchantment/science as enchantment
  • The Magic of technology: la fée électricité and other innovations
  • Shock and Surprises: the unexpected
  • Poetry as incantation
  • Literature/Poetry as alchemy
  • The Writer/The Poet as alchemist; The Poet as demiurge
  • Art and the uncanny; the artist as magician; the Pygmalion myth
  • Fantastic illustrations and caricatures: Gustave Doré, Grandville…
  • Rewritings of the Mille et une nuits and of Perrault’s Histoires ou contes du temps passé
  • Rewritings of plots and motifs found in les contes de fées (Maupassant, Lorrain)
  • The magic of performance
  • Staging Magic: Acts of illusion and theatrical representations of magic
  • The reception of the Gothic novel in France
  • Hoffmann in France
  • Power over nature and natural forces

Continuer la lecture de Appel à contributions : Magic. Enchantment and Disenchantment (University of Oxford)

Appel à communications : FANTAELX – Congrès International du Genre Fantastique, Audiovisuels et Nouvelles Technologies (Université Miguel Hernández)

Appel à communications : FANTAELX – Congrès International du Genre Fantastique, Audiovisuels et Nouvelles Technologies

Date : 10 et 11 novembre 2022

Lieu : Elche (province d’Alicante, Espagne) 

Échéance des propositions : 7 octobre 2022

Organisé par l’Université Miguel Hernández et le Festival International de Cinéma Fantastique de Elche – FANTAELX

Texte de l’appel

Le Congrès International du Genre Fantastique, Audiovisuels et Nouvelles Technologies est une activité de divulgation scientifique et académique qui fait partie du Festival International de Cinéma Fantastique de Elche – FANTAELX (province d’Alicante, Espagne) en collaboration avec l’Université Miguel Hernández.

Son objectif principal est la diffusion d’études et de recherches sur le Genre Fantastique sous toutes ses variantes et différentes plateformes : cinéma, télévision, théâtre, littérature, B.D, jeux vidéo, réalité virtuelle, arts plastiques, etc.

OPTION 1 :

Dans cette modalité, les propositions des Communications suivront la ligne thématique principale de la nouvelle édition du Congrès et du Festival : Territoires de la Haute Fantaisie.

Le genre fantastique contemporain englobe diverses typologies, parmi lesquelles se distinguent la science-fiction, l’horreur, le mystère, la fiction spéculative ou ce que l’on appelle la « High Fantasy » (Haute Fantaisie). Terme inventé par l’écrivain Lloyd Alexander dans son essai High Fantasy and Heroic Romance (1971), pour désigner les aventures qui se déroulent dans des univers différents du nôtre, avec leurs propres lois et mythologies, et dont la marque distinctive est basée sur la confrontation épique entre « les forces du bien et du mal ».

Contrairement aux sous-genres susmentionnés, ou à d’autres comme le steampunk, la dystopie, l’uchronie, ou même la low fantasy (ou domestic fantasy), dans cette catégorie, le fantastique ne fait pas irruption dans la réalité connue, ou dans une temporalité passée ou future liée au quotidien, mais s’intègre dans un monde alternatif qui, bien qu’il puisse avoir des réminiscences narratives et esthétiques tirées, par exemple, des épopées classiques, des légendes médiévales ou de la littérature gothique (XIXe siècle), développe un imaginaire propre.

Des auteurs tels que Tolkien, Robert E. Howard, Michael Moorcock, Terry Pratchett, Ursula K. Le Guin, Ursula K. Le Guin, Andrzej Sapkowski, Margaret Weis ou George R. R. Martin, parmi beaucoup d’autres, ont cultivé la « High Fantasy » en littérature. D’autres, comme Ridley Scott, Richard Corben, Gary Gygax et Dave Arneson, ou Dan Tugde, l’ont fait respectivement dans des films, des bandes dessinées, des jeux de rôle ou des jeux vidéo. Tous sont un bon exemple de la pertinence et de l’énergie dont ce sous-genre du fantastique continue à faire preuve aujourd’hui, et de la façon dont ses thèmes et ses approches traversent, avec un succès significatif, les différentes pages et écrans de notre spectre culturel.

Dans le cadre de son large spectre, les résumés soumis pour cette ligne thématique principale peuvent suivre des variations telles que les suivantes :

1. Recherche et réflexion théorique autour de la « High Fantasy » et des univers alternatifs, à partir de son interconnexion avec le fantastique dans ses différentes formes d’expression : études, courants, mouvements, œuvres et auteurs marquants.

2. Le concept de « High Fantasy » dans le domaine du fantastique, et son lien avec les différents modèles de la culture audiovisuelle et des nouvelles technologies : son imbrication dans le cinéma, les séries télévisées, la bande dessinée, les jeux vidéo, la réalité virtuelle, le théâtre, les arts plastiques, etc.

3. Recherche et réflexion théorique sur le développement et l’évolution de la « High Fantasy » à travers ses différents thèmes et sous-genres dans le fantastique, dans les différents modèles culturels et technologiques, et dans la perspective de l’étude des courants (œuvres, auteurs marquants, etc.) et les variantes sur lesquelles établir un tel sous-genre, comme la fantasy épique, la fantasy héroïque, la dark fantasy, la new fantasy, l’épée et la sorcellerie, etc.

4. La « High Fantasy » comme outil de communication, de réflexion ou d’analyse sociale, historique et politique à partir de la fiction audiovisuelle et du fantastique.

OPTION 2 :

Dans cette modalité, les propositions des Communications suivront la thématique générique du Congrès : Le Genre Fantastique et sa possible interconnexion avec les différentes plateformes de la culture, l’audiovisuel et les nouvelles technologies.

Dans le cadre de son large spectre, les résumés soumis pour cette ligne thématique générique peuvent suivre des variations telles que les suivantes :

1. La recherche et la réflexion théorique sur le Genre Fantastique sous ses diverses modalités d’expression : études, courants, mouvements, œuvres et auteurs marquants.

2. Le Genre Fantastique et son interconnexion avec les différents modèles de culture audiovisuelle et les nouvelles technologies : le caractère hybride du fantastique associé au cinéma, à la B.D., au jeu vidéo, à la réalité virtuelle, arts plastiques, etc.

3. Les possibles méthodologies et outils de communication et/ou d’enseignement au moyen des plateformes reliées au Genre Fantastique.

4. Le Fantastique dans le contexte politique : thèses et études dans lesquelles le fantastique soit en rapport avec le débat social, la collectivité et l’action politique.

Soumission des résumés

La date limite de soumission des résumés pour les deux options est le 7 octobre 2022 (inclus).

Les communications orales et leurs résumés peuvent être soumis en français, anglais, espagnol ou valencien, et leur lecture pendant le congrès ne doit pas dépasser 15 minutes.

La présentation de la communication au Congrès ne sera pas obligatoire. Si vous ne participez pas à l’événement en tant que conférencier, que ce soit en personne ou en ligne, votre article sera également publié dans l’édition du livre correspondant.

Les auteurs qui souhaitent participer simultanément aux deux modalités (Option 1 et Option 2), afin d’inclure leur(s) communication(s) dans l’édition des deux livres (publication papier en espagnol et publication numérique en anglais), peuvent le faire :

En envoyant indépendamment par courrier électronique la proposition de Communication pour l’Option 1, et par un autre courrier électronique, la proposition de Communication pour l’Option 2.

Frais de participation

La période de paiement des droits d’inscription est fixée du 10 au 15 octobre 2022 (inclus).

Une fois le document accepté, les participants doivent payer des frais d’inscription de 110€ par auteur, en suivant les instructions qui leur seront envoyées par e-mail. Les frais comprennent :

1) Présentation de la communication au congrès (en ligne ou en personne).
2) Certificat de communication et d’assistance.
3) Livre d’actes avec ISBN
4) Publication académique chez un éditeur consolidé avec chapitre du livre en espagnol et sur papier avec ISBN, et livraison du livre sur papier (Option 1). Publication académique du Congrès avec chapitre de livre numérique en anglais avec ISBN (Option 2).

Considérations générales

  • La date limite de soumission des Communications pour les deux options est fixée au 7 octobre 2022 (inclus).
  • Les Communications et leurs résumés pourront être envoyés en français, anglais, espagnol ou valencien. Cependant la rédaction pour le chapitre du livre édité en papier devra être obligatoirement en espagnol et celle pour la publication du livre digital, obligatoirement en anglais, qui peut être téléchargé gratuitement à partir de la section Publications de notre site web.
  • La lecture de chaque Communication durant le Congrès ne devra pas excéder 15 minutes. Elle peut être réalisée en français, anglais, espagnol ou valencien.
  • Les critères de sélection des Communications seront en fonction de leur adaptation aux lignes thématiques proposées, leur caractère innovateur, la clarté de la rédaction, la rigueur éthique et scientifique et leur conformité aux bases de convocation.
  • Ne pourront être présentées que des Communications orales. La présentation de posters ne sera pas acceptée.
  • La date d’acceptation des communications dans les deux options sera le 10 octobre 2022. Chaque Communiquant sera averti individuellement du résultat de sa candidature (ou candidatures, s’il participe aux deux options).
  • La période de paiement des droits d’inscription sera du 10 au 15 octobre 2022 (inclus).
  • Le délai maximum pour l’envoi de matériel devant être projeté durant les Communications (diapositives, images, vidéos, etc., pour la lecture de la Communication de 15 minutes) se termine le 6 novembre 2022.
  • Le Comité Scientifique, assisté pour l’évaluation de membres aveugles (c’est-à-dire, sans connaissance de l’identité de l’auteur), proposera la sélection des Communications choisies pour le Congrès, ainsi que les textes sélectionnés pour leurs postérieures publications.
  • La date limite pour soumettre les textes sélectionnés en vue de leur évaluation et de leur publication en tant que chapitres de livre, tant pour la publication du livre papier (Option 1), que pour la publication du livre numérique (Option 2), est fixée au 15 janvier 2023 (inclus).
  • Les textes sélectionnés devront être tous, des originaux, inédits, et non des documents en attente d’être acceptés par d’autres entités ou d’autres moyens de publication.
  • Tout envoi qui ne corresponde pas à ces critères ne pourra être retenu.

Tous les envois doivent être obligatoirement adressés à: 
congreso@festivalcinefantaelx.com

Normes d’envoi

L’envoi des propositions de Communications devra se faire par deux fichiers indépendants selon le schéma suivant :

  • Le premier fichier contiendra : Nom et prénom du communiquant, titre de la Communication, option de participation, adresse électronique, téléphone, adresse postale, Nº de la Carte d’Identité, Institution de provenance, charge/ poste occupé dans ladite Institution et un bref Curriculum Vitae. Si plusieurs communiquants participent à une Communication commune, ces mêmes renseignements identitaires seront indiqués pour chacun. Ce premier fichier sera intitulé :

A_METADATA_OPTION_1_Titre, ou: A_METADATA_OPTION_2_Titre

Il n’est pas nécessaire d’écrire le titre de la Communication en entier, seulement trois mots clés. Par exemple :

A_METADATA_OPTION_1_Fantaisie_Haute_vidéos
A_METADATA_OPTION_2_Histoire_archétypes_phantasmes

Nous rappelons que, si l’on participe aux deux options, il faudra envoyer obligatoirement deux courriers électroniques séparés pour chaque option (contenant chacun les deux fichiers requis pour la sélection des Communications).

  • Le second fichier devra contenir : Titre, Paroles clés (4 au maximum), et le résumé de la Communication, d’un maximum de 600 mots (Times New Roman corps de lettres 12, espace simple). Aucune donnée identitaire personnelle du communiquant ne doit apparaître dans ce document afin qu’il puisse être évalué, dans l’anonymat, par les membres « aveugles » du Comité Scientifique. Ce second fichier sera intitulé :

B_ABSTRACT_OPTION_1_Titre, ou: B_ABSTRACT_OPTION_2_Titre, en suivant les mêmes consignes pour le titre que le fichier 1 (3 mots clés pour le titre).

Normes d’écriture pour les publications avec ISBN

  • Pour les chapitres des livres qui seront publiés à la suite du Congrès -aussi bien pour l’édition du livre en papier que pour l’édition du livre digital, chacun possédant leurs respectifs ISBN- il faudra strictement utiliser le modèle en Word qui apparaît dans ce lien (sur le modèle proposé sont indiqués les détails relatifs aux normes typographiques, au système de citation, de références bibliographiques, etc.).
  • Les textes qui ne seront pas adaptés à ce modèle seront refusés.
  • Les textes (qui seront des chapitres dans les livres publiés) ne pourront dépasser 4.000 mots (notes en bas de page et références bibliographiques finales, inclus).
  • Pour les images, figures, graphiques, etc. : un maximum de deux, en blanc et noir, pour la publication du livre en papier (Option 1), et un maximum de quatre, en couleur, pour la publication du livre digital (Option 2). Les images doivent avoir un format panoramique (12 cm de large x 5 cm de haut). À défaut, ils pourraient être coupés lors de leur édition pour publication.
  • Veuillez noter que la publication du chapitre dans le livre papier doit être en espagnol.
  • Veuillez noter que la publication du chapitre dans le livre numérique doit être en anglais. Il est recommandé et préférable de ne pas utiliser de logiciel de traduction automatique en anglais, car il déforme le contenu et la forme du texte. Dans le cas où ce type de traduction est détecté, le comité éditorial peut renvoyer le texte aux auteurs pour sa correction, avant la révision et l’évaluation.

Dernières considérations

Les auteurs dont les textes seront publiés dans les livres académiques dérivés du Congrès accepteront les conditions suivantes :

  • Les auteurs conserveront leurs droits d’auteur.
  • Les auteurs cèderont les droits de distribution aux maisons d’édition ; ces dernières géreront les droits de distribution.
  • Les auteurs, ainsi que le Comité Organisateur du Congrès, seront exemptés de toute rétribution économique dérivée de ces publications.

Dates clés

  • Date limite pour l’envoi des résumés de Communications :  7 octobre 2022 (inclus).
  • Date d’annonce d’acceptation ou non des Communications :  10 octobre 2022.
  • Dates de paiement des inscriptions :  du 10 au 15 octobre 2022 (inclus).
  • Date limite pour l’envoi de matériel à projeter durant les lectures de Communications : 6 novembre 2022 (inclus) [Uniquement pour la présentiel].
  • Date du Congrès au sein du Festival : 10 et 11 novembre 2022 (plus de détails dans la section Présentation).
  • Date limite pour l’envoi des textes sélectionnés pour leur publication avec ISBN : 15 janvier 2023 (inclus).

Appel à contributions : Perspectives sur l’imaginaire scandinave (Studia Universitatis Babeș-Bolyai Philologia)

Perspectives sur l’imaginaire scandinave“, Studia Universitatis Babeș-Bolyai Philologia, Numéro spécial 2/2023

studia.philologia@lett.ubbcluj.ro  

Échéance des propositions : 15 septembre 2022

Coordinateurs :
Roxana-Ema Dreve, Université Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca 
roxana.dreve@ubbcluj.ro

Raluca-Daniela Duinea, Université Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca
 raluca.radut@ubbcluj.ro 

Raluca Pop, Université Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca
 raluca.petrus@ubbcluj.ro 

Le terme « imaginaire » a une longue tradition en Europe et surtout en France, grâce aux travaux de Gilbert Durand (Les structures anthropologiques de l’imaginaire) et de Jean-Jacques Wunenburger (L’imaginaire). Au fil des années, l’imaginaire a reflété la connexion de différents ensembles d’images culturelles, artistiques, littéraires, linguistiques, religieuses, sociales et historiques à la notion d’identité, liant le terme à l’esthétique et à la réception. Différentes directions articulent donc le concept d’« imaginaire » aujourd’hui. Au-delà de l’exploration du Moi par rapport aux autres, la réalité, la fiction, l’histoire et la mémoire ont également été réévaluées à l’aune de l’imaginaire. 

Tenant compte de ces perspectives, le présent numéro se propose d’analyser l’imaginaire à l’égard de la Scandinavie. La culture, la linguistique et le canon littéraire norvégiens, suédois et danois sont souvent perçus comme des structures faisant partie, au-delà de la complexité multilingue et multiculturelle inhérente, d’un imaginaire scandinave homogène. Renvoyant à un ensemble complexe d’éléments – comprenant à la fois poèmes eddiques, sagas, histoires ou personnages fantastiques (comme les trolls) et véhiculant diverses croyances et coutumes anthropologiques, historiques ou religieuses –, l’imaginaire culturel scandinave gagne du terrain dans les préoccupations philologiques récentes. Dans Story and Emotion : A Study in Affective Narratology, Per Thomas Andersen prend en considération la manière dont différents états d’esprit sont abordés dans la littérature, la philosophie ou la psychologie à partir d’un contexte culturel scandinave. Les 25 essais sur le canon littéraire norvégien édités par Stig Sæterbakken et Janike Kampevold Larsen (Norsk litterær kanon, 2008) présentent l’imaginaire littéraire à travers différentes grilles de lecture. Dans le sixième tome de la Norsk idéhistorie. Et lite land i verden, Trond Berg Eriksen, Andreas Hompland et Eivind Tjønneland examinent la culture norvégienne depuis 1950 à travers plusieurs sujets tels la littérature, la politique, les médias, l’éducation ou la religion.

Outre la littérature et la culture, un autre élément lié à l’imaginaire scandinave est l’utilisation de la langue, base du patrimoine culturel, de l’identité et de l’interaction sociale. L’imaginaire scandinave peut ainsi s’exprimer également à travers l’analyse des dialectes, des études contrastives sur la langue écrite et parlée ou des traductions de textes fictifs et non-fictionnels. Au cours des dernières décennies, on a remarqué une orientation de l’imaginaire littéraire et linguistique scandinave vers l’écocritique (Henning Howlid Wærp, Hele livet en vandrer i naturen, 2018), l’espace, le non-espace, la temporalité, la réécriture des mythes ou bien la littérature de voyage.

Le présent numéro se propose de faire un état des lieux de telles approches de l’imaginaire scandinave, surpris dans toute sa complexité. Nous accepterons ainsi des contributions portant sur la question de l’imaginaire scandinave ou faisant référence à l’espace littéraire et linguistique du Nord.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Perspectives sur l’imaginaire scandinave (Studia Universitatis Babeș-Bolyai Philologia)

Colloque : Créer et incarner des créatures fantastiques (Université d’Artois)

 Colloque : Créer et incarner des créatures fantastiques 

Université d’Artois, à distance, 18 février 2022

Org. : Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy

Colloque organisé conjointement par l’ANR Aiôn et le laboratoire Textes et Cultures (UR 4028) de l’Université d’Artois, en partenariat avec le festival Atrebatia – Escales imaginaires.

En raison de la situation sanitaire, le colloque se déroulera en deux parties. Une première partie en visioconférence le vendredi 18 février 2022 et une deuxième partie en présentiel à Arras le samedi 18 février 2023.

Vendredi 18 février 2022 

À distance sur Zoom (lien disponible sur le programme)

14h30 : Introduction du colloque Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy Universités d’Artois et de Franche-Comté

SESSION I
INCARNATIONS ARTISTIQUES ET CRÉATION D’UNIVERS. Présidence : Justine BRETON

14h45 : Les créatures de Fantasy au théâtre Charles Louarn, Université d’Avignon

15h15 : Ghosts Seeking Hosts : incarner l’androïde dans le jeu vidéo Detroit: Become Human Kevser Güngör, Université d’Artois

15h45 : Discussions

16h15 : Pause

16h30 : Une étude de quelques « campaign workshops » à ambiance Gaslamp fantasy : les débats en ligne sur la définition d’un sous-genre néo-victorien contesté
Jessy Néau, Université de Mayotte

17h : Entre politique et imaginaire : des métamorphoses fantastiques dans l’art contemporain Quentin Petit Dit Duhal, Université d’Aix-Marseille

17h30 : Discussions

18h : fin de journée 

Appel à contributions : Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ?

Colloque : Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ?

Jeudi 13 et vendredi 14 octobre 2022, Université de Lorraine, LIS

Échéance des propositions : 4 mars 2022

Au XVIe siècle paraît en France un ouvrage intitulé Mundus Novus qui se présente comme la traduction d’une lettre de l’explorateur Amerigo Vespucci. Cet ouvrage popularise l’expression « Nouveau Monde » qui désigne l’Amérique, un territoire qui s’oppose à l’Europe, l’Ancien Monde. Le concept repose ainsi sur la rupture entre deux espaces, sur un changement, un passage du vieux au neuf. L’expression cristallise alors les promesses du continent américain. Peu à peu le Nouveau Monde est devenu un mythe s’articulant autour d’un désir d’extension des limites géographiques – la frontier américaine –, sur un appel à la découverte, sur un désir de changement, de rupture avec des modèles d’un autre temps. Mais le mythe s’effrite et le déboulonnage récent de statues de Christophe Colomb montre que le concept de Nouveau Monde s’appuie aussi sur une histoire et un imaginaire colonialistes. Cela invite à se demander si la promotion du neuf ne cacherait pas le recyclage des défauts de l’ancien. 

On peut se poser la même question à propos des (très) nombreuses promesses de nouveaux mondes qui alimentent le monde contemporain. Qu’il s’agisse d’un nouveau monde du travail, industriel, numérique, médiatique, religieux, technologique, politique, social, etc., on s’interroge quant à leur véritable nouveauté, aux nouvelles perspectives qu’ils offrent. S’agit-il d’autres mondes ? S’agit-il de mondes futurs ? S’agit-il de mondes inédits ? S’agit-il de mondes actualisés ? La notion même de monde pose question dans cet usage courant du concept de « Nouveau Monde ». Ces mondes sont-ils de nouveaux territoires ? De nouveaux champs ? De nouveaux paradigmes ?

Ce colloque se présente comme un espace de réflexion sur le concept de « Nouveau Monde » en interrogeant les représentations des nouveaux mondes. Les communications pourront porter sur différentes périodes historiques et sur différents médiums. De même, le choix des disciplines n’est pas limité pourvu que les communications portent sur des enjeux de représentations, fictionnelles ou non, afin de réfléchir collectivement aux perspectives et aux promesses qui sous-tendent le concept de nouveau(x) monde(s).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ?

Parution : L’oiseau bleu, n°1, “Naître & renaître dans les fictions pour la jeunesse”

Numéro inaugural de la revue L’Oiseau bleu

Dossier thématique : “Naître et renaître dans les fictions pour la jeunesse”

Introduction

Bochra CHARNAY et Thierry CHARNAY, Univ. Lille, EA 1061 – ALITHILA – Analyses Littéraires et Histoire de la Langue F-59000 Lille, France

– « Le don et le contre-don des fées à la naissance » : entre tradition et fiction

Thierry CHARNAY Univ. Lille, EA 1061 – ALITHILA – Analyses Littéraires et Histoire de la Langue F-59000 Lille, France.

– Le nouveau-né substitué : le changelin entre féeries, mythe et roman pour la jeunesse

Bochra CHARNAY, Univ. Lille, EA 1061 – ALITHILA – Analyses Littéraires et Histoire de la Langue F-59000 Lille, France.

– Naissances (dé-) programmées

Esther LASO Y LEÓN, LIJEL (UAM) Université d’Alcalá, Espagne.

– Être – ou n’être pas – fille-mère : choisir et renaître à soi-même dans le roman pour adolescent.e.s

Élodie BOUYGUES, Université de Franche-Comté.

– Noël en scène, de Léon Chancerel à Jean-Louis Foncine

Laurent DÉOM, Univ. Lille, ULR 1061 – ALITHILA – Analyses Littéraires et Histoire de la Langue, F-59000 Lille, France.

– On ne naît pas héros, on le devient. (Re)naissances du lecteur comme personnage dans les fictions à embranchements

Laurent BOZARD, Haute École de la Province de Liège, Belgique.

– L’Écume de l’aube, la première aventure de Yoko Tsuno ou comment naît un personnage de bande dessinée

Benoît GLAUDE, FNRS – Université catholique de Louvain.

– Naître ailleurs et autrement : Solitaire à l´infini de Josée Plourde

Květuše KUNESOVA, Université de Hradec Králové, République tchèque.

– Quand la peluche s’en mêle – après la guerre, une nouvelle vie

Marcela POUČOVÁ, Université Masaryk, Brno, République tchèque.

– Quand Brisco devient Fenris : mort symbolique et renaissance dans Le Chagrin du roi mort de Jean-Claude Mourlevat

Alizon PERGHER, TELEM, Université de Bordeaux.

Continuer la lecture de Parution : L’oiseau bleu, n°1, “Naître & renaître dans les fictions pour la jeunesse”

Appel à contributions : Théories et littératures de l’imaginaire (revue Iris)

Appel à contributions réservé aux docteurs : “Théories et littératures de l’imaginaire”, Iris, n° 42, 2022 (UGA Éditions).

Échéance des propositions : 7 septembre 2021

Pour sa section théorique « Mythodologies », le prochain numéro 42 de la revue Iris prévoit de réunir des analyses sur le concept d’imaginaire, ses définitions et ses méthodes, au croisement des théories de l’imaginaire et des littératures de l’imaginaire.

Le terme imaginaire peut être un adjectif ou un nom et il convoque de nombreuses acceptions. L’adjectif imaginaire signifie généralement « ce qui est produit par l’imagination, qui n’existe pas réellement ». Il implique parfois une connotation négative renvoyant à ce qui est faux. Le nom imaginaire comprend deux grandes significations. D’une manière générale, il renvoie à « ce qui relève du monde de l’imagination ». Dans les sciences humaines, il existe diverses déclinaisons définitoires, selon qu’on parle de philosophie, d’histoire culturelle, de psychanalyse, etc. Quoi qu’il en soit, l’imaginaire se comprend au niveau individuel ou collectif et l’on peut identifier une définition consensuelle en considérant l’imaginaire comme « une structure des représentations, des images créées par l’homme, qui sont en perpétuelle évolution, ce qui permet à l’être humain d’innover, de créer ». De quel imaginaire parle-t-on lorsque l’on évoque les littératures de l’imaginaire qui recouvrent d’ailleurs divers genres littéraires comme la science-fiction ou la fantasy ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Théories et littératures de l’imaginaire (revue Iris)