Archives par mot-clé : fantastique

Parution : L’oiseau bleu, n°1, “Naître & renaître dans les fictions pour la jeunesse”

Numéro inaugural de la revue L’Oiseau bleu

Dossier thématique : “Naître et renaître dans les fictions pour la jeunesse”

Introduction

Bochra CHARNAY et Thierry CHARNAY, Univ. Lille, EA 1061 – ALITHILA – Analyses Littéraires et Histoire de la Langue F-59000 Lille, France

– « Le don et le contre-don des fées à la naissance » : entre tradition et fiction

Thierry CHARNAY Univ. Lille, EA 1061 – ALITHILA – Analyses Littéraires et Histoire de la Langue F-59000 Lille, France.

– Le nouveau-né substitué : le changelin entre féeries, mythe et roman pour la jeunesse

Bochra CHARNAY, Univ. Lille, EA 1061 – ALITHILA – Analyses Littéraires et Histoire de la Langue F-59000 Lille, France.

– Naissances (dé-) programmées

Esther LASO Y LEÓN, LIJEL (UAM) Université d’Alcalá, Espagne.

– Être – ou n’être pas – fille-mère : choisir et renaître à soi-même dans le roman pour adolescent.e.s

Élodie BOUYGUES, Université de Franche-Comté.

– Noël en scène, de Léon Chancerel à Jean-Louis Foncine

Laurent DÉOM, Univ. Lille, ULR 1061 – ALITHILA – Analyses Littéraires et Histoire de la Langue, F-59000 Lille, France.

– On ne naît pas héros, on le devient. (Re)naissances du lecteur comme personnage dans les fictions à embranchements

Laurent BOZARD, Haute École de la Province de Liège, Belgique.

– L’Écume de l’aube, la première aventure de Yoko Tsuno ou comment naît un personnage de bande dessinée

Benoît GLAUDE, FNRS – Université catholique de Louvain.

– Naître ailleurs et autrement : Solitaire à l´infini de Josée Plourde

Květuše KUNESOVA, Université de Hradec Králové, République tchèque.

– Quand la peluche s’en mêle – après la guerre, une nouvelle vie

Marcela POUČOVÁ, Université Masaryk, Brno, République tchèque.

– Quand Brisco devient Fenris : mort symbolique et renaissance dans Le Chagrin du roi mort de Jean-Claude Mourlevat

Alizon PERGHER, TELEM, Université de Bordeaux.

Continuer la lecture de Parution : L’oiseau bleu, n°1, “Naître & renaître dans les fictions pour la jeunesse”

Appel à contributions : Théories et littératures de l’imaginaire (revue Iris)

Appel à contributions réservé aux docteurs : “Théories et littératures de l’imaginaire”, Iris, n° 42, 2022 (UGA Éditions).

Échéance des propositions : 7 septembre 2021

Pour sa section théorique « Mythodologies », le prochain numéro 42 de la revue Iris prévoit de réunir des analyses sur le concept d’imaginaire, ses définitions et ses méthodes, au croisement des théories de l’imaginaire et des littératures de l’imaginaire.

Le terme imaginaire peut être un adjectif ou un nom et il convoque de nombreuses acceptions. L’adjectif imaginaire signifie généralement « ce qui est produit par l’imagination, qui n’existe pas réellement ». Il implique parfois une connotation négative renvoyant à ce qui est faux. Le nom imaginaire comprend deux grandes significations. D’une manière générale, il renvoie à « ce qui relève du monde de l’imagination ». Dans les sciences humaines, il existe diverses déclinaisons définitoires, selon qu’on parle de philosophie, d’histoire culturelle, de psychanalyse, etc. Quoi qu’il en soit, l’imaginaire se comprend au niveau individuel ou collectif et l’on peut identifier une définition consensuelle en considérant l’imaginaire comme « une structure des représentations, des images créées par l’homme, qui sont en perpétuelle évolution, ce qui permet à l’être humain d’innover, de créer ». De quel imaginaire parle-t-on lorsque l’on évoque les littératures de l’imaginaire qui recouvrent d’ailleurs divers genres littéraires comme la science-fiction ou la fantasy ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Théories et littératures de l’imaginaire (revue Iris)

Marc Vervel (Université de Paris)

Marc Vervel est PRAG à l’Université de Paris. 

Domaines de recherche
Littérature XIXe-XXIe, avec une prédilection pour le tournant XIXe-XXe ; récit médiatique, récit policier, récit fantastique, le mystère en littérature, la distinction genres hauts-genres bas, tension narrative, immersion narrative. Littérature française et comparée (littératures française et francophone, anglo-saxonne, hispanique et hispanophone, germanique), rapports texte-image, texte-cinéma, littérature et internet.

CV et publications

Parution : Human Evolution and Fantastic Victorian Fiction (Anna Neill)

Anna Neill, Human Evolution and Fantastic Victorian FictionRoutledge, 2021

Following the publication of Darwin’s On the Origin of Species, Victorian anthropology made two apparently contradictory claims: it distinguished “civilized man” from animals and “primitive” humans and it linked them though descent. Paradoxically, it was by placing human history in a deep past shaped by minute, incremental changes (rather than at the apex of Providential order) that evolutionary anthropology could assert a new form of human exceptionalism and define civilized humanity against both human and nonhuman savagery.

This book shows how fantastic Victorian and early Edwardian fictions—utopias, dystopias, nonsense literature, gothic horror, and children’s fables—untether human and nonhuman animal agency from this increasingly orthodox account of the deep past. As they imagine worlds that lift the evolutionary constraints on development and as they collapse evolution into lived time, these stories reveal (and even occupy) dynamic landscapes of cognitive descent that contest prevailing anthropological ideas about race, culture, and species difference.

Continuer la lecture de Parution : Human Evolution and Fantastic Victorian Fiction (Anna Neill)

Parution : Investigating Stranger Things. Upside Down in the World of Mainstream Cult Entertainment (dir. Tracey Mollet, Lindsey Scott)

Tracey Mollet, Lindsey Scott (eds.), Investigating Stranger Things. Upside Down in the World of Mainstream Cult Entertainment, Palgrave Macmillan, 2021. 

This edited collection explores the narrative, genre, nostalgia and fandoms of the phenomenally successful Netflix original series, Stranger Things. The book brings together scholars in the fields of media, humanities, communications and cultural studies to consider the various ways in which the Duffer Brothers’ show both challenges and confirms pre-conceived notions of cult media. Through its three sections on texts, contexts and receptions, the collection examines all aspects of the series’ presence in popular culture, engaging in debates surrounding cult horror, teen drama, fan practices, and contemporary anxieties in the era of Trump. Its chapters seek to address relatively neglected areas of scholarship in the realm of cult media, such as set design, fashion, and the immersive Secret Cinema Experience. These discussions also serve to demonstrate how cult texts are facilitated by the new age of television, where notions of medium specificity are fundamentally transformed and streaming platforms open up shows to extensive analysis in the now mainstream world of cult entertainment.

 

Journées d’études : Fiction et nouveaux discours historiques (Université de Paris)

Journées d’études : Fictions et nouveaux discours historiques 

28-29 juin 2021

Université de Paris, Bâtiment Sophie Germain, 1 Place Aurélie Nemours, 75013 Paris, salle 1021

Il sera également possible de suivre les journées d’études à distance. Pour ce faire, merci de compléter les informations dans le formulaire d’inscription en ligne : https://form.123formbuilder.com/5928801/form.

Vous recevrez le lien d’invitation Zoom par courriel. Vous pouvez vous inscrire jusqu’au 26 juin 2021, 18h.

Organisatrices

Laurence CROS (maître de conférences en études canadiennes, Université de Paris, LARCA-UMR 8225)
Marie-Jeanne ROSSIGNOL (professeure d’histoire américaine, Université de Paris, LARCA-UMR 8225)

Organisation

Université de Paris ; Laboratoire de Recherche sur les Cultures Anglophones (LARCA UMR 8225) ; CNRS

Continuer la lecture de Journées d’études : Fiction et nouveaux discours historiques (Université de Paris)

Parution : Le médium (au) cinéma (Mireille Berton)

Mireille Berton, Le médium (au) cinémaGeorg, 2021

Comment expliquer les affinités électives entre le cinéma et le monde de l’audelà ? Pourquoi insister sur le caractère spectral des images filmiques ? En vertu de quels critères le cinéma devient-il un vecteur de fantasmes liés à la communication avec les esprits ?

Le médium (au) cinéma entend répondre à ces questions en prenant comme point de départ non pas tant la figure du fantôme que celle du médium spirite, vu comme un média. L’étymologie du terme « médium » permet en effet d’envisager cette figure à la fois comme un intermédiaire ultrasensible entre le monde des vivants et des morts, et comme un appareil d’inscription et de transmission de données. Au cinéma, cette idée est transposée dans des films où le médium spirite opère tel un dispositif audiovisuel, une « machine-cinéma » capable d’intercepter des ondes invisibles, d’effacer les distances, de superposer les temporalités, de contourner la déchéance des corps et des choses. À l’occasion, le médium spirite devient le point d’origine d’un spectacle « multimédia » autour duquel gravitent quelques personnages récurrents (croyants et sceptiques, fantômes justiciers ou vengeurs, esprits maléfiques, parapsychologues exégètes). C’est pourquoi du médium (spirite) au média (technologique), il n’y a qu’un pas que les films contemporains franchissent volontiers, quitte à faire disparaître le médium au profit du média. Car bien que les technologies de (télé)communication aient toujours été investies de propriétés spectrales, le développement des cultures numériques contribue sans aucun doute à amplifier l’imaginaire du fantôme dans la machine, comme en attestent La Mort en ligne (2004), Pulse (2006) ou la franchise « Le Cercle ».

Continuer la lecture de Parution : Le médium (au) cinéma (Mireille Berton)

Parution : La monstruosité en face. Les sciences et leurs monstres dans la fiction (Jean-François Chassay)

Jean-François Chassay, La monstruosité en face. Les sciences et leurs monstres dans la fiction, Presses Universitaires de Montréal, coll. “Cavales”, 2021. 

 

Les monstres ont toujours existé, et on les représente au moins depuis l’Antiquité. Pourtant, ce terme qui était populaire il y a quelques décennies à peine est rarement énoncé de nos jours, sauf – essentiellement – dans une perspective morale (ou moralisatrice). On peut néanmoins trouver un sens à la monstruosité ; mais comment la définir de la manière la plus neutre possible ? On pourrait avancer, prudemment, qu’il s’agit d’un écart marqué par rapport à une norme qui elle-même varie en fonction du contexte culturel, social ou politique.

Le Frankenstein de Mary Shelley, la figure la plus ancienne examinée dans cet ouvrage, sert un peu de fil conducteur à ce parcours qui s’attarde sur des oeuvres de fiction dans lesquelles le monstre est pensé par la science et la technologie, ou plutôt par leur imaginaire souvent débridé. Dans ce cadre précis, le fantasme du monstre permet de diverses façons de se pencher sur des concepts comme ceux d’hybridité, d’altérité, de cyborg, d’animalité humaine et sur des rapports plus complexes que prévu entre nature et culture. Penser le monstre comme une figure épistémique pour réfléchir aux savoirs de tous les temps : un but ambitieux, que l’auteur de cet essai atteint sans encombre.

Jean-François Chassay est professeur au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal. Il a publié une trentaine de livres portant essentiellement sur les liens entre littérature et science, ainsi que sur l’américanité.

Parution : Licornes. Celles qui existent et celles qui n’existent (dir. Jocelyn Benoist et Véronique Decaix)

Licornes. Celles qui existent et celles qui n’existent pas, Jocelyn Benoist et Véronique Decaix (dir.), Paris, Vendémiaire, coll. « Retour au Moyen Âge », 2021.

Aux origines d’un mythe contemporain

Personnage de jeu vidéo, motif de pyjama, créature de Harry Potter : la licorne, icône de la pop culture, est aujourd’hui partout. Mais si on l’associe volontiers au Moyen Âge tardif, et en particulier à la spectaculaire autant qu’énigmatique tenture La Dame à la licorne du musée de Cluny, sait-on que cet animal mythique trouve ses origines dans l’Antiquité grecque et l’Ancien Testament ? Qu’elle a oscillé dans la littérature médiévale entre les genres mâle et femelle ? Et qu’en tant qu’exemple canonique d’objet dont il faut déterminer ou non s’il existe – ou s’il est possible qu’il existe et ce que cela signifie –, elle a passionné les philosophes, de Duns Scot à Bertrand Russell en passant par Kant et Leibniz ?
Saisissant cette figure sans cesse réinventée dans toutes ses dimensions, un collectif de philosophes et de spécialistes d’histoire de l’art et de littérature lève le voile sur les mystères de cet animal-totem.
Sous la direction de Jocelyn Benoist, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et Véronique Decaix, maîtresse de conférences en philosophie médiévale.

Avec la participation de Sophie Albert, Anne Besson, Béatrice de Chancel-Bardelot, Rémy Cordonnier, Félix Duportail, Maurizio Ferraris, Markus Gabriel, Wouter Goris, Virginie Greene, Jean-Baptiste Rauzy, Jens Rometsch, Nicholas Stang et Jean-René Valette.

Appel à contributions : Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Féérie et esthétique: les arts du merveilleux 

sous la direction d’Anne Chassagnol

Date limite d’envoi des propositions : 1er septembre 2021

Notification d’acceptation : 10 septembre 2021

Date limite pour le rendu de l’article final : mars 2022

Le conte de fées, qu’il soit politique, moral, scientifique, didactique, féministe ou psychanalytique, a fait l’objet de multiples études qui envisagent ce genre le plus souvent au prisme de la littérature, à travers l’histoire fertile de ses réécritures, de circulations en traductions jusqu’à ses adaptations. La Beauté du merveilleux (2011) d’Aurélia Gaillard et Jean-René Valette interroge la dimension esthétique et épistémique du conte littéraire. De même, Poétiques du merveilleux : fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels, 2015, sous la direction d’Anne Besson et Évelyne Jacquelin, questionne la plasticité du merveilleux et sa porosité au contact des différents genres des littératures de l’imaginaire.

Mais qu’en est-il de la valeur esthétique du conte en dehors du texte littéraire ? Comment les arts se sont-ils appropriés le conte ? Existe-t-il une esthétique proprement féerique ? Le conte a-t-il une couleur, un goût, une texture ? Quels rapports entretient-il avec l’art pompier, le kitsch, l’art romantique, le surréalisme ou l’art contemporain ? Quelles sont ses affinités avec la musique ? La manière dont le conte traverse les arts, s’en inspire et les irrigue en retour, apparaît de façon ponctuelle, selon des thématiques concentriques, sans pour autant être connexes. Ainsi, la peinture féerique, emblématique de l’époque victorienne, a donné lieu à plusieurs catalogues d’expositions (Jeremy Maas et al., Victorian Fairy Painting, 1997 ; Christopher Wood, Fairies in Victorian Art, 2000). Les rapprochements entre cinéma et conte de fées ont été étudiés par Jack Zipes (The Enchanted Screen: The Unknown History of Fairy Tale-Films, 2011 ; Fairy-Tale Films Beyond Disney: International Perspectives, 2015). De même, les liens entre le théâtre et les arts du spectacle ont fait l’objet de plusieurs travaux (« Le Conte et la Scène, Féeries, n°4, 2007 ; Martial Poirson, dir., Perrault en scène : transpositions théâtrales et contes merveilleux, 1697-1800, 2009. Martial Poirson et Jean-François Perrin, dir., Les Scènes de l’enchantement. Arts du spectacle, théâtralité et conte merveilleux (XVIIe-XIXsiècles), 2011.

Cet ouvrage consacré au conte de fées dans l’art cherche à interroger la dimension esthétique plurielle de la féérie pour mettre en évidence l’influence du conte de fées sur d’autres champs et pratiques artistiques, sans pour autant se limiter à une période ou à une aire géographique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Féérie et esthétique: les arts du merveilleux