Archives par mot-clé : fantasme

Appel à contributions : Traverser le fantasme écranique, revue Écranosphère

Appel à contributions : Traverser le fantasme écranique, Ecranosphère

Au cours des 20 dernières années, les études cinématographiques et médiatiques se sont graduellement (re)tournées vers les séminaires plus tardifs de Lacan, mettant de l’avant une théorie du cinéma qui délaisse les questions plus idéologiques, liées à l’identification et au dispositif, pour s’intéresser notamment à l’apport du Réel dans le déraillement du sentiment de subjectivité. Ceci a mené vers le déploiement d’une psychanalyse du cinéma qu’on pourrait qualifier de contemporaine, qui va au-delà de la simple analyse des univers narratifs et de leurs significations pour s’intéresser aux phénomènes liés à la spectature et à la subjectivité. Des concepts phares, tels le regard, le désir et le genre, ont été réarticulés; d’autres, tels la différence sexuelle, l’objet a, le Réel, la jouissance et le fantasme, ont émergé au sein du champ d’études. Certaines de ces notions méritent encore aujourd’hui une attention poussée.

Largement laissé pour compte dans la psychanalyse du cinéma des années 1970, le fantasme dans sa conception lacanienne occupe une place croissante au sein des écrits plus récents. Régulièrement pensé comme un écran servant à voiler l’impossibilité de l’objet a, le fantasme sert à protéger le sujet contre le trauma de la carence du grand Autre—que ce soit par le biais de déités polythéistes et monothéistes, ou par la dissémination d’artéfacts culturels et consuméristes. Lacan en vient d’ailleurs à voir dans la traversée de cet écran la possibilité pour l’analysant de délaisser la logique du désir pour celle de la pulsion.

Cette notion de traversée du fantasme, mentionnée uniquement à la fin du séminaire XI, a entre autres été récupérée par Slavoj Žižek à plusieurs reprises à travers son opus, permettant de la concevoir dans une perspective fort propice aux études filmiques et médiatiques. Repensée par Žižek, la traversée du fantasme ne concerne plus que le fantasme fondamental; les fantasmes culturels et sociaux peuvent également être traversés, menant vers une radicalité potentielle dans l’expérience de la spectature. Ultimement, cette notion permet de repenser nos relations avec la technologie, plus spécifiquement avec les écrans dans leur dimension fantasmatique.

Dans le contexte numérique et hypermédiatique qui est le nôtre, la notion du fantasme comme écran revêt donc une importance renouvelée. Le retour vers les théories de Lacan permet alors de proposer le fantasme comme « un des concepts fondamentaux de la psychanalyse » (Castenet, 2007), menant vers de nombreuses contributions sur le rôle des images-écran dans la détermination de la subjectivité. Dans cette veine, André Nusselder exploite pleinement l’idée selon laquelle le fantasme agit comme un « médium entre l’objet et le sujet » (2013), ce qui lui permet de proposer l’idée du fantasme comme interface (2009), et ainsi de mettre de l’avant une théorie proprement écranique du fantasme. Ce dernier semble de toute évidence occuper une place capitale dans nos sociétés fondées sur les technologies de la représentation et de la communication.

C’est donc dans cette perspective conceptuelle que la revue Écranosphère cherche des propositions d’articles pour constituer un numéro thématique sur la traversée du fantasme écranique, sur ses manifestations, sur ses effets, et sur les diverses façons dont elle peut être pensée au travers du paradigme des études cinématographiques et médiatiques.

Les sujets possibles peuvent inclure – mais ne sont aucunement limités – aux exemples suivants :

  • Le fantasme culturel et médiatique comme interface écranique, voilant un Réel traumatique;
  • La traversée d’un fantasme écranique spécifique dans une œuvre, un corpus ou un genre;
  • La radicalité de la spectature en lien avec la traversée du fantasme;
  • Les considérations théoriques et conceptuelles liées à l’idée de la traversée du
    fantasme écranique;
  • Le rôle du regard, en tant qu’objet a, dans la traversée du fantasme médiatique;
  • La question du genre et de l’identité sexuelle dans la traversée de fantasmes
    culturels et/ou médiatiques;
  • Toute considération de nature féministe, historique, transmédiatique, épistémologique ou sociologique portant sur la traversée du fantasme écranique.

Les propositions doivent parvenir à Louis-Paul Willis (louis-paul.willis@uqat.ca) au plus tard le 30 juin 2013. Les articles de 40,000 signes (espaces et notes compris) seront à remettre au plus tard le 30 novembre 2013.