Archives par mot-clé : fan studies / fandom / fanfiction

Appel à communications : Traces et approches des usages dans la culture populaire et médiatique (1880-2020)

Traces et approches des usages dans la culture populaire et médiatique (1880-2020)

28, 29 et 30 mai 2024

Université du Québec à Montréal

Date d’échéance : 10 décembre 2023

Colloque coorganisé par Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre) et Chantal Savoie (UQAM).

Texte de l’appel :

Depuis près d’une centaine d’années, une succession d’ébranlements disciplinaires et de « grands tournants » épistémologiques ont favorisé la production de travaux portant sur les cultures populaires et médiatiques. Alors que ces corpus ont d’abord été étudiés du point de vue de leur altérité par rapport à la culture légitime, leur considération a progressivement induit un renouvellement des cadrages et méthodes visant à en rendre compte, afin d’en venir à les appréhender à partir de leurs manières propres de signifier. Continuer la lecture de Appel à communications : Traces et approches des usages dans la culture populaire et médiatique (1880-2020)

Appel à communication : Traces et approches des usages dans la culture populaire et médiatique (1880-2020)

Traces et approches des usages dans la culture populaire et médiatique (1880-2020)

28-30 mai 2024

Université du Québec à Montréal

Échéance des propositions : 1er décembre 2023

Organisé par Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre) et Chantal Savoie (CRILCQ)

Depuis près d’une centaine d’années, une succession d’ébranlements disciplinaires et de « grands tournants » épistémologiques ont favorisé la production de travaux portant sur les cultures populaires et médiatiques. Alors que ces corpus ont d’abord été étudiés du point de vue de leur altérité par rapport à la culture légitime, leur considération a progressivement induit un renouvellement des cadrages et méthodes visant à en rendre compte, afin d’en venir à les appréhender à partir de leurs manières propres de signifier.

Parmi les chantiers ouverts dans la foulée de ces transformations, les travaux portant sur les usages de la culture ont constitué un filon fertile. On en trouve déjà la trace chez Richard Hoggart durant la deuxième moitié des années 1950 ; mais les années 1980, avec les contributions phares de Michel De Certeau (L’invention du quotidien), Janice Radway (Reading the Romance), Anne-Marie Thiesse (Le Roman du quotidien), John Fiske (Reading the Popular), voire, dans une certaine mesure, celles de Pierre Bourdieu (La distinction) et de Stanley Fish (Is there a text in this class ?), ont contribué à orienter l’examen de la culture de grande consommation du côté des études de réception. Si le courant des fan studies est devenu, à partir des années 1990 mais surtout dans les années 2000, avec l’omniprésence d’Internet, le vecteur le plus visible de cette attention portée aux usages et à la productivité des gestes culturels posés par les fans (avec les travaux d’un Matt Hills ou d’un Henry Jenkins), il a peut-être occulté les autres pratiques de consommation, plus quotidiennes, plus banales. C’est à ces autres pratiques que ce colloque souhaite s’intéresser.

Continuer la lecture de Appel à communication : Traces et approches des usages dans la culture populaire et médiatique (1880-2020)

APPEL A CONTRIBUTIONS : AMUS(É)EMENT : DU MUSÉE POP À L’ARTIALISATION POPULAIRE (Journée d’études)

Amus(é)ement : du musée pop à l’artialisation populaire

Jeudi 28 mars 2024

Le Mans Université

Échéance des propositions : 10 décembre 2023

Organisé par Charles Joseph, 3L.AM

Dans son investigation du monde de l’art contemporain, Catherine Millet pose la question suivante : « l’art est-il dans l’objet qui incarne l’idée ou dans l’idée elle-même ? » (Millet, 120) Lors de cette journée d’étude, ce n’est pas tant l’incarnation même de l’art dans et par l’objet identifié comme artistique qui sera étudiée, mais plutôt son intégration dans notre quotidien, et les fonctions aussi bien culturelles que sociales que cette dernière implique. Cette intégration, d’abord très codifiée et clairement spatialisée dans l’enceinte des musées, semble devenir de moins en moins rigide, et semble également induire une circulation moins verticale des œuvres et des valeurs qui y sont adossées.

La multiplication des galeries d’art spécialisées dans la photographie ou les lithographies, allant parfois même jusqu’à la franchisation comme avec les boutiques Yellow Korner, ou bien la création de musées d’arts décoratifs, d’artisanat, ou d’autres arts visuels comme la bande dessinée ou le cinéma (feu-le musée Art ludique quai d’Austerlitz à Paris, devant prochainement rouvrir ses portes Gare Saint-Lazare et qui s’est distingué par des expositions toujours très médiatisées sur Pixar, Ghibli, Marvel ou DC Comics), induit également une porosité nouvelle. L’accueil d’expositions temporaires d’icônes de la culture populaire dans des musées nationaux comme stratégie de modernisation de ces espaces, encore souvent perçus comme immuables et parfois élitistes, provoque également un dialogue autour des valeurs artistiques intrinsèques de ces objets pourtant très différents. Dans Artificial Hells : Participatory Art and the Politics of Spectatorship, Claire Bishop analyse ces stratégies visant à impliquer toujours davantage les visiteurs avec un art se voulant de plus en plus participatif. Selon Bishop, le visiteur doit devenir un spectateur actant et ainsi participer à la vie de l’œuvre pour que l’œuvre l’atteigne.

Continuer la lecture de APPEL A CONTRIBUTIONS : AMUS(É)EMENT : DU MUSÉE POP À L’ARTIALISATION POPULAIRE (Journée d’études)

Séminaire LPCM, Séance 6 – Vendredi 9 juin 2023, 16h-18h : « Fan Studies et fanfictions »

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM, “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique” vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…).

Séance 6 – Vendredi 9 juin 2023, 16h-18h : « Fan Studies et fanfictions »

Lieu : Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud (salle de réunion, 2ème étage)

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

  • Mélanie Bourdaa (Université Bordeaux Montaigne) et Hélène Breda (Université Sorbonne Paris Nord) : « Constitution du GER Fans et ses enjeux pour la recherche francophone en études de fans »
  • David Peyron (Université d’Aix-Marseille) : « État de l’art des études de fans en France »

Répondant : Pierre-Yves Hurel (Université de Lausanne)

Programme complet du séminaire 

Organisateurs·rices : Fanny Barnabé (Université de Namur), Marion Coste (CY Cergy Paris Université), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Sarah Ghelam (Université Paris Nanterre), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre), Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre), Marc Vervel (Université Paris Cité)

Appel à contributions : Frontières de la transfictionnalité (InterArtes, n° 1)

Revue  InterArtes, n° 1, 2021 : “Frontières de la transfictionnalité” (échéance : 15 juin 2021)

Dirigée par : Laura Brignoli, Silvia Zangrandi

Département de « Studi Umanistici » — Université IULM – Milan

Frontières de la transfictionnalité

Dans un monde où abondent les invitations à franchir les frontières, du moins avant qu’un maudit virus ne les rende dramatiquement actuelles, vouloir les rétablir semble un geste destiné à l’échec. Et encore plus si l’on regarde la société liquide dans laquelle nous sommes plongés, où la perméabilité des frontières – signe d’actualité – confirme une esthétique de l’hybride qui tend à dépasser les bords, même de façon radicale, jusqu’à nier leur existence même. La production artistique contemporaine, marquée par l’hybridation, ne fait qu’épouser cette tendance.

À la lumière de ce que l’on vient d’observer, tracer la frontière à l’intérieur de laquelle il est légitime de parler de réécriture et transfictionnalité semble donc être une opération inutile, sinon irréalisable. Vouloir établir des limites, pourquoi ? Pourquoi vouloir mener une opération « Politiquement incorrecte, moralement antipathique ? ». Régis Debray, après s’être posé la question (dans Éloge des frontières), nous offre une réponse exemplaire : « Le mur interdit le passage ; la frontière le régule. Dire d’une frontière qu’elle est une passoire, c’est lui rendre son dû : elle est là pour filtrer. »

Mais il s’agit aussi d’échapper au chaos du hasard : sans frontières, tout est nivelé, et alors la clarté de l’analyse sera contaminée par l’indétermination du matériel analysé. L’opération nous semble très nécessaire à partir du moment où l’on réfléchit sur l’hypertextualité / transfictionnalité / réécriture. Accepter la porosité des frontières ne signifie pas nécessairement niveler sur un même plan toutes les œuvres qui en réécrivent d’autres : dans son sens le plus large, chaque aventure, réduite à ses éléments essentiels, reproduit un archétype préexistant.

Il s’agit donc, pour ce premier numéro d’InterArtes, de faire un effort de définition, en se demandant s’il est possible de décrire la réécriture, si l’on peut essayer de définir le périmètre à l’intérieur duquel il est légitime de parler de transfictionnalité ; et quels sont les critères à prendre en compte pour placer légitimement une œuvre dans ce périmètre.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Frontières de la transfictionnalité (InterArtes, n° 1)

Appel à contributions : Fans: Engagement, Participation, Agency

Call for Papers :  In Media – The French Journal of Media StudiesFans: Engagement, Participation, Agency

Laurence Corroy et Mélanie Bourdaa

In English speaking countries, research on active audiences and fans has been flourishing since the late 1990s. Reception of television messages and contents for fans is not limited to the very moment the show is broadcast on TV; it goes beyond this thanks to several activities that fans express and practice within a virtual community: writing fan-fictions and cultural reviews, creating fan-arts, videos, websites, finding other fans to talk to and share their passion with (Bielby, Harrington, & Bielby, 1999; Jenkins, 2006). Fans belong usually to a virtual community in which the same passion, the same language, the same media practices and the same will to participate are expressed. This sense of belonging is extremely strong among fans (Costello, 2007). This is what the Internet has brought to fans: a virtual place where they can meet up rapidly and easily with no time or space problems. The Internet provides immediacy, even a sense of urgency, for viewers who go online, creating something that is familiar – fandom. According to Henry Jenkins, fans are active receptors, who use new technologies to adapt to new socio-cultural environments to create and redefine a language, practices, identities and values. The cultural logic of the fans blurs the border between consumption and production, between writing and reading. Finally, virtual communities are places of social interactions where there is participation in a mediated environment. 

Following Jenkins’s canonical works (1992; 2006), fandoms and fan activities are being discussed in the French academic world and more largely in the English-speaking world as active and creative audiences who use new technologies to perform activities and gather in a “community of practices” (Baym, 1999). In France, young scholars analyze fandoms from a specific activity, such as the creation of fan fictions (François, 2009) or offer a typology of fan activities (Bourdaa, 2014). They also envision fans as a virtual community empowered by their use of new technologies (Martin, 2010; Peyron, 2013). Other scholars study a particular object, TV shows, in order to understand a shift in the reception practices and highlight specific patterns in fan reception (Combes, 2010; Bourdaa, 2012).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fans: Engagement, Participation, Agency

Appel à communications : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Journée d’étude organisée le vendredi 9 avril 2021 à l’Université d’Artois (Arras) par Gabrielle Adjerad (Nanterre Université), Anaïs Goudmand (KU Leuven), Marianne Hillion (Sorbonne Université / University of Warwick) & Marion Leclair (Université d’Artois).

Les communications pourront être présentées en français ou en anglais et les échanges se faire dans les deux langues. Les propositions, ne devant pas excéder 2500 signes et assorties d’une courte notice bio-bibliographique, sont à envoyer jusqu’au 31 janvier 2021 à je.cultural.studies@gmail.com

Appel à communications (scroll down for English version)

On fait d’ordinaire remonter les Études culturelles, cultural studies en anglais, au milieu des années 1950 en Angleterre : sont publiés, coup sur coup, The Uses of Literacy (1957) de Richard Hoggart, traduit en français en 1970 sous le titre La Culture du Pauvre, et Culture and Society (1958) de Raymond Williams, dont il n’existe, à ce jour, pas de traduction française.

Deux impulsions distinctes sont ainsi données aux cultural studies. Williams, qui est membre du Parti Communiste depuis les années 1930 et participe activement à la fin des années 1950 au renouvellement de la gauche anglaise autour de la New Left Review, s’inspire ensuite davantage de la critique littéraire marxiste continentale. Il développe dans le reste de son oeuvre une théorie – le matérialisme culturel – des productions et des institutions culturelles entendues comme produits sociaux, qu’il applique à des objets aussi divers que la poésie pastorale du dixhuitième siècle, le roman industriel victorien ou les émissions de la BBC.

Parallèlement, se développe à l’université de Birmingham autour de Richard Hoggart, de Stuart Hall, lui-même très influencé par le marxisme, et d’Angela McRobbie, le Centre for Contemporary Cultural Studies, fondé en 1964. Le centre s’intéresse à la question des rapports de pouvoir qui se jouent dans la culture, et s’interroge plus particulièrement sur les stratégies de résistance des classes dominées, à l’articulation complexe des dominations de classe, de genre et de race, remettant ainsi les usages et la réception au coeur de l’analyse. Continuer la lecture de Appel à communications : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Parution : Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures

CarrieLynn D. Reinhard, Julia E. Largent, Bertha Chin (dir.), Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures, Routledge, 2020.

This book considers the practices and techniques fans utilize to interact with different aspects and elements of food cultures. With attention to food cultures across nations, societies, cultures, and historical periods, the collected essays consider the rituals and values of fan communities as reflections of their food culture, whether in relation to particular foods or types of food, those who produce them, or representations of them. Presenting various theoretical and methodological approaches, the anthology brings together a series of empirical studies to examine the intersection of two fields of cultural practice and will appeal to sociologists, geographers and scholars of cultural studies with interests in fan studies and food cultures.

Continuer la lecture de Parution : Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures

Appel à contributions : Lire, (ré)écrire et partager: anciennes et nouvelles pratiques de signification

Lire, (ré)écrire et partager: anciennes et nouvelles pratiques de signification

Alma Mater Studiorum – Università di Bologna

Dipartimento di Lingue, Letterature e Culture Moderne 

COLLOQUE INTERNATIONAL DE JEUNES CHERCHEURS

Bologne, 10 et 11 février 2021 

Conférence inaugurale : Professeur Paolo Costa (Université de Pavie) 

Le colloque invite à réfléchir à des questions d’une brûlante actualité sur les modalités d’écriture, de lecture et de partage dans la contemporaneité, selon des perspectives interdisciplinaires, intermodales et transmediales.

Mème[1], twittérature, micro-récits social, fanfictions et web comics ne sont que quelques exemples des nouvelles formes d’écriture apparues dans le domaine de la culture post-médiale. À l’arrivée des nouvelles technologies et de l’ère du social a suivi la prolifération de nouvelles pratiques de lecture, de (ré)écriture et de partage, qui transforment actuellement en profondeur le panorama littéraire, en ouvrant la voie à des phénomènes de production collective et en stimulant un vertigineux travail de re-signification. De telles expériences trouvent dans le web et en particulier dans les social media leur écosystème de développement et de propagation, en atteignant souvent une audience globale : on assiste ainsi à une extraordinaire multiplication des produits culturels dérivés, dont la matrice est fréquemment ignorée par l’utilisateur final.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Lire, (ré)écrire et partager: anciennes et nouvelles pratiques de signification

Parution : Fanvids.Television, Women, and Home Media Re-Use

E. Charlotte Stevens, Fanvids. Television, Women, and Home Media Re-Use, Amsterdam University Press, 2020. 

Fanvids, or vids, are short videos created in media fandom. Made from television and film sources, they are neither television episodes nor films; they resemble music videos but are non-commercial fanworks that construct creative and critical analyses of existing media. The creators of fanvids-called vidders-are predominantly women, whose vids prompt questions about media historiography and pleasures taken from screen media. Vids remake narratives for an attentive fan audience, who watch with a deep knowledge of the source text(s), or an interest in the vid form itself. Fanvids: Television, Women, and Home Media Re-Use draws on four decades of vids, produced on videotape and digitally, to argue that the vid form’s creation and reception reveals a mode of engaged spectatorship that counters academic histories of media audiences and technologies. Vids offer an answer to the prevalent questions: What happens to television after it’s been aired? How and by whom is it used and shared? Is it still television?

E. Charlotte Stevens is a Lecturer in Media and Communication at Birmingham City University.