Archives par mot-clé : fan studies / fandom / fanfiction

Appel à communications : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Journée d’étude organisée le vendredi 9 avril 2021 à l’Université d’Artois (Arras) par Gabrielle Adjerad (Nanterre Université), Anaïs Goudmand (KU Leuven), Marianne Hillion (Sorbonne Université / University of Warwick) & Marion Leclair (Université d’Artois).

Les communications pourront être présentées en français ou en anglais et les échanges se faire dans les deux langues. Les propositions, ne devant pas excéder 2500 signes et assorties d’une courte notice bio-bibliographique, sont à envoyer jusqu’au 31 janvier 2021 à je.cultural.studies@gmail.com

Appel à communications (scroll down for English version)

On fait d’ordinaire remonter les Études culturelles, cultural studies en anglais, au milieu des années 1950 en Angleterre : sont publiés, coup sur coup, The Uses of Literacy (1957) de Richard Hoggart, traduit en français en 1970 sous le titre La Culture du Pauvre, et Culture and Society (1958) de Raymond Williams, dont il n’existe, à ce jour, pas de traduction française.

Deux impulsions distinctes sont ainsi données aux cultural studies. Williams, qui est membre du Parti Communiste depuis les années 1930 et participe activement à la fin des années 1950 au renouvellement de la gauche anglaise autour de la New Left Review, s’inspire ensuite davantage de la critique littéraire marxiste continentale. Il développe dans le reste de son oeuvre une théorie – le matérialisme culturel – des productions et des institutions culturelles entendues comme produits sociaux, qu’il applique à des objets aussi divers que la poésie pastorale du dixhuitième siècle, le roman industriel victorien ou les émissions de la BBC.

Parallèlement, se développe à l’université de Birmingham autour de Richard Hoggart, de Stuart Hall, lui-même très influencé par le marxisme, et d’Angela McRobbie, le Centre for Contemporary Cultural Studies, fondé en 1964. Le centre s’intéresse à la question des rapports de pouvoir qui se jouent dans la culture, et s’interroge plus particulièrement sur les stratégies de résistance des classes dominées, à l’articulation complexe des dominations de classe, de genre et de race, remettant ainsi les usages et la réception au coeur de l’analyse. Continuer la lecture de Appel à communications : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Parution : Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures

CarrieLynn D. Reinhard, Julia E. Largent, Bertha Chin (dir.), Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures, Routledge, 2020.

This book considers the practices and techniques fans utilize to interact with different aspects and elements of food cultures. With attention to food cultures across nations, societies, cultures, and historical periods, the collected essays consider the rituals and values of fan communities as reflections of their food culture, whether in relation to particular foods or types of food, those who produce them, or representations of them. Presenting various theoretical and methodological approaches, the anthology brings together a series of empirical studies to examine the intersection of two fields of cultural practice and will appeal to sociologists, geographers and scholars of cultural studies with interests in fan studies and food cultures.

Continuer la lecture de Parution : Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures

Appel à contributions : Lire, (ré)écrire et partager: anciennes et nouvelles pratiques de signification

Lire, (ré)écrire et partager: anciennes et nouvelles pratiques de signification

Alma Mater Studiorum – Università di Bologna

Dipartimento di Lingue, Letterature e Culture Moderne 

COLLOQUE INTERNATIONAL DE JEUNES CHERCHEURS

Bologne, 10 et 11 février 2021 

Conférence inaugurale : Professeur Paolo Costa (Université de Pavie) 

Le colloque invite à réfléchir à des questions d’une brûlante actualité sur les modalités d’écriture, de lecture et de partage dans la contemporaneité, selon des perspectives interdisciplinaires, intermodales et transmediales.

Mème[1], twittérature, micro-récits social, fanfictions et web comics ne sont que quelques exemples des nouvelles formes d’écriture apparues dans le domaine de la culture post-médiale. À l’arrivée des nouvelles technologies et de l’ère du social a suivi la prolifération de nouvelles pratiques de lecture, de (ré)écriture et de partage, qui transforment actuellement en profondeur le panorama littéraire, en ouvrant la voie à des phénomènes de production collective et en stimulant un vertigineux travail de re-signification. De telles expériences trouvent dans le web et en particulier dans les social media leur écosystème de développement et de propagation, en atteignant souvent une audience globale : on assiste ainsi à une extraordinaire multiplication des produits culturels dérivés, dont la matrice est fréquemment ignorée par l’utilisateur final.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Lire, (ré)écrire et partager: anciennes et nouvelles pratiques de signification

Parution : Fanvids.Television, Women, and Home Media Re-Use

E. Charlotte Stevens, Fanvids. Television, Women, and Home Media Re-Use, Amsterdam University Press, 2020. 

Fanvids, or vids, are short videos created in media fandom. Made from television and film sources, they are neither television episodes nor films; they resemble music videos but are non-commercial fanworks that construct creative and critical analyses of existing media. The creators of fanvids-called vidders-are predominantly women, whose vids prompt questions about media historiography and pleasures taken from screen media. Vids remake narratives for an attentive fan audience, who watch with a deep knowledge of the source text(s), or an interest in the vid form itself. Fanvids: Television, Women, and Home Media Re-Use draws on four decades of vids, produced on videotape and digitally, to argue that the vid form’s creation and reception reveals a mode of engaged spectatorship that counters academic histories of media audiences and technologies. Vids offer an answer to the prevalent questions: What happens to television after it’s been aired? How and by whom is it used and shared? Is it still television?

E. Charlotte Stevens is a Lecturer in Media and Communication at Birmingham City University.

APPEL À COMMUNICATION : MONDES IMAGINAIRES ET UNIVERS TRANSMÉDIATIQUES

La date limite d’envoi des propositions pour le colloque « Mondes imaginaires et univers tansmédiatiques » a été repoussée au 1er mars 2020

Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC) 

Observatoire des Mondes Imaginaires (OMI) 

7, 8 et 9 avril 2020 à Toulon, France

Texte de l’appel

Les propositions devront être envoyées sous format *.doc ou *.docx à l’adresse de messagerie suivante : ugo.roux@univ-amu.fr, laurent.collet@univ-tln.fr, anne.gagnebien@univ-tln.fr et alessandro.leiduan@univ-tln.fr. 

Parution : Métamorphoses en culture d’enfance et d’adolescence. Questions de genre

Métamorphoses en culture d’enfance et d’adolescence. Questions de genre, Anne-Marie Mercier-Faivre, Dominique Perrin (dir.), Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Études sur le Livre de Jeunesse », 2020. 

La métamorphose semble revenue au premier plan dans les littératures d’enfance et d’adolescence, comme dans la culture populaire. Les vampires, loups-garous, hybrides et anges déchus sont les héros cathartiques des narrations contemporaines. Cet essor d’un imaginaire qui reprend des figures anciennes suscite de nombreuses questions.
Ce livre offre une réflexion panoramique et historique sur le champ de la littérature pour la jeunesse comme sur ses déclinaisons en images (mangas, films) et ses modes de réception particuliers (fan-fictions). Comme dans Pinocchio et dans les aventures d’Alice, le mythe contemporain continue à mettre en scène des questions cruciales en figurant des êtres qui changent, image de la croissance mais aussi de l’inscription dans une identité sexuée. Mais quels sont les enjeux de ce mythe en ce début de millénaire ? Jusqu’à quel point se transforme-t-il ?
De prime abord, le plus frappant est que la métamorphose devient une chance, l’horizon à atteindre d’une adaptation merveilleuse. L’être métamorphosé n’est plus l’autre que l’on regarde mais un miroir de celui que l’on pourrait devenir. Au prisme de ce thème, sont interrogés les rapports entre féminin et masculin, humain et non-humain, vie et mort, essence et artifice. Des classiques de la métamorphose aux figures et pratiques singulières de la période actuelle – de la culture sérielle au domaine littéraire –, les objets et questions envisagés ici mettent en lumière des mutations cruciales pour la compréhension d’un imaginaire contemporain.

Appel : « Ecrits de la réception »

« Les écrits de la réception : pratiques textuelles des publics médiatiques »

Appel à contribution pour le numéro 7 de la revue Genre en séries : cinéma, télévision, médias

Coordination du numéro :

Sébastien François, docteur en sociologie, postdoctorant au Labex ICCA, rattaché aux laboratoires EXPERICE (Université Paris 13) et CERLIS (Université Paris Descartes)

Thomas Pillard, docteur en études cinématographiques et audiovisuelles, chercheur associé à l’IRCAV (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

 

Lettres à la célébrité, courriers des lecteurs, analyses critiques, récits dérivés et fanfictions, etc. : l’écrit n’a eu de cesse d’être un vecteur privilégié pour prolonger des expériences de réception médiatiques. Par-delà les contenus qui leur donnent naissance, les différences de contexte historique ou les dispositifs de communication mobilisés, ces textes en disent souvent long sur leurs auteur×e×s, comme sur la composition et le degré de structuration des publics auxquels ils appartiennent (Abercrombie & Longhurst 1998 ; Cefaï & Pasquier 2004). Plus encore, ils sont un des lieux où se jouent et se révèlent les enjeux de genre (gender) qui façonnent ces différents publics (Buckingham 1993 ; Maigret 1995 ; Sellier 2009), fournissant aux chercheur×e×s des ressources précieuses pour traiter des problèmes théoriques, méthodologiques et épistémologiques liés à l’étude du « genre de la réception » (Biscarrat 2015).

Ce numéro de Genre en Séries entend rassembler des travaux qui prennent pour objet ces multiples pratiques textuelles et qui mobilisent, de différentes façons, le prisme du genre pour sa capacité à éclairer tant les contenus médiatiques consommés que les discours suscités. Les écritures « ordinaires », « domestiques » ou « non-scolaires » étant déjà hautement genrées (Blanc 1993 ; Lahire 1997 ; Lyons 2013), il semble essentiel de mieux connaître le profil des rédacteurs/trices de ces textes adossés à la réception d’objets culturels eux-mêmes porteurs de représentations et de normes genrées. L’étude des conditions d’écriture et, le cas échéant, de publication Continuer la lecture de Appel : « Ecrits de la réception »

Parution: David Peyron, Culture Geek

Parution

David Peyron, Culture Geek, FYP éditions

192 pages; 19,50 euros

Aujourd’hui, être geek est une identité culturelle revendiquée par un grand nombre d’adeptes de tout âge.

Certains geeks sont devenus des modèles de réussite sociale et professionnelle. Autrefois perçue comme minoritaire et péjorative, la culture geek est devenue tendance.

Les geeks sont désormais à l’avant-garde de nos usages.

Cet ouvrage remonte aux sources de cette nouvelle culture, en explique toutes les racines

et en explore toutes les facettes : la science-fiction, la fantasy, les jeux de rôles, les pulps,

les comics, les fanfictions, l’informatique, les jeux vidéo, les oeuvres fondatrices,

l’internet, les mèmes, les hackers, l’influence d’une culture populaire mondiale, le culte du détail,

le rapport aux objets, la culture participative, etc.

Il révèle ce qui fait lien dans la multitude des pratiques, d’attitudes, de passions, d’aspects positifs

comme péjoratifs, accolés au terme geek, et dévoile la différence entre l’identité geek féminine ou masculine.

Il montre que ce qui est commun à tous les geeks, c’est un parcours, une trajectoire sociale, des objets fondateurs, et aussi le partage de références et d’un imaginaire communautaire dans les sociétés

contemporaines marquées par l’individualisme.

Cette monographie très complète apporte un regard neuf et inédit sur l’émergence de la culture geek,

un phénomène culturel actuel majeur.

David Peyron est docteur en sciences de l’information et de la communication et titulaire d’un master en sociologie de l’art et de la culture.

Il est l’auteur d’une thèse sur la construction sociale de la culture geek.

Membre de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines (OMNSH) et de l’Association internationale des chercheurs en littérature populaire et culture médiatique, il a collaboré à divers documentaires sur le mouvement geek.

CFP: Sherlock Collection of Essays 1st June 2013

CFP

Sherlock Collection of Essays 1st June 2013

contact email:
Nadine.Farghaly@gmx.net

Sherlock Holmes and Dr. Watson are one of the best known couples in Literature. Since Arthur Canon Doyle first published his famous detective stories in 1887, with his work covering the years 1880 until 1914 when Sherlock Holmes and Dr. Watson finally retired to the countryside, these stories have not lost any of their charm. Frequent adaptations in both the book world and the movie world have demonstrated that the famous detective has neither lost his charm nor his appeal. Different adaptations have added different layers to the Sherlock Holmes universe. While Robert Downey Jr.’s Sherlock brought a sexy playfulness to the screen, Benedict Cumberbatch’s Sherlock made his social ineptness as well as his disabilities more prominent. The same can be said for the different John Watsons. Jude Law, added a very sophisticated Watson while Martin Freeman’s Watson is a down to earth, broke, Afghanistan war veteran who suffers from PTSD. The female characters of these adaptations are also more than worthy of a thorough analysis; the recent BBC version features Irene Adler as a dominatrix. All of these different versions show very distinctive advantages and challenges, as well as they demonstrate different views/takes on sexuality. BBC’s Sherlock has been given the moniker The Virgin while Ritchie’s Sherlock obviously has a promiscuous side.

The CBS adaptation titled Elementary adds another layer of discourse to the Sherlock Holmes discussion. In this version of the famous detective stories John Watson has been transformed into Jane Watson. Here, Holmes is a former consultant to Scotland Yard whose drug addiction brings him to a rehabilitation centre in NYC. Post-rehab, Holmes moves in with a “sober companion” in Brooklyn, Joan Watson, a “former surgeon who lost her medical license after a patient died while consulting with the NYPD.” The series is already highly awaited by critics and fans alike since the gender change is something that, while it has been attempted before, never worked successfully. And while not much can be said about this series at this point, it will be necessary to analyse it thoroughly. The gender politics implemented in this show alone will be a reason to review it.

Another aspect that is not too underestimated and highlights the audiences’ interests into this fandom is the I Believe in Sherlock Holmes movement inspired by the BBC Sherlock Season Two Finale. Although it is unclear whether or not the movement was started by the BBC or by fans, it does not really matter in the end. Thousands of fans are participating in the movement, and there seems to be no end in sight; demonstrating a high kinship and connection to Sherlock Holmes and his sidekick.

This collection will strongly focus on the gender politics that have been assigned over the last three years to the different Sherlock Holmes adaptations.

The following categories suggest possibilities but are by no means exhaustive:
• Fandom and/or Reception
• Transformation and/or Adaptation
• Gender
• Race
• Sexuality
• Romance and Desire
• Power
• Monstrosity
• Heroism
• Villainy
• Identify
• Visual Style and practices

What to Send:

300 – 500 word abstracts (or complete articles, if available) and CVs should be submitted by June 1, 2013. If an abstract is accepted for the collection, a full draft of the essay (5000 – 8000 words) will be required by December 1, 2013.

Abstracts and final articles should be submitted to: Nadine.Farghaly@gmx.netreceipt of the abstracts will be send within one week. In case you do not receive an email, please resend your proposal.