Archives par mot-clé : Expérience

Parution : Hervé Glevarec, L’expérience culturelle. Affects, catégories et effets des œuvres culturelles

Hervé Glevarec, L’expérience culturelle. Affects, catégories et effets des œuvres culturelles, Le Bord de l’eau,  2021. 

« J’ai tout appris par la littérature. » Voilà bien une affirmation qui suppose de considérer les usages de la culture sur les plans de son expérience et de ses effets mais qui mérite aussi d’être évaluée quant à la question du savoir.

Conséquence de la diffusion et de la densité de l’offre culturelle qui caractérisent les sociétés contemporaines, le rapport aux œuvres culturelles s’est progressivement transformé en un rapport expérientiel. L’expérience culturelle est à la fois sous-étudiée, éclipsée par la critique des fonctions sociales de la culture, et sous-évaluée comme paradigme du rapport contemporain à la culture, rapport moins déférent, moins distancié et moins institutionnel. Écoute quotidienne de la musique, visionnage vespéral des séries, lecture immersive, évasive ou édifiante, sociabilité amicale de la sortie au cinéma, pratique familiale de la visite muséale, visites patrimoniales en vacances, moments festivaliers, etc. sont autant d’expériences culturelles retirées de la fréquentation des œuvres culturelles par les individus. Au point de donner lieu à ce qu’on peut appeler un « paradigme de l’expérience » dans la culture.

Adossé à une enquête de terrain auprès de Français, l’ouvrage examine les dimensions de cette expérience en termes d’attachement, d’intérêt et de savoir. Il traite des conditions et de la différenciation sociale des expériences culturelles, mais aussi de leurs effets sur la connaissance et la transformation de soi et du rapport au monde. Que ce soit en mode mineur de la pratique quotidienne ou en mode majeur de la pratique rare et intense, l’expérience permise par la multiplication de l’offre culturelle et des dispositifs qui n’ont plus le Lieu culturel (avec une majuscule) comme leur lieu de réalisation privilégié (espace dédié, rendez-vous fixe, présence d’autrui, format prédéfini), est l’objet de cet ouvrage.

Hervé Glevarec est directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique au laboratoire IRISSO, Université Paris Dauphine, PSL Research University. Il a mené des enquêtes qualitative et quantitative sur les loisirs culturels et médiatiques (La différenciation culturelle; Ma radio ; La culture à l’ère de la diversité ; La culture de la chambre), sur la consommation des séries télévisées américaines (Séries — avec Clément Combes –, La sériephilie), ainsi que sur le patrimoine (Le Patrimoine saisi par les associations — avec Guy Saez).

Parution – L'expérience esthétique. Une archéologie des arts et de la communication

Stéphane Olivesi, L’expérience esthétiqueUne archéologie des arts et de la communication, 456 p., ISBN 978-2-7453-2311-8.

Lire un polar, regarder un film d’auteur, interpréter une partition, représenter des paysages naturels ou mentaux relèvent de routines dont on ne s’étonne plus guère. Pourtant, cette familiarité avec les œuvres d’art laisse intacte l’énigme répétée que constitue l’expérience esthétique, c’est-à-dire la rencontre entre des producteurs et des consommateurs, des auteurs et des spectateurs, des créateurs et des publics, autour de ces objets singuliers. Des logiques très diverses portent les uns à s’exprimer, àproduire, à créer et les autres à contempler, à lire, à écouter… quand d’autres encore commentent, classent, éditent, produisent, répertorient.

Les analyses proposées sondent l’historicité de ces rapports aux œuvres. Elles déconstruisent les catégories impliquées dans les manières de faire de l’art, de le pratiquer, de l’apprécier et de le juger. Elles explorent les formes de subjectivité qui se cristallisent dans cette expérience. Elles tentent aussi d’expliciter ce qui rend possible une telle communauté d’expérience, parfois résumée à des «langages de l’art». Comprendre comment «ça» communique suppose en effet que soit esquivé le piège de l’abstraction et du formalisme auquel se heurtent les approches inspirées par la linguistique et la phénoménologie,mais il faut aussi que soit déjoué l’écueil du repli positiviste sur la seule explicitation de logiques sociales coupées du vécu propre à cette expérience.

The aesthetic experience, notably the meeting between producers and consumers, authors and spectators, creators and the public in regard to works of art, can be enigmatic. To understand its functioning the following domains need to be examined: linguistic formalism or even phenomenological abstraction. This study also looks at the cultural determination that is at the heart of our relation to art.

Auteur de nombreux articles et de plusieurs ouvrages critiques consacrés à la communication, Stéphane Olivesi est Professeur à l’Université Lumière Lyon 2.