Archives par mot-clé : Europe

Programme : Journée d’étude : En quête de variété(s). Perspectives transnationales sur les variétés à la télévision (années 1950-1980) (Paris, 14/06/2024)

En quête de variété(s). Perspectives transnationales sur les variétés à la télévision (années 1950-1980)

14 juin 2024, 9h30-19h

Organisé par Sébastien Denis, Catherine Rudent et Guillaume Soulez à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Amphithéâtre Oury, Sorbonne, 14 rue Cujas, Paris 5e

Programme

Continuer la lecture de Programme : Journée d’étude : En quête de variété(s). Perspectives transnationales sur les variétés à la télévision (années 1950-1980) (Paris, 14/06/2024)

Colloque : Pop after Communism. The Transformation of Popular Culture after 1989/90

15-17 novembre 2023

Flutgraben, Berlin (Allemagne)

Organisé par Jürgen Danyel (ZZF Potsdam)

Les jours 2 et 3 de la conférence se dérouleront en langue anglaise.

PROGRAM

Day 1 (15 Nov. 2023)

18:00  
Book presentation / Buchpräsentation (in German):
Jens Balzer: „No Limit. Die Neunziger – das Jahrzehnt der Freiheit“

Der Journalist Jens Balzer erzählt in seinem im Juni 2023 erschienenen Buch von einem Jahrzehnt, in dem man an die Zukunft glaubte und ans »anything goes« – und in dem doch auch ein neues Zeitalter der Grenzen, der Identitäten und der Kämpfe begann. Er unternimmt einen Streifzug durch die Aufbrüche und Abgründe der Popkulturgeschichte und geht dabei auch auf Aspekte ein, die Gegenstand der Tagung sind.

Die Präsentation des Buches  bildet den Auftakt der Tagung und kann unabhängig von dieser besucht werden.

Day 2 (16 Nov. 2023)

Welcome and Introduction

9:00 – 9:30   
Jürgen Danyel (ZZF Potsdam): Pop in Transition. Perspectives on post-Communist Popular Culture Continuer la lecture de Colloque : Pop after Communism. The Transformation of Popular Culture after 1989/90

Appel à contributions : Eu-topies. Géocritique du mode utopique dans les littératures européennes contemporaines (Rilune, n° 18)

“Eu-topies. Géocritique du mode utopique dans les littératures européennes contemporaines”

Rilune. Revue des littératures européennes, n° 18

Échéance des propositions : 13 avril 2023

Date prévue de parution : novembre 2024

Dirigé par Gaetano Lacalandra et Camilla Marchisotti

[English and Italian below]

APPEL À CONTRIBUTIONS – VERSION FRANÇAISE

La période historique qui s’étend de la Seconde Guerre mondiale à nos jours ne semble pas avoir été particulièrement favorable à l’utopie, entendue comme mise en scène de la cité idéale. La crise du genre se trouve confirmée par le succès de son inverse, à savoir par la prolifération du modèle dystopique dans les récits contemporains de tous types, du roman au théâtre, en passant par les séries télévisées. Du côté de la philosophie, la situation n’est pas plus encourageante : après les derniers grands penseurs du XXe siècle (Bloch, Mannheim, Marcuse), la réflexion philosophique sur l’utopie ne semble pas avoir progressé. Dans le langage courant, le terme est désormais synonyme de projet irréalisable, de chimère. En outre, dans la seconde moitié du siècle dernier, une partie de la méfiance à l’égard de l’utopie en tant que genre littéraire s’explique par l’échec de celles qui, nées d’abord comme des projets politiques utopiques, ont ensuite dégénéré en dictatures (le socialisme de la révolution d’Octobre ou la révolution culturelle de Mao Tsé-toung, le national-socialisme allemand et le régime fasciste en Italie, etc.). De nombreuses dystopies contemporaines ont été écrites dans le but de dénoncer ces régimes totalitaires ou d’analyser leur échec (de 1984 d’Orwell à This perfect day d’Ira Levin). Ces textes problématisent la polarisation entre utopies et dystopies, en rappelant que certaines injonctions totalitaires sont présentes dans le genre utopique depuis ses origines (Platon, Aristote).

Pourtant, paradoxalement, force est de constater que nos sociétés européennes entretiennent toujours un fort désir d’utopie. Il suffit de penser, dans le domaine plus proprement politique, à la quatrième vague (trans)féministe ou aux nouveaux mouvements écologistes. Or, il est légitime de constater que ces désirs ne prennent plus, à l’époque contemporaine et au sein de leurs transpositions littéraires récentes, la forme d’utopies littéraires au sens le plus strict et technique du terme – celle qui, inaugurée par Thomas More, s’est développée au cours des siècles suivants avec Agostini, Campanella, Bacon, Saint-Simon, Fourier et Cabet pour atteindre l’apogée de sa diffusion au XVIIIe siècle, puis connaître un lent déclin à partir de la moitié du XIXe siècle. Cependant, en dissociant l’étude de l’utopie de la catégorie littéraire du genre, pour la rapprocher de la catégorie plus large du mode (cf. Frye ; Cesarani ; Wellek et Warren), on pourrait imaginer de nouvelles possibilités d’application dans un domaine –celui des études utopiques– qui n’a pas encore exploré toutes ses potentialités. Dans ce sens, il suffit de penser aux romans analysés par Tom Moylan dans Demand the Impossible : Science Fiction and the Utopian Imagination (1986, 2014) au prisme de son critère d’utopie critique: The Female Man de Joanna Russ, The Dispossessed d’Ursula K. Le Guin, Woman on the Edge of Time de Marge Piercy et Triton de Samuel R. Delany. À cette suggestion théorique, on souhaite en juxtaposer une autre, de nature méthodologique, en invitant les contributeurs.trices à étudier les instances utopiques présentes dans la littérature européenne contemporaine avec les outils de la géocritique. Dans les théories les plus classiques, l’utopie est souvent évoquée en termes abstraits d’« impulse » (Ernst Bloch, Das Prinzip Hoffnung, 1954-59), avec le risque de l’interpréter comme quelque chose d’abstrait, ‘à venir’. Que se passerait-il, au contraire, en focalisant l’attention de l’analyse critique sur la nature et le fonctionnement de ces espaces textuels, sur l’eu-topie en tant que tentative (souvent contradictoire) d’établir de bons endroits ? En effet, l’espace est une catégorie interprétative qui, contrairement à l’utopie au sens strict, se porte très bien également en littérature. Dans le sillage du Spatial turn qui a concerné les sciences humaines dans les années 1970 (Foucault, Des espaces autres, 1984), à partir des travaux pionniers de Tally (Utopia in the Age of Globalization. Space, Representation, and the World-System, 2013) et Westphal (La géocritique. Réel, fiction, espace, 2007), la géocritique s’est avérée être l’une des méthodologies les plus fécondes dans le contexte littéraire récent.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Eu-topies. Géocritique du mode utopique dans les littératures européennes contemporaines (Rilune, n° 18)

Parution : Contemporary European Crime Fiction (dir. M. Dell’Asta, J. Migozzi, F. Pagello, A. Pepper)

Monica Dell’Asta, Jacques Migozzi, Frederico Pagello, Andrew Pepper, Contemporary European Crime Fiction, Palgrave McMillan, 2023.

This book represents the first extended consideration of contemporary crime fiction as a European phenomenon. Understanding crime fiction in its broadest sense, as a transmedia practice, and offering unique insights into this practice in specific European countries and as a genuinely transcontinental endeavour, this book argues that the distinctiveness of the form can be found in its related historical and political inquiries. It asks how the genre’s excavation of Europe’s history of violence and protest in the twentieth century is informed by contemporary political questions. It also considers how the genre’s progressive reimagining of new identities forged at the crossroads of ethnicity, gender, and sexuality is offset by its bleaker assessment of the corrosive effects of entrenched social inequalities, political corruption, and state violence. The result is a rich, vibrant collection that shows how crime fiction can help us better understand the complex relationship between Europe’s past, present, and future.

Seven chapters are available open access under a Creative Commons Attribution 4.0 International License via link.springer.com.

Parution : Caietele Echinox, vol. 43 : “Contemporary Eastern/Southeastern European Noir. Print-and-Screen Fiction, in a European and Global Perspective” (dir. C. Dobrescu, R. Eichel, S. Kalai, A. Keszeg & N. Nerci)

Caietele Echinox, vol. 43, “Contemporary Eastern/Southeastern European Noir. Print-and-Screen Fiction, in a European and Global Perspective”, dir. C. Dobrescu, R. Eichel, S. Kalai, A. Keszeg & N. Nerci, 2023. 

Caius Dobrescu : Noir, Eastern Europe, and the Global Imaginary

Originally, the idea for the present theme issue of Caietele Echinox germinated in the hotbed of the DETECt project, which reunited fourteen universities from ten European countries around a research agenda that becomes apparent in the unfolding of the above administrative (but also poetic…) acronym: Detecting Transcultural Identity in European Popular Crime Narratives. The project explored the manner in which, on the lines of the free circulation of persons, capitals, and labour, a productive European circulation of rhetoric, narrative, symbolic, and thematic structures connected to crime fiction (in its extended understanding as literature, cinema, television, and all their imaginable hybridizations) could also be identified and described. The main working hypothesis was that the spreading rate of such production across the flexible inner borders of the European Union from 1989 to the present was indicative of both their impact on collective imagination, and of a rhizomatic identity dynamics exposing not homogenization, but complex, to time problematic, even contentious, but always relevant and vibrant intrication.

DETECt exercised its European comprehension through a policy of mapping and exploring the different geo-cultural and historical areas of our continental union. The task of covering, if not actually producing “Eastern Europe” was shared by academic representatives of the University of Debrecen and the University of Bucharest. And since one of the most convergent of the theoretical premises of the project was that noir might be the concept best suited to overarch the different subgenres and tendencies of contemporary crime narratives – together with our Debrecen colleagues we set the course for discovering and displaying East-European noir, mainly in its present but also in its historical hypostases. Our collaboration resulted in a number of project deliveries and scientific articles,1 but we all agreed on the fact that there is still a great deal of work to be done, concerning actual comparative research on all the relevant fields (i.e. production, textual articulation, distribution, reception), but also for extending the network of scholars interested and with relevant expertise in these fields. The core expectation of the original concept of the present thematic issue of Caietele Echinox was that enlarging the network of scholars interested in East-European crime/noir fiction (equally implying the printed and screened varieties) is the only way of obtaining a more accurate image of the diverse regional developments. I embarked on this exploration together with dr. Sándor Kálai, who currently teaches at the Department of Communication and Media Studies of the University of Debrecen,2 and dr. Roxana Eichel, my colleague at the Literary Studies Department of the Faculty of Letters of the University of Bucharest.

Continuer la lecture de Parution : Caietele Echinox, vol. 43 : “Contemporary Eastern/Southeastern European Noir. Print-and-Screen Fiction, in a European and Global Perspective” (dir. C. Dobrescu, R. Eichel, S. Kalai, A. Keszeg & N. Nerci)

  1. I would especially mention Caius Dobrescu, Roxana Eichel, Dorottya Molnár-Kovács, Sándor Kálai, Anna Keszeg, “A game of mirrors: Western/Eastern European crime series and the struggle for recognition”, Journal of European Popular Culture, no. 12(2), pp. 119-134, 2021. []
  2. In order to offer a hyper-concentrated suggestion of all the personal qualities that make Sándor a great research partner and an ideal intellectual friend, I will reproduce here the ending of his presentation of the site of his department: “His motto is the same as Georges Simenon’s: To understand and not to judge.” []

Parution : “Euronoir” (Belphégor, n° 20-1)

Belphégor, n° 20-1, “Euronoir”, sous la direction de Jacques Migozzi, 2022

Sommaire

Appel à contributions : Figures et trajectoires de journalistes dans la presse en langue étrangère du Siècle des Lumières à l’époque des nationalismes (Université de la Sarre)

Colloque international du réseau TRANSFOPRESS : Figures et trajectoires de journalistes dans la presse en langue étrangère du Siècle des Lumières à l’époque des nationalismes. Configurations et mises en perspectives comparatistes, Europe – Amériques (XVIIIe – début XXe siècles)

11-12 mai 2023, Université de la Sarre/Universität des Saarlandes

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

Organisateurs/trices : Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre, Département de Romanistik, Allemagne)
Anaïs Nagel (Université de Strasbourg, Département d’Histoire, France)

Si pour Pierre Albert, l’histoire de la presse – par sa transversalité – est malaisée à délimiter, elle a pour vertu de se trouver au croisement des disciplines. Elle ne saurait ainsi se construire, ni se comprendre, sans une prise en considération de l’histoire plus globale, de la sociologie de la littérature, des sciences politiques ou de l’économie. Entretenant des relations étroites avec les cadres administratifs et institutionnels ainsi qu’avec le monde de la communication orale, les journaux – publiés depuis le XVe siècle – se présentent comme des supports privilégiés pour diffuser de l’information et servir de plateforme publique pour des débats, en particulier à caractère politique, intellectuel et culturel. Progressivement – en particulier à partir du XVIIIe siècle –, nouvelles gouvernementales et rumeurs populaires se côtoient dans ces feuilles périodiques qui participent ainsi à la diffusion d’une culture politique en évolution. À partir de la Révolution française, le métier de journaliste tend à se professionnaliser et les rédacteurs – qui se distinguent par leur engagement – deviennent des porte-paroles des nouvelles idées politiques, sociales et culturelles. Les parcours transnationaux de ces « journalistes-tribuns » (Pierre Rétat) ainsi que leurs aptitudes linguistiques, sont autant d’atouts pour contribuer à la politisation et à l’ouverture (trans-)culturelle des publics de lecteurs. Souvent des immigrés ou des exilés maîtrisant une langue minoritaire, ces acteurs de la presse allophone se font le relais de la construction des identités nationales, mais aussi minoritaires, entre la fin du XVIIIe et le début du XXe siècles, période marquée par les révolutions américaines et françaises, mais également par l’émancipation des pays d’Amérique du Sud.

Dans le cadre de ce colloque, nous souhaiterions aborder le rôle des journalistes allophones comme médiateurs interculturels et vecteurs de transferts culturels à l’ère des nationalismes. Il s’agira ainsi de considérer la presse en langue étrangère et leurs rédacteurs comme des acteurs des porte-paroles des nouvelles idées politiques et culturelles qui se diffusent entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XXe siècle.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Figures et trajectoires de journalistes dans la presse en langue étrangère du Siècle des Lumières à l’époque des nationalismes (Université de la Sarre)

Parution : Television before TV. New Media and Exhibition Culture in Europe and the USA, 1928-1939 (Anne-Katrin Weber)

Anne-Katrin Weber, Television before TV. New Media and Exhibition Culture in Europe and the USA, 1928-1939, Amsterdam University Press, 2022.

Television before TV rethinks the history of interwar television by exploring the medium’s numerous demonstrations organized at national fairs and international exhibitions in the late 1920s and 1930s. Building upon extensive archival research in Britain, Germany, and the United States, Anne-Katrin Weber analyses the sites where the new medium met its first audiences. She argues that public displays offered spaces where television’s symbolic, cultural, political, and social definitions were negotiated and eventually stabilized; for the historian, the exhibitions therefore constitute crucial events to understand not only the medium’s pre-war emergence, but also its subsequent domestication in the post-war years. Designed as a transnational study, her book highlights the multiple circulations of artefacts and ideas across borders of democratic and totalitarian regimes alike. Richly illustrated with 100 photographs, Television before TV finally emphasizes that even without regular programmes, interwar television was widely seen.

Anne-Katrin Weber is a television historian with a special interest in non-institutional televisual uses and technologies. Her work is at the intersection of media history and archaeology, science and technology studies, and exhibition studies. She holds a PhD from the University of Lausanne, Switzerland, and is currently a NOMIS Fellow at eikones. Centre for the Theory and History of the Image (University of Basel). Her research has been published in English and French; she has edited several journal issues and volumes.

Parution : Pupi et guarattelle, les marionnettes de Naples et de Palerme. Une korémachie italienne (Anna Leone)

Anna Leone, Pupi et guarattelle, les marionnettes de Naples et de Palerme. Une korémachie italienne, Classiques Garnier, 2022. 

Les pupi et les guarattelle, des marionnettes très anciennes, continuent à dominer la scène contemporaine italienne. Pour saisir la façon dont elles articulent leur passé « populaire » avec le présent, ce livre étudie leur image à travers le temps et leurs performances contemporaines.

Parution : Mémoires d’enfance (dir. SYLVIE MOUYSSET, DANIÈLE TOSATO-RIGO)

Sylvie Mouysset, Danièle Tosato-Rigo (dir.), 2021, Mémoires d’enfance, Portet-sur-Garonne, Éditions Midi-Pyrénéennes.

Entre réminiscences – joyeuses ou mélancoliques, douloureuses de temps à autre – et invention de soi, que nous reste-t-il de l’enfance ? À cette question apparemment simple, cet ouvrage apporte des réponses inédites, résolument interdisciplinaires, dans le sillage des recherches pionnières de Philippe Ariès. Aux regards d’historiennes et d’historiens font écho ceux du magistrat, du médecin, de la pédopsychiatre ou psychologue, de l’artiste ou de la commissaire d’exposition. Des autobiographies, journaux, correspondances et dossiers administratifs qui sont scrutés ici émerge une mémoire plurielle de l’enfance, construite par ses acteurs : enfants, petits et grands, mais aussi parents, éducateurs et autres professionnels des premières années de vie. Embrassant largement l’Europe et inscrits dans le temps long, du XVIIIe siècle à nos jours, ces regards croisés permettent d’observer et comparer des situations, des comportements, des tactiques et stratégies qui font fi des ruptures et continuités traditionnelles pour entrer en résonance avec notre monde contemporain.

Premières pages