Archives par mot-clé : eugène sue

Parution: Les Mystères urbains au XIXe siècle : le roman de l'histoire sociale (revue Autour de Vallès no 43)

valles

Parution

Les Mystères urbains au XIXe siècle : le roman de l’histoire sociale

(revue Autour de Vallès no 43)

Sous la direction de Corinne Saminadayar-Perrin, le 43e numéro de la revue Autour de Vallès propose un dossier consacré aux Mystères urbains au XIXe siècle. Avec des articles de Corinne Saminadayar-Perrin, Alain Vaillant, Dominique Kalifa, Agathe Novak-Lechevalier, Yoan Vérilhac, Marie-Ève Thérenty, Matthieu Letourneux, Lise Dumasy et Héléna Demirdjian.

ISNN : 0763-779

TABLE DES MATIÈRES
LES MYSTÈRES URBAINS : LE ROMAN DE L’HISTOIRE SOCIALE
Corinne Saminadayar-Perrin
« Vallès lecteur des Mystères de Paris: récit, fiction et écriture du social »
I. CIRCULATIONS ET RÉÉCRITURES
Alain Vaillant
« Des mystères de la foi aux mystères de la ville : genèse d’un mythe moderne »
Dominique Kalifa
« L’imaginaire des bas-fonds et les “mystères urbains” »
Agathe Novak-Lechevalier
« Du mystère médiéval aux Mystères urbains : la théâtralité des Mystères de Londres de Paul Féval »
Corinne Saminadayar-Perrin
« Une réécriture critique desMystères de Paris: Les Mohicans de Paris»
Yoan Vérilhac
« “Vie à découvert et opérations en grand” :les mystères de province et les Mystères de Paris»
II. DU ROMAN SOCIAL À LA FICTION HISTORIQUE
Corinne Saminadayar-Perrin
« Espaces-temps des Mystères urbains : logiques panoramiques et histoire sociale »
Marie-Ève Therenty
« Les mystères urbains historiques : romance versus novel»
Yoan Vérilhac
« L’épreuve de la durée et l’écriture de l’histoire : Les Mystères de Lyon et Les Mystères des Carrières de Montmartre»
Matthieu Letourneux
« L’histoire sociale phagocytée par le roman-feuilleton : Les Mystères du peuple d’Eugène Sue »
Lise Dumasy
« Le mystère urbain, entre roman gothique et histoire sociale : le nir moderne »
Héléna Demirdjian
« Dévoilement et politique dans Le Fou de Raffi »
NOUVELLES VALLÉSIENNES
Silvia Disegni
« Hommage à Pierre Pillu »
Marie-Hélène Biaute-Roques
« Une performance d’Éloi Vallès-Valat »
Cécile Robelin
« Dalou, sculpteur de la République ? »
Francis Jourdain
« L’Enterrement de Vallès », extrait de De mon temps. Propos tenus à un moins de vingt ans par un moins de cent ans, Paris, Maspero, 1963.
Camille Noé Marcoux
«Le Bon sens : erratum»

Pour commande (règlement par chèque bancaire ou postal à l’ordre des Amis de Julles Vallès, à adresser à la trésorière de l’association) :

Corinne Saminadayar-Perrin

1 rue du Grand-Saint-Jean

34000 Montpellier

France

corrine.saminadayar-perrin@univ-montp3.fr

Parution: édition critique: Eugène Sue, correspondance, II

Correspondance générale d’Eugène Sue
Volume II. (1842-1845)
Éditée par Jean-Pierre Galvan
2013. No 71. 1 vol., 960 p., relié, 15,5 × 23,5 cm. ISBN 978-2-7453-2471-9. 1
80 €

De 1841 à 1845, Eugène Sue, jusqu’alors écrivain estimé, accède à la célébrité avec la publication de ses trois oeuvres majeures : Mathilde, Les Mystères de Paris et Le Juif errant. Cette célébrité, dépassant largement les frontières nationales et les seuls milieux littéraires, joua un rôle déterminant aussi bien dans sa vie privée que dans sa
carrière de romancier.
Ce second tome de la correspondance présente en détail l’histoire de la publication de ces textes : comment ils furent conçus, dans quelles circonstances ils furent publiés et quelle fut leur réception. On y voit comment Eugène Sue investit le champ social, comment le dandy désinvolte, le romancier cynique de La Salamandre, se plaisant à démontrer « que
la vertu est malheureuse et le vice heureux ici-bas », laisse peu à peu la place à l’auteur-acteur de romans en action, porteurs des espoirs des oubliés de la monarchie de Juillet.
La publication de ces romans dans une presse en pleine mutation amena Eugène Sue à inventer une nouvelle écriture romanesque. Le roman, produit fini mis à la disposition des lecteurs, devient une oeuvre en cours d’élaboration, sur la longueur de laquelle l’abonné du journal peut désormais influer. Le feuilleton-roman devient roman-feuilleton.
Au fil des lettres et des documents qui y sont joints, c’est tout un pan de l’histoire de l’édition littéraire et des idées sociales qui se dévoile.