Archives par mot-clé : études féministes

Appel à contributions : Féminisme(s) dans les médias : popularisation et transformations culturelles (Université de Gand)

Colloque : Féminisme(s) dans les médias : popularisation et transformations culturelles

14 -15 septembre 2023, Université de Gand, Belgique

Échéance des propositions : 15 novembre 2022

En partenariat avec l’université d’Anvers (Belgique), l’université de Göteborg (Suède), l’université de Louvain (Belgique) et la Vrije Universiteit Brussels (VUB) (Belgique)

L’histoire du féminisme et le féminisme à travers la littérature sont souvent étudiés séparément, alors que ces deux domaines sont fortement liées. Afin de mieux étudier leurs points communs et leurs intersections, ce colloque international propose d’aborder le thème du féminisme à travers le prisme médiatique. Plus spécifiquement, nous proposons d’aborder les modes de popularisation (nationaux, internationaux, transnationaux) auxquels les militant(e)s des droits des femmes (journalistes, rédacteurs en chef, écrivains) ont eu recours du début du dix-neuvième jusqu’à la fin du vingtième siècle. Le but de ce colloque est d’engager une discussion sur l’évolution et surtout les transformations culturelles et idéologiques du féminisme au-delà des frontières géographiques et linguistiques.

Ce colloque est organisé grâce à un projet financé par le fonds de la recherche scientifique flamande (FWO) affilié à l’université de Gand (Belgique). Cet appel à contributions concerne toute question et tout thème liés au sujet principal, mais nous nous intéresserons plus particulièrement aux perspectives transnationales et transculturelles, aux approches multilingues et globales, sur le thème du féminisme. Pour des questions pratiques, la langue de travail du colloque sera l’anglais.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Féminisme(s) dans les médias : popularisation et transformations culturelles (Université de Gand)

Appel à contributions : Réalisatrices de films et séries françaises et francophones / French and Francophone Film and Series Women Directors (Crossway Journal)

Crossway Journal, “Réalisatrices de films et séries françaises et francophones / French and Francophone Film and Series Women Directors”

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

Call for papers (version française plus bas) :

In a 2019 issue of Libération, Laure Murat published a tribune entitled “Alice Guy’s Invisible Film” where she explained the erasure of this woman pioneer from cinema – and not just French cinema. The “7th Art Unknown Lady,” as a January 2022 Arte.tv documentary called her, was only recently re-discovered although Alice Guy was a modern woman for her time – her film The Consequences of Feminism dates back to 1906. Despite the publication of her autobiography in 1976 she was forgotten and the spotlight shone on the Lumière brothers and on Georges Méliès. French cinema featured only two women, Germaine Dulac (who made films from 1915 to 1934) and Jacqueline Audry (from 1943 to 1973) until the breakthrough of Agnès Varda, poorly named “New Wave’s grandmother,” and the advent of “May 1968” and of the cultural and feminist revolution in the 1970s. If French cinema counts about 25% women directors – that is, directors who define themselves as women, not just cis women – they are now legions making films in all genres. Books are written on them (in 1990, Sandy Flitterman-Lewis’ To Desire Differently: Feminism and the French Cinema examined films by Germaine Dulac, Marie Epstein, and Agnès Varda) ; women directors are the focus of special issues (such as September 2012 Les Cahiers du cinéma, « Où sont les femmes ? ») and documentaries (such as Cineast(e)s (2013), where Mathieu Busson and Julie Gayet interviewed 21 of them on the relevance of gender in filmmaking and on the problems they had to face and still face as women in the industry). Francophone women directors, who came to filmmaking more recently in non-Western countries, were also solicited; in 2005, Janis L. Pallister and Ruth A. Hottell updated their 1997 guide, Francophone Women Film Directors, then in 2011 they published Noteworthy Francophone Women Directors: A Sequel on the production of almost 300 women directors in France, Belgium, Switzerland, Latin America, and Quebec. With the ever-growing number of series, partly due to the increasing number of platforms, another venue – with idiosyncratic conventions – opened to filmmakers, like Julie Delpy with On the Verge.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Réalisatrices de films et séries françaises et francophones / French and Francophone Film and Series Women Directors (Crossway Journal)

Parution : Féminin/Masculin dans la presse au XIXe siècle (dir. Christine Planté & Marie-Ève Thérenty)

Christine Planté & Marie-Ève Thérenty (dir.), Féminin/Masculin dans la presse au XIXe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. “Des deux sexes et autres”, 2022.

Disponible au format numérique sur OpenEdition

Au XIXe siècle, la presse connaît un essor remarquable sous l’effet des transformations économiques, techniques et sociales à l’œuvre dans la société française : on entre dans ce que des historiens ont appelé la « civilisation du journal ». Dans un temps où les rapports entre les sexes et les normes de genre évoluent, la presse contribue à redéfinir les rôles de chacun. La plupart des publications cantonnent les femmes dans la sphère domestique privée, réservant aux hommes l’accès à l’espace public ; mais certaines revues font preuve de plus d’audace et de modernité.
Dans une approche transdisciplinaire inédite, mêlant histoire des médias, études sur le genre, littérature, sciences de l’information, analyse du discours, science politique et histoire de l’art, cet ouvrage traite de corpus divers et de rubriques variées (presse généraliste, revues de mode masculine, journaux féministes et féminins, chroniques judiciaires, reportages, publicités, etc.). Il analyse les ressorts des inégalités entre les femmes et les hommes dans la presse du XIXe siècle, apportant du même coup un nouvel éclairage sur celles de notre époque.

Christine Planté est professeure émérite de littérature française à l’Université Lumière Lyon 2 et membre de l’IHRIM. Pionnière des études sur le genre en France, elle a notamment publié aux Presses universitaires de Lyon La Petite Soeur de Balzac : essai sur la femme auteur (2015) et Femmes poètes du XIXe siècle : une anthologie (2010).

Marie-Ève Thérenty est professeure de littérature française et directrice du RIRRA 21 à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. Spécialiste des rapports entre presse et littérature, de poétique des supports et d’imaginaire des sociétés médiatiques, elle a publié entre autres ouvrages Femmes de presse, femmes de lettres : de Delphine de Girardin à Florence Aubenas (CNRS Éditions, 2019).

Continuer la lecture de Parution : Féminin/Masculin dans la presse au XIXe siècle (dir. Christine Planté & Marie-Ève Thérenty)

Parution : Les Nouveaux Avatars du roman policier, (dir. Moez Lahmédi & Kamel Feki)

Moez Lahmédi & Kamel Feki (dir.), Les Nouveaux Avatars du roman policier, Paris, Classiques Garnier, coll.” Rencontres”, 2022.

Les études réunies dans cet ouvrage tentent d’explorer la fiction criminelle contemporaine à partir de nouvelles voies d’étude : stéréotypes antiféministes, nécropoétique, intermédialité, réécriture subversive, dénonciation sociopolitique, etc.

Table des matières

Parution : Négocier la norme. Genre et médias dans l’après-guerre (Delphine Chedaleux)

Delphine Chedaleux (dir.), Négocier la norme. Genre et médias dans l’après-guerre, MSHA, coll. “Genre, cultures, sociétés”, 2022.

Ce livre propose de considérer l’après-guerre à partir d’un point de vue original, au croisement de l’histoire du genre et de l’histoire des médias. L’après-guerre est un moment de reconstruction de l’Europe mais aussi de recomposition des mondes médiatiques et d’expansion de la culture de masse. La période est parallèlement marquée par une reconfiguration des rapports de genre : la déstabilisation des catégories du masculin et du féminin engendrée par la Seconde Guerre mondiale laisse place à la réaffirmation d’une stricte répartition des rôles de sexe qui relègue les femmes à la sphère domestique, un contexte qui n’empêche toutefois pas l’expression d’aspirations émancipatrices. Réunissant des contributions de chercheurs et chercheuses de différentes disciplines, l’ouvrage explore l’imbrication de ces dynamiques médiatiques, politiques et sociales en prenant en compte différents médias (radio, photographie, télévision, cinéma, presse magazine, bande dessinée, littérature pratique), en France et plus marginalement en Suisse et en Belgique francophones. Qu’ils mettent l’accent sur l’espace de la production ou sur les contenus, les différents chapitres qui composent l’ouvrage soulignent les mécanismes d’assignation genrée à l’œuvre dans les médias d’après-guerre, tout en révélant les marges de négociation des normes ouvertes par certain·es acteurs et actrices du champ médiatique, tant à travers leurs trajectoires et leurs pratiques professionnelles qu’à travers les discours produits à destination des récepteurs et des réceptrices.

Delphine Chedaleux est maîtresse de conférences à l’Université de Technologie de Compiègne et chercheuse au COSTECH. Son travail porte sur les cultures médiatiques et populaires au croisement du genre et de la classe. Après avoir travaillé sur les cultures cinématographiques en France entre 1940 et 1960, elle travaille actuellement sur les pratiques de lecture du roman sentimental à l’ère numérique. Elle a notamment publié Jeunes premiers et jeunes premières sur les écrans de l’Occupation (Presses universitaires de Bordeaux, 2016), l’ouvrage tiré de sa thèse.

Appel à contributions : Féminisation de la chanson ? Approches théoriques et empiriques (2000 -2022) (Université de Strasbourg)

Journées d’étude : Féminisation de la chanson ? Approches théoriques et empiriques (2000 -2022)

Université de Strasbourg, 29 – 30 juin 2022

USIAS, CREAA 

Échéance des propositions : 31 janvier 2022

Coordination : Isabelle Marc (USIAS Strasbourg, Universidad Complutense) et Barbara Lebrun (University of Manchester, GB)

Comité scientifique : Cécile Prévost-Thomas (Université Sorbonne Nouvelle, CERLIS), Céline Pruvost (Université de Picardie, CERCLL), Catherine Rudent (Université Sorbonne Nouvelle, CERLIS), Chris Tinker (Heriot Watt University, GB)

Depuis le tournant du 21e siècle, l’essor, la visibilité et le succès des femmes dans les musiques populaires en France ont trouvé leur pendant universitaire dans l’éclosion des travaux sur la place des femmes et les représentations du genre et de la sexualité en chanson (Prévost-Thomas, Ravet et Rudent 2005 ; Prévost-Thomas et Ravet 2007 ; Pénet 2007 ; Hirschi 2017 ; Chaudier 2018 ; Pruvost 2018 ; Deniot 2019, entre autres). De façon plus ou moins directe, ces publications rejoignent la recherche internationale sur le féminisme, le genre, et les identités queer dans la littérature, le cinéma, et, bien- sûr, dans la popular music anglophone (Frith et McRobbie 1990 ; McClary 1991 ; O’Brien 1995 ; Whiteley 1997, 2000 et 2006 ; Brett et al. 2006 ; Jarman-Ivens 2007 et 2011, parmi beaucoup d’autres). Partant d’une conception pragmatique de la notion de genre, défini comme outil d’analyse des rapports de pouvoir entre les pôles du féminin et du masculin propres aux sociétés patriarcales (Octobre 2014), ces journées d’étude souhaitent revenir sur la profusion de talents féminins dans la chanson d’expression française et discuter des changements esthétiques et sociaux qu’elle accompagne, promeut et représente. Ce que nous appelons la féminisation de la musique populaire en France servira de point de départ pour explorer les rapports actuels entre les genres humains, qu’ils soient masculins, féminins ou autres, et les genres musicaux. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Féminisation de la chanson ? Approches théoriques et empiriques (2000 -2022) (Université de Strasbourg)

Alliances et communautés en fantasy et science-fiction (UQAM/Université d’Artois, en ligne)

Colloque : Alliances et communautés en fantasy et science-fiction

2-4 mai 2022, Université du Québec à Montréal, Université d’Artois (en ligne)

Échéance des propositions : 5 janvier 2022

Suite au colloque Fantasy et féminismes : à l’intersection du/des genres, qui a eu lieu en mai 2021 et qui a rassemblé un nombre surprenant de chercheureuses[1], auditeurices, – et qui a, de ce fait, montré la pertinence du sujet et des nombreux enjeux soulevés – le comité d’organisation a décidé de lancer un nouvel appel. Pour cette deuxième édition, nous explorerons plus spécifiquement l’axe des alliances et des communautés de femmes[2], et/ou d’individus issus de la diversité sexuelle et de genre[3] (personnes réelles ou personnages) en fantasy et en science-fiction.

Impacts politiques de la fantasy et de la science-fiction

La science-fiction et la fantasy sont des genres proposant souvent une remise en perspective d’enjeux sociaux actuels, voire la mise en place de discours critiques sur le monde et le genre humain (Besson, 2021, 28; 33; 45-48). Si la science-fiction nous pousse à nous interroger sur nos normes référentielles en nous projetant dans un potentiel futur où, par exemple, certaines menaces (nucléaire, désastre écologique, contrôle des corps des femmes2) sont actualisées (45), la fantasy, quant à elle, propose des mondes secondaires qui permettent « d’explorer tous les thèmes sous la forme de la métaphore ou du symbole » (Davoust, 2018, 164). 

Quant à eux, les impacts de la fantasy et de la science-fiction sur le public ne peuvent évidemment être ignorés : sources d’actions dans le réel (Blanc, 2019; Demeule, 2020; Besson, 2021), les genres de l’imaginaire rassemblent autour de communautés d’appartenance, au cœur desquelles entrent en jeu diverses dynamiques de pouvoir. 

En bref, science-fiction et fantasy permettent de penser l’ailleurs, l’altérité, l’autrement; de penser d’autres systèmes politiques et sociaux, d’autres modes d’interaction, d’autres manières d’être, individuellement et collectivement. Dans le cadre de ce colloque, c’est la dimension collective que nous souhaitons explorer.

Continuer la lecture de Alliances et communautés en fantasy et science-fiction (UQAM/Université d’Artois, en ligne)

Séminaire : Matrimoine de la bande dessinée (MSH Paris Nord)

Séminaire 2021-2022 : Matrimoine de la bande dessinée

MSH Paris Nord

Ce séminaire vise à mettre en lumière le rôle des femmes dans l’histoire de la bande dessinée. Il s’agit d’une enquête collective qui s’intéresse aux créatrices de BD, grandes oubliées de l’histoire du neuvième art. Nous saisissons ce projet d’historicisation dans son épaisseur sociale, intellectuelle et politique. Les séances, d’une durée de 3 heures, auront lieu une fois par mois (octobre-avril), à la MSH Paris Nord. Chaque séance est répartie en deux temps. Le premier temps donnera place à des conférences portant sur le matrimoine de la BD, sur l’histoire du médium et sur ses enjeux sociopolitiques. Le second moment, animé par le comité d’organisation, permettra la collecte des récits de vie des créatrices convoquées, au travers de la production d’archives orales.

Les séances du séminaire sont ouvertes aux chercheureuses, doctorant.e.s et étudiant.e.s à partir du master 1 ainsi qu’aux professionnel.le.s de la bande dessinée.

Responsable : Marys Renné HERTIMAN

Organisation : Les Bréchoises*

Soutien scientifique : Bénédicte GRAILLES et Christine BARD

*Les Bréchoises sont : Marys Hertiman (chercheuse-doctorante, EXPERICE, Paris 8), Sophie Bonadè (chercheuse associée au laboratoire SLAM, Paris Saclay), Laura Caraballo (chercheuse associée HAR, Paris X ; post-doctorante, Université Clermont-Auvergne), Marie-Paul Noël (créatrice de BD), Johanna Schipper (autrice, enseignante et chercheuse-doctorante, Université Bordeaux Montaigne), Maëlys Tirehote-Corbin (chercheuse-doctorante, Université de Lausanne). Avec le soutien de Françoise Laot (socio-historienne et enseignante, EXPERICE, Paris 8).

Continuer la lecture de Séminaire : Matrimoine de la bande dessinée (MSH Paris Nord)

Parution : Le regard féminin. Une révolution à l’écran (Iris Brey)

Iris Brey, Le Regard féminin. Une révolution à l’écran, Points, 2021

On se souvient de la légendaire robe soulevée par le vent de Marilyn Monroe dans Sept ans de réflexionou encore du bikini de Halle Berry, la célèbre James Bond girl, dans Meurs un autre jour. Devenues cultes, ces scènes ont marqué l’histoire du cinéma. De quoi ces images sont-elles le nom ? Depuis toujours, les femmes sont filmées comme des objets de plaisir, les privant de pouvoir au profit du regard masculin et de ses désirs. Pour faire face à ce male gaze majoritaire, Iris Brey montre comment s’est élaboré un regard féminin au cinéma et interroge le sens caché des images. Un essai crucial déjà considéré comme un classique.

Autrice et journaliste, Iris Brey collabore à de nombreux médias (Les Inrockuptibles, Mediapart, France Culture, Canal+…) et s’est imposée comme l’une des spécialistes françaises de la question du genre au cinéma et dans les séries.

Lire un extrait

Appel à communications : Les années 1920 au Québec : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques (Université de Montréal)

Les années 1920 au Québec  : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques

Université de Montréal 

Les 10 et 11 mars 2022

Échéance des propositions : 5 juillet 2021

English version follows.

Organisé par Stéphanie Bernier (CRILCQ-Université de Montréal), Vanessa Blais-Tremblay (CRILCQ-Université du Québec à Montréal, IREF), Caroline Loranger(CRILCQ-Université du Québec à Montréal) et Adrien Rannaud (Université de Toronto), dans le cadre des 60e journées d’étude de l’Association québécoise pour l’étude de l’imprimé (AQÉI).

Il est devenu courant de voir s’établir, dans le discours public, un parallèle entre l’époque contemporaine, marquée par l’actuelle pandémie de COVID-19, et la décennie 1920, au sortir de l’épidémie de grippe espagnole de 1918-1919. Si une telle comparaison appelle assurément son lot de nuances (Chabot, 2021), force est cependant de constater que l’espoir des lendemains qui chantent marque aussi le retour d’un imaginaire des « années folles » dans le discours public, chrononyme désignant une période caractérisée par un relatif essor économique, une effervescence sur le plan de la création artistique et culturelle, mais également durant laquelle germent déjà les inquiétudes qui éclateront au grand jour, au lendemain de la crise économique de 1929.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les années 1920 au Québec : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques (Université de Montréal)