Archives par mot-clé : études féministes

Parution : Le regard féminin. Une révolution à l’écran (Iris Brey)

Iris Brey, Le Regard féminin. Une révolution à l’écran, Points, 2021

On se souvient de la légendaire robe soulevée par le vent de Marilyn Monroe dans Sept ans de réflexionou encore du bikini de Halle Berry, la célèbre James Bond girl, dans Meurs un autre jour. Devenues cultes, ces scènes ont marqué l’histoire du cinéma. De quoi ces images sont-elles le nom ? Depuis toujours, les femmes sont filmées comme des objets de plaisir, les privant de pouvoir au profit du regard masculin et de ses désirs. Pour faire face à ce male gaze majoritaire, Iris Brey montre comment s’est élaboré un regard féminin au cinéma et interroge le sens caché des images. Un essai crucial déjà considéré comme un classique.

Autrice et journaliste, Iris Brey collabore à de nombreux médias (Les Inrockuptibles, Mediapart, France Culture, Canal+…) et s’est imposée comme l’une des spécialistes françaises de la question du genre au cinéma et dans les séries.

Lire un extrait

Appel à communications : Les années 1920 au Québec : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques (Université de Montréal)

Les années 1920 au Québec  : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques

Université de Montréal 

Les 10 et 11 mars 2022

Échéance des propositions : 5 juillet 2021

English version follows.

Organisé par Stéphanie Bernier (CRILCQ-Université de Montréal), Vanessa Blais-Tremblay (CRILCQ-Université du Québec à Montréal, IREF), Caroline Loranger(CRILCQ-Université du Québec à Montréal) et Adrien Rannaud (Université de Toronto), dans le cadre des 60e journées d’étude de l’Association québécoise pour l’étude de l’imprimé (AQÉI).

Il est devenu courant de voir s’établir, dans le discours public, un parallèle entre l’époque contemporaine, marquée par l’actuelle pandémie de COVID-19, et la décennie 1920, au sortir de l’épidémie de grippe espagnole de 1918-1919. Si une telle comparaison appelle assurément son lot de nuances (Chabot, 2021), force est cependant de constater que l’espoir des lendemains qui chantent marque aussi le retour d’un imaginaire des « années folles » dans le discours public, chrononyme désignant une période caractérisée par un relatif essor économique, une effervescence sur le plan de la création artistique et culturelle, mais également durant laquelle germent déjà les inquiétudes qui éclateront au grand jour, au lendemain de la crise économique de 1929.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les années 1920 au Québec : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques (Université de Montréal)

JOURNÉE d’Étude : Les voix fÉminines et la pensée musicale

Les voix féminines et la pensée musicale

28 mai 2021, de 11h à 14h15

Plateforme Zoom

Organisé par Cristina Parapar, APESA, Université Panthéon-Sorbonne

Inscription: lesvoixfeminines@gmail.com. Un lien Zoom sera envoyé aux participants. 

Continuer la lecture de JOURNÉE d’Étude : Les voix fÉminines et la pensée musicale

Appel à contributions : Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée (Univ. Versailles Saint-Quentin)

Colloque Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée : nommer, dénoncer, représenter, mettre en image ou en musique

9-10 décembre 2021

Université de Versailles-Saint-Quentin

Échéance des propositions : 15 juin 2021

Dans le cadre du projet AVISA, colloque co-dirigé par Armel Dubois-Nayt de l’université de Versailles-Saint-Quentin (DYPAC) et Réjane Vallée de l’université d’Évry Val d’Essonne (Centre Pierre Naville en collaboration avec le SLAM) avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Saclay et le parrainage de la SIEFAR et de la SAGEF. Ce projet entend ouvrir le chantier de l’historicisation sur la longue période du phénomène social qualifié aujourd’hui de harcèlement sexuel en mobilisant la littérature, l’histoire, le cinéma, les arts. Pour une présentation générale, voir le site : https://avisa.huma-num.fr/s/avisa/page/accueil

Appel :

Françoise Héritier s’interrogeait quelque temps avant sa mort sur le moment historique que l’Occident vit sous l’effet de l’affaire Harvey Weinstein, un moment qui semble marquer une rupture de sensibilité sur la question du harcèlement sexuel et qui correspondrait à une libération de la parole des femmes devant les violences qu’elles subissent.

Pour établir la singularité de l’ère post-Weinstein, il apparaît cependant nécessaire de considérer le harcèlement sexuel comme un phénomène historique ayant connu des occurrences antérieures à la post-modernité, une position déjà défendue en 1994 par Carol Bacchi et Jim Jose, qui mettaient en garde contre la tendance à représenter le harcèlement sexuel comme une « découverte » des mouvements féministes actuels (Bacchi & Jose 263). Telle est la dynamique générale du projet AVISA.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée (Univ. Versailles Saint-Quentin)

Parution : Porn Work. Sex, Labor, and Late Capitalism (Heather Berg)

Heather Berg, Porn Work. Sex, Labor, and Late Capitalism, The University of North Carolina Press, 2021. 

Every porn scene is a record of people at work. But on-camera labor is only the beginning of the story. Porn Work takes readers behind the scenes to explore what porn performers think of their work and how they intervene to hack it. Blending extensive fieldwork with feminist and antiwork theorizing, Porn Work details entrepreneurial labor on the boundaries between pleasure and tedium. Rejecting any notion that sex work is an aberration from straight work, it reveals porn workers’ creative strategies as prophetic of a working landscape in crisis. In the end, it looks to what porn has to tell us about what’s wrong with work, and what it might look like to build something better.

Heather Berg is assistant professor of women, gender, and sexuality studies at Washington University in St. Louis. For more information about Heather Berg, visit the Author Page.

Parution : Women Make Horror. Filmmaking, Feminism, Genre (dir. Alison Peirse)

Alison Peirse (dir.), Women Make Horror. Filmmaking, Feminism, Genre, Rutgers University Press, 2021. 

“But women were never out there making horror films, that’s why they are not written about – you can’t include what doesn’t exist.”
“Women are just not that interested in making horror films.”

 
This is what you get when you are a woman working in horror, whether as a writer, academic, festival programmer, or filmmaker. These assumptions are based on decades of flawed scholarly, critical, and industrial thinking about the genre. Women Make Horror sets right these misconceptions. Women have always made horror. They have always been an audience for the genre, and today, as this book reveals, women academics, critics, and filmmakers alike remain committed to a film genre that offers almost unlimited opportunities for exploring and deconstructing social and cultural constructions of gender, femininity, sexuality, and the body.

Women Make Horror explores narrative and experimental cinema; short, anthology, and feature filmmaking; and offers case studies of North American, Latin American, European, East Asian, and Australian filmmakers, films, and festivals. With this book we can transform how we think about women filmmakers and genre.

Contributions by Alison Peirse, Alicia Kozma, Alexandra Heller-Nicholas, Martha Shearer, Katia Houde, Tosha R. Taylor, Dahlia Schweitzer, Laura Mee, Katarzyna Paszkiewicz, Maddison McGillvray, Molly Kim, Donna McRae, Erin Harrington, Lindsey Decker, Valeria Villegas Lindvall, Janice Loreck, Amy C. Chambers, Sonia Lupher

Alison Peirse is an associate professor in film and media at the University of Leeds, UK. She is author of After Dracula: The 1930s Horror Film and co-editor of Korean Horror Cinema.

Parution : Gender and Digital Culture. Between Irreconcilability and the Datalogical (Helen Thornham)

Helen Thornham, Gender and Digital Culture. Between Irreconcilability and the Datalogical, Routledge, 2021. 

Gender and Digital Culture offers a unique contribution to the theoretical and methodological understandings of digital technology as inherently gendered and classed. The silences within, through and from the systems we experience every day, create inequalities that are deeply affective and constitute very real forms of algorithmic vulnerability. The book explores these lived and mundane algorithmic vulnerabilities across three interrelated research projects. These focus on recent digital phenomena including sexting, selfies and wearables, and particular decision-making systems used in health, education and social services.

Central to this book are the themes of irreconcilability and the datalogical. It makes the case that feminism and gender politics have become increasingly irreconcilable with not only long-running debates around representation and embodiment, but also with conceptions of the technological, conceptions of the user and of the systems themselves. In keeping with longstanding feminist scholarship, these irreconcilabilities can be productive and generative; they can be used to interrogate the power politics of digital culture.

By studying the lived and routine elements of digital technologies, Gender and Digital Culture asks about the many convolutions that are held together through the everyday use of these technologies, and the implications for how gender and technology are approached, discussed and theorised.

Table of Contents:

Chapter 1: Gender, Irreconcilability and the Datalogical Anthropocene Chapter 2: Being data(logical) Chapter 3: Being accountable: practices, images, infrastructure Chapter 4: Being known: autom-data-ed bodies, maternal subjectivity Chapter 5: Gender and the digital mundane Chapter 6: Gender and the digital mundane

Helen Thornham is Associate Professor in Digital Cultures at the University of Leeds, UK. Her publications include Ethnographies of the Videogame (2011, Renewing Feminisms (2013) and Content Cultures (2014). Her research focuses on gender and technological mediations, data and digital inequalities.

Parution : Children’s Literature in the Long 19th Century (dir. Catherine Butler, Ann Alston)

Catherine Butler, Ann Alston (dir.), Children’s Literature in the Long 19th Century, Routledge, 2021.

In this collection the multidimensional story of children’s literature in the formative period of the long nineteenth century is illuminated, questioned, and, in some respects, rewritten.
Children’s literature might be characterised as the love-child of the Enlightenment and the Romantic movements, and much of its history over the long nineteenth century shows it being defined, shaped, and co-opted by a variety of agents, each of whom has their own ambitions for it and for its child readership. Is children’s literature primarily a way of educating children in the principles of reason and morality? A celebration of the Rousseauesque child? A source of pleasure and entertainment? Women, both as writers and as nurturers involved at an intimate and daily level with the raising of children, recognised early and often very explicitly the multiple capacities of literature to provide entertainment, useful information, moral education and social training, and the occasionally conflicting nature of these functions.
This book was originally published as a special issue of Women’s Writing.

Table of Contents:

Introduction 1. The British Reception of Genlis’s Adèle et Théodore, Preceptive Fiction and the Professionalization of Handmade Literacies 2. The Metropolis and Female Citizenship in Mary Wollstonecraft’s Original Stories from Real Life 3. Satirical Conservatism in Catherine Ann Dorset’s Papillonades 4. « How One Subject Springs Out of Another! »: The Strickland Family and Early Nineteenth-Century Children’s Literature 5. « Marietza »: An Example of Catherine Maria Sedgwick’S Depiction of the « Other » in Her Books for Children 6. American Woman: Feminine Speech and the Reformation of National Identity through Female Community in Louisa May Alcott’s An Old-Fashioned Girl 7. The Empire Girl Goes to War: Bessie Marchant’s World War I Fiction

Parution : La séduction pornographique (Romain Roszak)

Si représenter la sexualité a longtemps été un défi à l’ordre établi, ce n’est plus le cas depuis les années 1970, époque où le capitalisme entre dans sa phase consumériste et sensualiste. La transformation des images pornographiques, mais aussi du dispositif dans lequel elles s’insèrent – pratiques, normes, lois, modalités d’accès –, répond à l’émergence des industries du loisir et du plaisir. Ces marchés du désir, chargés de redynamiser un mode de production à la peine, ne peuvent rencontrer leur clientèle qu’à cette condition : la vie heureuse doit être redéfinie comme la poursuite illimitée de la jouissance sexuelle.
Manne économique inédite, et mieux servie que jamais par les technologies numériques, la pornographie constitue aujourd’hui le nouveau totem occidental, notamment pour une caste d’intellectuels qui la promeut à coups d’empowerment des femmes et d’alternative porn, et l’élève au rang de pratique culturelle avec les porn studies. Au point de balayer toute approche véritablement critique, d’inspiration marxiste ou féministe radicale. En dévoilant cette collusion de la théorie, du marketing et de la propagande, ce livre se risque à briser le totem.

Journée d’études : À la recherche des femmes dans la presse ancienne numérisée (1850-1950)

À la recherche des femmes dans la presse ancienne numérisée (1850-1950)

10 h – 17 h 30

Diffusion en ligne

Comment appréhender et faire de la recherche dans les corpus de presse ancienne numérisés ? Au cours de cette journée de présentation du projet européen NewsEye, A Digital Investigator for Historical Newspapers, plusieurs propositions de réponses seront apportées grâce à des exemples concrets de recherche ayant trait à la thématique des femmes, et par la démonstration de plusieurs outils : Gallica, RetroNews, mais aussi un nouvel outil de recherche en ligne développé par le projet NewsEye.

L’objectif du projet NewsEye est d’améliorer l’accès à la presse ancienne (1850-1950) pour les chercheurs, usagers des bibliothèques mais aussi pour le grand public. Pour cela, il développe des outils de reconnaissance  de caractères, d’analyse automatique de la structure des journaux (extraction des thématiques, identification des articles) et de traitement multilingue des contenus (reconnaissance des noms de personnes,  de lieux, d’organisations ; analyse d’opinion et de sentiment ; fouille de texte et de données) fondée sur l’intelligence artificielle. Son ambition est de proposer une boîte à outils d’analyse à très grande échelle des journaux numérisés dans n’importe quelle langue et en provenance de différentes sources. Pour se faire, le projet rassemble huit partenaires de quatre pays (Allemagne, Autriche, Finlande et France).

En raison des conditions sanitaires, cet événement ne peut avoir lieu en présence du public et sera diffusé sur notre chaîne Youtube et sur cette page le lundi 15 mars à 10 h.

Continuer la lecture de Journée d’études : À la recherche des femmes dans la presse ancienne numérisée (1850-1950)