Archives par mot-clé : Etats-Unis

Parution : “Raw,” “Weirdo,” and Beyond. American Alternative Comics, 1980–2000 (dir. J. McCoy and A. Molotiu)

John McCoy et Andrei Molotiu (dir.), “Raw,” “Weirdo,” and Beyond. American Alternative Comics, 1980–2000, The University of Chicago Press, 2022.

An extensively illustrated catalog for an exhibition of alternative comics, featuring essays that offer interdisciplinary perspectives.
 
This catalog accompanies an exhibition of alternative comics from the 1980s and 1990s with a particular focus upon artists who contributed to the anthologies Raw (1980–91) and Weirdo (1981–94) and comics from venues such as alternative newspapers and independent presses. Following the popularity and eventual decline of underground comics in the 1960s and 1970s, this next generation of cartoonists explored more complex themes and forms and garnered eclectic readers in new markets.

Featuring 180 color illustrations, this book comprehensively examines the world of these comics from interdisciplinary perspectives. Essayists from art historical, literary, and other fields focus on the role of influential editors and publishers as well as the strategies artists employed to encourage readers to take the art form seriously. Subjects include the aesthetics of Raw and Weirdo, the punk-influenced work of Gary Panter, and the genre-breaking work of the Hernandez Brothers.

Appel à contributions : Charlot : Le grand déserteur (Revue K)

Revue K, “Charlot : Le grand déserteur”

Échéance des propositions : 9 octobre 2022

Chaplin est devenu le plus grand comique du monde
parce qu’il a incorporé la plus profonde cruauté des contemporains.

W. Benjamin

Dégringolades, émigrations, gestes inattendus, situations ordinaires bouleversées par des événements soudains, échappatoires inépuisables et imprévisibles, dominées par le hasard et le désir, par une révolte qui se rejette elle-même parce qu’au fond elle ne sait rien d’elle-même : Charlot, un vagabond (The Tramp). Charlot n’habite pas un autre monde, mais il titube, bégaie, tombe, court dans le monde qu’il refuse, sans aucune conscience particulière de ce qu’il fait. La désertion de Charlot est une désertion profonde, de l’inconscient, qui ne pouvait probablement voir le jour qu’au cinéma, comme le révèle déjà le premier, fabuleux film documentaire où le vagabond apparaît et où le cinéma devient pure improvisation : Kid Auto Races at Venice, Cal., de 1914. Pourtant, avec Charlot, on n’oublie pas le caractère matériel de l’existence, ce que signifie être pauvre (voir, par exemple, The Kid, de 1921), ne rien avoir tout en restant, allez savoir comment, libre. Sous le joug de la misère s’offre, de manière inattendue, la chance du plus grand amour, de l’amitié, et même du bonheur, même si l’on sait que ce n’est qu’un instant, une grâce dépourvue de toute solidité ou durée. Dans son errance Charlot ne met en scène que l’errance, rien de plus : la pure fragmentation des accidents de la vie de tout un chacun.

Charlot naît devant la caméra puis disparaît, plus de vingt ans plus tard, en refusant de prendre la parole – de nier sa propre différence abyssale. Charlot prend congé du cinéma, avec Les Temps modernes, en faisant entendre sa voix qui cependant ne dit absolument rien ; il ne communique pas, ne parle pas, ne transmet pas de sens, mais émet des sons clandestins, presque barbares, comme un nourrisson. Prendre la parole, pour Charlot, s’avère être en réalité un geste extrême de diversion. Nous assistons, en effet, à l’événement d’une (non) langue qui précède et excède toute langue en déterminant un seuil de tension extrême entre le muet et le sonore. Au fond, Charlot pense par images et donc ne parle pas ; il ne se laisse pas piéger, ni reconnaître. Chaplin est extrêmement lucide : Charlot vit dans le geste, pas dans la parole, il survit à cette dernière mais ne peut l’incarner, au risque de perdre sa capacité de violer, comme s’il était là par hasard, toute valeur. Charlot conçoit la parodie la plus radicale du monde de la sécurité parce qu’il évite tout jugement moral et toute revendication ; il n’assume aucune position de pouvoir, de supériorité, mais profane tout simplement, dans un rire délirant et joyeux, les structures de tout ordre. Charlot désacralise toute valeur : la famille, les voitures, les mères, la liberté, la patrie, l’autorité, l’industrie du cinéma. Il met à nu la fantasmagorie de la marchandise et lui donne le poids qu’elle a réellement : une chose. Qui est-il ? Un sans-abri qui porte les vêtements difformes d’un grand seigneur : un aristocrate-plébéien. Il incarne en somme un antagonisme féroce par le simple fait d’exister à l’écran, par le simple fait d’être sous les feux de la rampe.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Charlot : Le grand déserteur (Revue K)

Parution : Ink-Stained Hollywood. The Triumph of American Cinema’s Trade Press (Eric Hoyt)

Eric Hoyt, Ink-Stained Hollywood. The Triumph of American Cinema’s Trade Press, University of California Press, 2022.

A free open access ebook is available upon publication. Learn more at www.luminosoa.org.

For the first half of the twentieth century, no American industry boasted a more motley and prolific trade press than the movie business—a cutthroat landscape that set the stage for battle by ink. In 1930, Martin Quigley, publisher of Exhibitors Herald, conspired with Hollywood studios to eliminate all competing trade papers, yet this attempt and each one thereafter collapsed. Exploring the communities of exhibitors and creative workers that constituted key subscribers, Ink-Stained Hollywood tells the story of how a heterogeneous trade press triumphed by appealing to the foundational aspects of industry culture—taste, vanity, partisanship, and exclusivity. In captivating detail, Eric Hoyt chronicles the histories of well-known trade papers (Variety, Motion Picture Herald) alongside important yet forgotten publications (Film SpectatorFilm Mercury, and Camera!), and challenges the canon of film periodicals, offering new interpretative frameworks for understanding print journalism’s relationship with the motion picture industry and its continued impact on creative industries today.

Eric Hoyt is the Kahl Family Professor of Media Production at the University of Wisconsin–Madison. He is author of Hollywood Vault: Film Libraries before Home Video and is Director of the Media History Digital Library and the Wisconsin Center for Film and Theater Research.

Appel à contributions : Le monde du sport dans les Amériques et ses représentations politiques, culturelles et sociales (Revue Amerika)

Appel à contributions – Revue Amerika n°25

Coordinateur : David Giménez – Comité de Rédaction d’Amerika

Date limite de soumission des résumés : 1er septembre 2022

Date limite de soumission des articles : 20 novembre 2022

 Publication : fin décembre 2022

Le monde du sport dans les Amériques et ses représentations politiques, culturelles et sociales

Les événements sportifs sont au centre de l’intérêt de la vie sociale de nombreux pays du monde, mais si l’on se concentre sur les Amériques, cette importance est encore plus évidente. Le sport devient un motif de rencontre, de communauté et de connexion. Il fait émerger et renforce les identités locales, régionales ou nationales au-delà de l’intérêt pour le jeu lui-même. Peu de gens échappent à la passion qui s’empare d’un pays lorsqu’il réussit dans les compétitions mondiales. Ce phénomène, fondé sur la fierté collective, va au-delà pour inclure même les spectateurs les plus critiques. Peut-on considérer cette contradiction comme l’une des clés du succès ?

Considérant que les spectateurs sont aussi importants que les sportifs dans ces spectacles, nous allons réfléchir au monde dans lequel nous vivons afin de tirer de nouvelles conclusions. Quel est le principal centre d’intérêt dans chaque pays ? Quel sujet intéressera la majorité des masses sociales capables de décider démocratiquement de l’avenir politique d’une nation ? Peut-on penser que le pouvoir s’intéresse au sport comme élément de contrôle ? Nous nous intéresserons donc aux représentants politiques qui arrivent au pouvoir après s’être fait connaître dans le monde du sport.

En effet, dans certains environnements culturels – surtout ceux liés à des secteurs sociaux élevés – la passion pour les événements sportifs a été associée à un manque de culture, et nous proposons de réfléchir à cette idée. Pouvons-nous établir une relation entre l’intérêt pour ce type de spectacle et le niveau culturel ? Quels sont les éléments du sport auxquels les gens s’intéresseront en fonction de leur niveau socioculturel ? Les aspects anthropologiques, joueront-ils un rôle décisif ? Y aura-t-il une différence de perception entre une personne qui s’intéresse aux différentes formes d’art ou de connaissances scientifiques et une personne qui ne s’y intéresse pas ? L’euphorie des phénomènes de masse, naît-elle indépendamment du niveau socioculturel ? Les différents profils de groupes de population, raisonnent-ils de la même manière face à cette passion ?

La création d’idoles est un phénomène qui contribue à nourrir l’attirance pour ce monde au sein de l’histoire qui s’écrit chaque jour. Quels liens peut-on trouver entre les personnages historiques et le sport ? La société, valorise-t-elle différemment l’éthique des personnes en fonction de leurs performances sportives ? Quelles différences peut-on établir dans la manière dont les personnages sportifs sont idolâtrés ?

Il y a plusieurs axes de réflexion autour de cette question : jusqu’où irons-nous ? Allons-nous vers un contrôle encore plus important de la vie politique et sociale par le monde du sport ? Il s’agira donc de réfléchir à chaque domaine (culture, politique, société) sous cet angle afin d’avoir une plus grande perspective de ce que seront nos sociétés du futur.

Dans un monde global, où les tendances peuvent être observées à partir d’autres pays ou continents, l’analyse comparative de l’évolution pourrait être tout aussi intéressante pour évaluer les changements possibles dans un contexte européen, dans lequel il existe de nombreuses idoles sportives originaires des Amériques.

David Giménez (Université Rennes 2) & Comité de rédaction d’Amerika

Voir la revue en ligne sur OpenEdition 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le monde du sport dans les Amériques et ses représentations politiques, culturelles et sociales (Revue Amerika)

Parution : Television before TV. New Media and Exhibition Culture in Europe and the USA, 1928-1939 (Anne-Katrin Weber)

Anne-Katrin Weber, Television before TV. New Media and Exhibition Culture in Europe and the USA, 1928-1939, Amsterdam University Press, 2022.

Television before TV rethinks the history of interwar television by exploring the medium’s numerous demonstrations organized at national fairs and international exhibitions in the late 1920s and 1930s. Building upon extensive archival research in Britain, Germany, and the United States, Anne-Katrin Weber analyses the sites where the new medium met its first audiences. She argues that public displays offered spaces where television’s symbolic, cultural, political, and social definitions were negotiated and eventually stabilized; for the historian, the exhibitions therefore constitute crucial events to understand not only the medium’s pre-war emergence, but also its subsequent domestication in the post-war years. Designed as a transnational study, her book highlights the multiple circulations of artefacts and ideas across borders of democratic and totalitarian regimes alike. Richly illustrated with 100 photographs, Television before TV finally emphasizes that even without regular programmes, interwar television was widely seen.

Anne-Katrin Weber is a television historian with a special interest in non-institutional televisual uses and technologies. Her work is at the intersection of media history and archaeology, science and technology studies, and exhibition studies. She holds a PhD from the University of Lausanne, Switzerland, and is currently a NOMIS Fellow at eikones. Centre for the Theory and History of the Image (University of Basel). Her research has been published in English and French; she has edited several journal issues and volumes.

Flavie Falais (Université de Limoges)

Doctorante contractuelle
Université de Limoges – EHIC 1087 (Axe 3)

Sujet de thèse

La question du genre dans le jeu vidéo et les cultures vidéoludiques, sous la direction de Loïc Artiaga.

Thématiques de recherche

Game studies – Play Studies – Études de genre – Cultures populaires & médiatiques – Narrativité vidéoludique – Jeu de rôle – Genres de l’imaginaire – Industries culturelles

Terrains de recherche

France – Europe – Amérique du Nord – Japon

Organisation et participation à des manifestations scientifiques

  • Participation à la préparation de la journée d’étude EHIC : « Autopsie du méchant : de l’ombre à la lumière » (org. Odile Richard, 28 janvier 2021).

Production scientifique

  • Mémoire de Master : « The Witcher, l’art de la narration transmédia », sous la direction de Chloé Ouaked.

Formation 2019 – 2021

  • Master Création Contemporaine et Industries Culturelles (CCIC) – Mention TB

2018 – 2019

  • Licence d’Histoire – Parcours Arts & Humanités

2016 – 2018

  • Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE A/L) – Option Histoire
  • Expériences professionnelles et associatives Février à Juillet 2021
  • Stagiaire Médiation Culturelle & Coordination de projets à Musiques Métisses (Angoulême)

2019-2020

  • Présidente de l’association étudiante La Péponne

2017 – 2021

  • Co-fondatrice de l’association Café-Diplo Gay-Lussac, conventionnée avec Le Monde Diplomatique

Appel à contributions : Congrès 2022 de l’AFEA, Atelier Cultures Populaires: “Les destinées historiques comme fondement de la légitimité : le genre biographique dans la culture populaire des États-Unis d’Amérique” (Université Bordeaux Montaigne)

Congrès 2022 de l’AFEA (Association Française d’Études Américaines USA) : « Légitimité, Autorités, Canons »

31 Mai- 3 Juin 2022, Université Bordeaux Montaigne (France)

Atelier Cultures Populaires des États-Unis d’Amérique : « Les destinées historiques comme fondement de la légitimité : le genre biographique dans la culture populaire des États-Unis d’Amérique »

Échéance des propositions : 15 janvier 2021

Entre 2000 et 2021, onze des lauréats de l’Oscar du meilleur acteur ont été récompensés pour leur incarnation d’un personnage historique, dont sept pour des films clairement identifiés comme biographiques. Sur la même période, quatre des films récompensés par un Oscar du meilleur film, et trente-trois des cent cinquante et un candidats à la statuette, étaient des biopics. Depuis 2017, la série biographique de Netflix The Crown a été nommée quatre fois pour le Golden Globe et l’Emmy Award de la meilleure série dramatique, et a raflé quatre de ces prix.

Le genre biographique, en associant la pseudo-légitimité historique du film d’époque au goût du grand public pour les récits de destinées exceptionnelles, occupe une place de choix à Hollywood et dans la culture populaire au sens large : films et séries, mais aussi romans traditionnels ou graphiques, musique (on pensera par exemple aux chansons « Hurricane » et « Joey », de Bob Dylan, ou à « Candle in the Wind » d’Elton John), comédies musicales (telles qu’Evita, Beautiful: The Carole King Musical, ou plus récemment Hamilton) et même jeu vidéo (des jeux autobiographiques tels que That Dragon, Cancer de Ryan Green ou les jeux de Nina Freeman Cibele, How Do You Do It ou We Met in May, se basent sur la vie de leurs programmeur.se.s pour explorer des thématiques universelles).

Le genre en lui-même est fondé sur la réécriture et la romantisation des faits, qui permettent aux fictions biographiques de transformer le récit historique en un récit accessible au grand public, mais aussi bankable. Tout comme la fiction historique, il se rapproche parfois d’une forme de vulgarisation, mais en se focalisant sur un individu en particulier, il favorise l’identification et permet ainsi plus aisément au public de s’investir émotionnellement dans le récit qu’il déploie. Or on peut s’interroger sur les grandes figures qui sont ainsi mises en avant et, dans une certaine mesure, mythifiées. Des personnalités de différents milieux (arts, politique, sciences…) se voient ainsi transformées en héros et héroïnes de la fiction. Les récits biographiques explorent et reconstruisent leur passé afin de comprendre comment ils et elles sont devenu.e.s des « grands noms », appartenant même à la culture générale, mais s’attaquent aussi au côté sombre de la société américaine en se penchant sur des tueur.se.s en série (Jeffrey Dahmer, Ted Bundy, Aileen Wuornos…) ou sur d’autres figures criminelles (on pensera ainsi à la popularité du genre du true crime dans la littérature, les émissions de télévision ou de radio et les podcasts, ou aux séries Netflix Narcos ou Mindhunter). Dès lors, on peut se demander quel est l’objectif du genre biographique dans la culture populaire : s’il semble souvent chercher à construire des modèles, qui viendront par exemple nourrir la valeur fondatrice du self-made (wo)man, comment penser dans ce cadre les nombreuses fictions biographiques sur les tueur.se.s en série, et inversement le nombre restreint de fictions portant sur des personnalités appartenant au monde de la science (et dont la plupart propagent le stéréotype du « génie solitaire » qui peine à s’intégrer à la société) ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Congrès 2022 de l’AFEA, Atelier Cultures Populaires: “Les destinées historiques comme fondement de la légitimité : le genre biographique dans la culture populaire des États-Unis d’Amérique” (Université Bordeaux Montaigne)

Appel à contributions : Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989) (En ligne)

Journées d´études : “Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989)”

8 octobre 2021, 10 décembre 202128 janvier 2022, en ligne

Échéance des propositions : 13 septembre 2021

Cette série de journées d’études sera dévolue aux séries des années Reagan, englobant tour à tour teen dramas et autres school shows, séries familiales, soaps, polars, séries d’animation, séries surnaturelles ou de science-fiction. Ces études génériques s’accompagneront d’interventions généralistes portant sur l’esprit de l’époque reaganienne. Les journées se déroulement sur Zoom le 8 octobre 2021, le 10 décembre 2021 et le 28 janvier 2022.

Dans les faits comme dans l’imaginaire collectif, Reagan aura sans doute été, avec Roosevelt et Kennedy, le président le plus marquant du XXe siècle. Comme Kennedy, il a su utiliser les médias de masse pour se construire un personnage, un album d’images d’Epinal reprenant et resémantisant les stéréotypes du rêve américain ; en l’occurrence celui de l’Ouest américain et du vigilante. Roosevelt avait inauguré une nouvelle ère dans les années 1930 avec le New Deal établissant sur le sol américain un état-providence. Reagan, dont on oublie souvent qu’il avait commencé sa carrière comme Démocrate, s’employa justement à attaquer systématiquement ce welfare state en réduisant drastiquement les dépenses publiques et en remettant le marché aux commandes. Mais, à n’en pas douter, son entreprise fut encore davantage idéologique qu’économique comme en atteste clairement sa campagne de 1984, « It’s morning in America ». Rêvant d’en finir avec la contre-culture des années 1960 et 1970, de « nettoyer Berkeley » (« clean up the mess at Berkeley ») de ses contestataires (« communist sympathizers, protesters, and sex deviants ») et de redorer l’image des Etats-Unis ternie par le Vietnam et les impuissances de l’administration Carter, il est parvenu à discréditer l’idée même que l’État puisse intervenir dans l’économie pour aider les pauvres, réglementer la conduite des entreprises ou soutenir l’intérêt public. Insistant sur le fait que le gouvernement est la cause de tous les maux de la société (« government is not the solution to our problem, government is the problem »), le mot d’ordre est clair : « laissez le marché tranquille, et chacun s’en portera mieux ». De ce point de vue, le reaganisme, loin d’être seulement une parenthèse dans l’histoire du XXe siècle, continue de dominer le débat public, aux États-Unis et ailleurs. Pareillement, les fictions télévisées reaganiennes (qui excèdent de beaucoup la période 1981-1989) ont fixé les règles qui, pour beaucoup, régissent encore quantité de séries d’aujourd’hui, de Chicago Police Department à Blue Bloods (la famille de policiers-justiciers de celle-ci porte justement pour nom Reagan et l’on voit clairement au mur du bureau de Frank Reagan un portrait de Teddy Roosevelt, chef de la police de New York avant d’être président et modèle de Ronald Reagan à bien des égards).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989) (En ligne)

Parution : Investigating Stranger Things. Upside Down in the World of Mainstream Cult Entertainment (dir. Tracey Mollet, Lindsey Scott)

Tracey Mollet, Lindsey Scott (eds.), Investigating Stranger Things. Upside Down in the World of Mainstream Cult Entertainment, Palgrave Macmillan, 2021. 

This edited collection explores the narrative, genre, nostalgia and fandoms of the phenomenally successful Netflix original series, Stranger Things. The book brings together scholars in the fields of media, humanities, communications and cultural studies to consider the various ways in which the Duffer Brothers’ show both challenges and confirms pre-conceived notions of cult media. Through its three sections on texts, contexts and receptions, the collection examines all aspects of the series’ presence in popular culture, engaging in debates surrounding cult horror, teen drama, fan practices, and contemporary anxieties in the era of Trump. Its chapters seek to address relatively neglected areas of scholarship in the realm of cult media, such as set design, fashion, and the immersive Secret Cinema Experience. These discussions also serve to demonstrate how cult texts are facilitated by the new age of television, where notions of medium specificity are fundamentally transformed and streaming platforms open up shows to extensive analysis in the now mainstream world of cult entertainment.

 

Parution : Égalité, Edward Bellamy

Edward Bellamy, Égalité, Publie.net, 2021 [1897]

Auteur en 1888 de Dans cent ans ou l’an 2000 qui connut un succès mondial et de multiples éditions en France à partir de 1891, Edward Bellamy propose une suite de ce classique de l’anticipation utopique avec Égalité (Equality). De ce second roman, seule « La parabole du réservoir d’eau » a largement été diffusée dans la presse libertaire et socialiste. Mais bien d’autres aspects du texte sont importants : Bellamy place les femmes à égalité avec les hommes (éducation, mariage, vie professionnelle, revenus, vêtements…), se positionne comme auteur précurseur de l’économie distributive (revenus annuels non capitalisables, propriété d’usage…), questionne la défense de l’environnement, la protection des animaux, l’impact des activités humaines sur la Terre, ainsi que l’unité de l’humanité (chaque habitant parle sa langue maternelle et la langue universelle). Il ne néglige pas non plus les progrès techniques et l’on voit apparaître l’électroscope, les disques phonographiques, les voitures à moteur et les véhicules aériens… Il invente également — il écrit ces lignes en 1897 — une « carte de crédit » qui permet aux citoyens du XXe siècle de régler toutes leurs dépenses.
Pour la première fois, ce texte majeur de la littérature d’anticipation utopique est disponible en français.

Traduction de Paul Zimmermann, revue, complétée et modernisée par Philippe Éthuin.