Archives par mot-clé : Etats-Unis

Flavie Falais (Université de Limoges)

Doctorante contractuelle
Université de Limoges – EHIC 1087 (Axe 3)

Sujet de thèse

La question du genre dans le jeu vidéo et les cultures vidéoludiques, sous la direction de Loïc Artiaga.

Thématiques de recherche

Game studies – Play Studies – Études de genre – Cultures populaires & médiatiques – Narrativité vidéoludique – Jeu de rôle – Genres de l’imaginaire – Industries culturelles

Terrains de recherche

France – Europe – Amérique du Nord – Japon

Organisation et participation à des manifestations scientifiques

  • Participation à la préparation de la journée d’étude EHIC : « Autopsie du méchant : de l’ombre à la lumière » (org. Odile Richard, 28 janvier 2021).

Production scientifique

  • Mémoire de Master : « The Witcher, l’art de la narration transmédia », sous la direction de Chloé Ouaked.

Formation 2019 – 2021

  • Master Création Contemporaine et Industries Culturelles (CCIC) – Mention TB

2018 – 2019

  • Licence d’Histoire – Parcours Arts & Humanités

2016 – 2018

  • Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE A/L) – Option Histoire
  • Expériences professionnelles et associatives Février à Juillet 2021
  • Stagiaire Médiation Culturelle & Coordination de projets à Musiques Métisses (Angoulême)

2019-2020

  • Présidente de l’association étudiante La Péponne

2017 – 2021

  • Co-fondatrice de l’association Café-Diplo Gay-Lussac, conventionnée avec Le Monde Diplomatique

Appel à contributions : Congrès 2022 de l’AFEA, Atelier Cultures Populaires: “Les destinées historiques comme fondement de la légitimité : le genre biographique dans la culture populaire des États-Unis d’Amérique” (Université Bordeaux Montaigne)

Congrès 2022 de l’AFEA (Association Française d’Études Américaines USA) : « Légitimité, Autorités, Canons »

31 Mai- 3 Juin 2022, Université Bordeaux Montaigne (France)

Atelier Cultures Populaires des États-Unis d’Amérique : « Les destinées historiques comme fondement de la légitimité : le genre biographique dans la culture populaire des États-Unis d’Amérique »

Échéance des propositions : 15 janvier 2021

Entre 2000 et 2021, onze des lauréats de l’Oscar du meilleur acteur ont été récompensés pour leur incarnation d’un personnage historique, dont sept pour des films clairement identifiés comme biographiques. Sur la même période, quatre des films récompensés par un Oscar du meilleur film, et trente-trois des cent cinquante et un candidats à la statuette, étaient des biopics. Depuis 2017, la série biographique de Netflix The Crown a été nommée quatre fois pour le Golden Globe et l’Emmy Award de la meilleure série dramatique, et a raflé quatre de ces prix.

Le genre biographique, en associant la pseudo-légitimité historique du film d’époque au goût du grand public pour les récits de destinées exceptionnelles, occupe une place de choix à Hollywood et dans la culture populaire au sens large : films et séries, mais aussi romans traditionnels ou graphiques, musique (on pensera par exemple aux chansons « Hurricane » et « Joey », de Bob Dylan, ou à « Candle in the Wind » d’Elton John), comédies musicales (telles qu’Evita, Beautiful: The Carole King Musical, ou plus récemment Hamilton) et même jeu vidéo (des jeux autobiographiques tels que That Dragon, Cancer de Ryan Green ou les jeux de Nina Freeman Cibele, How Do You Do It ou We Met in May, se basent sur la vie de leurs programmeur.se.s pour explorer des thématiques universelles).

Le genre en lui-même est fondé sur la réécriture et la romantisation des faits, qui permettent aux fictions biographiques de transformer le récit historique en un récit accessible au grand public, mais aussi bankable. Tout comme la fiction historique, il se rapproche parfois d’une forme de vulgarisation, mais en se focalisant sur un individu en particulier, il favorise l’identification et permet ainsi plus aisément au public de s’investir émotionnellement dans le récit qu’il déploie. Or on peut s’interroger sur les grandes figures qui sont ainsi mises en avant et, dans une certaine mesure, mythifiées. Des personnalités de différents milieux (arts, politique, sciences…) se voient ainsi transformées en héros et héroïnes de la fiction. Les récits biographiques explorent et reconstruisent leur passé afin de comprendre comment ils et elles sont devenu.e.s des « grands noms », appartenant même à la culture générale, mais s’attaquent aussi au côté sombre de la société américaine en se penchant sur des tueur.se.s en série (Jeffrey Dahmer, Ted Bundy, Aileen Wuornos…) ou sur d’autres figures criminelles (on pensera ainsi à la popularité du genre du true crime dans la littérature, les émissions de télévision ou de radio et les podcasts, ou aux séries Netflix Narcos ou Mindhunter). Dès lors, on peut se demander quel est l’objectif du genre biographique dans la culture populaire : s’il semble souvent chercher à construire des modèles, qui viendront par exemple nourrir la valeur fondatrice du self-made (wo)man, comment penser dans ce cadre les nombreuses fictions biographiques sur les tueur.se.s en série, et inversement le nombre restreint de fictions portant sur des personnalités appartenant au monde de la science (et dont la plupart propagent le stéréotype du « génie solitaire » qui peine à s’intégrer à la société) ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Congrès 2022 de l’AFEA, Atelier Cultures Populaires: “Les destinées historiques comme fondement de la légitimité : le genre biographique dans la culture populaire des États-Unis d’Amérique” (Université Bordeaux Montaigne)

Appel à contributions : Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989) (En ligne)

Journées d´études : “Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989)”

8 octobre 2021, 10 décembre 202128 janvier 2022, en ligne

Échéance des propositions : 13 septembre 2021

Cette série de journées d’études sera dévolue aux séries des années Reagan, englobant tour à tour teen dramas et autres school shows, séries familiales, soaps, polars, séries d’animation, séries surnaturelles ou de science-fiction. Ces études génériques s’accompagneront d’interventions généralistes portant sur l’esprit de l’époque reaganienne. Les journées se déroulement sur Zoom le 8 octobre 2021, le 10 décembre 2021 et le 28 janvier 2022.

Dans les faits comme dans l’imaginaire collectif, Reagan aura sans doute été, avec Roosevelt et Kennedy, le président le plus marquant du XXe siècle. Comme Kennedy, il a su utiliser les médias de masse pour se construire un personnage, un album d’images d’Epinal reprenant et resémantisant les stéréotypes du rêve américain ; en l’occurrence celui de l’Ouest américain et du vigilante. Roosevelt avait inauguré une nouvelle ère dans les années 1930 avec le New Deal établissant sur le sol américain un état-providence. Reagan, dont on oublie souvent qu’il avait commencé sa carrière comme Démocrate, s’employa justement à attaquer systématiquement ce welfare state en réduisant drastiquement les dépenses publiques et en remettant le marché aux commandes. Mais, à n’en pas douter, son entreprise fut encore davantage idéologique qu’économique comme en atteste clairement sa campagne de 1984, « It’s morning in America ». Rêvant d’en finir avec la contre-culture des années 1960 et 1970, de « nettoyer Berkeley » (« clean up the mess at Berkeley ») de ses contestataires (« communist sympathizers, protesters, and sex deviants ») et de redorer l’image des Etats-Unis ternie par le Vietnam et les impuissances de l’administration Carter, il est parvenu à discréditer l’idée même que l’État puisse intervenir dans l’économie pour aider les pauvres, réglementer la conduite des entreprises ou soutenir l’intérêt public. Insistant sur le fait que le gouvernement est la cause de tous les maux de la société (« government is not the solution to our problem, government is the problem »), le mot d’ordre est clair : « laissez le marché tranquille, et chacun s’en portera mieux ». De ce point de vue, le reaganisme, loin d’être seulement une parenthèse dans l’histoire du XXe siècle, continue de dominer le débat public, aux États-Unis et ailleurs. Pareillement, les fictions télévisées reaganiennes (qui excèdent de beaucoup la période 1981-1989) ont fixé les règles qui, pour beaucoup, régissent encore quantité de séries d’aujourd’hui, de Chicago Police Department à Blue Bloods (la famille de policiers-justiciers de celle-ci porte justement pour nom Reagan et l’on voit clairement au mur du bureau de Frank Reagan un portrait de Teddy Roosevelt, chef de la police de New York avant d’être président et modèle de Ronald Reagan à bien des égards).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989) (En ligne)

Parution : Investigating Stranger Things. Upside Down in the World of Mainstream Cult Entertainment (dir. Tracey Mollet, Lindsey Scott)

Tracey Mollet, Lindsey Scott (eds.), Investigating Stranger Things. Upside Down in the World of Mainstream Cult Entertainment, Palgrave Macmillan, 2021. 

This edited collection explores the narrative, genre, nostalgia and fandoms of the phenomenally successful Netflix original series, Stranger Things. The book brings together scholars in the fields of media, humanities, communications and cultural studies to consider the various ways in which the Duffer Brothers’ show both challenges and confirms pre-conceived notions of cult media. Through its three sections on texts, contexts and receptions, the collection examines all aspects of the series’ presence in popular culture, engaging in debates surrounding cult horror, teen drama, fan practices, and contemporary anxieties in the era of Trump. Its chapters seek to address relatively neglected areas of scholarship in the realm of cult media, such as set design, fashion, and the immersive Secret Cinema Experience. These discussions also serve to demonstrate how cult texts are facilitated by the new age of television, where notions of medium specificity are fundamentally transformed and streaming platforms open up shows to extensive analysis in the now mainstream world of cult entertainment.

 

Parution : Égalité, Edward Bellamy

Edward Bellamy, Égalité, Publie.net, 2021 [1897]

Auteur en 1888 de Dans cent ans ou l’an 2000 qui connut un succès mondial et de multiples éditions en France à partir de 1891, Edward Bellamy propose une suite de ce classique de l’anticipation utopique avec Égalité (Equality). De ce second roman, seule « La parabole du réservoir d’eau » a largement été diffusée dans la presse libertaire et socialiste. Mais bien d’autres aspects du texte sont importants : Bellamy place les femmes à égalité avec les hommes (éducation, mariage, vie professionnelle, revenus, vêtements…), se positionne comme auteur précurseur de l’économie distributive (revenus annuels non capitalisables, propriété d’usage…), questionne la défense de l’environnement, la protection des animaux, l’impact des activités humaines sur la Terre, ainsi que l’unité de l’humanité (chaque habitant parle sa langue maternelle et la langue universelle). Il ne néglige pas non plus les progrès techniques et l’on voit apparaître l’électroscope, les disques phonographiques, les voitures à moteur et les véhicules aériens… Il invente également — il écrit ces lignes en 1897 — une « carte de crédit » qui permet aux citoyens du XXe siècle de régler toutes leurs dépenses.
Pour la première fois, ce texte majeur de la littérature d’anticipation utopique est disponible en français.

Traduction de Paul Zimmermann, revue, complétée et modernisée par Philippe Éthuin.

Parution : 21st Century Retro: Mad Men and 1960s America in Film and Television (Debarchana Baruah)

Debarchana Baruah, 21st Century Retro: Mad Men and 1960s America in Film and Television, transcript-Verlag, 2021. 

Numerous contemporary televisual productions revisit the past but direct their energies towards history’s non-events and anti-heroic subjectivities. Debarchana Baruah offers a vocabulary to discuss these, using Mad Men as a primary case study and supplementing the analysis with other examples from the US and around the world. She takes a fundamentally interdisciplinary approach to studying film and television, drawing from history, memory, and nostalgia discourses, and layering them with theories of intertextuality, paratexts, and actor-networks. The book’s compositions style invites discussions from scholars of various fields, as well as those who are simply fans of history or of Mad Men.

Debarchana Baruah is a cultural theorist at the American Studies department, University of Tübingen. She completed her doctoral studies at the Heidelberg Center for American Studies, Heidelberg University and received her B.A., M.A., and M.Phil. degrees in English Literature from the University of Delhi. She is interested in US popular cultures, film and television, memory cultures, food cultures, and immigration histories.

Séminaire Transatlantic Cultures: Américanisation par les arts

La prochaine séance du séminaire Transatlantic Cultures, organisée en commun avec le projet « Américanisation par les arts »,  aura lieu le vendredi 2 avril 2021  de 16h à 18h, en visioconférence.

Nous aurons le plaisir d’écouter:

Sylvain Lesage (Université de Lille – IRHiS) qui nous parlera de

L’oncle d’Amérique. Flash Gordon et la construction d’un patrimoine du «neuvième art »

Flash Gordon constitue un objet central dans l’élaboration conflictuelle d’une bédéphilie française dans les années 1960. Unanimement célébrée, la série d’Alex Raymond est l’objet de plusieurs projets de réédition, qui esquissent les contours des communautés d’amateurs.
Cette intervention explore la manière dont s’opère la reconnaissance de la bande dessinée en tant que neuvième art, à travers le geste de republication, et éclaire les ressorts de la fascination pour la bande dessinée américaine au sein de la bédéphilie naissante.

Sylvain Lesage est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille, rattaché à l’IRHiS. Spécialiste d’histoire culturelle, ses recherches s’inscrivent à la croisée de l’histoire des médias et des cultures visuelles. Après sa thèse soutenue en 2014 sous la direction de Jean-Yves Mollier, il a notamment publié L’Effet livre : métamorphoses de la bande dessinée (Presses universitaires François Rabelais, 2019) et Publier la bande dessinée. Les éditeurs franco-belges et l’album (Presses de l’Enssib, 2018).

La séance sera coordonnée par: Pascal Ory (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – CHS)

En raison des contraintes sanitaires, pour assister au séminaire en ligne, merci de vous inscrire en écrivant à l’adresse:

contact@transatlantic-cultures.org

Le lien de connexion vous sera communiqué par courriel.

Parution : Backstage. Scènes et coulisses des séries musicales (Pierre-Olivier Toulza)

Pierre-Olivier Toulza, Backstage. Scènes et coulisses des séries musicales, Presses Universitaires François Rabelais, coll. “Sérial”, 2021.

Les séries télévisées musicales ne sont pas un phénomène nouveau aux États-Unis, mais le genre connaît un impressionnant renouveau depuis la fin des années 2000. Glee, Treme, Pose, Smash, Empire, Nashville, The Get Down, Vinyl, High School Musical. Ce véritable cycle impressionne par sa richesse et sa variété : les séries portant sur le chant côtoient celles qui privilégient la danse ou la pratique instrumentale ; aux séries des grands networks s’ajoutent celles des chaînes du câble et des services de VOD. Ces nouvelles séries musicales ont pour spécificité de dévoiler l’envers des univers du divertissement comme les conditions de la création artistique, en promettant une découverte des scènes et coulisses des mondes du spectacle. Ce livre décrypte le phénomène culturel des séries TV musicales américaines, en s’attachant aussi bien aux récits et aux spectacles proposés par ces séries qu’aux mutations industrielles qu’elles reflètent.

Pierre-Olivier Toulza est maître de conférences en études cinématographiques à Université de Paris. Il a récemment codirigé deux ouvrages sur la comédie musicale hollywoodienne, Stars et solistes du musical hollywoodien (Les Presses du réel, 2017) et Politiques du musical hollywoodien(Presses universitaires de Paris Nanterre, 2020).

Parution : I Died a Million Times. Gangster Noir in Midcentury America (Robert Miklitsch)

Robert Miklitsch, I Died a Million Times. Gangster Noir in Midcentury America, University of Illinois Press, 2021.

The mob bosses, rogue cops, and heist gangs of a film era

In the 1950s, the gangster movie and film noir crisscrossed to create gangster noir. Robert Miklitsch takes readers into this fascinating subgenre of films focused on crime syndicates, crooked cops, and capers.

With the Senate’s organized crime hearings and the brighter-than-bright myth of the American Dream as a backdrop, Miklitsch examines the style and history, and the production and cultural politics, of classic pictures from The Big Heat and The Asphalt Jungle to lesser-known gems like 711 Ocean Drive and post-Fifties movies like Ocean’s Eleven. Miklitsch pays particular attention to trademark leitmotifs including the individual versus the collective; the family as a locus of dissension and rapport; the real-world roots of the heist picture; and the syndicate as an octopus with its tentacles deep into law enforcement, corporate America, and government. If the memes of gangster noir remain prototypically dark, the look of the films becomes lighter and flatter, reflecting the influence of television and the realization that, under the cover of respectability, crime had moved from the underworld into the mainstream of contemporary everyday life.

Robert Miklitsch is a professor in the Department of English Language and Literature at Ohio University. He is the editor of Kiss the Blood Off My Hands: On Classic Film Noir and the author of The Red and the Black: American Film Noir in the 1950s.

Parution : Dylanographie (Nicolas Livecchi)

Nicolas Livecchi, Dylanographie, Postface d’Arnaud Desplechin, Les Impressions Nouvelles, collection “Réflexions faites”, 2021

Ce livre vient combler un manque.

Destiné tant au collectionneur qu’au néophyte, il offre, en plus de 200 notices, une cartographie précise de la carrière et l’œuvre de Bob Dylan à travers une liste de 176 disques et coffrets, officiels ou non, accompagnée d’une sélection de 46 livres et films. Aux dylanophiles avertis, il dresse un classement critique précis et raisonné, mentionnant les titres rares ou inédits qui se cachent parfois derrière d’obscures éditions. Et à ceux qui, à l’inverse, se plongeraient pour la première fois dans ce monstrueux corpus, il propose en parallèle un parcours balisé en trente références incontournables.

Bien plus qu’un énième livre sur le Zim, Dylanographie est ainsi destiné à devenir le guide indispensable à quiconque souhaite appréhender cette œuvre imposante dans toute sa « multitude ».

Docteur en Cinéma, Nicolas Livecchi a publié deux ouvrages aux Impressions Nouvelles : L’Enfant acteur, de François Truffaut à Steven Spielberg et Jacques Doillon et L’Étoile jaune et le manteau rouge, une étude de La Liste de Schindler. Également producteur et réalisateur, il est depuis bientôt 15 ans en charge du développement et responsable du comité de lecture chez Why Not Productions. Dernièrement, il a supervisé l’adaptation du roman de Leïla Slimani Chanson douce avec Karin Viard et collaboré à l’écriture du nouveau film de Jacques Audiard Les Olympiades. Continuer la lecture de Parution : Dylanographie (Nicolas Livecchi)