Archives par mot-clé : esthétique

Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives

Revue Interculturel Francophonies

Date d’échéance : 15 septembre 2024

Texte de l’appel : 

Ce numéro de la revue Interculturel Francophonies ambitionne d’explorer le domaine postcolonial et francophone d’une réalité littéraire qui, si l’on en croit Yves Reuter, est l’objet d’une « dévalorisation théorique et pédagogique généralisée » ( 1986 : 3) : les paralittératures. Concept mettant l’accent sur le caractère marginal et plus ou moins culturellement illégitime d’un ensemble varié de genres dont la typologie est particulièrement stable, le terme ‘‘paralittératures’’ sert à tracer une frontière institutionnelle entre ce qui relèverait du littéraire et ce qui, en dépit d’une ressemblance apparente, s’en écarte. Quant à l’usage du pluriel, quels que soient le champ littéraire et l’aire géographique où l’on se situe, il revêt un double enjeu. D’une part, cet usage met en lumière « une masse hétéroclite d’objets ‘‘culturels’’ qui semblent n’avoir d’autre chose en commun que leur absence prétendue de valeur esthétique » (Angenot, 1974 : 9), quand, d’autre part, l’emploi du pluriel semble traduire non seulement la « nature intergénérique » (Huybrechts, 2014) du domaine paralittéraire mais également la diversité des codes sémiotiques distinguant les genres paralittéraires. Continuer la lecture de Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Appel à communications : La Volte : vingt ans d’édition à contrevent. Poétiques et politiques de la science-fiction au XXIe siècle

La Volte : vingt ans d’édition à contrevent. Poétiques et politiques de la science-fiction au XXIe siècle 

11 et 12 juin 2024.

Université Sorbonne Paris Nord (Villetaneuse) – Campus Condorcet (Aubervilliers).

Date d’échéance : 31 décembre 2023.

Colloque organisé par Christèle Couleau et Jean-Marc Baud, en partenariat avec le laboratoire Pléiade, Médialect, le FNRS et l’université de Namur.

Texte de l’appel

Présentation de la Volte

La Volte est une maison d’édition française indépendante, fondée en 2004 par Mathias Échenay, en vue de publier le deuxième roman d’Alain Damasio, La Horde du Contrevent, devenu l’un des succès majeurs de la science-fiction française du XXIe siècle. À l’image de son auteur-phare, la Volte a développé une posture éditoriale originale qui mêle récits d’anticipation et réflexions critiques, expérimentations littéraires et prises de position politiques. Elle se situe à la jonction du champ de la science-fiction et de la littérature dite générale. Continuer la lecture de Appel à communications : La Volte : vingt ans d’édition à contrevent. Poétiques et politiques de la science-fiction au XXIe siècle

Appel à contributions : “La renaissance psychédélique”. Pratiques culturelles et esthétiques (Montpellier)

Colloque « La Renaissance psychédélique ». Pratiques culturelles et esthétiques

2 et 3 mai 2024

Université de Montpellier (site St-Charles)

Échéances des propositions : 15 décembre 2023

Organisé par Lambert Barthélémy et Jean-Christophe Valtat (RIRRA 21)

[English version below]

Dans le sillage de la la journée d’étude « Just take a pinch of psychedelics » organisée par Lambert Barthélémy en octobre 2023, centrée sur la généalogie des esthétiques psychédéliques, ce colloque se propose de poursuivre la réflexion sur le présent et le devenir de ces esthétiques à travers de multiples médias: littérature, cinéma, jeux vidéos et d’interroger aussi sur leur articulation aux discours sociaux qui les environnent.

On parle en effet depuis une dizaine d’années années d’une « renaissance psychédélique ». Dans une répétition de la première émergence des psychédéliques dans les années 50, elle concerne d’abord le milieu des études psychiatriques et le traitement des addictions et de la dépression, notamment depuis les travaux de Roland Griffiths en 2006 (voir Pollan, How to change your Mind, 2018), mais s’étend aussi désormais à d’autres domaines (malades du cancer, soins palliatifs ).

Si ces nouvelles études et ces nouvelles pratiques, désormais discrètement encouragées par les agences de santé étatiques, prennent soigneusement leur distance aussi avec l’histoire de leurs devancières, il ne faut pas creuser bien loin pour se rendre compte que ces usages ne sauraient être, de par la nature des effets des psychédéliques, très éloignée, aux USA surtout, des préoccupations plus spirituelles et sociales typiques de la première vague. De fait ce qui apparaît être une renaissance est bien souvent une résurgence d’énergies dormantes qui n’ont jamais cessé d’être actives.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “La renaissance psychédélique”. Pratiques culturelles et esthétiques (Montpellier)

Appel à contributions : “Un apport esthétique des jeux vidéos : sentir la matière numérique” (revue Études digitales)

« Un apport esthétique des jeux vidéo : sentir la matière numérique »

Revue Études digitales

Échéances des propositions : 10 septembre 2023

Date prévue de parution : 2nd trimestre 2024

Dirigé par Michaël Crevoisier (Université de Franche-Comté) et Thomas Morisset (Université Côte d’Azur)

 

Argumentaire

L’ampleur de la pratique des jeux vidéo n’est plus à démontrer, les dernières enquêtes sociologiques insistent sur la diversité des âges, des milieux sociaux mais aussi des situations concernées1. Outre sa prédominance économique dans le secteur des biens culturels, c’est surtout son insertion dans la vie quotidienne qui invite à penser que le medium vidéoludique est devenu un élément incontournable pour qui souhaite analyser notre rapport aux technologies numériques. Si cette pratique peut être analysée comme une activité ludique, soumise à des règles et impliquant certains comportements, elle peut aussi être comprise comme une manière spécifique d’interaction avec la machine et d’être en relation avec notre milieu technique. Les jeux vidéo exploitent ce que Gilbert Simondon appelait une « certaine marge non-utilitaire2 » des ordinateurs et par-là donnent à percevoir le numérique dans son aspect technique. C’est cette perception vidéoludique du numérique que nous souhaitons étudier.

 Cette étude présuppose alors que le moment de jeu déploie une véritable relation technique, ce qui est loin d’aller de soi. Le même Simondon pensait en effet que l’attitude ludique était impropre à saisir le sérieux et la profondeur de la technique dans sa pureté. Or, les jeux vidéo, notamment par les fictions qui les composent, apparaissent bien comme des objets techniquement impurs. Comment comprendre alors qu’à travers eux un rapport heuristique à la technicité du numérique s’établit ? Répondre à cette question nécessite d’interroger les jeux vidéo non pas comme de simples spectacles des prouesses de la synthèse d’images, mais bien en tant que pratique. En effet, il s’agit de questionner la pratique vidéoludique au sens d’un usage des machines numériques à travers lequel un « contact avec [la] matière calculée3 » a lieu et se donne à réfléchir esthétiquement. Contre une pensée voyant dans les flux numérisés une réduction de la richesse sensible et par là un appauvrissement de notre faculté esthétique, il s’agit de comprendre comment le jeu vidéo étend le domaine du sensible : comment et en quoi les jeux vidéo donnent-ils à sentir la matière numérique ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Un apport esthétique des jeux vidéos : sentir la matière numérique” (revue Études digitales)

Appel à contributions : « Just take a pinch of psychedelic ». Les esthétiques psychédéliques des XXe et XXIe siècles

Journée d’études : « Just take a pinch of psychedelic ». Les esthétiques psychédéliques des XXe et XXIe siècles

Mardi 26 septembre 2023, Auditorium, site Saint Charles 2, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Échéance des propositions : 28 février 2023

Cette journée d’étude s’intéresse à la généalogie et à la dynamique des esthétiques psychédéliques au cours des XXe et XXIe siècles. Elle ne limite délibérément pas la notion de « psychédélisme » au mouvement contre-culturel des années 1960, mais l’aborde comme l’une des voies majeures empruntées par l’art occidental pour devenir et rester « moderne ». Elle l’envisage ainsi sur une durée relativement longue, dans l’ensemble des productions culturelles (musique populaire ou savante, arts de l’image, fiction littéraire, cinéma, graphisme et typographie, architecture, jeux vidéo, etc), et du point de vue de sa productivité formelle.

Le projet serait de questionner quelques uns des opérateurs esthétiques ayant permis aux principes d’expansion perceptive et de conscience modifiée (extase, hallucination, rêve, hypnagogie, psychose…), autant dire de multidimensionnalité et d’illimination, de s’articuler aux différents supports, pratiques ou matières de l’art au cours des XXe et XXIe siècles. À titre indicatif, on pourra s’interroger sur les notions d’organicité et de cinétisme, de syncrétisme et d’improvisation, de densité immersive et de distorsion, de saturation, d’ornement, de démultiplication – qualités qui situent indistinctement le psychédélisme du côté des puissances de capture, d’exagération et de débordement sensitif, de ce que l’on peut considérer comme une expérience de « réel augmenté », de « quatrième dimension » ou de « potentialisation de la vie ».

Plus concrètement, les analyses pourront porter sur les ondulations du Jugendstill comme sur la bande défilée immersive (Phallaina de Marietta Ren, 2016) ; sur les expériences de cinéma étendu qui ponctuent le siècle, comme sur William Burroughs (Les Lettres du Yage, 1963), Henri Michaux (Misérable Miracle, 1956) ou Joao Tordo (Le Domaine du Temps, 2009) ; sur Frantiszek Kupka ou Odilon Redon, Ernst Fuchs ou Philippe Druillet ; sur l’art de la lumière qui se développe dès les années 1910 (Lumia, Thomas Wilfred), sur les films d’Oskar Fishinger ou de Jordan Belson, sur le color field, les dispositifs stroboscopiques (Dream Machine, Brion Gyrin) ; sur les compositions de Terry Riley (Mescalin Mix, 1960-1962) et sur l’art optique de Bridget Riley ; sur les dream houses de La Monte Young, les Ganzfelds de James Turrell, la création digitale ou les œuvres récentes d’Arnaud Maguet — du moment qu’elles s’efforcent de montrer ce que l’idée psychédélique fait aux arts, comment elle s’en saisit et les travaille tout au long du siècle, dans l’espoir répété qu’ils deviennent les instruments d’une entreprise de déconditionnement des formes de vie et d’utopisation sensible du monde.

Les propositions de communication, d’un format de 25 minutes, peuvent être adressées à Lambert Barthélémy avant le 28 février 2023, accompagnées d’une petite notice bio-bibliographique. Une réponse sera donnée fin mars. 

lambert.barthelemy@univ-montp3.fr

barthelemy.lambert@orange.fr

Parution : “Esthétisation” (Nouvelle Revue d’Esthétique, n° 28)

Nouvelle Revue d’Esthétique, n° 28,  “Esthétisation”, dir. Emmanuel Alloa et Christoph Haffter, Paris, Presses Universitaires de France, 2021. 

De quoi l’esthétisation est-elle le nom ?

Emmanuel Alloa, Christoph Haffter

Études

Soyez créatifs ! Esthétisation et créativité à l’âge du capitalisme esthétique
Andreas Reckwitz, Traduction Loïc Windels

L’esthétisation marchande au prisme de la théorie de l’art (et vice versa)
Laurent Buffet

L’esthétisation et la culture démocratique
Juliane Rebentisch, Traduction Camille Hongler

La vie comme œuvre d’art ?
Actualité de l’esthétique de l’existence chez Foucault
Martin Mees

L’art documentaire dans la sphère germanophone : esthétiser la politique hier et aujourd’hui
Priscilla Wind

L’esthétique contre l’esthétisation : Lyotard et la tautégorie de l’œuvre d’art
Aleksey Sevastyanov

Mickey Mouse au pays de l’esthétisation
Sylvia Kratochvil 

Continuer la lecture de Parution : “Esthétisation” (Nouvelle Revue d’Esthétique, n° 28)

Appel à contributions : Le dessin sur la peau : tatouages & narrations graphiques ( Musée d’art et d’histoire Paul Eluard)

Colloque : Le dessin sur la peau : tatouages et narrations graphiques

16 – 17 juin 2022, ParisMusée d’art et d’histoire Paul Eluard, Saint-Denis

Échéance des propositions : 1er mars 2022

Le programme pluriannuel et interdisciplinaire La littérature dans la peau, coordonné par Anne Chassagnol (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, UR TransCrit) et Brigitte Friant-Kessler (Université Polytechnique Hauts-de-France, DeScripto-LARSH), a donné lieu à trois cycles de conférences, sur le tatouage et l’imaginaire fictionnel (juin 2019), les représentations des pratiques esthétiques et poétiques du tatouage dans les performances artistiques (novembre 2020) et sur les rapports entre tatouage, littérature et droit (juin 2021). 

Pour le 4e volet, nous invitons des chercheurs de tous horizons à contribuer à notre prochain colloque international consacré aux rapports qu’entretiennent le tatouage, les narrations graphiques et les arts dessinés. Il s’agira de comprendre d’un point de vue historique et esthétique comment le dessin sur la peau qui couvre une grande variété d’appellations (parures primitives, pourpoints, bousilles, flétrissures, stigmates, marques ou peintures corporelles) est collecté, recensé, décrypté, et lu au prisme de différentes disciplines scientifiques (ethnologie, anthropologie, médecine). Entre dessin, marquage et gravure, on pourra interroger la nature même de ce qui se donne à voir sur la peau (ou sur d’autres surfaces assimilées telles que la pierre, la céramique ou encore le textile).
Dans quelles mesures répondent-ils à des codes et en quoi reflètent-ils des pratiques sociologiques et esthétiques ? Dans certaines communautés ou parties du monde, le tatouage constitue un système sémiologique qui renvoie à des affiliations sociales ou claniques. Il représente la preuve d’un accomplissement, un rite de passage ou une épreuve. Mais quels discours ou contre-discours tient-il ? Comment appréhender la fonction de ce motif et en quoi est-il partie intégrante d’une mise en fiction et d’un récit ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le dessin sur la peau : tatouages & narrations graphiques ( Musée d’art et d’histoire Paul Eluard)

Diane Bracco (Université de Limoges)

Diane Bracco est hispaniste et spécialiste de cinéma à l’Université de Limoges. Elle est membre de l’axe « Espaces des cultures médiatiques (genres et imaginaires) » du laboratoire EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles). Agrégée d’espagnol, qualifiée en langues romanes (CNU 14) et en arts (CNU 18), elle est l’autrice d’une thèse de doctorat intitulée Anatomie de l’outrance. Une esthétique du débordement dans le cinéma espagnol de la démocratie (Université Paris 8 – Vincennes–Saint-Denis, 2015).

Elle a consacré de nombreux articles et communications à divers cinéastes hispaniques, essentiellement espagnols. Depuis quelques années, elle a élargi ses recherches au cinéma italien et aux filiations entre les cinématographies espagnole et italienne. Dès le doctorat, ses travaux l’ont conduite à s’intéresser au cinéma de genre et, très récemment, aux fictions criminelles méditerranéennes.

Elle intervient dans les Licences LLCER espagnol, LEA anglais-espagnol, le Master LEA Management Interculturel, dont elle est responsable depuis 2018, le Master Transferts Culturels et Traduction, ainsi que le Master MEEF parcours espagnol et la formation à l’agrégation interne d’espagnol.

Continuer la lecture de Diane Bracco (Université de Limoges)

Parution : La destruction des images en bande dessinée (Henri Garric)

Henri Garric, La destruction des images en bande dessinée, Presses Universitaires François Rabelais, coll. “Iconotextes”, 2022. 

La prolifération des images a un envers, ou une zone sombre : leur destruction constante, indispensable à leur constante recréation. Après L’Engendrement des images en bande dessinée (dirigé par Henri Garric dans la même collection), ce livre se penche sur une série d’œuvres majeures de la bande dessinée contemporaine, de Batman à Edika en passant par Enki Bilal, Alison Bechdel, Marc-Antoine Mathieu ou Guido Crepax, pour y étudier le lien profond entre création et destruction des images.
Du découpage au cadrage en passant par l’ellipse, la bande dessinée dispose de moyens esthétiques propres pour traiter de la destruction. Jeunes chercheuses et chercheurs et spécialistes internationalement reconnus (Thierry Groensteen, Benoît Peeters, Denis Mellier) décrivent ici de quelle manière ces outils permettent à la bande dessinée de traiter visuellement le thème de la destruction (au sens physique, psychologique, social ou historique), mais aussi de représenter concrètement dans ses pages la destruction des images elle-même : la bande dessinée contemporaine se révèle ainsi capable de construire une véritable réflexion consciente sur la destruction des images.

Henri Garric est professeur de Littérature comparé à l’université de Bourgogne. Il est également l’auteur de :

  • Portraits de villes. Marches et cartes : la représentation urbaine dans les discours contemporains, Paris, Honoré Champion, 2007, collection « Bibliothèque de littérature générale et comparée ».
  • Parole muette, récit burlesque : les expressions silencieuses aux XIXe-XXe siècles, Paris, Classiques Garnier, collection « Perspectives comparatistes – série Modernités et avant-gardes » (à paraître 2015).

JOURNÉE d’Étude : Les voix fÉminines et la pensée musicale

Les voix féminines et la pensée musicale

28 mai 2021, de 11h à 14h15

Plateforme Zoom

Organisé par Cristina Parapar, APESA, Université Panthéon-Sorbonne

Inscription: lesvoixfeminines@gmail.com. Un lien Zoom sera envoyé aux participants. 

Continuer la lecture de JOURNÉE d’Étude : Les voix fÉminines et la pensée musicale