Archives par mot-clé : esthétique

Parution : “Esthétisation” (Nouvelle Revue d’Esthétique, n° 28)

Nouvelle Revue d’Esthétique, n° 28,  “Esthétisation”, dir. Emmanuel Alloa et Christoph Haffter, Paris, Presses Universitaires de France, 2021. 

De quoi l’esthétisation est-elle le nom ?

Emmanuel Alloa, Christoph Haffter

Études

Soyez créatifs ! Esthétisation et créativité à l’âge du capitalisme esthétique
Andreas Reckwitz, Traduction Loïc Windels

L’esthétisation marchande au prisme de la théorie de l’art (et vice versa)
Laurent Buffet

L’esthétisation et la culture démocratique
Juliane Rebentisch, Traduction Camille Hongler

La vie comme œuvre d’art ?
Actualité de l’esthétique de l’existence chez Foucault
Martin Mees

L’art documentaire dans la sphère germanophone : esthétiser la politique hier et aujourd’hui
Priscilla Wind

L’esthétique contre l’esthétisation : Lyotard et la tautégorie de l’œuvre d’art
Aleksey Sevastyanov

Mickey Mouse au pays de l’esthétisation
Sylvia Kratochvil 

Continuer la lecture de Parution : “Esthétisation” (Nouvelle Revue d’Esthétique, n° 28)

Appel à contributions : Le dessin sur la peau : tatouages & narrations graphiques ( Musée d’art et d’histoire Paul Eluard)

Colloque : Le dessin sur la peau : tatouages et narrations graphiques

16 – 17 juin 2022, ParisMusée d’art et d’histoire Paul Eluard, Saint-Denis

Échéance des propositions : 1er mars 2022

Le programme pluriannuel et interdisciplinaire La littérature dans la peau, coordonné par Anne Chassagnol (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, UR TransCrit) et Brigitte Friant-Kessler (Université Polytechnique Hauts-de-France, DeScripto-LARSH), a donné lieu à trois cycles de conférences, sur le tatouage et l’imaginaire fictionnel (juin 2019), les représentations des pratiques esthétiques et poétiques du tatouage dans les performances artistiques (novembre 2020) et sur les rapports entre tatouage, littérature et droit (juin 2021). 

Pour le 4e volet, nous invitons des chercheurs de tous horizons à contribuer à notre prochain colloque international consacré aux rapports qu’entretiennent le tatouage, les narrations graphiques et les arts dessinés. Il s’agira de comprendre d’un point de vue historique et esthétique comment le dessin sur la peau qui couvre une grande variété d’appellations (parures primitives, pourpoints, bousilles, flétrissures, stigmates, marques ou peintures corporelles) est collecté, recensé, décrypté, et lu au prisme de différentes disciplines scientifiques (ethnologie, anthropologie, médecine). Entre dessin, marquage et gravure, on pourra interroger la nature même de ce qui se donne à voir sur la peau (ou sur d’autres surfaces assimilées telles que la pierre, la céramique ou encore le textile).
Dans quelles mesures répondent-ils à des codes et en quoi reflètent-ils des pratiques sociologiques et esthétiques ? Dans certaines communautés ou parties du monde, le tatouage constitue un système sémiologique qui renvoie à des affiliations sociales ou claniques. Il représente la preuve d’un accomplissement, un rite de passage ou une épreuve. Mais quels discours ou contre-discours tient-il ? Comment appréhender la fonction de ce motif et en quoi est-il partie intégrante d’une mise en fiction et d’un récit ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le dessin sur la peau : tatouages & narrations graphiques ( Musée d’art et d’histoire Paul Eluard)

Diane Bracco (Université de Limoges)

Diane Bracco est hispaniste et spécialiste de cinéma à l’Université de Limoges. Elle est membre de l’axe « Espaces des cultures médiatiques (genres et imaginaires) » du laboratoire EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles). Agrégée d’espagnol, qualifiée en langues romanes (CNU 14) et en arts (CNU 18), elle est l’autrice d’une thèse de doctorat intitulée Anatomie de l’outrance. Une esthétique du débordement dans le cinéma espagnol de la démocratie (Université Paris 8 – Vincennes–Saint-Denis, 2015).

Elle a consacré de nombreux articles et communications à divers cinéastes hispaniques, essentiellement espagnols. Depuis quelques années, elle a élargi ses recherches au cinéma italien et aux filiations entre les cinématographies espagnole et italienne. Dès le doctorat, ses travaux l’ont conduite à s’intéresser au cinéma de genre et, très récemment, aux fictions criminelles méditerranéennes.

Elle intervient dans les Licences LLCER espagnol, LEA anglais-espagnol, le Master LEA Management Interculturel, dont elle est responsable depuis 2018, le Master Transferts Culturels et Traduction, ainsi que le Master MEEF parcours espagnol et la formation à l’agrégation interne d’espagnol.

Continuer la lecture de Diane Bracco (Université de Limoges)

Parution : La destruction des images en bande dessinée (Henri Garric)

Henri Garric, La destruction des images en bande dessinée, Presses Universitaires François Rabelais, coll. “Iconotextes”, 2022. 

La prolifération des images a un envers, ou une zone sombre : leur destruction constante, indispensable à leur constante recréation. Après L’Engendrement des images en bande dessinée (dirigé par Henri Garric dans la même collection), ce livre se penche sur une série d’œuvres majeures de la bande dessinée contemporaine, de Batman à Edika en passant par Enki Bilal, Alison Bechdel, Marc-Antoine Mathieu ou Guido Crepax, pour y étudier le lien profond entre création et destruction des images.
Du découpage au cadrage en passant par l’ellipse, la bande dessinée dispose de moyens esthétiques propres pour traiter de la destruction. Jeunes chercheuses et chercheurs et spécialistes internationalement reconnus (Thierry Groensteen, Benoît Peeters, Denis Mellier) décrivent ici de quelle manière ces outils permettent à la bande dessinée de traiter visuellement le thème de la destruction (au sens physique, psychologique, social ou historique), mais aussi de représenter concrètement dans ses pages la destruction des images elle-même : la bande dessinée contemporaine se révèle ainsi capable de construire une véritable réflexion consciente sur la destruction des images.

Henri Garric est professeur de Littérature comparé à l’université de Bourgogne. Il est également l’auteur de :

  • Portraits de villes. Marches et cartes : la représentation urbaine dans les discours contemporains, Paris, Honoré Champion, 2007, collection « Bibliothèque de littérature générale et comparée ».
  • Parole muette, récit burlesque : les expressions silencieuses aux XIXe-XXe siècles, Paris, Classiques Garnier, collection « Perspectives comparatistes – série Modernités et avant-gardes » (à paraître 2015).

JOURNÉE d’Étude : Les voix fÉminines et la pensée musicale

Les voix féminines et la pensée musicale

28 mai 2021, de 11h à 14h15

Plateforme Zoom

Organisé par Cristina Parapar, APESA, Université Panthéon-Sorbonne

Inscription: lesvoixfeminines@gmail.com. Un lien Zoom sera envoyé aux participants. 

Continuer la lecture de JOURNÉE d’Étude : Les voix fÉminines et la pensée musicale

Appel à contributions : Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Féérie et esthétique: les arts du merveilleux 

sous la direction d’Anne Chassagnol

Date limite d’envoi des propositions : 1er septembre 2021

Notification d’acceptation : 10 septembre 2021

Date limite pour le rendu de l’article final : mars 2022

Le conte de fées, qu’il soit politique, moral, scientifique, didactique, féministe ou psychanalytique, a fait l’objet de multiples études qui envisagent ce genre le plus souvent au prisme de la littérature, à travers l’histoire fertile de ses réécritures, de circulations en traductions jusqu’à ses adaptations. La Beauté du merveilleux (2011) d’Aurélia Gaillard et Jean-René Valette interroge la dimension esthétique et épistémique du conte littéraire. De même, Poétiques du merveilleux : fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels, 2015, sous la direction d’Anne Besson et Évelyne Jacquelin, questionne la plasticité du merveilleux et sa porosité au contact des différents genres des littératures de l’imaginaire.

Mais qu’en est-il de la valeur esthétique du conte en dehors du texte littéraire ? Comment les arts se sont-ils appropriés le conte ? Existe-t-il une esthétique proprement féerique ? Le conte a-t-il une couleur, un goût, une texture ? Quels rapports entretient-il avec l’art pompier, le kitsch, l’art romantique, le surréalisme ou l’art contemporain ? Quelles sont ses affinités avec la musique ? La manière dont le conte traverse les arts, s’en inspire et les irrigue en retour, apparaît de façon ponctuelle, selon des thématiques concentriques, sans pour autant être connexes. Ainsi, la peinture féerique, emblématique de l’époque victorienne, a donné lieu à plusieurs catalogues d’expositions (Jeremy Maas et al., Victorian Fairy Painting, 1997 ; Christopher Wood, Fairies in Victorian Art, 2000). Les rapprochements entre cinéma et conte de fées ont été étudiés par Jack Zipes (The Enchanted Screen: The Unknown History of Fairy Tale-Films, 2011 ; Fairy-Tale Films Beyond Disney: International Perspectives, 2015). De même, les liens entre le théâtre et les arts du spectacle ont fait l’objet de plusieurs travaux (« Le Conte et la Scène, Féeries, n°4, 2007 ; Martial Poirson, dir., Perrault en scène : transpositions théâtrales et contes merveilleux, 1697-1800, 2009. Martial Poirson et Jean-François Perrin, dir., Les Scènes de l’enchantement. Arts du spectacle, théâtralité et conte merveilleux (XVIIe-XIXsiècles), 2011.

Cet ouvrage consacré au conte de fées dans l’art cherche à interroger la dimension esthétique plurielle de la féérie pour mettre en évidence l’influence du conte de fées sur d’autres champs et pratiques artistiques, sans pour autant se limiter à une période ou à une aire géographique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Appel à contributions : Les esthétiques du désordre. Pour une autre généalogie de l’utopie.

Ouvrage collectif :  Les Esthétiques du désordre. Pour une nouvelle généalogie de l’utopie

Échéances des propositions : 4 juillet 2021

Dirigé par Aurore Turbiau, Samy Lagrande, Judith Cohen

Appel

L’ouvrage Les Esthétiques du désordre. Pour une nouvelle généalogie de l’utopie vise à proposer une relecture du genre de l’utopie sous l’angle du désordre, de l’anarchie, de la déconstruction et de la destruction.

L’utopie est ordinairement définie comme un genre fictionnel et politique apparu à la suite de l’œuvre éponyme de Thomas More en 1516, Utopia. Ce modèle classique de l’utopie, celui de la fiction méditative, semble, aujourd’hui encore, nourrir les imaginaires – bien que d’autres modèles eussent pu, dans l’histoire, le remplacer.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les esthétiques du désordre. Pour une autre généalogie de l’utopie.

Journée d’étude : Des expériences au rabais ? Esthétique des arts discrédités (Sorbonne Université, en ligne)

Journée d’étude : Des expériences au rabais ? Esthétique des arts discrédités

3 mai 2021, 9h-17h, en ligne

Organisée par Thomas Mercier-Bellevue et Thomas Morisset

EA 3552 – Métaphysique : histoire, transformations, actualités / Centre-Victor Basch

Journée d’étude en ligne, via Zoom.

ID de réunion : 930 1778 6786

Mot de passe : viT29x

L’esthétique philosophique, telle qu’elle s’est constituée aux XVIIème et XVIIIème siècles, avait pour vocation de parler du sentiment esthétique en général. Mais il n’en reste pas moins qu’elle s’est développée en prenant pour paradigme des arts particuliers : les arts majeurs, savants, légitimes. Nous sommes encore tributaires de ces conceptions classiques qui tendent à identifier certaines pratiques et arts comme impropres à provoquer une expérience proprement esthétique : l’érotisme, le jeu, l’effort physique, la consommation, ou la participation seraient autant de traits réputés pour leur incompatibilité avec une attitude désintéressée que rien ne devrait venir troubler. Or, un tel paradigme minore le fait que l’attitude esthétique est avant tout un mode d’être au monde – attentionnel, émotionnel, cognitif – qui peut advenir dans de multiples contextes que le canon traditionnel des arts ne saurait épuiser.

Continuer la lecture de Journée d’étude : Des expériences au rabais ? Esthétique des arts discrédités (Sorbonne Université, en ligne)

Parution : L’idée de littérature

Alexandre Gefen, L’idée de littérature. De l’art pour l’art aux écritures d’intervention, Éditions Corti, coll. “Les Essais”, 2021, 400 p.

Loin d’être une essence, la littérature est avant tout une idée. Cet essai entend en faire l’histoire, de l’apparition du mot et de la naissance du concept au tout début du XIXe siècle à ses étonnantes métamorphoses contemporaines.

Car le territoire de littérature connait aujourd’hui une formidable extension : de la littérature définie par son désintéressement, son autonomie, aux écritures contemporaines volontiers sociales et politiques, du sacre de l’auteur aux amateurs de fanfictions, du souci unique du style à la non-fiction, de l’apologie de l’originalité à l’exigence de l’enquête, de la solitude du créateur aux littératures de terrain, du roman romanesque aux écritures du monde non humain, du culte du texte aux écritures hors du livre, du tropisme occidental à la world literature, d’une conception linguistique à une approche informée par l’anthropologie culturelle et les sciences de la nature.

Que s’est-il passé ? Pourquoi avons-nous longtemps identifié la littérature à l’art pour l’art ? Quels chemins a emprunté ensuite notre idée de la littérature, après s’être définie par son inutilité et son intransitivité, pour nous apparaître désormais comme une pratique communicationnelle et relationnelle, à la fonction éthique et même démocratique ?

C’est en faisant la généalogie longue et complexe de l’idéologie esthétique qui a dominé la littérature moderne et ses institutions, en interrogeant ses valeurs supposées universelles, en questionnant sa religion du texte et ses manières de produire des distinctions, en mettant en perspective les études littéraires qui l’ont accompagnée, que l’on peut comprendre une conception de la littérature comme un concept ouvert, extensif et inclusif, comme un moyen et non comme une fin.

L’auteur
Directeur de recherche au CNRS, Alexandre Gefen travaille sur la théorie littéraire, les littératures contemporaines, les écritures et les humanités numériques. Il est par ailleurs critique littéraire. Dernières parutions : Vies imaginaires de la littérature française, Paris, Gallimard, 2014 ; Art et émotions, Armand Colin, 2015 ; Inventer une vie. La fabrique littéraire de l’individu, Les Impressions Nouvelles, 2015. Son précédent essai, Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, Corti, 2017, a connu un vaste succès en dehors même des études littéraires.

Consulter la table des matières.

Séminaire : Marta Caraion, “Comment la littérature pense les objets” (PHisTeM 2020-2021)

Séminaire général du PHisTeM 2020-2021. Université Paris Nanterre, CSLF (EA 1586), équipe de « Poétique historique des textes modernes ». Coordination : Matthieu Letourneux et Alain Vaillant.

Conférence en ligne de Marta Caraion (université de Lausanne) :  “Comment la littérature pense les objets”, 8 février, 16h30.

La première séance du séminaire du PHisTeM (Université Paris-Nanterre) se tiendra le 8 février, de 16h30 à 19h. Nous y entendrons notre collègue Marta Caraion, de l’université de Lausanne, à propos de son dernier livre Comment la littérature pense les objets (Champ Vallon, 2020). Compte tenu des circonstances sanitaires, la séance se tiendra par visioconférence (écrire aux organisateurs ci-dessous pour obtenir le lien Meet).

Continuer la lecture de Séminaire : Marta Caraion, “Comment la littérature pense les objets” (PHisTeM 2020-2021)