Archives par mot-clé : espionnage

Appel à contributions : Le roman d’espionnage (revue Fixxion)

Le roman d’espionnage

Date d’échéance : 1er juin 2024

 

Revue critique de fixxion française contemporaine, n°30 : « Le roman d’espionnage » 

Numéro coordonné par Chloé Chaudet et Alexandre Gefen

Texte de l’appel :

Scroll down for English version

« J’aimais Malko, le prince espion et pornographe de Gérard de Villiers, celui qui défendait l’Occident contre les Rouges » déclare Philippe Lançon dans Le Lambeau, lorsque sa blessure lui impose de se réfugier dans ses souvenirs. Mais rares sont les critiques de langue française osant, comme lui, faire une place à Gérard de Villiers (le créateur de SAS) ou à Jean et Josette Bruce (et leur héros OSS 117). Ne se réduisant pas à ces exemples bien connus, le roman d’espionnage constitue pourtant un genre à la fois extrêmement populaire, culturellement important et littérairement inventif. S’il s’avère moins canonisé que le roman policier ou le polar, les origines que l’on a pu lui attribuer ne sont pas moins nobles (L’Ancien Testament, L’Odyssée ou encore L’Art de la guerre). Et il n’est pas si difficile de montrer, à l’instar de Luc Boltanski dans Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes (Gallimard, 2012), qu’il engage une herméneutique du monde et du livre fondamentale pour la modernité occidentale, ou, tel Peter Szendy dans Sur écoute. Esthétique de l’espionnage (Minuit, 2007), qu’il expose des modes de perception originaux du devenir socio-historique. Continuer la lecture de Appel à contributions : Le roman d’espionnage (revue Fixxion)

Appel à contributions : Le Bureau des légendes : un ouvrage collectif aux éditions Vrin

Appel à contribution pour un ouvrage collectif autour de la série Le Bureau des légendes (éditions VRIN) sous la direction de Thibaut de Saint Maurice  et Sandra Laugier

ERC DEMOSERIES, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

 Échéance des propositions : 30 juin 2023

Diffusée par Canal + entre 2015 et 2020, riche de 5 saisons de 10 épisodes, Le Bureau des légendes est une série créée par Éric Rochant, dont le récit a pour cadre la DGSE – Direction Générale de la Sécurité Extérieure –  et plus particulièrement le service des agents clandestins, infiltrés à l’étranger. On y suit le travail d’agents ordinaires d’un service de renseignement, bien loin des stéréotypes de « l’agent secret » : ceux de l’homme d’action réussissant sa mission à peu près à chaque fois, véhiculés par la plupart des séries et des films qui mettent en scène le travail de contre-espionnage ou de contre-terrorisme.

Le Bureau des légendes est une série de rupture. D’abord au sein de la production française, elle est l’une des rares séries à faire émerger une figure de showrunner à la française. Son créateur Éric Rochant est à la fois scénariste principal, coproducteur, superviseur de l’ensemble des éléments créatifs de la série et il intervient dans la presse pour assurer la promotion de la série. Ensuite elle se distingue par le succès de sa réception, aussi bien auprès du public que de la critique, en France et à l’étranger puisque c’est une des séries françaises qui s’exporte le mieux et dont plusieurs adaptations sont en cours, notamment aux États-Unis portée par Georges Clooney. 

Mais Le Bureau des légendes est aussi une série de rupture au sein du genre qu’elle investit parce qu’elle propose un autre imaginaire du renseignement, débarrassé du « fatras de testostérone des versions nord-américaines » dans lequel « le récit se concentre sur une activité plus laborieuse que romanesque » (Lamendour, 2016). Cette dilatation du temps de l’action permet ainsi la mise en scène du travail d’espionnage, de contre-espionnage et de renseignement. De façon surprenante alors, la série devient alors une plateforme de communication et de recrutement pour la DGSE, interrogeant une nouvelle fois les liens entre les fictions populaires et les services de renseignement (Jenkins 2016 ; Willmets 2016).

Le Bureau des légendes propose donc, « de se figurer un monde qui par définition se dérobe au regard » en compensant « la pénurie d’information qui caractérise le monde du renseignement » (Blistène, 2018). La série, comme nombre de séries d’espionnage participe à ce titre d’une éducation de son audience, non pas seulement parce qu’elle dispenserait une représentation « réaliste » du travail effectif des agents de la DGSE – ce qui est largement discutable et discuté (Trotignon, 2018) – mais parce qu’elle révèle « l’ambivalence des régimes démocratiques » (Blistène, 2018) qui continuent de pratiquer une certaine violence politique alors même qu’ils reposent sur des principes de transparence et de publicité démocratique. Par-là elle transmet et construit des thèmes et enjeux politiques, mais aussi éthiques à travers un ensemble de personnages qui ont marqué les spectateurs de façon durable.

L’idée de cet ouvrage collectif est de rassembler des contributions de divers horizons académiques : philosophie, science politique, relations internationales, sociologie, histoire, information et communication, études cinématographiques… afin de penser l’importance de cette série aussi bien du point de vue de son contexte de production que du point de vue de sa réception et de cet inventaire des coulisses d’une démocratie contemporaine qu’elle contribue à dresser.

Calendrier prévisionnel

Titre et résumé (500 mots) : 30 juin 2023

Sélection des propositions de contributions : 26 juillet 2023

Réception des contributions (50 000 caractères maximum) : 30 septembre 2023

Publication éditions VRIN : 1er trimestre 2024

Toutes les communications à propos de ce volume sont à adresser à :

contact@demoseries.eu

Parution : Fleming en France

Pierre Olivier Lombarteix

La France de Fleming : James Bond, une passion française 

Pornic, Le Temps éditeur, 2017.

 

Présentation de l’éditeur

Avec deux histoires intégralement situées sur le territoire français et plus de 1000 références à l’hexagone dans l’ensemble de son œuvre, la France joue un rôle essentiel dans la saga James Bond. Pourtant à ce jour, aucune étude ne s’est intéressée à la place qu’occupe notre pays (et notre nation)  dans l’œuvre mais aussi dans la vie de Fleming. C’est donc ce que se propose de faire cet ouvrage préfacé par le président du club James Bond France et illustré par Floc’h. En se basant sur un analyse détaillée de l’œuvre mais aussi du triple contexte historique, littéraire et familial, cet essai sur La France de Fleming permet d’aborder l’œuvre sous un angle aussi nouveau que surprenant. Du décès de son père en France en passant par l’évacuation de Bordeaux, ses plongées aux côtés de Jacques Cousteau au large de Marseille, son attirance pour Continuer la lecture de Parution : Fleming en France

Parution : Espionnage et complots

« Espionnage, complots, secrets d’État : l’imaginaire de la terreur» 

Etudes littéraires, volume 46.3

sous la direction de François-Emmanuël Boucher, Sylvain David et Maxime Prévost.

Le monde a peur. L’imaginaire social occidental se définit aujourd’hui, en grande partie, par la terreur : nos discours – et, de plus en plus, nos pratiques – sont ceux de l’État d’exception, voire de l’État de siège, c’est-à-dire ceux de la guerre perpétuelle contre un ennemi dont le moins qu’on puisse dire est qu’il est fuyant. Ce dossier d’Études littéraires se donne pour aire d’analyse les textes qui alimentent et dessinent les grands paramètres de ce monde qui serait encore plus réel que le réel (avec des complots inconnus, des espions de toutes sortes, des menaces qu’on ne saurait détruire et des moyens techniques, financiers, informatiques, etc., d’une puissance sans cesse grandissante). Il prend pour hypothèse que le roman d’espionnage institue, dès ses origines, les mécanismes d’un imaginaire de la terreur et préfigure ses glissements ultérieurs.

Les articles composant ce dossier s’intéressent aux fondations de l’imaginaire de la terreur, des proto-origines du roman d’espionnage à son âge d’or, aux effets de la terreur au quotidien à travers différents genres et littératures nationales, et aux enjeux contemporains investis par la littérature de la terreur et du complot. Ils analysent une belle sélection d’auteurs, allant de Paul Féval à Jean-Jacques Pelletier, en passant par Jules Vernes, Ian Fleming, George Orwell, Martín Kohan, Pedro Mairal, André Benchetrit, Continuer la lecture de Parution : Espionnage et complots

Exposition: EXPIONNAGE Les espions se livrent (BILIPO)

BILIPO

EXPIONNAGE

Les espions se livrent


Exposition à la BILIPO (Paris) du 15 novembre 2013 au 24 mars 2014.

À partir des fonds de la BILIPO, mais aussi des collections historiques des services français, l’exposition se propose de dévoiler la relation trouble et complexe entre les services de renseignement et l’écrit, de 1800 à 1989.
Écrivains espionnés, écrivains espions et écrivains d’espionnage nous révèlent comment s’est bâti un pan de l’imaginaire moderne à travers la littérature populaire et le cinéma.
Dans les films, les instructions sont orales et les mallettes s’autodétruisent ; dans la réalité, les services de renseignement intérieur et extérieur sont des administrations qui ont, de longue date, une culture de l’écrit.
Rapports, fiches, dossiers, messages codés et autres microfilms sont au cœur des grandes affaires qui, elles-mêmes, ont inspiré de nombreuses fictions, plus ou moins fidèles.
Pour la première fois en France, d’authentiques documents et objets utilisés par les agents sont aujourd’hui présentés au public. Appareils photo miniatures comme le célèbre Minox, micros dissimulés dans un livre ou dans une boîte d’allumettes, montre à détecter les radiations, stylos lancegaz et machines à coder, plus de trente instruments de la dernière chance seront exposés.

Exposition ouverte du mardi au vendredi de 14h à 18h, le samedi de 10h à 17h, fermée les jours fériés

Parution: Paradoxa Volume 24 Espionage Fiction The Seduction of Clandestinity

Paradoxa Volume 24

Espionage Fiction

The Seduction of Clandestinity

Paradoxa, Volume 24, Espionage Fiction: The Seduction of Clandestinity.

“This issue of Paradoxa on espionage fiction engages novelists and scholars in a wide-ranging conversation on the genre from the early twentieth century to the post-9/11 era. The essays are attentive to contemporary literary theory and build on previous critical paradigms while positing new frameworks for analysis. Single author articles reevaluate canonical figures as well as authors who challenge the traditional male-centered history of the genre. Extensive interviews with Gayle Lynds and Olen Steinhauer become illuminating dialogues on espionage fiction and writers’ methods. Virtually all readers will learn much from this fine collection.” –Kay Mussell, Professor Emerita of Literature at American University and co-editor of North American Romance Writers (1999)

“This new collection of essays is rich in the secret byways of international intrigue. Spy fiction deserves the serious attention found in this superb issue of Paradoxa. Just keep it a secret.” –Clive Bloom, Professor Emeritus, Middlesex University, editor of Spy Thrillers: From Buchan to le Carré (1990)

“This enterprising and varied collection sheds new light on the gendering of spy fiction and permutations of the genre since the Cold War. It addresses neglected figures, offers new interpretations of established authors, and includes an exceptionally thorough survey of recent espionage fiction beyond its usual Anglo-American parameters. The collection profits throughout from situating the genre within its evolving cultural contexts after World War II and in the wake of 9/11. An extra bonus is the inclusion of in-depth interviews with novelists Gayle Lynds and Olen Steinhauer as well as critic LeRoy Lad Panek.” –David Seed, Professor of English at the University of Liverpool and editor of A Companion to Twentieth Century United States Fiction (2010).

http://paradoxa.com/

Table

  • 7 , Introduction, Robert Lance Snyder
  • 11, In Light of the Other: The Hero and the Adversarial Spy, Emma Grundy Haigh
  • 31, Domestic Intelligence: Marriage and Espionage in Helen MacInnes’s Fiction, Christine Bold
  • 55, Manning Coles: The Intermodernism of Espionage Fiction, Mary Anne Schofield
  • 73, Dorothy Gilman’s Mrs. Pollifax and Ian Fleming’s James Bond: Soft and Hard Spy Fiction, Rosie White
  • 91, (Im)Perfect Spies: Identity and the Pathology of the Cold War in John le Carré’s The Perfect Spy and The Secret Pilgrim, Brian E. Crim
  • 107, Spying Women: Gayle Lynds’s Espionage Fiction, Charlotte Beyer
  • 127, The French Espionage Dossier: Trends in Francophone Spy Fiction since 2000, Paul Bleton
  • 161, A Life Spent Lying: The Identity Crises of Post 9/11 Spy Fiction, Lee Horsley
  • 177, The Budapest Spy: Spy-Fiction Elements in a Contemporary Hungarian Crime Series”, Sándor Kálai
  • 187, Roman Monde: Hédi Kaddour’s Waltenberg, Bérengère Vachonfrance-Levet
  • 199, Gayle Lynds’s Espionage Thrillers: An Interview, Charlotte Beyer
  • 215, “Writing Is a Way of Thinking”: An Interview with Olen Steinhauer, Lee Horsley and David Willingham
  • 243, Espionage Versus Detective Fiction: An Interview with LeRoy Lad Panek, Robert Lance Snyder
  • 263, Review of La Cristallisation de l’ombre: Les origines oubliées du roman d’espionnage sous la IIIe République, Gwyneth Jones
  • 269, Indirect Object: A Review of The Art of Indirection in British Espionage Fiction: A Critical Study of Six Novelists, James Winchell
  • 277, “Latter Day Gnostics”?: A Review of Rip Tide, The Geneva Trap, the Trinity Six, and A Foreign Country, Robert Lance Snyder