Archives par mot-clé : espace

Appel: Mobilités dans les récits de fantastique et de science- fiction (XIX-XXIe siècles) : quête et enquête(s)

espace

APPEL A COMMUNICATIONS

Colloque CERLI, Fontainebleau, 20-22 Nov. 2014

Mobilités dans les récits de fantastique et de science- fiction (XIX-XXIe siècles) : quête et enquête(s)

 

Les récits dits de fantastiques ou de science-fiction partent, on le sait, à la rencontre de l’Autre ou /et d’un Ailleurs. Toutefois, une telle visée s’impose a posteriori, quand la confrontation « effective » propose une véritable trouée qui avale et avalise le parcours préalable. Dès lors, au gré des différentes re-lectures des textes, les détours, détournements et contournements sont perçus comme autant de stases « ornementales », comme autant de zones de concrétion, à l’aune d’un point d’arrivée qui fige, dans des formes variées de sidération, une quête enfin aboutie, une enquête enfin terminée. Pivots diégétiques ou ressorts psychologiques, ces détours, détournements et contournements participeraient de la sorte d’une mobilisation du sens entièrement sous-tendue par la confirmation progressive d’une quête, initialement assumée ou simplement « ressentie », l’enquête consistant à esquiver ou instrumentaliser ce qui détourne.

Une simple question s’impose alors : comment juger et appréhender le parcours (quête et enquête) si l’on oublie la fin pour se concentrer sur les aléas de l’itinéraire, la trajectoire, ce qui est vu et ce qui permet de voir ? Autrement dit, ne pourrait-on dégager, si l’on refuse l’emprise téléologique, un imaginaire de la mobilité, laissant ouverts jusqu’au dénouement les récits de fantastique et de science-fiction ?

Plus précisément, pour cerner cet imaginaire de la mobilité, il importe dès lors de re-lier les découpages génériques – eux aussi généralement conçus a posteriori. Autour des termes « quête » et « enquête », les schèmes des récits de voyage, des parcours oniriques, des romans d’aventures et de l’aventure, des différentes formes de mystère, n’irrigueraient-ils pas les récits relevant prétendument du fantastique et de la science-fiction ? A partir de là, plus qu’un changement de focalisation qui se contenterait des « moyens » comme supports de l’intrigue, nous entendrions faire de ces « moyens » le foyer réflexif : qu’il s’agisse de supports technologique, physique ou psychique. Ce qui importe dans cette perspective, ce n’est pas tant « voyager » que « ce qui fait voyager » ; ce n’est pas « y aller », mais « comment y aller », le « comment » ne pouvant que sous-tendre à son tour différents « pourquoi ». Détours, détournements et contournements redéfinissent de la sorte une quête en actes et en action, le sensitif du déplacement s’appariant non à la mobilisation d’un sens, mais à la mobilité de sens, les récits étant perçus comme des enquêtes où ce qui apparaît au final comme des leurres fait sens.

Expansif, un tel imaginaire de la mobilité nécessite de regarder plus précisément les avancées scientifiques (dans les différents domaines préalablement mentionnés), de chercher les métaphores sociales, culturelles et nationales, de jauger la perspective genrée, d’appréhender la cartographie des territoires. Il permet aussi, dans l’urgence d’un présent du récit, de cerner différents croisements mettant bout-à-bout les catégories de l’intime et de l’extime, les frontières du connu et de l’inconceptualisable, le passé et le devenir.

Insistons cependant sur un point : si la tentation téléologique permet de condenser le faisceau, de subsumer le parcours, elle efface en un même mouvement la pluralité consubstantielle à toute quête. De là découle l’aspect généralement déceptif des récits de fantastique et de science-fiction qui, d’un dernier geste, s’enferrent sur une mobilisation terminale en écartant la problématique mobilité. En cette perspective, le déplacement (de sens) peut être assimilé, alors que la mobilité en soi s’estompe inexorablement.

Le voyage peut donc être ici repris sous l’angle d’une dispersion, voire d’une dissémination qui fait sens. Ce qui importe ici, ce n’est pas l’après, ce sont les apprêts.

Le voyage peut de la sorte emprunter différentes pistes, susceptibles de se rejoindre :

  • ·il conviendra par exemple de conceptualiser la « mobilité de sens » en regard du « déplacement de sens » ;
  • ·faire dialoguer des espaces de la mobilité apparemment incompatibles, tels les lieux sacrés vs. les lieux sécularisés, les espaces fermés vs. les espaces ouverts, les espaces naturels vs. les espaces « civilisationnels » ;
  • ·un dialogue du même ordre peut être entamé entre les moyens de la mobilité, « intérieurs » ou « extérieurs » ;
  • ·en parallèle, la question du « comment parcourir » peut s’étendre tout autant à l’espace d’un monde perdu, d’un rêve perdu et, en contrepoint, un monde prétendument a-référentiel ;
  • ·si l’on prend alors pour base l’apparition récente des récits dits fantastiques et de science-fiction, ne conviendrait-il pas de les interroger en regard d’une ré-invention de soi par la mobilité ? Un tel jeu de miroir pourrait refléter les « affres » de la modernité et/ou de la postmodernité ;
  • ·ceci implique aussi une prise en considération d’une « technologie » associée à la mobilité : que cette technologie apparaisse dans les récits, cela n’implique-t-il pas un autre dispositif spéculaire, les nouveaux moyens de se déplacer (« empruntés » à la société contemporaine, ou « inventés » dans les récits) reflétant de manière problématique les « origines » de la mobilité et les moyens qui y étaient associés ;
  • ·ceci entraîne aussi une cartographie « en train de se faire », où le présent du parcours reflète un passé éventuellement oublié ou nié : que ce passé ressurgisse au cours du parcours, c’est tout un pan identitaire que le récit met à jour, une re-définition de soi par le territoire (une place pourrait être par exemple accordée aux récits post-apocalyptiques, où les nouvelles formes de mobilité sont en symbiose avec de nouvelles quêtes et des formes inédites d’une enquête sans sens) ;
  • ·enfin, un tel « imaginaire de la mobilité » peut permettre d’interroger les formes empruntées par les récits qui allient de la sorte quête et enquête : peut-on parler, et comment en parler, d’un art du contre-sens, d’un art de l’impasse et, à l’occasion, interroger la méta-fiction par ces détours et détournements qui deviendraient les réels ressorts de l’enquête.

 

Responsables : Patricia CROUAN-VERON (IUT Sénart-Fontainebleau, Université Paris Est-Créteil), Arnaud HUFTIER (Université de Valenciennes)

Lieu du colloque : IUT Sénart-Fontainebleau, Université Paris Est Créteil, route du Hurtault, 77300 Fontainebleau

Un résumé de la communication (3000 signes) et une brève notice bio-bibliographique devront être envoyés au plus tard le 12 avril 2014 aux adresses suivantes : patricia.crouan@u-pec.fr ; arnaud.huftier@univ-valenciennes.fr

L’annonce des sélections aura lieu à la fin du mois de mai 2014.

Le colloque se tiendra en français. Les communications en anglais sont toutefois bienvenues.

Appel à contributions : Les frontières au prisme du genre, ancrages du genre et genre des lieux (22 novembre 2013, Marseille)

Dans le cadre des 10 ans d’EFiGiES
Deuxième journée d’études – EFiGiES Aix-Marseille

« Les frontières au prisme du genre » : ancrages du genre et genre des lieux
Vendredi 22 novembre 2013, Centre Norbert Elias, Marseille.

Résumé

La notion de genre, en affirmant la dimension sociale des identités  sexuées a permis de repenser la personne en son entier. Cette dernière a pu être conçue comme un ensemble complexe et articulé de relations et de rôles sociaux. Le couple dichotomique masculin/féminin, et avec lui
d’autres oppositions structurantes, se révèlent être des entités historiquement changeantes dont les frontières ne cessent d’être retravaillées. A la croisée de la tradition interactionniste et des études de genre, la journée d’étude organisée en 2012 avait permis d’illustrer la fécondité du concept de genre pour interroger les grands partages sociaux. Le genre constitue un exemple de frontière sociale particulièrement prégnante, et un concept analytique permettant de voir autrement les frontières, quelles qu’elles soient.

Pour nous, lire la notion de frontière au prisme du genre, c’est tenir ensemble trois propositions :

  • l’existence d’une frontière est toujours relative, et tributaire  d’un processus : aucune frontière n’est donnée une fois pour toute ;
  • les frontières sont le fruit d’activités collectives : les gens font  et défont sans cesse diverses frontières sociales, par des  opérations à la fois matérielles (répartir, organiser, ordonner les
  • êtres et les choses) et discursives (assigner ou contester une place) ;
  • étudier une frontière ce n’est pas chercher une ligne de démarcation  fixe et univoque, mais prendre en compte un espace, une « zone  frontière » dans laquelle, souvent, les partages dichotomiques s’avèrent problématiques.

Les communications discutées lors de la première journée « Les frontières au prisme du genre », en mars 2012 (http://efigies-ateliers.hypotheses.org/923), ont permis de décrire comment les activités sociales travaillent des partages en partie instables et marqués par des zones de flous. Par l’élaboration d’un regard raciste et sexiste dans les sciences médicales françaises, par la négociation des statuts juridiques dans le quotidien de couples palestiniens, ou par le jeu entre parenté et amitié dans la succession des rites matrimoniaux au Mexique, actrices et acteurs sociaux manipulent le partage dichotomique masculin/féminin.

Annonce

Afin de poursuivre notre réflexion, nous souhaitons organiser une deuxième journée EFiGiES. Il s’agira cette fois de faire travailler la métaphore de la frontière à partir du registre spatial sur lequel elle s’appuie : comment les frontières sociales contribuent-elles à découper ou unifier des territoires ? comment les partages géographiques ou leurs représentations alimentent-ils les frontières sociales ?

Nous souhaitons donc réunir des communications autour des thèmes suivants :

  • Comment le genre contribue-t-il à produire l’espace ? La différence  de sexe participe à modeler à la fois matériellement et symboliquement l’espace. Quels sont les effets de la division sexuelle du travail sur l’aménagement des lieux ? Comment le genre soutient-il l’existence de mondes imaginés ? De quelles façons et avec quels effets certains espaces se voient-ils investis de connotations genrées ?
  • Comment l’espace modèle-t-il le genre ? L’ancrage spatial des  pratiques sociales dans des lieux, des sites, des territoires, des parcours ou des trajectoires participe à la production, tangible et symbolique, d’un système binaire lié au genre. Que nous aident à penser les mécanismes de ségrégation sexuelle de l’espace ? De quelles manières les mobilités géographiques engagent-elles le genre ? Comment les enjeux géopolitiques mobilisent-ils le genre ?

Nous souhaiterions que chaque contribution insiste sur la dimension spatiale des analyses présentées, et examine la question de la (re-)production ou de la transformation du genre sur le terrain étudié. Nous sommes également intéressé-es par des interventions proposant une critique explicite du cadre esquissé ici, à partir d’autres approches théoriques.

Modalités de soumission

Les propositions d’intervention (une à deux pages dans lesquelles  seront explicités le contenu de l’intervention, l’objet empirique, la méthode d’enquête ainsi que quelques repères théoriques) sont à envoyer à efigies.aixmarseille@gmail.com <mailto:efigies.aixmarseille@gmail.com> avant le 15 juillet 2013.