Archives par mot-clé : érotisme

Appel à communications : Espaces • Sexualités • Pouvoirs

Appel à communications

Colloque international Espaces • Sexualités • Pouvoirs. Représentations littéraires, artistiques et médiatiques

Université de Sherbrooke, Campus de Longueuil

28-29-30 avril 2022

Organisé par Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke), Nicole Côté (Université de Sherbrooke), Lori Saint-Martin (Université du Québec à Montréal) et Charlotte Comtois (Université de Sherbrooke)

Échéance : 1er septembre 2021

APPEL

Depuis le début du 21e siècle, les représentations littéraires, artistiques et médiatiques de la sexualité, autrefois cantonnées dans les créneaux érotiques et pornographiques, se multiplient et s’inscrivent désormais dans un champ élargi. Se multiplient parallèlement les conceptions mêmes de la sexualité, désormais conjuguée au pluriel. D’un régime hétérosexuel hégémonique, nous sommes passés à un régime où des sexualités longtemps minorisées, stigmatisées et rejetées s’affichent sans plus de honte, troublant l’ordre canonique du sexe/genre/désir qu’a décrit Judith Butler (2005).

De nouveaux regards portés sur « la » sexualité viennent par ailleurs concurrencer les conceptions naturalistes qui justifiaient le vieux régime. Il est admis que la sexualité a affaire au pouvoir (Foucault), et qu’elle circule sous formes de « scripts » dans l’espace social et culturel (Gagnon). Ce pouvoir, à son tour, circule entre les sujets, lesquels sont façonnés par maints dispositifs, dont l’espace, qui leur assignent les positions qu’ils doivent occuper ; les sujets, en retour, ont le pouvoir de modifier les usages spatiaux. Ainsi, dans les représentations littéraires, artistiques et médiatiques, la sexualité apparaît comme un motif privilégié pour saisir les dynamiques de pouvoir, notamment parce que ces représentations rendent patent le dispositif des espaces/lieux qui les avaient jusque-là déterminées.

De fait, les femmes (cis et trans) ainsi que les personnes issues de la diversité sexuelle et de genre ont investi non seulement les espaces autrefois interdits mais également le champ des représentations sexuelles, autrefois réservé aux hommes. Dès lors, il n’est pas étonnant que les représentations littéraires, artistiques et médiatiques participent à cet éclatement des sexualités, au rejet féroce de l’hétéronormativité et à la multiplication des perspectives ancrées dans celle des espaces où les lignes de pouvoir se fractionnent, se dispersent et s’étoilent. C’est donc sur la question spécifique de la ou des sexualités dans leur rapport aux espaces que portera le colloque.

Quels changements entraînent les nouvelles logiques distributives du pouvoir et des espaces – référentiels ou imaginaires, utopiques ou dystopiques ? Quelles reconfigurations sont occasionnées par le changement de régime évoqué plus haut ? Quels effets ces logiques ont-elles sur les représentations ? À quelles textualités, quelles images, quels scénarios donnent-elles forme ? Quelles nouvelles territorialités émergent ? Comment des identités inédites reconfigurent-elles les pratiques sexuelles dans un espace donné ? Considérant que le partage des espaces est toujours négocié en fonction de différents marqueurs qui pondèrent l’identité (race, classe sociale, âge, appartenance ethnique et religieuse) et lui confèrent plus ou moins de pouvoir, que nous dit cette distribution du pouvoir entre les sexes/genres/orientations sexuelles à travers ces configurations spatiales, notamment la mise en espace de la sexualité ? Est-il possible de penser la sexualité hors des asymétries de genre, dans une économie de la réciprocité ? Quels lieux sont réservés aux pratiques sexuelles et à qui appartiennent-ils ? C’est à ces questions que ce colloque invite à réfléchir.

Continuer la lecture de Appel à communications : Espaces • Sexualités • Pouvoirs

Parution : Dumas amoureux. Formes et imaginaires de l’Éros dumasien

Julie Anselmini et Claude Schopp (dir.), Dumas amoureux. Formes et imaginaires de l’Éros dumasien, Presses Universitaires de Caen, coll. « Symposia », 2020.

L’Éros proprement amoureux de Dumas, qui le poussa à accumuler sa vie durant conquêtes et maîtresses, est la figure emblématique d’une énergie vitale et d’un désir de littérature et d’action qui n’avaient pas, en tant que tels, fait l’objet d’assez d’attention.

Proposant une « éro-poétique » de l’œuvre dumasienne, l’ouvrage y aborde le désir selon plusieurs directions privilégiées. Il explore le désir amoureux et érotique, sa représentation, sa productivité et sa portée dans les différents genres illustrés par Dumas (théâtre, romans, contes, récits de voyage, autobiographie et écrits intimes, causeries…). Il envisage plus largement le désir comme une origine et un foyer de la création dumasienne, permettant d’en comprendre la fécondité, la variété, mais aussi les modes d’énonciation et de réception. Il s’intéresse enfin aux empreintes du désir chez les descendants biologiques et littéraires de Dumas, et à la façon dont les motifs sentimentaux et l’érotisme façonnent l’imaginaire qui se déploie dans les réécritures, les adaptations ou les suites de ses œuvres, telles que le D’Artagnan amoureux de Nimier.

Table des matières

Colloque : dumas amoureux

Colloque international « Dumas amoureux. Formes et imaginaires de l’éros dumasien » (19-26 août, Cerisy-la-Salle)

Organisateurs: J. Anselmini, C. Schopp

L’Éros proprement amoureux de Dumas, qui le poussa à accumuler sa vie durant conquêtes et maîtresses, est la figure emblématique d’une énergie vitale et d’un désir de littérature et d’action qui n’a pas, en tant que tel, fait l’objet d’une suffisante attention.

Ce colloque — le premier qui, à la veille des cent cinquante ans de la mort de l’écrivain, le fera entrer à Cerisy — vise ainsi à explorer l’Éros dumasien dans ses divers aspects et ses multiples enjeux, selon trois directions privilégiées. D’abord, le désir amoureux et érotique, sa représentation, sa productivité et sa portée dans les différents genres illustrés par Dumas (théâtre, romans, contes, récits de voyages, autobiographie, causeries, etc.). Ensuite, et plus largement, le désir comme origine et foyer de la création dumasienne, et tel qu’il permet d’en comprendre la fécondité, la variété, mais aussi les modes d’énonciation et de réception. Enfin, les empreintes du désir chez les descendants (biologiques et littéraires) de Dumas; comment les motifs sentimentaux et l’érotisme façonnent l’imaginaire dumasien, manifesté et fantasmé par les réécritures, les adaptations ou les suites de ses œuvres (comme le D’Artagnan amoureux de Roger Nimier, auquel le titre du colloque adresse un clin d’œil).

Cette rencontre, qui réunira les meilleurs spécialistes du sujet, s’ouvrira à tous les lecteurs amoureux de Dumas.

Retrouvez le programme et toutes les informations utiles au lien suivant: https://cerisy-colloques.fr/dumas2019/

CALENDRIER PROVISOIRE :

Lundi 19 août
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, des colloques et des participants

Mardi 20 août
Matin
AUX ORIGINES
Julie ANSELMINI & Claude SCHOPP : Introduction
Claude SCHOPP : Les deux amours d’Alexandre Dumas

Continuer la lecture de Colloque : dumas amoureux

Pour adultes avertis

affiche 21 janvier 2016 adultes avertis

21 janvier 2016 Pour adultes avertis…. Journée d’étude sur l’érotisme

Le livre érotique évoque les Enfers de la bibliothèque pourtant depuis plusieurs années, il figure en tête de gondole. Ainsi, la journée propose un panorama de la production contemporaine par des spécialistes du domaine. Toutefois, la censure n’est jamais loin de l’érotisme. Les collections érotiques sont passées de la réserve aux présentoirs, mais comment ce phénomène est-il géré dans les institutions culturelles ?

Contact :  Isabelle.antonutti@u-paris10.fr – tel : 01 40 97 98 54

Continuer la lecture de Pour adultes avertis

CFP: The Pleasures and Politics of Popular Erotic Fiction (Edited Collection)

The Pleasures and Politics of Popular Erotic Fiction

(Edited Collection)

contact email:
k.phillips@curtin.edu.au; Claire.Trevenen@curtin.edu.au

The publication of EL James’ Fifty Shades of Grey in 2011 marks a particularly visible moment in what appears to be a proliferation of erotic fiction, written by and for women, since the end of the twentieth century. More than just an instance of a particular genre of fiction, Fifty Shades has spawned considerable discussion of the significance of ‘women’s popular erotic fiction’ generally.
The Pleasures and Politics of Popular Erotic Fiction seeks to explore this phenomenon, its social and textual origins and its attendant conceptual and political effects. In doing so, the book aims to examine the discursive regularities and popular debates framing the production and reception of women’s popular erotic fiction; the cultural anxieties and transformations such texts express; the ways in which they reinscribe and negotiate relations of gender, sexuality, race, and kinship. We are interested in exploring the ideological forces underpinning their development and visibility as both a ‘new’ and ‘popular’ form; the ever-growing proliferation of subgenres and their role in shaping popular ideas about romance, relationships, desire, and the erotic.
We invite proposals for contributions to an edited collection of critical research on the cultural significance of ‘women’s popular erotic fiction’. Possible areas of research include (though are not limited to):
• The cultural work of the different subgenres (BDSM, paranormal romance, erotic crime fiction, ménage a trois, ‘neighbour from hell’, sex confessionals) and the ways of speaking about, categorising and marketing these texts.
• The rise of independently published online erotic fiction (production and consumption) and the discourses surrounding it.
• Debates around originality and derivativeness.
• The continuities and departures of erotic fiction from its predecessors in romance fiction and chick lit, as well as those from more ‘respectable’ literary traditions.
• The role of popular erotic fiction in reinforcing and/or transgressing the hegemony of whiteness, heterosexuality, patriarchy, the family, etc.
• The role of this fiction in circumscribing an idea of ‘the West’, as well as the possibilities offered by non-western forms of popular erotic fiction.
• The pleasures of reader consumption and the discourses surrounding it.
• The function of romance in women’s erotic fiction.
Expressions of interest, including an abstract (250-300 words), a short author bio and list of recent publications, may be forwarded via email to the editors by 24 May, 2013. The anticipated due date for accepted contributions (6,500 –7,500) is 29 November, 2013.
Dr Kristen Phillips, Claire Trevenen, Curtin University (Bentley, Western Australia)
Contact email: k.phillips@curtin.edu.auClaire.Trevenen@curtin.edu.au

Appel: Harlequin enchaîné, 50 nuances de Grey

HARLEQUIN ENCHAÎNÉ, 50 NUANCES DE GREY

(DOSSIER POP-EN-STOCK)

Vendue à 65 million d’exemplaires dans le monde, la trilogie de E. L. James autour des amours tortueuses de la naïve universitaire Anastasia Steele et le jeune magnat Christian Grey constitue l´oeuvre la plus rapidement et viralement consommée de l´Histoire de l´édition. Émergeant de la fan fiction qui prolifère autour de la série Twilight, il s´agissait de transformer la pornographie de l´abstinence qui unit le couple principal en un récit d´initiation sadomasochiste, ce qui fut perçu par la communauté twihard comme une profonde entorse au mythe initial, provoquant l´exil de l´œuvre des sites officiels d´expansion de la franchise et par là son affranchissement du canon vampirique. Triomphant dans les nouveaux réseaux de la cyberlecture (du web au e-book), la trilogie imprimée devint vite l´oeuvre la plus vendue sur Amazon.

Saluée par J. Goudreau comme l´émergence d´un nouveau sous-genre, le « mommy porn » destiné aux mamans trentenaires nostalgiques d´une sexualité à laquelle elles auraient en grande partie renoncée, honnie pour ses phrases « asiniennes » et sa trame « déprimante » (J. Reeves), l´œuvre intrigue avant tout par les conditions de son succès. Ce nouveau jalon dans la blockbusterisation marchande de la littérature de masses a été ironiquement considéré comme le symptôme d´une nouvelle (et ultime) décadence par le New York Daily (« Fin de la civilisation: E. L. James choisie Personnalité de l´Année par le Publishers Weekly« ), réveillant des vieilles craintes autour de l´abêtissement (dumbing down) des masses américaines et, désormais, planétaires.

Le débat attise bien entendu les réflexions autour du post-féminisme. Alors que l´on peut se demander avec K. Roiphe si le libre arbitre est devenu pour les femmes un fardeau dont elles voudraient se délivrer par des fantasmes de soumission, d´autres penseuses y voient au contraire un signe inévitable et positif de l´égalité d´opportunités, les femmes étant libres enfin d´accéder sans complexes à leur propre pornographie. Or qu´il soit le signe de l´échec ou du triomphe du féminisme, ce qui frappe dans ce prétendu érotisme c´est à quel point il est dominé par le modèle de la littérature sentimentale la plus traditionnelle, au moment même où les productions Harlequin sont entrées dans une ère de sexualisation explicite de leurs produits (la catégorie Blaze/Désir), déjà annoncée par le succès de leurs rivales (Silhouettes, Candlelight Ecstasy) dans les années Reagan. La sentimentalisation du BDSM aux bras du Prince youppie serait-elle alors le signe d´un autre retour du refoulé, au-delà de la régression vers des consolations archaïques d´une féminité en déreliction?

Les dossiers thématiques POP-EN-STOCK sont à soumission ouverte. Une fois un numéro thématique « lancé », il demeure ouvert, indéfiniment, à quiconque voudrait y soumettre une collaboration. Le(s) directeur(s) d’un dossier s’engage(nt) à évaluer et éditer les nouvelles propositions à leur dossier pour une durée de deux ans, sous la supervision des directeurs de la revue.

La longueur des articles est variable. POP-EN-STOCK accepte une limite inférieure équivalent à sept ou huit pages (3000 mots), afin de favoriser la publication rapide, mais peut aussi accepter des articles beaucoup plus longs selon l’offre (n’étant pas limitée par un impératif de préservation de la forêt boréale).

Appel: Lolita, de Nabokov à la trashitude hypermoderne (popenstock)

Appel

Lolita, de Nabokov à la trashitude hypermoderne

A l’occasion du cinquantième anniversaire de la projection sur les écrans du film de Kubrick adaptant Lolita de Nabokov, nous voudrions nous pencher sur les représentations culturelles des jeunes filles dans les fictions narratives – littéraires, cinématographiques, télévisuelles et autres – des ancêtres de cette oeuvre fondatrice à notre ère hypermoderne. Lointaines héritières des pueri delicati et des doctæ puellæ romaines, ces jeunes filles couvrent  une vaste gamme, des blondes « petites demoiselles » angéliques du romantisme jusques aux lolitas-trash d’aujourd’hui (Taylor Momsen, Vanessa Hudgens, Lindsay Lohan, etc.) qui inondent les émissions de télé-réalité aussi bien que les placards publicitaires ornant nos abribus et nos couloirs de métro – en passant par les nymphettes, les femmes-enfants, les lolycéennes gainsbouriennes, les mean girls américaines, les media lolitas nippones. Né, avec l’érotisme libertin des Lumières, de débris anciens, le type de la jeune fille délurée, friponne et lascive triomphe aujourd’hui : elle est le bel emblème de la société de consommation dirigée de notre culture de masse, une jolie icône de l’érotisme et de la pornographie autant qu’une figure centrale de la littérature savante. Tour à tour funeste, énigmatique et salvatrice, l’adolescente dégourdie est toujours désirable même lorsqu’elle est criminelle, non seulement parce qu’elle est fraîche et ravissante, mais aussi parce qu’elle détient le pouvoir fabuleux de ressusciter le passé et d’apaiser la crainte de l’avenir.

Les propositions ou contributions sur ce thème, d’ampleur assez libre (à partir de 3000 mots), sont à adresser à sebastien.hubier@univ-reims.fr ou à sebastien.hubier@sciences-po.org.

Les dossiers thématiques POP-EN-STOCK sont à soumission ouverte. Une fois un numéro thématique « lancé », il demeure ouvert, indéfiniment, à quiconque voudrait y soumettre une collaboration.

http://popenstock.ca/dossier/lolita-de-nabokov-la-trashitude-hypermoderne

CFP: Special Issue: Before and Beyond 50 Shades of Grey: New Approaches to Erotic Romance Fiction (deadline: February 1 2013)

CALL FOR PAPERS

Before and Beyond Fifty Shades of Grey: New Approaches to Erotic Romance Fiction

Deadline february 1, 2013

Since the 1970s, both the content and the institutional practices surrounding erotic romance fiction have been transformed. The remarkable popularity of E. L. James’s Fifty Shades of Grey trilogy has brought a number those transformations to light, not just in terms of the novels’ BDSM-inflected sexual content (old news in the romance world) but also in their publishing history, moving from online Twilight fan-fiction to e-book format to paperback bestsellers.

Yet the world of erotic romance fiction extends far beyond Fifty Shades—not just historically and aesthetically, but geographically, racially, and in the range of sexual identities and practices made visible by these texts. The range of critical and scholarly approaches to these texts ought to be equally various, whether looking back to foundational essays like Ann Barr Snitow’s “Mass-Market Romance: Pornography for Women is Different” or drawing on the latest in queer theory and cultural studies.

To that end, the Journal of Popular Romance Studies is looking for essays, interviews, and pedagogical materials on the subject of erotic popular romance fiction, now and in the past. Essays on individual authors and texts are encouraged, along with work on the business side of the genre—its publishers, its marketing, etc.—and explorations of its reception, including fandom, censorship, and the public debates surrounding erotic romance. All theoretical approaches are welcome. Submissions are due by February 1, 2013, and this special issue of JPRS will be published in December, 2013.

Published by the International Association for the Study of Popular Romance (IASPR), the peer-reviewed Journal of Popular Romance Studies is the first academic journal to focus exclusively on representations of romantic love across national and disciplinary boundaries. Our editorial board includes representatives from English, Comparative Literature, Ethnomusicology, History, Religious Studies, African Diaspora Studies, and other fields. JPRS is available without subscription at http://jprstudies.org.

Please submit scholarly papers of no more than 10,000 words to An Goris, Managing Editor managing.editor@jprstudies.org. Longer manuscripts of particular interest will be considered on a case-by-case basis.

Submissions should be Microsoft Word documents, with citations in MLA format; please remove all identifying material (i.e., running heads with the author’s name) so that submissions can easily be sent out for anonymous peer review. Suggestions for appropriate peer reviewers are welcome.