Archives par mot-clé : enquête

Appel à communication : Enquêter par la bande dessinée. Acteurs, publics et pratique journalistique (Assas, 11/12/2024)

Enquêter par la bande dessinée. Acteurs, publics et pratique journalistique

Journée d’études, Université Paris-Panthéon-Assas, 11 décembre 2024 

La bande dessinée connaît depuis les années 1990 un renouveau et une diversification remarquables. Que ce soit dans le domaine de la vulgarisation des sciences et des sciences humaines, des témoignages et documents, ou encore des enquêtes journalistiques, ce que l’on qualifie généralement de « bande dessinée du réel », de bande dessinée « documentaire » ou de non-fiction connait un succès qui ne se dément pas, sur un marché éditorial en croissance continue. La forme et le support bédéesques semblent se prêter à un éventail d’approches et de thématiques sans cesse plus large, en s’émancipant de l’illégitimité de ses origines (Boltanski, 1975 ; Maigret, 2014).

Au sein d’une production vaste et diversifiée, la bande dessinée de reportage représente un segment particulièrement dynamique, qui a contribué à renouveler la forme et le format de restitution d’enquêtes sur des sujets variés : politiques, environnementaux, sanitaires, ou encore géopolitiques. Les possibilités ouvertes par ce support sont a priori immenses, qui permettent notamment d’articuler objectivité et subjectivité, fiction et non-fiction. Les auteurs mettent généralement en avant des possibilités « augmentées » liées au dessin par rapport à l’enquête traditionnelle dans les médias, qu’elle soit écrite ou audiovisuelle. La création en 1994 du « Prix de la bande dessinée d’actualité et de reportage » par France Info participe par ailleurs d’une légitimation croissante de ce mode d’expression journalistique, tandis que plusieurs expositions et colloques universitaires lui ont récemment été consacrés.

Continuer la lecture de Appel à communication : Enquêter par la bande dessinée. Acteurs, publics et pratique journalistique (Assas, 11/12/2024)

Appel à contributions : L’animal dans le genre policier. Bande dessinée et film (revue Ex Professo)

L’animal dans le genre policier. Bande dessinée et film

Revue Ex Professo (fin 2024 / début 2025).

Date d’échéance : 15 mai 2024

Numéro dirigé par Dalal Mesghouni (Université d’El Oued, Algérie) et Fatima Seddaoui (Université Toulouse-Jean Jaurès, France).

Texte de l’appel :

Qu’il soit domestique ou sauvage l’animal est celui qui accompagne en général le héros dans un récit filmique ou bédéïque de genre policier. Parmi les références, on peut citer dans la série de bande dessinée polar, Blacksad  de Canales et Guarnido dans laquelle l’enquête policière met en scène uniquement dans le genre animation, comme personnages des animaux anthropomorphes ; l’excellent John Chatterton : ses célèbres enquêtes policières de Yvan Pommaux dans le genre thriller de jeunesse.  L’animal canin  y  est  aussi présent dans la bande dessinée  intitulée Sherlock Holmes – Tome 1, Le chien des Baskerville, qui a connu des adaptations en tout genre, parue en Juillet 2010, de Ian Edginton (Auteur), Arthur Conan Doyle (Auteur), I.n.j. Culbard (Illustrations) dont l’ancestrale malédiction d’un chien fantôme alimente l’intrigue policière. Il faut noter aussi la série intitulée, Le Perroquet des Batignolles de Stanislas, de Boujut et de Jacques Tardi, sortie en 2011, où les volatiles que ce soit perroquet, canard ou encore éléphant sont dessinés à l’image graphique. Continuer la lecture de Appel à contributions : L’animal dans le genre policier. Bande dessinée et film (revue Ex Professo)

Festival Plumes de Presse 2024 (Montpellier)

Festival Plumes de Presse – Journalisme, enquêtes et littérature

15 au 17 mai 2024

Saint-Charles, place Albert Ier – Université Paul -Valéry Montpellier 3

Organisé par Marie-Ève Thérenty (Université Paul Valéry Montpellier3, RIRRA21, IUF) avec Amélie Chabrier (Université de Nîmes, RIRRA21) pour la partie exposition et les activités ludiques et Christine Marcandier (Université Aix-Marseille et Seuil), Nicolas Le Flahec (Université de Bordeaux) et Adeline Wrona (Celsa, Paris-Sorbonne) pour la partie rencontres.

Présentation

Depuis une dizaine d’années, les rentrées littéraires sont marquées par des ouvrages d’écrivains-journalistes ou de journalistes-écrivains et par des prix littéraires attribués à des écrivains-journalistes. La littérature française s’ouvre de plus en plus à un genre littéraire qui semblait l’apanage des États-Unis : la non-fiction. Parallèlement la presse écrite, entrée en crise au moins depuis le développement d’internet, cherche une légitimité dans de nouvelles écritures. Enfin, en France, sont apparus aussi bien du côté de la presse, de la production éditoriale que du web, des dispositifs hybrides se rattachant à la fois à la littérature et à l’information : des mooks, des sites de journalisme narratif, des maisons d’édition…

C’est à ces phénomènes et à d’autres qui font bouger la frontière depuis longtemps poreuse entre journalisme et littérature que se consacre le festival Plumes de presse, à travers des expositions, des rencontres, des activités ludiques, des dédicaces, des conférences.

Partenaires : Université Paul-Valéry Montpellier 3, La Comédie du livre-10 jours en mai, RIRRA21, Unîmes, Institut Universitaire de France, ANR Polarisation, Libération, Sauramps.

Consulter le programme du Festival Plumes de Presse 2024

Appel à communications : Colloque anniversaire des 5 ans d’Intercripol. Chambres closes et ouvertures théoriques.

Colloque anniversaire des 5 ans d’Intercripol. Chambres closes et ouvertures théoriques.

7 et 8 novembre 2024

Université Jean Moulin Lyon 3

Date d’échéance : 15 juin 2024

Texte de l’appel :

On s’accorde généralement sur le fait que le roman policier est né avec la publication de « Double assassinat dans la rue Morgue », de Poe (1841) – inaugurant au passage l’un de ses sous-genres les plus emblématiques, le mystère en chambre close, au sein duquel des auteurs comme G. K. Chesterton, J. D. Carr, P. Halter ou E. Hoch rivaliseront de virtuosité, explorant méthodiquement toutes les combinatoires offertes par le principe d’un meurtre commis dans un espace fermé à double tour, dans lequel l’assassin n’a, à première vue, eu la possibilité ni de pénétrer ni de sortir. Le premier roman à énigme reposant tout entier sur ce principe est Le Mystère de Big Bow d’Israël Zangwill (1891) ; Gaston Leroux, avec Le Mystère de la chambre jaune (1907), donne ensuite ses lettres de noblesse à cette situation insoluble qui connaîtra ensuite d’infinies variations, tant du point de vue du lieu lui-même que de son extension. On passe ainsi, par exemple, d’une chambre à un grenier chez Ellery Queen, ou à une île chez Agatha Christie. Continuer la lecture de Appel à communications : Colloque anniversaire des 5 ans d’Intercripol. Chambres closes et ouvertures théoriques.

Appel à contributions : Intelligences artificielles, écrans, et réseaux dans la littérature et les médias de science-fiction pour la jeunesse

Intelligences artificielles, écrans, et réseaux dans la littérature et les médias de science-fiction pour la jeunesse

Date d’échéance : 01 juin 2024.

Texte de l’appel : 

Dans le cadre du colloque “Intelligences artificielles, écrans, et réseaux dans la littérature et les médias de science-fiction pour la jeunesse” organisé par M. Emmanuel Buzay et Mme Julie Roy à l’Université de Massachusetts à Amherst les 26 et 27 octobre 2023 en vue de la publication d’une anthologie aux éditions Artois Presse Université, un appel à contributions est lancé pour 2024.

Lorsque le média devient sujet de l’œuvre, la science-fiction se veut champ d’exploration des ambitions les plus folles d’avancées technologiques tout comme des inquiétudes les plus pressantes sur un futur « sous surveillance ». De la réalité virtuelle et augmentée aux réseaux sociaux, en passant par l’intelligence artificielle, les écrans et technologies sont de plus en plus utilisés comme dispositifs d’intrigue dans la SF pour la jeunesse. Dans de nombreux livres, séries, ou jeux vidéos de science-fiction jeunesse, les écrans sont utilisés comme un moyen de communication, de divertissement et de contrôle. Les personnages peuvent se connecter à des réseaux virtuels, naviguer sur des sites web futuristes et utiliser des hologrammes pour communiquer avec d’autres personnes. Continuer la lecture de Appel à contributions : Intelligences artificielles, écrans, et réseaux dans la littérature et les médias de science-fiction pour la jeunesse

PARUTION : QUÊTES, ENQUÊTES ET ROMAN NOIR

Iziar de Miguel, Quêtes, enquêtes et roman noir. De Didier Daeninckx à Kateb Yacine, Paris, L’Harmattan, 2023.

Présentation
Quêtes, enquêtes et roman noir relie les notions de roman policier métaphysique et de roman noir. Rattachant le genre policier à son lignage littéraire, cet essai analyse l’évolution du trope du flâneur en tant que marcheur méditatif, des Nuits de Paris de Rétif de la Bretonne jusqu’à son développement métaphysique par Walter Benjamin. L’approche déconstructive et intertextuelle des romans de Didier Daeninckx, Jean-Claude Izzo et Rachid Santaki renouvelle l’apport de la littérature engagée. Dominique Manotti, Maud Tabachnik, Virginie Despentes et Hannelore Cayre, ainsi que des auteurs nord-africains de renom comme Andrée Chedid, Kateb Yacine, Driss Chraïbi et Abdelkader Djemaï subvertissent le genre pour proposer des enquêtes innovatrices qui révèlent le tournant métaphysique de leurs romans.

PARUTION : LES BELLES ÉPOQUES DE DOMINIQUE KALIFA

Arnaud Dominique Houtte (dir), Les Belles époques de Dominique Kalifa, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 2024.

Le brutal décès de Dominique Kalifa, le 12 septembre 2020, a été un choc inattendu pour ses proches, ainsi que pour ses collègues, lecteurs et étudiants. Professeur d’histoire du XIXe siècle à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, auteur d’une œuvre importante et largement discutée en France et à l’étranger, Dominique Kalifa a laissé une empreinte marquante, tant par ses livres et ses enseignements que par son inventivité méthodologique et son charisme personnel.
Conçu comme un hommage scientifique et amical, cet ouvrage rassemble 31 contributions, la plupart présentées lors du colloque organisé en Sorbonne (9-11 décembre 2021) dont ce volume rassemble et enrichit les actes. Sous la plume d’historiennes et d’historiens de plusieurs générations et de plusieurs pays, ce livre propose un portrait de Dominique Kalifa à travers la présentation et l’exploration de son œuvre et de ses sujets de prédilection.


On y discute donc de la notion d’imaginaire social ; on s’interroge sur les limites chronologiques du XIXe siècle ; on réfléchit à ce que les historiens peuvent tirer des images et des sons. On y parle surtout d’enquête et de crime, d’amour et de chrononymes, de mauvais garçons et de jeunes libérées. De Marseille au Mexique en passant par l’Italie et le Japon, on croise La Joconde, La grande illusion et les Peaky Blinders. Et plane sur l’ensemble l’ombre de Fantômas.

Table des matières

Continuer la lecture de PARUTION : LES BELLES ÉPOQUES DE DOMINIQUE KALIFA

Appel à contributions : Le roman d’espionnage (revue Fixxion)

Le roman d’espionnage

Date d’échéance prolongée au 31 août 2024

 

Revue critique de fixxion française contemporaine, n°30 : « Le roman d’espionnage » 

Numéro coordonné par Chloé Chaudet et Alexandre Gefen

Texte de l’appel :

Scroll down for English version

« J’aimais Malko, le prince espion et pornographe de Gérard de Villiers, celui qui défendait l’Occident contre les Rouges » déclare Philippe Lançon dans Le Lambeau, lorsque sa blessure lui impose de se réfugier dans ses souvenirs. Mais rares sont les critiques de langue française osant, comme lui, faire une place à Gérard de Villiers (le créateur de SAS) ou à Jean et Josette Bruce (et leur héros OSS 117). Ne se réduisant pas à ces exemples bien connus, le roman d’espionnage constitue pourtant un genre à la fois extrêmement populaire, culturellement important et littérairement inventif. S’il s’avère moins canonisé que le roman policier ou le polar, les origines que l’on a pu lui attribuer ne sont pas moins nobles (L’Ancien Testament, L’Odyssée ou encore L’Art de la guerre). Et il n’est pas si difficile de montrer, à l’instar de Luc Boltanski dans Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes (Gallimard, 2012), qu’il engage une herméneutique du monde et du livre fondamentale pour la modernité occidentale, ou, tel Peter Szendy dans Sur écoute. Esthétique de l’espionnage (Minuit, 2007), qu’il expose des modes de perception originaux du devenir socio-historique. Continuer la lecture de Appel à contributions : Le roman d’espionnage (revue Fixxion)

Appel à contributions : Musées, galeries et collections à la loupe : enquêtes en milieu « muséal » dans la fiction, XIXe-XXIe s. (Nancy)

Colloque international : Musées, galeries et collections à la loupe: enquêtes en milieu “muséal” dans la fiction (XIXe-XXe siècles)

Organisé par Marine Le Bail ( Université Toulouse II Jean-Jaurès) et Marie-Clémence Régnier (Université d’Artois)

25-26 janvier 2024, Museum-Aquarium et Musée des Beaux-Arts, musées de la ville de Nancy

Échéance des propositions : 31 mai 2023

Comité scientifique : Jessica de Bideran, Cédric Hannedouche, Marine Le Bail, Dominique Pety, Marie-Clémence Régnier, Frédéric Sounac, Dominique de Font-Réaulx, Kenza-Marie Safraoui

Ce colloque s’inscrit dans la continuité de l’atelier de réflexion qui a eu lieu en partenariat avec le musée du Louvre le 28 janvier 2022.

Le 8 janvier 2021, Netflix lançait la série Lupin dont l’affiche met autant en valeur le héros de Maurice Leblanc que la pyramide du Louvre : à la clé, un succès planétaire à l’origine d’un sursaut spectaculaire des ventes impliquant le « gentleman cambrioleur ». En mars, l’institution parisienne inaugurait à son tour les « Enquêtes du Louvre », une série de podcasts reposant sur des histoires rocambolesques de forfaits liés au monde de l’art. Et comment ne pas penser à l’engouement extraordinaire que provoqua, en 2003, la parution du Da Vinci Code de Dan Brown, comme les aventures télévisées du fantôme de Belphégor, en 1965, ou celles d’Adèle Blanc-Sec (1978, 2010). L’exemple est emblématique mais il n’est pas unique. Il est frappant de constater qu’un point commun rassemble ces différentes références : le « Musée des musées », bien sûr, mais aussi la littérature au travers de genres et de récits variés que sont le roman policier, le récit d’aventure, le thriller ou encore la BD . À l’origine de ce projet, une observation et une hypothèse : d’une part, collections, galeries, musées et bibliothèques sont des lieux d’enquête par excellence, d’autre part, la littérature se situe au point de convergence de ces univers depuis leurs origines. Le projet de colloque international et de médiations culturelles envisagé sera donc consacré à l’analyse de ce phénomène au prisme d’une approche poétique, esthétique et sociologique : il placera au cœur de la réflexion les interactions entre les pratiques patrimoniales et les espaces muséaux considérés dans la littérature et vice versa, sous l’angle du récit de fiction en particulier .

Les propositions pourront notamment s’inscrire dans les axes suivants, sans s’y limiter :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Musées, galeries et collections à la loupe : enquêtes en milieu « muséal » dans la fiction, XIXe-XXIe s. (Nancy)

Parution : Critique n° 906, “Contre-enquêtes : faits divers et fiction”

Critique n° 906, “Contre-enquêtes : faits divers et fiction“, Paris, Minuit, 2022.

Le fait divers sanglant fascine. Non résolu, il passionne. Rien d’étonnant à ce que les écrivains s’en inspirent ou s’en emparent : de Stendhal à Truman Capote, ils ont été nombreux à mettre cet atout dans leur jeu. Mais le jeu lui-même est en train de changer. Qu’elle « fictionnalise » des crimes bien réels ou qu’elle rouvre des dossiers que l’on croyait depuis longtemps classés, toute une littérature d’aujourd’hui s’adonne à la contre-enquête.
Simple perpétuation, par d’autres moyens, d’une connivence invétérée ? Ou émergence d’une nouvelle relation entre écrivains et assassins – ce qu’on pourrait appeler, en souvenir de Borges, un « tournant inquisitorial » ?
L’affaire est instruite, dans cette livraison de Critique, par Blanche Cerquiglini, Pierre Judet de la Combe et Thierry Hoquet, avec l’aide de Pierre Bayard, orfèvre en « critique policière ».

Sommaire :

Blanche CERQUIGLINI : Le fait divers ou la monstruosité ordinaire

Thierry HOQUET : Le fait divers en roman

Pierre JUDET DE LA COMBE : Coupable, forcément coupable

ENTRETIEN

Pierre BAYARD : « Sophocle s’est trompé »


Bruno KARSENTI : Islam. L’ambivalence politique comme inquiétante étrangeté

Benjamin JOINAU : Corée-miroir, Corée-refuge. La Hallyu et nous

Aliocha WALD LASOWSKI : Soixante ans de James Bond au cinéma

NOTE

Henri SCEPI : Jean-Luc Steinmetz, une « discrétion accueillante »