Archives par mot-clé : engagement

Parution : Social Movements, Cultural Memory and Digital Media. Mobilising Mediated Remembrance

Merrill, Samuel, Keightley, Emily, Daphi, Priska (Eds.), Social Movements, Cultural Memory and Digital Media. Mobilising Mediated Remembrance, Palgrave, 2020. 

This collected volume is the first to study the interface between contemporary social movements, cultural memory and digital media. Establishing the digital memory work practices of social movements as an important area of research, it reveals how activists use digital media to lay claim to, circulate and curate cultural memories. Interdisciplinary in scope, its contributors address mobilizations of mediated remembrance in the USA, Germany, Sweden, Italy, India, Argentina, the UK and Russia.

Samuel Merrill is a Research Fellow at Umeå University’s Digital Social Research Centre in Sweden. His research interests concern social movements, cultural memory and digital media. He is author of Networked Remembrance: Excavating Buried Memories in the Railways Beneath London and Berlin (2017). 

Emily Keightley is Professor of Media and Memory Studies at the Centre for Research in Communication and Culture at Loughborough University, UK, and editor of the journal Media, Culture & Society. Her research focuses on memory, time and its mediation in everyday life. 

Priska Daphi is Professor of Conflict Sociology at Bielefeld University, Germany, and co-editor of the journal Social Movement Studies. She is author of Becoming a Movement: Identity, Narrative and Memory in the European Global Justice Movement (2017).

 

Parution : Alimentation et médias : vers une prise de parole engagée ? (Communication & Langages, n° 206)

Communication & Langages, 2020/4, n°206, « Alimentation et médias : vers une prise de parole engagée ? »

Dirigé par Jean-Jacques Boutaud, Camille Brachet, Kilien Stengel.

SOMMAIRE DU NUMÉRO

Sémio-politique et numérique

 

Appel à contributions : Presse et conflits dans les pays de langue romane

Presse et conflits dans les pays de langue romane

Dans le prolongement de la Journée d’Études qui s’est tenue à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, en novembre 2019, notre publication a pour ambition de revenir sur les rapports qui existent depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours entre la presse et les parties prenantes d’un conflit d’ordre diplomatique, socio-économique ou culturel. Elle nous donne l’occasion de faire dialoguer différents champs disciplinaires (histoire culturelle, sociale ou politique, linguistique, littérature et arts visuels) pour réfléchir sur l’importance et l’influence de la presse dans la représentation discursive ou sociétale de faits d’actualité bruts.

Argumentaire

Pour couvrir les crises et les conflits qui secouent le monde, les médias mobilisent au péril de leurs vies des professionnels aux multiples fonctions (correspondants de guerre, grands reporters, photographes) et des moyens techniques conséquents pour rendre compte d’une actualité brûlante, puis, dans un temps second, ils « créent l’événement ». Teinté de polémique, ce lieu commun rend manifeste un processus de configuration selon lequel les faits d’actualité sont façonnés par différentes instances qui, au terme d’un travail interprétatif, produisent une construction narrative chargée d’implicites et de présupposés. Continuer la lecture de Appel à contributions : Presse et conflits dans les pays de langue romane

Lucie Amir (Université de Limoges)

Ancienne élève de l’ENS de Lyon, Lucie Amir est doctorante contractuelle à l’Université de Limoges (ED Humanités, Laboratoire EHIC – EA1087). Elle prépare, sous la direction de Jacques Migozzi et de Natacha Levet, une thèse en littérature française sur les politiques du polar français de l’extrême-contemporain (2000-2018). Elle est, au titre de ses recherches et de son rattachement à l’Université de Limoges, membre du programme européen H2020 DETECt (2018 – 2021), qui rassemble douze universités européennes dans un projet de recherche portant sur les fictions criminelles européennes de 1989 à aujourd’hui.

CV en ligne

Recherche doctorale : Politiques des genres noirs contemporains : le sous-champ du polar français face à l’engagement (2000-2018).

Cette recherche veut explorer les rapports qu’entretient le polar français de l’extrême-contemporain avec la question de l’engagement littéraire, et veut faire l’état d’un sous-champ littéraire fortement polarisé par la question politique. Les genres noirs sont peu considérés dans les études théoriques et critiques sur l’engagement littéraire et sur le « retour au réel » (Viart 2008) contemporain de la littérature. Pourtant, l’espace générique et socio-économique que recouvre le terme « polar », et qui rassemble tous les héritiers des fictions criminelles françaises (roman noir, thriller, etc.) est aujourd’hui encore fortement tributaire du patronage de la littérature politisée des écrivains du néo-polar et de la « génération Poulpe », qui comptaient une majorité d’ex-militants issus de la gauche post-soixante-huitarde (Collovald et Neveu, 2001). Cette association entre roman noir et engagement politique est restée un leitmotiv des discours contemporains sur le genre. Décrit dans la presse comme une « littérature de décryptage », ou comme une « littérature de rebelles », le polar est spontanément appréhendé comme un genre contestataire, a minima ancré dans le réel et engagé dans la dénonciation des dysfonctionnements sociaux. Néanmoins, à la faveur d’un renouvellement éditorial amorcé au milieu des années 2000, on observe depuis lors une tension dans les pratiques qui incarnent le genre, entre une assignation persistante à porter des enjeux politiques et un retrait patent d’une partie des acteurs de la production contemporaine. Il s’agit de saisir ces inflexions, d’interroger la manière dont les écrivains français de polar envisagent aujourd’hui leur rôle, et celui de leur littérature, dans le monde social, de comprendre comment l’espace français du polar se reconfigure autour de cette question, celle de la définition d’un genre (de sa politique). L’étude s’attache en priorité aux politiques littéraires telles qu’elles s’expriment dans les discours des écrivains. Elle s’appuie sur l’analyse d’entretiens critiques et d’entretiens de recherche d’une part, d’un corpus romanesque significatif d’autre part, incluant les écrivains et les romans les plus reconnus par l’espace du polar depuis le début du siècle (parmi lesquels Fred Vargas, Caryl Férey, Franck Thilliez, Michel Bussi, Hervé Le Corre, Dominique Manotti, Pierre Lemaître, Nicolas Mathieu ou DOA).

Colloque : JdR et engagement

Deuxième conférence sur le jeu de rôle sur table : « Jeu de rôle : engagements et résistances »

16-18 juin 2017, Université de Paris XIII

 

 

 

Comité scientifique : Danièle André, Vincent Berry, Olivier Caïra, Pierre Cuvelier, Sébastien Célerin, Coralie David, Willy Favre, Julien Heylbroeck, Jérôme Larré, John Grümph, Isabelle Périer, Alban Quadrat, Olivier Servais, Frédéric Sintes, Vinciane Zabban.

Comité d’organisation : Danièle André, Vincent Berry, Alban Quadrat.

Programme

Vendredi 16 juin, La Chaufferie, Université Paris 13

09h30-10h00 : Accueil et ouverture

10h-10h30: Sanne Stijve « Adapter le jeu de rôle à l’enfant »

10h30-11h00: Christophe Chelabi « Formes et enjeux pédagogiques dans le jeu de rôle : (se) former, transmettre et apprendre pour co-construire le « savoir jouer » » Continuer la lecture de Colloque : JdR et engagement