Archives par mot-clé : enfance

Appel à contributions : Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album (Strenae n°22)

« Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album »

Strenae, n°22

Date de remise des propositions à strenae@revues.org accompagnées d’une courte biographie et bibliographie. (2000 à 3000 signes espaces et bibliographie comprises) : 17 mars 2022

Date de remise des articles complets (30 000 signes espaces et notes compris : 5 octobre 2022

Date de remise des versions corrigées des textes à la rédaction de Strenæ : 16 décembre 2022

Date de mise en ligne du numéro : 15 février 2023

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution d’un appel à contributions pour le n°22 de notre revue Strenæ. Dirigé par Dominique Perrin (Université Lyon 1/Inspé), avec l’appui d’Hélène Weis, le numéro s’intitulera Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album.

L’album sériel occupe une place centrale dans le champ de la littérature adressée à l’enfance, sous quelque jour qu’on l’appréhende : celui de l’histoire et de l’actualité, du rayonnement culturel et de l’histoire des formes, des luttes d’influence et des controverses éducatives. Il est au cœur des pratiques de lecture propres à l’enfance – des premiers livres partagés à la première autonomie des jeunes lecteurs. Il exemplifie les conditions générales de la création en littérature de jeunesse : discrétion relative et pluralité de la fonction auteur, importance de l’éditeur et des médiations adultes, mais aussi de l’équation des coûts de production et prix d’achat ; il exemplifie aussi les enjeux spécifiques de la tradition – au sens complexe de médiation, transmission et recréation des contenus culturels – aux premiers stades de l’échange littéraire. Aussi divers dans ses réalisations historiques que repérable dans ses grandes caractéristiques éditoriales, il emblématise, à sa manière, les singularités les plus irréductibles de la littérature d’enfance.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album (Strenae n°22)

Colloque : Habiter dans la littérature pour la jeunesse (Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse)

Habiter dans la littérature pour la jeunesse

Vendredi 15 et samedi 16 octobre 2021

Auditorium de la médiathèque Marguerite Yourcenar, 41 rue d’Alleray, 75015 Paris (Métro ligne 12 : Vaugirard ou Convention; Bus : 62, 88, 89, 95)

Sur inscription avant le 30 septembre 2021

organisé par le CRILJ (Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse)

« J’ai une maison/Pleine de fenêtres »

Dans les livres comme dans la vie, on habite, ici ou là, seul ou à plusieurs, des lieux réels ou imaginaires. En 2020-2021, le CRILJ met en place un ensemble d’actions qui questionnent la notion d’ « Habiter » et les représentations qui en sont données dans la littérature pour la jeunesse d’hier et d’aujourd’hui. Ce qui conduit à interroger l’espace en tant qu’espace de vie, du point de vue de ses habitants, parce qu’habiter c’est bien plus que se loger, c’est « être présent au monde et à autrui »  (Habiter, le propre de l’humain, sous la direction de Michel Lussault, Thierry Paquot et Chris Younès, La Découverte, 2007)

« Et des portes aussi/Faut le reconnaître »

Le colloque pluridisciplinaire Habiter dans la littérature pour la jeunesse se tiendra à Paris les 15 et 16 octobre 2021. Il réunira auteurs/illustrateurs, bibliothécaires, chercheurs, enseignants, libraires, médiateurs, pour un temps de réflexion et d’échange. Des organismes et associations présenteront les actions concrètes qu’ils mènent sur « Comment habiter ? » en mettant en relation le vécu et l’espace, l’être et le monde, en lien avec la lecture des enfants et des jeunes.

Continuer la lecture de Colloque : Habiter dans la littérature pour la jeunesse (Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse)

Parution : Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre

Marion Mas et Anne-Marie Mercier-Faivre (dir.) Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre, Classiques Garnier, « Rencontres », n°459, 2021

Cet ouvrage vise à définir la littérature de jeunesse à travers ses rapports avec la littérature dite « générale » en examinant comment certains écrivains, ayant écrit explicitement tantôt pour les enfants tantôt pour les adultes, investissent ces deux champs.

Parution : Human Evolution and Fantastic Victorian Fiction (Anna Neill)

Anna Neill, Human Evolution and Fantastic Victorian FictionRoutledge, 2021

Following the publication of Darwin’s On the Origin of Species, Victorian anthropology made two apparently contradictory claims: it distinguished « civilized man » from animals and « primitive » humans and it linked them though descent. Paradoxically, it was by placing human history in a deep past shaped by minute, incremental changes (rather than at the apex of Providential order) that evolutionary anthropology could assert a new form of human exceptionalism and define civilized humanity against both human and nonhuman savagery.

This book shows how fantastic Victorian and early Edwardian fictions—utopias, dystopias, nonsense literature, gothic horror, and children’s fables—untether human and nonhuman animal agency from this increasingly orthodox account of the deep past. As they imagine worlds that lift the evolutionary constraints on development and as they collapse evolution into lived time, these stories reveal (and even occupy) dynamic landscapes of cognitive descent that contest prevailing anthropological ideas about race, culture, and species difference.

Continuer la lecture de Parution : Human Evolution and Fantastic Victorian Fiction (Anna Neill)

Colloque : « La médiation autour du livre de jeunesse en Europe au XXIe siècle » (3e Biennale de littérature de jeunesse, BnF)

La médiation autour du livre de jeunesse en Europe au XXIe siècle

Colloque international 16 et 17 juin 2021

BnF et site universitaire de Gennevilliers

Troisième Biennale de la littérature de jeunesse (Master de littérature de jeunesse de l’INSPE del’Académie deVersailles -laboratoire EMA / BnF / CNLJ)

En 2021, la Bibliothèque nationale de France/Centre national de la littérature pour la jeunesses’associe avec le Master Littérature de jeunesse de l’université CY Cergy Paris pour la Troisième Biennale de la littérature pour la jeunesse. Cette rencontre permettra aux chercheurs et aux acteurs professionnels (bibliothécaires, éditeurs, libraires, enseignants, associations…) d’articuler leur réflexion autour des pratiques de médiation qui rendent accessibles aux jeunes lecteurs les objets culturels, sous forme papier ou numérique.

Entrée gratuite sur inscription

Continuer la lecture de Colloque : « La médiation autour du livre de jeunesse en Europe au XXIe siècle » (3e Biennale de littérature de jeunesse, BnF)

Appel à contributions : Théâtre et jeunesse au XIXe siècle (Cahiers Fablijes)

« Théâtre et jeunesse au XIXe siècle »

Cahier Fablijes

Échéance des propositions : 1er octobre 2021

Les Cahiers Fablijes sont la revue du séminaire de recherche la Fabrique des littératures des jeunesses, animé par Marion Mas (INSPE-Lyon 1) et Amélie Calderone (IHRIM-CNRS), dont le premier numéro doit paraître à l’automne prochain. Ce groupe de travail entend, dans une perspective interdisciplinaire, mettre au jour et explorer le laboratoire esthétique et pédagogique que put être la littérature de jeunesse au XIXe siècle. Pour son troisième numéro, dirigé par Marine Wisniewski (Lyon 2 – IHRIM), la revue se propose d’explorer les rapports entre théâtre et jeunesse.

Dans l’ouvrage qu’elle consacre à Léon Chancerel, fondateur de l’une des premières troupes professionnelles de théâtre pour la jeunesse dans les années 1930, le Théâtre de l’Oncle Sébastien, Maryline Romain affirme : « Jusqu’au début du XXesiècle, en dehors du cirque, du guignol et des théâtres d’ombres, il n’existe pas en France de théâtre spécifique pour la jeunesse. L’enfant-spectateur découvre le théâtre en famille à travers le répertoire « tout public » (vaudeville, opérettes, mélodrames) des théâtres de boulevard et des troupes ambulantes1 ». Nicolas Faure, auteur d’une thèse pionnière sur le théâtre de jeunesse contemporain, confirme ce propos, soulignant qu’avant le XXe siècle, l’enfant est « soit spectateur aux côtés des adultes, soit spectateur de ses pairs, c’est-à-dire d’autres enfants en représentation d’un théâtre pédagogique ou commercial2 ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Théâtre et jeunesse au XIXe siècle (Cahiers Fablijes)

  1. Maryline Romain, Léon Chancerel : portrait d’un réformateur du théâtre français (1886-1965), Lausanne, L’Âge d’homme, 2005, p. 246. []
  2. Nicolas Faure, Le Théâtre jeune public. Un nouveau répertoire, Rennes, PUR, 2009, p. 8. []

Parution : Children’s Literature in the Long 19th Century (dir. Catherine Butler, Ann Alston)

Catherine Butler, Ann Alston (dir.), Children’s Literature in the Long 19th Century, Routledge, 2021.

In this collection the multidimensional story of children’s literature in the formative period of the long nineteenth century is illuminated, questioned, and, in some respects, rewritten.
Children’s literature might be characterised as the love-child of the Enlightenment and the Romantic movements, and much of its history over the long nineteenth century shows it being defined, shaped, and co-opted by a variety of agents, each of whom has their own ambitions for it and for its child readership. Is children’s literature primarily a way of educating children in the principles of reason and morality? A celebration of the Rousseauesque child? A source of pleasure and entertainment? Women, both as writers and as nurturers involved at an intimate and daily level with the raising of children, recognised early and often very explicitly the multiple capacities of literature to provide entertainment, useful information, moral education and social training, and the occasionally conflicting nature of these functions.
This book was originally published as a special issue of Women’s Writing.

Table of Contents:

Introduction 1. The British Reception of Genlis’s Adèle et Théodore, Preceptive Fiction and the Professionalization of Handmade Literacies 2. The Metropolis and Female Citizenship in Mary Wollstonecraft’s Original Stories from Real Life 3. Satirical Conservatism in Catherine Ann Dorset’s Papillonades 4. « How One Subject Springs Out of Another! »: The Strickland Family and Early Nineteenth-Century Children’s Literature 5. « Marietza »: An Example of Catherine Maria Sedgwick’S Depiction of the « Other » in Her Books for Children 6. American Woman: Feminine Speech and the Reformation of National Identity through Female Community in Louisa May Alcott’s An Old-Fashioned Girl 7. The Empire Girl Goes to War: Bessie Marchant’s World War I Fiction

Parution : Fantasy et enfance (Cahiers Robinson n°49)

Cahiers Robinson n°49, « Fantasy et Enfance », sous la direction de Marie-Lucie Bougon, Justine Breton et Amelha Timoner, premier semestre 2021.

En littérature comme au cinéma, la fantasy accorde une place de choix aux enfants, qu’il s’agisse de les mettre en scène au Pays des Merveilles, dans un univers parallèle ou dans tout autre école de sorcellerie, ou de montrer comment l’on grandit quand le monde est peuplé de dragons. Les personnages d’enfants, garçons et filles d’apparence ordinaire mais recelant d’impressionnants pouvoirs, sont des héros privilégiés, vivant des aventures magiques où il est cependant question de transition vers l’adolescence ou l’âge adulte : l’enfance en fantasy ne serait-elle qu’un point de départ qu’il faut quitter ? Peut-on considérer qu’il existe une fantasy pour la jeunesse distincte de la fantasy pour adultes ? Ces questions sont approchées avec des études de grands classiques du genre, de corpus thématiques internationaux ou de la question de la réception de ces œuvres en bibliothèque. 

Continuer la lecture de Parution : Fantasy et enfance (Cahiers Robinson n°49)

Appel à communications : Les enfants mis en cases

Appel à communications : « Les enfants mis en cases »

Poitiers 21 octobre 2021 – Angoulême 11 mars 2022

La presse satirique, en particulier L’Assiette au Beurre avait consacré plusieurs numéros au « scandale » de Mettray, notamment en 1909, conçu comme un reportage visuel qui a marqué durablement les imaginaires sociaux de plusieurs générations. 

Très tôt, la bande dessinée s’est saisie de l’enfermement. Dans les années 1930, de chaque côté de l’Atlantique, des cellules, des prisons de fortune, des cages aussi enferment les héros que suit le public juvénile. Mais les maisons de corrections, colonies agricoles et pénitentiaires et autres établissements pour mineurs ont fait une entrée souvent discrète dans l’univers de la bande dessinée. Dans La profession du père, l’armoire de l’appartement est appelée « Maison de correction » ; dans Le fils de l’officier, il s’agit cette fois non pas d’un meuble mais d’un véritable « bagne pour enfants ». Dans un autre album, Le Bagne de la honte, Joachim, un enfant de 11 ans, se retrouve, en 1855, dans un centre pénitentiaire pour enfants.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les enfants mis en cases