Archives par mot-clé : enfance

Parution : L’Oiseau bleu, n° 2, “Les trois petits cochons et ses expansions hypertextuelles”

L’Oiseau bleu, n° 2, “Les trois petits cochons et ses expansions hypertextuelles”, 2022.

Introduction
Thierry CHARNAY et Bochra CHARNAY

Les trois petits cochons se racontent au féminin : Gender, stéréotypes et jeux parodiques
Christiane Connan-Pintado (TELEM Université Bordeaux Montaigne)

Les trois animaux dans leurs petites maisons : de l’oralité aux reconfigurations contemporaines : BD, publicité, dessin animé…   
Bochra Charnay (Alithila Université de Lille) 

Analyse sémio-anthropologique du conte les trois animaux dans leur petite maison : universaux biologiques et topologie
Thierry Charnay (Alithila Université de Lille) 

De la truie au sanglier chez Mme d’Aulnoy ou l’histoire de quelques cochons enrubannés
Marie-Agnès Thirard (Alithila Université de Lille)

La transgression des cadres dans les réécritures des Trois petits cochons de Jon Scieszka, Lane Smith et David Wiesner.
Nadège Langbour (Labo 3L.AM, Université du Mans)

Les Trois Petits Pourceaux : Une tradition française oubliée et réinventée
Gaëlle Le Guern-Camara (Cerilac Paris Sorbonne)

Varia

Kirill Chekalov (Institut de la Littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie)
Jeux interdits, jeux autorisés : autour de l’œuvre romanesque de la comtesse de Ségur

Květuše Kunešová (Faculté de pédagogie, Université Hradec Kralové, République tchèque)
Le mythe de l’eau dans Jeanne, fille du roy de Suzanne Martel

Recension 

Nadège LANGBOUR (Labo 3LAB, Université du Mans)
Alain Montandon, Mélusine et Barbe-Bleue – Essai de sociopoétique, Paris, Honoré Champion, 2018.

Sommaire

Lire en ligne

Parution : Cahiers Robinson n° 51, “Ces petites filles qui lisent”

Cahiers Robinson, n° 51, “Ces petites filles qui lisent”, Artois Presses Université, 2022. 

Les récits, littéraires comme audiovisuels, multiplient les personnages de jeunes lectrices, dont l’identité se définit, ou même se résume à ce rapport privilégié aux livres et au savoir. Certaines sont passées à la postérité, comme Jo March, Hermione ou Matilda, et incarnent à elles seules ce motif littéraire de « la fille qui lit ».

Le fait qu’un personnage féminin lise, – souvent avec plaisir et régularité -, joue un rôle narratif essentiel dans ces œuvres où les héroïnes utilisent leurs lectures pour dynamiser le récit et venir à bout de périls variés, selon l’idée « scientia potentia est ». Car les filles lisent aussi autre chose que des romans et des contes, et emploient ce goût éclectique pour s’émanciper, aider leurs amis ou même sauver le monde.

Sommaire « Ces petites filles qui lisent »

Introduction – Justine Breton 

Enjeux intertextuels et métatextuels dans Matilda de Roald Dahl : portrait d’une lectrice idéale – Florence Casulli 

Hermione Granger ou les multiples facettes de l’héroïne lectrice du monde de Harry Potter – Marie-France Burgain

Jo March, héroïne littéraire et modèle d’identification – Priscille Croce

Aléthiomètre et mains d’animiste : lectrices atypiques dans À la croisée des mondes et La Passe-miroir – Amelha Timoner

Les paradoxes de la jeune lectrice dans la littérature de jeunesse : entre marginalisation et héroïsation de la lectrice – Nadège Langbour

Images de fillettes lectrices dans l’album pour la jeunesse : du stéréotype au motif littéraire – Christiane Connan-Pintado

Lire pour se réinventer : ce que re-content les réécritures du Petit Chaperon rouge – Pascale Hellégouarc’h

Formes et uniformes de la lectrice à l’écran : représentation, monstration et identification – Vincent Baudart

Les filles veulent tout simplement lire des bandes dessinées : la déconstruction des stéréotypes et des formats dans Flora & Ulysse – Eva Van de Wiele

À l’école de la joie. Une étude de Rebecca of Sunnybrook Farm, A Little Princess et Anne of Green Gables – Marguerite Mouton

L’amour des livres et l’éthique de la reconnaissance dans A Little Princess de Frances Hodgson Burnett – Tessa Ashlin Nunn

La vulgarisation des sciences à destination des fillettes au XIXe siècle : une fiction spécifique – Catherine Borot Alcantara

Ces petites filles qui ne lisent pas : les jeunes lectrices contrariées des classes populaires – Victoria Pleuchot

Couverture (PDF)

Appel à contributions : La Littérature avant la lettre. L’album pour enfants devant la théorie littéraire (Fabula LhT)

Appel à contributions : “La Littérature avant la lettre. L’album pour enfants devant la théorie littéraire“,  revue Fabula-LhT (littérature, histoire, théorie.

Sous la direction de Cécile Boulaire et Dominique Perrin

Discret pour différentes raisons dans l’histoire littéraire, l’album constitue depuis un siècle le point de départ de multiples trajectoires de lecteurs et lectrices. Il se situe « aux commencements » de l’expérience littéraire et en consacre la possibilité, avant l’accès à la lecture autonome. Des écrivains d’horizons variés attestent son caractère initiatique : À l’ombre des jeunes filles en fleurs donne un puissant relief au souvenir d’une page de la série Mademoiselle Lili de P.-J. Stahl, alias Pierre-Jules Hetzel. Paul Auster place au cœur de sa réflexion autobiographique les contes en images de Beatrix Potter, associés à la médiation maternelle. Annie Le Brun déclare n’être « jamais vraiment revenue » de la découverte de La Belle au bois dormant sous forme d’album pop up à l’âge de six ou sept ans ; l’écrivain argentin César Aira évoque une expérience inaugurale touchant au « corps du livre »1. La littérature « en albums » est aujourd’hui entrée dans les représentations collectives, où elle conserve cependant le statut d’un continent à part. Ce dossier de Fabula-LhT souhaite contribuer à l’intégrer au champ des études littéraires, sous l’angle de l’histoire comme sous celui de la poétique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La Littérature avant la lettre. L’album pour enfants devant la théorie littéraire (Fabula LhT)

  1. Marcel PROUST, À la recherche du temps perdu, t. I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1987-1989, p. 582-583 — voir Isabelle NIÈRES-CHEVREL, « Proust et la petite serre de Mlle Lili », dans Bulletin d’informations proustiennes, n° 41, automne 2011, p. 139-142 ; Paul AUSTER, Report from the interior, New York, Henry Holt & Company, 2013, p. 19 ; Annie LE BRUN, Un espace inobjectif, Paris, Gallimard, 2019 ; César AIRA, Le Tilleul, trad. Christilla Vasserot, Paris, Christian Bourgois, 2021. []

Parution : Cent cinquante ans de photolittérature pour les enfants (Laurence Le Guen)

Laurence Le Guen, Cent cinquante ans de photolittérature pour les enfants, MeMo, 2022. 

Préface de Michel Defourny

Au 19e siècle naît la photographie moderne, qui n’a, dès lors, cessé d’investir le livre. Genre longtemps méconnu, parfois mésestimé, la photolittérature est pourtant prisée des enfants, et de nombreux artistes s’essaieront à l’exercice.

De 1886 à 2021, ces livres sont les témoins de leur époque, des courants pédagogiques, esthétiques et politiques, mais aussi des avancées techniques de ce médium. Photographes amateurs ou de renom — Robert Doisneau, Ylla, André Kertész, Ergy Landau, Sarah Moon — s’empareront de ce format. Leur travail côtoie les textes d’auteurs reconnus — Marcel Aymé, Maurice Genevoix, Jacques Prévert, Susie Morgenstern, Timothée de Fombelle — et, ensemble, ils créent des œuvres surprenantes.

Ce parcours dans cent cinquante ans de littérature photo-illustrée européenne et nord-américaine vous fera découvrir un pan passionnant de l’édition de livres pour enfants.

Laurence Le Guen est docteure en littérature française, chercheure associée au Greces-Cellam, Université Rennes 2

 

Parution : Mémoires d’enfance (dir. SYLVIE MOUYSSET, DANIÈLE TOSATO-RIGO)

Sylvie Mouysset, Danièle Tosato-Rigo (dir.), 2021, Mémoires d’enfance, Portet-sur-Garonne, Éditions Midi-Pyrénéennes.

Entre réminiscences – joyeuses ou mélancoliques, douloureuses de temps à autre – et invention de soi, que nous reste-t-il de l’enfance ? À cette question apparemment simple, cet ouvrage apporte des réponses inédites, résolument interdisciplinaires, dans le sillage des recherches pionnières de Philippe Ariès. Aux regards d’historiennes et d’historiens font écho ceux du magistrat, du médecin, de la pédopsychiatre ou psychologue, de l’artiste ou de la commissaire d’exposition. Des autobiographies, journaux, correspondances et dossiers administratifs qui sont scrutés ici émerge une mémoire plurielle de l’enfance, construite par ses acteurs : enfants, petits et grands, mais aussi parents, éducateurs et autres professionnels des premières années de vie. Embrassant largement l’Europe et inscrits dans le temps long, du XVIIIe siècle à nos jours, ces regards croisés permettent d’observer et comparer des situations, des comportements, des tactiques et stratégies qui font fi des ruptures et continuités traditionnelles pour entrer en résonance avec notre monde contemporain.

Premières pages 

Journée d’études : Contes et comptines en habits neufs. La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie.

Journée d’études : Contes et comptines en habits neufs. La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie.

Vendredi 11 mars 2022, U Rennes 2

En 1869, Jules Alexandre Marinier réalise 6 vues stéréoscopiques du Petit Chaperon rouge. En 1893, Mary Ann Bartlett photographie ses enfants pour illustrer son recueil de comptines et fabulettes anglo-saxonnes Mother Goose 93, offrant ainsi un nouveau visage à Georgie Porgie et Little Miss Muffet. Dans les années 1930, à Sydney, la Cinesound Productions Ltd. propose une nouvelle version du conte Boucle d’or et les trois ours, avec des photographies de trois koalas. Dans les années 1980, Sarah Moon plonge son Chaperon rouge dans les rues sombres d’une ville moderne, William Wegman habille ses chiens pour figurer Cendrillon et ses demi-sœurs et en 1998 les éditions Passage Piétons donne à la comptine Promenons nous dans les bois un décor très urbain.

Depuis l’invention du médium, les photographes ont investi le patrimoine commun de la littérature et de la culture enfantines pour proposer leurs propres « illustrations », « re-créations », « interprétations », « relectures » des rhymes, formulettes et contes hérités de la tradition orale.

Cette journée d’étude ambitionne ainsi de rassembler des études portant sur ces ouvrages européens et américains inscrits dans un réseau de créations autour d’œuvres patrimoniales. Nous nous demanderons comment elles deviennent des œuvres à part entière et comment elles font lien avec celles qui les ont précédées. Nous questionnerons les stratégies éditoriales privilégiées au moment de ces réactualisations de l’héritage littéraire et culturel, ainsi que le choix de corpus réédité. Nous examinerons comment l’usage de la photographie reconfigurent le récit et les personnages. Enfin, nous tenterons d’évaluer comment l’illusion de réalité que la photographie porte en elle influe sur la réception de ces créations.

Continuer la lecture de Journée d’études : Contes et comptines en habits neufs. La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie.

Parution : Petits soldats dans la Grande Guerre. Les combattants juvéniles dans la littérature française entre 1914 et 1918 (Daniel Aranda)

Daniel Aranda, Petits soldats dans la Grande Guerre. Les combattants juvéniles dans la littérature française entre 1914 et 1918, Presses Universitaires de Lyon, 2022. 

Disponible au format numérique sur OpenEdition

Entre 1914 et 1918, la littérature populaire et de jeunesse met régulièrement en scène des enfants et des adolescents qui aspirent à se battre contre l’ennemi allemand. Leur engagement est poutant illicite : l’âge minimum requis pour rejoindre l’armée est de 17 ans.

Victime, fugueur, vengeur, frondeur, le personnage du combattant juvénile est d’autant plus apprécié du public que les romanciers savent tirer parti du patriotisme propre à la période. Mais ces auteurs cherchent également à peser sur l’opinion des lecteurs, sur leurs convictions. Entre littérature et propagande, ils rusent alors avec les contraintes réglementaires pour justifier les actions de leurs jeunes héros.

Exhumant un corpus de romans, nouvelles, contes journalistiques ou historiettes, dont une grande partie, publiée dans des périodiques, était tombée dans l’oubli, Daniel Aranda propose dans cet ouvrage une analyse de ce personnage politiquement incorrect qu’est l’enfant-soldat. Véritable métaphore de la France en danger de mort des premiers mois du conflit, ce dernier sera concurrencé puis supplanté par la figure du « poilu », représentatif de la guerre de position des années suivantes. Une anthologie vient compléter cette étude, offrant à la lecture une trentaine de ces textes jusqu’alors introuvables.

Daniel Aranda est agrégé en lettres, docteur en littérature générale et comparée et maître de conférences en langue et littérature françaises à l’Université de Nantes. Il est également membre du Centre de recherche en éducation de Nantes (CREN EA2661). Il interroge la notion de personnage à travers les phénomènes de récurrence romanesque et de morphogenèse dans le domaine du conte populaire.

Appel à contributions : Dynamiques des espaces & leurs significations dans les fictions pour la jeunesse (Université de Lille)

Colloque International : Dynamiques des espaces & leurs significations dans les fictions pour la jeunesse

14 et 15 novembre 2022, Maison de la recherche, Université de Lille

Organisé par Bochra Charnay & Thierry Charnay

Selon Gérard Genette : « Aujourd’hui la littérature, la pensée, ne se dit plus qu’en termes de distance, d’horizon, d’univers, de paysage, de lieu, de site, de chemins et de demeure : figures naïves, mais caractéristiques, figures par excellence, où le langage s’espace, en lui, devenu langage, se parle et s’écrive »[1] ; c’est dire l’importance de l’espace dans tous les genres de la fiction. Le continuum spatial, l’étendue en quelque sorte, est découpé en portions d’espace, les topoï, ou lieux, identifiables par les actions qui s’y déroulent ; ce qui s’y passe définit le topos mais également ce qu’on en fait quand il est considéré comme objet transmissible ou à atteindre. 

Les livres de jeunesse et les albums pour enfants, où la spatialité dynamique est signifiante, sont innombrables et le chercheur n’a que l’embarras du choix. De même, l’espace, son organisation, sa répartition, son occupation par les sujets, joue un rôle fondamental dans la signification des objets sémiotiques planaires : bande dessinée, illustrations, notamment. Alice descend dans un monde chtonien en poursuivant un lapin blanc dans son terrier qui n’est autre que le pays des merveilles où la logique, les règles du monde de surface sont subverties, le rêve et la réalité confondus. « Piter Pan »[2] sort par la fenêtre et s’envole en chemise de nuit par-dessus les maisons vers les jardins de Kensington, puis vers l’île de la Serpentine, découvrant au contraire d’Alice un monde aérien. Chacun, Alice et Piter, en quittant leur espace familier, découvrent d’autres espaces imaginaires angoissants et souvent dysphoriques, pour ne prendre que les exemples les plus célèbres. Dans un conte tunisien, le sultan donne à ses fils la quête suivante sous forme d’énigme afin de décider qui lui succèdera : « Qui veut arriver là où est arrivé son père ? »[3], avec la sanction : « S’il arrive là où je suis arrivé, il gouvernera à ma place, sinon je l’enfermerai lui et son cheval dans une écurie et je lui donnerai du foin ! »[4] Ce qui les contraint à partir pour un ailleurs qu’ils ne connaissent pas, dont ils n’ont pas idée.  Ceux qui prennent l’énoncé en son sens dénotatif (chercher un lieu) perdent, seul celui qui comprend son sens connotatif triomphe. Comme l’écrit Roland Barthes : « Topologiquement, la connotation assure une dissémination (limitée) des sens, répandue comme une poussière d’or sur la surface apparente du texte (le sens est d’or). »[5] Ici, la réussite donne donc le pouvoir et la liberté, l’échec conduit à l’humiliation et au confinement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Dynamiques des espaces & leurs significations dans les fictions pour la jeunesse (Université de Lille)

Appel à contributions : Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album (Strenae)

Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album“, Strenae, n°23, 2023

Échéance des propositions : 17 mars 2022

L’album sériel occupe une place centrale dans le champ de la littérature adressée à l’enfance, sous quelque jour qu’on l’appréhende : celui de l’histoire et de l’actualité, du rayonnement culturel et de l’histoire des formes, des luttes d’influence et des controverses éducatives. Il est au cœur des pratiques de lecture propres à l’enfance – des premiers livres partagés à la première autonomie des jeunes lecteurs. Il exemplifie les conditions générales de la création en littérature de jeunesse : discrétion relative et pluralité de la fonction auteur, importance de l’éditeur et des médiations adultes, mais aussi de l’équation des coûts de production et prix d’achat1 ; il exemplifie aussi les enjeux spécifiques de la tradition – au sens complexe de médiation, transmission et recréation des contenus culturels – aux premiers stades de l’échange littéraire. Aussi divers dans ses réalisations historiques que repérable dans ses grandes caractéristiques éditoriales, il emblématise, à sa manière, les singularités les plus irréductibles de la littérature d’enfance.

Il n’est dès lors pas surprenant que cet objet conserve un statut incertain dans le procès de légitimation – au double sens de mouvement historique et de litige idéologique et culturel – du champ dont il relève. Il est plus étonnant que sa constitution en tant qu’objet d’étude apparaisse toujours en suspens, alors que la littérature de jeunesse a conquis dans son ensemble le statut d’objet de savoir et de questionnement. Les historiens et sociologues du livre, de la lecture et de la culture, les chercheurs en sciences de la communication et plus exceptionnellement les représentants d’autres disciplines contribuent à construire un regard scientifique sur l’album sériel pour enfants. Dans le cadre des études littéraires cependant, ce pan à la fois étendu et significatif de la culture enfantine fait essentiellement l’objet de mentions contextualisantes, à la périphérie de panoramas et de monographies centrés sur des critères de reconnaissance complexes, en tout état de cause peu compatibles avec les ancrages les plus populaires – aux sens médiologique et sociologique du terme – de la sérialité.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album (Strenae)

  1. Voir les synthèses proposées sur ces différents aspects dans Jean-François Massol, François Quet (dir.), L’auteur pour la jeunesse, de l’édition à l’école, PU de Grenoble, 2011. []

Appel à communications : Festival le haut du livre (Université de lorraine)

Journée d’étude : 6ème édition du festival Le Haut du Livre autour de la littérature de jeunesse, organisé par l’association Doxa Vita.

8 avril 2022, Nancy

Échéance des propositions : 5 février 2022

Le festival Le Haut du Livre, parrainé par Daniel Picouly, se déroulera sur trois journées : une journée d’étude organisée sur le Campus Lettres et Sciences Humaines (Nancy) et un weekend au sein de la MJC HautduLièvre. Le festival, accessible gratuitement, s’articule principalement autour des thématiques de la littérature jeunesse et du spectacle vivant.

L’invitée d’honneur pour cette nouvelle édition du festival est Christine NaumannVillemin. La journée d’étude sera organisée dans la matinée du vendredi 8 avril 2022 et aura pour objectif de découvrir l’œuvre de cette auteure et d’échanger autour de la question de la littérature jeunesse. Étudiants, doctorants, professeurs et toute personne intéressée par ces questionnements pourront assister à cette rencontre. Pour clôturer cette journée d’étude, un concert pédagogique sera proposé dans l’aprèsmidi par les apprentis CFA « Métiers des arts de la scène » de l’Opéra de Nancy avec lesquels nous sommes en partenariat, au sein de la MJC du Haut du Lièvre.

Le festival se poursuit sur le weekend du 9 et 10 avril 2022 à la MJC du HautduLièvre. Le public pourra y rencontrer les auteurs invités dont Christine NaumannVillemin et Daniel Picouly, mais aussi les illustrateurs et les maisons d’édition présents et échanger avec eux. Durant le weekend, ateliers et spectacles vivants seront proposés afin de diversifier les activités.

Thématique et critères de sélection : Nous souhaitons orienter notre journée d’étude sur l’analyse de l’acceptation des émotions par les enfants et comment ce processus est mis en situation dans toute l’œuvre de Christine NaumannVillemin. Nous pouvons élargir l’enjeu de cette problématique en questionnant la place des parents autour de cette question de la légitimité des enfants à ressentir leurs émotions. En cela, notre appel à communication s’adresse à des doctorants et enseignants chercheurs de domaines de recherche variés. De nombreuses disciplines sont les bienvenues : la littérature, la sociologie, la philosophie et la psychologie. Aucun corpus de texte n’est imposé. Le choix des œuvres étudiées est donc laissé libre aux enseignants chercheurs et doctorants intéressés par ce projet.

La longueur attendue des propositions : De 600 à 1000 signes.

Calendrier : Les propositions d’étude sont à envoyer par mail avant le 5 février 2022. Nous donnerons notre réponse quant aux propositions retenues mifévrier 2022.

Comité scientifique et organisateur : Le comité sera composé des étudiants et étudiantes de l’association Doxa Vita mais aussi d’enseignants chercheurs du laboratoire de recherche Littérature Imaginaire et Société (LIS) de l’UFR ALLNancy.

Présentation des propositions : Au cours de la journée d’étude, les enseignants chercheurs et doctorants ayant répondu à l’appel à communication et dont les propositions auront été retenues seront invités à présenter leur travail au cours d’une présentation d’environ 10 à 20 minutes. Chaque présentation sera suivie d’une discussion avec l’auditoire présent le 8 avril. Il sera possible d’utiliser des supports de diffusion et des moyens de communication pour favoriser la présentation des propositions (un court PowerPoint par exemple).

Nous insistons sur le fait que cet appel à communication s’adresse aux enseignants chercheurs et aux doctorants du Campus Lettres et Sciences Humaines. Vos connaissances et votre implication nous sont nécessaires pour mener à bien cette journée d’étude. Enfin, il est intéressant que doctorants, enseignants chercheurs et étudiants s’associent pour enrichir ce projet et montrer la cohésion qui existe entre les différents niveaux d’étude au sein du Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy.

URL : https://www.lehautdulivre.com/