Archives par mot-clé : enfance

Parution : Children’s Literature in the Long 19th Century (dir. Catherine Butler, Ann Alston)

Catherine Butler, Ann Alston (dir.), Children’s Literature in the Long 19th Century, Routledge, 2021.

In this collection the multidimensional story of children’s literature in the formative period of the long nineteenth century is illuminated, questioned, and, in some respects, rewritten.
Children’s literature might be characterised as the love-child of the Enlightenment and the Romantic movements, and much of its history over the long nineteenth century shows it being defined, shaped, and co-opted by a variety of agents, each of whom has their own ambitions for it and for its child readership. Is children’s literature primarily a way of educating children in the principles of reason and morality? A celebration of the Rousseauesque child? A source of pleasure and entertainment? Women, both as writers and as nurturers involved at an intimate and daily level with the raising of children, recognised early and often very explicitly the multiple capacities of literature to provide entertainment, useful information, moral education and social training, and the occasionally conflicting nature of these functions.
This book was originally published as a special issue of Women’s Writing.

Table of Contents:

Introduction 1. The British Reception of Genlis’s Adèle et Théodore, Preceptive Fiction and the Professionalization of Handmade Literacies 2. The Metropolis and Female Citizenship in Mary Wollstonecraft’s Original Stories from Real Life 3. Satirical Conservatism in Catherine Ann Dorset’s Papillonades 4. « How One Subject Springs Out of Another! »: The Strickland Family and Early Nineteenth-Century Children’s Literature 5. « Marietza »: An Example of Catherine Maria Sedgwick’S Depiction of the « Other » in Her Books for Children 6. American Woman: Feminine Speech and the Reformation of National Identity through Female Community in Louisa May Alcott’s An Old-Fashioned Girl 7. The Empire Girl Goes to War: Bessie Marchant’s World War I Fiction

Parution : Fantasy et enfance (Cahiers Robinson n°49)

Cahiers Robinson n°49, « Fantasy et Enfance », sous la direction de Marie-Lucie Bougon, Justine Breton et Amelha Timoner, premier semestre 2021.

En littérature comme au cinéma, la fantasy accorde une place de choix aux enfants, qu’il s’agisse de les mettre en scène au Pays des Merveilles, dans un univers parallèle ou dans tout autre école de sorcellerie, ou de montrer comment l’on grandit quand le monde est peuplé de dragons. Les personnages d’enfants, garçons et filles d’apparence ordinaire mais recelant d’impressionnants pouvoirs, sont des héros privilégiés, vivant des aventures magiques où il est cependant question de transition vers l’adolescence ou l’âge adulte : l’enfance en fantasy ne serait-elle qu’un point de départ qu’il faut quitter ? Peut-on considérer qu’il existe une fantasy pour la jeunesse distincte de la fantasy pour adultes ? Ces questions sont approchées avec des études de grands classiques du genre, de corpus thématiques internationaux ou de la question de la réception de ces œuvres en bibliothèque. 

Continuer la lecture de Parution : Fantasy et enfance (Cahiers Robinson n°49)

Appel à communications : Les enfants mis en cases

Appel à communications : « Les enfants mis en cases »

Poitiers 21 octobre 2021 – Angoulême 11 mars 2022

La presse satirique, en particulier L’Assiette au Beurre avait consacré plusieurs numéros au « scandale » de Mettray, notamment en 1909, conçu comme un reportage visuel qui a marqué durablement les imaginaires sociaux de plusieurs générations. 

Très tôt, la bande dessinée s’est saisie de l’enfermement. Dans les années 1930, de chaque côté de l’Atlantique, des cellules, des prisons de fortune, des cages aussi enferment les héros que suit le public juvénile. Mais les maisons de corrections, colonies agricoles et pénitentiaires et autres établissements pour mineurs ont fait une entrée souvent discrète dans l’univers de la bande dessinée. Dans La profession du père, l’armoire de l’appartement est appelée « Maison de correction » ; dans Le fils de l’officier, il s’agit cette fois non pas d’un meuble mais d’un véritable « bagne pour enfants ». Dans un autre album, Le Bagne de la honte, Joachim, un enfant de 11 ans, se retrouve, en 1855, dans un centre pénitentiaire pour enfants.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les enfants mis en cases

Parution : Ondina Ondine, n° 5: « Sentiments et émotions dans les fictions pour la jeunesse »

Bochra Charnay et Thierry Charnay (dir.), Ondina Ondine, n° 5 : « Sentiments et émotions dans les fictions pour la jeunesse », Université de Saragosse, Espagne, 2021.

Sommaire 

Présentation

Bochra Charnay et Thierry Charnay

Première partie : Le dicible 

Christiane Connan-Pintado, « Du conte au théâtre contemporain pour la jeunesse ou De la mise en scène des émotions »

Bochra Charnay, « La quête de la peur : du conte de tradition orale aux albums pour l’enfance »

Warayanssa Mawoune, « La peur comme stratégie dissuasive et d’éducation sentimentale dans les contes pour jeune fille au Nord-Cameroun ». Continuer la lecture de Parution : Ondina Ondine, n° 5: « Sentiments et émotions dans les fictions pour la jeunesse »

Parution : Littérature de jeunesse : la construction du lecteur

Nadège Langbour, Littérature de jeunesse: la construction du lecteur, L’Harmattan, collection « Prix Scientifique L’Harmattan », 2020.

La littérature de jeunesse joue un rôle essentiel dans la construction du jeune lecteur parce qu’elle s’adresse aux lecteurs de demain : elle tente à la fois d’aiguiser leurs goûts littéraires et leurs compétences de lecture, Elle met régulièrement en scène le personnage du lecteur sous les traits de l’enfant ou de l’adolescent : pour sublimer l’acte de lire mais aussi fictionnaliser les pratiques de la lecture qui vont de l’identification au personnage par le « lisant » à l’interprétation herméneutique des textes par le « lectant ».

L’étude compare vingt fictions françaises et étrangères destinées à un jeune lectorat. Elle s’intéresse à cette problématique complexe, embrassant dans un même mouvement la dimension métaréflexive et intertextuelle de la littérature de jeunesse, la question de la représentation du lecteur et de la lecture et les transpositions didactiques de ces réflexions qui peuvent être concrètement réalisées en classe.

Entre théorie et pratique pédagogique, cet essai sur « la construction du lecteur dans et par la littérature de jeunesse » invite à penser la construction de l’enfant lecteur. Mais il propose de repenser la posture des lecteurs prescripteurs de littérature de jeunesse qui trouveront dans cette littérature une fontaine de jouvence pour renouveler leur plaisir de lecteur et réinventer leur statut de médiateur entre le livre et l’enfant.

Un essai qui donne envie de lire et de faire lire. Un hommage à la littérature de jeunesse et à son remarquable essor.

Llittérature de jeunesse: la construction du lecteur, ouvrage de Nadège Langbour, a été lauréat du Prix scientifique L’Harmattan 2019. Continuer la lecture de Parution : Littérature de jeunesse : la construction du lecteur

Parution : Topor et le cinéma

Daniel Laforest, Topor et le cinéma, Nouvelles Éditions Place, « Le cinéma des poètes, 2020. 

Roland Topor a été dessinateur, écrivain, plasticien, illustrateur, peintre, chroniqueur satiriste, décorateur scénique, marionnettiste, scénariste télévisuel. Or, lui qui se moquait des clivages artistiques a entretenu une méfiance singulière vis-à-vis du cinéma. Mais comme le génie du dilettantisme tient dans la contradiction, la méfiance ne l’a pas empêché de déployer une vaste activité en lien avec le monde cinématographique. D’abord à travers des commandes publicitaires, puis des projets d’animation, enfin l’adaptation par Roman Polanski de son premier roman. En parallèle sont apparues des co-scénarisations, quelques seconds rôles et une pléthore de figurations. Activités auxquelles la coréalisation en 1989 d’un film remarqué,  quoique encore mal compris, a apporté le point d’orgue. La rencontre de Topor et de l’art cinématographique évoque celle de l’enfance et du jouet. Celui-ci instille en effet dans le cinéma un poison qui le secoue, un certain ébahissement de l’enfance qui a autant partie liée avec le rire aux éclats qu’avec les terreurs nocturnes.

Daniel Laforest est professeur d’études françaises et culturelles à l’Université de l’Alberta. Il est l’auteur de L’Archipel de Caïn : Pierre Perrault et l’écriture du territoire et de L’Âge de plastique : lire la ville contemporaine au Québec.

Parution : La littérature de jeunesse par ses textes

Bénédicte Milland-Bove et Marie Sorel, La littérature de jeunesse par ses textes, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2020. 

Le présent manuel propose une immersion en littérature de jeunesse – univers bien moins lisse et rassurant qu’il n’y paraît. À travers des extraits de genres, d’époques et d’aires géographiques variés, il offre des repères contextuels, des outils théoriques et des pistes méthodologiques pour analyser les textes de littérature de jeunesse. 

L’étude à la loupe de « classiques » et de textes moins connus, du XVIIIe siècle à nos jours, met en évidence les évolutions, les spécificités et les visées (éducatives, morales, récréatives, esthétiques) de la littérature de jeunesse. À qui est destiné le texte de jeunesse ? Sur quelles conceptions de l’enfance et de l’adolescence repose-t-il ? Quelles normes et quels stéréotypes contribue-t-il à véhiculer ou à bousculer ? En quoi les choix éditoriaux et traductifs orientent-ils sa réception ? Quels liens entretient-il avec les textes de littérature dite générale ? 

Cet ouvrage collectif, par ses approches diversifiées (littérature, linguistique, études de genre, didactique, génétique, traductologie…) prouve que le texte de jeunesse, loin d’être en marge de la littérature, mérite d’être analysé comme un texte à part entière. Les 26 analyses du manuel procèdent par étapes clairement balisées. Les enjeux et les dates clés de la littérature de jeunesse sont rappelés dans l’introduction. Un index notionnel facilite la navigation d’un texte à un autre. Un encadré bibliographique, à la fin de chaque analyse, propose des prolongements pour explorer une œuvre ou une thématique et élargir la réflexion à d’autres arts. Continuer la lecture de Parution : La littérature de jeunesse par ses textes

Parution : Ondina/Ondine Revue de Littérature Comparée d’enfance et de jeunesse, n° 4 : « Enseigner le conte et l’album : perspectives génériques »

Ondina/Ondine Revue de Littérature Comparée d’enfance et de jeunesse. Recherche en éducation,

Presses Universitaires de Saragosse, 2020.

No 4 (2019): Enseigner le conte et l’album : perspectives génériques

Introduction

Lire et enseigner le conte et l’album: perspectives génériques

Christiane Connan-Pintado, Elvira Luengo Gascón

1 – 9

 PDF

1- Hybridations génériques et iconotextuelles

Au-delà des genres: le cas de « Mélusine »

Bochra Charnay Continuer la lecture de Parution : Ondina/Ondine Revue de Littérature Comparée d’enfance et de jeunesse, n° 4 : « Enseigner le conte et l’album : perspectives génériques »

Benoît Crucifix (Université de Gand)

Benoît Crucifix est chercheur post-doctoral à l’Université de Gand, au sein du projet ERC « Children in comics. An intercultural history from 1865 to today ». Dans ce cadre, il s’intéresse au dessin d’enfant dans la bande dessinée franco-belge ainsi qu’aux productions enfantines : albums gribouillés, concours de dessins, fanzines, pseudographies et recopiages. Sa thèse, conduite sous un mandat FNRS à l’Université de Liège et de Louvain, portait sur les gestes de transmissions du patrimoine de la bande dessinée dans le roman graphique nord-américain. Il a codirigé, avec Maaheen Ahmed, Comics Memory: Archives and Styles (Palgrave, 2018) et au sein du groupe Acme, Bande dessinée et Abstraction (PULg/5c, 2019).

Liste des publications.