Archives par mot-clé : émotions

Parution: « Émotions et politique », Lien social et Politiques, n° 86 (Cécile Van de Velde et Anne Perriard, dirs.)

Lien social et Politiques, n° 86: « Émotions et politique »

Sous la direction de Cécile Van de Velde et Anne Perriard

2021

Sommaire

Introduction
  • « Le pouvoir politique des émotions » – Anne Perriard et Cécile Van de Velde

Section 1 – Gouverner par les émotions : tensions et rapports de force émotionnels dans la sphère publique

  • « Émotions et argumentaires dans les enjeux territoriaux controversés » – Nathalie Burlone et Anne Mévellec

  • « Les émotions présidentielles sous la Ve République : normes de sang-froid et régulation des émotions collectives » – Christian Le Bart

  • « #Flygskam : le pouvoir de la honte de prendre l’avion pour gouverner le changement climatique » – Lucas Brunet

  • « Politiques des émotions des fans de Pokémon : (se) mobiliser par la hype et le sel« Quentin Gervasoni

Section 2 – Du « je » au « nous » : émotions et trajectoires d’engagement politique
  • « Ce que la peur fait à l’engagement féministe » – Mélissa Blais

  • « « Par nous, pour nous » : les dimensions émotionnelles de la production du « Nous » dans l’action collective antiraciste » – Pauline Picot

  • « Se sentir politiquement engagé : le rôle des émotions dans la subjectivation politique des recrues de Lutte ouvrière » – Benjamin Flammand

  • « Les empreintes singulières des émotions premières des élus locaux : voyage en égo-politique et en démocratie sensible » – Alain Faure

Section 3 – Émotions, transformation de soi et changement social
  • « Le travail émotionnel à l’épreuve du travail social : les accompagnements de sortie du travail du sexe à Genève » – Isabelle Csupor, Roxane Aubry et Mauro Mercolli

  • « Les émotions au coeur de la transformation sociale : une lecture à partir de John Dewey » – Emmanuel Petit

  • « Théoriser un sentiment de minorisation : les francophonies canadiennes entre philosophie politique et psychologie sociale » – Jérôme Melançon et Sean E. Moore

 

 

Parution : Ondina Ondine, n° 5: « Sentiments et émotions dans les fictions pour la jeunesse »

Bochra Charnay et Thierry Charnay (dir.), Ondina Ondine, n° 5 : « Sentiments et émotions dans les fictions pour la jeunesse », Université de Saragosse, Espagne, 2021.

Sommaire 

Présentation

Bochra Charnay et Thierry Charnay

Première partie : Le dicible 

Christiane Connan-Pintado, « Du conte au théâtre contemporain pour la jeunesse ou De la mise en scène des émotions »

Bochra Charnay, « La quête de la peur : du conte de tradition orale aux albums pour l’enfance »

Warayanssa Mawoune, « La peur comme stratégie dissuasive et d’éducation sentimentale dans les contes pour jeune fille au Nord-Cameroun ». Continuer la lecture de Parution : Ondina Ondine, n° 5: « Sentiments et émotions dans les fictions pour la jeunesse »

Parution : Les Émotions imaginaires. Une esthétique des séries télé

Stéphane Benassi, Les Émotions imaginaires. Une esthétique des séries télé, Garnier, 2020. 

En pensant l’esthétique des fictions plurielles de la télévision, cet ouvrage dépasse les approches particulières qui dominent leur étude depuis une dizaine d’années pour les appréhender de façon globale en se concentrant sur la relation sensible qui lie ses productions à leurs publics.

Séminaire « Fiction et croyance »

Fiction et croyance

PHisTeM (Poétique historique des textes modernes, CSLF, EA 1586)

Séminaire 2015-2016

animé par Matthieu Letourneux, Agathe Novak-Lechevalier et Alain Vaillant.

N.B. : Les séances ont lieu le vendredi, de 15 à 18h, en salle L205.

Changing the word impossible to possible.

 

Présentation :

Face aux fictions de la littérature, du cinéma ou de la culture médiatique, nous en faisons tous l’expérience à la fois étrange et banale : le sentiment puissant d’empathie et d’émotion qu’elles suscitent en nous n’est nullement contrarié par des représentations que nous savons pourtant imaginaires. On admet alors, généralement, que notre réaction émotionnelle est déconnectée du jugement de réalité : nous ferions comme si c’était vrai, alors que nous savons que c’est faux. Mais cette conception est encore insuffisante : si nous savions, en toute certitude et avec la pleine adhésion de toutes nos capacités psychiques, que tout est faux, notre attention ne dépasserait pas l’intensité d’un intérêt distrait. En réalité, puisque nous nous laissons emporter par nos sentiments de lecteur ou de spectateur (par la crainte, le désir, la haine, la pitié, etc.), il faut supposer qu’il est une partie de notre psychisme, enfouie quelque part en nous, qui croit effectivement que l’histoire est vraie et qui nous fait réagir en fonction de cette conviction inconsciente. Continuer la lecture de Séminaire « Fiction et croyance »