Archives par mot-clé : édition populaire

Appel à contributions : Le rose et le noir. Imaginaires sentimentaux et policiers sous la loupe. XIXe-XXIe s. (Université de Sherbrooke, Québec)

Colloque international : Le rose et le noir. Imaginaires sentimentaux et policiers sous la loupe (XIXe-XXIe siècles)

Université de Sherbrooke, Québec, Canada, les 7, 8, 9 juin 2023

Échéance des propositions : 1er juin 2022

Romans sentimentaux et romans policiers ont coutume d’être mis dos à dos, en tant que sous-genres très distincts. On les situe régulièrement aux antipodes au sein des productions paralittéraires. La désignation de collections « roses » et « noires » demeure l’emblème le plus visible d’un tel système d’oppositions. Entre l’amour et le crime, il n’y aurait pas de chevauchement possible, d’autant plus que l’on suppose une division genrée des lectorats (l’un suspecté d’être « féminin », et l’autre « masculin ») qui recoupe une hiérarchisation du capital symbolique : de manière générale, alors que le « polar » occupe le haut de l’échelle, le roman sentimental, ramené à de la « guimauve », en colonise les plus bas niveaux.

Les genres sentimentaux et policiers, qui se sont industrialisés au même moment, ne sont pourtant pas aussi imperméables qu’on le suppose. Tant sur le plan du rêve que des craintes auxquelles ils renvoient, les deux sous-genres dialoguent : qu’on n’évoque ici à titre d’exemple que leur fascination commune pour les positions économiques extrêmes (les personnages évoluant dans les hautes sphères sociales et/ou dans leurs bas-fonds) ou leur parti pris pour les opportunités de la vie urbaine. Que le géant Harlequin ait développé des collections comme « Black Rose », « Intrigues » et « Mira » ne confirme-t-il pas cette demande d’amalgame des genres, de la part du lectorat populaire? Ces mutations s’inscrivent par ailleurs dans le contexte plus large des phénomènes d’hybridation des imaginaires génériques, caractéristiques de la culture postfordiste[1].

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le rose et le noir. Imaginaires sentimentaux et policiers sous la loupe. XIXe-XXIe s. (Université de Sherbrooke, Québec)

Appel à contributions : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires (Strenae n°21)

“Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires”

Strenae, n°21

Échéance des propositions : 1er septembre 2021

 Dirigé par Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier

Le récent décès du dessinateur André Chéret (5 mars 2020), créateur avec le scénariste Roger Lécureux du célèbre héros préhistorique de la bande dessinée Rahan, plonge dans une certaine nostalgie les très nombreux‧euses quadra et quinquagénaires abreuvé‧e‧s par la lecture, durant leurs jeunes années, de cette série culte (plus de 200 épisodes) de Pif Gadget, magazine de bandes dessinées fortement ancré dans le monde ouvrier.

Issu d’un organe clandestin de jeunes résistants communistes né en 1942 (Medioni 2012), Pif Gadget est la quatrième dénomination d’une revue appelée préalablement Le Jeune Patriote, Vaillant et Le Journal de Pif. Au tournant des années 1950-1960, le journal, en perte de vitesse (passage sous la barre des 100 000 exemplaires), est contraint de modifier sa ligne éditoriale première. Une nouvelle direction est nommée et de nouvelles stratégies commerciales voient le jour permettant ainsi au journal d’atteindre un succès record. En 1980, Pif Gadget rivalise avec ses concurrents Le Journal de Mickey et Picsou magazine en tirant tous les trois au-dessus des 300 000 exemplaires. À cette même période, Spirou passe sous la barre des 80 000, Pilote sous les 60 000 et Tintin sous les 50 000 (Lesage 2018 : 309). Les Pif Gadget n°60 (1970), n°137 (1971) et n°443 (1977) sont tirés à un million d’exemplaires.

Ce magazine d’obédience communiste se révèle être un médium d’envergure. Il invite à questionner son impact, notamment sur les jeunes, au cours de la fin du XXe siècle. À n’en point douter, cette publication « est, par la variété des évolutions ou ruptures idéologiques qu’elle propose, un intéressant objet d’étude » (Bruno 2008 : 127). La longévité de Pif Gadget et son lien avec le PCF interrogent évidemment quant à la bolchévisation éventuelle des jeunes d’une génération très hétéroclite (Bantigny & Jablonka 2009 ; Lahire 2019). Cependant, cette « politisation ouvrière » et communiste (Pudal 2000) via Pif Gadget est-elle aussi durable et puissante qu’on pourrait le penser ? Résiste-t-elle à l’uniformisation des imaginaires par la culture de masse (Rioux & Sirinelli 2002) ? La lecture de Pif Gadget est-elle vraiment une pratique culturelle de classe (Coulangeon 2005) destinée aux enfants les moins favorisés dans un contexte de « dissolution de la subculture ouvrière » (Vigna 2012 : 323) ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires (Strenae n°21)

Séminaire Transatlantic Cultures: Américanisation par les arts

La prochaine séance du séminaire Transatlantic Cultures, organisée en commun avec le projet « Américanisation par les arts »,  aura lieu le vendredi 2 avril 2021  de 16h à 18h, en visioconférence.

Nous aurons le plaisir d’écouter:

Sylvain Lesage (Université de Lille – IRHiS) qui nous parlera de

L’oncle d’Amérique. Flash Gordon et la construction d’un patrimoine du «neuvième art »

Flash Gordon constitue un objet central dans l’élaboration conflictuelle d’une bédéphilie française dans les années 1960. Unanimement célébrée, la série d’Alex Raymond est l’objet de plusieurs projets de réédition, qui esquissent les contours des communautés d’amateurs.
Cette intervention explore la manière dont s’opère la reconnaissance de la bande dessinée en tant que neuvième art, à travers le geste de republication, et éclaire les ressorts de la fascination pour la bande dessinée américaine au sein de la bédéphilie naissante.

Sylvain Lesage est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille, rattaché à l’IRHiS. Spécialiste d’histoire culturelle, ses recherches s’inscrivent à la croisée de l’histoire des médias et des cultures visuelles. Après sa thèse soutenue en 2014 sous la direction de Jean-Yves Mollier, il a notamment publié L’Effet livre : métamorphoses de la bande dessinée (Presses universitaires François Rabelais, 2019) et Publier la bande dessinée. Les éditeurs franco-belges et l’album (Presses de l’Enssib, 2018).

La séance sera coordonnée par: Pascal Ory (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – CHS)

En raison des contraintes sanitaires, pour assister au séminaire en ligne, merci de vous inscrire en écrivant à l’adresse:

contact@transatlantic-cultures.org

Le lien de connexion vous sera communiqué par courriel.

Parution : The Press and the People. Cheap Print and Society in Scotland, 1500-1785

Adam Fox, The Press and the People. Cheap Print and Society in Scotland, 1500-1785, Oxford University Press, 2021. 

The Press and the People is the first full-length study of cheap print in early modern Scotland. It traces the production and distribution of ephemeral publications from the nation’s first presses in the early sixteenth century through to the age of Burns in the late eighteenth. It explores the development of the Scottish book trade in general and the production of slight and popular texts in particular. Focusing on the means by which these works reached a wide audience, it illuminates the nature of their circulation in both urban and rural contexts. Specific chapters examine single-sheet imprints such as ballads and gallows speeches, newssheets and advertisements, as well as the little pamphlets that contained almanacs and devotional works, stories and songs. The book demonstrates just how much more of this literature was once printed than now survives and argues that Scotland had a much larger market for such material than has been appreciated. By illustrating the ways in which Scottish printers combined well-known titles from England with a distinctive repertoire of their own, The Press and the People transforms our understanding of popular literature in early modern Scotland and its contribution to British culture more widely.

Adam Fox is Professor of Social History at the University of Edinburgh, where he has taught since 1994. His works include the prize-winning Oral and Literate Culture in England 1500-1700 (Oxford University Press, 2000).

Séminaire : Séance 3 du SLAC, “Supports et contextes éditoriaux”

Séminaire littéraire des Armes de la critique, Séance 3, « Supports et contextes éditoriaux »

Voir l’appel à communications.

La prochaine séance du Séminaire littéraire des Armes de la critique, intitulée « Supports et contextes éditoriaux » aura lieu vendredi 11 décembre de 15h à 18h, sur la plateforme Big Blue Button.

Si vous souhaitez assister à cette séance, merci de bien vouloir contacter anais.goudmand@unil.ch pour obtenir le lien de connexion. 

Programme de la séance : Continuer la lecture de Séminaire : Séance 3 du SLAC, “Supports et contextes éditoriaux”

Appel à contributions : Penny Dreadfuls and the Gothic: Edited Collection

Penny Dreadfuls and the Gothic: Edited Collection, Call for Papers

Famed for their scandalous content and supposed pernicious influence on a young readership, it is little wonder why the Victorian penny dreadful was derided by critics and, in many cases, censored or banned. These serialised texts, published between the 1830s until their eventual decline in the 1860s, were enormously popular, particularly with working-class readers. As Judith Flanders has highlighted in The Invention of Murder(2011), for every publisher of “respectable fiction”, there were ten for penny fiction. However, despite their evidential popularity, these texts have fallen into obscurity; this could be accounted for perhaps due to their ephemeral nature with many titles being lost or incomplete, alternatively this could be the effects of literary criticisms from writers such as Charles Dickens and James Greenwood overspilling into contemporary scholarship. Neglecting these texts from Gothic literary criticism creates a vacuum of working-class Gothic texts which have, in many cases, cultural, literary and socio-political significance. This collection aims to redress this imbalance and critically assess these crucial works of literature.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Penny Dreadfuls and the Gothic: Edited Collection

Publication: Fiction et culture médiatique à la Belle Époque, D. Couégnas

Daniel Couégnas, Fiction et culture médiatique à la Belle Époque dans le magazine Je sais tout (1905-1914)

Enquête et essai, ce livre se focalise sur l’étude des fictions (nouvelles et romans) publiées dans le magazine Je sais tout avant la Première Guerre mondiale, parmi lesquelles les premières aventures d’Arsène Lupin, La Guerre du feu de Rosny, Le Fauteuil hanté de Leroux, Moi et l’Autre, de Jules Claretie…

Créé en 1905 par Pierre Lafitte, Je sais tout affiche un projet « encyclopédique » qui s’estompera à partir de 1914. Il participe de la culture médiatique, s’efforçant d’atteindre, par les procédés du « syncrétisme homogénéisé » (Edgar Morin) le plus large éventail socio-culturel de lecteurs. Miroir brillant de la « Belle » Epoque, il en naturalise les choix idéologiques dominants, les partis pris, les préjugés, les conformismes. Son enthousiasme moderniste pour le dynamisme techno-scientifique des débuts du XXe siècle ne parvient pas à masquer totalement les interrogations, les doutes, les hantises de la bonne conscience occidentale.

Continuer la lecture de Publication: Fiction et culture médiatique à la Belle Époque, D. Couégnas

Parution: Livre et jeu vidéo (Mémoires du livre, 5, 2).

fleuvenoir06112-1996
parution
Mémoires du livre / Studies in Book Culture

volume 5, numéro 2

Livre et jeu vidéo / Book and Videogame

Sous la direction de Fanny Barnabé et Björn-Olav Dozo

Fanny Barnabé et Björn-Olav Dozo

Livre et jeu vidéo

[HTML]  [Notice]

Articles

Euriell Gobbé-Mévellec

De l’album jeunesse aux appli-livres : nouveaux dispositifs de lecture

[HTML]  [Résumé]  [Plan]

Marc Jahjah

L’utilisation de la « gamification » dans la stratégie des acteurs du livre numérique : le cas Kobo

[HTML]  [Résumé]  [Plan]

Cédric Chauvin et Emmanuelle Jacques

Le jeu vidéo, entre livre-monde et livre augmenté : Myst, L’Album de l’oncle Ernest, Book of spells

[HTML]  [Résumé]  [Plan]

Thomas Morisset

Nature de la lecture et matérialité des livres dans les jeux vidéo

[HTML]  [Résumé]  [Plan]

Nathalie Lacelle

Du roman au jeu : parcours didactiques de lecture multimodale en contexte scolaire

[HTML]  [Résumé]  [Plan]

Vincent Mauger

Métaphores fonctionnelles du livre en contexte vidéoludique

[HTML]  [Résumé]  [Plan]

Philippe Rioux

En quête de capitaux : formes et hésitations du livre d’art de jeux vidéo

[HTML]  [Résumé]  [Plan]

Luis Pimenta Gonçalves

Salammbô, les déambulations d’une oeuvre entre littérature et jeu vidéo

[HTML]  [Résumé]

Jonathan Lessard

Livre, film ou monde interactif ? Les métaphores de la construction formelle du jeu d’aventure

[HTML]  [Résumé]  [Plan]

Florence Rio

Le livre augmenté : pour une innovation technique et narrative

[HTML]  [Résumé]  [Plan]

Varia

Nina Belojevic, Alyssa Arbuckle, Matthew Hiebert, Ray Siemens, Shaun Wong, Alex Christie, Jon Saklofske, Jentery Sayers, Derek Siemens, INKE Research Group et ETCL Research Group

A Select Annotated Bibliography: Concerning Game-Design Models for Digital Social Knowledge Creation

[HTML]  [Notice]  [Plan]


En voici le lien officiel :  http://www.erudit.org/revue/memoires/2014/v5/n2/index.html

Parution: Eftychia Amiltou, L'écrivain et le camelot; Littérature médiatique en Grèce (1880-1945)

amiltou

Parution

L’ÉCRIVAIN ET LE CAMELOT

Littérature médiatique en Grèce (1880-1945)

AMILTOU EFTYCHIA

Longtemps considérés comme des domaines distincts et séparés, voire concurrents, la presse et la littérature font pourtant partie d’un continuum discursif et culturel, dans lequel circulent et se recyclent des oeuvres, des genres, des poétiques, des individus et des réseaux divers. L’« ère médiatique », dans laquelle entrent les pays européens à partir du XIXe siècle, entraîne une modification profonde du statut de la littérature et de ceux qui la produisent : écrivains, hommes de lettres, publicistes, journalistes, sont pris dans un processus d’interférences entre la sphère médiatique et la sphère littéraire.

Partant d’un auteur (Grigorios Xenopoulos, 1867-1951) et d’un corpus de base grecs, cette étude se propose d’aller plus loin dans la problématique et d’explorer l’évolution que l’avènement du journalisme moderne apporte au niveau du canon, de la vie littéraire, des figures auctoriales et du rôle de l’écrivain en régime médiatique. Dans cette perspective, l’exemple de la Grèce, d’envergure et de géographie relativement restreintes, peut rendre plus évidentes les étapes de transition. D’autre part, la nouvelle matérialité de l’écrit – supports journalistiques, romansfeuilletons, fascicules, éditions populaires –, exige une étude synthétique de ce vaste ensemble de la culture médiatique et des nouveaux mécanismes de communication. Chroniques, critiques littéraires, ouvrages de vulgarisation, «mauvais genres » de la littérature de large diffusion, romans et autres types de textes qui s’épanouissent dans la presse, sont ici mis en relation et en interaction, pour exposer les enjeux de ce changement de paradigme littéraire.
Eftychia Amilitou, docteure en littérature générale et comparée de
l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, a enseigné aux universités Nice-Sophia Antipolis, Lille 3 et Strasbourg. Ses intérêts de recherche portent sur la sociocritique, la littérature et l’interdiscours dans l’espace médiatique, l’histoire littéraire et culturelle du XIXe et du XXe siècle.

  • Collection BIBLIOT.DE LITTERATURE GENERALE ET COMPAREE
  • Format 15,5 X 23,5 CM
  • No dans la collection 0122
  • Nombre de volume 1
  • Nombre de pages 552
  • Type de reliure BROCHÉ COUSU
  • ISBN 9782745326478
  • Date de publication 27/06/2014
  • Lieu d’édition PARIS

Parution: édition critique: Eugène Sue, correspondance, II

Correspondance générale d’Eugène Sue
Volume II. (1842-1845)
Éditée par Jean-Pierre Galvan
2013. No 71. 1 vol., 960 p., relié, 15,5 × 23,5 cm. ISBN 978-2-7453-2471-9. 1
80 €

De 1841 à 1845, Eugène Sue, jusqu’alors écrivain estimé, accède à la célébrité avec la publication de ses trois oeuvres majeures : Mathilde, Les Mystères de Paris et Le Juif errant. Cette célébrité, dépassant largement les frontières nationales et les seuls milieux littéraires, joua un rôle déterminant aussi bien dans sa vie privée que dans sa
carrière de romancier.
Ce second tome de la correspondance présente en détail l’histoire de la publication de ces textes : comment ils furent conçus, dans quelles circonstances ils furent publiés et quelle fut leur réception. On y voit comment Eugène Sue investit le champ social, comment le dandy désinvolte, le romancier cynique de La Salamandre, se plaisant à démontrer « que
la vertu est malheureuse et le vice heureux ici-bas », laisse peu à peu la place à l’auteur-acteur de romans en action, porteurs des espoirs des oubliés de la monarchie de Juillet.
La publication de ces romans dans une presse en pleine mutation amena Eugène Sue à inventer une nouvelle écriture romanesque. Le roman, produit fini mis à la disposition des lecteurs, devient une oeuvre en cours d’élaboration, sur la longueur de laquelle l’abonné du journal peut désormais influer. Le feuilleton-roman devient roman-feuilleton.
Au fil des lettres et des documents qui y sont joints, c’est tout un pan de l’histoire de l’édition littéraire et des idées sociales qui se dévoile.