Archives par mot-clé : édition populaire

Séminaire commun LPCM / Patrimonialitté, 2023–2024 : Patrimonialisation des cultures populaires et médiatiques

Produites en masse et en série, sur des supports souvent fragiles ou éphémères, les cultures populaires et médiatiques semblent presque par définition résister à toute patrimonialisation. Ce séminaire commun entre LPCM et Patrimonialitté s’interrogera sur les rapports complexes entre patrimoine et culture populaire, et plus particulièrement des imprimés et éditions populaires, par le prisme des archives éditoriales et de pratiques de collection en amateur. 

Les trois séances du séminaire auront lieu en mode hybride et sont organisées entre la KBR, l’UGent et la KU Leuven. Pour recevoir un lien de connexion, veuillez remplir ce formulaire ; ou pour infos complémentaires, contacter benoit.crucifix [a] kuleuven.be.

Séance 1 – Vendredi 24 novembre 2023 (14h à 16h) : Archives de l’édition populaire

Lieu : KBR, Salle Panorama Mont des Arts 28, 1000 Bruxelles

  • Matthieu Letourneux (Paris Nanterre) & Loïc Artiaga (Université de Limoges), “Faut-il patrimonialiser le populaire ?” 
  • Suivi d’une table-ronde avec Virginie Clayssen (Editis)

Séance organisée dans le cadre du Pop Heritage Lab.

Séance 2 – Mercredi 21 février 2024 (14h à 16h) : Périodiques de jeunesse

Lieu : UGent, Faculteitsbibliotheek Letteren en Wijsbegeerte, Library Lab Loveling, Rozier 44, 9000 Gent

  • Maaheen Ahmed (UGent), “(Re-)mettre en boîte : les plusieurs vies de la collection Van Passen”
  • Hélène Veilhan (MSH Clermont-Ferrand), “L’intention patrimoniale de Jean et Michel Bastaire, collectionneurs de littérature populaire”

Séance 3 – Mercredi 24 avril 2024 (14h à 16h) : Cinéma sur papier

Lieu : KU Leuven Central Library, Colloquium, Ladeuzeplein 21, 3000 Leuven 

  • Jan Baetens (KU Leuven), “Collectionner pour transmettre et partager”
  • Cécile Fourrel de Frettes (Sorbonne Paris Nord), “Quand l’éditeur espagnol Francisco-Mario Bistagne faisait son cinéma (1922-1932) : un patrimoine de papier pour le celluloïd ?”

Séance organisée dans le cadre d’une exposition sur le ciné-roman-photo à la KU Leuven Central Library (infos à suivre).



Appel à contributions : La Bibliothèque bleue : réemploi et révision textuels

La bibliothèque bleue : réemploi et révision textuels

21-22 mars

Université Grenoble Alpes, amphithéâtre de la MSH

Échéance des propositions : 1er décembre 2023 

Organisé par Pascale Mounier et Pauline Saccol (université Grenoble Alpes, UMR 5316 Litt&Arts)

 

La Bibliothèque bleue est une collection de livres à succès qui a abondamment alimenté le marché français de l’édition entre le XVIIe siècle et le XIXe siècle. Elle doit son nom à l’habitude des imprimeurs de ses débuts de protéger les feuillets fragiles et mal reliés des exemplaires par du papier bleu-gris. Ces ouvrages à l’aspect rudimentaire, accessibles à toutes les bourses et transportables par des colporteurs, ont été produits dans des régions alphabétisées, dans un premier temps la Champagne et la Normandie. Environ cinquante villes ont été impliquées au total, dont dix principales : Troyes, Rouen, Caen, Limoges, Avignon, Toulouse, Orléans, Tours, Lille, Épinal et Montbéliard. Les titres concernés sont au nombre d’environ quatre-cents ; les cent premiers constituent le noyau dur du répertoire. On peut en consulter des exemplaires dans des bibliothèques du monde entier, dont les principales sont, pour la France, la Médiathèque du Grand Troyes (catalogue en ligne avec nombreuses éditions numérisées), la Bibliothèque du Mucem (catalogue prochainement mis en ligne) et la Bnf, malgré une grande déperdition dans le temps. Continuer la lecture de Appel à contributions : La Bibliothèque bleue : réemploi et révision textuels

Publication du carnet hypothèse du projet ANR POLARisation

Carnet hypothèse du projet ANR POLARisation : https://polarisation.hypotheses.org

Ce carnet documente la vie du consortium, présente les travaux du collectif et propose des notes de recherche (études de cas, terrains, bibliographie).

POLARisation vise à saisir la montée en puissance des récits criminels qui nourrissent en France l’imaginaire social, entre 1945 et 1989. Notre champ d’investigation repose sur les récits criminels imprimés publiés en France, examinés dans tout leur spectre générique et éditorial, depuis les collections policières des maisons d’édition généralistes ou spécialisées jusqu’aux récits de presse diffusés par les périodiques (journaux, revues et magazines).

PARUTION : MARGINALIA, 116

Norbert Spehner, MARGINALIA, no 116.

Parution de Marginalia n° 116 (mars 2023)

Le numéro 116 est maintenant disponible gratuitement, en format PDF ou WORD, sur simple demande par courriel à l’adresse suivante : nspehner@sympatico.ca

Publié au Québec par Norbert Spehner, MARGINALIA est un bulletin bibliographique trimestriel qui recense les études internationales, essais et autres ouvrages sur les littérature dites de genre, et le film populaire: science-fiction & fantastique, fantasy, roman policier et d’espionnage,  romans et films noirs, récits et films d’espionnage, westerns (romans et films), bandes dessinées, romans historiques, récits et films de guerre, ouvrages pour la jeunesse, érotica, etc…

Le numéro 116 recense (avec sommaires et descriptifs) près de 350 ouvrages- monographies, collectifs, revues spécialisées –  publiés dans les langues suivantes : français, anglais, espagnol, italien et allemand.

Mélodie Simard-Houde (Université du Québec à Trois-Rivières)

Mélodie Simard-Houde est professeure de littérature au Département de lettres et communication sociale de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Elle s’intéresse à la culture médiatique et numérique, aux écritures du réel, à l’histoire des représentations et à la poétique du support, du XIXe siècle à nos jours. Ses travaux ont porté notamment sur le genre du reportage (Le reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire, Presses universitaires de Limoges, 2017), les représentations de l’aviation pionnière et les écritures de soi en contexte médiatique.

Elle est co-chercheure au sein du laboratoire L’art en procès, du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ), du centre Figura et du partenariat Littérature québécoise mobile (LQM). Elle est également codirectrice de la revue Tangence.

Elle mène présentement le projet « Faits vécus et histoires vraies : une médiapoétique dans la presse et l’édition populaire », financé par le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (2023-2026).

Principales publications

Ouvrage

— Le reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire, Limoges, Presses universitaires de Limoges, coll. « Mediatextes », 2017.

Direction d’ouvrages ou de numéros de revues

Avec Amélie Chabrier et Ariane Gibeau (dir.), « Femmes criminelles et culture médiatique », Tangence, no130, automne 2022.

Avec Thomas Carrier-Lafleur et Guillaume Pinson (dir.), « Proust et les célibataires de l’art », Revue d’études proustiennes, no12, automne 2020, Classiques Garnier.

Avec Richard Bégin et Thomas Carrier-Lafleur (dir.), Impression, projection. Une histoire médiatique entre cinéma et journalisme, Québec, Presses de l’Université Laval, coll. « Littérature et imaginaire contemporain », 2019.

(dir.), « La presse et la conquête de l’air. Histoires, imaginaires, poétiques », Nacelles. Passé et présent de l’aéronautique et du spatial / Past and Present of Aeronautics & Space [En ligne], Presses universitaires du Midi, no 5, automne 2018, url : http://revues.univ-tlse2.fr/pum/nacelles/index.php.

(dir.), « Voyager dans la modernité : des moyens techniques aux supports imprimés de l’aventure », Mémoires du livre / Studies in Book Culture [En ligne], vol. 10, no 1, automne 2018, url : https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/2018-v10-n1-memoires04223/.

Avec Mylène Bédard (dir.), « Écritures de l’intime et représentations du sujet en contexte médiatique », COnTEXTES [En ligne], no 20, 2018, url : https://journals.openedition.org/contextes/6370.

Parution : Genesis, n° 54 : “Écrire à la chaîne” (dir. M. Letourneux et L. Roudier)

Genesis, n° 54, “Écrire à la chaîne“, Matthieu Letourneux et Luce Roudier (dir.), 2022.

Séries télévisées, grands héros populaires, littérature et cinéma de genre, franchises déclinées en romans, films et jeux vidéo… la culture contemporaine obéit de plus en plus à des logiques sérielles. Or, concevoir une œuvre littéraire s’inscrivant dans une série engage des modes de création spécifiques et suppose l’intervention de nouveaux acteurs. C’est cette genèse des productions littéraires sérielles que ce numéro se propose d’explorer à travers une série d’études portant sur des sujets aussi variés que l’écriture en collaboration (Dumas et ses « nègres »), les traductions sérielles (la « Série Noire »), le rôle de l’éditeur populaire dans la création (Fleuve Noir, Harlequin), les stratégies d’écriture des auteurs (Frédéric Dard, Gérard de Villiers, Michel Bussi, Nine Gorman), les techniques employés par les romanciers (Marcel Allain et ses rouleaux de cire), enfin les stratégies déployées par les industries culturelles autour des grandes marques transmédia (la franchise Harry Potter). À travers ces différents objets, c’est une plongée dans la fabrique de la culture populaire qui est proposée ici.

Sommaire

Matthieu Letourneux and Luce Roudier Présentation. Pour une génétique des productions sérielles 

Enjeu

Matthieu Letourneux Génétique sérielle et auctorialité éditoriale Réflexions à partir du cas du Fleuve Noir

Études

Sarah Mombert Dans les archives d’un atelier littéraire Exploration génétique de la collaboration entre Alexandre Dumas et Auguste Maquet

Matthieu Letourneux La fabrique d’une série d’espionnage Gérard de Villiers et les dossiers préparatoires des romans S.A.S.

Adrien Frenay and Lucia Quaquarelli Sérialiser la Série Noire Roman noir, traduction et génétique sérielle

Stéphanie Fonvielle Culbutes textuelles et saillies verbales : la mise en recueils des réflexions san-antoniennes

Lucie Amir Génétique du best-seller  Formes contemporaines de la rationalisation de l’écriture chez Michel Bussi

Esther Cléry, Claire Cornillon, Mathilde Eynard, Maud Lelarge, Sarah Pereira da Camara, Julie Thomassin and Yoan Vérilhac

De la fanfiction au livre. Étude génétique du Pacte d’Emma de Nine Gorman

Agathe Nicolas De la série romanesque à la franchise : la critique génétique à l’épreuve de l’œuvre ouverte 

Entretien

Matthieu Letourneux Harlequin et le principe de la collection Entretien avec Karine Lanini

Inédit

Luce Roudier Les Trois As de Marcel Allain Aperçu d’un dossier génétique industriel et sériel

Varia

Domenico Paone Creuser les sous-sols de la pensée  Une approche génétique des manuscrits d’Ernest Renan

Gaëlle Cauvin La genèse du journal de René Depestre  Du manuscrit au tapuscrit

Chroniques

Comptes rendus d’ouvrages

Jamileh Talebizadeh Philippe Willemart (dir.), La Critique génétique à la recherche d’autres savoirs. De l’état quantique à l’écriture par la rature, préface de Filomena Juncker, Paris, L’Harmattan, 2020, 230 p. 

Hortense Delair Marc Escola, Le Misanthrope corrigé. Critique et création, Paris, Hermann, 2021, 198 p.

Tristan Bornoz Takayuki Kamada, Balzac. Multiples genèses, Paris, Presses universitaires de Vincennes, 2021, 486 p.

Giovanni Zuccarino Bibliographie : études génétiques, éditions, manuscrits.

Voir le volume sur le site de l’éditeur

Journée d’études : Les fabriques de la traduction. Traduction et production populaire et médiatique (Université Paris Nanterre)

Journée d’études : Les fabriques de la traduction. Traduction et production populaire et médiatique

29 juin 2022, 10h-18h

Université Paris Nanterre, salle des Séminaire 1, Max Weber

La traduction, à la fois processus de transfert linguistique conditionné et objet culturel, a toujours joué un rôle essentiel tant dans la circulation des savoirs et des imaginaires que dans leur transformation. Sa pratique, quoique diversement exercée, conçue et réglementée selon les époques, a été confrontée à des normes et à des impératifs discursifs et commerciaux qui en ont souvent orienté non seulement la charpente linguistique, mais aussi la fonction culturelle, sociale et politique.
 
La journée d’étude « Les fabriques de la traduction. Traduction et production populaire et médiatique » est la première étape d’un projet de recherche international qui vise à interroger la pratique traductive à partir d’un corpus issu de la production culturelle populaire, en essayant de reconstruire, par le biais des archives éditoriales, les conditions matérielles de son exercice et en mesurer la portée culturelle et narrative.
 
Cette approche de l’étude de la traduction entend ouvrir à une meilleure compréhension des dynamiques de construction et de circulation transnationales des récits populaires et, en même temps, animer une réflexion théorique capable de repenser certaines notions centrales de la théorie de la traduction – fidélité, respect, équivalence… –, trop souvent établies exclusivement à partir de corpus de littératures « légitimes ». Car, comme l’a écrit Meschonnic (1990), « il y a du palimpseste dans la traduction », mais ce qu’on voit en grattant ce n’est pas le texte original, « c’est le traduire » : son historicité, le système discursif dans le cadre duquel il surgit et qu’il alimente, son potentiel créateur et sa relation à une poétique.

Continuer la lecture de Journée d’études : Les fabriques de la traduction. Traduction et production populaire et médiatique (Université Paris Nanterre)

Appel à contributions : Le rose et le noir. Imaginaires sentimentaux et policiers sous la loupe. XIXe-XXIe s. (Université de Sherbrooke, Québec)

Colloque international : Le rose et le noir. Imaginaires sentimentaux et policiers sous la loupe (XIXe-XXIe siècles)

Université de Sherbrooke, Québec, Canada, les 7, 8, 9 juin 2023

Échéance des propositions : 1er juin 2022

Romans sentimentaux et romans policiers ont coutume d’être mis dos à dos, en tant que sous-genres très distincts. On les situe régulièrement aux antipodes au sein des productions paralittéraires. La désignation de collections « roses » et « noires » demeure l’emblème le plus visible d’un tel système d’oppositions. Entre l’amour et le crime, il n’y aurait pas de chevauchement possible, d’autant plus que l’on suppose une division genrée des lectorats (l’un suspecté d’être « féminin », et l’autre « masculin ») qui recoupe une hiérarchisation du capital symbolique : de manière générale, alors que le « polar » occupe le haut de l’échelle, le roman sentimental, ramené à de la « guimauve », en colonise les plus bas niveaux.

Les genres sentimentaux et policiers, qui se sont industrialisés au même moment, ne sont pourtant pas aussi imperméables qu’on le suppose. Tant sur le plan du rêve que des craintes auxquelles ils renvoient, les deux sous-genres dialoguent : qu’on n’évoque ici à titre d’exemple que leur fascination commune pour les positions économiques extrêmes (les personnages évoluant dans les hautes sphères sociales et/ou dans leurs bas-fonds) ou leur parti pris pour les opportunités de la vie urbaine. Que le géant Harlequin ait développé des collections comme « Black Rose », « Intrigues » et « Mira » ne confirme-t-il pas cette demande d’amalgame des genres, de la part du lectorat populaire? Ces mutations s’inscrivent par ailleurs dans le contexte plus large des phénomènes d’hybridation des imaginaires génériques, caractéristiques de la culture postfordiste[1].

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le rose et le noir. Imaginaires sentimentaux et policiers sous la loupe. XIXe-XXIe s. (Université de Sherbrooke, Québec)

Appel à contributions : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires (Strenae n°21)

“Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires”

Strenae, n°21

Échéance des propositions : 1er septembre 2021

 Dirigé par Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier

Le récent décès du dessinateur André Chéret (5 mars 2020), créateur avec le scénariste Roger Lécureux du célèbre héros préhistorique de la bande dessinée Rahan, plonge dans une certaine nostalgie les très nombreux‧euses quadra et quinquagénaires abreuvé‧e‧s par la lecture, durant leurs jeunes années, de cette série culte (plus de 200 épisodes) de Pif Gadget, magazine de bandes dessinées fortement ancré dans le monde ouvrier.

Issu d’un organe clandestin de jeunes résistants communistes né en 1942 (Medioni 2012), Pif Gadget est la quatrième dénomination d’une revue appelée préalablement Le Jeune Patriote, Vaillant et Le Journal de Pif. Au tournant des années 1950-1960, le journal, en perte de vitesse (passage sous la barre des 100 000 exemplaires), est contraint de modifier sa ligne éditoriale première. Une nouvelle direction est nommée et de nouvelles stratégies commerciales voient le jour permettant ainsi au journal d’atteindre un succès record. En 1980, Pif Gadget rivalise avec ses concurrents Le Journal de Mickey et Picsou magazine en tirant tous les trois au-dessus des 300 000 exemplaires. À cette même période, Spirou passe sous la barre des 80 000, Pilote sous les 60 000 et Tintin sous les 50 000 (Lesage 2018 : 309). Les Pif Gadget n°60 (1970), n°137 (1971) et n°443 (1977) sont tirés à un million d’exemplaires.

Ce magazine d’obédience communiste se révèle être un médium d’envergure. Il invite à questionner son impact, notamment sur les jeunes, au cours de la fin du XXe siècle. À n’en point douter, cette publication « est, par la variété des évolutions ou ruptures idéologiques qu’elle propose, un intéressant objet d’étude » (Bruno 2008 : 127). La longévité de Pif Gadget et son lien avec le PCF interrogent évidemment quant à la bolchévisation éventuelle des jeunes d’une génération très hétéroclite (Bantigny & Jablonka 2009 ; Lahire 2019). Cependant, cette « politisation ouvrière » et communiste (Pudal 2000) via Pif Gadget est-elle aussi durable et puissante qu’on pourrait le penser ? Résiste-t-elle à l’uniformisation des imaginaires par la culture de masse (Rioux & Sirinelli 2002) ? La lecture de Pif Gadget est-elle vraiment une pratique culturelle de classe (Coulangeon 2005) destinée aux enfants les moins favorisés dans un contexte de « dissolution de la subculture ouvrière » (Vigna 2012 : 323) ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires (Strenae n°21)

Séminaire Transatlantic Cultures: Américanisation par les arts

La prochaine séance du séminaire Transatlantic Cultures, organisée en commun avec le projet « Américanisation par les arts »,  aura lieu le vendredi 2 avril 2021  de 16h à 18h, en visioconférence.

Nous aurons le plaisir d’écouter:

Sylvain Lesage (Université de Lille – IRHiS) qui nous parlera de

L’oncle d’Amérique. Flash Gordon et la construction d’un patrimoine du «neuvième art »

Flash Gordon constitue un objet central dans l’élaboration conflictuelle d’une bédéphilie française dans les années 1960. Unanimement célébrée, la série d’Alex Raymond est l’objet de plusieurs projets de réédition, qui esquissent les contours des communautés d’amateurs.
Cette intervention explore la manière dont s’opère la reconnaissance de la bande dessinée en tant que neuvième art, à travers le geste de republication, et éclaire les ressorts de la fascination pour la bande dessinée américaine au sein de la bédéphilie naissante.

Sylvain Lesage est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille, rattaché à l’IRHiS. Spécialiste d’histoire culturelle, ses recherches s’inscrivent à la croisée de l’histoire des médias et des cultures visuelles. Après sa thèse soutenue en 2014 sous la direction de Jean-Yves Mollier, il a notamment publié L’Effet livre : métamorphoses de la bande dessinée (Presses universitaires François Rabelais, 2019) et Publier la bande dessinée. Les éditeurs franco-belges et l’album (Presses de l’Enssib, 2018).

La séance sera coordonnée par: Pascal Ory (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – CHS)

En raison des contraintes sanitaires, pour assister au séminaire en ligne, merci de vous inscrire en écrivant à l’adresse:

contact@transatlantic-cultures.org

Le lien de connexion vous sera communiqué par courriel.