Archives par mot-clé : édition jeunesse

Appel à communications : Le livre documentaire pour la jeunesse, un objet mouvant à identifier (Arras)

Le livre documentaire pour la jeunesse, un objet mouvant à identifier

10 et 11 octobre 2024

Université d’Artois, Arras

Date d’échéance : 31 mars 2024

Colloque international organisé par Florence Gaiotti et Eléonore Hamaide de l’Université d’Artois, Laboratoire Textes et Cultures UR 4028, équipe « Littératures et Cultures de l’enfance ».

Texte de l’appel :

À l’heure de la prédominance du numérique et de l’IA pour accéder aux savoirs et en rendre compte, il peut paraitre étonnant de revenir sur l’objet particulier qu’est le livre documentaire pour la jeunesse. Mais l’on peut inverser le constat et dire que, dans cette période de révolution numérique, il semble intéressant de revenir sur le livre documentaire, sur sa réalité contemporaine[1] mais aussi sur son histoire.

Si les « incertaines frontières »[2] du livre de jeunesse ont été relevées depuis longtemps, les délimitations du livre documentaire pour l’enfance s’avèrent particulièrement mouvantes ou fluctuantes aussi bien dans ses formes que dans ses visées. Continuer la lecture de Appel à communications : Le livre documentaire pour la jeunesse, un objet mouvant à identifier (Arras)

Appel à communications : L’iconotexte pour la jeunesse : la matérialité au service du passage

L’iconotexte pour la jeunesse : la matérialité au service du passage

23-24 septembre 2024

Université Grenoble Alpes, Campus de Saint-Martin d’Hères – Gières

Echéance des propositions : 5 janvier 2024

Organisé par : Laure Thibonnier (Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France), Sylvie Martin-Mercier (Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France), Natacha Rimasson-Fertin (Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France), Andreï Kostine (chercheur indépendant)

Michael Nerlich théorise l’iconotexte comme « une unité indissoluble de texte(s) et image(s) dans laquelle ni le texte ni l’image n’ont de fonction illustrative et qui – normalement, mais non nécessairement – a la forme d’un ″livre″. » (Michael Nerlich, 1990, p. 268). Dans le même ouvrage, Alain Montandon souligne que l’iconotexte « préserv[e] la distance entre le verbal et le plastique pour, dans une confrontation coruscante, faire jaillir des tensions, une dynamique qui opposent et juxtaposent deux systèmes de signes sans les confondre. » (Alain Montandon, 1990, p. 6). Par ailleurs, dans un appel à contributions pour un numéro de la revue Fabula-LhT à paraître en 2024, Cécile Boulaire et Dominique Perrin relèvent le « potentiel iconotextuel » de l’album pour enfants et affirment que « la production du sens et des affects [y] résulte simultanément de la lecture du texte, de l’image et des effets liés au support » (Cécile Boulaire, Dominique Perrin, 2022), nous autorisant ainsi à entendre l’iconotexte pour la jeunesse au sens large de tout support destiné à un lectorat jeune et faisant émerger le sens à partir de trois instances, textuelle, iconique et plastique.

L’évocation par Nathalie Prince de la « matérialité de la chose livresque » s’applique avec une évidence singulière à l’iconotexte, qui s’inscrit dans un support physique que la chercheuse désigne comme « chose livre » ou encore « objet matériel considéré indépendamment du texte ou de l’image » (Nathalie Prince, 2021). L’iconotexte, le livre illustré, l’album ou même le livre de coloriage, existent grâce à des techniques de fabrication situées dans le temps et l’espace, et dont on sait, depuis les travaux fondamentaux de Roger Chartier, Guglielmo Cavallo et Alberto Manguel, à quel point elles déterminent les pratiques lectoriales (Guglielmo Cavallo et Roger Chartier, 1997 ; Alberto Manguel, 1996). L’évolution de ces œuvres mêlant texte(s) et image(s) sur des supports divers et selon des modalités variables modifie leur aspect et leur fonctionnement : l’invention de l’impression mécanique des images a été déterminante pour l’apparition de la BD et de l’album, comme le relève Isabelle Nières-Chevrel (Nières-Chevrel, 2011). À la matérialité de l’image, avec ses techniques et couleurs, répond la matérialité du texte, qui se concrétise à travers police, taille, lettrines, disposition sur la page : avec le support, ces matérialités font émerger un sens irréductible à une seule de ces trois instances. Continuer la lecture de Appel à communications : L’iconotexte pour la jeunesse : la matérialité au service du passage

Appel à contributions : Auteur(e)s oublié(e)s en littérature de jeunesse (Cahiers Robinson)

Auteur(e)s oublié(e)s en littérature de jeunesse

Numéro des Cahiers Robinson coordonné par Danièle Henky, de l’Université d’Artois

Date d’échéance : 31 mars 2024

Texte de l’appel :

Qui étaient Lily Jean-Javal, André Hellé, Saint-Marcoux ou Claude Campagne ? Pourquoi lit-on toujours les romans de Jules Verne et non ceux de ses contemporains Edmond About ou Paul Féval ? Comment se fait-il que les Malheurs de Sophie et les Petites filles modèles de la Comtesse de Ségur sont régulièrement réédités et « relookés » pour le plus grand plaisir des jeunes lecteurs alors que La Journée de Mademoiselle Lili qu’Hetzel fit paraître en octobre 1862 donnant naissance, suite à son grand succès, à une collection d’albums pour enfants, a disparu des rayons des librairies ? Continuer la lecture de Appel à contributions : Auteur(e)s oublié(e)s en littérature de jeunesse (Cahiers Robinson)

Colloque : Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse : représentations animales et écologie

Colloque : Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse : représentations animales et écologie

Jeudi 16 et vendredi 17 novembre 2023

Amphithéâtre Inspe Strasbourg, Campus Meinau, 141 avenue de Colmar, 67100 Strasbourg

Co-organisé par Philippe Clermont, laboratoire “Configurations littéraires” (EA 1337), Université de Strasbourg, Charlotte Duranton, “Textes et Cultures” (UR 4028), Université d’Artois, Anaïs Perrin, université de Strasbourg

Programme

Jeudi 16 novembre

Ouverture : 9h30-10h30 

ÉLEVAGE ET CAPTIVITÉ – MODÉRATION : ANNE BESSON :  10h30-12h

Florence Gaiotti (Université d’Artois) :  « La visite au zoo dans les albums pour enfants »

Isabelle Olivier (Université d’Artois): « L’ élevage intensif vu par les poules en littérature de jeunesse »

Aurore Labadie (Université Sorbonne Nouvelle – Paris III) : « Jefferson de Jean-Claude Mourlevat, une perspective animale sur les abattoirs »

Continuer la lecture de Colloque : Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse : représentations animales et écologie

Journée d’études sur les albums coréens

Journée d’études sur les albums coréens

Mardi 12 décembre 2023

Auditorium de la Bibliothèque Municipale de Tours (2 bis avenue André Malraux

Co-organisée par la Bibliothèque Municipale de Tours et l’équipe InTru, avec le concours d’IBBY Corée

Le mardi 12 décembre 2023, l’équipe InTRu de l’Université de Tours organise une journée d’études consacrée aux albums coréens. Cette journée prend place dans un ensemble de manifestations organisées autour de l‘exposition On a lu des albums coréens co-organisée par la Bibliothèque Municipale de Tours et l’équipe InTru, avec le concours d’IBBY Corée. Cette journée d’études permettra de croiser l’histoire de l’album en Corée, des entretiens avec des illustrateurs coréens contemporains, et des échanges avec deux éditrices d’albums françaises qui ont de nombreux albums coréens à leur catalogue. L’entrée est libre et gratuite, dans la limite des places disponibles. Elle se tiendra à l’auditorium de la Bibliothèque Municipale de Tours (2 bis avenue André Malraux). Continuer la lecture de Journée d’études sur les albums coréens

Appel à contributions : La littérature jeunesse en temps de guerre

La littérature jeunesse en temps de guerre

Revue Strenæ

Echéance des propositions : 15 janvier 2024

Date prévue de parution : fin 2024

Numéro dirigé par Svetlana Maslinskaia et Kirill Maslinsky, deux chercheurs russes accueillis en France dans le cadre du programme “Pause” dédié aux chercheurs mis en danger dans leur propre pays (programme porté par le Collège de France avec le soutien des ministères de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de l’Intérieur, de l’Europe et des Affaires étrangères et de la Culture.)

Pendant la guerre, pratiquement aucune institution des nations impliquées n’est épargnée, et la littérature ne fait pas exception. Une guerre peut affecter la production littéraire et le contenu littéraire de deux manières. Premièrement, lors d’un conflit militaire, on peut s’attendre à un changement dans les priorités et les valeurs de la société et de l’État. Les dépenses non militaires peuvent être réduites, la propagande devient centrale et les écrivains et les éditeurs doivent réagir. Deuxièmement, une guerre récemment terminée peut relever d’un récit historique national que la littérature se charge souvent d’élaborer et de diffuser. L’accent mis sur l’éducation, la socialisation et l’endoctrinement, typique de la littérature jeunesse, en fait un média particulièrement apte à répondre aux défis de la guerre et de l’après-guerre.

On peut soutenir que les représentations littéraires de la guerre post-conflit constituent un phénomène global plus étendu et qu’elles ont certainement davantage attiré l’attention des chercheurs. Lorsqu’ils travaillent sur les représentations de la guerre dans des œuvres pour enfants, les spécialistes s’intéressent principalement aux images de héros, d’ennemis et de victimes de la guerre. Des dizaines de monographies et d’articles sont consacrés à ces sujets. Dans la plupart des cas, il s’agit d’une réflexion artistique d’après-guerre entreprise dans le but de parvenir à un consensus public sur l’évaluation de la guerre passée (par exemple Zur 2010, The Representations 2014, Tan, Nelson 2022).

La transformation de la littérature jeunesse en temps de guerre n’est étudiée que sporadiquement et s’avère moins bien comprise. La première question posée ici est de savoir dans quelle mesure et comment exactement le contenu de la littérature jeunesse s’est modifié au cours des guerres. En effet, la plupart des recherches sur le contenu de la littérature jeunesse en temps de guerre discutent de son potentiel de propagande (Agnew, Fox 2001, Paris 2004 ; Marten 2012 ; Olivier-Messonnier 2012 ; Darr 2012 ; Paul, Johnston, Short 2016 ; Budgen 2018 ; Zunino 2019). Cependant certaines études, en s’intéressant à l’ensemble de la littérature jeunesse publiée pendant la période de guerre, ont pu montrer que son contenu pouvait aussi prendre des distances avec la propagande militaire (Galway 2022). La question de la censure en temps de guerre a également fait l’objet de quelques études (par exemple Benner 2015 ; Sinibaldi 2016). Continuer la lecture de Appel à contributions : La littérature jeunesse en temps de guerre

Séminaire Afreloce/ENS 2023-2024

Séminaire « Littératures et cultures d’enfance » 2023-2024

Octobre 2023 – Mai 2024

En visio-conférence

Organisé par l’Afreloce (association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance)  et l’École Normale Supérieure

Le séminaire « Littératures et cultures d’enfance » organisé par l’Afreloce et l’ENS (Paris) reprend ses activités. Comme l’an passé, les séances ont lieu un samedi matin par mois, en visio-conférence (le lien de chaque séance sera donné quelques jours auparavant). Il n’est pas nécessaire de s’inscrire au préalable, sauf pour la séance du 18 novembre (nombre limité de places). En voici le calendrier : Continuer la lecture de Séminaire Afreloce/ENS 2023-2024

Parution : Lecture Jeune n°185, “Les littératures de l’imaginaire”

Lecture Jeune n°185, “Les littératures de l’imaginaire“, mars 2023. 

Libraires, éditeurs, influenceurs et grands lecteurs : depuis une décennie, tout le monde parle de littératures de l’imaginaire. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Et pourquoi ces lectures sont-elles si présentes chez les adolescents ?

Rassemblant la fantasy, la science-fiction, l’horreur et le fantastique, les littératures de l’imaginaire ont émergé en France dans les années 1980, d’abord sous l’influence des films et romans anglo-saxons, puis via les jeux vidéo, séries télévisées et bandes dessinées. Représentant désormais la majorité de ce que lisent les jeunes, cette catégorie rassemble des œuvres faisant la part belle à l’invention d’univers extraordinaires. Soudés par des goûts partagés longtemps considérés comme illégitimes, ses fans ont développé des pratiques communes allant de l’échange communautaire aux rassemblements collectifs, en passant par la création amateure. Depuis, l’imaginaire domine tous les supports, alimentant les adaptations Netflix comme les projets scolaires. Grâce au succès notable ces dernières années d’une production française, ces littératures occupent aujourd’hui le devant de la scène en librairie et sur BookTube.

Quelle importance revêt aujourd’hui l’imaginaire dans les représentations des jeunes ? Comment peut-il être utilisé par les médiateurs pour favoriser la créativité des 11-18 ans ? Ces univers répondent-ils enfin davantage aux attentes des adolescents sur la société contemporaine ?

Séminaire : « Archives, collections et petites bêtes en littérature jeunesse : présence et enjeux éditoriaux, Europe/Amériques, XIXe-XXIe siècles » (Université Rennes 2)

Séminaire : « Archives, collections et petites bêtes en littérature jeunesse : présence et enjeux éditoriaux, Europe/Amériques, XIXe-XXIe siècles ».

L’équipe du GRECES-cellam de l’université Rennes 2 se réunit le 20 janvier 2023 de 15h45 à 17h45 (salle recherche ALC) pour lancer son séminaire sur les “Petites Bêtes en littérature jeunesse. Europe-Amériques, XIXe-XXIe siècles: enjeux éditoriaux, traductions, circulation, écocritique”.
Pour suivre et participer à distance, un lien zoom est disponible sur demande (catherine.sablonniere@univ-rennes2.fr).
Pour plus d’informations, consulter https://greces.hypotheses.org/314

Poursuivant sa réflexion sur la littérature jeunesse et sur l’importance des phénomènes éditoriaux pour en éclairer l’histoire et l’évolution, le GRECES consacre cette année son séminaire aux « petites bêtes » dans la littérature jeunesse. La compréhension du monde naturel est  un enjeu fort dans un monde soumis au changement climatique qui menace les équilibres politiques, économiques et sociaux actuels. Parmi les leviers possibles pour modifier notre rapport à la « nature », dont Philippe Descola a mis en évidence la complexité et la variété du sens dans Par-delà Nature et Culture (2005), la littérature jeunesse est mobilisée pour éduquer les enfants et les adolescents et modifier leur regard sur les écosystèmes fragilisés par certaines activités humaines (Chansignaud : 2016 et Prince et Thiltges : 2018). A l’instar des « Portraits de Pays », abondamment publiés après la 2de guerre mondiale afin de promouvoir la compréhension et la paix entre les peuples, les ouvrages actuels sur les animaux visent à faire connaître les petites et grandes bêtes qui peuplent notre monde quotidien ou des espaces plus lointains, afin d’éveiller les consciences des futurs citoyens sur leur importance fondamentale pour les équilibres écologiques. C’est l’une des conclusions de l’ouvrage dirigé par Christiane Connan-Pintado, L’insecte au miroir des livres pour la jeunesse, paru en 2022, qui rassemble de nombreuses contributions sur la place que l’insecte occupe dans la littérature de jeunesse. L’insecte est une petite bête particulièrement intéressante dans la mesure où sa petite taille permet de créer une certaine altérité avec l’enfant. En développant une réflexion sur la connaissance des insectes et de la nature présente dans les libres pour la jeunesse, sur les genres littéraires et éditoriaux privilégiés (le conte, la fable, le roman, le théâtre, la poésie, le documentaire…) et sur les approches multiples de l’insecte (métamorphose, héroïsation, anthropomorphisation, individuation, écocritique, etc). dans des littératures de différentes époques et pays (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Brésil), cet ouvrage nourrit abondamment la réflexion sur les représentations de l’insecte et ses enjeux et ouvre de multiples champs de recherche encore à explorer.

Continuer la lecture de Séminaire : « Archives, collections et petites bêtes en littérature jeunesse : présence et enjeux éditoriaux, Europe/Amériques, XIXe-XXIe siècles » (Université Rennes 2)

Parution : L’aventure politique du livre de jeunesse (C. Bruel)

Christian Bruel, L’aventure politique du livre de jeunesse, La Fabrique, 2022. 

Si elle se donne souvent comme paisible et consensuelle, l’offre de lecture adressée aux enfants et aux jeunes est toujours politique, qu’elle conforte l’ordre des choses ou qu’elle lui résiste.

En partageant nombre de ses lectures jubilatoires, admiratives ou circonspectes, Christian Bruel souligne tant la fécondité luxuriante d’une production créative à la marge, que l’inlassable travail des idéologies s’agissant de la famille, de l’école, du genre, de la sexualité, de l’économie, des discriminations, de l’esthétique, de la compétition, de l’écologie et de l’avenir.

Entre le relevé commenté des frilosités sociales, des évitements manifestes et des conformismes rentables, se glissent des propositions pour une autre formation littéraire des destinataires… et aussi une mère célibataire épanouie, une mare collectivisée par ses canards, des enfants solidaires résistant à « ceux qui décident », un chien libertaire se disant conservateur, l’indispensable travail du texte et ses articulations nouvelles avec  les images, quelques masculinités moins hégémoniques, des filles rebelles plus nombreuses, et de possibles mondes entrevus !

« Pourquoi craindre la dimension politique du livre jeunesse ? Christian Bruel, auteur et éditeur, nous rappelle les enjeux culturels et sociaux de la littérature pour enfants. » France Culture, Affaires en cours, 11 octobre 2022.

Christian Bruel

Créateur et éditeur d’albums pendant près de quarante ans, Christian Bruel forme des adultes aux enjeux culturels et sociaux de l’offre de lecture jeunesse. On peut consulter sa bibliographie sur le site des éditions Être.