Archives par mot-clé : édition jeunesse

Parution : L’aventure politique du livre de jeunesse (C. Bruel)

Christian Bruel, L’aventure politique du livre de jeunesse, La Fabrique, 2022. 

Si elle se donne souvent comme paisible et consensuelle, l’offre de lecture adressée aux enfants et aux jeunes est toujours politique, qu’elle conforte l’ordre des choses ou qu’elle lui résiste.

En partageant nombre de ses lectures jubilatoires, admiratives ou circonspectes, Christian Bruel souligne tant la fécondité luxuriante d’une production créative à la marge, que l’inlassable travail des idéologies s’agissant de la famille, de l’école, du genre, de la sexualité, de l’économie, des discriminations, de l’esthétique, de la compétition, de l’écologie et de l’avenir.

Entre le relevé commenté des frilosités sociales, des évitements manifestes et des conformismes rentables, se glissent des propositions pour une autre formation littéraire des destinataires… et aussi une mère célibataire épanouie, une mare collectivisée par ses canards, des enfants solidaires résistant à « ceux qui décident », un chien libertaire se disant conservateur, l’indispensable travail du texte et ses articulations nouvelles avec  les images, quelques masculinités moins hégémoniques, des filles rebelles plus nombreuses, et de possibles mondes entrevus !

« Pourquoi craindre la dimension politique du livre jeunesse ? Christian Bruel, auteur et éditeur, nous rappelle les enjeux culturels et sociaux de la littérature pour enfants. » France Culture, Affaires en cours, 11 octobre 2022.

Christian Bruel

Créateur et éditeur d’albums pendant près de quarante ans, Christian Bruel forme des adultes aux enjeux culturels et sociaux de l’offre de lecture jeunesse. On peut consulter sa bibliographie sur le site des éditions Être.

Parution : L’insecte au miroir des livres pour la jeunesse (dir. Christiane Connan-Pintado)

Christiane Connan-Pintado (dir.), L’insecte au miroir des livres pour la jeunesse. Présence, représentations, discours, Presses universitaires Blaise Pascal, 2022.

Abeilles, papillons, fourmis, coccinelles… les insectes ont investi de longue date les livres pour enfants mais leur présence dans ce domaine éditorial n’a pour l’instant fait l’objet, en France, d’aucune étude monographique, comme si ces « vivants minuscules » représentaient la catégorie la plus excentrée de l’animal et du nonhumain.

L’ouvrage suit un parcours en cinq étapes. La première partie interroge leur présence dans les livres pour enfants, les trois suivantes les recherchent dans certaines catégories littéraires – fables et contes, classiques pour la jeunesse, livres d’images – la dernière s’attache aux enjeux symboliques de la rencontre entre l’insecte et l’homme.

Se pencher sur des êtres si différents et d’une telle diversité invite à questionner aussi bien la condition humaine que la condition animale et les modalités du vivant, devenues aujourd’hui une préoccupation cruciale. L’ensemble de l’ouvrage vise à montrer à quel point le chétif animal qui paraissait au premier chef « pauvre en monde » se révèle finalement, sous la loupe de la littérature, « bon à penser ».

Maître de conférences habilitée en langue et littérature françaises, émérite, à l’Université de Bordeaux, membre de l’équipe TELEM (Université Bordeaux-Montaigne) et associée au CELIS, Christiane Connan-Pintado a co-écrit Fortune des contes des Grimm en France dans la littérature de jeunesse (Presses universitaires Blaise-Pascal, 2014), co-dirigé plusieurs ouvrages collectifs et numéros de revue, et publié de nombreux articles sur le conte, la littérature de jeunesse et son enseignement.

Parution : Du classement au reclassement. Sociologie historique de l’édition jeunesse en France et en Espagne (Guijarro Arribas Delia)

Guijarro Arribas Delia, Du classement au reclassement. Sociologie historique de l’édition jeunesse en France et en Espagne, Presses Universitaires de Rennes, 2022. 

La production des livres destinés à la jeunesse se caractérise par une importante fragmentation. Les catégories sont éclectiques : albums, documentaires, livres d’activités, etc., tout comme les publics ciblés : nouveau-nés, petits, adolescents, filles ou garçons, etc. À l’intérieur de ces groupes, la production est loin d’être homogène : livres avec ou sans textes aux formats divers, plus ou moins courts, onéreux ou bon marché. L’objectif peut être divertissant ou au contraire très éducatif – certaines publications tentant d’associer distraction et pédagogie. Cette disparité est le résultat d’un processus qui eut lieu tout au long du XXe siècle, mais qui s’est considérablement amplifié depuis les années 1970.

À partir des exemples de deux pays, la France et l’Espagne, cet ouvrage analyse l’interdépendance entre l’évolution de ces pratiques classificatoires et la constitution des secteurs jeunesse en espaces éditoriaux autonomes, intégrés et dotés d’une forte puissance de légitimation. Il examine les choix et les stratégies des agents de l’édition jeunesse, en prenant toujours en compte les variables qui structurent le marché de l’édition aux niveaux national et linguistique, tous deux insérés dans un marché mondial. Ce livre propose ainsi la première sociologie historique comparée, croisée et transnationale de l’édition jeunesse.

avec le soutien de l’UFR SITEC de l’université Paris Nanterre et du Centre Européen de Sociologie et de Science Politique de la Sorbonne (CNRS/EHESS/Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Continuer la lecture de Parution : Du classement au reclassement. Sociologie historique de l’édition jeunesse en France et en Espagne (Guijarro Arribas Delia)

Sarah GHELAM (Université Paris-Nanterre)

Formation universitaire

  • 2019 – 2021 Master Sciences Humaines et Sociales Métiers de l’Edition – Parcours Edition.
  • 2016 – 2019 Licence Lettres Edition Média Audiovisuel – Erasmus à Charles University, Prague.

Travaux de recherche

  • 2020 Mémoire : La représentation de personnages enfantins non blancs dans les albums publiés entre 2010 et 2020 en France.
  • 2019 Mémoire : L’énonciation éditoriale des maisons d’édition jeunesse à portée féministe.

Articles

  • Véronique Francis, Sarah Ghelam. « Les représentations de l’enfant noir dans la littérature jeunesse : quelles évolutions ?». Revue NVL n°229, 2021.

Interventions en journée d’étude, congrès et colloques

  • Colloque, « Femmes sauvages, Amazones et femmes viriles : quelles évolutions de la littérature médiévale à l’imaginaire contemporain ? » du 7 et 8 avril 2022, Université Clermont Auvergne, « Le personnage de la fille sauvage est-il une figure subversive de l’album jeunesse ? ».
  • Journée d’étude, « Epinglé.es », 28 novembre 2020, Sorbonne Université. « Où sont les lesbiennes ? ».

Séminaires

  • Séminaire, « Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique », 2022, « À la recherche du reflet – Retour sur une pratique de lecture ».
  • Séminaire, « Pratiques d’enquête sur les rapports sociaux de race en France hexagonale et ultramarine », 2022, « De quelle couleur ? Comment étudier la représentation de la race en littérature jeunesse ».

Fonctions institutionnelles et associatives

  • 2019 – 2021 Membre du collectif de chercheuse Les Jaseuses.

Publication d’articles sur le carnet du collectif,
Mise en place d’une formation égalité filles-garçons,
Participation à l’organisation du colloque « Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins / queer ».

  • 2017 – 2020 Membre du bureau de l’association féministe de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.

Gestion, communication interne et externe
Organisation du mois féministe (conférences, journées d’étude, ateliers, etc.) en collaboration avec les différentes associations de Sorbonne Université,
Mise en place de distributeurs de protections menstruelles sur les centres Sorbonne Université.

Carnet de recherche

Appel à contributions : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires (Strenae n°21)

“Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires”

Strenae, n°21

Échéance des propositions : 1er septembre 2021

 Dirigé par Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier

Le récent décès du dessinateur André Chéret (5 mars 2020), créateur avec le scénariste Roger Lécureux du célèbre héros préhistorique de la bande dessinée Rahan, plonge dans une certaine nostalgie les très nombreux‧euses quadra et quinquagénaires abreuvé‧e‧s par la lecture, durant leurs jeunes années, de cette série culte (plus de 200 épisodes) de Pif Gadget, magazine de bandes dessinées fortement ancré dans le monde ouvrier.

Issu d’un organe clandestin de jeunes résistants communistes né en 1942 (Medioni 2012), Pif Gadget est la quatrième dénomination d’une revue appelée préalablement Le Jeune Patriote, Vaillant et Le Journal de Pif. Au tournant des années 1950-1960, le journal, en perte de vitesse (passage sous la barre des 100 000 exemplaires), est contraint de modifier sa ligne éditoriale première. Une nouvelle direction est nommée et de nouvelles stratégies commerciales voient le jour permettant ainsi au journal d’atteindre un succès record. En 1980, Pif Gadget rivalise avec ses concurrents Le Journal de Mickey et Picsou magazine en tirant tous les trois au-dessus des 300 000 exemplaires. À cette même période, Spirou passe sous la barre des 80 000, Pilote sous les 60 000 et Tintin sous les 50 000 (Lesage 2018 : 309). Les Pif Gadget n°60 (1970), n°137 (1971) et n°443 (1977) sont tirés à un million d’exemplaires.

Ce magazine d’obédience communiste se révèle être un médium d’envergure. Il invite à questionner son impact, notamment sur les jeunes, au cours de la fin du XXe siècle. À n’en point douter, cette publication « est, par la variété des évolutions ou ruptures idéologiques qu’elle propose, un intéressant objet d’étude » (Bruno 2008 : 127). La longévité de Pif Gadget et son lien avec le PCF interrogent évidemment quant à la bolchévisation éventuelle des jeunes d’une génération très hétéroclite (Bantigny & Jablonka 2009 ; Lahire 2019). Cependant, cette « politisation ouvrière » et communiste (Pudal 2000) via Pif Gadget est-elle aussi durable et puissante qu’on pourrait le penser ? Résiste-t-elle à l’uniformisation des imaginaires par la culture de masse (Rioux & Sirinelli 2002) ? La lecture de Pif Gadget est-elle vraiment une pratique culturelle de classe (Coulangeon 2005) destinée aux enfants les moins favorisés dans un contexte de « dissolution de la subculture ouvrière » (Vigna 2012 : 323) ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires (Strenae n°21)

Colloque : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires

Le colloque « Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires » se tiendra les 4 et 5 février 2021.

Le programme de recherche PIFGADG&CIE a pour but d’analyser les contenus des succès de presse que sont Vaillant puis Vaillant, Le journal de Pif (1965) et Pif Gadget (1969-1993 puis 2004-2008). Impliquant notamment des collègues de l’Université de Bourgogne/Franche-Comté provenant de laboratoires différents, le projet entend valoriser les approches pluri- et transdisciplinaires, de façon à questionner la supposée fabrication d’un imaginaire collectif et la construction d’une mémoire commune communiste à travers ce magazine de jeunesse. Cet événement s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche porté par Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier et (Laboratoire C3S) et soutenu par la Fédération des MSH de Bourgogne et de Franche-Comté.

Les succès des ouvrages de Richard Medioni (2003, 2012) et de Christophe Quillien (2018) témoignent de l’intérêt pour l’histoire de Pif Gadget pour de nombreux anciens lecteurs. Pourtant, Pif Gadget et son inscription dans la mémoire collective suscitent peu de travaux au sein de l’université. Un précédent projet de recherche, PIFERAI « Pif, dans tous ses états : recherches, archives, interdisciplinarité » monté par Henri Garric et Jean Vigreux en 2018 et soutenu par la Fédération des MSH de Bourgogne et de Franche-Comté, comble un manque certain sur les origines et la genèse de Pif Gadget. Le présent colloque s’inscrit dans le prolongement de ce projet PIFERAI pour questionner les décennies suivantes. La longévité de Pif Gadget et son lien avec le PCF interrogent évidemment quant à la bolchévisation éventuelle des jeunes d’une génération très hétéroclite. Cependant, cette « politisation ouvrière » et communiste via Pif Gadget est-elle aussi durable et puissante qu’on pourrait le penser ? Résiste-t-elle à l’uniformisation des imaginaires par la culture de masse ? La lecture de Pif Gadget est-elle vraiment une pratique culturelle de classe destinée aux enfants les moins favorisés dans un contexte de « dissolution de la subculture ouvrière » (Vigna 2012) ? A la croisée des Media Studies, des Childhood Studies et des Communist Studies, ce colloque vise à apporter des éclairages originaux à ces champs en plein renouvellement comme le montrent les travaux récents publiés sur la presse en France ou le PCF.
Compte tenu du contexte épidémique, ce colloque se déroulera en distanciel et sera retransmis en direct en streaming grâce au lien suivant : https://mediacenter.univ-fcomte.fr/Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires 

Continuer la lecture de Colloque : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires

Parution : Ondina Ondine, n° 5: “Sentiments et émotions dans les fictions pour la jeunesse”

Bochra Charnay et Thierry Charnay (dir.), Ondina Ondine, n° 5 : “Sentiments et émotions dans les fictions pour la jeunesse”, Université de Saragosse, Espagne, 2021.

Sommaire 

Présentation

Bochra Charnay et Thierry Charnay

Première partie : Le dicible 

Christiane Connan-Pintado, « Du conte au théâtre contemporain pour la jeunesse ou De la mise en scène des émotions »

Bochra Charnay, « La quête de la peur : du conte de tradition orale aux albums pour l’enfance »

Warayanssa Mawoune, « La peur comme stratégie dissuasive et d’éducation sentimentale dans les contes pour jeune fille au Nord-Cameroun ». Continuer la lecture de Parution : Ondina Ondine, n° 5: “Sentiments et émotions dans les fictions pour la jeunesse”

Parution : Cahiers Robinson n° 48 : “Paul-Jacques Bonzon. A l’ombre des séries, des oeuvres singulières”

Cahiers Robinson n° 48. Paul-Jacques Bonzon. A l’ombre des séries, des oeuvres singulières2020.

sous la direction de Christine Prévost et Aurélie Gille- Comte Sponville

Cette livraison s’intéresse à la partie de l’œuvre de Paul-Jacques Bonzon qui n’entre pas dans le cadre des séries. Des romans comme Du gui pour ChristmasLes Orphelins de Simitra, L’Éventail de Séville, ou encore Le Viking au bracelet d’argent, ont connu un grand succès tant auprès du public que des prescripteurs. Relire ces romans permet d’éclairer le développement de la littérature de jeunesse dans les décennies des Trente Glorieuses.

Relire Bonzon aujourd’hui, c’est aussi mesurer l’écart entre notre monde et celui de l’après-guerre, encore désuet, un monde dans l’attente d’une modernité qui va l’emporter, un monde où les gens semblent avoir des désirs simples mais où l’appel de l’exotisme se fait sentir avec insistance. Continuer la lecture de Parution : Cahiers Robinson n° 48 : “Paul-Jacques Bonzon. A l’ombre des séries, des oeuvres singulières”

Appel à communication : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires

Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires

Le programme de recherche Pifgadg&Cie a pour but d’analyser les contenus des succès de presse que sont Vaillant puis Vaillant, Le journal de Pif (1965) et Pif Gadget (1969-1993 puis 2004-2008). Impliquant notamment des collègues de l’université de Bourgogne/Franche-Comté provenant de laboratoires différents, le projet entend valoriser les approches pluri et transdisciplinaires, de façon à questionner la supposée fabrication d’un imaginaire collectif et la construction d’une mémoire commune communiste à travers ce magazine de jeunesse.

Cet événement scientifique sera organisé dans les locaux de la MSHE Ledoux à Besançon les 4 et 5 février 2021. Ce projet PIGAD&CIE a le soutien de la Fédération des MSH de Bourgogne et de Franche-Comté.

Continuer la lecture de Appel à communication : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires

Appel : La collection, fabrique éditoriale des œuvres pour la jeunesse

La revue Strenæ lance un appel à contributions pour son numéro de mars 2016. Ce numéro sera consacré au rôle joué par les collections éditoriales dans la fabrique des œuvres pour la jeunesse et la construction des modèles littéraires qui s’y rapportent. Continuer la lecture de Appel : La collection, fabrique éditoriale des œuvres pour la jeunesse