Archives par mot-clé : édition

Programme : La Volte. Vingt ans d’édition à contrevent. Poétiques et politiques de la science-fiction au XXIe siècle (Campus Condorcet, 11-12/06/2024)

La Volte. Vingt ans d’édition à contrevent. Poétiques et politiques de la science-fiction au XXIe siècle

Campus Condorcet (Aubervilliers, Bâtiment Recherche Sud) les 11 et 12 juin 2024

Organisé par Christèle Couleau et Jean-Marc Baud

 

Programme de l’événement

Continuer la lecture de Programme : La Volte. Vingt ans d’édition à contrevent. Poétiques et politiques de la science-fiction au XXIe siècle (Campus Condorcet, 11-12/06/2024)

Appel à contributions : La traduction de bandes dessinées en-dehors des cases (revue Comicalités)

La traduction de bandes dessinées en-dehors des cases

Revue Comicalités, « Thématique » dirigée par Romain Becker (Université d’Angers) & Timothy Sirjacobs (KU Leuven)

Date d’échéance : 1er septembre 2024

Texte de l’appel :

En 1999, un article rédigé par Klaus Kaindl rapprochait déjà la bande dessinée et la sociologie de la traduction, marquant de ce fait un tournant radical dans l’étude de la bande dessinée traduite. Pour la première fois étaient passés en revue d’un point de vue sociologique divers aspects de la traduction de bande dessinée. Cette première recherche a été suivie, en 2008, de la monographie Comics in Translation sous la direction de Federico Zanettin. Dans son introduction, Zanettin (2008, 19-20) pointait du doigt l’inclusion tardive de la bande dessinée en sociologie de la traduction, mentionnant notamment le nombre limité d’articles qui traitent de ce sujet et les perspectives certes intéressantes, mais souvent réductrices par lesquelles celui-ci a traditionnellement été approché. En effet, bien que la bande dessinée ait été « pleinement récupérée par les milieux intellectuels » (D’oria et Conenna, 1979, 19) à partir des années 1970 et malgré l’article prometteur de Reiss (1982) qui aborde la traduction de bande dessinée d’un point de vue multimodal, l’accent se retrouvait dans la majorité des cas sur l’oralité du médium (Fresnault-Deruelle, 1970 ; 1975 ; Caceres Würsig, 1995, 527-528). Cette perspective se retrouvait par conséquent dans le peu d’articles consacrés à la bande dessinée en traduction (D’oria et Conenna, 1979 ; Sierra Soriano, 1999). En outre, la traduction de ce médium était vue comme « contrainte » car celle-ci devait rendre « l’effet comique » (Santi, 1983) dans un espace graphiquement délimité par des cases et des phylactères (Mayoral, Kelly et Gallardo, 1988). Continuer la lecture de Appel à contributions : La traduction de bandes dessinées en-dehors des cases (revue Comicalités)

Appel à communicatioons : Pratiques et politiques de traduction dans les fictions criminelles 1945-1989 / Translation practices and policies in crime fiction 1945-1989 (Paris Nanterre)

Pratiques et politiques de traduction dans les fictions criminelles (1945-1989)

24-25 octobre 2024, colloque international

Université Paris Nanterre

Date d’échéance : 30 juin 2024

Texte de l’appel :

SCROLL DOWN FOR ENGLISH VERSION

Organisé dans le cadre du projet ANR POLARisation (https://polarisation.hypotheses.org/), en collaboration avec le Centre des Sciences des Littératures en Langue Françaises (CSLF), le Centre de Recherches Anglophones (CREA) et le Centre de Recherches Pluridisciplinaires Multilingues de l’Université Paris Nanterre (CRPM), le colloque entend éclairer le rôle de la traduction dans la formation et l’affirmation des collections de littérature policière et la perception des principales orientations du genre policier entre 1945 et 1989 principalement en France mais aussi, à titre de comparaison, dans d’autres pays.

Bon nombre de collections, telles « Le Masque », la « Série Noire » et « Un Mystère » ont dû leur essor à la traduction de romans étrangers, majoritairement britanniques et américains. La traduction a façonné l’identité de ces collections et, à travers elle, conditionné une certaine perception de la fiction criminelle et de ses principales catégories génériques. Les romans publiés y sont généralement le résultat d’une série d’opérations de sélection, de coupe, de réécriture, de domestication et de nivellement culturel et linguistique qu’une double analyse du système des traductions fait apparaître, en reconstruisant les conditions matérielles du processus de traduction ou en étudiant les choix traductifs au niveau linguistico-textuel. Continuer la lecture de Appel à communicatioons : Pratiques et politiques de traduction dans les fictions criminelles 1945-1989 / Translation practices and policies in crime fiction 1945-1989 (Paris Nanterre)

Appel à contributions : Les albums pour la jeunesse coréens depuis les années 1970/Korean Picture Books since the 1970s

Les albums pour la jeunesse coréens depuis les années 1970

Date d’échéance : 30 juin 2024

Numéro  de la revue en ligne dirigé par Dr Sungyup Lee (Ewha Womens University, Seoul).

Texte de l’appel :

 English version below

En 1988 est publiée une œuvre qui restera gravée dans l’histoire de l’album coréen : 백두산 이야기 ([Baekdusan Iyag], L’histoire du mont Baekdu), considérée comme le premier album coréen vendu à l’unité (Lee, 2022). De la fin du XIXe siècle au milieu du XXe, on peut pourtant observer la publication de livres et de recueils considérés comme précurseurs de l’album, dont témoigne우리들 노래 ([Urideul norae], Nos chansons, 1947), recueil de poèmes (Cho, 2006 ; Jeong, Park, 2013). Mais jusque dans les années 1960 et 1970, il n’existe pratiquement que des collections, dont le format est uniformisé et qui se vendent seulement en bloc, avec paiement fractionné. La plupart des collections empruntent leurs textes à des contes traditionnels ; d’autres sont des traductions non autorisées d’albums étrangers. À la fin des années 1970, prenant conscience du grand écart entre les livres coréens et étrangers, la maison d’édition Dongwha publie 그림나라 100 ([Grimnara100], Pays d’images 100), une collection qui se distingue par le fait que chaque livre est une création, et non une reproduction d’un conte traditionnel (Cho, 2019 ; Ro, 2018). Une décennie plus tard, L’histoire du mont Baekdu marque la naissance des albums à l’unité dans lesquels s’expriment l’originalité et la créativité de chaque artiste. Continuer la lecture de Appel à contributions : Les albums pour la jeunesse coréens depuis les années 1970/Korean Picture Books since the 1970s

Appel à contributions : Apocalypse et dystopie dans la littérature italienne et française, de 1945 à aujourd’hui (Cahiers d’études italiennes)

Apocalypse et dystopie dans la littérature italienne et française,  de 1945 à aujourd’hui

Cahiers d’études italiennes, Novecento… e dintorni , n° 42, printemps 2026  

Université Grenoble Alpes

Date d’échéance : 28 février 2025

Sous la direction d’Enzo Neppi, Stefano Lazzarin, Diego Pellizzari, et Valentina Sturli.

Texte de l’appel :

Les intrigues dystopiques et apocalyptiques sont fréquentes dans la littérature récente et contemporaine. Pour en saisir toute la portée, il faut néanmoins les replacer dans le contexte historique constitué par la révolution scientifique (théorisée par Francis Bacon), la transformation capitaliste de l’économie, la philosophie de l’histoire (née dans la seconde moitié du XVIIIe siècle) ainsi que par les courants « messianiques » modernes auxquels ces intrigues apocalyptiques s’opposent.

Depuis Kant, qui théorise la « paix universelle » et le « royaume des fins » comme « fin cachée de la nature », jusqu’à Kurzweil, qui présente l’expansion de l’intelligence dans le cosmos comme la « fin de l’univers », en passant par Fichte, Condorcet, Constant, Shelley, Fourier, Marx, Nietzsche, Marinetti, Trotski, Keynes, Ayn Rand et bien d’autres, le messianisme « laïc » a traversé les deux derniers siècles sous des formes différentes. Continuer la lecture de Appel à contributions : Apocalypse et dystopie dans la littérature italienne et française, de 1945 à aujourd’hui (Cahiers d’études italiennes)

Appel à contributions : Bande dessinée et partage des savoirs (revue Épistémocritique)

Bande dessinée et partage des savoirs

Revue Epistémocritique.

Date d’échéance : 7 mai 2024

Numéro dirigé par Margot Renard (Université de Gand) & Axel Hohnsbein (université de Bordeaux, SPH).

Texte de l’appel :

En 2016, l’astronaute français Thomas Pesquet file en vaisseau spatial vers la Lune, observé avec attention par le grand public et par les médias. Un an plus tard, Marion Montaigne raconte l’expérience dans sa bande dessinée Dans la combi de Thomas Pesquet publiée chez Dargaud, vite devenue un classique en matière de vulgarisation scientifique, et sélectionnée pour le Fauve d’or à Angoulême en 2018. Sept ans après, la bande dessinée de vulgarisation poursuit sa croissance : de nombreuses entreprises éditoriales ont simultanément vu le jour, au travers de collections spécifiques (La Petite Bédéthèque des Savoirs, Sociorama, Octopus…) et de partenariats éditoriaux entre maisons spécialisées (Fayard et Glénat, les Éditions du Musée du Louvre et Futuropolis, La Découverte avec La Revue dessinée et Delcourt…). Ces succès éditoriaux s’inscrivent dans un fort contexte de redéfinition des supports de la vulgarisation : si les chaînes youtube, émissions radio et podcasts, mini-séries et documentaires TV, expositions interactives et autres jeux de société à visée vulgarisatrice se multiplient à l’heure actuelle, le secteur plus ancien de la presse imprimée de vulgarisation scientifique se trouve actuellement dans une situation délicate, poussant un titre centenaire tel que Science & Vie à redéfinir sa ligne éditoriale dans la douleur, tandis que le mensuel La Recherche s’est réinventé sous la forme d’un mook trimestriel. Continuer la lecture de Appel à contributions : Bande dessinée et partage des savoirs (revue Épistémocritique)

Parution : Dumas – Création et Rédemption

Alexandre Dumas, Création et Rédemption, édition de Julie Anselmini, Paris, Gallimard, 2024 [1870].

Présentation

Ultime chef-d’œuvre de Dumas, Création et Rédemption (1869-1870) renferme à la fois une chronique tumultueuse de la Révolution française, une histoire d’amour à rebondissements et un récit merveilleux qui fait la part belle à l’alchimie et au magnétisme. En 1785, dans un petit village du Berry, le docteur Jacques Mérey recueille la jeune Éva. Le tuteur et sa pupille tombent amoureux, mais la révélation de la noble ascendance d’Éva les contraint à se séparer. Élu député de la Convention, Jacques part pour Paris, où il côtoie intimement Danton et assiste au tournant de la Terreur. Derrière la trajectoire romanesque de ces amants maudits, c’est la scission violente entre le peuple et l’aristocratie d’Ancien Régime que Dumas donne à voir.
Magistrale plongée au cœur de la tourmente révolutionnaire, ce grand roman oublié retrouve ici son titre et son architecture d’origine, tels que les a pensés celui qui, selon Michelet, « a plus appris d’histoire au peuple que tous les historiens réunis ».

Appel à communications : Tolkien and His Editors / Tolkien und seine Herausgeber:innen (20th DTG Tolkien Seminar, Aachen)

Tolkien and His Editors

11-13 October 2024

RWTH Aachen, Germany

Date d’échéance : 30 mai 2024

Texte de l’appel :

German version & bibliography below

Call for Papers for the 20th DTG Tolkien Seminar

Tolkien, in paratextual parts of his main work The Lord of the Rings, introduced himself as the editor and translator of the Red Book of Westmarch. A similar conjecture can be found in Farmer Giles of Ham, which comes with a scholarly preface and purports to be the translation of a medieval manuscript. These rather playful examples should be set alongside the real-world editors of Tolkien’s works. In his will, Tolkien made his youngest son Christopher (1924-2020) his ‘literary executor’ with “full power to publish edit alter rewrite or complete any work of mine which may be unpublished at my death or to destroy the whole or any part or parts of any such unpublished works as he in his absolute discretion may think fit and subject thereto” (official copy of Tolkien’s will, 23 July, 1973). Until his death (16 January 2020), Christopher actively fulfilled his role as ‘literary executor’ and edited and made available to a wide audience countless texts from Tolkien’s estate – and thus strongly influenced the perception and understanding of the works already published during Tolkien’s lifetime. Continuer la lecture de Appel à communications : Tolkien and His Editors / Tolkien und seine Herausgeber:innen (20th DTG Tolkien Seminar, Aachen)

PARUTION : Collection “J’aimerais t’y voir”

Lancement d’une nouvelle collection d’essais critiques sur la littérature jeunesse : “J’aimerais t’y voir”, aux éditions On ne compte pas pour du beurre

En librairie à partir du 22 février 2024

100 pages, 14 x 18 cm, 10€

Présentation

La collection “J’aimerais t’y voir”, propose un espace de pensée sur les recherches et pratiques en cours autour des représentations en littérature jeunesse, plus précisément à l’intérieur de la production d’albums jeunesse en France. Des listes bibliographiques commentées complètent chaque ouvrage. 

Trois ouvrages viennent inaugurer cette nouvelle collection : 

Sarah Ghelam et Spencer Robinson, Où sont les personnages LGBTQI+ en littérature jeunesse ?

Priscille Croce, Où sont les albums jeunesse anti-sexistes ?

Sarah Ghelam, Où sont les personnages d’enfants non-blancs en littérature jeunesse ?

Consulter le communiqué de presse

Appel à communications : Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?” (Aix-en-Provence)

Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?”

21-24 mai 2024

Aix-Marseille Université

Date d’échéance : 20 février 2024

55e Congrès de l’Association Française d’Études Américaines “Power & Empowerement”, organisé par Savinien Capy (ELICO, Université Lyon 2) et Charles Joseph (3L.AM, Le Mans Université).

Texte de l’appel : 

Représentant la majorité des ventes de comic books aux États-Unis, les super-héros sont devenus des figures emblématiques de la culture populaire tant dans le pays qu’à l’international, succès relancé depuis le début des années 2000 avec la déferlante de leurs adaptations cinématographiques et sérielles. De par la place centrale qu’ils occupent dans l’imaginaire collectif, autant que par les arcs narratifs de leurs intrigues, les questions de pouvoir et d’empouvoirement surgissent. Parce qu’ils s’articulent autour de personnages dotés de capacités extra-ordinaires, le concept de « pouvoir » fait partie de l’ADN narratif des produits que sont les comic books. Ces derniers permettent également d’interroger comment les concepts de pouvoir, de prise de pouvoir, d’accès au(x) pouvoir(s), de rapport de pouvoir, etc. sont représentés dans un médium naturellement enclin à se plier aux goûts du public, et se voulant miroir des représentations mentales d’une majorité de la population. Continuer la lecture de Appel à communications : Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?” (Aix-en-Provence)