Archives par mot-clé : édition

Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Diplômée en en français moderne et en sciences du langage à l’Université de Lausanne, Gaëlle Kovaliv étudie les conditions de production et de réception des œuvres de bande dessinées nativement numériques francophones. Sa thèse, entre sociologie et lettres, se concentre ainsi sur six axes de recherche : l’identité de ce nouveau médium, les conséquences de la disparition du filtre éditorial – notamment dans une perspective de genrée –, la place du lectorat, l’économie et le financement, le rôle des éditeurs papier et une comparaison internationale des formes de création et de diffusion. Cette recherche est principalement basée sur des entretiens menés auprès de créateurs et créatrices et par des témoignages provenant du monde professionnel de l’édition.

Dans le cadre du projet, Gaëlle Kovaliv a déjà co-rédigé plusieurs articles. Un glossaire bilingue des unités significatives de la bande dessinée avec Olivier Stucky, une étude de la forme des tables des matières des bandes dessinées numériques avec Anaïs Goumand et un article sur le genre, les media studies et la bande dessinée avec Léonore Porchet. Elle a également participé, avec Raphaël Baroni et Olivier Stucky, à la rédaction d’un article de synthèse sur les obstacles qui s’opposent à l’émergence de supports de publication numériques dans le contexte de la bande dessinée européenne et francophone. Elle a aussi réalisé plusieurs bases de données visant à recenser les bandes dessinées nativement numériques francophones ainsi que les créateurs et créatrices actifs et actives dans de domaine.

Par ailleurs, Gaëlle Kovaliv est actuellement membre du comité éditorial de la revue Comicalités, du Réseau des Narratologues Francophones (RéNaF) et du Pôle de Narratologie Transmédiale (NaTrans). Elle est également coresponsable bénévole des conférences et animations du festival de bandes dessinées BDFIL et membre du comité d’édition de la revue Archipel.

Publications

Parution : Vingt mille lieues sous les mers (Jules Verne, éd. William Butcher)

Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mersÉdité par William Butcher, Presses Universitaires de Clermont-Ferrand, 2021. 

Vers février 1868, Jules Verne entame, presque sans repos, la rédaction de ce qui deviendra Vingt mille lieues sous les mers. Ce roman, qui commence à paraître treize mois plus tard, est sans doute le plus ambitieux des Voyages extraordinaires. La maîtrise vernienne se voit dans la grandeur des thèmes et dans le style, alternativement humoristique et majestueux. Vingt mille lieues figure parmi les livres les plus connus de tous les temps et parmi les textes classiques les plus vendus en toute langue.
William Butcher nous livre la relation qui se joue entre Jules Verne et son éditeur Hetzel, deux visions du roman qui s’affrontent, et révèle les nombreuses modifications contraintes contribuant à la naissance d’une première édition sous une forme fortement modifiée de celle du manuscrit, au point que l’auteur exprime des regrets amers pour les idées originales. Son brouillon contient ainsi de larges sections inédites, abondamment citées dans ce volume, qui transmettent un message esthétique, politique et idéologique méconnu.

 

Appel à contributions : Publier la littérature (revue Itinéraires)

« Publier la littérature »

Revue Itinéraires. Textes, littératures, cultures

Échéance de soumission des articles (version 1) : 15 septembre 2021

Numéro dirigé par François Demont, Romain Bionda et Mathilde Zbaeren

Ce que plusieurs chercheurs et chercheuses ont appelé « la littérature hors du livre » (Rosenthal et Ruffel 2010 et 2018) occasionne aujourd’hui des changements profonds à l’idée même de « littérature », dans la mesure où l’on considère que celle-ci peut très bien être produite, publiée et reçue dans des contextes qui lui confèrent des parentés troublantes avec les arts de la performance. Outre qu’elle demande de nouvelles collaborations entre certaines disciplines (en particulier les études littéraires et théâtrales), la situation contemporaine permet peut-être de voir que ces liens existaient déjà par le passé, et invite par là à réévaluer la dimension performative de la littérature des siècles précédents. C’est ce double regard sur le présent et le passé, même très ancien, que ce dossier entend engager, dans une ouverture sur toutes les littératures.

Les formes d’« écritures » contemporaines débordent largement le périmètre de ce qu’on appelle la « littérature ». Celle-ci excède parfois les limites posées en son temps par Nelson Goodman ([1968] 2011) : art à une phase (celle de son écriture), de régime allographique (qu’on ne peut pas contrefaire), dont l’« exécution » (l’écriture) précède toujours l’« implémentation » (sa publication et sa lecture). Autrement dit, la manière dont les textes « entre[nt] dans la culture » (Goodman [1984] 2009) gagne à être réinterrogée. De fait, l’« œuvre » de l’écrivain·e peut être « manifestée » – diversement – par des « objets » (Genette [1994] 2010) autres que le livre. La question de la publication gagne ainsi à être abordée dans son acception la plus large possible, comme la rencontre potentielle ou actualisée d’une œuvre (ou d’une partie de l’œuvre) avec un public. Celle-ci n’est pas nécessairement livresque, mais peut aussi intervenir via l’enregistrement, l’exposition ou la performance, par exemple.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Publier la littérature (revue Itinéraires)

Parution : L’Arc et le Heaume, hors-série n°2, « Conversations avec J.R.R. Tolkien »

L’Arc et le Heaume — Hors-série n°2 — Conversations avec J.R.R. Tolkien

 Association Tolkiendil, 2021.

Le 29 juillet 1954, 17 ans après la parution du Hobbit, paraît en Angleterre La Fraternité de l’Anneau, le premier volume du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien, suivi en novembre 1954 et octobre 1955, des volumes Les Deux Tours et Le Retour du Roi. Le succès, bien qu’au rendez-vous, est modeste, à l’image d’autres bestsellers de l’époque. Pendant environ dix ans, les éditions Allen & Unwin rééditent les trois volumes jusqu’à parvenir à environ 275 000 exemplaires produits entre 1954 et 1965 pour les marchés anglais et américains. En 1969, ce nombre était estimé à près de 3 millions de copies, une explosion qui marque le début de la popularité croissante de Tolkien et un virage médiatique qui font suite, notamment, à la parution d’une édition pirate publiée aux USA par Ace Books en 1965. Cette popularité remarquée se traduit ainsi par un nombre croissant de lettres, d’appels téléphoniques (parfois en pleine nuit !), mais également de demandes d’interviews de la part de différents médias. Ainsi, pour la seule décennie 1960, Tolkien répond à une quinzaine d’interviews, sur la vingtaine connue, des interviews dans lesquels ses fans ont l’opportunité d’en apprendre plus sur sa vie d’écrivain, son œuvre et ses centres d’intérêt ! En tout cas, ses fans anglophones. Car bien que les premières traductions françaises du Hobbit et du Seigneur des Anneaux paraissent respectivement en 1969 et 1972-1973, son succès reste confidentiel en France et aucune interview n’est menée dans notre langue. C’est pourquoi, il nous a paru intéressant de traduire et publier des interviews pour le lectorat français.

Continuer la lecture de Parution : L’Arc et le Heaume, hors-série n°2, « Conversations avec J.R.R. Tolkien »

Parution : The Frankenstein Notebooks. Part Two Draft Notebook B and Fair-Copy Notebooks C1 and C2 (éd. Charles E. Robinson)

The Frankenstein Notebooks. Part Two Draft Notebook B and Fair-Copy Notebooks C1 and C2, édité par Charles E. Robinson, Routledge, 2021. 

Mary Shelley’s Frankenstein is arguably the best known work of the English Romantic period. First published in 1996, this edition of The Frankenstein Notebooks contains not only facsimiles and transcriptions of all of surviving manuscripts related to the novel and a corrected, critical text of Frankenstein (or The Modern Prometheus) but also a full range of factual information, drawn from Shelley’s and William Godwin’s letters and journals, from newspaper ads of the day, and from other available scholarship about the conception, gestation, and birth of Mary Shelley’s monster.

This two volume set contains a wealth of information vital to the creation and reception of Frankenstein. It will enable scholars, critics and students to see for themselves the exact extent of P. B. Shelley’s editorial contributions and trace the artistic and ideological development of the novel at various stages in its formation. It will also enable the reader to explore the text itself to test and evaluate their own theses. Part two contains the draft notebook B, which was written between December 1816 and April 1817, and the fair-copy notebooks which were compiled between April and May 1817.

This set will be of keen interest to those studying Frankenstein, the Romantics and 19th century literature.

Table of Contents:

The Frankenstein Notebooks: Photofacsimiles and Transcriptions; Appendix A: Parallel Texts of Draft and Extant Fair Copy; Appexndix B: Parallel Texts of PBS and MWS Fair Copies; Appendix C: Photofacsimiles of the Cyrus Fragment

Conférence : Droit(s) et bande dessinée

Droit(s) et bande dessinée

BNF – BD 2020 – Conférences autour de l’année de la bande dessinée

22 janvier 2021, 9h-20h

Diffusion en ligne – La BnF, l’Institut de recherche pour un droit attractif de l’université Sorbonne Paris Nord et le Centre de recherche juridique Pothier de l’université d’Orléans s’associent chaque année, depuis 2016, pour organiser un colloque de droit en lien avec une thématique originale. Cette année, la bande dessinée est à l’honneur. Ce colloque était initialement programmé le 6 novembre 2020.

En raison des conditions sanitaires, cet événement ne peut avoir lieu en présence du public et sera diffusé en direct sur notre chaîne Youtube et sur cette page le vendredi 22 janvier à 9 h.

Parce qu’elle rassemble les collections patrimoniales issues du dépôt légal, à la fois pour le droit depuis plusieurs siècles et pour la bande dessinée depuis le XIXe siècle, la Bibliothèque est particulièrement concernée par ce colloque. D’autant que ses très volumineuses collections patrimoniales de titres de presse offrent également un riche panorama de la production du neuvième art.

Cette journée donne l’occasion aux juristes et aux spécialistes de la bande dessinée sous tous ses aspects de s’engager dans une réflexion et dans des échanges constructifs, tant pour les différentes branches du droit que pour la thématique explorée. Car si les BD autour du droit sont nombreuses et leurs auteurs souvent eux-mêmes juristes et/ou avocats, c’est bien de la bande dessinée en général dont il sera question.

Une attention particulière sera portée aux problèmes juridiques que posent ces publications complexes pour leurs auteurs, dont la situation et le statut ont fait l’objet d’un récent rapport remis en janvier 2020 par Bruno Racine au ministre de la Culture.  

Continuer la lecture de Conférence : Droit(s) et bande dessinée

Parution : Alexandre Dumas, Correspondance générale, t. IV

Alexandre Dumas, Correspondance généraleTome IV, éd. Claude Schopp, Classiques Garnier, « Correspondances et mémoires », 2021.

À l’heure où le créateur des mythes littéraires que sont Les Trois Mousquetaires ou Le Comte de Monte-Cristo a retrouvé l’importance littéraire qui est la sienne, l’édition de sa Correspondance générale jette sur lui et sur les mouvements artistiques de son temps, un regard neuf et éclairant.

Table des matières

Parution : Best-sellers. L’industrie du succès

Olivier Bessard-Banquy, Sylvie Ducas, Alexandre Gefen (dir.), Best-sellers. L’industrie du succès, Armand Colin, 2021.

Rien n’est plus mystérieux et objet de plus de convoitise qu’un best-seller. Certains livres sont conçus en fonction de recettes menant automatiquement au succès. D’autres, issus du même moule, passent complètement inaperçus – tandis que certains ouvrages réputés difficiles reçoivent parfois un accueil enthousiaste du public. Quel point commun peut-on trouver  entre le  Capital et Harry Potter,  Le Petit Prince et Belle du Seigneur  ? Existe-t-il un secret, une technique, permettant de transformer n’importe quel manuscrit en n°  1 des ventes ? Quelle part revient à l’auteur dans cette réussite  ? à l’éditeur  ? aux lecteurs  ? Finalement, depuis le XIXe siècle, que nous disent les best-sellers ? S’agit-il d’une catégorie historique, dont on peut relater l’invention  ? Nous racontent-ils l’histoire d’un horizon de réception  : celui du «  grand public  »  ? Peut-on, de Walter Scott aux Fifty Shades of Grey, bâtir une histoire de la culture commune au plus grand nombre  ? D’ailleurs, les lire, est-ce forcément les aime  ? Une pléiade de spécialistes de la littérature et des métiers du livre se penche ici avec intérêt sur ces livres exceptionnels, habituellement traités avec mépris. Continuer la lecture de Parution : Best-sellers. L’industrie du succès

Appel à propositions : « Éteignoirs » ou « lanternes » ? Professionnels de l’imprimé et usages des Lumières en France sous la Restauration

« Éteignoirs » ou « lanternes » ? Professionnels de l’imprimé et usages des Lumières en France sous la Restauration

Colloque CUSO – Université de Lausanne – 7 octobre 2021

Depuis une vingtaine d’années, littéraires et historiens « repensent la Restauration » et de nombreux travaux ont notamment questionné les divers supports médiatiques – livres, journaux, pamphlets, chansons, estampes – abondamment exploités par les contemporains pour forger l’opinion publique. Plusieurs études ont permis de préciser les cadres d’élaboration de ces supports autour du geste et de la matérialité éditoriale, de la production et de la diffusion des imprimés, tout comme de leur surveillance. Si certains de ces angles d’approche paraissent désormais mieux connus – pensons notamment aux travaux de Jean-Claude Caron, Ségolène Le Men, Jean-Yves Mollier, Emmanuel de Waresquiel, Raymond Trousson et François Bessire ou plus récemment Marie-Claire Boscq, Emmanuel Fureix, Sophie-Anne Leterrier et Olivier Tort – nous pouvons affirmer qu’ils sont loin d’être épuisés. Temps « des chevauchements » où cohabitent plusieurs générations – celles des Lumières, de la Révolution ou de l’Empire –, temps aussi des « intermédiaires », la Restauration offre un champ particulièrement stimulant pour questionner le rôle, l’action et la production des acteurs de la chaîne de l’imprimé en France.

Dans la foulée de la journée d’étude de la CUSO prévue le 30 octobre 2020, il s’agit de reporter le débat sur le lien entre matérialité des oeuvres et histoire des idées à l’époque de la Restauration. Cette période marque un moment charnière dans l’histoire de la diffusion des textes et des idées : renouveau des techniques d’impression, développement de formats aisément reproductibles, diffusables à plus large échelle et augmentation du lectorat accompagnent les bouleversements politiques des années post-révolutionnaires. On assiste bien à une redéfinition du rôle de l’objet imprimé dans l’espace public. Reste à étudier les tenants et les aboutissants de l’action jouée par les différentes instances de production, de réception et de contrôle. Continuer la lecture de Appel à propositions : « Éteignoirs » ou « lanternes » ? Professionnels de l’imprimé et usages des Lumières en France sous la Restauration

Parution : Introduction to Contemporary Print Culture: Book as Media

Simone Murray, Introduction to Contemporary Print Culture: Books as Media, Routledge, 2020. 

 

Introduction to Contemporary Print Culture examines the role of the book in the modern world. It considers the book’s deeply intertwined relationships with other media through ownership structures, copyright and adaptation, the constantly shifting roles of authors, publishers and readers in the digital ecosystem and the merging of print and digital technologies in contemporary understandings of the book object.

Divided into three parts, the book first introduces students to various theories and methods for understanding print culture, demonstrating how the study of the book has grown out of longstanding academic disciplines. The second part surveys key sectors of the contemporary book world – from independent and alternative publishers to editors, booksellers, readers and libraries – focusing on topical debates. In the final part, digital technologies take centre stage as eBook regimes and mass-digitisation projects are examined for what they reveal about information power and access in the twenty-first century.

This book provides a fascinating and informative introduction for students of all levels in publishing studies, book history, literature and English, media, communication and cultural studies, cultural sociology, librarianship and archival studies and digital humanities. Continuer la lecture de Parution : Introduction to Contemporary Print Culture: Book as Media