Archives par mot-clé : écrivains

APPEL : L’ÉCRIVAIN DILETTANTE À L’ÉPOQUE ROMANTIQUE

Journée d’étude – Université de Caen-Normandie, LASLAR-MRSH, 7 février 2020

Présentation

Dans les premières années du XIXe siècle, la figure du « dilettante » est attachée à l’engouement rossiniste et au Théâtre-Italien, haut lieu de la vie mondaine sous la Restauration. Ce terme italien, introduit dans la langue française au milieu du XVIIIesiècle, dans un temps où la musique italienne pénètre en France, est contemporain de la querelle qui s’ensuivit entre les partisans de Rameau et ceux de Gluck. La notion de dilettante a ainsi désigné, dans un premier temps, une passion exclusive pour la musique avant de renvoyer à une posture, définie notamment par un rapport sensible à l’art. Elle épouse les contours du romantisme, tant par son ouverture aux influences étrangères perçues comme régénératrices, que par le rejet d’un académisme suspicieux à l’égard de la sensibilité artistique.

Cette journée d’étude vise à interroger l’émergence d’une posture qui s’inscrit à la croisée des arts et annonce la figure de l’artiste, qui s’imposera un peu plus tard dans le siècle. Il s’agira également de cerner les contours en pleine évolution d’une notion qui, après avoir désigné l’amateur passionné de musique, s’est élargie à toute personne exerçant une activité au gré de sa fantaisie et de ses goûts.

Continuer la lecture de APPEL : L’ÉCRIVAIN DILETTANTE À L’ÉPOQUE ROMANTIQUE

Parution : “La Bohème”

Anthony Glinoer,  La bohème. Une figure de l’imaginaire social, 
Les Presses de l’Université de Montréal, collection “Socius”, 2018.

Image :  Octave Tassaert,  Intérieur d’atelier (1845)

Depuis qu’au milieu du XIXe siècle Henri Murger a appelé « bohèmes » une bande d’artistes vivant d’amour et de pain sec à Paris, le bohème et la vie de bohème n’ont plus quitté l’imaginaire social. Ils ont existé dans les faits et dans les textes littéraires non seulement à Paris mais à Madrid, à Varsovie, à Oslo et à New York, tandis que la chanson de Charles Aznavour et l’opéra de Puccini sont entrés dans le patrimoine culturel mondial. Ce livre fait émerger d’une vaste masse de discours des lieux emblématiques, des pratiques collectives, des vies exemplaires, des figures antagonistes, des variations sur le thème de la bohème. Le lecteur rencontre Albert Glatigny, Nina de Villard, la Brasserie des Martyrs, les orgies fictionnelles ou encore la bohème montréalaise. Au fil des chapitres, la bohème se dévoile comme un objet inséparablement imaginaire et social, façonné et incarné par de nombreux hommes de lettres et d’art. Anthony Glinoer poursuit ici son exploration des phénomènes collectifs au xix e siècle. Il procède en sociologue des faits et des imaginaires littéraires pour dresser le portrait d’une des figures clés de nos représentations de la vie d’écrivain et de la vie d’artiste, depuis Murger jusqu’aux bobos.   

Anthony Glinoer est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire et professeur à l’Université de Sherbrooke. Il a notamment publié L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle avec Vincent Laisney (2013).