Archives par mot-clé : écrivains

Appel à communications : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914) (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Colloque : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914)

12-14 octobre 2022

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21 et IRIEC

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

Colloque international organisé par Marie-Astrid Charlier et Florence Thérond en partenariat avec La Baignoire, l’écriture en travail.

Sous la IIIe République, nombreux sont les écrivains à développer des pratiques et des postures que l’on qualifiera de mineures, parfois revendiquées comme telles, parfois subies parce qu’imposées par les rapports de force du champ littéraire, notamment pour les femmes qui peinent à s’y faire une place.

« Petits naturalistes », symbolistes, décadents, fumistes (Zutistes, Hydropathes, Hirsutes, Je-m’en-foutistes, etc.) puis naturistes se construisent selon des logiques de sociabilités et de diffusion plus ou moins restreintes alors même que le champ littéraire entre dans la culture de masse. À côté, à rebours ou contre les quelques « grands » écrivains déjà canonisés, les grands genres, les grands formats totalisants hérités du romantisme panoramique et les circuits de diffusion mainstream (grande presse et grandes maisons d’édition), la plupart des écrivains choisissent et/ou subissent des formats réduits. Ils passent par des circuits confidentiels pour happy few ou pour écrivains refusés : petite presse, petites maisons d’édition, souvent impliquées dans des scandales littéraires comme les belges Henry Kistemaeckers et Auguste Bancart, ou encore petites scènes d’avant-garde. Avec son Théâtre-Libre, André Antoine a fait jouer nombre de pièces naturalistes, parfois proches des mouvements anarchistes, et fait découvrir le théâtre d’Ibsen et Strindberg, dont les symbolistes revendiqueront l’héritage par l’intermédiaire d’Aurélien Lugné-Poe, ancien acteur d’Antoine. Cet exemple montre la plasticité des réseaux, voire leur réversibilité, mais aussi le partage de figures tutélaires et de principes esthétiques par des groupes qui ne s’opposent finalement pas tout à fait. C’est dans cette perspective que Jean-Pierre Sarrazac a proposé de parler de « tournant naturalo-symboliste » (1999).

Continuer la lecture de Appel à communications : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914) (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Parution : Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre

Marion Mas et Anne-Marie Mercier-Faivre (dir.) Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre, Classiques Garnier, « Rencontres », n°459, 2021

Cet ouvrage vise à définir la littérature de jeunesse à travers ses rapports avec la littérature dite « générale » en examinant comment certains écrivains, ayant écrit explicitement tantôt pour les enfants tantôt pour les adultes, investissent ces deux champs.

Parution : Généalogies imaginaires (À l’épreuve, n° 7)

À l’épreuve, n° 7, « Généalogies imaginaires », sous la direction de Sixtine Audebert, Sara Maddalena et Julie Moucheron, 2021.

Revue interdisciplinaire dirigée par les doctorants du RIRRA21

L’engouement pour la généalogie, non encore démenti depuis sa survenue dans les années 1980, traduit une fascination largement partagée pour le mystère des origines. À travers la recherche d’un lignage, la personne qui mène une enquête généalogique en amateur vise à inscrire son existence dans un continuum familial et mémoriel. Le lien recherché est tout à la fois biologique et social, intime et « extime ». À l’échelle des groupes et des communautés, la pratique est universelle : chaque religion, chaque dynastie, commence par énoncer le nom des ancêtres et des patriarches qui l’ont fondée, en fusionnant au besoin les régimes du mythe, de l’histoire et de la légende. Ces questions ont déjà été abondamment étudiées par la psychologie, l’anthropologie ou encore l’histoire. On propose de les aborder du point de vue individuel ou collectif des écrivains et des artistes.

Cette septième livraison de la revue interdisciplinaire À l’épreuve est l’occasion d’investiguer la construction et les usages des « généalogies imaginaires » dans les pratiques et les discours artistiques et littéraires. En accord avec l’esprit d’ouverture de la revue et la volonté d’accueillir des contributions variées en sciences humaines et sociales, aucune restriction de corpus liée à des critères historiques ou géographiques n’a été suggérée. La problématique du numéro suggère un cadrage plutôt sociologique  des travaux : là aussi, les auteur·e·s ont été libres de leurs choix théoriques.

Continuer la lecture de Parution : Généalogies imaginaires (À l’épreuve, n° 7)

Parution : Jules Vallès, la fabrique médiatique de l’événement (1857-1870) (CÉLINE LÉGER)

Céline Léger, Jules Vallès, la fabrique médiatique de l’événement (1857-1870)Presses universitaires de Saint-Etienne, coll. « Le XIXe siècle en représentation(s) », 2021.

L’œuvre de Jules Vallès s’inscrit de manière exemplaire au confluent de l’histoire, de la presse et de la littérature. Elle entretient une proximité étroite avec les bouleversements de son siècle. Elle apparaît donc comme un point d’optique idéal pour analyser l’écriture de l’événement. Or, en dehors de la Commune, l’événement en tant que tel reste un impensé dans la critique vallésienne. Entre 1857 et 1870, sous le Second Empire, qu’est-ce qu’un événement au sens fort du terme pour Vallès ? Bien au-delà des grandes dates communément admises, en quoi sa vision de ce qui fait ou ne fait pas événement le conduit à reconfigurer l’histoire de son époque ? Dans des articles de presse percutants, Vallès interroge les artefacts culturels et les violences ambigües de son temps. Mais les événements s’avèrent plus encore un mode d’exploration efficace de l’histoire du XIXe siècle. Ils esquissent un autoportrait de l’écrivain en clair-obscur et permettent au reporter de témoigner sur le présent, plongeant le lecteur au cœur des expériences restituées. Ils deviennent enfin de puissants révélateurs des injustices et de l’âpreté de la société, au moment où la France s’industrialise. Sous la plume de cet extraordinaire journaliste, se construit une histoire militante, qui déplace et subvertit les hiérarchies courantes, explique et remet en question les structures conventionnelles.  

Céline Léger est agrégée de lettres modernes et docteure en littérature française du XIXsiècle. Ses recherches portent sur le journalisme de Vallès et, au-delà, sur les écritures conjointes de l’histoire, de l’actualité et de l’intime au xixe siècle. Auteure d’une vingtaine de communications et de publications autour de ces questions, elle s’est ouverte plus récemment à l’écriture scénaristique et à la réalisation d’un court-métrage historique sur Vallès et Séverine.

Parution : Le Livre de jeunesse et Mayotte. Introduction et guide de lecture

Christophe Cosker, Le Livre de jeunesse et Mayotte. Introduction et guide de lecture, L’Harmattan, 2021.

Cet ouvrage propose un aperçu anthologique de la littérature de jeunesse produite par les écrivains métropolitains – wazungu – résidant ou ayant résidé à Mayotte. En choisissant un extrait significatif de chaque œuvre littéraire, selon un ordre du simple vers le complexe, il raconte, en filigrane, une histoire – mahoraise – à celui qui, quel que soit son âge, en tourne les pages.

Indépendamment de son intérêt propre, cet ouvrage permet au lecteur curieux de Mayotte de compléter une cartographie littéraire de l’île dont la littérature coloniale a été explorée dans L’Invention de Mayotte (La Route des Indes, 2019) et la littérature postcoloniale dans Anthologie des lettres francophones à Mayotte (L’Harmattan, 2018).

Continuer la lecture de Parution : Le Livre de jeunesse et Mayotte. Introduction et guide de lecture

Parution : Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre

Marion Mas et Anne-Marie Mercier-Faivre (dir.), Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autreParis, Classiques Garnier, coll. Rencontres, 2020.

Cet ouvrage vise à définir la littérature de jeunesse à travers ses rapports avec la littérature dite « générale » en examinant comment certains écrivains, ayant écrit explicitement tantôt pour les enfants tantôt pour les adultes, investissent ces deux champs.

Table des matières…

Lire les résumés… 

Continuer la lecture de Parution : Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre

Parution : Pages de pub. Anthologie documentaire

Myriam Boucharenc & David Martens (dir.), Pages de pub. Anthologie documentaire, dans Histoires littéraires, n° 82, 2020.

Depuis ce numéro 82, la revue Histoires littéraires prend l’initiative de proposer, à raison d’une livraison par an, des anthologies documentaires fondées sur le principe suivant : un sujet, un ou deux coordinateurs ou curateurs d’anthologie, et vingt-cinq auteurs présentant vingt-cinq documents, chacun en une seule page, en vis-à-vis du document présenté. 

L’objectif de ce format, inusité dans la recherche en littérature (et dans de nombreuses revues d’études littéraires), consiste à offrir une vision d’ensemble, non arrêtée, d’un sujet déterminé, dans sa diversité et en faisant une belle place aux découvertes intempestives qu’elles peuvent engendrer. Ces anthologies se donneront en somme pour finalité de proposer aux lecteurs et aux lectrices de la revue des ensembles qui s’apparenteront à des expositions de nature livresque et qui revêtiront la forme de cabinets de curiosités, destinés au divertissement aussi bien qu’à la recherche.

La prochaine anthologie documentaire de ce type sera publiée dans le numéro 86. Son sujet ? Il reste top secret pour l’instant. En attendant, voici quelques mots de présentation concernant celle que nous venons de publier.​

Pages de pub. anthologie documentaire préparée par Myriam Boucharenc & David Martens

25 auteurs de « 7 à 77 ans », universitaires, professionnels ou artistes, ayant participé de très près ou d’un peu plus loin aux travaux de l’ANR LITTéPUB ont bénéficié, pour ce numéro d’Histoires littéraires, d’une carte blanche consistant en un petit exercice d’admiration. Selon la formule que cette livraison de la revue inaugure, la consigne était la suivante : dans le domaine francophone, du XIXe siècle à nos jours, choisir un dispositif promotionnel liant la littérature et la publicité qui a retenu votre attention, suscité votre curiosité ou votre perplexité et le commenter librement en une page et un titre. Continuer la lecture de Parution : Pages de pub. Anthologie documentaire

Parution : L’écrivain comme marque

Adeline Wrona, Marie-Ève Therenty (dir.), L’écrivain comme marque, Sorbonne Université Presses, 2020

Si l’on voit pourquoi Nespresso dépense une fortune pour faire de Georges Clooney son ambassadeur what else, il est peut-être plus difficile de comprendre le gain que la marque espère tirer de l’association avec un écrivain comme David Foenkinos, publié dans la prestigieuse collection « Blanche » chez Gallimard. Et si le profit escompté par l’écrivain est uniquement financier, alors comment comprendre que Victor Hugo accepte que son nom soit utilisé gratuitement par une marque d’encre ? Les liens entre la littérature et les stratégies de marque sont étroits, complexes et anciens comme en témoigne la construction de marques-auteurs par le symboliste Remy de Gourmont ou par le romancier contemporain Guillaume Musso.

Ce livre propose d’utiliser des notions venues de l’analyse des médias et du marketing pour expliquer des pratiques d’écrivains (autopromotion, médiatisation, produits dérivés) et des stratégies d’éditeurs du XIXe siècle à aujourd’hui. L’ouvrage, rédigé par des chercheurs issus de plusieurs disciplines, prend en compte l’ensemble des médias (presse, télévision, internet) en montrant comment l’écrivain s’adapte à l’évolution des contextes culturels et marchands. Continuer la lecture de Parution : L’écrivain comme marque

APPEL : L’ÉCRIVAIN DILETTANTE À L’ÉPOQUE ROMANTIQUE

Journée d’étude – Université de Caen-Normandie, LASLAR-MRSH, 7 février 2020

Présentation

Dans les premières années du XIXe siècle, la figure du « dilettante » est attachée à l’engouement rossiniste et au Théâtre-Italien, haut lieu de la vie mondaine sous la Restauration. Ce terme italien, introduit dans la langue française au milieu du XVIIIesiècle, dans un temps où la musique italienne pénètre en France, est contemporain de la querelle qui s’ensuivit entre les partisans de Rameau et ceux de Gluck. La notion de dilettante a ainsi désigné, dans un premier temps, une passion exclusive pour la musique avant de renvoyer à une posture, définie notamment par un rapport sensible à l’art. Elle épouse les contours du romantisme, tant par son ouverture aux influences étrangères perçues comme régénératrices, que par le rejet d’un académisme suspicieux à l’égard de la sensibilité artistique.

Cette journée d’étude vise à interroger l’émergence d’une posture qui s’inscrit à la croisée des arts et annonce la figure de l’artiste, qui s’imposera un peu plus tard dans le siècle. Il s’agira également de cerner les contours en pleine évolution d’une notion qui, après avoir désigné l’amateur passionné de musique, s’est élargie à toute personne exerçant une activité au gré de sa fantaisie et de ses goûts.

Continuer la lecture de APPEL : L’ÉCRIVAIN DILETTANTE À L’ÉPOQUE ROMANTIQUE

Parution : « La Bohème »

Anthony Glinoer,  La bohème. Une figure de l’imaginaire social, 
Les Presses de l’Université de Montréal, collection « Socius », 2018.

Image :  Octave Tassaert,  Intérieur d’atelier (1845)

Depuis qu’au milieu du XIXe siècle Henri Murger a appelé « bohèmes » une bande d’artistes vivant d’amour et de pain sec à Paris, le bohème et la vie de bohème n’ont plus quitté l’imaginaire social. Ils ont existé dans les faits et dans les textes littéraires non seulement à Paris mais à Madrid, à Varsovie, à Oslo et à New York, tandis que la chanson de Charles Aznavour et l’opéra de Puccini sont entrés dans le patrimoine culturel mondial. Ce livre fait émerger d’une vaste masse de discours des lieux emblématiques, des pratiques collectives, des vies exemplaires, des figures antagonistes, des variations sur le thème de la bohème. Le lecteur rencontre Albert Glatigny, Nina de Villard, la Brasserie des Martyrs, les orgies fictionnelles ou encore la bohème montréalaise. Au fil des chapitres, la bohème se dévoile comme un objet inséparablement imaginaire et social, façonné et incarné par de nombreux hommes de lettres et d’art. Anthony Glinoer poursuit ici son exploration des phénomènes collectifs au xix e siècle. Il procède en sociologue des faits et des imaginaires littéraires pour dresser le portrait d’une des figures clés de nos représentations de la vie d’écrivain et de la vie d’artiste, depuis Murger jusqu’aux bobos.   

Anthony Glinoer est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire et professeur à l’Université de Sherbrooke. Il a notamment publié L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle avec Vincent Laisney (2013).