Archives par mot-clé : écriture

Parution : Histoire du livre et de l’édition. Production et circulation, formes et mutations (Yann Sordet)

https://www.fabula.org/actualites/documents/100779.jpgYann Sordet, Histoire du livre et de l’édition. Production et circulation, formes et mutations, Albin Michel, coll. « L’Évolution de l’Humanité », 2021.

De l’invention de l’écriture à la révolution numérique, l’ambitieuse synthèse de Yann Sordet, richement documentée et illustrée, retrace les grandes étapes et révolutions de l’histoire du livre, à travers sa production, son économie, sa circulation et sa régulation, mais aussi ses usages, formes et mutations majeures – expansion du codex au début de l’ère chrétienne, mise au point de la typographie en Europe au xve siècle, invention des périodiques au début du xviie, engagement de la librairie dans la société de consommation et mondialisation du marché de l’édition depuis le xixe, dématérialisation des procédés au xxe siècle…

Cette vaste enquête embrasse ainsi l’ensemble de la production écrite, quelles que soient sa vocation – pédagogie, savoirs, combat, culte, information – et ses formes – succès de librairie parfois planétaires, almanachs, publications éphémères et imprimés du quotidien –, tout en interrogeant une ambiguïté fondatrice : à la fois objet manufacturé et produit marchand, le livre est aussi un bien symbolique, une oeuvre à la valeur identitaire forte.

Elle porte enfin une grande attention à la diversité des acteurs de cette histoire générale du livre et de l’édition – auteurs, législateurs, copistes, artistes enlumineurs ou graveurs, imprimeurs-libraires puis éditeurs, mais aussi lecteurs, collectionneurs, bibliothécaires – et à leurs interactions.

Continuer la lecture de Parution : Histoire du livre et de l’édition. Production et circulation, formes et mutations (Yann Sordet)

Parution : Jules Vallès, la fabrique médiatique de l’événement (1857-1870) (CÉLINE LÉGER)

Céline Léger, Jules Vallès, la fabrique médiatique de l’événement (1857-1870)Presses universitaires de Saint-Etienne, coll. « Le XIXe siècle en représentation(s) », 2021.

L’œuvre de Jules Vallès s’inscrit de manière exemplaire au confluent de l’histoire, de la presse et de la littérature. Elle entretient une proximité étroite avec les bouleversements de son siècle. Elle apparaît donc comme un point d’optique idéal pour analyser l’écriture de l’événement. Or, en dehors de la Commune, l’événement en tant que tel reste un impensé dans la critique vallésienne. Entre 1857 et 1870, sous le Second Empire, qu’est-ce qu’un événement au sens fort du terme pour Vallès ? Bien au-delà des grandes dates communément admises, en quoi sa vision de ce qui fait ou ne fait pas événement le conduit à reconfigurer l’histoire de son époque ? Dans des articles de presse percutants, Vallès interroge les artefacts culturels et les violences ambigües de son temps. Mais les événements s’avèrent plus encore un mode d’exploration efficace de l’histoire du XIXe siècle. Ils esquissent un autoportrait de l’écrivain en clair-obscur et permettent au reporter de témoigner sur le présent, plongeant le lecteur au cœur des expériences restituées. Ils deviennent enfin de puissants révélateurs des injustices et de l’âpreté de la société, au moment où la France s’industrialise. Sous la plume de cet extraordinaire journaliste, se construit une histoire militante, qui déplace et subvertit les hiérarchies courantes, explique et remet en question les structures conventionnelles.  

Céline Léger est agrégée de lettres modernes et docteure en littérature française du XIXsiècle. Ses recherches portent sur le journalisme de Vallès et, au-delà, sur les écritures conjointes de l’histoire, de l’actualité et de l’intime au xixe siècle. Auteure d’une vingtaine de communications et de publications autour de ces questions, elle s’est ouverte plus récemment à l’écriture scénaristique et à la réalisation d’un court-métrage historique sur Vallès et Séverine.

Parution : Mais où sont donc passés les scénaristes ?

La revue online Création collective au cinéma consacré à l’écriture scénaristique, publie un numéro intitulé « Mais où sont donc passés les scénaristes? » dirigé par Martin Fournier et Nedjma Moussaoui. Le numéro en open access contient, entre autres, avec deux textes d’Alain Boillat portant sur le fonds Alain Tanner. Il accessible via le lien suivant: https://creationcollectiveaucinema.com/revue-n03-2020/

Parution : Following the Formula in Beowulf, Örvar-Odds saga, and Tolkien

Michael Fox, Following the Formula in Beowulf, Örvar-Odds saga, and Tolkien, Palgrave Macmillan, 2020.

Following the Formula in Beowulf, Örvar-Odds saga, and Tolkien proposes that Beowulf was composed according to a formula. Michael Fox imagines the process that generated the poem and provides a model for reading it, extending this model to investigate formula in a half-line, a fitt, a digression, and a story-pattern or folktale, including the Old-Norse Icelandic Örvar-Odds saga. Fox also explores how J. R. R. Tolkien used the same formula to write Sellic Spell and The Hobbit. This investigation uncovers relationships between oral and literate composition, between mechanistic composition and author, and between listening and reading audiences, arguing for a contemporary relevance for Beowulf in thinking about the creative process.

Michael Fox is Associate Professor in the Department of English and Writing Studies at Western University in London, Ontario, Canada. He has published on modern rhetoric, medieval Latin, and Old English.

Appel à contributions : Lire, (ré)écrire et partager: anciennes et nouvelles pratiques de signification

Lire, (ré)écrire et partager: anciennes et nouvelles pratiques de signification

Alma Mater Studiorum – Università di Bologna

Dipartimento di Lingue, Letterature e Culture Moderne 

COLLOQUE INTERNATIONAL DE JEUNES CHERCHEURS

Bologne, 10 et 11 février 2021 

Conférence inaugurale : Professeur Paolo Costa (Université de Pavie) 

Le colloque invite à réfléchir à des questions d’une brûlante actualité sur les modalités d’écriture, de lecture et de partage dans la contemporaneité, selon des perspectives interdisciplinaires, intermodales et transmediales.

Mème[1], twittérature, micro-récits social, fanfictions et web comics ne sont que quelques exemples des nouvelles formes d’écriture apparues dans le domaine de la culture post-médiale. À l’arrivée des nouvelles technologies et de l’ère du social a suivi la prolifération de nouvelles pratiques de lecture, de (ré)écriture et de partage, qui transforment actuellement en profondeur le panorama littéraire, en ouvrant la voie à des phénomènes de production collective et en stimulant un vertigineux travail de re-signification. De telles expériences trouvent dans le web et en particulier dans les social media leur écosystème de développement et de propagation, en atteignant souvent une audience globale : on assiste ainsi à une extraordinaire multiplication des produits culturels dérivés, dont la matrice est fréquemment ignorée par l’utilisateur final.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Lire, (ré)écrire et partager: anciennes et nouvelles pratiques de signification

APPEL : (Too) many cooks : Écritures collectives et collaboratives audiovisuelles

Université de Lorraine
Institut européen de cinéma et d’audiovisuel
Nancy, 4 et 5 juin 2020

Première étape du processus d’élaboration du film, le scénario est souvent envisagé dans son approche créative et auteuriste, presque romantique, mettant le scénariste seul aux prises avec
un travail d’écriture évoquant celui d’un roman, avec les angoisses de la page blanche qui l’accompagnent, à l’image de Charlie Kaufman dans Adaptation (Spike Jonze, 2002).

Une autre dimension essentielle existe toutefois, jusqu’ici peu étudiée en France : celle de l’écriture collaborative et collective, que ce colloque propose de mettre au cœur des réflexions
et des échanges, en l’analysant au prisme de plusieurs formes audiovisuelles, du cinéma aux séries télévisées en passant par le jeu vidéo.

Continuer la lecture de APPEL : (Too) many cooks : Écritures collectives et collaboratives audiovisuelles

Appel : Nouvelles vulgarisations

« Les nouvelles formes de la vulgarisation et de l’écriture du savoir »

Vendredi 15 juin 2018, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Journée d’étude, dans le cadre de LégiPop, projet structurant MESHS-Lille Nord de France : legipop.hypotheses.org

Le contexte culturel de la postmodernité est marqué par une dé-hiérarchisation des pratiques « savantes » et « populaires » de plus en plus nette, accentuée encore par l’usage des outils numériques. Nous assistons à une explosion des supports de vulgarisation scientifique : blogs, vidéos, bande-dessinées, romans, expositions, conférences, essais, ateliers, théâtre, illustrations, etc. Le développement récent, dans l’université française, de nouveaux modes d’enseignements, sous la forme des MOOC, qui ouvrent les recherches en lettres à un nouveau public, propose ainsi de nouvelles formes de diffusion et, dans le même temps, redéfinit peut-être le domaine même de la recherche scientifique ainsi que celui de l’enseignement académique. Il est dès lors nécessaire, pour la recherche en littérature et sciences humaines, de réfléchir aux moyens de sa propre diffusion, d’examiner les (nouvelles) formes d’écriture entendant transmettre le savoir au grand public. L’invention de ces nouvelles formes et des nouveaux espaces de médiatisation – la « Petite bédéthèque des savoirs » lancée par les Éditions Lombard, les chaînes de youtubeurs pour apprendre l’histoire antique ou la mythologie grecque, etc. – sont-elles des exemples et leviers permettant l’émergence de véritables contre-propositions médiatiques de la part des SHS ? La mise en publicité des savoirs et des résultats de la recherche, leur circulation par des Continuer la lecture de Appel : Nouvelles vulgarisations