Archives par mot-clé : économie

Parution : Histoire des libraires et de la librairie de l’Antiquité jusqu’à nos jours (Jean-Yves Mollier)

Jean-Yves Mollier, Histoire des libraires et de la librairie de l’Antiquité jusqu’à nos jours, Actes Sud, 2021. 

Objet singulier et pourtant pluriel, se prêtant à la rêverie autant qu’à la réflexion, le livre est d’abord une marchandise : il se fabrique, passe des mains du vendeur à celles de l’acquéreur, il s’offre ou se troque, ou encore se vole…

Depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, et sur tous les continents, des femmes et des hommes de passion ont permis aux auteurs de diffuser leurs idées, leurs savoirs, leurs œuvres, et aidé les lecteurs de tous âges, lettrés ou non, à faire provision de culture et de découverte. Au fil des siècles, ces transmetteurs ont inventé un métier, puis l’ont partagé, se sont unis en corporation, ont établi puis agrandi des librairies, sans jamais cesser de renouveler leurs pratiques.

C’est l’histoire de tous les libraires et de leurs commerces qui est ici retracée.

Nous guidant à travers les arcanes d’une industrie culturelle majeure placée de tout temps à la croisée entre le monde des idées et celui de l’économie, Jean-Yves Mollier retrace minutieusement les méandres des chemins menant le livre vers son lecteur. Ce faisant, il rend hommage aux libraires, ces indispensables « passeurs culturels », dont il rappelle avec sympathie et conviction l’importance du rôle social – un rôle d’autant mieux perçu aujourd’hui que celui-ci est concurrencé par des algorithmes.

Un livre dessiné par SP Millot.

Parution : Game Prodution Studies

Olli Sotamaa, Jan Svelch (eds), Game Production Studies, Amsterdam University Press, 2021. 

Video games have entered the cultural mainstream and now rival established forms of entertainment such as film or television in terms of economic profits. As careers in video game development become more common, so do the stories about precarious working conditions and structural inequalities within the industry. In Game Production Studies, an international group of researchers takes a closer look at the everyday realities of video game production, ranging from commercial studios to independent creators. Across sixteen chapters, the authors deal with issues related to labour, production routines, or monetization, as well as local specificities. As the first edited collection dedicated solely to video game production, this volume provides a timely resource for anyone interested in how games are made and at what cost.

Olli Sotamaa is an associate professor of game cultures studies at Tampere University, Finland.

Jan Svelch is a researcher at the Faculty of Social Sciences and the Faculty of Arts at Charles University, Czechia.

Appel à contributions : Approches Critiques des Médiations Marchandes (journée doctorale)

Journée doctorale du séminaire Approches Critiques des Médiations Marchandes (GRIPIC) 

27 mai 2021

Échéance des propositions : 28 mars 2021

L’objectif de cette journée est de proposer aux doctorant·e·s un cadre privilégié pour présenter et discuter leurs avancées de thèse.

La journée, dans l’esprit d’un atelier, est plus particulièrement dédiée à la présentation des travaux croisant des problématiques et interrogations portant sur les médiations marchandes : logiques économiques et de gestion, logiques publicitaires et de mises en visibilité pour servir des intérêts privés, logiques de marque et de branding.

Ces questions, centrales dans certaines thèses dédiées aux médiations marchandes, émergent aussi de plus en plus dans des thèses dédiées à d’autres thématiques mais qui croisent des dynamiques marchandes.

Il en est ainsi des thèses qui se confrontent par leurs objets aux logiques de marque, de plus en plus présentes dans de nombreux aspects de la vie sociale, politique et culturelle, ou encore des thèses portant sur les réseaux socionumériques conduites à questionner les logiques d’audiences et de captations. Mais ceci n’est pas exhaustif.

Ceci peut entrainer des questionnements et difficultés spécifiques en termes théoriques, méthodologiques et, en amont, de posture.

  • Comment mettre à distance discours et pratiques professionnelles dans sa recherche ?
  • Comment aborder les aspects théoriques ? Peut-on mobiliser indifféremment des auteurs en sociologie, en anthropologie, gestion, analyses linguistiques, sémiotiques, etc., quand on est dans une perspective SIC ?
  • Quel rapport entretenir à ses terrains et corpus ?
  • Le « soupçon » de la finalité marchande quand il apparaît ne tend- il-pas bien souvent à éluder certains pans de l’analyse ? Peut-on analyser sans dénoncer ni faire l’éloge ?
  • Comment concilier approche critique et souci d’objectivation ?
  • Comment adapter son regard à l’aspect infra-ordinaire des objets spécifiques des médiations marchandes ?

Les doctorales ACMM visent à poser ce type de questions et accueillir largement les doctorant·e·s en Sciences de l’Information et de la Communication souhaitant partager leurs travaux, interrogations et doutes, dans une logique d’intra-discipline pour dialoguer avec d’autres approches que celle de leurs laboratoires, au sein des SIC.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Approches Critiques des Médiations Marchandes (journée doctorale)

Parution : « Réseaux » (Le magasin du XIXe siècle, n° 10)

Revue Réseaux, n° 10 : « Le magasin du XIXe siècle » Champ Vallon, décembre 2020, 305 p. 

SOMMAIRE

Introduction: une société en réseaux Julien Schuh

Espaces, urbanisme, modernité

  • L’émergence du concept moderne de réseau chez Saint-Simon et les saint-simoniens Pierre Musso
  • La notion de réseau chez Haussmann Pierre Pinon
  • Les réseaux d’espaces verts du Paris d’Adophe Alphand Chiara Santini
  • Image et imaginaire du réseau chez Hippolyte Taine Romain Enriquez
  • Réseaux occultes (sociétés secrètes, franc-maçonnerie…) Jean-Noël Tardy
  • Les réseaux informels dont profitent les prostituées de la middle et de la upper class sous le Second Empire et la Belle Époque Gabrielle Houbre
  • Réclame et réseaux de panneaux publicitaires Karen Carter

Poétiques des réseaux

  • Idylle en réseau dans Le Ventre de Paris d’Émile Zola Marie-Ange Fougère
  • La place des chemins de fer dans les récits de voyage de Matilda Betham-Edwards (1836-1919) Tom Williams
  • La complicité en réseau dans la presse frivole fin de siècle Helen Craske
  • La circulation d’une série gravée de Moritz Retzsch sur le Faust de Goethe : des images aux objets Evanghélia Stead

Les routes de l’économie et de l’information

  • Les réseaux ferroviaires, maritimes Niklas Bender
  • Le réseau télégraphique, le câble atlantique: Pierre-Carl Langlais
  • Des colporteurs aux réseaux de diffusion d’éditeurs (Hachette…) Jean-Yves Mollier
  • Le commis voyageur et la boutique. Les réseaux de commercialisation de la tapisserie d’Aubusson dans la première moitié du XIXe siècle. Jean-François Luneau

La création en réseau

  • Sociabilités réticulaires versus sociabilités cénaculaires Vincent Laisney
  • Revues en réseau et réseaux de revues (1860-1930) : réflexions historiques et théoriques Evanghélia Stead et Hélène Védrine
  • Le théâtre de société de l’Hôtel de Castellane, réseau de sociabilité Valentina Ponzetto
  • Les réseaux franco-allemands France Nerlich
  • Les réseaux épistolaires féminins autour de Sand, Brigitte Diaz

Parution :

Colin Jon Mark Crawford, Netflix’s Speculative Fictions. Financializing Platform Television, Lexington Books, 2020. 

Netflix’s Speculative Fictions: Financializing Platform Television argues that Netflix’s scaled expansion has hinged upon its ability not only to create, but more importantly to communicate, new forms and flows of potential value in platform capitalism, wherein capital is mobilized not only from direct revenue streams but also the new value assigned to inputs and investments of data, debt, attention, behavior, taste, time, sociality, and speculation. To interpret and critique these new communications and projections of value, Colin Jon Mark Crawford performs a discursive analysis of the platform television industry leader Netflix and its ‘investor lore’: the multi-sited narrative of value found in the company’s investor relations materials and corporate communications, such as letters to shareholders, financial earnings reports, executive interviews, press releases, and blog posts. Netflix best represents the increasingly ubiquitous nexus of culture, tech, and finance industries that is platform television. To better understand the emergent financial logics of this relatively new media industry, we must first understand the speculative narratives and discourses of value which organize it. Scholars of media studies, television studies, technology studies, and economics will find this book particularly useful.

Colin Jon Mark Crawford is a PhD student in the Film and Moving Image program at Concordia University.

Parution : Best-sellers. L’industrie du succès

Olivier Bessard-Banquy, Sylvie Ducas, Alexandre Gefen (dir.), Best-sellers. L’industrie du succès, Armand Colin, 2021.

Rien n’est plus mystérieux et objet de plus de convoitise qu’un best-seller. Certains livres sont conçus en fonction de recettes menant automatiquement au succès. D’autres, issus du même moule, passent complètement inaperçus – tandis que certains ouvrages réputés difficiles reçoivent parfois un accueil enthousiaste du public. Quel point commun peut-on trouver  entre le  Capital et Harry Potter,  Le Petit Prince et Belle du Seigneur  ? Existe-t-il un secret, une technique, permettant de transformer n’importe quel manuscrit en n°  1 des ventes ? Quelle part revient à l’auteur dans cette réussite  ? à l’éditeur  ? aux lecteurs  ? Finalement, depuis le XIXe siècle, que nous disent les best-sellers ? S’agit-il d’une catégorie historique, dont on peut relater l’invention  ? Nous racontent-ils l’histoire d’un horizon de réception  : celui du «  grand public  »  ? Peut-on, de Walter Scott aux Fifty Shades of Grey, bâtir une histoire de la culture commune au plus grand nombre  ? D’ailleurs, les lire, est-ce forcément les aime  ? Une pléiade de spécialistes de la littérature et des métiers du livre se penche ici avec intérêt sur ces livres exceptionnels, habituellement traités avec mépris. Continuer la lecture de Parution : Best-sellers. L’industrie du succès

Parution : Contextes n°29, Logiques de la commande (XXe-XXIe siècles)

COnTEXTES n°29, Logiques de la commande (XXe-XXIe siècles), 2020.

Sous la direction de Adrien Chassain, Maud Lecacheur, Fanny Lorent et Hélène Martinelli

Parution : Pages de pub. Anthologie documentaire

Myriam Boucharenc & David Martens (dir.), Pages de pub. Anthologie documentaire, dans Histoires littéraires, n° 82, 2020.

Depuis ce numéro 82, la revue Histoires littéraires prend l’initiative de proposer, à raison d’une livraison par an, des anthologies documentaires fondées sur le principe suivant : un sujet, un ou deux coordinateurs ou curateurs d’anthologie, et vingt-cinq auteurs présentant vingt-cinq documents, chacun en une seule page, en vis-à-vis du document présenté. 

L’objectif de ce format, inusité dans la recherche en littérature (et dans de nombreuses revues d’études littéraires), consiste à offrir une vision d’ensemble, non arrêtée, d’un sujet déterminé, dans sa diversité et en faisant une belle place aux découvertes intempestives qu’elles peuvent engendrer. Ces anthologies se donneront en somme pour finalité de proposer aux lecteurs et aux lectrices de la revue des ensembles qui s’apparenteront à des expositions de nature livresque et qui revêtiront la forme de cabinets de curiosités, destinés au divertissement aussi bien qu’à la recherche.

La prochaine anthologie documentaire de ce type sera publiée dans le numéro 86. Son sujet ? Il reste top secret pour l’instant. En attendant, voici quelques mots de présentation concernant celle que nous venons de publier.​

Pages de pub. anthologie documentaire préparée par Myriam Boucharenc & David Martens

25 auteurs de « 7 à 77 ans », universitaires, professionnels ou artistes, ayant participé de très près ou d’un peu plus loin aux travaux de l’ANR LITTéPUB ont bénéficié, pour ce numéro d’Histoires littéraires, d’une carte blanche consistant en un petit exercice d’admiration. Selon la formule que cette livraison de la revue inaugure, la consigne était la suivante : dans le domaine francophone, du XIXe siècle à nos jours, choisir un dispositif promotionnel liant la littérature et la publicité qui a retenu votre attention, suscité votre curiosité ou votre perplexité et le commenter librement en une page et un titre. Continuer la lecture de Parution : Pages de pub. Anthologie documentaire

Appel à contribution : La pandémie en science-fiction

Appel à textes pour un numéro spécial de Stella Incognita

La pandémie en science-fiction

Quand la réalité rejoint la fiction :
L’imaginaire
à l’aune des pandémies au fil des siècles

L’apparition du virus COVID-19 à Wuhan en Chine en novembre 2019 a profondément bouleversé notre façon d’envisager l’équilibre mondial. Déployant une rhétorique guerrière, la classe politique se veut « en guerre. Pas contre une autre nation, mais contre un ennemi invisible et insaisissable. » (Emmanuel Macron, 16 mars 2020), ou prête à assumer le rôle de « chef de guerre » (« wartime president ») (Donald Trump, 28 mars 2020). Le combat contre la maladie ne présente pourtant pas, loin s’en faut, un front commun.

Depuis l’instauration d’un confinement généralisé et l’obligation, pour chaque individu, de limiter ses déplacements en vue d’endiguer la pandémie, la plus grande partie des systèmes politiques ont constaté la difficulté, voire, dans certains cas, l’impossibilité de lutter de manière efficace contre une menace virale de grande échelle. Toutefois, les approches différentes prises par les gouvernements amènent à se poser un certain nombre de questions sur les priorités de chacun d’entre eux : la reprise économique, l’« immunité collective », le maintien de l’ordre, les libertés individuelles, etc. L’État se trouve ainsi mis en cause, et plus particulièrement le système capitaliste. L’arrêt de l’activité humaine – à savoir, en ce qui concerne les pays dits « développés », la diminution de la production et de la consommation, et, conséquemment, de la pollution, – a, de façon évidente, un effet direct sur l’environnement. Ce phénomène met également en avant la dépendance de nos sociétés à une économie globalisée (importations, délocalisations).

La pandémie met ainsi à nu l’auto-insuffisance ; la paralysie économique qui s’ensuit précipite, ou enfonce un peu plus encore, une partie de la population dans la misère. La maladie rend en outre visible, de manière violente, une mise en concurrence entre, d’un côté, la santé publique et, de l’autre, une économie axée sur la rentabilité et prompte aux coupes budgétaires drastiques : il faudrait travailler coûte que coûte dans un système qui privilégie la continuité du tissu économique face au bien commun des individus. Déchirés entre des besoins vitaux et des besoins créés de toutes pièces par une société fondée sur le profit et l’individualisme, les citoyens ne savent plus à quelle théorie du complot se vouer. Continuer la lecture de Appel à contribution : La pandémie en science-fiction

Appel à textes/Call for Papers : La fiction d’affaires et la fiction économique: des objets populaires non-identitfiés ou OpNI culturels

Appel à textes/Call for Papers

pour la revue Belphégor (http://etc.dal.ca/belphegor)

La fiction d’affaires et la fiction économique: des objets populaires non-identitfiés ou OpNI culturels

Dans un article intitulé “Workplace Fiction That’s True to Life” [La Fiction du monde du travail qui est authentique] publié dans le New York Times du 16 avril 2011, le journaliste Bryan Burrough se demande “I’ve often wondered why there aren’t more strong works of fiction dealing with the business world.” [Je me suis souvent demandé pourquoi il n’y avait pas plus d’œuvres de fiction fortes portant sur le monde des affaires].

Chaque année on peut lire au moins un article similaire dans un grand journal ou magazine se plaignant du manque de romans, ou de fictions en général, traitant des affaires et des aspects économiques. Ces plaintes sont partiellement fondées puisque ce qui pourrait s’appeler une fiction d’affaires ou fiction économique semble rare. Mais ces fictions sont-elles vraiment si rares?

En fait, au moins depuis Balzac avec César Birotteau [1836] et Zola avec L’Argent [1890], il existe une quantité non négligeable de fictions qui correspondraient à ce “genre”. Si la culture de langue française (et en général les autres cultures continentales européennes—italienne, allemande, …) semble avoir arrêté d’en produire un grand nombre, certainement en ce qui a trait à des productions qui pourraient être considérées comme populaires (avec quelques exceptions comme L’Imprécateur [1973] de René-Victor Pilhes, les fictions “industrielles” de Paul-Loup Sulitzer, la série BD de Largo Winch, la série télévisée Le bureau (imitée de The Office; pour ne parler que de pays de langue française ici), d’autres traditions culturelles et linguistiques, particulièrement japonaises et anglo-saxonnes, ont produit un grand nombre de ces fictions. Beaucoup d’entre elles sont devenues très populaires. Des romans à un sou de Horatio Alger au Financier de Theodore Dreiser [1912] aux bestsellers épico-capitalistes de Ayn Rand [dès les années 1950], aux fictions contemporaines comme Nice Work [1986; Jeu de société, 1987] de David Lodge, The Invisible Heart: An Economic Romance [2001] de Russell Roberts, et les romans et films de Wall Street à la série Mad Men aux USA, et des “novellas” comme Shoshaman: A tale of Corporate Japan de Shinya Arai aux romans graphiques comme Japan, Inc. de Shotaro Ishinori au Japon, les fictions populaires traitant des affaires économiques dans tous les médias-arts (livres, films, séries télé, bd, …) sont en fait très populaires, aux deux sens de ce mot.

Là où la critique journalistique a probablement raison c’est que, sauf pour certains noms célèbres (comme Tom Wolfe aux USA avec ses fictions “économiques”—A Man in Full/ [1998]), la plupart de ces fictions, et le genre en général, ont rarement été pris au sérieux par les intellectuels et moins encore par les universitaires. Depuis la première étude systématique de W.F. Taylor, The Economic Novel 1942-64 [1942, 1e éd.], peu d’études universitaires et aucun numéro spécial sur ce “genre” ont été publiés sur ce sujet.

Ce numéro spécial de Belphégor se propose d’étudier le “genre”/thème et quelques-uns de ses exemples dans diverses cultures/langues. Les sujets suivants ne sont pas exhaustifs: Est-ce que ces fictions économiques constituent un genre? Si oui, quelles en sont les caractéristiques? Y a-t-il une différence entre la fiction économique et la fiction d’affaires? Pourquoi y a-t-il [eu] si peu d’études publiées sur ce thème/genre? Qu’est-ce que ce peu d’intérêt dans certaines cultures/langues révèle de ces sociétés?  Quelles différences peut-on voir entre les cultures qui au 20e siècle ont une tradition forte et d’autres moins productives dans ce domaine?  Les productions américaines sont-elles plus pro-business/pro-affaires que les productions françaises? Les intellectuel[le]s ne veulent-ils/elles ou peuvent-ils/elles plus traiter d’économie? Est-ce devenu un sujet trop complexe? Cela annonce-t-il une troisième scission après celle des “deux cultures” [C.P. Snow]?

Les approches privilégiant les corpus portant sur les littératures populaires et les cultures médiatiques et venant de toutes les traditions linguistiques et culturelles sont les bienvenues. Propositions à envoyer avant le 30 juillet 2013 à Chris Reyns-Chikuma, reynschi@ ualberta.ca ET Matthieu Letourneux, mletourneux@free. fr