Archives par mot-clé : économie

Appel à contribution : La pandémie en science-fiction

Appel à textes pour un numéro spécial de Stella Incognita

La pandémie en science-fiction

Quand la réalité rejoint la fiction :
L’imaginaire
à l’aune des pandémies au fil des siècles

L’apparition du virus COVID-19 à Wuhan en Chine en novembre 2019 a profondément bouleversé notre façon d’envisager l’équilibre mondial. Déployant une rhétorique guerrière, la classe politique se veut « en guerre. Pas contre une autre nation, mais contre un ennemi invisible et insaisissable. » (Emmanuel Macron, 16 mars 2020), ou prête à assumer le rôle de « chef de guerre » (« wartime president ») (Donald Trump, 28 mars 2020). Le combat contre la maladie ne présente pourtant pas, loin s’en faut, un front commun.

Depuis l’instauration d’un confinement généralisé et l’obligation, pour chaque individu, de limiter ses déplacements en vue d’endiguer la pandémie, la plus grande partie des systèmes politiques ont constaté la difficulté, voire, dans certains cas, l’impossibilité de lutter de manière efficace contre une menace virale de grande échelle. Toutefois, les approches différentes prises par les gouvernements amènent à se poser un certain nombre de questions sur les priorités de chacun d’entre eux : la reprise économique, l’« immunité collective », le maintien de l’ordre, les libertés individuelles, etc. L’État se trouve ainsi mis en cause, et plus particulièrement le système capitaliste. L’arrêt de l’activité humaine – à savoir, en ce qui concerne les pays dits « développés », la diminution de la production et de la consommation, et, conséquemment, de la pollution, – a, de façon évidente, un effet direct sur l’environnement. Ce phénomène met également en avant la dépendance de nos sociétés à une économie globalisée (importations, délocalisations).

La pandémie met ainsi à nu l’auto-insuffisance ; la paralysie économique qui s’ensuit précipite, ou enfonce un peu plus encore, une partie de la population dans la misère. La maladie rend en outre visible, de manière violente, une mise en concurrence entre, d’un côté, la santé publique et, de l’autre, une économie axée sur la rentabilité et prompte aux coupes budgétaires drastiques : il faudrait travailler coûte que coûte dans un système qui privilégie la continuité du tissu économique face au bien commun des individus. Déchirés entre des besoins vitaux et des besoins créés de toutes pièces par une société fondée sur le profit et l’individualisme, les citoyens ne savent plus à quelle théorie du complot se vouer. Continuer la lecture de Appel à contribution : La pandémie en science-fiction

Appel à textes/Call for Papers : La fiction d’affaires et la fiction économique: des objets populaires non-identitfiés ou OpNI culturels

Appel à textes/Call for Papers

pour la revue Belphégor (http://etc.dal.ca/belphegor)

La fiction d’affaires et la fiction économique: des objets populaires non-identitfiés ou OpNI culturels

Dans un article intitulé “Workplace Fiction That’s True to Life” [La Fiction du monde du travail qui est authentique] publié dans le New York Times du 16 avril 2011, le journaliste Bryan Burrough se demande “I’ve often wondered why there aren’t more strong works of fiction dealing with the business world.” [Je me suis souvent demandé pourquoi il n’y avait pas plus d’œuvres de fiction fortes portant sur le monde des affaires].

Chaque année on peut lire au moins un article similaire dans un grand journal ou magazine se plaignant du manque de romans, ou de fictions en général, traitant des affaires et des aspects économiques. Ces plaintes sont partiellement fondées puisque ce qui pourrait s’appeler une fiction d’affaires ou fiction économique semble rare. Mais ces fictions sont-elles vraiment si rares?

En fait, au moins depuis Balzac avec César Birotteau [1836] et Zola avec L’Argent [1890], il existe une quantité non négligeable de fictions qui correspondraient à ce “genre”. Si la culture de langue française (et en général les autres cultures continentales européennes—italienne, allemande, …) semble avoir arrêté d’en produire un grand nombre, certainement en ce qui a trait à des productions qui pourraient être considérées comme populaires (avec quelques exceptions comme L’Imprécateur [1973] de René-Victor Pilhes, les fictions “industrielles” de Paul-Loup Sulitzer, la série BD de Largo Winch, la série télévisée Le bureau (imitée de The Office; pour ne parler que de pays de langue française ici), d’autres traditions culturelles et linguistiques, particulièrement japonaises et anglo-saxonnes, ont produit un grand nombre de ces fictions. Beaucoup d’entre elles sont devenues très populaires. Des romans à un sou de Horatio Alger au Financier de Theodore Dreiser [1912] aux bestsellers épico-capitalistes de Ayn Rand [dès les années 1950], aux fictions contemporaines comme Nice Work [1986; Jeu de société, 1987] de David Lodge, The Invisible Heart: An Economic Romance [2001] de Russell Roberts, et les romans et films de Wall Street à la série Mad Men aux USA, et des “novellas” comme Shoshaman: A tale of Corporate Japan de Shinya Arai aux romans graphiques comme Japan, Inc. de Shotaro Ishinori au Japon, les fictions populaires traitant des affaires économiques dans tous les médias-arts (livres, films, séries télé, bd, …) sont en fait très populaires, aux deux sens de ce mot.

Là où la critique journalistique a probablement raison c’est que, sauf pour certains noms célèbres (comme Tom Wolfe aux USA avec ses fictions “économiques”—A Man in Full/ [1998]), la plupart de ces fictions, et le genre en général, ont rarement été pris au sérieux par les intellectuels et moins encore par les universitaires. Depuis la première étude systématique de W.F. Taylor, The Economic Novel 1942-64 [1942, 1e éd.], peu d’études universitaires et aucun numéro spécial sur ce “genre” ont été publiés sur ce sujet.

Ce numéro spécial de Belphégor se propose d’étudier le “genre”/thème et quelques-uns de ses exemples dans diverses cultures/langues. Les sujets suivants ne sont pas exhaustifs: Est-ce que ces fictions économiques constituent un genre? Si oui, quelles en sont les caractéristiques? Y a-t-il une différence entre la fiction économique et la fiction d’affaires? Pourquoi y a-t-il [eu] si peu d’études publiées sur ce thème/genre? Qu’est-ce que ce peu d’intérêt dans certaines cultures/langues révèle de ces sociétés?  Quelles différences peut-on voir entre les cultures qui au 20e siècle ont une tradition forte et d’autres moins productives dans ce domaine?  Les productions américaines sont-elles plus pro-business/pro-affaires que les productions françaises? Les intellectuel[le]s ne veulent-ils/elles ou peuvent-ils/elles plus traiter d’économie? Est-ce devenu un sujet trop complexe? Cela annonce-t-il une troisième scission après celle des “deux cultures” [C.P. Snow]?

Les approches privilégiant les corpus portant sur les littératures populaires et les cultures médiatiques et venant de toutes les traditions linguistiques et culturelles sont les bienvenues. Propositions à envoyer avant le 30 juillet 2013 à Chris Reyns-Chikuma, reynschi@ ualberta.ca ET Matthieu Letourneux, mletourneux@free. fr