Archives par mot-clé : écologie

Appel à contributions : L’objet pop peut-il être éthique ? (Université de Lorraine)

L’objet pop peut-il être éthique ?

Premier volet du projet (Im)matéréalités

Journée d’étude, Université de Lorraine, Nancy14 avril 2023

“’Cause we are living in a material world / And I am a material girl”. 

La confession consumériste et hédoniste de Madonna réalisée en chanson durant l’année 1984 semble désormais quasi hors de propos près de quarante ans plus tard. C’est ce dont témoigne un récent article du magazine en ligne Nylon pointant une potentielle contestation contemporaine de l’hypercapitalisme, particulièrement vive parmi les générations Z et alpha. Celle-ci semble reposer sur l’idée d’une fin du « printemps perpétuel » jadis associé à la consommation de masse par Baudrillard en lien avec le développement des centres commerciaux (La Société de consommation, p. 24, 26) et un potentiel refus des jeunes générations d’être encore « des héritières […] non plus seulement des biens, mais du droit naturel à l’abondance » (Id., p. 29), cette abondance dont on nous a récemment annoncé la fin au sommet de l’Etat. 

Ne nous y trompons pas toutefois : il s’agit peut-être davantage d’une mutation plurielle de l’hyperconsommation que de sa fin. De ce point de vue, la question la plus immédiate semble être celle de l’écologie et du développement durable. La pop culture, en ce qu’elle est avant tout une culture de consommation définie par Eloy Fernández Porta comme « un élan primordial : celui de la dévoration […], la destruction des biens et des services par l’usage qui en est fait » (Homo Sampler : Culture et consommation à l’ère afterpop, p. 10), est-elle par nature anti-eco friendly ? De multiples domaines peuvent être ici mobilisés, au premier rang desquels celui des fashion studies afin de rendre compte d’une mode contemporaine marquée par les condamnations de plus en plus virulentes des marques produisant encore des vêtements jetables dans les conditions que l’on sait – Zara, Primark, Shein – mais aussi par l’essor des friperies devenues tendance auprès d’une clientèle de plus en plus jeune. La nostalgie et le goût du vintage alimentant un « marché de l’ancien » qui n’est plus, contrairement au moment où Baudrillard écrit Le Système des objets, réservé au domaine des antiquaires, reflètent-ils l’élan d’une green pop qui ne saurait donc être qu’une consommation anachronique par nature, ou bien sont-ils symptomatiques d’une expression politique autour des enjeux climatiques que les gouvernants semblent toujours prendre à rebours ? 

De plus en plus de ces jeunes dont l’on brocarde régulièrement le peu d’intérêt pour la politique ou la fragilité d’un engagement « entre populisme et exigence démocratique » (Claudine Attias-Donfut & Martine Segalen, Avoir 20 ans en 2020 : Le Nouveau fossé des générations, p. 175) semblent désormais afficher leurs convictions écologiques dans leurs habitudes de consommation. Ainsi, cette époque marquée par l’anxiété écologique et la solastalgie dont les jeunes générations seraient les premières victimes, est aussi celle qui semble impliquer que, désormais, l’engagement puisse (doive ?) prévaloir sur la tendance. Pour qu’il fasse sens, le style doit être en prise directe sur les nécessités environnementales davantage que sur les prescriptions des chantres institutionnels du bon goût, comme en attestent les multiples scandales de ces derniers mois associés au monde de la mode, au premier rang desquels le défilé organisé par la marque Yves Saint-Laurent dans le désert marocain. Et si la tendance se définissait désormais par l’éthique, réalisant ainsi la prédiction faite par Lipovetsky dès 1991 : « il n’est plus d’utopie que morale, “le XXIe siècle sera éthique ou ne sera pas” » (Le Crépuscule du devoir, p. 11) ? Dans un autre registre, les polémiques actuelles entourant la prochaine coupe du monde de football au Qatar et les multiples boycotts de l’événement annoncés – qu’ils soient le résultat d’un choix individuel ou de celui de municipalités entérinant l’absence de diffusion des rencontres sur écran géant – en attestent également. Objets, pratiques et manifestations ne pourraient-ils donc plus être pop qu’à la condition d’être éthiques ? Continuer la lecture de Appel à contributions : L’objet pop peut-il être éthique ? (Université de Lorraine)

Parution : L’insecte au miroir des livres pour la jeunesse (dir. Christiane Connan-Pintado)

Christiane Connan-Pintado (dir.), L’insecte au miroir des livres pour la jeunesse. Présence, représentations, discours, Presses universitaires Blaise Pascal, 2022.

Abeilles, papillons, fourmis, coccinelles… les insectes ont investi de longue date les livres pour enfants mais leur présence dans ce domaine éditorial n’a pour l’instant fait l’objet, en France, d’aucune étude monographique, comme si ces « vivants minuscules » représentaient la catégorie la plus excentrée de l’animal et du nonhumain.

L’ouvrage suit un parcours en cinq étapes. La première partie interroge leur présence dans les livres pour enfants, les trois suivantes les recherchent dans certaines catégories littéraires – fables et contes, classiques pour la jeunesse, livres d’images – la dernière s’attache aux enjeux symboliques de la rencontre entre l’insecte et l’homme.

Se pencher sur des êtres si différents et d’une telle diversité invite à questionner aussi bien la condition humaine que la condition animale et les modalités du vivant, devenues aujourd’hui une préoccupation cruciale. L’ensemble de l’ouvrage vise à montrer à quel point le chétif animal qui paraissait au premier chef « pauvre en monde » se révèle finalement, sous la loupe de la littérature, « bon à penser ».

Maître de conférences habilitée en langue et littérature françaises, émérite, à l’Université de Bordeaux, membre de l’équipe TELEM (Université Bordeaux-Montaigne) et associée au CELIS, Christiane Connan-Pintado a co-écrit Fortune des contes des Grimm en France dans la littérature de jeunesse (Presses universitaires Blaise-Pascal, 2014), co-dirigé plusieurs ouvrages collectifs et numéros de revue, et publié de nombreux articles sur le conte, la littérature de jeunesse et son enseignement.

Appel à contributions : Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ? (Revue Cultx)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultural Express – Cultx: “Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ?” / “Melting and dissolution: a contemporary aesthetic?”

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

(english version below)

« Où sont les neiges d’antan ? », demandait le poète François Villon, une interrogation qui nous rend aujourd’hui nostalgique des rudesses et du manteau blanc des paysages hivernaux. Adam Gopnik l’interprète ainsi, illustrant l’idée de la perte esthétique et affective de l’hiver dans le cadre du dérèglement climatique, dont le réchauffement est un symptôme :

Je songe ici bien sûr à la dévastation du Nord, à l’avènement du changement climatique causé par l’homme et à la perte effective de l’hiver. […] La liste des pertes que nous risquons de subir, des villes transformées en marécage à la fonte des icebergs en passant par la transformation irrévocabled’environnements entiers, a été dressée, la suite prophétisée. […] Et bientôt, à ces latitudes, la toundra va commencer à se réchauffer, le pergélisol à fondre et le gaz carbonique à s’échapper : la toundra, de grand climatiseur de la nature, deviendra une source de chaleur supplémentaire. La fin du monde n’est peut-être pas pour demain, mais nous risquons d’assister — et plus vite que nous l’imaginons — à la fin de l’hiver tel que nous le connaissons (Gopnik, 2019, p. 268-270).

Si ce ressort narratif, et presque rhétorique, n’est pas récent, ainsi que le souligne François Walter, puisqu’il revient de manière cyclique, il est renouvelé et actualisé dans les productions contemporaines. Elles-mêmes sont alimentées par une narration de l’inquiétude s’imprégnant des pratiques discursives et culturelles (médias, littérature, films, chansons, etc.), à divers degrés. Et, à l’heure de l’Anthropocène, ce temps où la cyclicité des saisons n’a plus cours, car leur immuabilité est ébranlée (Bensaude-Vincent, 2021), les repères climatiques caractéristiques de l’hiver s’estompent dans les forêts occidentales (Wohlleben, 2017).

Par ailleurs, la fascination croissante pour les fictions catastrophiques démultiplie l’effet d’écho de cette narration. Le fantasme de la fin du monde, d’une finitude ou de nos fins, est au cœur des fictions de l’Anthropocène (Trexler, 2015 ; Boulard, 2018 ; Engélibert, 2019). Au sein de ces climate fictions, quelle part d’entre elles met l’accent sur une esthétique de la fonte et de la dissolution ? 

L’imaginaire de l’hiver est intrinsèquement attaché au Nord (arctique) dans la pensée occidentale — le froid, la neige, l’hiver sont des schèmes de « l’imaginaire du Nord » (Chartier, 2018) —, et cet espace, plus encore que les autres, est victime des effets du changement climatique. La fragilité des paysages glaciaires a pour conséquence leur dissolution, leur évaporation face à la hausse des températures. Mais le Nord n’a pas l’apanage de cette saison ni du froid, bien que la perte, physique et affective, de ces deux composantes soit un préjudice pour les habitants des espaces polaires (Watt-Cloutier, 2018), et l’Hiver est un chronotope en soi (Walter, 2013).

Deux mouvements nous semblent se dégager de la dissolution de l’hiver dans les corpus contemporains. D’une part, les territoires associés à cette saison se réchauffent, voire s’étéisent, inversant alors le paradigme climatique (Blå [La Fin des océans], Maja Lund, 2017 ; Extincta, Victor Dixen, 2019 ; Greenland. Le dernier refuge, Ric Roman Waugh, 2020), provoquant des conflits pour les ressources et illustrant les théories de « Heat Death » selon lesquelles la sécheresse et le réchauffement de l’atmosphère seraient tels que la vie disparaîtrait de la planète (Boia, 2004).

D’autre part, un imaginaire de la montée des eaux est également à l’œuvre dans les fictions, appuyé sur des réactualisations du mythe du Déluge (Trexler, 2015), dans un déversement des glaces fondues sur le reste de la planète (After the Flood: A Novel [Quand les eaux auront englouti la Terre], Kassandra Montag, 2020 ; Climax, Thomas B. Reverdy, 2021), réveillant inévitablement les croyances d’une fin du monde. La dépendance accrue de l’humain à la technologie favorise parallèlement l’exacerbation des craintes des cataclysmes climatiques liés à l’eau : « Les pluies abondantes, les chutes de neige, les grands froids sont toujours susceptibles de produire des calamités, ou, au moins, des dérèglements » (Boia, 2004, p. 106) sur les infrastructures (transports, habitation, etc.). Une crainte alimentée par la peur de la fonte totale des pôles, du fait d’une hausse des températures, redessinant la carte mondiale, réorganisant les modèles économiques et politiques.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ? (Revue Cultx)

Appel à contributions : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)

Journée d’études : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)

2 décembre 2022, Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoires ALTER, ITEM, TREE)

Échéance des propositions : 15 juillet 2022

Organisée dans le cadre du Réseau Régional de Recherche sur la Bande Dessinée de Nouvelle Aquitaine « 3RBD ».

Depuis plus de trente ans, la question climatique, débattue sur la scène internationale, a conduit à l’émergence d’un vaste champ de recherche en transition studies (encore appelées en France transitions écologiques) se consacrant à l’étude des dynamiques de restructuration des systèmes liées aux politiques de transition durable de type « post-crise ». Ainsi, les recherches scientifiques couplant les effets de la transition physique de la planète consécutifs au changement climatique avec ses conséquences sociales se multiplient-elles, interrogeant notamment tous les grands champs des sciences humaines et sociales. Si l’étude des changements globaux sur le temps long est très sollicitée par les sciences dites exactes, la capacité à prévoir le futur et donc à anticiper les changements sociaux devient cruciale pour les décideurs politiques. La constitution en 2019, sous les auspices du ministère des Armées d’un groupe de « réflexion » du nom de Red Team Défense participe alors de ces efforts de prospective : réunissant une dizaine d’auteurs et de scénaristes de science-fiction travaillant avec des scientifiques et des experts militaires, il a pour objectif de faire émerger des scénarios s’attachant à anticiper des risques environnementaux, technologiques, économiques et sociétaux susceptibles, à l’horizon 2030-2060, d’engendrer différents types de conflictualités potentielles. Et parmi les « experts » de la société civile réunis, le monde de la bande dessinée est représenté par le scénariste Xavier Dorison (Le Troisième Testament, Long John Silver, Le Château des animaux, Undertaker, entre autres) et le dessinateur François Schuiten (Les Terres creuses, Les Cités obscures). En effet, la BD constitue un vaste réservoir d’univers, de conceptions du monde et de la société, de visions du présent et de l’avenir, souvent construits sur la base d’éléments existants ou en émergence.

Les préoccupations « naturalistes » incorporent progressivement le champ de la BD dans les années 1960, sous le biais de deux facteurs : d’une part, la sensibilisation aux questions de préservation (et gestion) de la Nature s’ouvre à un plus large public, par le biais notamment de la médiatisation des catastrophes majeures d’origine anthropique provoquant alors de fortes répercussions sur les milieux dits naturels et la société1 ; d’autre part, l’apparition puis le renforcement d’une nouvelle offre éditoriale en direction d’un public adulte2 favorisent de nouveaux thèmes traités par la BD, dont le grand domaine de l’environnement. Comme le soulignait en 1982 Louis Gérard (alors directeur d’édition chez Casterman), les hebdomadaires illustrés « jeunesse » qui s’étaient multipliés en France après 1945 avaient « légué » des lecteurs adultes, engendrant « une première explosion de la BD vers 1969-1970 » 3 , suivie d’une décennie faste pour ce champ de l’édition.

Continuer la lecture de Appel à contributions : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)

Appel à contributions : Un/Making Graphic History: BD and Narratives of Resistance in French

“Un/Making Graphic History : BD and Narratives of Resistance in French”, New Directions in Francophone Studies: Diversity, Decolonization, Queerness. 

Échéance des propositions : 1er juin 2022

In recent years, bande dessinées and graphic novels, as both fiction and/or documentary, have become a popular medium to shed light on unknown or forgotten parts of history or to raise awareness on current socio-political realities and challenges. BDs and graphic novels in French have tackled various topics such as the environmental and socio-economic impact of urban growth (Rural!, 2001), the chlordecone pollution in the French Antilles from 1972 to 1993 (Tropiques toxiques, 2020), the infestation of sargassum seaweed on the shores of Caribbean islands (Mission Pas Possible-Opération Sargasses, 2020), the deportation of children from Réunion to rural hexagonal France (mainly Creuse) from 1964 to 1984 (Piments zoizos: les enfants oubliés de La Réunion, 2020), or the formation of the Vietnamese diaspora in French territories in the context of the Vietnam War (series Mémoires de Viet-Kieu, 2010 – 2020).

We invite chapter proposals in English for a forthcoming edited volume with New Directions in Francophone Studies: Diversity, Decolonization, Queerness (an EUP series). This collection will examine the political, aesthetic, and ethical gestures embedded in bande dessinées and graphic novels in order to bear witness to, inform, or question our past and contemporary realities. Through the combination of image and text, the medium encourages us to reconsider the possibilities and limits of documentary and/or fictional, personal, and collective accounts, examining the historical, political, aesthetic, and pedagogical relevance of the medium. This volume will explore some of the following questions: how do BDs and graphic novels examine environmental, gender, racial, religious, political, and social questions? How do the media, through the combination of text and image, engage with notions of voice, power, bias, and perspective? How are the media relevant to the exploration of individual and collective identity de/construction? How are BDs and graphic novels a valuable pedagogical tool to discuss diversity, decolonization, inclusion, and social justice issues?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Un/Making Graphic History: BD and Narratives of Resistance in French

Appel à communications : Reconnecter un monde dévasté ? Représentation des enjeux environnementaux dans les jeux vidéo (Université de Rouen-Normandie)

Appel à communications – dans le cadre du cycle de travaux “Le numérique à son miroir”

« Reconnecter un monde dévasté1 » ? Représentation des enjeux environnementaux dans les jeux vidéo

8 avril 2022

Université de Rouen NormandieCampus de Mont-Saint-Aignan

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

Comité d’organisation : Sandra Provini, Mélanie Lucciano, Tony Gheeraert

Comité scientifique :  Sandra Provini (URN), Mélanie Lucciano (URN), Tony Gheeraert (URN), Gaëlle Théval (URN), Anne-Laure Tissut (URN), Sandra Gondouin (URN), Marcello Vitali-Rosati, Georges Da Costa (Laboratoire IRIT UMR 5505, Université Paul Sabatier, Toulouse 3)

Il est des métaphores trompeuses : dans les années 1990-2000, les notions de “dématérialisation”, puis de “cloud computing”, avaient entraîné la fallacieuse croyance que l’informatique était légère comme un nuage. Mieux : beaucoup de spécialistes envisageaient à l’époque la dématérialisation comme une piste sérieuse pour préserver l’environnement, qui constituait alors un enjeu émergent. Ainsi, en 1997, Steven Hunt estimait que “les stratégies de dématérialisation tendent à réduire l’impact environnemental par unité d’activité économique”2. Trois ans plus tard, Julia Haake, dans sa thèse de doctorat, espérait que le “concept de dématérialisation” pourrait servir une meilleure “gestion environnementale”3. La chercheuse donnait pour exemple la miniaturisation des téléphones portables, “de plus en plus petits et donc moins consommateurs de matière”, ou le CD-ROM, “permettant de remplacer des tonnes de kilogrammes de papier”4.

Continuer la lecture de Appel à communications : Reconnecter un monde dévasté ? Représentation des enjeux environnementaux dans les jeux vidéo (Université de Rouen-Normandie)

  1. “Reconnecting a devastated world”, bande-annonce de lancement de Death Stranding, Kojima Productions et Sony Interactive Entertainment, 2019-2020. []
  2. Steven Hunt, “Des réformes fiscales pour protéger l’environnement au Mexique”, Le Crdi Explore, publication du Centre de recherches pour le développement international (Ottawa, Canada), janvier-décembre 1997. []
  3. Julia Haake, Les stratégies des entreprises pour une utilisation des matières plus respectueuse de l’environnement : une application du concept de dématérialisation à la gestion environnementale, thèse soutenue en 2000 à l’université de Saint-Quentin-En-Yvelines : https://www.theses.fr/2000VERSA010 []
  4. Julia Haake, “Dématérialisation – Mesure par bilans matières et MIPS”, Techniques de l’ingénieur, juillet 2000. []

Parution : Dystopias and Utopias on Earth and Beyond (D. A. Vakoch, ed.)

Douglas A. Vakoch (ed.), Dystopias and Utopias on Earth and Beyond. Feminist Ecocriticism of Science Fiction, Routledge, 2021

Presentation

Caught as we are in a grave climate crisis that seems more irreversible with every passing year, our literary portrayals of the future often feature the dystopian collapse of the world as we know it. Science fiction explores how we got here, while pointing toward a more hopeful path forward. From an ecofeminist perspective, a core cause of our current ecological catastrophe is the patriarchal domination of nature, playing out in parallel with the oppression of women. As an alternative to dystopian futures that seem increasingly inevitable, ecofeminist science fiction helps us conjure utopias that promote environmental sustainability based on more egalitarian human relationships.

Dystopias and Utopias on Earth and Beyond: Feminist Ecocriticism of Science Fiction explores the fictional worlds of such canonical novelists as Margaret Atwood, Octavia Butler, Ursula K. Le Guin, Doris Lessing, and Joan Slonczewski, as well as those of lesser-known science fiction writers, as they collectively probe humanity’s greatest existential threats. Contributors from five continents provide compelling analyses of far future dystopias on Earth that are all too easy to imagine becoming reality if humankind’s current trajectory continues, as well as provocative insights into science fiction utopias set on idyllic planets orbiting distant stars, which offer liberatory alternatives that might someday be actualized in the real world. By examining the links between the destruction of the environment and the domination of women, Dystopias and Utopias on Earth and Beyond provides the tools to counteract those intertwined oppressions, helping create a foundation for a truly habitable world.

Continuer la lecture de Parution : Dystopias and Utopias on Earth and Beyond (D. A. Vakoch, ed.)

Parution : Ecofeminist Science Fiction (D. A. Vakoch ed.)

Douglas A. Vakoch (ed.), Ecofeminist Science Fiction. International Perspectives on Gender, Ecology, and Literature, Routledge, 2021

Presentation

Ecofeminist Science Fiction: International Perspectives on Gender, Ecology, and Literature provides guidance in navigating some of the most pressing dangers we face today. Science fiction helps us face problems that threaten the very existence of humankind by giving us the emotional distance to see our current situation from afar, separated in our imaginations through time, space, or circumstance. Extrapolating from contemporary science, science fiction allows a critique of modern society, imagining more life-affirming alternatives.

In this collection, ecocritics from five continents scrutinize science fiction for insights into the fundamental changes we need to make to survive and thrive as a species. Contributors examine ecofeminist themes in films, such as AvatarStar Wars, and The Stepford Wives, as well as television series including Doctor Who and Westworld. Other scholars explore an internationally diverse group of both canonical and lesser-known science fiction writers including Oreet Ashery, Iraj Fazel Bakhsheshi, Liu Cixin, Louise Erdrich, Hanns Heinz Ewers, Larissa Lai, Ursula K. Le Guin, Chen Qiufan, Mary Doria Russell, Larissa Sansour, Karen Traviss, and Jeanette Winterson.

Ecofeminist Science Fiction explores the origins of human-caused environmental change in the twin oppressions of women and of nature, driven by patriarchal power and ideologies. Female embodiment is examined through diverse natural and artificial forms, and queer ecologies challenge heteronormativity. The links between war and environmental destruction are analyzed, and the capitalist motivations and means for exploiting nature are critiqued through postcolonial perspectives.

Continuer la lecture de Parution : Ecofeminist Science Fiction (D. A. Vakoch ed.)

Appel à contributions (prolongation) : La ville dans les fictions climatiques

Le programme PARVIS se consacre aux imaginaires futuristes de la ville dans une démarche associant littérature, cultures visuelles et médiatiques, architecture et création littéraire et sonore. Un colloque sur la ville dans les fictions climatiques est organisé en mai 2021; étant donné l’état d’urgence sanitaire, le délai de soumission a été étendu, les modalités précisées, et nous repostons notre invitation à soumettre des propositions.

La date limite d’envoi des propositions de communication est repoussée au 1er mars 2021.

Toutes les modalités sont définies sur le carnet du programme.

 

 

Appel à Communications: “Archifictions: L’architecture et la ville aux prises avec les bouleversements environnementaux dans les fictions télévisées” – Date limite revue : 1er février

Archifictions

L’architecture et la ville aux prises avec les bouleversements  environnementaux dans les fictions télévisées
 
________________________________________________________________________________________
 
Journée d’études mars 2021
Publication n°revue 2021-2022
 
________________________________________________________________________________________

Introduction / bilan

 
Initialement, ce projet a été imaginé en 2019 dans le cadre du Groupe de recherche en Cultures Visuelles (ACCRA-Unistra), espace de partage scientifique strasbourgeois, co-coordonné par Vivien Philizot et Sophie Suma. Il est ici question de poursuivre le travail débuté l’an passé (2019-2020) qui visait à étudier les liens entre architecture, télévision et fictions. Les contributions des intervenants de la première journée d’études (mars 2019) intitulée Archiséries ont confirmé l’existence d’une relation entre les sujets de l’actualité contemporaine et ceux abordées dans les séries, considérées désormais comme une matière dialogique ou/et réflexive. Cette première étape prévoyait d’étudier de façon très ouverte la présence de l’architecture dans les fictions télévisées et plus particulièrement dans les « séries ». L’objectif était d’évaluer la capacité de ce type de fictions à diffuser un ensemble de points de vue ou de critiques sur des sujets nouvellement ou encore contemporains au sein desquels l’architecture, la ville, ou les activités urbaines tiennent un rôle. En plus de discuter du caractère idéologique de certaines séries, plusieurs sujets ont été abordés : l’instrumentalisation de l’architecture par le pouvoir fédéral, la représentation de la modernité architecturale, la place de la femme architecte dans les représentations sociales, la série comme médium pédagogique et comme archive de l’histoire de l’architecture, ou encore la représentation d’un quartier new-yorkais dans les fictions télévisées des années 1990. Ces thématiques d’intérêts différents ont eu pour but d’expérimenter ce type d’études où la fiction tient un rôle médial (Citton, 2010), et de définir de quelle façon la diffusion en masse des séries crée une zone d’influence notamment sur la manière de penser désormais les sujets qu’elles abordent. 
 
 

Continuer la lecture de Appel à Communications: “Archifictions: L’architecture et la ville aux prises avec les bouleversements environnementaux dans les fictions télévisées” – Date limite revue : 1er février