Archives par mot-clé : écologie

Appel à communications : Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Colloque international, Université Jean Monnet, Saint-Étienne

ECLLA (Études du Contemporain en Littératures, Langues et Arts)

18 et 19 mai 2021

La catastrophe du 11 septembre 2001 marque, de façon spectaculaire, l’entrée dans le XXIe siècle, inaugurant « l’irruption du possible dans l’impossible » (Jean-Pierre Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé). Depuis, l’essor des thèses déclinistes, de la collapsologie ou de l’effondrisme, a engendré une prolifération de discours et d’images qui prédisent la fin de notre civilisation, anticipent les modalités de sa disparition, et imposent de penser la catastrophe avec une urgence renouvelée. En effet, l’heure ne semble plus à la conjecture ou à la prévision car le discours catastrophiste, que son relais soit scientifique, médiatique ou politique, ne cesse d’alerter sur la multiplication des catastrophes, nous invitant par là même à redessiner les contours d’une notion qui, jusque récemment, se caractérisait par sa dimension unique, inédite, et imprévisible. Signe que sa définition a déjà commencé à muter, la catastrophe est moins envisagée comme un dénouement ou une fin que comme une série de phénomènes sériels qui, par leur irruption répétée dans le quotidien, la placent dans une actualité permanente. Paul Virilio notait que notre société, à privilégier « inconsidérément le présent, le temps réel (…) met en œuvre l’immédiateté, l’ubiquité et l’instantanéité, met en scène l’accident, la catastrophe » (Paul Virilio, L’accident originel).

Employée au singulier, la catastrophe recoupe une pluralité de phénomènes imputables ou non à l’humain, qu’il s’agisse de désastres naturels, d’accidents nucléaires, d’attentats, ou encore de pandémies. Elle désigne non pas « un événement unique, mais un système de discontinuités, de franchissements de seuils critiques, de ruptures, de changements structurels radicaux » (Dupuy). En effet, elle relève moins d’un discours de l’après que d’un état d’alerte et de vigilance permanent à l’égard de phénomènes qui sont déjà en cours. Si, par son itération, l’aléa devient certitude, c’est également parce que la frontière entre le naturel et le culturel, instaurée par la Modernité occidentale, se dissipe, plus particulièrement depuis que les sciences de la terre ont pensé sous le terme d’anthropocène, créé par Paul J. Crutzen, ce moment charnière où l’être humain, par son action, est devenu le principal générateur de catastrophes, au risque d’évacuer le rôle de la contingence. À leur tour, les lettres et les arts explorent les problèmes conceptuels, éthiques et pratiques que pose cette « grande accélération » (John R. McNeill, The Great Acceleration), et, ce faisant, incitent à une réarticulation de notre rapport au temps, à l’espace, à l’image et au récit. Continuer la lecture de Appel à communications : Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Appel à contributions : La ville dans les fictions climatiques

La ville dans les fictions climatiques

Colloque international

Marne-la-Vallée, les 5-7 mai 2021

Ce colloque prend place dans le programme PARVIS de l’I-Site FUTURE consacré aux imaginaires urbains futuristes. Il propose de les observer au sein d’un corpus spécifique, les fictions climatiques, en les articulant aux concepts d’Anthropocène et d’Urbanocène.

En cas d’impossibilité de tenir le colloque en présence, des moyens numériques seront mobilisés.

Responsables

Irène Langlet, professeure de littérature contemporaine (irene.langlet@u-pem.fr)  

Nadège Pérelle, doctorante en littérature contemporaine (nadege.perelle@u-pem.fr)

Echéances

Le colloque aura lieu les 5-7 mai 2021 (Sur site ou en ligne / on campus or online).

Les propositions de communication sont à adresser aux deux responsables avant le 22 janvier 2021 sous la forme suivante: Titre, Résumé en 1500 signes espaces comprises, Bio-bibliographie, en français et en anglais. Une réponse sera donnée avant le 15 février.

Comité scientifique

Carl Abbott, Portland State University (Etats-Unis)

Lieven Ameel, Université de Turku (Finlande)

Sébastien Févry, Université Catholique de Louvain (Belgique)

Adeline Johns-Putra, Xi’an Jiaotong-Liverpool University à Suzhou (Chine)

Isabelle Krzywkowski, Université Grenoble Alpes

Irène Langlet, Université Gustave Eiffel

Allison Mackey, Universidad de la República (Uruguay)

Andrew Milner, Monash University (Australie)

Soline Nivet, École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais

Antoine Picon, École des Ponts ParisTech / Harvard

Matthew Scheider-Mayerson, Yale-NUS College (Etats-Unis)

Pierre Schoentjes, Université de Gand (Belgique)

Argumentaire

Les villes futuristes, présentes depuis longtemps dans la littérature utopique ou de science-fiction, sont encore peu représentées dans les corpus des études littéraires urbaines. Pour Carl Abbott, les stéréotypes du cinéma de SF peuvent expliquer cette étonnante absence, dans le sens où ils imposent la vision d’une ville « méga-machinique » dans des histoires consistant la plupart du temps à les démolir à l’aide de coûteux effets spéciaux. Mais cet urbaniste érudit de la SF s’applique précisément à montrer comment l’« imagination du désastre » de la ville SF peut s’organiser en prototypes urbains futuristes : « ville prison » et « ville envahie par les mauvaises herbes », « ville catastrophe » incendiée ou inondée, « cité désertée » et « cité mosaïque »… Bon nombre de ces synopsis se retrouvent d’ailleurs dans les fictions climatiques en général. Continuer la lecture de Appel à contributions : La ville dans les fictions climatiques

Appel à contribution : La pandémie en science-fiction

Appel à textes pour un numéro spécial de Stella Incognita

La pandémie en science-fiction

Quand la réalité rejoint la fiction :
L’imaginaire
à l’aune des pandémies au fil des siècles

L’apparition du virus COVID-19 à Wuhan en Chine en novembre 2019 a profondément bouleversé notre façon d’envisager l’équilibre mondial. Déployant une rhétorique guerrière, la classe politique se veut « en guerre. Pas contre une autre nation, mais contre un ennemi invisible et insaisissable. » (Emmanuel Macron, 16 mars 2020), ou prête à assumer le rôle de « chef de guerre » (« wartime president ») (Donald Trump, 28 mars 2020). Le combat contre la maladie ne présente pourtant pas, loin s’en faut, un front commun.

Depuis l’instauration d’un confinement généralisé et l’obligation, pour chaque individu, de limiter ses déplacements en vue d’endiguer la pandémie, la plus grande partie des systèmes politiques ont constaté la difficulté, voire, dans certains cas, l’impossibilité de lutter de manière efficace contre une menace virale de grande échelle. Toutefois, les approches différentes prises par les gouvernements amènent à se poser un certain nombre de questions sur les priorités de chacun d’entre eux : la reprise économique, l’« immunité collective », le maintien de l’ordre, les libertés individuelles, etc. L’État se trouve ainsi mis en cause, et plus particulièrement le système capitaliste. L’arrêt de l’activité humaine – à savoir, en ce qui concerne les pays dits « développés », la diminution de la production et de la consommation, et, conséquemment, de la pollution, – a, de façon évidente, un effet direct sur l’environnement. Ce phénomène met également en avant la dépendance de nos sociétés à une économie globalisée (importations, délocalisations).

La pandémie met ainsi à nu l’auto-insuffisance ; la paralysie économique qui s’ensuit précipite, ou enfonce un peu plus encore, une partie de la population dans la misère. La maladie rend en outre visible, de manière violente, une mise en concurrence entre, d’un côté, la santé publique et, de l’autre, une économie axée sur la rentabilité et prompte aux coupes budgétaires drastiques : il faudrait travailler coûte que coûte dans un système qui privilégie la continuité du tissu économique face au bien commun des individus. Déchirés entre des besoins vitaux et des besoins créés de toutes pièces par une société fondée sur le profit et l’individualisme, les citoyens ne savent plus à quelle théorie du complot se vouer. Continuer la lecture de Appel à contribution : La pandémie en science-fiction

Parution : Eco-graphies

Éco-graphies. Écologie et littératures pour la jeunesse

Nathalie Prince et Sébastian Thiltges (dir.), Presses Universitaires de Rennes coll. « Interférences », 2018

Alors que la nature a toujours eu bonne presse dans les livres pour enfants et pour adolescents, une préoccupation, voire un sentiment d’urgence, s’immisce, dès la seconde moitié du XXe siècle, dans les écrits et les images représentant animaux, végétaux et environnements à destination des jeunes lecteurs. Loin de simplifier la pensée écologique, des auteurs rendent sensible la complexité de l’interaction entre l’humain et la nature en créant des images, en inventant des histoires et en réinventant les formes pour les raconter. Qu’apporte cette littérature à la jeunesse ? N’est-elle là que pour transmettre le fameux message « écolo » de l’adulte à ceux qui grandissent ?