Archives par mot-clé : écocritique

Journée d’études : La fantasy, un genre à l’état sauvage ?

“La fantasy, un genre à l’état sauvage ?”

14 mars 2024

Format hybride, par Zoom et Maison de la recherche de l’Université d’Artois (salle I0.05)

Organisé par Pierre Audran, Anne Besson, Olivier Clerc, Charlotte Duranton, Romain Guillaud-Bataille, Marie Kergoat, Pascale Laplante-Dubé, Raphaëlle Raynaud (Université d’Artois, Laboratoire “Textes et Cultures”) Continuer la lecture de Journée d’études : La fantasy, un genre à l’état sauvage ?

Appel à communications : Wings of Ink: Manifestations of Fantasy in Literature, International conference

 

Wings of Ink : Manifestations of Fantasy in Literature

Lundi 13 et mardi 14 mai 2024

Facultad de Filología, Universidad Complutense de Madrid

Echéance des propositions : 15 février 2024

Literature has always found its most fruitful and unrestrained source of creativity in fantasy. When imagination runs wild and boundless, it creates fresh and wild ideas that are not limited by the realism that prevails in other subgenres, which sometimes ends up stifling creativity. Many novels, short stories and poems are filled with fantasy: castles in the sky, dragon riders, warrior princesses, mysterious gates to imaginary worlds, swordsmen, sorceresses, and all manner of mythical creatures. Since the dawn of time, dreamers everywhere have found fantasy in the form of myths, fairy tales and superstitions. Even when reason seemed to prevail in a society increasingly obsessed with science, fantasy found its place in literature. During the 19th century, hundreds of traditions that had been forgotten for decades were rediscovered. The 20th century, for its part, witnessed the revival of those imaginaries in the form of important and famous books: The Lord of the Rings, The Chronicles of Narnia, The Neverending Story, The Books of Earthsea, Harry Potter, etc. These stories defied reality and resulted in the creation of new identities and worlds. Today, their heritage has given rise to a whole literary genre that never ceases to inspire new plots. From fairy tales and epic poems, fantasy has evolved in many directions, seeking new ways of dreaming and creating that fit the taste of 21st-century readers: dragons no longer destroy cities nor kidnap princesses, but are ridden by brave heroes; princesses do not wait for their Prince Charming, but escape their prisons by themselves; knights wear clothes from faraway lands which differ largely from the garments of medieval Europe.

The purpose of this interdisciplinary conference is to encourage a debate, both from a theoretical and comparative perspective, about fantasy in 21st-century literature as the heir of a canon and the promoter of new stories. Generally speaking, the goal is to spark a debate about the current situation of Fantasy and its new forms of expression, both in literature and in other media, and in contrast with other artistic expressions. We wish to stimulate a discussion between tradition and change where every young researcher who wants to delve into this genre can take part and find new approaches and perspectives. 

Appel à contributions : Le tournant fongique

Échéance des propositions : 13 octobre 2023

Un corpus grandissant, comprenant fiction contemporaine, films, ainsi que des réseaux plus orientés vers les sphères politiques et pratiques, tels que formés par des collectifs dédiés à la publication de zines, l’organisation de conférences ou l’écriture, se saisit de discours portant sur le fait fongique, afin de penser les limites poreuses et perméables des corps, de reconsidérer notre relation à l’espace, au temps, à la mort et à la décomposition, et de concevoir de nouvelles méthodes de perception, d’existence et de résistance au pouvoir. L’aspect peut-être le plus attrayant de cette nouvelle forme de coexistence spatiale, où politique, ontologies et savoirs se trouvent placés en état d’intersection, tient à la position liminaire de l’organisme fongique : ni pleinement animal, ni végétal, mais lié à chacun biologiquement et évolutionnairement parlant. Ce paradigme, structurellement marqué par la bifurcation et l’ambivalence propres aux enchevêtrements fongiques, évoque et implique une gamme de relations désarçonnantes et symbiotiques, dans lesquelles un environnement objectifié, se rapportant à un Anthropos tout-puissant, cède la place à un devenir intra-actif (tel que proposé par Karen Barad). En effet, ce que les réseaux de filaments mycéliaux proposent, ce sont des organismes relationnels fructifères, mais, plus important encore, ce qu’ils soulignent, c’est la possibilité d’une résilience informée par relationnalité, qui réfute les corrélations linéaires de simple causalité.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le tournant fongique

Appel à contributions : The Ecogothic as a Catalyst of Climate Energy: The Impact of Monstrosity

Échéance des propositions : 1er décembre 2023

Organisation :
Imelda Martín Junquera (ULE) GIECO-Franklin/UAH
GEHUMECO
Miriam López Santos (ULE) GEHUMECO

Ecogothic appeared for the first time in 2013 with the publication of the homonymous volume edited by Andrew Smith and William Hughes. The introduction points out that their volume is “the first to explore the Gothic theories of ecocriticism” (1). In this collection, ecogothic appears as a new mode, a theoretical approach which can be used to analyze written and visual texts. The different chapters focus on classic gothic texts such as Ann Radcliffe’s or Matthew Lewis’ but also contemporary ones like Margaret Atwood’s The MaddAdam Trilogy. This is because they trace the origins of ecologically concerned Gothic to Romanticism, thus rejecting its appearance due to the current environmental climate emergency.

Continuer la lecture de Appel à contributions : The Ecogothic as a Catalyst of Climate Energy: The Impact of Monstrosity

Séminaire : « Archives, collections et petites bêtes en littérature jeunesse : présence et enjeux éditoriaux, Europe/Amériques, XIXe-XXIe siècles » (Université Rennes 2)

Séminaire : « Archives, collections et petites bêtes en littérature jeunesse : présence et enjeux éditoriaux, Europe/Amériques, XIXe-XXIe siècles ».

L’équipe du GRECES-cellam de l’université Rennes 2 se réunit le 20 janvier 2023 de 15h45 à 17h45 (salle recherche ALC) pour lancer son séminaire sur les “Petites Bêtes en littérature jeunesse. Europe-Amériques, XIXe-XXIe siècles: enjeux éditoriaux, traductions, circulation, écocritique”.
Pour suivre et participer à distance, un lien zoom est disponible sur demande (catherine.sablonniere@univ-rennes2.fr).
Pour plus d’informations, consulter https://greces.hypotheses.org/314

Poursuivant sa réflexion sur la littérature jeunesse et sur l’importance des phénomènes éditoriaux pour en éclairer l’histoire et l’évolution, le GRECES consacre cette année son séminaire aux « petites bêtes » dans la littérature jeunesse. La compréhension du monde naturel est  un enjeu fort dans un monde soumis au changement climatique qui menace les équilibres politiques, économiques et sociaux actuels. Parmi les leviers possibles pour modifier notre rapport à la « nature », dont Philippe Descola a mis en évidence la complexité et la variété du sens dans Par-delà Nature et Culture (2005), la littérature jeunesse est mobilisée pour éduquer les enfants et les adolescents et modifier leur regard sur les écosystèmes fragilisés par certaines activités humaines (Chansignaud : 2016 et Prince et Thiltges : 2018). A l’instar des « Portraits de Pays », abondamment publiés après la 2de guerre mondiale afin de promouvoir la compréhension et la paix entre les peuples, les ouvrages actuels sur les animaux visent à faire connaître les petites et grandes bêtes qui peuplent notre monde quotidien ou des espaces plus lointains, afin d’éveiller les consciences des futurs citoyens sur leur importance fondamentale pour les équilibres écologiques. C’est l’une des conclusions de l’ouvrage dirigé par Christiane Connan-Pintado, L’insecte au miroir des livres pour la jeunesse, paru en 2022, qui rassemble de nombreuses contributions sur la place que l’insecte occupe dans la littérature de jeunesse. L’insecte est une petite bête particulièrement intéressante dans la mesure où sa petite taille permet de créer une certaine altérité avec l’enfant. En développant une réflexion sur la connaissance des insectes et de la nature présente dans les libres pour la jeunesse, sur les genres littéraires et éditoriaux privilégiés (le conte, la fable, le roman, le théâtre, la poésie, le documentaire…) et sur les approches multiples de l’insecte (métamorphose, héroïsation, anthropomorphisation, individuation, écocritique, etc). dans des littératures de différentes époques et pays (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Brésil), cet ouvrage nourrit abondamment la réflexion sur les représentations de l’insecte et ses enjeux et ouvre de multiples champs de recherche encore à explorer.

Continuer la lecture de Séminaire : « Archives, collections et petites bêtes en littérature jeunesse : présence et enjeux éditoriaux, Europe/Amériques, XIXe-XXIe siècles » (Université Rennes 2)

Appel à contributions : Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ? (Revue Cultx)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultural Express – Cultx: “Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ?” / “Melting and dissolution: a contemporary aesthetic?”

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

(english version below)

« Où sont les neiges d’antan ? », demandait le poète François Villon, une interrogation qui nous rend aujourd’hui nostalgique des rudesses et du manteau blanc des paysages hivernaux. Adam Gopnik l’interprète ainsi, illustrant l’idée de la perte esthétique et affective de l’hiver dans le cadre du dérèglement climatique, dont le réchauffement est un symptôme :

Je songe ici bien sûr à la dévastation du Nord, à l’avènement du changement climatique causé par l’homme et à la perte effective de l’hiver. […] La liste des pertes que nous risquons de subir, des villes transformées en marécage à la fonte des icebergs en passant par la transformation irrévocabled’environnements entiers, a été dressée, la suite prophétisée. […] Et bientôt, à ces latitudes, la toundra va commencer à se réchauffer, le pergélisol à fondre et le gaz carbonique à s’échapper : la toundra, de grand climatiseur de la nature, deviendra une source de chaleur supplémentaire. La fin du monde n’est peut-être pas pour demain, mais nous risquons d’assister — et plus vite que nous l’imaginons — à la fin de l’hiver tel que nous le connaissons (Gopnik, 2019, p. 268-270).

Si ce ressort narratif, et presque rhétorique, n’est pas récent, ainsi que le souligne François Walter, puisqu’il revient de manière cyclique, il est renouvelé et actualisé dans les productions contemporaines. Elles-mêmes sont alimentées par une narration de l’inquiétude s’imprégnant des pratiques discursives et culturelles (médias, littérature, films, chansons, etc.), à divers degrés. Et, à l’heure de l’Anthropocène, ce temps où la cyclicité des saisons n’a plus cours, car leur immuabilité est ébranlée (Bensaude-Vincent, 2021), les repères climatiques caractéristiques de l’hiver s’estompent dans les forêts occidentales (Wohlleben, 2017).

Par ailleurs, la fascination croissante pour les fictions catastrophiques démultiplie l’effet d’écho de cette narration. Le fantasme de la fin du monde, d’une finitude ou de nos fins, est au cœur des fictions de l’Anthropocène (Trexler, 2015 ; Boulard, 2018 ; Engélibert, 2019). Au sein de ces climate fictions, quelle part d’entre elles met l’accent sur une esthétique de la fonte et de la dissolution ? 

L’imaginaire de l’hiver est intrinsèquement attaché au Nord (arctique) dans la pensée occidentale — le froid, la neige, l’hiver sont des schèmes de « l’imaginaire du Nord » (Chartier, 2018) —, et cet espace, plus encore que les autres, est victime des effets du changement climatique. La fragilité des paysages glaciaires a pour conséquence leur dissolution, leur évaporation face à la hausse des températures. Mais le Nord n’a pas l’apanage de cette saison ni du froid, bien que la perte, physique et affective, de ces deux composantes soit un préjudice pour les habitants des espaces polaires (Watt-Cloutier, 2018), et l’Hiver est un chronotope en soi (Walter, 2013).

Deux mouvements nous semblent se dégager de la dissolution de l’hiver dans les corpus contemporains. D’une part, les territoires associés à cette saison se réchauffent, voire s’étéisent, inversant alors le paradigme climatique (Blå [La Fin des océans], Maja Lund, 2017 ; Extincta, Victor Dixen, 2019 ; Greenland. Le dernier refuge, Ric Roman Waugh, 2020), provoquant des conflits pour les ressources et illustrant les théories de « Heat Death » selon lesquelles la sécheresse et le réchauffement de l’atmosphère seraient tels que la vie disparaîtrait de la planète (Boia, 2004).

D’autre part, un imaginaire de la montée des eaux est également à l’œuvre dans les fictions, appuyé sur des réactualisations du mythe du Déluge (Trexler, 2015), dans un déversement des glaces fondues sur le reste de la planète (After the Flood: A Novel [Quand les eaux auront englouti la Terre], Kassandra Montag, 2020 ; Climax, Thomas B. Reverdy, 2021), réveillant inévitablement les croyances d’une fin du monde. La dépendance accrue de l’humain à la technologie favorise parallèlement l’exacerbation des craintes des cataclysmes climatiques liés à l’eau : « Les pluies abondantes, les chutes de neige, les grands froids sont toujours susceptibles de produire des calamités, ou, au moins, des dérèglements » (Boia, 2004, p. 106) sur les infrastructures (transports, habitation, etc.). Une crainte alimentée par la peur de la fonte totale des pôles, du fait d’une hausse des températures, redessinant la carte mondiale, réorganisant les modèles économiques et politiques.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ? (Revue Cultx)

Appel à contributions : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)

Journée d’études : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)

2 décembre 2022, Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoires ALTER, ITEM, TREE)

Échéance des propositions : 15 juillet 2022

Organisée dans le cadre du Réseau Régional de Recherche sur la Bande Dessinée de Nouvelle Aquitaine « 3RBD ».

Depuis plus de trente ans, la question climatique, débattue sur la scène internationale, a conduit à l’émergence d’un vaste champ de recherche en transition studies (encore appelées en France transitions écologiques) se consacrant à l’étude des dynamiques de restructuration des systèmes liées aux politiques de transition durable de type « post-crise ». Ainsi, les recherches scientifiques couplant les effets de la transition physique de la planète consécutifs au changement climatique avec ses conséquences sociales se multiplient-elles, interrogeant notamment tous les grands champs des sciences humaines et sociales. Si l’étude des changements globaux sur le temps long est très sollicitée par les sciences dites exactes, la capacité à prévoir le futur et donc à anticiper les changements sociaux devient cruciale pour les décideurs politiques. La constitution en 2019, sous les auspices du ministère des Armées d’un groupe de « réflexion » du nom de Red Team Défense participe alors de ces efforts de prospective : réunissant une dizaine d’auteurs et de scénaristes de science-fiction travaillant avec des scientifiques et des experts militaires, il a pour objectif de faire émerger des scénarios s’attachant à anticiper des risques environnementaux, technologiques, économiques et sociétaux susceptibles, à l’horizon 2030-2060, d’engendrer différents types de conflictualités potentielles. Et parmi les « experts » de la société civile réunis, le monde de la bande dessinée est représenté par le scénariste Xavier Dorison (Le Troisième Testament, Long John Silver, Le Château des animaux, Undertaker, entre autres) et le dessinateur François Schuiten (Les Terres creuses, Les Cités obscures). En effet, la BD constitue un vaste réservoir d’univers, de conceptions du monde et de la société, de visions du présent et de l’avenir, souvent construits sur la base d’éléments existants ou en émergence.

Les préoccupations « naturalistes » incorporent progressivement le champ de la BD dans les années 1960, sous le biais de deux facteurs : d’une part, la sensibilisation aux questions de préservation (et gestion) de la Nature s’ouvre à un plus large public, par le biais notamment de la médiatisation des catastrophes majeures d’origine anthropique provoquant alors de fortes répercussions sur les milieux dits naturels et la société1 ; d’autre part, l’apparition puis le renforcement d’une nouvelle offre éditoriale en direction d’un public adulte2 favorisent de nouveaux thèmes traités par la BD, dont le grand domaine de l’environnement. Comme le soulignait en 1982 Louis Gérard (alors directeur d’édition chez Casterman), les hebdomadaires illustrés « jeunesse » qui s’étaient multipliés en France après 1945 avaient « légué » des lecteurs adultes, engendrant « une première explosion de la BD vers 1969-1970 » 3 , suivie d’une décennie faste pour ce champ de l’édition.

Continuer la lecture de Appel à contributions : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)

Parution : Ecofeminist Science Fiction (D. A. Vakoch ed.)

Douglas A. Vakoch (ed.), Ecofeminist Science Fiction. International Perspectives on Gender, Ecology, and Literature, Routledge, 2021

Presentation

Ecofeminist Science Fiction: International Perspectives on Gender, Ecology, and Literature provides guidance in navigating some of the most pressing dangers we face today. Science fiction helps us face problems that threaten the very existence of humankind by giving us the emotional distance to see our current situation from afar, separated in our imaginations through time, space, or circumstance. Extrapolating from contemporary science, science fiction allows a critique of modern society, imagining more life-affirming alternatives.

In this collection, ecocritics from five continents scrutinize science fiction for insights into the fundamental changes we need to make to survive and thrive as a species. Contributors examine ecofeminist themes in films, such as AvatarStar Wars, and The Stepford Wives, as well as television series including Doctor Who and Westworld. Other scholars explore an internationally diverse group of both canonical and lesser-known science fiction writers including Oreet Ashery, Iraj Fazel Bakhsheshi, Liu Cixin, Louise Erdrich, Hanns Heinz Ewers, Larissa Lai, Ursula K. Le Guin, Chen Qiufan, Mary Doria Russell, Larissa Sansour, Karen Traviss, and Jeanette Winterson.

Ecofeminist Science Fiction explores the origins of human-caused environmental change in the twin oppressions of women and of nature, driven by patriarchal power and ideologies. Female embodiment is examined through diverse natural and artificial forms, and queer ecologies challenge heteronormativity. The links between war and environmental destruction are analyzed, and the capitalist motivations and means for exploiting nature are critiqued through postcolonial perspectives.

Continuer la lecture de Parution : Ecofeminist Science Fiction (D. A. Vakoch ed.)

colloque : la ville dans les fictions climatiques

La ville dans les fictions climatiques

5-6 mai 2021

En ligne.  Inscriptions : sami@ecoloinfo.com

Organisé par Irène Langlet et Nadège Pérelle, LISAA, Université Gustave Eiffel.

Ce colloque prend place dans le programme PARVIS de l’I-Site FUTURE consacré aux imaginaires urbains futuristes. Il propose de les observer au sein d’un corpus spécifique, les fictions climatiques, en les articulant aux concepts d’Anthropocène et d’Urbanocène.

Les axes de recherche du colloque sont développés dans le CFP « La ville dans les fictions climatiques ».

 

Programme en format PDF.
Continuer la lecture de colloque : la ville dans les fictions climatiques

Victorian Encounters and Environments

12th Annual VPFA Conference
‘Victorian Encounters and Environments’
15-17th July 2020
University of Greenwich, London

 

The Victorian Popular Fiction Association is dedicated to fostering interest in understudied popular writers, literary genres and other cultural forms, and to facilitating the production of publishable research and academic collaborations amongst scholars of the popular.

We invite a broad, imaginative and interdisciplinary interpretation on the topic of ‘Victorian Encounters and Environments’ and its relation to any aspect of Victorian popular literature and culture which addresses literal or metaphorical representations of the theme. Inter- and multidisciplinary approaches are welcome, as are papers which address poetry, drama, global literature, non-fiction, visual arts, historical and social contexts. Papers addressing works from the “long Victorian period” (i.e. before 1837 and after 1901) are also welcome.

Continuer la lecture de Victorian Encounters and Environments