Archives par mot-clé : dystopie

Appel à propositions : La technique comme narration : entre récit, droit et politique

La technique comme narration : entre récit, droit et politique

Revue Études Digitales

La représentation narrative du monde technologique est, au premier abord, relativement pauvre, bien que les productions littéraires, cinématographiques ou télévisuelles soient, en cette matière, particulièrement nombreuses. En effet, l’essentiel de ce champ fictionnel est occupé, depuis une vingtaine d’années, par des histoires apocalyptiques ou post-apocalyptiques plus ou moins stéréotypées.

Utopie / Dystopie
Un grand nombre de dystopies racontent ainsi la vie de sociétés enfermées derrière les limites étroites d’un monde résiduel réputé “encore vivable” alors que l’extérieur sourd de menaces. Cette nouvelle forme d’insularité, contrairement aux utopies anciennes, n’est pas l’embryon d’un monde prometteur, ni le laboratoire d’une expérience politique, ni, enfin, le lieu d’une science unifiée et conciliatrice. Les dystopies dont cette insularité contemporaine procède ne font que présenter l’impossibilité de toute politique – l’exclusivité étant donnée à un traitement économique d’un réel déceptif, autrement dit à une pure et simple gestion de crise permanente. Ainsi, non seulement ces matrices narratives ne proposent aucune alternative, mais elles ne dénoncent jamais complètement un état de fait qui semble indépassable.
À l’opposé du spectre, se déploie une narration “logico-scientifique” pour laquelle l’efficacité de la technique est une preuve de la validité de cette dernière : cette autojustification permet de donner la technique pour une fin en soi la laissant par conséquent ininterrogée. Tout se passe comme si la science et la technologie disposaient d’un pouvoir “thaumaturge” et étaient donc susceptibles de s’exonérer de détours narratifs perçus comme d’inutiles pertes de temps.

Continuer la lecture de Appel à propositions : La technique comme narration : entre récit, droit et politique

Appel à contributions : RESF 19 (CFP), SÉRIES TÉLÉVISÉES DE SCIENCE-FICTION

Appel à contributions pour le dossier du n°19 de ReS Futurae (2022)

Dossier dirigé par Florent Favard, IECA univ. de Lorraine (favard.florent@gmail.com) et Hélène Machinal, UBO (ln.machinal@gmail.com)

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent parvenir aux deux responsables le 15 décembre 2020 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 15 juin 2021, pour une parution au premier semestre 2022.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

Argument

Si la science-fiction est présente à la télévision depuis ses débuts, elle a gagné en visibilité sur le « petit écran » au fil des décennies, profitant, comme d’autres genres télévisuels, de l’augmentation de la production annuelle des séries télévisées atteignant des « pics » sans cesse dépassés. Au sein de cette nouvelle forme d’expression et de consommation de la culture populaire, le « supergenre » qu’est la science-fiction (Gunn) s’impose notamment depuis la fin des années 1990 et le début des années 2000 comme une valeur sûre. Cette recrudescence du genre sous forme sérielle dans le contexte ultra contemporain de la culture de l’écran (Serroy, Lipovetsky), de l’hyperconnectivité (Gervais) et de la création de mondes imaginaires transmédiatiques (Besson) marqués par une forte intermédialité (Cornillon), mérite une analyse plus approfondie. Continuer la lecture de Appel à contributions : RESF 19 (CFP), SÉRIES TÉLÉVISÉES DE SCIENCE-FICTION

Call for papers. Literatures and other worlds: Genres, Politics, society (LILEC GRADUATE CONFERENCE)

7 May 2020
Conference languages: Italian and English
Keynote Speaker: Christine Berberich (University of Portsmouth)

This conference aims to reflect on the relation between literature and society, starting from a conception of narrative genres intended as a site of elaboration of the real in its complexity and as a site of political resistance, as fostering the circulation of ideas and participation in the public sphere. This does not necessarily imply an adherence to realism, as shown by the ideological import of fantasy, the fantastic and other ‘de-realising’ forms.

The evolution of genres throughout the centuries has been marked by a constant questioning of their own premises, also through unceasing negotiations with other expressive codes and with changes in media, society and politics. This process appears to have intensified and increased in our present, when we are witnessing a growing hybridisation and refunctionalisation of literary genres, including mass genres, the conventions and techniques of which are used to convey ever-new contents, opening to a prism of unprecedented relations between narrative and socio-political categories.

Continuer la lecture de Call for papers. Literatures and other worlds: Genres, Politics, society (LILEC GRADUATE CONFERENCE)

Parution de deux ouvrages de Laurent bazin

La littérature young adult

Presses universitaires Blaise Pascal, coll. « L’opportune », 2019

Longtemps restreinte à quelques oeuvres voire collections emblématiques, la littérature pour les publics jeunes s’est envolée à la fin du XXe siècle au point d’occuper une place majeure de l’édition contemporaine : du succès planétaire de Harry Potter à la vogue des dystopies, récits de vampire, fictions post-apocalyptiques mais aussi romances sentimentales, une galaxie se met en place avec ses contenus préférentiels comme ses codes de consommation.
Comment se déploient les oeuvres plébiscitées, autour de quelles intrigues et de quels enjeux ? Que nous disent les best-sellers de l’imaginaire collectif du Troisième Millénaire ? Faut-il voir une contre-culture par laquelle les jeunes générations s’efforceraient de faire valoir une nouvelle vision du monde voire un modèle alternatif de société ?

La dystopie

Presses universitaires Blaise Pascal, coll. « L’opportune », 2019

Les dystopies sont partout, ou presque: romans pour ados ou pour adultes, films et séries télévisées, jeux vidéo, publicités… Mais la dystopie, au fond, c’est quoi ? Qu’est-ce qui la distingue de l’utopie comme de la contre-utopie ? Comment expliquer un tel engouement pour des univers aussi sombres et souvent même morbides ? En quoi cette fascination nous permet-elle de mieux comprendre le monde contemporain ? Cet ouvrage fait le point sur un genre devenu un phénomène culturel sans précédent: son histoire – plus ancienne qu’on le croit souvent, son fonctionnement narratif et symbolique, ses thèmes préférentiels et ses enjeux (politiques, philosophiques, scientifiques ou encore sociétaux).

 

Appel : Enfances dystopiques

Appel pour le 30 octobre 2018

« Enfances dystopiques »

Le Mans-Université, 19-21 juin 2019

Colloque international organisé par Sylvie Servoise (3L.AM, Le Mans-Université)

avec le soutien du 3L.AM (Le Mans-Université),

du programme de recherche régional EnJeu[x] Enfance et Jeunesse (Université d’Angers)

et de la Chaire UNESCO/Université de Nantes, « Pratiques de la philosophie avec les enfants, une base éducative pour le dialogue interculturel et la transformation sociale ».

Image : Kodi Smit-McPhee dans The Road  de John Hillcoat (2009)

Argumentaire

Il n’aura échappé à personne que les dystopies, qu’elles soient comprises au sens restreint de fictions contre-utopiques (des utopies en sens contraire, critiques de l’utopie réalisée) ou au sens plus large de fictions anti-utopiques (le contraire des utopies, décrivant un monde cauchemardesque, souvent post-apocalyptique), connaissent aujourd’hui un succès immense auprès d’un vaste public, jeune et moins jeune. Adossées à un imaginaire puissant de la catastrophe, coïncidant avec le sentiment contemporain d’un « épuisement de l’enthousiasme » (J. Berchtold), elles seraient le symptôme le plus visible de la fin de l’âge des utopies, politiques bien sûr, mais également scientifiques et philosophiques. En somme, les dystopies offriraient le miroir faussement déformant de notre époque en même temps que des angoisses et fantasmes qui la travaillent. Ce succès suscite autant qu’il accompagne une attention soutenue de la critique littéraire et artistique, mais aussi des sciences humaines et notamment de la philosophie qui interrogent les enjeux et les formes de la dystopie et de l’imaginaire dystopique : sont ainsi discutés l’histoire et l’historicité d’un genre plus ancien qu’on ne le croit (K. Kumar, C. Braga), les inflexions propres aux dystopies pour la jeunesse, la complexité des rapports entre « utopie et catastrophe » (J.-P. Engélibert et R. Guidée), les liens entre dystopie, « utopie et désenchantement » (Cl. Magris) contemporain, inquiétudes environnementales et fictions de fin du monde (Ch. Chelebourg), ou encore la réévaluation positive, Continuer la lecture de Appel : Enfances dystopiques

Colloque : utopie sociale au XIX siècle

« L’utopie sociale dans la littérature française du XIX siècle », Università di Salerno, 5-6 décembre 2017

Responsables scientifiques

BRIGITTE DIAZ et AGNESE SILVESTRI

Colloque organisé avec le soutien de / Convegno organizzato con il contributo di Ateneo di Salerno – Dipartimento di Studi Umanistici – Centro Linguistico di Ateneo – Institut français Italia

Comité scientifique

BRIGITTE DIAZ (Université de Caen-Normandie) – SUSI PIETRI (Università di Macerata) – AGNESE SILVESTRI (Università di Salerno) – DAMIEN ZANONE (Université catholique de Louvain)

Organisation

AGNESE SILVESTRI, asilvestri@unisa.it VINCENZO DE SANTIS,  vdesantis@unisa.it

BIBLIOTECA DI STUDI LETTERARI E LINGUISTICI – BÂTIMENT D3, 3è ÉTAGE

  • 5 DÉCEMBRE

14h30 – Ouverture du Colloque Continuer la lecture de Colloque : utopie sociale au XIX siècle

Parution: « (Bé)vues du futur »

(Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940)

Collectif dirigé par Clément Dessy et Valérie Stiénon, Presses du Septentrion, 2015

 

bévues du futur

Aujourd’hui inscrite au cœur des cultures télévisuelle et adolescente, la dystopie possède une histoire riche pourtant méconnue. Cette forme d’expression qui mêle projection dans le futur et vision critique d’une société révèle les enjeux majeurs des époques qu’elle a traversées. Explorer ses caractéristiques visuelles sur un siècle, de 1840 à la Seconde Guerre mondiale, permet d’observer les lignes de forces d’un imaginaire central dans la littérature et les arts. L’imaginaire dystopique ne touche pas seulement à l’iconographie. Il concerne aussi les ressources textuelles de la description, la circulation transmédiatique des fictions et la définition même d’un univers souvent improprement qualifié par les étiquettes de fantastique et de science-fiction. Continuer la lecture de Parution: « (Bé)vues du futur »

Valérie Stiénon (Université Paris XIII)

Maître de conférences en littérature française à l’Université Paris XIII, où elle enseigne la théorie littéraire et la littérature populaire des XIXe et XXe siècles. Elle est co-directrice de la revue COnTEXTES et membre du programme ANR « Anticipation » (ENS-Lyon, 2014-2018).

Intérêts de recherche

– histoire et poétique du récit d’anticipation

– fiction dystopique (définitions, formes, circulation) Continuer la lecture de Valérie Stiénon (Université Paris XIII)

Journée de formation: Dystopies : Du Combat d’hiver à Hunger Games

JOURNÉE DE FORMATION :

Vendredi 21 mars 2014, de 9h30 à 17h30

Dystopies : Du Combat d’hiver à Hunger Games,

des sociétés imaginaires cauchemardesques qui séduisent les jeunes…

La dystopie, sous-genre qui se rattache généralement à la science-fiction, est très en vogue actuellement chez les adolescents et jeunes adultes, sous forme de romans ou d’adaptations cinématographiques, surtout depuis le succès mondial de The Hunger Games de Suzanne Collins.

La dystopie, ou contre-utopie, désigne une société imaginaire très criticable, souvent dictatoriale, à laquelle les personnages principaux tentent de résister ou d’échapper.

Cette littérature, qui existe depuis longtemps dans la fiction pour adultes (Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley, 1984 de George Orwell…) comme pour enfants (Les Garennes de Watership Down de Richard Adams), doit en partie le regain d’intérêt qui la concerne à la vogue actuelle plus générale, depuis deux décennies environ, des littératures de l’imaginaire et à leur besoin permanent de renouvellement.

Dans un monde où les jeunes sont en quête de repères, ces récits, qui mettent très souvent en scène un jeune homme et une jeune fille ou un groupe de jeunes luttant pour survivre face à l’adversité et remettant en cause l’ordre établi, renouent avec le roman initiatique, tout en proposant une réflexion sur les différents systèmes politiques et sur l’opposition entre sociétés traditionnelles et sociétés fondées sur des technologies ultra-sophistiquées.

Programme

– « Introduction : La dystopie, quelques repères critiques et historiques »

Par Virginie Douglas, Maître de conférences à l’Université de Rouen

– « Un monde désenchanté ? Formes et enjeux de la dystopie dans le roman contemporain pour adolescents »

Par Laurent Bazin, Maître de conférences à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, spécialiste des dystopies

– Entretien avec Jean-Claude Mourlevat, romancier, auteur des dystopies  Le Combat d’hiver et Terrienne

Animé par Eléonore Hamaide, Maître de conférences à  l’Université d’Artois

– Entretien avec Denis Guiot, éditeur et directeur de la collection « Soon » chez Syros jeunesse, auteur et critique littéraire, spécialiste de science-fiction
Animé par Laurent Bazin

– « Zoom sur 2 auteurs-phares britanniques : Malorie Blackman, auteur du cycle Entre chiens et loups (Noughts and Crosses) et Patrick Ness, auteur de la trilogie du Chaos en marche (Chaos Walking) »

Par Virginie Douglas

– Discussion et conclusion

Renseignements et inscriptions : http://www.institutperrault.org

L’IICP est une association soutenue par la Ville d’Eaubonne

Hôtel de Mézières – 14 av. de l’Europe  – BP 61 – 95604 Eaubonne Cedex 04

Tél. : 01 34 16 36 88  / 06 07 58 05 79 communication.iicp@club-internet.fr