Archives par mot-clé : domination

Appel à contributions : Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée (Univ. Versailles Saint-Quentin)

Colloque Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée : nommer, dénoncer, représenter, mettre en image ou en musique

9-10 décembre 2021

Université de Versailles-Saint-Quentin

Échéance des propositions : 15 juin 2021

Dans le cadre du projet AVISA, colloque co-dirigé par Armel Dubois-Nayt de l’université de Versailles-Saint-Quentin (DYPAC) et Réjane Vallée de l’université d’Évry Val d’Essonne (Centre Pierre Naville en collaboration avec le SLAM) avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Saclay et le parrainage de la SIEFAR et de la SAGEF. Ce projet entend ouvrir le chantier de l’historicisation sur la longue période du phénomène social qualifié aujourd’hui de harcèlement sexuel en mobilisant la littérature, l’histoire, le cinéma, les arts. Pour une présentation générale, voir le site : https://avisa.huma-num.fr/s/avisa/page/accueil

Appel :

Françoise Héritier s’interrogeait quelque temps avant sa mort sur le moment historique que l’Occident vit sous l’effet de l’affaire Harvey Weinstein, un moment qui semble marquer une rupture de sensibilité sur la question du harcèlement sexuel et qui correspondrait à une libération de la parole des femmes devant les violences qu’elles subissent.

Pour établir la singularité de l’ère post-Weinstein, il apparaît cependant nécessaire de considérer le harcèlement sexuel comme un phénomène historique ayant connu des occurrences antérieures à la post-modernité, une position déjà défendue en 1994 par Carol Bacchi et Jim Jose, qui mettaient en garde contre la tendance à représenter le harcèlement sexuel comme une « découverte » des mouvements féministes actuels (Bacchi & Jose 263). Telle est la dynamique générale du projet AVISA.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée (Univ. Versailles Saint-Quentin)

Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques (Université d’Artois, en ligne)

Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Vendredi 9 avril 2021, 9h30-17h, en visioconférence

Université d’Artois, Centre de recherches Textes et Cultures 

Organisé par les membres du Séminaire littéraire des Armes de la Critique (ENS Ulm) : Gabrielle Adjerad (Nanterre Université), Anaïs Goudmand (KU Leuven, FNS), Marianne Hillion (Sorbonne Université / University of Warwick) & Marion Leclair (Université d’Artois).

Voir l’appel à communications

Télécharger le programme

informations et inscriptions : je.cultural.studies@gmail.com

Programme [mis à jour le 25/03/2021]

9h30-10h  Accueil des participant·e·s et introduction

10h-10h45

  • Edward LEE-SIX (ENS Paris) : Le concept de culture dans les écrits de Raymond Williams

Présidence de séance : Thierry Labica (Nanterre Université)  

Continuer la lecture de Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques (Université d’Artois, en ligne)

Parution : De l’exclusion à la solidarité. Regards intersectionnels sur les médias

Josette Brun (dir.), De l’exclusion à la solidarité. Regards intersectionnels sur les médias, Éditions du remue-ménage, 2021.

L’intersectionnalité, telle qu’élaborée par les féministes noires dans les années 1980, permet de réfléchir aux rapports de pouvoir dans leur complexe enchevêtrement. Au-delà d’un certain effet de mode, cette éthique est plus que jamais nécessaire pour comprendre le monde, à l’aube d’une décennie marquée par un virus ayant partout exacerbé la violence et les inégalités, et mis en évidence les systèmes de privilèges.
Et qu’arrive-t-il lorsque l’on porte ce regard attentif sur les médias ? Les textes rassemblés dans cet ouvrage explorent avec aplomb les questions de l’inclusion et de l’exclusion médiatiques. Que décoder du traitement média réservé au port du hijab dans le sport, aux agressions sexuelles à l’endroit des femmes noires et autochtones, ou encore, de la place de la sourditude et des transidentités dans l’espace public ? Un recueil qui amène son lot de réponses éclairantes et douloureuses, une rareté dans le paysage des études culturelles et médiatiques francophones. Continuer la lecture de Parution : De l’exclusion à la solidarité. Regards intersectionnels sur les médias

Appel à contributions : Fixxion n°24, « Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir »

Fixxion n°24, « Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir »

coordonné par Denis Saint-Amand et Mathilde Zbaeren

En 2017, l’éclatement de l’affaire Weinstein a favorisé le rayonnement du mouvement #MeToo, chaîne de solidarité rassemblant les victimes d’agressions sexuelles initiée en 2007 par Tarana Burke, une militante et travailleuse sociale noire américaine. La médiatisation de cette campagne dix ans après l’appel initial de Burke a non seulement permis de révéler au grand public le système de prédation en vigueur au sein du milieu hollywoodien, mais aussi de faire apparaître plus largement l’omniprésence des formes et mécanismes de la violence sexuelle et sexiste au sein des différents espaces sociaux. Autour d’une devise qui fonde les possibilités de reconquérir un pouvoir dans l’empathie, le mouvement #MeToo s’est largement déployé pour impliquer et rallier progressivement des voix de femmes victimes de harcèlement et de violences sexuelles au sein de communautés diverses. Émergeant il y a trois ans comme une dynamique réflexive puissante et polymorphe, ce phénomène médiatique et politique trouve un appui solide sur une tradition de luttes féministes articulées, dans une perspective intersectionnelle (Crenshaw, 1989 ; McCall, 2005), à d’autres mouvements d’émancipation, luttes décoloniales et LGBTQIA+, notamment. Ces perspectives conjointes fournissent des outils épistémologiques puissants permettant à des actrices et acteurs sociaux de défier l’hégémonie d’un patriarcat autant prescriptif que restrictif. Une opération médiatique telle que celle menée en 2017 atteste d’une volonté de démocratiser l’accès aux luttes et de donner au plus grand nombre les moyens de secouer les normes imposées en matière de rapport de genre et de sexualités. Continuer la lecture de Appel à contributions : Fixxion n°24, « Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir »

Parution : L’usage de l’art de Burning Man à Facebook : art, technologie et management dans la Silicon Valley

Fred Turner nous guide au coeur du festival Burning Man, véritable mythe au sein de la Silicon Valley, puis dans les locaux de Facebook, parmi les plus secrets de la planète. Ses observations nourrissent une analyse sur le nouvel usage de l’art comme outil de management et de création d’une culture d’entreprise.

Acquisitions, fondations, mécénat : les entreprises utilisent depuis fort longtemps l’art pour manifester leur grandeur et leur rayonnement tant dans leurs bâtiments que dans l’espace public. Depuis quelques années, la Silicon Valley utilise l’art différemment pour créer un nouvel environnement de travail, un nouveau style de vie en entreprise, chaque salarié pouvant apporter ses émotions, son moi profond et sa créativité.

Pour accompagner leur croissance accélérée, les firmes du numérique ont développé leur propre culture d’entreprise en intégrant un nouvel usage de l’art. On voit ainsi des ingénieurs préparer des performances pour Burning Man, ou des artistes recouvrir de fresques et d’affiches les murs des locaux de Facebook. À l’image des utilisateurs des médias sociaux, les salariés, chargés de « changer le monde », acceptent de rendre floue la frontière entre vie privée et travail, entre leurs sentiments et leur production.

Dans ce nouvel ouvrage incisif, Fred Turner montre comment les entreprises de technologie ont construit un modèle managérial qui veut rendre invisibles les relations de pouvoir. Elles récupèrent ainsi les idées de la contre-culture, celles d’un monde sans hiérarchie et sans contrats… pour notre bénéfice individuel et pour le plus grand bien des entreprises de la Silicon Valley.

Commander

Obtenir un extrait (.pdf)

Fred Turner est professeur de sciences de la communication à l’université Stanford, au cœur de la Silicon Valley. Il est devenu un chercheur incontournable pour l’histoire de l’Internet, du multimédia, et des relations entre l’art, la technologie et les nouveaux pouvoir des entreprises de communication numérique.

Appel à communications : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Journée d’étude organisée le vendredi 9 avril 2021 à l’Université d’Artois (Arras) par Gabrielle Adjerad (Nanterre Université), Anaïs Goudmand (KU Leuven), Marianne Hillion (Sorbonne Université / University of Warwick) & Marion Leclair (Université d’Artois).

Les communications pourront être présentées en français ou en anglais et les échanges se faire dans les deux langues. Les propositions, ne devant pas excéder 2500 signes et assorties d’une courte notice bio-bibliographique, sont à envoyer jusqu’au 31 janvier 2021 à je.cultural.studies@gmail.com

Appel à communications (scroll down for English version)

On fait d’ordinaire remonter les Études culturelles, cultural studies en anglais, au milieu des années 1950 en Angleterre : sont publiés, coup sur coup, The Uses of Literacy (1957) de Richard Hoggart, traduit en français en 1970 sous le titre La Culture du Pauvre, et Culture and Society (1958) de Raymond Williams, dont il n’existe, à ce jour, pas de traduction française.

Deux impulsions distinctes sont ainsi données aux cultural studies. Williams, qui est membre du Parti Communiste depuis les années 1930 et participe activement à la fin des années 1950 au renouvellement de la gauche anglaise autour de la New Left Review, s’inspire ensuite davantage de la critique littéraire marxiste continentale. Il développe dans le reste de son oeuvre une théorie – le matérialisme culturel – des productions et des institutions culturelles entendues comme produits sociaux, qu’il applique à des objets aussi divers que la poésie pastorale du dixhuitième siècle, le roman industriel victorien ou les émissions de la BBC.

Parallèlement, se développe à l’université de Birmingham autour de Richard Hoggart, de Stuart Hall, lui-même très influencé par le marxisme, et d’Angela McRobbie, le Centre for Contemporary Cultural Studies, fondé en 1964. Le centre s’intéresse à la question des rapports de pouvoir qui se jouent dans la culture, et s’interroge plus particulièrement sur les stratégies de résistance des classes dominées, à l’articulation complexe des dominations de classe, de genre et de race, remettant ainsi les usages et la réception au coeur de l’analyse. Continuer la lecture de Appel à communications : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

CFP Motley 2012 Redefining the Dominant Discourse of Popular Culture (1e avril 2012)

CFP

Motley 2012

Redefining the Dominant Discourse of Popular Culture

“Popular art is the dream of society; it does not examine itself.”

–Margaret Atwood

The Students of English Studies Association (SESA) of California State University, Fresno, in collaboration with Rasquache, and the Chicano Writers and Artists Association (CWAA), announces its call for papers for the 2011-2012 publication of Motley.

We welcome papers related to the theme:

Diversity/Redefining the Dominant Discourse of Popular Culture

In recent years, popular culture has come to be considered a valid and fruitful point of academic inquiry, helping to infuse more established disciplines, including English studies, with fresh life. Scholars have become increasingly aware of the broader implications of popular culture, which encompasses such diverse media as magazines, books, film, television, comic books/graphic novels, and internet content, for discourses mis/unrepresented or marginalized within the mainstream.

The mainstream, whatever ‘norms’ it actively portrays through popular culture, may perhaps be best described as an intricate matrix of discourses that corresponds to specific interests and that possesses varying types and amounts of sociopolitical agency. Some discourses are, for complex reasons, more socially influential or dominant than others and these discourses tend to govern culture as a whole from the vista of a certain ‘gaze’ that has more to do with the experience and values of that particular discourse community, and an attempt to preserve these values, than any effort toward true verisimilitude with the diverse experiences of individuals potentially outside or excluded from this governing group. We consciously and unconsciously function, as students, as scholars, as teachers, and as participants within this discourse, so that our writing and our self-expression is indefinitely engaged from a perspective that promises inclusion for all but often fails to recognize nuances in subjective experience along the lines of ethnic culture, spirituality, gender, sexuality, and language as relates to normalized popular narratives of belonging. So, what changes when such a gaze is shifted, when ownership and authority is (re)claimed by voices that have long been silenced or marginalized?

We invite academic papers and creative works on a variety of topics within this theme, including but not limited to:

*The role of popular media in the construction of cultures, identities, and place
*“Subversive” texts that generate space for previously silenced voices to speak
*Tensions, contradictions and conflicts of identity formation and social membership brought about by popular culture
*Analysis of popular or canon texts that speak to the marginalization or silencing of specific groups within literature.
*Responses/revisions to mis/representations of marginalized peoples in popular media texts (news, visual art/advertising, films/television, books, comics, etc.).
*Challenges we face in (re)defining academia and the literary canon and what methods we employ to subvert them
*Rhetorics used to challenge the dominant, interdependent gazes of pop culture and academia
*Ways in which the perspectives and/or presence of students from marginalized or underrepresented communities challenges and redefines academia.
*Our reflective processes in redirecting the gaze to consider ourselves as students and participants in a broader community of scholars
*Production and reproduction of cultural typing and stereotyping and implications thereof for mainstream culture
*How artistic expression can create a sense of belonging and validation for marginalized voices within the rigid and impenetrable, often markedly visual constructions of culture in art and media
*The complex intersections between our academic communities and popular culture, and how these elements work to (re)shape our pedagogies
*Pedagogies that reflect our perceived responsibilities to others largely underrepresented/misrepresented in pop culture and academia

We also welcome papers and creative works (creative writing, art/photography, video, short film) on relevant topics, not directly addressed above, that significantly engage disciplines other than English Studies and that have consequences for communities located outside of the academy.

Please e-mail submissions to motleyjournalcsuf@gmail.com by April 1st, 2012.

*Graduate and undergraduate students, as well as faculty, are encouraged to submit work to the journal.

Visit us at: http://motleyjournal.wordpress.com/