Archives par mot-clé : divertissement

Appel à communications : La Fête dansante. Pratiques, imaginaires et cultures festives en danse

La fête dansante. Pratiques, imaginaires et cultures festives en danse

Centre National de la Danse, Pantin, 8-9 octobre 2021

Organisation :

Camille Paillet (Université Paris 8, Musidanse/Université Paris 1 Sorbonne, CHS)

et Laura Steil (Université Paris 8)

Comité scientifique :

Christophe Apprill (URMIS), Andreas Fickers (UniLu, C2DH), Thomas Fouquet (IMAF, CNRS), Pascale Goetschel (Université Paris 1 Sorbonne, CHS), Isabelle Launay (Université Paris 8, Musidanse), Marina Nordera (Université Côte d’Azur, CTEL), Claudia Palazzolo (Université Lumière Lyon 2, Passages XX-XXI), Joëlle Vellet (Université Côte d’Azur, CTEL)

Argumentaire

À l’appel du confinement, diurne et nocturne, l’espace festif devient suspect et identifié comme dangereux dans la crise pandémique actuelle. Jugée comme des activités « non essentielles » par le gouvernement, les pratiques festives, et avec elles les activités et les valeurs qu’elles déploient, sont officiellement interdites dans l’espace public et déconseillées dans la sphère privée. Outre les dégâts économiques causés par cette interdiction dans certains secteurs professionnels associés aux loisirs, à la production d’activités et d’évènements festifs (bars, boîtes de nuit, clubs, salles des fêtes, festivals, bals, concerts) et les réactions critiques qu’elles génèrent, nous souhaitons interroger, par le biais des effets de ces mesures coercitives sur le monde social, les sens et les fonctions festives de la danse. S’il est aujourd’hui envisageable d’imaginer une société dépourvue d’espace et de temps dédiés aux plaisirs festifs, qu’en est-il réellement du rôle historique, social et anthropologique joué par la fête dansante ? Mais d’abord qu’entend-on par « fête », et l’entend-on de la même manière partout et en tous temps ? En quels termes parle-t-on de la fête dansante dans différents contextes historiques et sociolinguistiques (chahut, bringue, teuf, boucan, s’enjailler, etc.) ? Et surtout, quelle place le corps dansant occupe-t-il au sein des pratiques festives ?  

En prise directe avec l’actualité, ces deux journées d’étude proposent une réflexion sur les pratiques, les imaginaires et les cultures festives en danse ouverte à tous les champs disciplinaires, périodes historiques, contextes géographiques et socio-culturels. Nous désirons faire dialoguer les perspectives de chercheurs, chercheurs-praticiens, artistes et professionnels de la fête dansante. Si vous souhaitez participer à cette manifestation, veuillez nous envoyer votre proposition avant le 1er avril 2021 (voir informations pratiques à la fin de l’appel). Sans limitation, les propositions pourront s’inscrire dans l’un des axes thématiques présentés ci-dessous.

Continuer la lecture de Appel à communications : La Fête dansante. Pratiques, imaginaires et cultures festives en danse

Parution : The Cultural Impact of RuPaul’s Drag Race. Why Are We All Gagging?

Cameron Crookston (dir.), The Cultural Impact of RuPaul’s Drag Race (Book)
Why Are We All Gagging?, Intellect, 2021. 

The Cultural Impact of RuPaul’s Drag Race is a collection of original material that goes beyond simple analysis of the show and examines the profound effect that RuPaul’s Drag Race has had on the cultures that surround it: audience cultures, economics, branding, queer politics and all points in between. What was once a cult show marketed primarily to gay men, Drag Racehas drawn both praise and criticism for its ability to market itself to broader, straighter and increasingly younger fans. The show’s depiction of drag as both a celebrated form of entertainment and as a potentially lucrative career path, has created an explosion of aspiring queens in unprecedented numbers and has had far-reaching impacts on drag as both an art form and a career.

Contributors include scholars based in the United Kingdom, the United States, Canada and South Africa.  The contributions are interdisciplinary, as well as international.  The editor invited submissions from scholars in theatre and performance studies, English literature, cultural anthropology, media studies, linguistics, sociology and marketing.  What he envisaged was an examination of the wider cultural impacts that RuPaul’s Drag Race has had.  What he received was a rich and diverse engagement with the question of how Drag Race has affected local, live cultures, fan cultures, queer representation and the very fabric of drag as an art form in popular cultural consciousness.

Continuer la lecture de Parution : The Cultural Impact of RuPaul’s Drag Race. Why Are We All Gagging?

Appel à communications : La longue vie des imprimés éphémères

Premier congrès international: « La longue vie des imprimés éphémères »

5-7 mai 2022, Genève

Première circulaire – Appel à communications

(English version below)

La production d’imprimés éphémères et bon marché des siècles passés mérite d’être étudiée avec attention non seulement à cause de l’ampleur de ses tirages, mais aussi pour la diversité de ses contenus et pour les informations précieuses qu’elle apporte dans de nombreux domaines, notamment la culture populaire, la circulation des idées et l’histoire du livre. Souvent désignée par son statut de transport et de vente, elle est apparue conjointement à l’invention de l’imprimerie et l’a accompagnée jusqu’à des époques très récentes. Si les textes et récits publiés sous la forme d’éphémères imprimés survivent encore à certains endroits du globe, ils font désormais partie d’un passé révolu en Europe : la disparition d’une activité éditoriale traditionnelle, allant de pair avec la perte des objets imprimés eux-mêmes, nous pousse à leur étude et nous oblige à la conservation d’une mémoire qui se perd.

Genève, ville importante pour l’histoire de l’imprimerie européenne, est également le lieu de conservation de plusieurs collections de feuillets francophones et anglophones, de pliegos de cordel espagnols et d’imprimés brésiliens. Ce congrès se propose de faire connaître la richesse de ces fonds, de faire le point sur la recherche actuellement menée en Europe occidentale et d’aborder cette production sous un angle transnational avec un spectre chronologique large. Continuer la lecture de Appel à communications : La longue vie des imprimés éphémères

Parution : Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures

CarrieLynn D. Reinhard, Julia E. Largent, Bertha Chin (dir.), Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures, Routledge, 2020.

This book considers the practices and techniques fans utilize to interact with different aspects and elements of food cultures. With attention to food cultures across nations, societies, cultures, and historical periods, the collected essays consider the rituals and values of fan communities as reflections of their food culture, whether in relation to particular foods or types of food, those who produce them, or representations of them. Presenting various theoretical and methodological approaches, the anthology brings together a series of empirical studies to examine the intersection of two fields of cultural practice and will appeal to sociologists, geographers and scholars of cultural studies with interests in fan studies and food cultures.

Continuer la lecture de Parution : Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures

Parution : A Cultural History of the Disneyland Theme Parks

Sabrina Mittermeier, A Cultural History of the Disneyland Theme Parks. Middle Class Kingdoms, Intellect, 2020. 

The first comparative historical study of the six Disneyland theme parks around the world in five distinct cultures: the USA, Tokyo, Paris, Hong Kong and Shanghai. Sets the parks in the historic contexts at their opening, discusses cross- and trans-cultural understandings of the parks and the part that class plays in their success or failure.

When the first Disneyland opened its doors in 1955, it reinvented the American amusement park and transformed the travel, tourism and entertainment industries forever. Now a global vacation empire, the original park in Anaheim, California, has been joined by massive complexes in Florida, Tokyo, Paris, Hong Kong and Shanghai.

Spanning six decades, three continents and five distinct cultures, Sabrina Mittermeier presents an interdisciplinary examination of the parks, situating them in their proper historical context and exploring the distinct cultural, social and economic landscapes that defined each one at the time of its construction. She then spotlights the central role of class in the subsequent success or failure of each venture. Continuer la lecture de Parution : A Cultural History of the Disneyland Theme Parks

Appel à proposition : Télévision n°12, Questions d’éthique

Appel à proposition d’article pour le numéro 12  de la revue Télévision (CNRS Editions)

Questions d’éthique

Dossier coordonné par François Jost et Sylvie Pierre

Date limite d’envoi des propositions : 12 juillet 2020

Régulièrement, la télévision déclenche des débats qui touchent l’ensemble de la société. Les causes peuvent paraître futiles (les Raisins verts en 1962, les Shadocksen 1968, les reality shows des années 1990, l’avènement de la télé-réalité traitée de « télé-poubelle » en 2001) ou, au contraire graves (les retransmissions en direct des attentats de 2015 ou celle des manifestations des Gilets jaunes en 2019). Dans tous les cas, sont soulevées des questions éthiques sur les limites du représentable et du montrable. Continuer la lecture de Appel à proposition : Télévision n°12, Questions d’éthique

Appel à contribution pour Télévision n°4: L’appel du divertissement (15 juin)

Appel à contribution

Télévision n°4: L’appel du divertissement

(CNRS éditions)

Dans la Crise de la culture, Hannah Arendt montre que les objets culturels sont inexorablement entraînés sur la pente du divertissement et que consommer s’identifie assez rapidement, dans notre société, à se divertir.

Cet « appel » du divertissement est particulièrement observable dans un média comme la télévision et il n’est pas loin de dominer la fameuse trilogie « informer, cultiver, divertir », soumettant les deux premières missions à sa loi. Ce numéro se propose donc d’explorer les glissements qui en résultent dans tous les genres télévisuels en suivant plusieurs pistes :

• l’utilisation du terme : quels genres regroupe-t-on aujourd’hui sous l’étiquette « divertissement » ? L’examen des journaux de programmes révèle que cet étiquetage est mouvant. Ainsi, certains programmes naguère classés dans la catégorie « télé-réalité » sont aujourd’hui considérés comme divertissement. À l’intérieur d’un même genre, les thèmes ou le répertoire retenus peuvent aussi révéler cet « appel » (par exemple, le choix des pièces faisant l’objet d’une retransmission théâtrale).

• la relation de l’information au divertissement, notamment au travers de « l’infotainment » : les talk shows, les journaux télévisés. Quelles sont les nouvelles formes des mélanges des genres qui font se côtoyer les stars du petit écran, les « people » et les politiques ? Quelles transformations ludiques ont subi, au cours de la dernière campagne présidentielle, les débats politiques ? etc.

• l’évolution des formules et des dispositifs : loin d’être fixés une fois pour toutes, les dispositifs et les formules des programmes subissent des évolutions importantes au cours de leur histoire. Dans cette perspective, il semble fructueux de confronter la promesse de certains programmes à leurs transformations progressives. Par exemple, les premiers numéros d’ On a tout essayé (de Laurent Ruquier) affichait une ambition culturelle (invitation d’intellectuels, critiques de livres, etc.), qui s’est diluée au fil des mois. L’étude chronologique de certains programmes peut faire ressortir les mécanismes par lesquels le divertissement s’insinue dans des émissions dites « culturelles ».

• Arendt note que le stade ultime de cet appel du divertissement est le moment où, pour faire « passer » un objet culturel, on le déforme « en vue de persuader les masses qu’Hamlet peut être aussi divertissant que My Fair Lady » et, pourquoi pas, tout aussi éducatif ». Cette remarque trouve de nombreuses confirmations aussi bien dans « l’actualisation » de fictions du patrimoine littéraire que dans la façon de présenter la science. On pourra s’intéresser aux adaptations « modernes » de classiques.

Ces pistes ne sont pas limitatives, pas plus que les angles adoptés. On évitera seulement les critiques générales de la télévision, ainsi que les discours de déploration. Seront bienvenues en revanche les contributions qui se pencheront sur un genre ou un programme en s’interrogeant sur le sens qu’ils donnent au terme « divertissement ».

Les projets sont à envoyer avant le 15 juin au responsable du numéro :

françoisjost@ceisme.fr

Les auteurs des articles retenus seront prévenus début juillet et les articles seront à rendre pour le 15 novembre 2012.

CFP: Leisure! Enjoyment! Fun! (Deadline: October 1, 2012)

Leisure! Enjoyment! Fun!

INCS 2013 Conference, University of Virginia

March 14-17, 2013

full name / name of organization:
Interdisciplinary Nineteenth-Century Studies
contact email:
ksc3j@virginia.edu

“It was the best of times. It was the worst of times.” It was the age of pleasure. It was the age of atonement. It was any place in the nineteenth century. The scope is global, the approaches, cross-disciplinary. What pleased the palate and tickled the nose? What roused the senses and deepened joy? What thrilled the body and inspired the mind? What did they do besides work? What diversions (respectable or otherwise) did they seek? How did they think about the enjoyments they sought? These are some of the questions to address at INCS 2013, which is devoted to ‘Leisure, Enjoyment, and Fun.’

Consider all forms of enjoyment desired, sought, anticipated, or suppressed. Of course what constitutes enjoyment was widely contested ‘then’ as it is ‘now,’ and just what the relation between enjoyment and happiness is has never been clear. The task we set ourselves this year is an examination of various pleasures, thoughts about fun and leisure, expressions or reports of enjoyment, and what these experiences tell us about the nineteenth century. Definitions of enjoyment are themselves numerous and contrasting, and we will keep the field broad so as to draw a wide catch. Enjoyment may be associated with entertainment, amusement, comfort, satisfaction, happiness, absence of pain, etc. We are interested in how enjoyment is experienced, what function it serves, how it can be legislated or monitored, if it can be exhausted, repeated, repelled, and whether individual enjoyment differs from enjoyment shared.

Topics are not limited to, but might include:

Ambivalence towards . . .
Theories of leisure
Enjoyment, guilt, atonement
License and restraint
Sport, games, and races
Music, music halls, music boxes
Festivals, street entertainments
Pleasure gardens
Illicit fun
Design, fashion, shopping
Gustatory delights
Trade in exotics
Hobbies
Weddings, parties, picnics
Spectacle
Dance
Cartoons, comics, periodicals
Sunday papers and other popular reading
Pets, animal fighting
Experimentation, invention
Gardens and horticulture
Collecting
Museums, exhibitions
Training for fun
Medical Tourism

Deadline: October 1, 2012. For individual papers, send 250-word proposals; for panels, send individual 250-word proposals for each paper plus a 250-word panel description. Please include your name, affiliation, and e-mail address on your proposal. Send questions and proposals to Karen Chase (ksc3j@virginia.edu). Website (under construction): http://incs2013.wordpress.com/