Archives par mot-clé : diffusion

Appel à contributions : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Journée d’études : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21 – 20 septembre 2022

Organisée par Clémence Allamand, Guillaume Boulangé et Adrien Valgalier

Cette journée d’études se propose d’étudier un genre – la comédie – dans une perspective culturelle et socio-économique en insistant sur les spécificités de sa diffusion, de sa médiatisation et de sa marchandisation dans ses espaces d’exploitation contemporains. Dans un souci d’efficacité, nos investigations se limiteront à la production de comédies en France et s’attacheront aux films les plus populaires, avec une acception volontairement large et diachronique de cet adjectif et de ses différentes expressions (nombre d’entrées important en salles et/ou ventes conséquentes du film sur supports physiques ou dématérialisés, rediffusions régulières à la télévision avec audience significative, présence soutenue du personnel artistique dans les médias, publication abondante d’ouvrages grand public attachés à ces œuvres, reprises sur internet, exposition et programmation en cinémathèque, valorisation institutionnelle, etc.). En abordant autant des comédies contemporaines que plus anciennes, nous essaierons de saisir la diversité de leurs espaces de diffusion et de rediffusion aujourd’hui. Nous nous efforcerons tout particulièrement de décrire et de comprendre les stratégies économiques et les enjeux socio-culturels sous-jacents à ces médiatisations. En d’autres termes, nous nous demanderons ce que ces espaces « font » aux films, de quelle manière ils leur administrent plus ou moins consciemment une valeur et orientent leur approche. Cette question pourra être déclinée de plusieurs manières :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Appel à contributions : “La bande dessinée vagabonde : échanges, transferts, circulations” / “The Roving Comic Book: Exchanges, Transfers, Circulation” (Mémoires du livre / Studies in Book Culture)

« La bande dessinée vagabonde : échanges, transferts, circulations », Mémoires du livre / Studies in Book CultureVolume 14, numéro 1, automne 2022

sous la direction de Maël Rannou (Université Paris-Saclay) et Philippe Rioux (Université de Concordia)

Échéance des propositions : 15 mai 2022

Née au XIXe siècle (Smolderen 2009), la bande dessinée se pose rapidement en porteuse et en instigatrice d’échanges transnationaux: publié dès 1939 dans Spirou, le Superman de Siegel et Shuster y est achevé par Jijé dans l’urgence en 1941; de 1948 à 1952, la revue québécoise catholique Hérauts connaît une version européenne, entièrement composée de productions étatsuniennes; en 1969, le magazine Charlie Mensuel est lancé en France avec une maquette et un contenu directement inspirés du Linus italien, créé quatre ans plus tôt. Plus récemment, la porosité des frontières nationales se perçoit dans la présence importante et durable des mangas sur les marchés occidentaux et dans l’hybridation que cette présence engendre, visible notamment dans les séries Les Légendaires (Patrick Sobral, Delcourt) et La Rose écarlate (Patricia Lyfoung, Delcourt), qui reprennent le format franco-belge en le croisant avec les codes graphiques du manga (Suvilay 2021). On retrouve de tels croisements dans de nombreux autres pays : pensons à la scène brésilienne du manga, qui naît dès les années 1970 avec l’auteur d’origine japonaise Cláudio Seto, et aux « mangas haïdas » de l’artiste autochtone britanno-colombien Michael Nicoll Yahgulanaas. On observe encore l’embauche accrue de créateurs européens et sud-américains par les grands éditeurs de comics américains (JL Mast, Marcos Martin), voire de mangas (Tony Valente), ou la création de studios en Afrique subsaharienne qui ont à coeur de combiner les codes du comics avec une mythologie locale, notamment Zébra Comics au Cameroun, dont les ventes se font par ailleurs majoritairement aux États-Unis.

Ce numéro de Mémoires du livre / Studies in Book Culture propose d’interroger, dans une perspective multidisciplinaire, les transferts et les circulations qui touchent la bande dessinée. La notion de transfert est ici entendue dans son acception la plus large, soit comme « un processus dans lequel des objets, des idées et des pratiques sont transférés à travers deux ou plusieurs cultures […] » (Meylaerts et Lobbes). Plus précisément, elle suppose une modification et une réinterprétation des objets : « Transférer, ce n’est pas transporter, mais plutôt métamorphoser […] » (Espagne 2013). Mais encore faut-il, pour que ces processus s’opèrent, que les contacts entre cultures se concrétisent par le biais de circulations préalables. Il importe donc de retracer les itinéraires suivis par les bandes dessinées et de les mettre perspective avec les phénomènes de mondialisation (Crane, Kawashima et Kawasaki 2002). Tout en accordant une attention particulière aux circulations transnationales et transculturelles des bandes dessinées, ce numéro s’intéressera aux échanges sous-jacents qui les facilitent ou qui en découlent : transactions économiques, transferts de capital symbolique, transferts d’expertise technique, etc.

Les sujets traités pourront s’inscrire dans l’un des axes suivants, sans s’y limiter :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “La bande dessinée vagabonde : échanges, transferts, circulations” / “The Roving Comic Book: Exchanges, Transfers, Circulation” (Mémoires du livre / Studies in Book Culture)

Parution : D’encre et de papier : une histoire du livre imprimé (O. Deloignon, J.-M. Chatelain, J.-Y. Mollier)

Olivier Deloignon, Jean-Marc Chatelain, Jean-Yves Mollier, D’encre et de papier : une histoire du livre imprimé, Actes Sud, 2021. 

1455. Gutenberg et Fust se consacrent activement à « l’œuvre des livres » (Werck der bucher). Sous la plume d’un tabellion mayençais, cette mention marque de façon moins anodine qu’il n’y paraît les prémices d’une révolution majeure. Attesté quelques décennies plus tôt en Corée, le procédé typographique vient en effet d’être éprouvé à Strasbourg et donne le jour à la prestigieuse Bible « à 42 lignes ». C’est l’acmé d’une période d’expérimentations qui a conduit des premières impressions xylographiques aux livres en lettres mobiles. Puis tout ne sera que perfectionnements mais aussi tentatives de contrôle de la diffusion des savoirs et des idées, et règlementations. Au fil de plus de cinq siècles, les tirages et les éditions auront été multipliés sans discontinuer, faisant et défaisant les fortunes intellectuelles ou littéraires, comme financières.
Mais que savons-nous de l’histoire de cet objet prodigieux, fruit de l’esprit et de la rencontre d’innombrables savoir-faire ? S’offrant pour la réflexion autant que pour la rêverie, il est jugé tantôt chef-d’œuvre tantôt bien quelconque, couvert d’éloges ou de critiques, il peut être contrôlé, censuré parfois ; s’acquérant à grands frais ou pour presque rien, il est quelquefois volé, souvent collectionné, classé… mais aussi pilonné.
C’est cette histoire longue et complexe que trois spécialistes nous relatent au prisme des connaissances les plus récentes, et d’une riche et inédite iconographie. Ils nous rappellent que, de l’aube de l’imprimerie jusqu’au XXIe siècle, le livre n’a cessé de révolutionner les pratiques d’écriture et de lecture, de bouleverser les langues et l’univers des images, qu’il marque matériellement et idéologiquement les sociétés, les imaginaires, les mémoires. Et ils restituent avec subtilité et vigueur le rôle majeur du livre imprimé en un temps où la publication numérique pourrait substituer sa culture propre au règne sans partage du livre imprimé sur l’accès et la diffusion de la pensée.

Ouvrage publié sous la direction d’Olivier Deloignon.

 

Appel à contributions : Quand le cirque se raconte sur les réseaux sociaux

Quand le cirque se raconte sur les réseaux sociaux. Récits et archives numériques, identités et diffusion artistiques, pédagogie et création

Troisième séance du séminaire Quand le cirque se raconte : paroles et voix plurielles du cirque. Mémoires, histoires, archives

7 et 8 février 2022 / Ésacto’Lido, Toulouse

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

Organisé par l’UMR Litt&Arts – Université Grenoble Alpes et la chaire ICiMa – Centre national des arts du cirque, avec le soutien du Ministère de la Culture – DGCA et du CNRS. Cette séance est organisée avec l’Ésacto’Lido -École supérieur des arts du cirque de Toulouse.

Argumentaire
Présentation générale du cycle de recherche
Quand le cirque se raconte : paroles et voix plurielles du cirque. Mémoires, histoires, archives est un cycle de séminaires thématiques consacré aux cultures circassiennes par le biais des récits, de la parole et des voix. Il entend contribuer au développement des études sur le cirque et renforcer notamment les dimensions mémorielles en menant un travail sur le cirque et la variété de ses archives. Il propose d’aborder cet art, son histoire, sa culture, ses métiers et ses pratiques par une approche scientifique transversale capable d’en saisir la complexité. L’association de plusieurs champs disciplinaires des arts et des sciences humaines et sociales (études en arts de la scène, études littéraires, cultural studies, études de genre, anthropologie, sociologie, histoire, histoire de l’art, science de l’information et de la communication, psychologie, etc.) permettra d’enrichir et de mieux répertorier la documentation sur les arts du cirque, d’affiner la compréhension du milieu culturel, artistique et professionnel qu’il représente. Il s’agit en outre d’élaborer des méthodologies de recherche adaptées à l’hétérogénéité des productions, des pratiques circassiennes et de leurs traces, en favorisant également le dialogue et les collaborations entre artistes et chercheur·euses.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Quand le cirque se raconte sur les réseaux sociaux

Appel à contributions : Narratives of Mobility: The Transnational and Transculutral Turn in European Crime Fiction (Scritture migranti)

“Narratives of Mobility: The Transnational and Transculutral Turn in European Crime Fiction”

Scritture migranti

Deadline : May 31 2021

Publication anticipated in January 2022

Edited by Maurizio Ascari, Silvia Baroni, Sara Casoli

This issue of Scritture migranti (15/2021) aims to investigate a phenomenon that is highly characteristic of contemporary crime fiction on a global level: the representation and thematization of multiculturalism, international mobility, and transcultural identities. Thanks to its transnational circulation and its aptitude to highlight social and political issues throughout the lens of the investigation, crime fiction offers a privileged perspective through which to observe the encounters and the conflicts associated with social and cultural mobility. Moreover, the critical reflections on the connections between social norms and otherness expressed in crime fiction encourage also to take into consideration the mobility of the genre itself in terms of genre-blending.

In particular, we aim at analysing authors and characters whose transnational and multicultural perspective epitomizes an alienating gaze questioning the social norms of hegemonic groups. Describing mobility across national borders and cultural contexts, these figures suggest alternative readings of the society in which they live, and thus reflect on notions such as “cultural identity”, “integration”, and “transnationality”. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Narratives of Mobility: The Transnational and Transculutral Turn in European Crime Fiction (Scritture migranti)

Appel à contributions : Genres, formes, pratiques de la littérature de masse en Russie, XVIIIe-XXIe s. (Paris Sorbonne, en ligne)

Genres, formes, pratiques de la littérature de masse en Russie, XVIIIe-XXIe siècles

15 juin 2021

Institut d’Etudes Slaves, Paris Sorbonne (en ligne)

Échéance des propositions : 15 avril 2021

Récemment, de nombreuses initiatives de recherche dans le monde contribuent à faire évoluer la perspective de l’histoire de la littérature russe sur ce qui constitue le canon et ce qui est, ou a été, rejeté à la périphérie. Considérant cette interaction « centre – périphéries » comme une relation dynamique dont la teneur est variable selon les époques, une nouvelle histoire de la littérature russe devra poser la question de ce qui fait évoluer, plutôt que progresser, la littérature. 

L’un des plus vastes domaines rejetés aux marges de la « grande littérature » est constitué par la littérature de masse, domaine en général doublement dévalué en tant que mercantile et populaire. Mais la question de sa définition, celle de son statut au sein du champ littéraire, de sa place dans l’évolution littéraire témoignent, par leur actualité, de la pérennité de certaines représentations. La littérature de masse, pensée comme littérature pour les masses, est bien souvent rejetée hors du champ de l’esthétique, condamnée pour son orientation vers le divertissement d’un lecteur peu exigeant, mais aussi en vertu de sa nature sérielle qui la priverait de tout pouvoir de faire évoluer sa consœur, la « haute littérature ». Pourtant, les critères d’évaluation de la littérature de masse ne sont pas forcément évidents, et ont évolué au fil des siècles : si personne n’a aujourd’hui l’idée de vendre Crime et châtiment au rayon des polars, l’on pourrait se demander ce qui, entre la réputation – et popularité – de l’auteur et les pratiques de lecture liées à son œuvre, est déterminant dans la catégorisation de cette œuvre, au-delà de sa qualité « essentielle ». Car la littérature de masse, notamment par la variété et la multitude des acteurs qu’elle engage, invite à considérer une œuvre aussi bien du point de vue de ses qualités intrinsèques que dans la perspective des rapports qu’elle engendre entre son auteur et son lecteur, et de ce que le mode de diffusion du texte (écrit, oral ou par dérivation via d’autres formes d’art, comme le cinéma par exemple) peut entraîner comme transformations de forme et de genre. La réflexion sur l’histoire de la littérature de masse en terrain russe – forcément diachronique – sera donc aussi l’occasion de s’interroger sur l’évolution des pratiques d’édition et de lecture d’œuvres dont le « degré d’ouverture » ne sera bien évidemment pas le même selon l’espace de leur circulation.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Genres, formes, pratiques de la littérature de masse en Russie, XVIIIe-XXIe s. (Paris Sorbonne, en ligne)

Parution : Petite Histoire de la librairie française

Patricia Sorel, Petite Histoire de la librairie française, La fabrique, 2021, 248 p.

À quoi ressemblaient les ancêtres des boutiques familières que nous fréquentons aujourd’hui à la recherche d’un livre ou au hasard de leurs rayonnages ? Comment se sont diffusés L’Encyclopédie, Notre-Dame-de-Paris et la littérature surréaliste ? D’où viennent « l’office », le prix unique et les boîtes vertes des bouquinistes des bords de Seine ? Voilà le genre de questions auxquelles répond cette Petite histoire de la librairie française. On y suivra l’évolution du métier, depuis sa naissance à la fin du Moyen Âge, au gré des innovations techniques, des bouleversements sociaux et de la réglementation d’un commerce singulier qui a préoccupé les pouvoirs successifs. On y rencontrera des personnages emblématiques, telle Adrienne Monnier, figure de l’entre-deux-guerres. On verra enfin comment les libraires ont su à travers les siècles se maintenir dans le paysage en défendant leur indépendance et le savoir-faire qui les rendent si essentiels.

Patricia Sorel est maître de conférences HDR en histoire à l’université Paris-Nanterre et membre du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines). Dernier livre paru: Napoléon et le livre. La censure sous le Consulat et le Premier Empire (1799-1815).

Continuer la lecture de Parution : Petite Histoire de la librairie française

Parution : The Press and the People. Cheap Print and Society in Scotland, 1500-1785

Adam Fox, The Press and the People. Cheap Print and Society in Scotland, 1500-1785, Oxford University Press, 2021. 

The Press and the People is the first full-length study of cheap print in early modern Scotland. It traces the production and distribution of ephemeral publications from the nation’s first presses in the early sixteenth century through to the age of Burns in the late eighteenth. It explores the development of the Scottish book trade in general and the production of slight and popular texts in particular. Focusing on the means by which these works reached a wide audience, it illuminates the nature of their circulation in both urban and rural contexts. Specific chapters examine single-sheet imprints such as ballads and gallows speeches, newssheets and advertisements, as well as the little pamphlets that contained almanacs and devotional works, stories and songs. The book demonstrates just how much more of this literature was once printed than now survives and argues that Scotland had a much larger market for such material than has been appreciated. By illustrating the ways in which Scottish printers combined well-known titles from England with a distinctive repertoire of their own, The Press and the People transforms our understanding of popular literature in early modern Scotland and its contribution to British culture more widely.

Adam Fox is Professor of Social History at the University of Edinburgh, where he has taught since 1994. His works include the prize-winning Oral and Literate Culture in England 1500-1700 (Oxford University Press, 2000).

Appel à communications : Le polar nordique, objet transmédiatique ?

« Le polar nordique, objet transmédiatique ? »

Lancement d’un Cycle de journées d’études

Université de Limoges et Université de Nancy

Vendredi 3 décembre 2021 (Limoges)

(English version below)

Nous lançons un cycle de journées d’études organisé par l’axe 3 d’EHIC (Université de Limoges) et l’axe IMAJE du LIS (Université de Nancy). La première journée aura lieu le vendredi 3 décembre à Limoges. Il s’agit d’étudier les exportations spatiales et médiatiques de ce genre fictionnel pour comprendre comment le Nordic Noir circule d’un pays à l’autre et comment ses exportations médiatiques contribuent à son évolution transculturelle. Nous nous intéresserons à la façon dont le polar nordique investit ces nouvelles formes multimédiatiques : série, podcast, jeux-vidéo, escape room, jeux de rôles, applications, sites internet, performances multimédia, littéraTube, blogs, podcasts…

Le Nordic Noir essaime actuellement dans les différents médias contemporains. Cette culture médiatique, particulièrement mobile, a franchi les frontières du Nord pour envahir les différentes productions populaires européennes, sans pourtant se délester des morphèmes nordiques qui l’ont engendrée : neige, glace, froid, rigueur, austérité du climat sont loin d’être un simple aménagement paysager constituent un noyau sémantique nécessaire pour comprendre le genre et sa prolifération multimédiatique actuelle, à l’instar du genre de jeux-vidéos appelé « Game Noir ».

Continuer la lecture de Appel à communications : Le polar nordique, objet transmédiatique ?