Archives par mot-clé : culture visuelle / visual culture

Appel à contributions : L’animal dans le genre policier. Bande dessinée et film (revue Ex Professo)

L’animal dans le genre policier. Bande dessinée et film

Revue Ex Professo (fin 2024 / début 2025).

Date d’échéance : 15 mai 2024

Numéro dirigé par Dalal Mesghouni (Université d’El Oued, Algérie) et Fatima Seddaoui (Université Toulouse-Jean Jaurès, France).

Texte de l’appel :

Qu’il soit domestique ou sauvage l’animal est celui qui accompagne en général le héros dans un récit filmique ou bédéïque de genre policier. Parmi les références, on peut citer dans la série de bande dessinée polar, Blacksad  de Canales et Guarnido dans laquelle l’enquête policière met en scène uniquement dans le genre animation, comme personnages des animaux anthropomorphes ; l’excellent John Chatterton : ses célèbres enquêtes policières de Yvan Pommaux dans le genre thriller de jeunesse.  L’animal canin  y  est  aussi présent dans la bande dessinée  intitulée Sherlock Holmes – Tome 1, Le chien des Baskerville, qui a connu des adaptations en tout genre, parue en Juillet 2010, de Ian Edginton (Auteur), Arthur Conan Doyle (Auteur), I.n.j. Culbard (Illustrations) dont l’ancestrale malédiction d’un chien fantôme alimente l’intrigue policière. Il faut noter aussi la série intitulée, Le Perroquet des Batignolles de Stanislas, de Boujut et de Jacques Tardi, sortie en 2011, où les volatiles que ce soit perroquet, canard ou encore éléphant sont dessinés à l’image graphique. Continuer la lecture de Appel à contributions : L’animal dans le genre policier. Bande dessinée et film (revue Ex Professo)

Parution : Littérature et design. Visualités et visualisations du texte en régime numérique

Pascal Mougin (dir), Littérature et design. Visualités et visualisations du texte en régime numérique, Les Presses du réel, collection « Figures », 2024

Nouvelles manières de visualiser, de lire et d’écrire la littérature à l’ère numérique : les apports possibles de la pensée du design à la théorie littéraire. Plateformes d’écriture en ligne, sites spécifiques d’écrivains, de poètes ou d’artistes programmeurs, réseaux sociaux et environnements généralistes sont autant de nouveaux espaces de création littéraire. Que le numérique y impose ses formats ou offre aux auteurs d’exploiter à leur guise la plasticité du texte à l’écran, il favorise le devenir image de l’écrit et occasionne de nouvelles interférences du visible et du lisible.

Parallèlement, les traitements algorithmiques des données littéraires et des corpus numérisés (statistique textuelle, distant reading, text mining) donnent lieu à des imageries inédites (cartes, graphes, nuages de mots, schémas de réseaux) qui modifient la perception des œuvres et de l’histoire littéraire.

Les contributions réunies ici interrogent ces nouvelles visualités et ces nouvelles visualisations de la littérature en régime numérique. À la lumière des sciences de l’art, des sciences de l’information et de la communication ou encore des computing et software studies, elles soulignent l’importance du design graphique, du design d’interface et de la dataviz dans l’écriture comme dans la lecture ordinaire ou savante, suggérant ainsi les apports possibles de la pensée du design à la théorie littéraire.

Textes de : Marc Jahjah, Rossana De Angelis, Ximena Miranda Barrantes & René Audet, Ariane Mayer, Camille Bloomfield, Antoine Fauchié, Françoise Cahen, Jean-Paul Fourmentraux, Christophe Schuwey, Ioana Galleron, Michel Bernard & Baptiste Bohet, Karolina Suchecka & Nathalie Gasiglia, Johanna Drucker.

Continuer la lecture de Parution : Littérature et design. Visualités et visualisations du texte en régime numérique

Parution : La construction du corps au cinéma et dans les séries

 

 

Mise au Point, n°18, « La construction du corps au cinéma et dans les séries », sous la direction de Philippe Bourdier, 2023

Ce numéro de la revue en ligne MAP (Mise au Point) est consacré à la place du corps, considéré comme construction culturelle qui, à l’ère de la modernité ou de la post-modernité, associe à la fois les pratiques et discours d’éducation et les représentations qu’en offrent le cinéma et plus largement les médias. À l’heure où Sex Education, diffusée sur Netflix, en est à une production sérielle conduite sur plusieurs années, et où le body horror est devenu grand public, nombreux sont les films, les tutoriels, les séries télévisées, les films éducatifs qui font un usage spécifique, renouvelé de la présence des corps et délivrent une conception des corps digne d’être envisagée, tant par les chercheurs et chercheuses en études filmiques que ceux et celles en éducation.

Dina Rasolofoarison (Université Paris Dauphine)

Maîtresse de conférences en marketing et communication – Université Paris-Dauphine

Expérience professionnelle

  • 09/2018 – présent : Maîtresse de conférences en marketing et communication – Université Paris-Dauphine
  • 04/2016 – 08/2019 : Assistant professor – Université de Southampton (GB)
  • 04/2010 – 04/2016 : Assistant professor – Université d’Aston (GB)

Formation

  • 2014 : Université d’Aston (GB). Postgraduate Certificate in Professional Practice in Higher Education. Fellow of the Higher Education Academy
  • Jan-Juil 2009 : Visiting Scholar – Université de Bath (GB). A l’invitation de: Dr Ekant Veer
  • 2004-2011 : Doctorat de Marketing – HEC Paris. Sous la direction de: Professeurs Marc Vanhuele et Gilles Laurent
  • 2003-2004 : DEA 102 Marketing et Stratégie – Université Paris 9-Dauphine. Sous la direction de: Professeur Pierre Volle
  • 1997-2001 : ESSEC Business School 

Activités de recherche

Intérêts de recherche

  • Pratiques culturelles et communautés de fans
  • Etude des publics des industries culturelles et créatives
  • Communication/culture visuelle
  • Marketing culturel

Publications Continuer la lecture de Dina Rasolofoarison (Université Paris Dauphine)

Appel à contributions : L’image mise en page. Journée d’étude sur la culture de l’imprimé illustré (Université Concordia, Montréal)

L’image mise en page. Journée d’étude sur la culture de l’imprimé illustré

13 octobre 2023 (en présence), Bibliothèque de l’Université Concordia, Montréal (Québec), Canada

Échéance des propositions : 15 juillet 2023

L’objectif de cette journée d’étude est de rassembler des chercheurs autour du sujet de l’image imprimée depuis la décennie 1880. Nous considérons comme un jalon historique l’implémentation et la diffusion à grande échelle de la similigravure (halftone printing), procédé photomécanique qui permettra la reproduction de subtils tons et gradients dans des publications à fort tirage.

Portant une attention particulière à la bibliographie matérielle et aux techniques de production, nous tenterons de mieux comprendre comment les images imprimées contribuent aux formations discursives et de sens à travers une variété de contextes, des journaux illustrés aux manuels d’étiquette; des revues scientifiques aux livres pour enfants. Alors que le niveau d’alphabétisation s’accroît au vingtième siècle, le champ des publications illustrées rejoint des publics de plus en plus variés, dont les attentes et les besoins influencent le développement de la culture visuelle de l ’imprimé. En contrepartie, les rapports étroits entre l ’image et le texte forment de manière significative chez le lectorat la compréhension du monde en rassemblant dans l’espace de la page tout un assortiment d’informations entremêlant le politique, le professionnel et le divertissement.

Chevauchant les disciplines des études littéraires, de l’histoire de l’art, de la bibliographie et de la bibliothéconomie, la culture de l’imprimé illustré constitue une voie privilégiée vers l’histoire sociale. Nous sommes inspirés par le travail fondateur de Richard Benson dans The Printed Picture (MoMA, 2008) et par les récentes études sur les médias vernaculaires, tels que ceux de Sarah Mirseyedi et Gerry Beegan sur le développement des procédés photomécaniques et l’ouvrage dirigé par Thierry Gervais, The “Public” Life of Photographs (The MIT Press, 2016). Faisant nôtre l’impératif du spécialiste en livres rares Roger Gaskell de développer une « bibliographie des images », nous invitons les contributions tant en français qu’en anglais qui abordent un aspect pertinent des publications illustrées de masse ainsi que les divers procédés industriels ou manuels qui rendent leur production possible. Continuer la lecture de Appel à contributions : L’image mise en page. Journée d’étude sur la culture de l’imprimé illustré (Université Concordia, Montréal)

Parution : Les éphémères imprimés et l’image (dir. O. Belin, F. Ferran, B. Tillier)

Olivier Belin, Florence Ferran, Bertrand Tillier (dir.), Les éphémères imprimés et l’image, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, coll. “Art, Archéologie & Patrimoine”, 2023.

Les éphémères imprimés forment une part importante de notre culture visuelle. Affiches, tracts, cartes postales, prospectus : non seulement tous ces documents produits en masse depuis le XIXe siècle sont abondamment illustrés, mais leur efficacité même est tributaire d’un certain usage – politique, commercial, artistique – de l’image. Comment se déploie l’inventivité technique des éphémères illustrés ? Quelles relations établissent-ils entre textes et images ? Quelles fonctions occupent-ils dans les pratiques sociales d’une époque ? Quelles sont les valeurs, les représentations voire les fétichisations qui s’attachent à ces documents ? Telles sont quelques-unes des questions traitées dans ce volume, qui réunit des conservateurs d’institutions patrimoniales (musées, archives, bibliothèques) et des chercheurs de disciplines différentes (études littéraires, histoire de l’art, histoire culturelle ou politique, graphisme), afin d’aborder les éphémères dans toute la richesse de leur prisme.

Olivier Belin est professeur de littérature française du XXe siècle à l’université de Rouen, chercheur au CÉRÉdI.

Florence Ferran est maître de conférences en littérature et arts du XVIIIe siècles à l’Université CY Cergy Paris Université, UMR 9022 Héritages : Cultures, Patrimoines, Créations.

Bertrand Tillier est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et historien de l’art.

Continuer la lecture de Parution : Les éphémères imprimés et l’image (dir. O. Belin, F. Ferran, B. Tillier)

Appel à contributions : « Just take a pinch of psychedelic ». Les esthétiques psychédéliques des XXe et XXIe siècles

Journée d’études : « Just take a pinch of psychedelic ». Les esthétiques psychédéliques des XXe et XXIe siècles

Mardi 26 septembre 2023, Auditorium, site Saint Charles 2, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Échéance des propositions : 28 février 2023

Cette journée d’étude s’intéresse à la généalogie et à la dynamique des esthétiques psychédéliques au cours des XXe et XXIe siècles. Elle ne limite délibérément pas la notion de « psychédélisme » au mouvement contre-culturel des années 1960, mais l’aborde comme l’une des voies majeures empruntées par l’art occidental pour devenir et rester « moderne ». Elle l’envisage ainsi sur une durée relativement longue, dans l’ensemble des productions culturelles (musique populaire ou savante, arts de l’image, fiction littéraire, cinéma, graphisme et typographie, architecture, jeux vidéo, etc), et du point de vue de sa productivité formelle.

Le projet serait de questionner quelques uns des opérateurs esthétiques ayant permis aux principes d’expansion perceptive et de conscience modifiée (extase, hallucination, rêve, hypnagogie, psychose…), autant dire de multidimensionnalité et d’illimination, de s’articuler aux différents supports, pratiques ou matières de l’art au cours des XXe et XXIe siècles. À titre indicatif, on pourra s’interroger sur les notions d’organicité et de cinétisme, de syncrétisme et d’improvisation, de densité immersive et de distorsion, de saturation, d’ornement, de démultiplication – qualités qui situent indistinctement le psychédélisme du côté des puissances de capture, d’exagération et de débordement sensitif, de ce que l’on peut considérer comme une expérience de « réel augmenté », de « quatrième dimension » ou de « potentialisation de la vie ».

Plus concrètement, les analyses pourront porter sur les ondulations du Jugendstill comme sur la bande défilée immersive (Phallaina de Marietta Ren, 2016) ; sur les expériences de cinéma étendu qui ponctuent le siècle, comme sur William Burroughs (Les Lettres du Yage, 1963), Henri Michaux (Misérable Miracle, 1956) ou Joao Tordo (Le Domaine du Temps, 2009) ; sur Frantiszek Kupka ou Odilon Redon, Ernst Fuchs ou Philippe Druillet ; sur l’art de la lumière qui se développe dès les années 1910 (Lumia, Thomas Wilfred), sur les films d’Oskar Fishinger ou de Jordan Belson, sur le color field, les dispositifs stroboscopiques (Dream Machine, Brion Gyrin) ; sur les compositions de Terry Riley (Mescalin Mix, 1960-1962) et sur l’art optique de Bridget Riley ; sur les dream houses de La Monte Young, les Ganzfelds de James Turrell, la création digitale ou les œuvres récentes d’Arnaud Maguet — du moment qu’elles s’efforcent de montrer ce que l’idée psychédélique fait aux arts, comment elle s’en saisit et les travaille tout au long du siècle, dans l’espoir répété qu’ils deviennent les instruments d’une entreprise de déconditionnement des formes de vie et d’utopisation sensible du monde.

Les propositions de communication, d’un format de 25 minutes, peuvent être adressées à Lambert Barthélémy avant le 28 février 2023, accompagnées d’une petite notice bio-bibliographique. Une réponse sera donnée fin mars. 

lambert.barthelemy@univ-montp3.fr

barthelemy.lambert@orange.fr

Parution : Le Trésor d’Épinal. Imagerie populaire (J. Heim, C. Rochette)

Jennifer Heim, Christelle Rochette, Le Trésor d’Épinal. Imagerie populaire, Paris, Gallimard, coll. “Découvertes”, 2022.

Parmi les centres imagiers qui s’épanouissent en France au début du XIXe siècle, Épinal, dans les Vosges, se distingue rapidement par sa production et sa notoriété internationale. À travers les collections du musée de l’Image, cet ouvrage nous révèle l’art de fabriquer ces estampes coloriées au pochoir, leur diffusion dans les campagnes, et leurs nombreux usages : décorer les intérieurs modestes, protéger tel un talisman, informer des faits d’actualités, raconter l’épopée napoléonienne, éduquer, distraire.

Dans les années 1850, la lithographie remplace la gravure sur bois et fait entrer la production dans l’ère industrielle. La concurrence fait rage, à grands renforts de nouveautés qui ciblent le jeune public, avec l’édition d’historiettes et d’abécédaires, de jeux de société et de construction. Autant d’images d’Épinal qui appartiennent à notre mémoire collective.

Appel à contributions : Dispositifs spectaculaires dans le long XIXe siècle (Université de Lausanne)

Conférence internationale : Dispositifs spectaculaires : cultures visuelles, littéraires et matérielles de l’émerveillement dans le long XIXe siècle

Université de Lausanne,  1-2 décembre 2022

Échéance des propositions : 18 septembre 2022

Ce colloque vise à investiguer, dans une optique d’interdisciplinarité, valeurs, critères et modalités qui régissent les représentations de l’émerveillement, de l’étonnement et des approches spectaculaires dans la culture visuelle du long XIXe siècle. Une attention particulière sera portée à la manière dans laquelle les notions d’émerveillement et de spectaculaire sont dépeintes, perçues, diffusées, mises en question, reprises et modifiées.
L’importance croissante des individualités liée à la période romantique, ainsi qu’une demande grandissante d’images, ont nourri, entre autres, les représentations d’émerveillement et de spectaculaire, entendu comme l’étonnant, l’impressionnant, le sensationnel, l’extra-ordinaire. L’industrialisation, tout comme les nouvelles technologies, a sans doute aidé à développer des nouvelles formes d’expression visuelle et culturelle. Cette matérialité résulte dans une multitude de supports, médias et pratiques qui se soutiennent mutuellement et se réfèrent les uns aux autres. Peintures, estampes, photographies, écrans portatifs, toute sorte de boîtes à images ou encore des textes littéraires, pour ne mentionner que quelques-uns, contribuent à des synergies et dialogues entre facettes de la matérialité. Dans ce contexte, les représentations de l’émerveillement et du spectaculaire permettent la connexion entre différentes sphères, telles que, par exemple, l’émotionnel et le pragmatique, le fantastique et le réaliste, ou encore le spirituel et le tangible.
Deux aspects sont ici importants dans le cadre de ce colloque : les valeurs de l’émerveillement et du spectaculaire et la capacité de projection et de production d’images qui est ancrée dans ces notions. Dans un premier temps, les valeurs de l’émerveillement et du spectaculaire permettent une analyse multiple de la manière dans laquelle ces notions sont exprimées, des médias qui sont impliqués dans ce processus de matérialisation et des codes et règles sur lesquels elles reposent. L’interdisciplinarité du discours est cruciale pour l’étude des interactions, échanges et correspondance entre plusieurs contextes. Deuxièmement, les représentations de l’émerveillement et du spectaculaire contribuent à la création d’une série d’images et d’espaces imaginaires qui méritent une discussion approfondie. Ces dimensions communiquent entre elles, facilitant l’essor de nouvelles formes de représentation et d’expression menant à des nouvelles réalités visuelles et littéraires, ainsi qu’à des nouveaux dispositifs et thématiques.
L’objectif de ce colloque est de réunir ces multiples dimensions et d’étudier leurs différentes formes d’expression.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Dispositifs spectaculaires dans le long XIXe siècle (Université de Lausanne)

Parution : Aquariorama. Histoire d’un dispositif (Guillaume Le Gall)

Guillaume Le Gall, Aquariorama. Histoire d’un dispositif, Sesto San Giovanni (Italie), Mimèsis, 2022.

Apparu dans les années 1840, l’aquarium offre un accès visuel à un milieu et à des formes en mouvement jusqu’alors inaccessibles. Cette révolution du regard marque une rupture dans l’histoire de la représentation. Mais cet objet technique va rapidement sortir de son cadre expérimental et fournir dans le contexte des expositions universelles des mises en scène spectaculaires et des images luminocinétiques originales.

De ce point de vue, l’aquarium est un objet hybride qui s’enracine dans la culture visuelle et littéraire du XIX e siècle, et au-delà, au point de constituer une forme paradigmatique des dispositifs de vision à travers.

Ce livre propose une archéologie de l’aquarium comme média en replaçant cet objet dans une nouvelle généalogie des dispositifs optiques, depuis le diorama daguerrien jusqu’aux tableaux lumineux de Jeff Wall en passant par le cinéma, la vitrine, la morgue, le théâtre de Loïe Fuller ou l’architecture de la serre.