Archives par mot-clé : culture technique

Appel à communications : Temps lointains : de la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe s. (Champs-sur-Marne)

Temps lointains : de la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe

13 juin 2024

Université Gustave-Eiffel (Paris-Est), Champs-sur-Marne

Date d’échéance : 24 mars 2024

Journée d’étude jeunes chercheurs organisée par Tristan Tailhades (LISAA) et Sarah Mallah (LISAA). Invitée : Claire Barel-Moisan (CNRS/ENS-Lyon).

Texte de l’appel : 

Aux XVIIIe et XIXe siècles, c’est à la géologie qu’il est revenu de s’engager dans « le sombre abîme du temps » qu’évoquait Buffon, et de révéler que l’histoire du monde ne s’écrivait pas en milliers d’années, comme l’enseignait l’Écriture, mais en millions et bientôt en milliards d’années. On sait l’usage qu’ont fait les sciences de ces très longues durées : Charles Darwin y a adossé sa théorie de l’évolution, qui ne réclamait pas moins que « des milliers de générations » (Darwin, 1859) pour expliquer le passage progressif d’une espèce à une autre. Les temporalités longues des sciences de la nature ont inspiré à Michelet, dans le domaine des sciences humaines, des développements sur la préhistoire des nations (Petitier, 1997). Les découvertes scientifiques rendent possible d’imaginer le monde en des temps très éloignés, dans le passé comme dans le futur. Sur le plan politique, Roger Luckhurst rappelle que le XIXe siècle est le grand moment de la domination des empires coloniaux, ce qui explique selon lui l’élargissement des échelles à la fois temporelles et spatiales  (Luckhurst, 2012). Continuer la lecture de Appel à communications : Temps lointains : de la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe s. (Champs-sur-Marne)

Appel à contributions : Voyager dans les séries télévisées situées au XIXe siècle (revue Astrolabe)

Revue Astrolabe : “Voyager dans les séries télévisées situées au XIXe siècle”

Échéance des contributions : 20 janvier 2023

La série Le Tour du monde en 80 jours (France TV/Rai/ZDF, 2022) constitue un bon exemple du renouvellement des fictions historiques auquel on assiste depuis quelques années. Les personnages sont à la fois plus divers (un personnage féminin est rajouté dès le début de l’expédition) et dotés d’une psychologie plus complexe ; la narration est émaillée de micro-intrigues et d’analepses ; et la série célèbre, avec anachronismes et intertextualité cinématographique, les décors et la technologie du XIXe siècle victorien. La question demeure : que fait cette série, et d’une manière générale, que font les séries historiques, du thème central dans le roman de Jules Verne, celui du voyage ?

Que ce soit par le voyage temporel, l’uchronie ou les archétypes de la Fantasy, « l’ailleurs » apparaît selon des tropes et motifs évocateurs de la posture de l’explorateur, du gentleman bourlingueur ou du colon issus de la littérature du XIXe siècle. Ainsi, les séries steampunk emploient des figures de mercenaires et de globe-trotteurs, non sans référents historiques précis, comme celui de l’expédition pour trouver la source du Nil dans Penny Dreadful (ITV, 2014-2017) ou de l’explorateur Joseph-Elzéard Bernier dans Murdoch Mysteries (CBC, 2008-).

Quand les personnages voyagent réellement, ce sont les moyens de transport qui sont objets d’attention, à la fois pour leur esthétique et pour leur capacité à fournir des dispositifs narratifs singuliers. La minisérie Dracula (Netflix, 2020) réalise tout un épisode sur la macabre traversée de la Manche par Dracula, alors que cette étape fait l’objet d’une ellipse dans le roman de Bram Stoker. Dans Murdoch Mysteries (CBC, 2008), le protagoniste éponyme se rend fréquemment en-dehors de sa ville de Toronto pour résoudre des enquêtes, mais les trajets en calèche ou en train sont eux-mêmes déjà des parcours périlleux, qui vont en réalité occuper toute la durée de l’épisode. Temps suspendu, course contre la montre comme dans Le Tour du monde en 80 jours : les aléas du voyage à l’ère de la Révolution industrielle sont toujours affaire de rythme dans les séries néo-victoriennes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Voyager dans les séries télévisées situées au XIXe siècle (revue Astrolabe)

Appel à contributions : Screens. Rhetorics of (dis)connection (Université de Milan)

Conference : Screens. Rhetorics of (dis)connection

30th November-2nd December 2022, University of Milan

Deadline for submission of abstracts: 30th June 2022

Given their increased presence in everyday life, screens have sparked new interest and lead to new considerations inside the academia (see M. Carbone, Schermi/Screens 2014). Because of this, media archaeologist Erkki Huhtamo suggested the creation of a new area of study called screenology, focused on screens as “information surfaces” (2006). The history of screens, as Huhtamo himself argues, has always lingered between reality and imagination, the physical and the intangible, the concrete and the theoretical. Therefore, these objects may, after careful examination, be considered intermedial bridges that favour the exchange between cultures, words, voices, faces and images (see ibid.).

Screens as objects have a complex nature as the semantic evolution of the word suggests and, as a matter of fact, the term presents itself as polysemic in a variety of languages. In Italian, for example, the Treccani dictionary lists several meanings: the first, mainly literary, is that of “shield”, to be understood literally and figuratively; a one is that of “device” which prevents something from expanding through space (for example, radiations); and the third is “surface”, on which pictures and words are shown.

Francesco Casetti, a semiologist, has centred his most recent studies around screens and reassures us about the overlap of meanings, arguing that “the idea of a shielding and covering surface adds to that of another surface which allows to sense what is behind it. The latter then embraces representations of new worlds, and can finally contain figures reflecting our personality” (Casetti 2014, our translation). At this point Casetti wonders whether or not all of this may still be called communication (see ibid.). This is, of course, a provocation and it gives birth to our desire to investigate the mechanisms behind these complex (concrete and abstract) objects in various interactional contexts, also linguistic, translatological, didactic, literary, and cultural. Screens create and implicate the presence of a space between all the parties involved, a space that can be enlarged or restricted through the use of different types of rhetoric. While on the one hand, they create protection, impediments, and blockage, on the other, screens also allow the creation of new relations and, at times unprecedented, connections. Continuer la lecture de Appel à contributions : Screens. Rhetorics of (dis)connection (Université de Milan)

APPel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations” (revue Technologie et Innovation)

Appel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations”Technologies et innovation.

Échéance des propositions : 15 mars 2022

Les fictions cinématographiques et télévisuelles de science-fiction mettent souvent en scène des technologies imaginaires, utopiques ou dystopiques. Ces dernières plongent le spectateur dans une atmosphère futuriste, propice à l’innovation. Ce numéro de la revue Technologie et Innovation propose aux auteurs de rédiger des articles analysant la fonction de ces technologies dans les récits, et leur éventuel impact sur les pratiques innovantes des acteurs économiques. Robert Shiller (2019) a en effet montré à travers son concept d’économie narrative que les discours ont une influence sur le comportement des consommateurs, des investisseurs et des entrepreneurs. Les films et les séries ont ainsi un impact dans la création des discours des prospectivistes et innovateurs chargés d’imaginer le monde de demain. La science-fiction participe ainsi à la création du futur en présentant des technologies utopiques aux spectateurs. Certains films provoquent le rejet de la technologie présentée. D’autres, au contraire, suscitent l’intérêt pour un nouvel objet.

L’économie a besoin de fictions pour créer des modèles de technologies et de sociétés à réaliser. Le cinéma joue un rôle important dans la création de ces récits. Hollywood, objet de soft power américain, développe ainsi des fictions à l’influence centrale dans la diffusion de l’utopisme technologique de la première puissance mondiale. La science-fiction participe de plus en plus à l’innovation, au point que des prospectivistes, auteurs, et spécialistes de design fiction contribuent à des projets de recherche en amont de la R&D (Michaud, 2017). Kirby (2009) a parlé à propos des technologies utopiques de prototypes diégétiques et en a étudié la performativité et le rôle dans la création d’innovations technologiques.

Pensons par exemple à l’OASIS du film Ready Player One, réalisé par Steven Spielberg, un monde virtuel immersif faisant penser au métavers que souhaitent réaliser les entrepreneurs du numérique dont le chef de file est Mark Zuckerberg. Quelles sont les influences littéraires, technoscientifiques et artistiques qui ont inspiré cette technologie imaginaire ? Dans quelle mesure a-t-elle contribué à l’élaboration de la vision stratégique des acteurs du secteur de la réalité virtuelle et des télécommunications ? (Michaud, 2018)

Continuer la lecture de APPel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations” (revue Technologie et Innovation)

Appel à contributions : “Analyser la représentation des objets techniques : les formes filmiques au prisme des appareils de vision et d’audition” (Université Rennes 2)

Analyser la représentation des objets techniques :
les formes filmiques au prismes des appareils de vision et d’audition

Université Rennes 2, 2 et 3 juin 2022

Colloque final du projet ANR Beauviatech (Des techniques audiovisuelles et de leurs usages : modalités historiques, esthétiques et pratiques – Jean-Pierre Beauviala et la société Aaton)

Échéance des propositions : 8 février 2022

Sous la responsabilité scientifique de
Élisa Carfantan, Simon Daniellou, André Gaudreault, 
Laurent Le Forestier, Marie Marquelet, Jean-Baptiste Massuet,
Gilles Mouëllic et Éric Thouvenel

Contexte général institutionnel

Ce colloque émane du programme de recherche BEAUVIATECH, partie française du programme international TECHNÈS (Des techniques audiovisuelles et de leurs usages : histoire, épistémologie, esthétique). Né à l’université Rennes 2 en 2013 et associant au Canada, en Suisse et en France trois universités (Montréal, Lausanne, Rennes 2), quatre écoles de cinéma (Institut National de l’Image et du son/INIS à Montréal, École Cantonale d’Art de Lausanne/ECAL, La Fémis et l’ENS Louis-Lumière à Paris) et trois cinémathèques nationales (Cinémathèques québécoise, suisse et française), le programme TECHNÈS travaille à repenser l’histoire du cinéma et ses méthodes en étudiant les techniques et technologies qui ont accompagné les mutations du médium. Après un colloque consacré à l’immersion au cinéma (mai 2021), puis un autre s’intéressant à la transition argentique/numérique (décembre 2021), il s’agit pour ce colloque final du programme d’appréhender la technique sous l’angle de sa représentation au sein des films eux-mêmes, c’est-à-dire d’un point de vue principalement esthétique et culturel.

Appel à communications 

Prenant part à la vaste série de recherches engagées depuis une dizaine d’années dans le champ des techniques et technologies audiovisuelles, les programmes Beauviatech et Technès se sont souvent attachés jusqu’ici à décrire le rôle des techniques et des machines de cinéma dans le cadre de la fabrication des films ou de leur diffusion, mais ils se sont moins fréquemment interrogés sur le statut de la technologie en tant qu’objet de représentation au sein des films, et son impact sur les formes cinématographiques. Nombreuses sont pourtant les œuvres qui font entrer leur mise en scène en résonance avec des imaginaires technologiques suscités par la présence d’appareils singuliers dans la diégèse, notamment quand ils ont trait à la vision et/ou à l’audition. Caméras, postes de télévision, appareils photo, photocopieuses, ordinateurs, magnétoscopes, (vidéo)projecteurs, téléphones fixes ou mobiles, radios, cibis, talkie-walkies, magnétophones, appareils de diffusion de la musique (gramophones, tourne-disques, chaînes hi-fi, radios, baladeurs) mais aussi télescopes, microscopes et autres appareils scientifiques producteurs d’images, sont autant de machines à voir et/ou à entendre, autant d’objets techniques qui interrogent nécessairement les modes de représentation liés aux formes filmiques, tout autant que la place du film dans un contexte technologique plus vaste dont le cinéma constitue, à différentes époques et selon différentes modalités, une caisse de résonance privilégiée.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Analyser la représentation des objets techniques : les formes filmiques au prisme des appareils de vision et d’audition” (Université Rennes 2)

Appel à contribution : Vilém Flusser : la technique et les médias à la croisée des disciplines (revue Appareil)

Appel à contributions :Vilém Flusser : la technique et les médias à la croisée des disciplines” – Revue  en ligne Appareil 

Échéance des propositions : 1er janvier 2022

Figure singulière de la pensée des techniques, de la communication et des médias de la deuxième moitié du XXe siècle, Vilém Flusser est un penseur à la fois nomade au point de vue géographique et pluriel dans ses intérêts. Ainsi, né à Prague en 1920, il s’est ensuite installé au Brésil de 1940 à 1972, et a passé la fin de sa vie entre l’Allemagne et le Sud de la France. De plus, les nombreux essais dont il est l’auteur, écrits ou traduits en plusieurs langues, croisent les territoires de la philosophie du langage, l’histoire culturelle, la technologie, la théorie de l’écriture, l’archéologie des médias, la théorie de la communication et des arts et une réflexion philosophique sur les images. La dissémination des écrits, le plurilinguisme, la multiplicité des lieux d’enseignement, le caractère résolument multidisciplinaire de son travail ont rendu difficile la réception de sa pensée, qui n’a été traduite en français qu’à partir des années 1990.

La spécificité de l’approche de Flusser consiste à s’intéresser à l’évolution historique des nouvelles formes d’expérience associées au développement des techniques et des médias, avec une attention constante à la compréhension des fonctionnements singuliers des dispositifs et des appareils, que ce soit à l’échelle des objets du design, des images photographiques, du cinéma, de la presse, de la télévision, de l’informatique ou de la ville. Parallèlement à des analyses extrêmement détaillées et situées d’objets et de dispositifs du quotidien, allant de la tente et du parapluie au tracé des routes et des autoroutes dans les paysages naturels en passant par l’appareil photographique et les ordinateurs (dont il pressent la mise en réseau), Flusser développe des considérations plus systémiques et philosophiques sur la dynamique historique de l’évolution technologique, sur les transformations des rapports entre nature et culture, entre civilisation et médias. C’est à la fois dans cette approche au-delà des frontières des disciplines académiques et dans cette double échelle, qui va de la microanalyse de dispositifs et appareils jusqu’à une ambition plus philosophique de compréhension systémique et de périodisation historique des relations entre expérience humaine et médiation technique, que se situe l’intérêt de cette pensée pour la compréhension du monde contemporain.

Continuer la lecture de Appel à contribution : Vilém Flusser : la technique et les médias à la croisée des disciplines (revue Appareil)

Parution : Égalité, Edward Bellamy

Edward Bellamy, Égalité, Publie.net, 2021 [1897]

Auteur en 1888 de Dans cent ans ou l’an 2000 qui connut un succès mondial et de multiples éditions en France à partir de 1891, Edward Bellamy propose une suite de ce classique de l’anticipation utopique avec Égalité (Equality). De ce second roman, seule « La parabole du réservoir d’eau » a largement été diffusée dans la presse libertaire et socialiste. Mais bien d’autres aspects du texte sont importants : Bellamy place les femmes à égalité avec les hommes (éducation, mariage, vie professionnelle, revenus, vêtements…), se positionne comme auteur précurseur de l’économie distributive (revenus annuels non capitalisables, propriété d’usage…), questionne la défense de l’environnement, la protection des animaux, l’impact des activités humaines sur la Terre, ainsi que l’unité de l’humanité (chaque habitant parle sa langue maternelle et la langue universelle). Il ne néglige pas non plus les progrès techniques et l’on voit apparaître l’électroscope, les disques phonographiques, les voitures à moteur et les véhicules aériens… Il invente également — il écrit ces lignes en 1897 — une « carte de crédit » qui permet aux citoyens du XXe siècle de régler toutes leurs dépenses.
Pour la première fois, ce texte majeur de la littérature d’anticipation utopique est disponible en français.

Traduction de Paul Zimmermann, revue, complétée et modernisée par Philippe Éthuin.

Appel à contributions : Sport et Cinéma. La technique à l’épreuve du réel (Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges)

Colloque international : Sport et Cinéma. La technique à l’épreuve du réel

18 et 19 novembre 2021

Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges

Échéance des propositions : 1er juin 2021
 

Comme l’ont expliqué Patrick Diquet et Christophe Meunier (Les Origines sportives du cinéma, 2017), le sport a accompagné l’histoire du cinéma dès les premières images captées par Georges Demenÿ. Depuis, certaines disciplines sportives ont attiré l’attention des cinéastes par leur intensité et potentiel esthétique : l’athlétisme (ex. Les Chariots de feu d’Hugh Hudson, 1981), la boxe (Raging Bull de Martin Scorsese, 1980), le football (Pelé, naissance d’une légende de Michael et Jeff Zimbalist, 2016), le baseball (42 de Brian Helgeland, 2013) ou encore le basket-ball (Coach Carter de Thomas Carter, 2005). Avec le support des grands studios européens ou hollywoodiens, de nombreux longs métrages (comédie, drame, film noir, science-fiction) ont ainsi marqué de leur empreinte l’histoire culturelle, allant du burlesque (Sportif par amour, 1927) à la politique internationale (Rocky IV, 1985), de l’action pure (Rush, 2013) à l’économie du sport (Le Stratège, 2011), du drame historique (De l’ombre à la lumière, 2005) aux questions d’identité nationale (As One, 2012). En règle générale, ces films répondent aux besoins émotionnels d’un large public et aux nécessités commerciales d’un marché en expansion.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Sport et Cinéma. La technique à l’épreuve du réel (Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges)

Parution : Petite Histoire de la librairie française

Patricia Sorel, Petite Histoire de la librairie française, La fabrique, 2021, 248 p.

À quoi ressemblaient les ancêtres des boutiques familières que nous fréquentons aujourd’hui à la recherche d’un livre ou au hasard de leurs rayonnages ? Comment se sont diffusés L’Encyclopédie, Notre-Dame-de-Paris et la littérature surréaliste ? D’où viennent « l’office », le prix unique et les boîtes vertes des bouquinistes des bords de Seine ? Voilà le genre de questions auxquelles répond cette Petite histoire de la librairie française. On y suivra l’évolution du métier, depuis sa naissance à la fin du Moyen Âge, au gré des innovations techniques, des bouleversements sociaux et de la réglementation d’un commerce singulier qui a préoccupé les pouvoirs successifs. On y rencontrera des personnages emblématiques, telle Adrienne Monnier, figure de l’entre-deux-guerres. On verra enfin comment les libraires ont su à travers les siècles se maintenir dans le paysage en défendant leur indépendance et le savoir-faire qui les rendent si essentiels.

Patricia Sorel est maître de conférences HDR en histoire à l’université Paris-Nanterre et membre du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines). Dernier livre paru: Napoléon et le livre. La censure sous le Consulat et le Premier Empire (1799-1815).

Continuer la lecture de Parution : Petite Histoire de la librairie française

Parution : Nostalgies contemporaines. Médias, cultures et technologies

Emmanuelle Fantin, Sébastien Fevry et Katharina Niemeyer (dir.), Nostalgies contemporaines. Médias, cultures et technologies, Presses Universitaires du Septentrion, “Information-communication”, 2021.

La nostalgie est devenue une ressource fondamentale de la culture médiatique contemporaine. Les séries télévisées au look rétro, l’amour du vintage et des meubles patinés, le déferlement du rétro-gaming ou encore les commémorations (muséales) d’un passé souvent idéalisé peuplent désormais notre quotidien. La nostalgie est pourtant bien plus qu’une simple rétrogradation temporelle, et c’est ce que les auteur·e·s de cet ouvrage entendent démontrer à travers des réflexions critiques et des cas d’études originaux et inédits. Comment comprendre la passion pour les photographies de maisons en ruines ? Qu’est ce qui nous pousse à regarder en boucle nos séries préférées ou celles de notre enfance ? Pourquoi écrire aujourd’hui une carte postale qui sera reçue en 2042 ? Voici quelques-unes des nombreuses questions auxquelles cet ouvrage collectif transdisciplinaire – le premier en langue française – propose d’offrir des pistes de réponse.

Table des matières…